Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La France et l’insertion scolaire des enfants handicapés : état des (...)

La France et l’insertion scolaire des enfants handicapés : état des lieux

En cette période électorale, il est important de rappeler aux candidats à la présidentielle qu’un long chemin reste à parcourir en ce qui concerne l’insertion scolaire des enfants handicapés.

On peut dater l’apparition de la notion d’insertion scolaire de la loi du 30 juin 1975 qui, dans son article premier, en définissait le concept sans utiliser l’expression. Les circulaires n°82/2 et 82/048 du 29 janvier 1982 affirment sans ambiguïté la volonté des pouvoirs publics d’intégrer les enfants et adolescents handicapés à l’école :
" L’intégration vise tout d’abord à favoriser l’insertion sociale de l’enfant handicapé en le plaçant le plus tôt possible, dans un milieu ordinaire où il puisse développer sa personnalité et faire accepter sa différence. Elle lui permet enfin de bénéficier dans de meilleures conditions, d’une formation générale et professionnelle favorisant l’autonomie individuelle, l’accès au monde du travail et la participation sociale."
Mais ce n’est que depuis 1999 que l’insertion scolaire est devenue prioritaire, en France, avec la création du plan Handiscol’. Cette appellation permet d’identifier l’ensemble des mesures ou dispositifs (plan de scolarisation, cellule d’écoute, guides, groupes départementaux) mis en place pour favoriser la scolarisation des enfants et adolescents handicapés en milieu scolaire ordinaire (école, collège, lycée).
Un rapport conjoint de l’Inspection générale de l’Education nationale et de l’Inspection générale des Affaires sociales (remis fin mars 1999) parle de l’insertion scolaire des enfants handicapés comme un processus bénéfique à tous les élèves qu’il faut encourager et développer.
Les conclusions de ce rapport mettent en avant le fait que le processus de scolarisation des élèves handicapés demeure lacunaire : on observe trop souvent des discontinuités dans le passage d’un niveau de scolarité à un autre. En outre, les modalités d’intégration sont offertes de manière très inégale sur l’ensemble du territoire. Pour un trop grand nombre de familles, cela suppose des démarches longues et éprouvantes.
Le rapport a largement confirmé le bénéfice qui pouvait être attendu de l’insertion des enfants et adolescents handicapés en milieu scolaire ordinaire, dès lors que cette intégration était soutenue et accompagnée à la mesure des besoins de l’élève, en particulier grâce à l’intervention des services d’éducation spéciale et de soins à domicile (SESSAD).
L’élève handicapé en milieu scolaire normal améliore considérablement ses chances de développer des apprentissages et de réussir ultérieurement son insertion sociale et professionnelle. De plus, pour l’établissement qui l’accueille, les effets positifs sont largement partagés, puisque ce sont tous les élèves qui font, en actes, l’apprentissage de la solidarité et de la citoyenneté.

En réalité, la majorité des établissements scolaires s’est trouvée dans l’incapacité de mettre en place ce projet individuel : on peut lire dans un rapport de Yvan Lachaud (rédigé en 2003 à la demande conjointe des ministères de l’Education nationale, de l’Enseignement scolaire et des Personnes handicapées) qu’en 2002, 88% des familles ayant demandé l’inscription de leur enfant handicapé (mental ou moteur) dans un établissement scolaire "traditionnel" ont vu leur demande rejetée.

La loi de février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées constitue une réelle avancée en faveur de l’insertion scolaire des enfants en spécifiant que "tout enfant ou tout adolescent présentant un handicap ou trouble invalidant de la santé" doit être "inscrit dans l’école (...) la plus proche de son domicile, qui constitue son établissement de référence".

Ainsi, l’année dernière sur 250 000 enfants handicapés plus de 100 000 furent scolarisés en classes ordinaires : environ 65 000 dans le primaire et 37 500 dans le secondaire.
Cependant, scolariser un enfant handicapé dans les conditions actuelles de l’école publique, c’est-à-dire sans concevoir de protocole d’accueil réellement adapté, est souvent synonyme d’échec. Le cadre législatif est enfin posé mais sur le terrain, c’est une autre histoire...

La majorité des enseignants ne sont pas formés au handicap, rien d’étonnant à cela, ce n’est pas leur métier. Il faut donc des personnes ayant une formation qualifiée pour assurer le suivi des enfants qui en ont besoin. C’est le rôle des auxiliaires de vie (AVS) : faciliter au sein de l’école, la scolarité des enfants handicapés en leur donnant un accompagnement spécifique individuel. Malheureusement le nombre de poste de ce type est encore insuffisant : à la rentrée 2006, le ministère de l’Education nationale finançait 6133 postes d’AVS, accompagnant 65 203 élèves, soit un auxiliaire pour 11 enfants... Quant à la création des emplois vie scolaire (EVS) en 2005, elle ne répond en rien à la demande d’aide concernant la prise en charge des enfants handicapés dont les enseignants ont besoin. En effet, leur mission première est de s’adapter au fonctionnement des établissements scolaire en effectuant, le plus souvent, des tâches administratives.
Quoi qu’il en soit, faute de moyens, les enfants présentant un handicap sont donc encore bien souvent redirigés vers des établissements spécialisés malgré leur inscription en milieu ordinaire.
L’adaptation de l’école publique ne s’impose pas, elle se prépare.

Dans l’idéal, l’intégration individuelle dans une classe ordinaire devrait pouvoir se réaliser, à temps plein ou à temps partiel, en collaboration étroite avec des professionnels du handicap. Il faut cependant reconnaître que la mise en place, depuis 2005, d’un projet individualisé permettant de prendre en compte les besoins éducatifs particuliers de chaque élève constitue une avancée majeure pour l’insertion des enfants handicapés.

Bien que l’insertion scolaire des enfants présentant un handicap soit sans conteste souhaitable, il apparaît que si elle est désormais officielle, elle l’est avant tout dans les textes de lois et beaucoup moins dans la réalité des faits. La place des jeunes handicapés dans les structures ordinaires n’est toujours pas quelque chose de naturel. Notre société est encore loin d’accepter tous ses membres.

Ainsi, le problème de l’insertion sociale des enfants handicapés semble, en France, ne pas avoir de solution : l’inscription précoce en milieu scolaire traditionnel est souvent difficile et le placement institutionnel reste trop fréquemment la solution unique, synonyme d’exclusion.
Est-il complètement utopique de vouloir offrir aux enfants un lieu de prise en charge spécifique ouvert sur le monde, orienté sur le développement de leurs habiletés sociales tout en respectant leur handicap ? La solution semble pourtant être là : permettre à ces enfants de vivre le mieux possible leur différence au sein de notre société.
Cette solution ne pourra prendre forme qu’au prix d’une prise de conscience collective : il faut que nous acceptions qu’il existe des êtres différents, des êtres d’exception. N’oublions pas non plus que l’insertion sociale ne doit pas avoir pour objectif d’effacer la différence, elle devrait simplement permettre à chaque personne handicapée d’assumer le fait d’être reconnue comme telle sans préjugé aucun.


Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (53 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Eric56 (---.---.178.55) 22 février 2007 15:36

    merci pour cette analyse de l’intégration scolaire... mais savez vous qu’aujourd’hui, on ne parle plus d’intégration scolaire, mais de scolarisation ? Quelle différence ? Il ne s’agit plus d’amener l’enfant handicapé à l’école, mais l’école à l’enfant handicapé, là où il est déjà « parqué ». Il faut aussi savoir que dans le champ du handicap mental, non seulement les choses sont loin d’être gagnées en ce qui concerne l’école, mais aussi quant aux structures spécialisées qui, pour la plupart d’entre elles, présentent des listes d’attente au moins aussi longues que leurs possibilités d’accueil... Du coup, les enfants non scolarisés sont aussi non pris en charge, et reste bloqués dans leurs familles. Pas de socialisation, pas de formation pour les parents, encore moins d’accompagnement. La misère sociale est là...


    • e-psychologue.fr e-psychologue 22 février 2007 15:53

      Je vous remercie pour les précisions que vous apportez à cet article. Les termes changent mais la condition des enfants « différents » n’évoluent malheureusement pas beaucoup... Je travaille en collaboration avec un Institut Médico-Pédagogique et je vous confirme que le nombre d’enfants pris en charge dépassent la capacité d’accueil de l’établissement, et la liste d’attente continue de grandir...


    • (---.---.60.37) 23 février 2007 09:34

      A Eric56 : En lisant votre commentaire , je me permets de vous envoyer ma réaction. En effet, qui est handicapé dans les écoles sinon les enseigants et nos politiciens-technocrates. Dans mon école primaire de village ,il y avait un instituteur unique pour toutes les classes.Et bien, tout le monde a réussi à trouver une place dans notre société et même à y être utile. Je pense svt à la raclée (que j’ai entrevu par la fenètre fugacement) de l’un d’entre nous dont les parents étaient venus se plaindre à cet instituteur que leur fils ne voulaient « démarier les betteraves »(laisser une seule betterave pousser et enlever les « mauvaises herbes ») ; c’est maintenant un entrepreneur très performant qui emploie plusieurs ouvriers.Mais, les autres ,il a découvert leur point fort aussi et tous ont un emploi dans une région plutot dévastée. Donc la misère sociale est là ,mais quel instituteur va faire travailler pdt les récréations ? reexpliquer et reexpliquer ?? Des connards l’ont interdit ! Une institutrice de mes amies a reçu un blame pour avoir donné trop de travail et a été prise à expliquer pdt une récréation ! Alors, la misère sociale est là ...mais il y a peu de chose à faire pour modifier ce fait= remettre le travail à l’honneur. Mais, ceci demande de supprimer tous ces incompétants payés à être incompétants ds le ministère de l’éducation nationale environ 95% pas moins ! les enseignants ont tous une âme et un bon vouloir .Le travail est présent et même en surabondance mais les entrepreneurs sont sur le départ de France « ’isf, impots, taxes, et en plus leurs gestions dont il faut bien plus de 35 heures pour le faire »’.Tout le monde y a sa place...surtout ceux que vous appelez les « handicapés » ,mais il faut le vouloir pour le pouvoir.


    • gerald (---.---.134.78) 22 février 2007 22:43

      cette loi généreuse prétend fournir la possibilité de scolarisation à tous les enfants handicapés . mais on perçoit souvent le handicap surtout dans ses modalités physiques , on oublie que trés souvent il s’agit de troubles psychiques . Comment gérer facilement des enfants présentant des troubles des conduites avec agressivité ou des troubles psychotiques ? La cohabitation est loin d’etre paisible comme le réve le législateur ! Comment réagirons les parents des enfants qui seront mordus , griffés , tapés etc ? Les consultations de pedopsychiatrie sont remplis d’enfants agressifs adressés par l’école qui les exclut et demandent leur admission en ITEP ou en hopital de jour !


      • Briseur d’idoles (---.---.168.138) 22 février 2007 23:01

        J’en arrive à me demander, si ce ne sont pas ceux qui « anticipent » leurs peurs, ou qui jouent à se faire peur, face à l’ éventuelle possibilité de se trouver en face un enfant handicapé, qui sont les malades les plus atteints et les plus dangereux !


      • Agnes (---.---.215.48) 23 février 2007 09:34

        suis éducatrice spécialisée dans un sessad .Le peu d’AVS travaillant dans les différentes écoles que je cotoie est consternant ... Pour certains enfants des AVS formées en éducatif et psychologie apporteraient un grand soutien à ces enfants différents ( conduite agressive ou conduite d’inhibition sans motivation)


        • (---.---.60.37) 23 février 2007 09:48

          Pour Agnes : et il existe des pédagogues !! Pourquoi continuer de payer de tels êtres ? Ils sont en train de bloquer la société avec les conseillers pédagogiques....Quelle différence y a-t-il entre une éducatrice et une éducatrice spécialisée , sinon un salaire plus important. Un instituteur n’a t-il pas autant de coeur à l’ouvrage ? Les spécialistes qui ne permettent pas de progrès appréciable ne sont pas utiles pour la société. De même pour le domaine de la médecine où l’on parle pour les médecins de famille de leur donner le nom de « spécialiste » et je pense que ce n’est que justice / aux pédiatres qui ne font que piquer des vaccins et ce sont les médecins qui ont les maladies a soigner....et des spécialistes qui n’ ont même pas le taux de réussite de l’effet placebo sans soins.Je pense qu’il en va de même avec les éducateurs spécialisés, ils sont en train d’empirer l’état des Français.


        • karpediem karpediem 4 avril 2007 12:24

          Le candidat UMP à la présidentielle, Nicolas Sarkozy, s’est prononcé mardi 3 avril 2007 pour « un droit opposable à la scolarité » pour les élèves handicapés, à l’occasion d’une visite au centre de rééducation fonctionnelle de Kerpape à Ploemeur, près de Lorient (Morbihan). « Je ferai le droit opposable à la scolarité en milieu normal pour chaque famille ayant un enfant handicapé, dans les deux ans qui viennent », a déclaré M. Sarkozy aux journalistes à sa sortie du centre de rééducation. « La place des enfants ayant un handicap, c’est dans les collèges, les lycées, les grandes écoles, les universités », a déclaré M. Sarkozy, qui a estimé qu’accueillir un handicapé était « une chance » pour une école ou une entreprise.

          Dans sa visite au centre, que seul un journaliste était autorisé à suivre, M. Sarkozy a brièvement salué quelques personnes en rééducation et des membres du personnel, qui lui ont notamment présenté les efforts faits pour réinsérer les personnes handicapées dans une vie autonome. Le candidat UMP s’est ensuite adressé à des résidents et au personnel au foyer de l’établissement, expliquant que l’aide apportée aux handicapés n’était pas une question de « charité » ou de « solidarité », mais « d’utilité » pour la société. Un handicapé qui se bat pour s’intégrer donne « une leçon de vie » aux autres, a-t-il notamment estimé. (Agence France Presse)

          cf on trouvera aussi des éléments sur le blog de l’apf

          http://www.reflexe-handicap

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès