Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La formation et ses limites

La formation et ses limites

On parle sans cesse de réformer l’éducation. Si bien que cette fois-ci on liquide l’éducation de nos enfants. Chaque année plus personne n’est étonné des suppressions de postes dans l’éducation nationale.

On sait tous que notre éducation permet de nous rendre autonome. Pourtant on nous spécialise ce qui fait que l’on est dépendant des autres. La terminale S est la plus prisée des terminales. On dit que c’est une terminale généraliste. Pourtant peu de cours qui auront été appris serviront plus tard pour la plupart des élèves.

 

Nous avons tous envie d’être autonome quand on nous demande d’apprendre. Ceux qui réussissent sont ceux qui sont autonomes. Pourquoi alors n’apprend-on pas à être indépendant ? Un élève qui analyse est plus efficace qu’un élève qui apprend.

Il faudrait donc que l’élève soit aidé pour comprendre par lui-même. Au lieu de cela on lui fait avaler des informations que lui-même a du mal à comprendre.

Les formations en informatique sont un exemple de l’archaïsme de nos formations. Actuellement les informaticiens qui se distinguent des autres sont ceux qui connaissent les logiciels gratuits “dits” libres. On voit pourtant dans les formations pour informaticiens beaucoup de logiciels payants qui pourtant possèdent maintenant un clone libre. On devrait pourtant se poser cette question : Si un logiciel gratuit fait la même chose que le logiciel payant est-ce que je garde le logiciel payant ?

Nos formations devraient donc sans cesse s’intéresser aux limites de l’humain. Sinon nos entreprises ne pourront jamais profiter des derniers atouts de notre société.

Vous me direz qu’il faudrait former nos formateurs. Il existe des techniciens qui apprennent aux formateurs. Cherchons les pour qu’ils forment nos formateurs.

La formation d’un élève est réussie quand cet élève n’en a plus besoin. Pourtant le mercantilisme pousse à former sans se renouveler même si ce que l’on apprend ne sert plus.

On pourrait penser que le latin ne sert pas. Pourtant il sert à comprendre le français et à comprendre la structure des phrases. Si on supprime le latin il faut le remplacer par de la sémantique et de l’analyse de textes comme le font les juifs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • titi 28 septembre 2009 12:57

    « Si un logiciel gratuit fait la même chose que le logiciel payant est-ce que je garde le logiciel payant ? »
    Parce qu’il s’intègre mieux dans le Système d’Information global de la société qui l’utilise...
    Mais ça un développeur qui ne comprend pas pourquoi il développe en se cantonnant à comment ne peut pas l’appréhender...


    • matthius matthius 28 septembre 2009 17:13

      Pourquoi un logiciel libre s’intégrerait-il mal s’il est sur le même environnement ? En effet les sources du logiciel libre permettent de l’adapter aux autres.

      Le logiciel payant a en général plus de difficultés à s’intégrer car il faut attendre que l’éditeur veuille bien l’intégrer. Vous oubliez les fameux problèmes de mises à jour dans les logiciels payants. Les patchs du libre permettent de faire évoluer plus facilement.

      Les sources permettent de savoir ce qu’on peut faire. Il faudra faire de la devinette sans les sources. Un logiciel libre est donc plus adaptable qu’un logiciel payant.

      Aussi un logiciel libre est généralement plus standardisé qu’un logiciel payant. Ce sont les logiciels payants qui refusent les formats standards.


    • titi 28 septembre 2009 17:57

      Il y a eu une révolution dans la programmation : c’est la programmation Objet.
      La programmation Objet c’est avoir des objets qui exposent des Interfaces pour les faire fonctionner.
      Comment fonctionnent ces objets on s’en fout.

      Parler de l’ouverture du code source comme d’une avancée, c’est exactement revenir en arrière du concept objet.
      Qu’est que j’en ai à cirer d’accéder au code source d’Excel ? Ce qui est important c’est qu’avec une interoperabilité COM je peux ouvrir un fichier Excel, ajouter des feuilles, gérer son contenu en accédant aux cellules et colonnes , et enregistrer. La description du format du fichier je m’en temponne.

      Exercice :
      Ouvrir Firefox. Cliquer sur en lien OpenCalc sur un serveur HTTP. Modifier le contenu d’une cellule de et enregistrer par le bouton enregistrer de base. Comment faire en sorte que le document d’origine sur le serveur HTTP soit modifié ?

      Allez téléchargez les sources de FireFox, d’OpenCalc et de tout ce que vous voulez et résolvez ce problème en moins de 4 heures. c’est le temps pour développer celà avec le modèle COM, IE et Excel.

      Amusez vous bien.


    • titi 28 septembre 2009 18:04

      j’oubliais ...

      Le format standard.. standard de quoi ? du W3C ?
      Il y a mieux que le standard cogité par les geeks du W3C : c’est le standard des utilisateurs. C’est ca la vrai standard.

      Qui plus est, un standard dans tous les domaines s’aligne sur le mieux disant : en automobile une berline standard aujourdhui c’est 120g/co2, la clim, et l’autoradio. Tout ce qui était le top il y a 10 ans est standard maintenant
      En informatique c’est l’inverse. Les geek préfèrent les écrans moches sans drag’n’drop par-ce-que-c’est-pas-standard-w3c.
      Bah c’est bien les geeks continuez comme ca, et dans 10 ans vous pleurerez que les tchèques font mieux et moins cher.


    • Yannick Rossignol Yannick Rossignol 28 septembre 2009 17:28

      Fini l’éducation pour les plus pauvres d’entre-nous ; fini l’ambition de réduire les inégalités par l’instruction ; fini l’idée révolutionnaire d’Education Nationale ! Nos politiques, en réduisant sans cesse le personnel enseignant formé et en faisant appel à un contingent toujours croissant d’intérimaires composés pour l’essentiel de diplômés d’université sans boulot, dégradent consciemment la qualité de l’enseignement public en France. Dans cette logique libérale de destruction de la sphère publique au profit de la sphère privée, aucune crise financière ne viendra leur faire entendre raison. Le profit d’abord, le profit partout, le profit toujours. L’énergie, la santé, la Poste, les retraites, l’éducation, ils nous privent de nos biens les plus précieux... en notre nom ! Curieuse logique que celle qui consiste à prétendre vouloir sauver un système de sécurité sociale en augmentant les côtisations des usagers, excluant ainsi chaque jour davantage de personnes des bienfaits du dit système, niant par la même la vocation de ce dernier. On a abandonné les enseignants face aux difficultés que rencontrent nos enfants, en les sommant de régler les problèmes sans leur en donner les moyens. Mais voilà, ces fonctionnaires n’en peuvent plus, exténués de devoir trop souvent choisir entre leur santé mentale et l’avenir de ces gosses qui s’assombrit ; le dernier rempart est tombé, nos enfants sont seuls. Nos gamins réussiront si nous, parents, sommes en mesure de leur apporter notre aide et leur consacrer du temps. Combien seront-nous à pouvoir le faire véritablement ???


      • Bigre Bigre 28 septembre 2009 19:29

        @titi
        Disposer du code source, vu la taille et la complexité du code, effectivement, c’est peu utile.
        A moi.
        Mais que ce code soit disponible, ouvert à l’examen par tous me donne confiance.
        Que ce code donne des idées à certains, permette de se former, de progresser, de faire mieux ... Merci !

        Dire qu’une société qui écrase le marché développe un standard est un peu léger ... Et dire que les produits de Microsoft sont les mieux disant est une approche érronée. Il ne faut pas confondre qualité technique et position commerciale.

        Le format de bureautique ODF a été discuté, pensé, ... et adopté, les normes ont été publiées. C’est un standard avant même qu’il soit diffusé.

        Au mieux disant de produire une suite logicielle conforme à ce standard ISO 26300. 

        Microsoft a très bien compris que ce standard était la mort de sa suite Office et du profit correspondant, ils ont magouillé pour faire agréer un truc bancal (ouvrir un fichier MSXML avec autre chose que la suite, un éditeur de texte simple, changer la valeur d’une cellule et refermer, juste pour rire ... ou pleurer).

        Voilà, mais à part les petits gars de Microsoft, nous, on en a quoi à cirer des profits qu’ils peuvent faire ?

        L’interopérabilité, et son implication de formats ouverts, de standards formels, est une obligation, douloureuse pour une société et un vrai bonheur pour tous les usagers ! Et les développeurs !

        Bigre !


        • Bigre Bigre 28 septembre 2009 19:33

          > Il faudrait donc que l’élève soit aidé pour comprendre par lui-même....

          Apprendre à apprendre en fait ... Oui, effectivement, c’est un défi, parce que l’évolution des techniques exige un apprentissage continu ou des mises à niveau ... Cela demande du temps, de l’énergie, ...

          Cela demande des qualités de pédagogie qui ne sont pas communes ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès