Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La fin programmée des écoles maternelles

La fin programmée des écoles maternelles


Au début il s’agit d’expérimenter en installant des jardins d’éveil

Ensuite pour attirer le client, les financements de la CAF sont annoncés et des cadres de l’institution vont aller promouvoir le nouveau concept auprès de maires ;

Et puis demain, voire même avant : les classes maternelles des 2 et même 3 ans seront supprimées et la réduction inévitable des crédits CAF va contraindre les collectivités territoriales à payer...


Quel piège grossier !

« L’instruction est obligatoire pour les filles et les garçons, âgés de 6 à 16 ans, résidant sur le territoire français, quelle que soit leur nationalité. »

Cette scolarisation a un coût.

Le gouvernement veut rentabiliser l’école, réduire les déficits publics tout en maintenant le bouclier fiscal.

Comme il ne peut pas s’en prendre à l’école élémentaire et secondaire (plus exactement, c’est sous d’autres formes), il a décidé de faire des économies substantielles en s’attaquant à l’école maternelle.

Jusqu’à présent les classes maternelles de deux ans constituaient une variable d’ajustement pour les recteurs et les inspecteurs d’Académie.

Aujourd’hui la décision est prise en haut lieu : la scolarisation à deux ans n’est plus de mise, elle n’est qu’une survivance du passé !?

Elle demeure ça et là dans certains secteurs où la mobilisation est forte mais à la rentrée 2010 les dés sont jetés.

Place aux jardins d’éveil et autres structures expérimentales !

Les municipalités qui souhaitent monter un projet et ouvrir un accueil de ce type pourront disposer de financements attribués par la CAF ;

Les crédits sont ouverts et comme pour l’instant les postulants ne se précipitent pas encore aux portillons, il y en aura pour tout le monde.

« La branche famille contribuera à hauteur de 3 200 euros en moyenne par place sous la forme d’une prestation spécifique expérimentale.

Une majoration pouvant aller jusqu’à 25% pourra être octroyée si les caractéristiques du territoire entraînent des coûts supplémentaires. »

Que se passera t-il demain quand la contribution exceptionnelle de la CAF disparaîtra ?

La contribution des familles, limitée, augmentera et ces jardins d’éveil deviendront élitistes.

Rappelons nous l’histoire des contrats temps libre devenus contrats enfance jeunesse :

En 1998, au moment de leur création, les collectivités territoriales pouvaient obtenir pour de nouvelles actions en direction des enfants et des jeunes des subventions pérennes représentant entre 60 et 70% du coût.

Le contrat enfance jeunesse qui s’est substitué en 2006 aux contrats enfance et temps libres limite cette aide et la plafonne. Les collectivités territoriales ont vu ainsi se réduire d’une manière drastique les subventions de la CAF.

Qui assurera l’encadrement de ces tout petits ?

Les personnels qui interviennent, n’étant pas des enseignants seront des personnels précaires et sous rémunérés.

Alors que la pré-scolarisation des 2 à 3 ans, développée au début des années 1970 a connu un essor important passant de 10 % des « 2 ans » en 1960 à 18 % en 1970 puis à 36 % en 1980.

Alors que cette pré-scolarisation atteignait les 50% dans certaines secteurs, elle va disparaître pour être remplacée pour une toute petite minorité d’enfants par des jardins d’éveil.

Toutes les recherches, y compris officielles comme celles effectuées par l’IREDU (l’Institut de recherche sur l’éducation) comme le rappelle Bruno Suchaut son directeur « ont systématiquement relevé un lien positif entre la durée de fréquentation de l’école maternelle et la réussite des élèves à l’école élémentaire, tant sur le plan des acquisitions que sur celui de la qualité des parcours scolaires"...

Le gouvernement n’en a cure, il veut poursuivre sur la voie tracée : réaliser des économies...

Après les deux ans, il s’attaquera aux trois et aux quatre ans.

Depuis le XIX ème siècle l’école maternelle constitue en France un maillon essentiel du système éducatif.

Elle contribue à réduire les inégalités et permet aux tout petits et notamment à ceux qui sont issus de milieux défavorisés de mieux accéder au langage et d’acquérir des savoirs, savoir faire et savoir être indispensables.

Elle ne constitue pas un espace de garde mais d’éducation.

L’enfant a besoin pour se construire comme personne et être social d’espaces éducatifs de qualité dès le plus jeune âge afin de développer ses propres potentialités. Ces espaces éducatifs contribuent largement à socialiser le tout petit, à le latéraliser et à lui assurer des savoirs, savoir être et savoir faire indispensables.

Aujourd’hui, alors que deux millions d’enfants vivent sous le seuil de pauvreté et que de nombreuses familles connaissent des difficultés pour vivre décemment, il est indispensable que les pouvoirs publics se penchent très sérieusement sur la question de l’éducation du tout petit afin de donner à chacun une chance de se développer harmonieusement et de disposer d’un maximum d’atouts pour une double réussite scolaire et personnelle.

La réponse à ce besoin ne doit pas être conditionnée à une bonne volonté communale, à des moyens financiers des collectivités territoriales ou à des capacités financières des parents.

Elle doit être la même sur tout le territoire et seule l’école maternelle rénovée c’est à dire prenant en compte la spécificité du groupe d’âge des tout petits est capable d’assurer cette mission éducative.

Les familles ont besoin de petites sections d’écoles maternelles à effectif réduit, ce qui suppose une augmentation du nombre de postes de professeurs d’école.

C’est un choix social et éducatif qui doit être effectué.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • vero87 29 mai 2010 12:36

    merci pour cet article car bon nombre d’intéressés n’y croient pas lorsqu’on leur en parle !
    dans ma ville , ca commence à la rentrée ....evidemment excellent moyen à terme de récupérer le personnel enseignant des maternelles que l’on fera glisser en primaire , vive les économies !

    oui , on commence par la maternelle.... et sans tarder nous aurons une école primaire placée sous l’égide des EPEP à la botte des collectivités locales et orientée en fonction de l’activité économique de la région .En effet ds ces conseils d’administration , la representation du milieu éducatif sera reduite à peau de chagrin ....
    c’est ainsi qu’en douceur et subrepticement on fait disparaitre l’école publique ...


    • Axel de Saint Mauxe Nico 29 mai 2010 21:38

      Il ne faut surtout pas toucher à l’école maternelle qui reste selon moi un bijou de notre pauvre République...

      En revanche, si l’on veut faire des économies, il faut supprimer le collège unique et mettre au travail dès 14 ans (apprentissage dès 12 ans) ceux qui ont des aptitudes manuelles et peu d’appétance pour l’école.

      Tout en faisant des économies, on pourrait améliorer la formation du second cycle.


      • CHALOT CHALOT 29 mai 2010 23:31

        Nico n !

        A propos du collège unique : je fais partie de ceux qui pensent qu’il est essentiel que toutes les compétences soient valorisées : je ne vois pas pourquoi dans les collèges on ne s’appuierait pas sur les capacités beaucoup plus pratiques de certains jeunes.
        Sans envoyer des jeunes en pré-apprentissage, l’enseignement polytechnique puis technique en LEP avec une valorisation de ce secteur permettrait de donner aux métiers dits manuels leurs lettres de noblesse.


        • crazycaze 29 mai 2010 23:56

          Cette envie de supprimer les maternelles (au moins la petite et la moyenne section, la grande serait rattachée à l’école élémentaire) était déjà dans les petits papiers de la droite au pouvoir entre 93 et 95.

          Alors que dans nombre de pays on souhaite pouvoir développer des maternelles, la frankozie s’apprête à faire comme d’hab’ les erreurs sur lesquels les autres essaient de revenir ou tentent de pallier.

          Mais il faut reconnaître aussi que les enseignants issus des IUFM sont particulièrement mal formés pour enseigner et encadrer les enfants de maternelle. La psychologie de l’enfant n’est qu’une option peu suivie, quand elle n’est pas mal enseignée, et l’essentiel de la formation (au rabais si on compare aux Ecoles Normales) prépare davantage les professeurs des écoles à la didactique des maths et du français, à l’enseignement élémentaire.

          Doctorant dans le premier labo de recherche sur la formation dans un IUFM, nous avions réfléchi avec les maîtres-formateurs à la possibilité d’une formation spécialisée pour les maternelles. Mais cette volonté a été stoppée nette par des considérations syndicales, non dépourvues de fondement, mais contre-productives, sur la différence alors entre un enseignant de l’élémentaire et un enseignant en maternelle (salaire, accès aux affectations...).

          De plus, il est quand même surprenant qu’en crèche il faille un adulte pour 7 à 10 enfants de 3 ans quand en maternelle on accepte 20 à 25 enfants du même âge pour un enseignant, avec parfois une demi atsem...

          Que l’on réforme les conditions d’accueil de la petite enfance, que le personnel d’encadrement soit formé de façon plus adaptée, c’est selon moi une nécessité. Mais l’accès à ces structures doit être gratuit et pour tous les résidents du territoire.

          Or, il est évident que le fossé entre commune riche et commune pauvre va se creuser avec les orientations actuelles, comme celui entre ceux qui travaillent dans de grandes boîtescapables de proposer des crèches d’entreprises et les autres salariés (ceux qui n’ont même pas de comité d’entreprise...).

          La minorité au pouvoir est en train de concocter une société où chaque strate socio-économique vivra dans un microcosme sociétal dont les membres auront bien du mal à s’extraire pour accéder à une strate socio-économique supérieure. C’est d’ailleurs déjà la réalité pour beaucoup de citoyens...


          • CHALOT CHALOT 30 mai 2010 12:52

            Crazycaze !
            Votre réflexion est intéressante voire pertinente
            Nous organisons un colloque sur la petite enfance le 20 novembre 2010 avec le président de la CAF de Seine et Marne, un représentant de la FCPE nationale, l’Inspecteur d’Académie... etc
            Seriez vous des nôtres ?
            Y compris pour la table ronde sur les modes d’accueil
            si oui
            me contacter
            jeanfrancoischalot@orange.fr


            • vero87 30 mai 2010 14:16

              allez une petite derniere pour la route !
              vous savez qui va s’occuper de former ces instit lachés ds la fosse aux lions sans formation à partir de la rentrée 2010 ?

              http://www.forprof.fr/cms_formation-continue-des-professeurs..._41.html

              eh bien ce genre d’officines , tout simplement ........
              comme ça tout le monde marchera ds le sens du vent des marchands ...
               mais il faut croire que tout ça n’émeut pas grand monde au regard du nombre de post qui ponctuent cet article ...
              ah ! mais c’est vrai qu’est-ce qu’on s’en fout , on a la coupe du monde 2016 ! suis-je bête quand meme !


              • CHALOT CHALOT 30 mai 2010 15:25

                Je connaissais cette information qui est passée inaperçue mais qui commence à se savoir.
                Ainsi effectivement des officines privées vont faire de la retape pour offrir une formation aux enseignants se substituant aux IUFM !
                Il faudrait d’ailleurs en faire un article pour Agoravox.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès