Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La France découvre qu’elle est une république bananière

La France découvre qu’elle est une république bananière

République bananière : république « apparemment démocratique, mais régie par les intérêts privés de la prévarication ». Prévarication : « acte de mauvaise foi commis dans une gestion - grave manquement d’un fonctionnaire, d’un homme d’Etat aux devoirs de sa charge » (Petit Robert). Novembre 2006 : « Un livre publie pour la première fois un document interne de la DGSE, les services secrets français, vieux de dix ans, qui fait état d’un compte bancaire détenu par Jacques Chirac au Japon, crédité de 300 millions de francs. » (agence Reuters)


Le plus haut personnage de l’Etat et son épouse, qui déclaraient lors de l’accession de ce dernier à la présidence de la République en mai 1995, un patrimoine de 8,3 millions de francs, se seraient donc enrichis en dix-huit mois de quelque 290 millions de francs, somme qu’ils auraient presque totalement dépensée par la suite étant donné que leur patrimoine, tel que déclaré en 2002 à la fin du premier mandat de Jacques Chirac, s’élevait à 1,72 millions d’euros (soit 11,3 millions de francs).

Evidemment, la réalité doit être tout autre, notamment parce que le chef de l’Etat, qui a bien entendu démenti l’existence de ce compte japonais, aurait ouvert ce dernier en 1992. C’est du moins ce qui ressort des propos du général Rondot qui, le 28 mars 2006, devant les juges instruisant l’affaire Clearstream, reconnaissait l’existence de ce compte avant de se rétracter peu après dans la presse. Les juges avaient en effet saisi chez lui un classeur au nom de Gilbert Flam, magistrat qui fut détaché à la DGSE, contenant des informations sur ce compte.

Quoi qu’il en soit et sans entrer plus avant dans le détail de cette affaire : un document publié dans un livre, des informations contenues dans un classeur portant le nom d’un magistrat, le témoignage d’un général, toutes choses et toutes personnes directement liées à la DGSE, service d’espionnage qui n’a ni pour habitude ni pour rôle de discréditer le chef de l’Etat, à quoi s’ajoutent les sources du Canard enchaîné qui a révélé l’affaire le 19 avril 2006 et enfin, la quarantaine de voyages que Jacques Chirac a déjà effectués au Japon ainsi que la relation d’amitié qu’il a eue avec Shoichi Osada, président de la Sowa Bank où aurait été ouvert ce compte avant que monsieur Osada ne soit emprisonné dans son pays pour des malversations, tout cela fait beaucoup d’éléments corroborant les faits.

Alors, la France est-elle une république bananière ?


En 1977, Henri Deligny, ancien journaliste du Monde et du Canard enchaîné, a publié un livre d’investigation particulièrement fouillé et précis, une description quasiment ethnographique, intitulé Chirac ou la fringale du pouvoir 2. Il y traitait de l’ascension et des actions politiques du personnage avant même que celui-ci n’ait créé le RPR et n’ait été élu à la mairie de Paris - RPR et mairie de Paris, qui évoquent tellement de tricheries, tellement de scandales, de délits pourtant déjà en passe d’appartenir au passé... En voici donc quelques autres tirés du livre d’Henri Deligny.

Dans un film sur l’UDR (ancêtre du RPR) projeté à l’émission « Armes égales » du 20 septembre 1971 lors d’un débat opposant Jacques Chirac, à l’époque ministre délégué chargé des relations avec le parlement, au premier secrétaire du PC Georges Marchais, les personnes présentées comme étant de simples militants chiraquiens étaient en fait des figurants, au nombre desquels la propre secrétaire du ministre et Noël Maurin, secrétaire fédéral UDR de Corrèze.

Dans les heures précédant ce même débat, Chirac avait fait savoir à Marchais qu’en cas d’attaque personnelle, il révélerait en direct le soi-disant engagement volontaire de ce dernier aux usines Messerschmitt, en Allemagne nazie, à une époque où le Service du travail obligatoire n’existait pas encore. Durant l’hiver qui a précédé les législatives de 1973, des documents censés prouver ces accusations sont publiés dans la presse. Le premier secrétaire du PC porte plainte, et l’instruction qui s’ensuit permet non seulement d’établir qu’en 1970, le dossier de Georges Marchais conservé au ministère des Anciens combattants avait été demandé par un cabinet ministériel, avant de transiter par la première section des renseignements généraux, mais aussi que les photocopies des documents originaux avaient été falsifiées.

Le 25 août 1976, le Premier ministre Chirac démissionne. Jean-Pierre Delpont, qui était son chef de cabinet à Matignon, est aussitôt nommé préfet de la Corrèze, département où Bertrand Landrieu (actuel préfet de Paris et de la région d’Ile-de-France), qui a appartenu au cabinet de Chirac au ministère de l’agriculture, est également sous-préfet d’Ussel depuis 1974. Deux mois plus tard, le syndicat CGT du Trésor dénonce les faits suivants : « Plusieurs agents de la préfecture de la Corrèze se sont installés ce mardi 9 novembre à la Trésorerie générale de Tulle avec mission de procéder, toutes affaires cessantes, à la liquidation des indemnités sécheresse revenant aux exploitants agricoles de l’arrondissement d’Ussel, arrondissement dans lequel M. Chirac est candidat à l’élection partielle du 14 novembre. (...) Ces agents ont ordre de mener à bien cette tâche dans les 48 heures afin que les seuls agriculteurs de l’arrondissement d’Ussel perçoivent avant la fin de la semaine l’indemnisation des dommages subis. » Chirac s’était engagé devant ses électeurs à ce que l’indemnité sécheresse soit payée avant le premier tour. Il est réélu député de la Corrèze (il l’a déjà été de 1967 à 1974) et le restera jusqu’à son accession à la présidence de la République.

« Ce qui est grave, dans cette pénible affaire, c’est que tant d’efforts aient été dépensés et tellement de temps perdu pour accorder à un membre d’un cabinet ministériel des avantages illégaux en procédant à ce que les requérants appellent, à juste titre, des tours de prestidigitation et de l’illusionisme. Ce ne sont pas là des moyens propres à renforcer le moral des fonctionnaires et la moralité administrative. » (La revue juridique n° 473, septembre 1972). Telles sont les constatations du commissaire du gouvernement après les multiples remous parlementaires, au nombre desquels les attendus d’une décision du Conseil d’Etat relevant des « illégalités de mesures d’avancement prises à la suite d’avancements eux-mêmes illégaux », provoqués par la promotion outrancière que Chirac s’entêta pendant des années à accorder au modeste fonctionnaire André Terrazzoni, qui avait activement participé à l’implantation des candidats UDR en Corrèze.

« Voilà ! On va arranger mon affaire, mais il faudra que j’aille coller des affiches pour Chirac. Autant que vous le sachiez : je ne peux pas faire autrement. » Telles sont les confidences de militants corréziens de gauche ayant des ennuis avec les services fiscaux dans les années 1970. Quant aux élus communistes, qui sont à l’époque neuf à siéger au Conseil général de la Corrèze, ils sont harcelés : Chirac parvient par exemple à faire déménager une famille de quatre enfants, en lui trouvant un logement HLM ainsi qu’un emploi mieux payé pour le père, pour que la commune de Palisse, gérée par des communistes et dans laquelle habitait cette famille, voie son nombre d’enfants tomber sous le seuil permettant d’avoir une école. La commune réussit toutefois à conserver cette dernière en accueillant deux nouvelles familles. Chirac tente alors de lui supprimer le ramassage scolaire en menaçant de poursuivre en correctionnelle le premier adjoint qui s’en occupait, au prétexte qu’un article du Code pénal interdit aux élus de fournir des services à leur commune. Par chance, une loi de 1967 a modifié cet article du Code quelques années auparavant et Chirac devra baisser les armes.

En septembre 1971, Jean Montalat, populaire député socialiste de Corrèze qui refusait l’union de son parti avec les communistes, meurt des suites d’un accident de voiture. Sitôt son décès connu, Chirac téléphone à sa veuve pour être photographié à ses côtés lors de la fermeture du cercueil. Celle-ci refusera la drôle de proposition.

Lors des élections législatives de 1973, dans la 3e circonscription de Corrèze, celle de Chirac donc, des scrutateurs remarquent qu’un nombre important des certificats médicaux accompagnant les votes par correspondance proviennent d’un même centre médical parisien. Nombre d’électeurs de Meymac, pourtant domiciliés dans divers arrondissements parisiens, se sont ainsi tous trouvés malades à une date identique et leurs certificats médicaux ont pareillement tous été rédigés le même jour, par le même médecin, qui s’avérera être un intime de Chirac. Quant aux malades et internés des hôpitaux, asiles et maisons de retraite du département, ils ont voté en nombre. Alertés par ces dérives, des électeurs de gauche ont voulu réunir les éléments de preuve qui auraient permis un recours pour annuler l’élection, mais il était trop tard : le préfet de la Corrèze ayant opportunément prescrit aux maires d’envoyer immédiatement au chef lieu du département tous les documents électoraux, l’expiration des délais pour une action devant le tribunal administratif n’a pas pu être évitée.

Secrétaire d’Etat à l’économie et aux finances chargé du budget et des impôts de 1968 à 1971, Chirac a directement négocié à l’amiable le montant des impôts sur les bénéfices de grands groupes industriels dont, par exemple, Dassault-industriel. Après une tentative d’enquête sur ces pratiques par une commission parlementaire à laquelle sera bien entendu opposé le secret fiscal, Dassault-industriel devra néanmoins reconnaître diverses dépenses d’ordre électoral, tel que le financement du chiraquissime journal l’Essor du Limousin. Conclusion : « Chirac dégrève Dassault et Dassault finance Chirac. »

Une autre manière de se renvoyer l’ascenseur sur le dos du contribuable dont a, outre Chirac, profité par exemple la société Bouygues, était de faire financer par l’Etat des investissements énormes et hasardeux dans des pays insolvables (les fameux éléphants blancs d’Afrique...) Ce n’est pas pour rien que Chirac avait auparavant pris part à la mise en place de divers mécanismes d’aide au commerce extérieur.

Autre manigance et fort peu discrète cette fois-ci, car Chirac y a couvert par lettre les agissements de fonctionnaires qu’il avait dévoyés pour l’occasion : elle a consisté à passer outre une loi sur la protection du littoral puis, successivement, les décisions et rapports d’une direction départementale de l’équipement, d’une commission interministérielle (dont le récalcitrant directeur du service d’étude, mr Jean Lamoureux sera « placardisé »), d’un tribunal administratif, du conseil d’Etat et de la Cour des comptes, pour permettre au promoteur immobilier Christian Gaucher de construire une marina en 1969, à Bormes-les-Mimosas. Ainsi que le confiera cinq ans plus tard le « placardisé » Jean Lamoureux : « à ceux (les hauts fonctionnaires) qui obéissent docilement (au ordres qui leur sont donnés « par des membres irresponsables d’un cabinet ministériel  »), on réserve les avancements et les honneurs. Aux autres, les naïfs qui agissent selon leur conscience dans le respect de la loi, on réserve le couperet et une fin de carrière dans l’oubli. C’est ce qui m’est arrivé. » Et comme toujours, Chirac de fanfaronner, cette fois-ci dans le film Jacques Chirac, trois jours en Corrèze, tourné par François Reichenbach en 1975 : « Le problème de l’environnement est, à mon avis, l’un des plus essentiel de notre époque. (...) Les abus, à cet égard, deviennent de plus en plus flagrants (...) et tout doit être fait pour en limiter les excès et les conséquences. C’est en tout cas l’un des thèmes sur lesquels pour ma part, j’exerce le plus ma réflexion. »

Etc.


Tout ceci, ainsi que tout le reste, que chaque Français connaît peu ou prou, n’est bien entendu que la partie la plus émergée d’un plus que quarantenaire et pestilentiel iceberg de turpitudes, tant il est vrai que plus les affaires sont grosses, plus les témoins ont peur ou sont compromis, et se font rares, voire à jamais inexistants. Il ne faut d’ailleurs pas imaginer dans le témoignage posthume de Jean-Claude Mery, un des hommes-clé du financement illicite du RPR, lorsqu’il affirmait avoir, en 1986, donné une valise de billets à Michel Roussin, dans son bureau et en présence de Jacques Chirac, alors Premier ministre, un épisode exceptionnel dans la vie de ce dernier. Pas plus que ne sont pour lui exceptionnelles les histoires au sujet des armoires débordantes de liasses de billets de 500 francs au siège du RPR, ou encore sur le coffre-fort bien garni caché dans les toilettes de son bureau à la Mairie de Paris, ou beaucoup d’autres histoires encore, sans aucun doute bien plus incroyables, bien plus insupportables. Suffisamment de preuves, de faits, de témoignages sont aujourd’hui disponibles pour savoir que tout ceci n’est ni un fantasme populaire ni de la calomnie orchestrée par quelques adversaires politiques, mais le quotidien, le quotidien désiré, la vie construite librement et en toute conscience, toute la vie d’un homme qui est aujourd’hui et depuis bientôt douze ans, la clef de voûte de nos institutions ! C’est une catastrophe !

Alors, la France ? Une république bananière ? De la réponse que nous allons donner à cette question dépend en grande partie l’avenir de notre pays. Non, le pourrissement n’est pas une fatalité : il se combat. Chirac - et peu importe qu’il soit le produit d’un système : nous sommes tous les produits d’un système, délinquants multirécidivistes compris ! - Chirac donc et tous ceux qui lui ressemblent, tout ceux qu’il a, qu’il aurait enfantés, peuvent et doivent, absolument et par tous les moyens, être politiquement, socialement anéantis ! Et pour répondre à la question, je ne ferai pour ma part pas d’envolée lyrique car oui, bien sûr que oui : la France est une république bananière.


Arthur Mage

1. « Machinations, anatomie d’un scandale d’Etat », de Karl Laske et Laurent Valdiguié, qui paraît ce jeudi aux éditions Denoël.

2. « Chirac ou la fringale du pouvoir » a été réédité en 2002 par les éditions Syllepse sous le titre : « Chirac ? on vous avait prévenu... »

PS : à la lecture du Canard enchaîné de ce mercredi 15 novembre 2006, il semble bien que le conditionnel ne soit plus de mise concernant l’existence du compte japonais de Jacques Chirac.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (250 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • Emmanuel (---.---.87.194) 16 novembre 2006 13:02

    République bananière ?

    C’est l’impression également que j’ai eu hier à la lecture du canard enchaîné où l’on apprend que la DGSE avait bel et bien mis la main sur un compte au nom de Chirac avec 300 millions de francs dessus et qu’il a suffit à ce dernier, après avoir décapité le service secret correspondant au détriment de l’intérêt de la France, de démentir en indiquant qu’il s’agissait d’une rumeur ayant son origine dans une brève d’un journal japonais à scandale pour que toute la presse française (de qualité ?), Le Monde, Libération, etc... suive comme un seul homme alors même que cette brève n’a jamais existé (c’est pourtant facile à vérifier non ?) et que la note de la DGSE existe quant à elle belle et bien.

    Ce qui m’affole là dedans c’est la dépense d’énergie nécessaire à Chirac pour détourner de telles sommes, les placer, masquer l’escroquerie, acheter le silence des uns et des autres et tout cela au détriment de la mission qui lui a été confiée : la plus haute de toutes.

    Ce monsieur aura sans donc doute finalement plus consacré de son temps à oeuvrer pour lui-même que pour sa circonscription, sa ville ou son pays et le fait que les institutions (justice, presse, ..) aient permis cela laisse à penser très clairement que OUI on est dans une république bananière.


    • Sam (---.---.157.248) 16 novembre 2006 14:45

      Ce monsieur aura sans donc doute finalement plus consacré de son temps à oeuvrer pour lui-même que pour sa circonscription, sa ville ou son pays et le fait que les institutions (justice, presse, ..)

      Rien qu’à lire « le sommet du tas de merde » que l’auteur nous a synthétisé, on est bien obligé de le penser, c’est vrai.

      Cette énergie inclinant vers la compromission, le mensonge et le clanisme et les privilèges montre réellement quelles sont les motivations de Chirac.

      Elle souligne aussi combien n’importe qui peut être élu. Ce qui renvoie à la maladie grâve de nos institutions et de nos politicards. La boucle... smiley


    • Jean-Charles Duboc (---.---.102.41) 16 novembre 2006 13:47

      Le compte de Chirac au Japon, c’est aussi l’affaire Clearstream...

      Cette affaire, qui embarrasse Chirac, de Villepin, MAM, et d’autres personnalités, ne pourrait être que l’écume d’un tsunami qui arrive sur la classe politique, et qui serait en fait causé par le niveau de corruption atteint dans notre pays...

      Ce tsunami aurait une première vague, non encore identifiée par le public, et qui serait la révélation du détournement, en 1991, des indemnités de la guerre du Golfe par François Mitterrand....

      Ce détournement de fonds se monterait à près de 3,5 milliards de dollars....

      D’autres vagues, dont le dorénavant célèbre compte de Chirac au japon, pourraient ensuite arriver et nous débarrasser de tous les dirigeants politiques, de gauche et de droite, qui, depuis trois décennies, s’engraissent aux dépends des citoyens...

      La gravité de la corruption en France est confirmée par l’Institut des Affaires Economiques (Institut of Economic Affairs / London ) qui a estimé, le 22 juin 2006, que notre pays est le plus corrompu des pays industrialisés.

      Le classement s’établit en médailles d’or, d’argent de bronze :

      France : 4 médailles d’or !...

      Japon : 3 médailles d’or !...

      Italie : 2 médailles d’or !...

      UK : 3 médailles de bronze !...

      Il faut avouer que la lutte a été très serrée avec les Japonais et les Italiens, mais nous sommes les vainqueurs !!!!....

      A vrai dire, il est possible que l’année prochaine nous aurons encore plus de médailles d’or, et peut-être même un « Special Award » pour ce détournement de fonds publics.

      Afin d’en savoir plus, je vous recommande le Blog « l’UMP et la formation humaine des jeunes » que je viens de créer, et qui relate un détournement de fonds publics de 3,5 milliards de dollars, qui, s’il est confirmé, va poser quelques problèmes pour la présidentielle...

      Mais ce Blog est, d’abord, un lieu de réflexion sur les possibilités de formation des jeunes par la navigation, en équipage, à bord de grands voiliers (c’est le projet Euroclippers), la traversée de déserts à cheval, la course en haute montagne, et tout ceci, avec une très importante dimension européenne...

      Vous pouvez le consulter sur :

      http://euroclippers.typepad.fr/

      Bonne lecture.

      Jean-Charles Duboc


      • Olive (---.---.248.20) 16 novembre 2006 14:20

        Votre histoire d’indemnités volées sent la manip’ et le canular d’extrême droite à 3000 pieds de distance.

        Merci de produire des pièces et des preuves à l’appui de ce que vous avancez plutôt que des comptes-rendus de conversations de business class.


      • Bill Bill 16 novembre 2006 14:48

        cocoricooooooooooooo !

        Merci qui ? C’est de Gaulle qui disait en voyant que les athlètes ne ramenaient quasiment rien des jeux olympiques que si cela continuait ainsi, il finirait par y aller lui-même ! De Gaulle l’a révé, Chirac l’a fait...

        ON EST LES CHAMPIONS ON EST LES CHAMPIONNNNS ON EST ON EST, ON EST LES CHAMPIONS

        L’histoire ne sera pas tendre avec Chirac !

        Bill


      • Sam (---.---.157.248) 16 novembre 2006 14:52

        Duboc

        Tes assertations sont infondées ou floues. Clearstream et Chirac, des précisions...Mitterand et l’argent de la guerre du golfe...Des précisions.

        D’autant un paradoxe soutient tes fragiles constructions :

        comment être adhérent de la chose à Chirac, du Parti de la Mort qu’il a inventé, drivé et alimenté, maintenant au main de son « digne » successeur (inscrit sur Clearstream lui aussi..)...et demander Justice ?

        Enfin, des centaines de millions pour que les gens se baladent en violier, ça me paraît plutôt injuste.

        Même au Parti de la Mort, on peut s’apercevoir qu’en France il y a sept millions de pauvres, 11 millions de personnes en dessous de 800/mois.

        Ceux-là méritent l’argent.


      • mimi pinson (---.---.74.206) 16 novembre 2006 20:01

        monsieur franck dubosk

        il serait urgent de faire alliance avec monsieur falludja sur un autre fil genre cinquante /cinquante .

        ce vous serait tres profitable car il a une envergure internationnale qui vous manque .

        pour la redaction du contrat je ne prendrais que dix pour cent

        votre devoue mimi pinson ;


      • Shenan (---.---.10.94) 22 novembre 2006 09:43

        Je vois qu’il y en a qui se rangent du côté des racailles de la République !


      • Sam (---.---.157.248) 16 novembre 2006 14:34

        Claire synthèse sur les sombres magouilles de Chirac.

        Le Parti de la Mort et lui-même ont pris leur précautions, si par extraordinaire Chirac rejoignait sa demeure annoncée, la prison.

        Le fils spirituel est là.

        Le fils spirituel s’est imposé, marchant sur les adversaires, avide de pouvoir et prêt à tout pour l’avoir, notamment à déglinguer les ennemis, à mentir comme un arracheur de dents aux français et à courber l’échine devant le maître américain.

        Sans oublier de cracher sur le père. Bon sang ne saurait mentir.

        Le roi est mort, vive le roi.


        • gem gem 16 novembre 2006 15:29

          Sam, ton indignation serait plus crédible si tu ne passais pas ton temps ici à réclamer et exiger toujours plus de transfert financier et de pouvoirs dans les mains des politiques, comme Chirac, ou Huchon, ou Royal ...


        • Sam (---.---.116.185) 16 novembre 2006 23:17

          Gem

          Les hommes au pouvoir n’ont pas besoin de moi pour obtenir des transferts financiers. Surtout quand ils s’adressent aux banques japonaises.

          De toute façon, je n’ai pas leurs numéros de compte. Peut-être devrais-tu chercher sur Clearstream. smiley


        • gem gem 16 novembre 2006 15:22

          article interressant.

          Le terme de « République bananière » me semble, hélas, totalement inadapté : la République n’a même pas cette excuse d’avoir été soumise des intérêt plus fort qu’elle, la République a fait le choix délibéré des individus les plus crapuleux, Mitterand et Chirac, contre les individus dont la probité est hors de doute (Rocard par exemple).

          Les réactions à l’excellent article de JDCh sur le conflit d’intérêt fournissent elles-même l’essentiel de l’explication : sans honte ni pudeur certains trouvent normal, et l’écrivent dans agoravox, de choisir un élu en fonction de sa capacité à orienter la ressource publique vers leur cité/circonscription/propre poche. Chirac a fait très exactement ça, c’est à dire ce qui lui était demandé. Pourquoi s’étonner ?


          • PasKal (---.---.201.240) 16 novembre 2006 15:32

            On pourrait tout autant lire le livre paru il y a quelques mois (1 an je crois), écrit pat le « Comité Victor Noir » à propos (entre autre) du fonctionnement de la ville de Neuilly sur Seine sous la magistrature Sarkosy...

            Curieux, on en parle à l’étranger mais pa sun article, pas un mot, rien, nada, comme si ce livre n’existait pas, dans les médias français. On va finir par croire qu’ils sont contrôlés en France...

            Ah, Victor Noir... Fameux journaliste assassiné et enterré ...à Neuilly sur Seine justement. La rue qui borde de cimetière de Neuilly, se nomme précisément ’Victor Noir’. Charmante petite rue au demeurant ; en forme de ’L’. Elle abrite également un immeuble relevant de la mairie de Neuilly sur Seine, censé n’être qu’un garage pour engins municipaux divers (ramasse-crottes et autres ; rien d’important en apparence). Mais je me suis toujours demandé pourquoi cet immeuble sans intérêt était assez souvent, la nuit uniquement, gardé comme un ’coffre-fort’ avec moult de ’gros-bras’ qui éloignent les passants pour les renvoyer sur le trottoir d’en face... Mystère....Mystère...

            Mais l’on pourrait aussi parler du résultat de la perquisition effectué par la justice suisse dans l’appartement de Genève du banquier Edouard Stern, après son assassinat, et des ’documents relatifs à des transferts d’argent illégaux impliquant des politiciens français’, pour reprendre les mots même du juge d’instruction genevois... Il est vrai que dans ce dernier cas 2 noms ont été cités par le juge lui-même : l’un de droite (candidat ’possible’ ou ’probable’ ; l’on ne sait comment l’on doit dire désormais), l’autre de gauche (ça la fout mal ; ’chauve qui peut’).

            République Bananière la France ? Oh que OUI ! Sur ce sujet, il est à craindre qu’il n’y ait pas de ’rupture’ avant bien longtemps...


            • pinson (---.---.249.146) 24 novembre 2006 02:36

              Victot Noir est enterré au Père Lachaise, pas à Neuilly. Son gisant en bronze hyperréaliste avec sa braguette protubérante est assez connu, pourtant...


            • stormy (---.---.39.95) 16 novembre 2006 16:29

              " et tout particulièrement en Afrique Noire. Pour moi seuls ces gens étaient capables de transformer en pourriture tout ce qu’ils touchaient,à contrario de Midas dont le toucher transformait tout en or."

              A Tal

              Vos assertions auraient tenu á 100% si les Africains seuls,sous leur entière responsabilité,sans rapport avec quiquonque á l’èxterieur, avaient transformés leur or en pourriture.Etant donné qu’au final tout n’est pas aussi blanc qu’on pourrait le prétendre en France, je trouve bien mal aisé de critiquer des gens qui étaient dans un tout autre contexte ,revenir sur les détails(que vous n’ignorez pas) est inutile.Qu’un Indien sorte ce genre de trucs,je pourrait aisement comprendre ,vu qu’ils reviennent de loin ,mais de votre part c’est tres injuste et bléssant.


              • tal (---.---.94.134) 16 novembre 2006 18:28

                @ Sam.

                Si tu me voyais, tu serais mort de rire !!! smiley smiley smiley @ Stormy

                Oh que non !!! je n’ignore pas tout cela comme vous dites... vous avez milles fois raison.Mais bien que cela paraisse évident à vous comme à moi, ça ne l’est apparemment pas pour tout le monde.Pour cette raison, je me suis fait l’écho de propos ainsi exprimés ,ou sous forme d’allusion,entendus quelquefois sur mon lieu de travail ou ailleurs,à l’occasion de discussions sur les responsables Africains dans le cadre de la coopération France-Afrique

                Cordialement à tous deux smiley


              • gerardlionel (---.---.84.63) 16 novembre 2006 17:57

                Je profite de votre contribution, pour rappeler les forts soupçons qui pèsent sur ce personnage, dans l’affaire Boulin ; Boulin gaulliste plusieur fois ministre et qui pouvait être nomé par Giscard au poste de premier ministre avit fait l’objet de campagne visant à salir sa réputation, et a été suicidé dans un étang ; rapidement : de nombreuses pièces de l’enquête ont soit disparues, soit des témoins ont « émigré » en amérique latine, et des documents ont disparus.

                Les soupçons ont pesé sur le SAC services d’action civique, C.Pasqua, A.pierrefite, et « le grand »(J.Chirac).

                Les enfants de R.boulin ont cherché a éviter que l’affaire soit classée et quelques infos ont filtré, mais au final les coupables courent toujours.


                • Forest Ent Forest Ent 16 novembre 2006 18:57

                  Si ma mémoire est bonne, « la république bananière » était le titre d’un livre paru il y a environ 20 ans sur « l’affaire Urba », première affaire « grand public » de financement des partis. Pour découvrir le sujet aujourd’hui, il faut avoir beaucoup regardé TF1 ces vingt dernières années.


                  • Bernadette (---.---.30.69) 16 novembre 2006 20:27

                    Vous ne devriez point dire du mal de mon epoux...

                    Je connais personnellement David Douillet et il pourrait bien vous donner une lecon mon cher Monsieur.

                    Signé : La Première Banane de France

                    BC


                    • l’autre sens (---.---.126.201) 16 novembre 2006 20:54

                      Chirac est une Banane ! Bien pourrie et à terre...

                      Et notre république glisse dessus.... !

                      Merci Madame Chirac ! Ca c’est du Bananier !


                      • Ezzedine el Kassem falloujah 16 novembre 2006 23:14

                        Bonjour Arthur Mage

                        C’est ton Falloujah préfèré, pas mal ton article.


                        • Zamenhof (---.---.64.30) 17 novembre 2006 00:24

                          Pas seulement la France. La Belgique aussi se comporte comme les pires républiques bananières : prisonnier d’opinion, brutalités et humiliations, mensonges pour complaire à une puissance étrangère tortionnaire, procès indigne et arbitraire : voyez ici :


                          • zOoO zO 17 novembre 2006 03:57

                            Découverte découverte.... !!!!

                            C’est étonnant ce genre d’article, car on pourrait le refaire à l’infini en remplaçant le nom de l’acteur principal, par celui de n’importe quel homme politique, en y adaptant les noms de lieux adéquats, pour que cela fonctionne.

                            Cela me fait penser à ces vieux films français des années 70-80 qui mêlaient politique et banditisme.

                            Tous cela pour dire que j’ai déjà lu ce genre de scénario un bon paquet de fois, et que dans tous les cas je suis persuadé que l’on pourrait l’adapter à nombre de pays que l’on ne nommerait pas pour autant république bananière.


                            • lolokerino (---.---.41.177) 17 novembre 2006 07:15

                              colporter toutes les rumeurs, accuser sans preuve...

                              les haines qui vous habitent vous vous perdre tout mesure et toute notion de ce que peut etre la justice !

                              Vous êtes les dignes decsendant des tribunaux revolutionaire pratiquant la justice expeditive,

                              Vous etes les fils et les filles des comités de liberations rasant à tours de bras, menant les pires actions de represailles sans aucun discernement, melant justice expeditive et vengeance personnelle

                              Pour vous, toute allegation devient preuve immediate. parce que c’est ecrit dans le journal, cela devient irrefutable !

                              Vous ne vous interrogez même pas sur l’objectivité et la source de l’information (ex : syndicat cgt des impots de la coreze...sic) Jospin, pendant 5ans, 5ans ! n’a eu de cesse que de trouver des « choses » sur Chirac, monopolisant les services de l’etat ( cela ne choque apparement personne ) en envoyant même la dgse enqueter sur les relations amicales de Chirac au Japon

                              Son cabinet noir, Montebourg , Halphen ont eu des resultats tellement mediocre qu’Halphen s’est vu refusé par le Ps l’investiture aux legislative qu’il souhaitait

                              Et bien sur tout cela n’est que parole d’evangile.. tout comme la cassette Mery de ce pauvre diable mourrant qui , après cadeau fiscal de Strauss Kahn (resic) a trouvé moyen d’avoir une derniere importance et vengeance avant son trepas !

                              Alors je ne dis pas que les Chirac sont tout blanc, laisser la justice faire son travail.Ne participez pas a ce linchage publique aussi infect que tout autre lynchage


                              • l’autre sens (---.---.225.127) 17 novembre 2006 10:31

                                ...« laissez faire la justice faire son travail ! »..(? ???)

                                De quoi parlez vous ?

                                Je vous rappelle que la justice ne s’adresse qu’au pauvre et aux honnete gens, et qu’elle n’a aucun accés aux supérieur.

                                Ne voyez vous pas ces juges qui trépignent au pas de l’Elysée, attendant la sortie du citoyen Chirac !

                                Ne voyez vous pas, Que Chirac fait tout pour leur échapper, et qu’il se représentera, que pour continuer à ce protéger, de la montagne de malversasions qui jette tant d’ombre sur cette république.

                                La justice, pfff ! Comme tant d’autres victimes de ses incapacités à définir clairement ce qui est juste, je pense que le salut ne viendra surement pas de ce coté là, d’autant qu’a mon avis, la justice, par les injustices qu’elle génère est un acteur fondamentale, du mal être de notre société et de sa perdition !


                              • alberto (---.---.226.143) 17 novembre 2006 10:42

                                Cher Lolo, les excès des tribunaux révolutionnaires que l’on ne peut que condamner pour leurs abominations (« les têtes tombent comme des tuiles » ! signé Fouquier-Tinville) venaient en réaction de la confiscation du pouvoir par une classe auto-proclamée aristocratique attisant les haines par son mépris de toute roture.

                                Aujourd’hui, une nouvelle aristocratie issue de l’ENA s’est installée dans les fauteuils des salons dorés de la république.

                                La guillotine ayant disparu de la place de la Concorde la tête de Chirac n’a pas à craindre une quelconque décollation, mais dans cette affaire s’il y a quelques excès dans l’attribution supposée des magouilles présidentielles, ceux-ci sont la contre-partie des excès de pouvoir avérés visant à des enrichissements dignes d’une république bananière !


                              • louis mandrin (---.---.45.205) 20 novembre 2006 10:13

                                malin, le vieux a préparé sa sortie, en plaçant un de ces fidèle au poste clef, celui qui bloquera toute action de la justice contre cet escroc et sa clique


                              • parkway (---.---.18.161) 23 novembre 2006 10:58

                                la peine de mort,non !

                                les coups de pieds aux culs, oui !


                              • Jean-Charles Duboc (---.---.102.41) 17 novembre 2006 09:53

                                Cher monsieur Arthur Mage,

                                Je dois avouer que votre note sur Jacques Chirac est bien argumentée, mais tous les Français bien informé, curieux et critiques, savent, depuis longtemps, que la France est une république bananière...

                                Souvenez-vous de l’affaire des DIAMANTS de Giscard !...

                                Cette affaire est d’ailleurs beaucoup plus grave que ce qu’à bien voulu raconter au public le Canard Enchaîné... En fait, il semblerait que le stock de diamants de Giscard d’Estaing ait été beaucoup plus important que tout ce que vous pouvez imaginer...

                                Permettez-moi de vous raconter une petite histoire...

                                Lors de « l’opération Barracuda » qui a permis de renverser l’Empereur à vie Jean-Bedel Bokassa, le 20 septembre 1979, et de le remplacer par son neveu David Dacko, la résidence impériale de Berengo fut fouillée par nos parachutistes qui y découvrirent un stock de diamants d’une valeur considérable...

                                En effet, Bokassa était prévoyant et il avait accumulé une partie important de la production de diamants du Centre-Afrique, depuis on accession au pouvoir en 1965...

                                Cette réserve de diamants se montait à 106 000 carats... De très beaux diamants bruts dont la valeur totale est estimée à trois milliards de dollars de l’époque...

                                La majeure partie fut, d’après mes informations, remise au Président de la République Française, Valéry Giscard d’Estaing...

                                Ces diamants auraient ensuite été retaillés à Tel-Aviv, New-York, Hong-Kong...

                                Le receleur, notre vénérable président, aurait, toujours d’après les mêmes sources, revendu pendant des années des diamants « au noir », c’est-à-dire sans déclarer ces ventes au fics...

                                Vous allez me dire : « Vous n’avez aucune preuve ! »

                                Et je vous répondrai que c’est parfaitement exact.

                                Par contre, ce que je sais, c’est que notre très respecté président a fait construire une grille en fer forgé entourant son château pour la coquette somme de 6 millions de francs...

                                Connaissant l’avarice notoire du couple Giscard - plus on est riche, plus on est radin - j’ai déposé ces information à la BCR du Havre en mars 2000 et provoqué immédiatement une enquête fiscale sur VGE, compte tenu du fait que j’étais déjà connu par la dénonciation du détournement des indemnités de la guerre du Golfe...

                                Et ce que je sais aussi, c’est que j’ai fait une demande de prime d’aviseur de 3 millions d’euros, par courrier au ministre des Finances, Laurent Fabius, le 9 avril 2001, sur ce trafic de diamants...

                                En effet, un président de la République aussi mafieux vaut bien une petite prime...

                                Et puis il faut bien donner une preuve définitive de son mépris à la classe dirigeante, lorsqu’elle est corrompue...

                                J’ajoute que Ségolène Royal, qui, comme toute les dames, adore les cailloux, saura peut-être se servir de cette affaire pour montrer que nous sommes réellement une république bananière, et prendre le pouvoir ?...

                                Il lui suffit de demander quelques informations à Dominique Strauss-Kahn, et à Laurent Fabius, qui connaissent, tous les deux, très bien, cette affaire des diamants de Giscard....

                                Cordialement

                                Jean-Charles Duboc


                                • Samirabelle (---.---.18.96) 17 novembre 2006 12:14

                                  Parler de république bananière, n’est-ce pas stigmatisant pour certaines composantes de notre société ! Et pourquoi pas république couscoussière pendant qu’on y est ? smiley


                                  • Jean-Charles Duboc (---.---.102.41) 17 novembre 2006 13:32

                                    Monsieur Arthur Mage,

                                    Vous écrivez : « Enfin peu importe : l’important pour moi était uniquement d’informer sérieusement les lecteurs de ce fil »...

                                    C’est aussi mon but, même si les faits que je rapporte vous semblent intolérables...

                                    Juste une petite question à laquelle vous ne répondrez pas : Pour quelles raisons les socialistes ne se sont jamais emparés du rapport sur le compte de Chirac au Japon pour le décrédibiliser ?...

                                    Ou encore : Pour quelles raisons Jospin a-t-il délibérément caché le rapport DGSE au public lorsqu’il était à Matignon ?..

                                    Curieux cette complicité ?..

                                    Ne trouvez-vous pas ?...

                                    Cordialement

                                    Jean-Charles Duboc


                                    • Jean-Charles Duboc (---.---.102.41) 17 novembre 2006 19:13

                                      Monsieur Arthur Mage,

                                      Vous écrivez : « Bon, Monsieur Duboc : soit vous êtes un fou, soit vous travaillez pour des pourris visés par mon article »

                                      Permettez-moi de vous faire remarquer qu’insulter n’est débattre...

                                      Le débat d’idées se fait avec des arguments logiques, rationnels, et en aucun cas des insultes, ce que vous semblez ignorer...

                                      Je vous recommande l’étude de la DIALECTIQUE.

                                      Le dictionnaire Hachette 2000 donne du mot « dialectique », la définition philosophique suivante :1. PHILOS. Au sens propre, art de dialoguer. Cette notion renvoie à la fonction logique et discursive de l’esprit quand il procède par les médiations du raisonnement et non par l’intuition immédiate. © Hachette Livre, 1998

                                      Quant aux pourris, reportez-vous à la parabole du Christ concernant « LA PAILLE ET LA POUTRE », et avec un peu d’autocritique vous pourrez admettre qu’elle reste toujours valable surtout si vous étudiez le niveau de corruption de la Mitterrandie (affaire Urba, etc...)

                                      Mais je vais vous faire une confidence.

                                      Oui, je travaille pour les « pourris », comme vous dites, si les « pourris » signifie pour vous l’Union pour un Mouvement Populaire...

                                      En fait, je suis en contact constant avec l’État-major de l’UMP afin de rendre public le détournement des indemnités de la guerre du Golfe par François Mitterrand, et ceci, avant le PREMIER TOUR de l’élection présidentielle...

                                      Mon but est une révélation progressive au public, tout en évitant, surtout, des émeutes populaires...

                                      Pour l’instant, l’information sur ce détournement de fonds publics n’est connue que des principaux dirigeants de l’UMP... J’ai mis un commentaire sur une centaine de BLOGS d’élus de mon parti, dont ceux d’une dizaine de ministres...

                                      Vous pensez que je plaisante ?...

                                      Je vous recommande une recherche Google avec le mot-clef « Euroclippers ».

                                      Bonne découverte, et bonne lecture.

                                      Jean-Charles Duboc


                                      • louis mandrin (---.---.45.205) 20 novembre 2006 10:11

                                        qui cela étonne-t-il ? pas moi en tout cas...ce qui me dérange, c’est que des bandits de cette envergure ne connaitront jamais la prison, alors que mouloud ira purger une peine de 5 ans pour vol de nike dans une grande surface de banlieue....ou qu’une mère de famille devra subir la honte d’un jugement pour vol de pain parce qu’elle ne peut plus vivre de son rmi avec ces 5 enfants....ou encore ce pauvre internaute condamné à payer 2000 € de dommages intérêts à une pourriture de major pour avoir téléchargé deux morceaux de l’avant-dernier album pourri de la star’ac....un président-voyou, des ministres blanchisseurs, des privatisations pour le franc symbolique de pans entiers d’entreprises stratégiques aux amis du clan, la mafia sicilienne ou napolitaine fait figure de « petits joueurs » à coté de nos cadors qui adorent tater le cul des vaches devant les caméras....il faut qu’après mai 2007, ils finissent tous en prison, ces racailles, chirac et Bernadette en tête (la vieille qui pique en plus dans les troncs des pièces jaunes avec douillet)....douze balles dans la peau, voilà ce qu’ils méritent....


                                        • Jean-charles Duboc (---.---.102.41) 20 novembre 2006 19:27

                                          Bonjour Monsieur Mandrin,

                                          Je comprends très bien votre ressentiment, et c’est la raison pour laquelle j’ai dénoncé ce qui semble être le détournement des indemnités de la guerre du Golfe par François Mitterrand, ainsi que le trafic de diamants de Giscard d’Estaing...

                                          Je ne vote pas pour cela, et je ne paye pas des impôts, non plus, pour cela...

                                          Plutôt que d’employer la violence, je préfère employer une forme tout à fait légale, et réglementée, qui est la dénonciation, avec demande de prime...

                                          Car un élu corrompu ne vaut pas plus que cela...

                                          Mais votre révolte un peu guerrière me fait penser au mystérieux GROUPE À CARACTÈRE TERRORISTE AZF qui a menacé les voies ferrées au début 20004.

                                          Ce groupe, jamais identifié, disparu aussi subitement qu’il était apparu, a menacé de poser des bombes sous les voies ferrées afin de satisfaire un certain nombre d’objectifs.

                                          Voici un extrait de la première lettre du groupe AZF, envoyée à l’Élysée, et au ministère de l’Intérieur, le 11 décembre 2003 :

                                          « A quel but final voulons-nous contribuer ? »

                                          « Quelles que soient les contraintes et les motivations des responsables gouvernementaux, souvent compréhensibles pour le court terme, les citoyens conscients se désespèrent de la manière catastrophique dont est géré le monde et notre propre pays, plus que tout autre état moderne gouverné par de simples réflexes primaires et privé d’authentiques dirigeants. Nous, membres d’AZF, sommes déterminés à combattre sans merci : »

                                          « -Un système économique dévoyé, voué à son propre service plutôt qu’à celui de l’homme.
                                          - Des politiciens plus occupés à parvenir aux commandes et à s’y maintenir qu’à accomplir leurs tâches véritables.
                                          - Des états hypocrites et fortement totalitaires qui dissimulent et combattent des progrès majeurs potentiels (énergies libres, médecines nouvelles) et par ailleurs protègent des techniques archaïques et destructrices afin de prolonger l’existence des pouvoirs en place.
                                          - La collusion de fait entre organismes médico-sociaux, agro-alimentaires, et culturels destinés à baisser la santé physique, intellectuelle et spirituelle de la population.
                                          - Un enseignement réducteur destiné à former des êtres soumis plutôt que créatif.
                                          - Un appareil médiatique complice conçu pour abaisser plutôt que développer la conscience individuelle et collective. Etc... »

                                          « En résumé, nous voulons plus que jamais accomplir ou soutenir toutes actions susceptibles de remettre les systèmes socio-économiques au service de l’individu responsable et souverain, cela afin de relancer le progrès et permettre la survie même de la planète. »

                                          Les lettres du groupe AZF sont disponibles dans l’ouvrage : « Suzy contre mon Gros Loup - AZF » Élise Galand & Romain Icard - Édition Privé.

                                          Ce courrier est réellement stupéfiant, car extrêmement lucide et déterminé... Le niveau opérationnel du groupe AZF est absolument remarquable, et a mis en échec aussi bien le ministère de l’intérieur que le ministère de la défense... Ses membres sont toujours en liberté et apparemment non identifiés...

                                          Qui sont-ils ?... Reviendront-ils ?... D’où viennent-ils ?..

                                          Il faut savoir que j’ai fait un rapprochement entre ce groupe et le détournement des indemnités de la guerre du Golfe... J’ai émis comme hypothèse que ce groupe POURRAÎT être constitué de militaires révoltés par ce crime contre la défense... Bien que cela ne soit pas prouvé, il n’est pas possible de prouver le contraire...

                                          Il y a d’ailleurs quelques éléments qui font pencher pour cette hypothèse.

                                          La première est que l’apparition de ce groupe a eu lieu exactement un mois après que j’ai réussi à mettre sur le site des Bordaches, les élèves de l’École Navale, le descriptif de mon action de dénonciation du détournement des indemnités de la guerre du Golfe...

                                          La deuxième est que ce groupe a disparu, le 25 mars 2004, une semaine après que j’ai envoyé un fax à la DST pour proposer cette hypothèse au ministère de l’Intérieur... Car il n’est pas impossible que le groupe AZF possède une ou deux taupes à l’intérieur, ou à la défense, ou encore de puissants moyens de renseignement...

                                          Il semble, malgré tout, que j’ai été la première personne à identifier le groupe AZF avec une probabilité relativement élevée...

                                          J’étais en contact avec la DST car j’avais participé à un film avec un officier de ce service.

                                          Pour plus d’info sur mes activités annexes, et le film en question, vous pouvez consulter les sites suivants :

                                          http://rr0.org/ufologie/enquete/dossier/Duboc/index.html

                                          http://www.ufocom.org/UfocomS/interview_duboc.htm

                                          Pour revenir au Groupe AZF, le pire est toujours possible, et je n’exclue absolument pas que ce groupe ne puisse pas revenir si la situation politique de notre pays continue à être aussi lamentable...

                                          Cordialement

                                          Jean-Charles Duboc


                                          • louis mandrin (---.---.45.205) 22 novembre 2006 16:43

                                            Je pense en effet que le ressentiment que je porte est partagé par l’immense majorité des français, dégoutés des magouilles de nos politiques. On en porte aussi un peu la responsabilité, on a les politiques que l’on élit. Cependant, contrairement à Chirac et aux autistes qui gouvernent ou ont gouverné la france, le peuple trouvera, dans le scrutin à venir l’occasion de faire entendre sa voix tonitruante...La parution ces jours ci d’un livre sur l’affaire des fichiers manipulés de clearstream, la convocation imminente de villepin devant les juges (libre, assisté, inculpé, ils n’en savent encore rien), l’histoire des comptes secrets japonais de jacques qui ressort en même temps semblent planter un décor d’avant-curée, pour peu que georges freche, vexé de sa probable exclusion du PS, nous lache encore quelques juteux dossiers sur ses camarades parisiens....En ce qui concerne un certain valery, retraité de la politique, j’ai entendu qu’il chassait le cerf dans les réserves nationales (présidentielles) au MAT 49 du haut d’un hélico...vraiment pas de quoi rassurer nos concitoyens de l’époque lorsque l’on sait qu’il pouvait aussi bien engager les forces stratégiques... Pour ce qui est d’AZF, je n’ai aucune opinion à leur sujet, je n’ai que très peu suivi leurs exploits, un groupe terroriste constitué d’anciens militaires aurait agit différemment, s’attaquant efficacement à des cibles identifiées et directement impliqués dans l’affaire que vous citez plus haut, je pencherais plus pour un groupuscule un peu potache, d’étudiants ou d’élèves de grande école.


                                          • parkway (---.---.18.161) 23 novembre 2006 10:45

                                            il ne faut pas oublier que le vieux salopard finit sa carrière et que ses copains sont toujours là et sont donc aussi pourris que lui.

                                            Il faut donc s’occuper de ces autres salopards.

                                            Quant à ceux qui ne font pas partie de ses amis mais qui le côtoient, ils sont parfaitement au courant de ses agissements et ne disent rien...

                                            Complices ?


                                            • Jean-Charles Duboc (---.---.102.41) 25 novembre 2006 22:36

                                              Bonjour Mandrin,

                                              Je partage bien évidemment votre ressentiment quand je constate le niveau de bassesse de beaucoup de nos dirigeants...

                                              Pour revenir à GISCARD D’ESTAING, sa renommée dans les chasses présidentielles est indiscutable, mais je ne savais pas qu’il avait été jusqu’à chasser d’un hélicoptère au MAT 49...

                                              Effectivement, Giscard d’Estaing, d’après un ami bien renseigné, ne chassait pas, mais faisait de véritables carnages, de véritables tueries, dans les chasses présidentielles... Il a laissé le souvenir d’un véritable malade de la gâchette...

                                              La chasse, dont l’origine est liée au besoin de se nourrir, ou de se débarrasser des prédateurs, est parfois détournée de son véritable objectif par des individus qui prennent un PLAISIR SADIQUE À TUER...

                                              Nous avons eu un président, souffrant d’une frénésie compulsive de la gâchette, qui donne une image assez sanglante du personnage, bien éloignée des reportages de presse idéalisés que nous connaissons, et qui ont été réalisés en sa faveur, et sur mesure, par les professionnels de la communication...

                                              Car la Presse, les médias, quoiqu’ils s’en défendent, sont les premiers complices de ce système aberrant qui fait que nous ne choisissons pas les plus intelligents pour nous diriger, mais les plus cinglés...

                                              C’est d’ailleurs ce qu’écrit le MYSTÉRIEUX GROUPE À CARACTÉRE TERRORISTE AZF, dans sa première reçue le 11 décembre 2003 à l’Élysée, et que je me permets de reproduire :

                                              « A quel but final voulons-nous contribuer ? »

                                              « Quelles que soient les contraintes et les motivations des responsables gouvernementaux, souvent compréhensibles pour le court terme, les citoyens conscients se désespèrent de la manière catastrophique dont est géré le monde et notre propre pays, plus que tout autre état moderne gouverné par de simples réflexes primaires et privé d’authentiques dirigeants. Nous, membres d’AZF, sommes déterminés à combattre sans merci : »

                                              « Un système économique dévoyé, voué à son propre service plutôt qu’à celui de l’homme. » « Des politiciens plus occupés à parvenir aux commandes et à s’y maintenir qu’à accomplir leurs tâches véritables. » « Des états hypocrites et fortement totalitaires qui dissimulent et combattent des progrès majeurs potentiels (énergies libres, médecines nouvelles) et par ailleurs protègent des techniques archaïques et destructrices afin de prolonger l’existence des pouvoirs en place. » « La collusion de fait entre organismes médico-sociaux, agro-alimentaires, et culturels destinés à baisser la santé physique, intellectuelle et spirituelle de la population. » « Un enseignement réducteur destiné à former des êtres soumis plutôt que créatif. » « Un appareil médiatique complice conçu pour abaisser plutôt que développer la conscience individuelle et collective ». Etc... « En résumé, nous voulons plus que jamais accomplir ou soutenir toutes actions susceptibles de remettre les systèmes socio-économiques au service de l’individu responsable et souverain, cela afin de relancer le progrès et permettre la survie même de la planète. »

                                              Extrait du livre : « Suzy contre mon Gros Loup - AZF » d’Élise Galand & Romain Icard - (Édition Privé).

                                              J’ai longuement étudié le cas de ce groupe terroriste et je dois vous avouer que si l’hypothèse de militaires révoltés de peut pas être retenue en priorité, elle ne peut pas, non plus, être exclue...

                                              Ce groupe représente une ÉPÉE DE DAMOCLES au-dessus de l’État, car ses membres sont toujours en liberté...

                                              Quant à imaginer un groupe de potaches, ils ont tout de même été capables de faire une mine de type commando de marine des années 50 avec un détonateur extrêmement sophistiqué, et le tout a parfaitement fonctionné...

                                              Ce groupe terroriste est plus inquiétant que tout ce que vous pouvez imaginer...

                                              Très cordialement

                                              Jean-Charles Duboc


                                              • louis mandrin (---.---.45.205) 28 novembre 2006 21:50

                                                leur manifeste politique est presque séduisant, il dénonce en tout cas ce que beaucoup d’entre nous éprouvent face au système qui nous dirige (et nous écrase) depuis trop longtemps. Je pense que, dans les grandes heures de notre histoire révolutionnaire, ils auraient été des patriotes de premier rang, prompts à raccourcir les ci-devants nobles, les tyrans de tous poils. J’ignore si l’heure est de nouveau à la révolution, mais à analyser finement les évènements et la conjoncture de notre pays, nous nous retrouvons presque dans une situation aussi explosive, une étincelle suffirait à jeter le peuple dans la rue, mais ce nouveau mai 68 sera certainement moins « joyeux » que l’original et ressemblerait plus à un 1789, armement insurrectionnel en plus...en tout cas, moi, je ne reconnais pas la France dans nos politiques actuels, de droite comme de gauche, et j’espère que cette France qu’on nous confisque depuis trop longtemps va enfin sortir des urnes en 2007, mais quel est le candidat qui pourra réunir le peuple, je ne vois pas ségolène ni nicolas, encore moins le cyclope...Bayrou pourrait faire illusion, mais combien de temps ? qui ?


                                              • Jean-Charles DUBOC Jean-Charles DUBOC 6 août 2007 22:06

                                                Pour reprendre le titre de votre note « La France découvre qu’elle est une république bananière », je préfère le terme de TOTALITARISME MAFIEUX qui me semble s’appliquer à notre « démocratie » bien plus justement, et avec beaucoup plus de signification, que le terme « République bananière ».

                                                Et pour savoir si la République française est devenue progressivement un TOTALITARISME MAFIEUX, il est nécessaire de rappeler la signification précise de totalitarisme.

                                                Je reprends le « Robert », dictionnaire historique de la langue française :

                                                « Le radical de TOTALITÉ à servi à former au XXèm siècle l’adjectif TOTALITAIRE (1927) qui s’est répandu à la fin des années 1930 pour qualifier les régimes et mouvements autoritaires nés au cours de la décennie précédente (d’abord le fascisme italien) ; il est employé dans un style didactique au sens de « qui englobe, prétend englober la totalité des éléments d’un ensemble »

                                                « A son tour totalitaire a produit l’antonyme ANTITOTALITAIRE et le dérivé TOTALITARISME (1936) passé dans l’usage courant depuis 1945 et souvent pris comme synonyme « d’autoritarisme ».

                                                Pour savoir si la République française est devenue, en particulier, sous François Mitterrand, un totalitarisme il faut se poser la question de savoir si le pouvoir du Président de la République a permis une forme ABSOLUE D’AUTORITARISME, c’est-à-dire que son action n’a pu, en aucune façon, être contrôlée par le Parlement, les grands services de l’État ou encore les citoyens .

                                                Et là, je me vois obligé, pour ceux qui ne connaissent pas le dossier, de rappeler ce qui semble être le détournement des indemnités de la guerre du Golfe réalisé par la Gauche, mais avec la complicité passive de la Droite :

                                                http://www.planete-ump.fr/t602-D%C3%A9tournement-des-indemnit%C3%A9s-de-la-...

                                                Et je dois avouer que pour cette affaire, il n’a pas été possible de contrôler un Président de la République, que cela soit par les élus de l’Assemblée Nationale , car j’en ai alerté beaucoup, le ministère des Finances , et je ne reviendrai pas dessus, ou encore les citoyens comme moi-même dont les nombreuses lettres aux différents ministres des Finances ont été délibérément ignorées...

                                                Cette SOUMISSION au pouvoir, et en particulier à celui du Président , est le signe révélateur du fonctionnement d’un authentique totalitarisme de type mafieux , dont la définition est une nouveauté !...

                                                Il y a évidemment différents niveaux de gravité dans les totalitarismes, et je préfère indiscutablement vivre en France, actuellement, que dans l’Allemagne nazie ou la Russie des Soviets...

                                                Mais il n’en demeure pas moins que le fonctionnement de notre démocratie est gravement altérée , et que les conséquences risquent d’être dramatiques dans les années qui viennent...

                                                Malgré tout, le développement de l’affaire Clearstream et la mise en examen de Dominique de Villepin, grande première dans notre République, semble est le révélateur d’une évolution des institutions et d’une désacralisation de la fonction Présidentielle.

                                                La Justice va-t-elle rompre définitivement avec la soumission au pouvoir qui la caractérise, et pouvoir faire, enfin, de véritables enquêtes ?....

                                                Comme je l’ai déjà dis, la corruption de notre classe politique est confirmé par une étude de l’Institut des Affaires Economiques (Institut of Economic Affairs / London ), réalisée par l’économiste Ian Senior, a estimé, en juin 2006, que la FRANCE est le PLUS CORROMPU DES PAYS DÉVELOPPÉS.

                                                Comme le souligne Ian Senior « Il est faux de dire que la CORRUPTION aide à lubrifier les rouages de l’économie. Au contraire, la corruption APPAUVRIT LES SOCIÉTÈS en détournant des ressources vers ceux qui sont déjà riches et puissants, et rend les BIENS ET LES SERVICES PLUS CHERS que ce qu’ils devraient être »

                                                « La CORRUPTION EST UN CANCER qui détruit les institutions et les sociétés, et son élimination est une étape importante pour faire un monde plus prospère et plus démocratique... ».

                                                Et il est temps de savoir si Jacques CHIRAC a , ou non, un compte au Japon !...

                                                Et il y a sur ce dossier DEUX POSSIBILITÉS :

                                                La première possibilité est que Chirac aurait bénéficié des rétrocommissions sur la vente des FRÉGATES à Taiwan... Ce dossier est clos, et il n’y a pas grand-chose à faire...

                                                Par contre, sur la deuxième hypothèse, c’est-à-dire les fonds détournés des indemnités de la guerre du GOLFE, la PRESCRIPTION a été LEVÉE en raison de la demande de prime d’aviseur qui a été faite par moi-même avant les dix ans... Et dans ce cas, Chirac est toujours passible des tribunaux... Jean-Charles DUBOC

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Nouvel auteur


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès