Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La grande fabrique de pauvres made in France

La grande fabrique de pauvres made in France

La douce France serait-elle devenue, en dépit de ses atouts évidents et des non moins évidents « gains de productivité » réalisés par les Français que l’on persiste à prétendre « paresseux », une fabrique de pauvres ? C’est le propos de Simone Wapler dont le dernier livre dévoile l’insidieuse alchimie de « l’économie du miracle » avec « l’argent des autres »… Une visite en salle des machines d’une « économie de reconnaissance de dettes » impayables …

Pour Simone Wapler, directrice de la rédaction des publications Agora, « le modèle social français est en réalité celui d’une organisation caritative ne respectant pas les règles déontologiques » - et s’exonérant allègrement du prix des « droits acquis » promis aux citoyens d’excellente qualité moyenne, payable et corvéable à gogo : « Les gens croient participer à une juste cause mais en réalité leur argent sert à la rémunération des permanents (les fonctionnaires) et au paiement des frais de communication (la classe politique). Très peu en réalité est destiné à l’usage souhaité par le donateur. D’où l’implacable mécanique : toujours plus de charges, d’impôts, de taxes et… de pauvres »…

Notre belle machine à solidarité n’aurait-elle pas été dimensionnée pour des temps qui furent meilleurs c’est-à-dire pour une période de plein-emploi comptant bien moins de « sans-dents » sous perfusion, de si peu reconnaissants « bénéficiaires » de la « solidarité nationale » et autres « créanciers » persistant à s’ignorer orphelins de tout débiteur ?

Car il fut un temps où le contexte économique international était porteur – un temps où notre « modèle social » était optimisé pour une « croissance illimitée » : « La France aurait pu s’enrichir. Qu’à cela ne tienne, à ce moment-là, la parade a consisté à importer des pauvres et à taxer plus »… Et ce n’est pas fini : « En France, pour justifier toujours plus d’interventionnisme, la classe politique est prête à importer toujours plus de pauvres. En 2012, l’Insee recensait 12 millions d’immigrés et d’enfants d’immigrés alors que le chômage est à un niveau record »… Comment tenir une réputation d’eldorado ou de « terre promise » sans emplois ni logements à proposer ? Qui paie le prix social de cette « réputation »-là et qui remplit des verres vides voués à demeurer déséspérement vides quand d’autres font rouler le tonneau des Danaïades jusqu’au fond de l’inconséquence ?

 

La création de la dépendance

Dans la vraie vie, on ne peut donner que ce que l’on a – « sauf évidemment en politique, où l’on est généreux avec l’argent des autres, celui des contribuables et des générations futures  »… Pour Simone Wapler, « « l’économie est le prétexte des hommes politiques pour faire dépendre d’eux de plus en plus de gens ». Et « les gens réclament toujours plus de la main qui donne, sans penser à la main qui prend »…

La dépendance mène à la pauvreté (ou l’inverse, au choix) et la « mondialisation » a constitué une aubaine pour créer toujours plus de dépendance : « Le but poursuivi par les politiciens de métier est la création de la dépendance. Plus il y a de gens qui attendent ou dépendent de l’argent public, mieux se porte la caste politique  ».

Mais comment diable font-ils ? « D’abord, les gouvernements ont commencé à prendre l’argent du futur en généralisant le recours à la dette plutôt qu’à l’impôt (évitant ainsi tout débat démocratique sur la vraie destination de l’impôt). Pour cela, il suffisait d’imposer un système financier prêt à émettre du crédit sans limite et sans aucun rapport avec le travail fourni, le tout avec la bénédiction d’une banque centrale. C’est le principe de la banque moderne selon lequel « les crédits font les dépôts ». L’idée de génie consiste donc à mettre dans la poche des gens de l’argent qui n’existe pas encore afin qu’ils puissent assouvir leurs envies en se croyant riches ».

La faute à Keynes et à la « doctrine monétariste » ? « La combinaison de ces deux visions déformées de l’économie a abouti avec la crise à ce qui est une insulte au bon sens : des taux d’intérêt négatifs. Autrement dit, celui qui emprunte se fait payer pour emprunter et celui qui prête paye pour pouvoir prêter  »…

On en est là aujourd’hui d’une « construction » qui fait une multitude de petits perdants pour une poignée de gros gagnants : « Nous vivons dans l’économie du crédit, plus dans celle de l’épargne. Des banques commerciales ont acquis une licence de création monétaire et elles prêtent… aux riches, dont les Etats, qui apportent en garantie la caution illimitée de leurs contribuables. ».

Mais ce système-là, fait pour fonctionner de façon illimitée dans un monde toujours neuf regorgeant de ressources à exploiter et d’énergies faciles à extraire, n’est-il pas en train de heurter ses limites ?

 

La machine à broyer

Ajoutons à cela « l’étroit couloir entre le mur des obligations et celui des interdictions » que seules des « soles-limandes anorexiques » seraient encore en mesure de passer – pas un entrepreneur laminé par de stériles tâches techno-administratives répétitives et autres citoyens infiniment moyens sommés de se soumettre aux « mises aux normes » en tous genres… Ou une « exception culturelle » qui coûte 11 milliards par an – un « cas d’école de Malthus qui estimait que les subventions « créent les pauvres qu’elles assistent  » en façonnant un mode de vie sous perfusion continue…

Sans oublier le malentendu autour d’une obsession de « croissance » allègrement déclinée sur un mode incantatoire par tous les médias – en fait, le terme désigne une « croissance de dépenses » qui ne saurait être confondue avec une création de bonnes et vraies richesses : « Ce que l’on nomme aujourd’hui « croissance » en France n’est en fait que l’augmentation du crédit, de la dette décidée par l’Etat. Cette croissance-là nous étouffe car la dette n’est jamais remboursée (c’est le crédit revolving), le principal augmente et les intérêts deviennent de plus en plus lourds à supporter ».

Ainsi, une génération entière a confondu dette et richesse en communiant dans une croissance effrénée du crédit – et devrait avoir du souci à se faire pour sa « retraite » (de Russie ?), dans « un système monétariste où l’on peut échanger quelque chose contre une promesse de payer, c’est-à-dire de la dette »… Autant « organiser sa retraite en dehors de l’épargne », sachant que celle-ci est noyée dans l’accès au crédit aboutissant à des empilages de dettes dans ce système en expansion continue qui a besoin de « toujours plus » - plus de nouveaux pauvres pour emprunter et consommer à crédit, etc...

Le « modèle social français » qui s’essouffle ne date-t-il pas de l’époque où la force mécanique, celle des chevaux vapeur, se substituait à la force musculaire ? « Un autre modèle social doit émerger pour répondre au remplacement de l’intelligence humaine par l’intelligence artificielle » rappelle Simone Wapler, qui invite à en finir avec l’hypnotique déstabilisation du réel par la guerre spéculative livrée à toute forme de vie intelligente sur Terre…

Simone Wapler, La fabrique de pauvres, éditions Ixelles, 286 p., 17,90 €


Moyenne des avis sur cet article :  3.63/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 6 octobre 2015 08:06

    (Une visite en salle des machines d’une « économie de reconnaissance de dettes » impayables …)

    Et pourtant..la France avec 4.500 milliards de dette hors bilan prouve bien son retard sur le sujet il me semble.. ?

    • flourens flourens 6 octobre 2015 10:29

      bof, du moment que la FRANCE est riche, on peut bien sacrifier les pauvres


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 9 octobre 2015 10:26

        @flourens
        LES AIDANTS DE LA MACHINE A APPAUVRIR :

        -les élus nationaux cumulards et peu vertueux
        -les banques et leurs crédits revolving
        -les marchands de biens dits immobiliers souvent avocats d’affaires et élus NATIONAUX
        - les marchands de voiture neuves avec leasing
        - les agents immobiliers
        - les propriétaires louant des apparts insalubres
        _ les organismes agricoles poussant a l ’élevage ou cultures intensives

        RESUMONS TOUS LES AUTRES SAUF.........NOUS BIEN SUR !!!!!!


      • lephénix lephénix 6 octobre 2015 12:00

        @p’tit Charles

        tous les pays étant plombés, le french basching n’aiderait pas à remettre l’économie sur les rails - ou à faire rentrer l’inconséquence passée dans son flacon ou tonneau, au choix... le pays garde des atouts appréciables quoique en voie d’évaporation...


        • lephénix lephénix 6 octobre 2015 12:03

          @laissebeton

          merci pour le lien et le commentaire : le point de départ de ce genre d’article est toujours un livre « recommandable » ou le travail de quelqu’un qui gagne à être connu davantage comme des « économistes » aussi attérés qu’indépendants...


          • lephénix lephénix 6 octobre 2015 12:05

            @Flourens

            effectivement, on sacrifie bien les classes moyennes - aujourd’hui comme hier... le tour des pauvres viendra quand leur « créance » ne pourra plus être honorée sur la « solidarité nationale »...


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 octobre 2015 09:35

              @lephénix
              La pauvreté « made in France » ? Mais c’est toute l’ UE qui est malade !
              - 120 millions d’européens menacés de précarité ou d’exclusion sociale
              - 50 millions vivent dans un foyer où personne ne travaille.
              - 43 millions n’ont pas les moyens de se nourrir correctement
              - et au moins 4 millions sont sans abri.
              Chiffres Eurostat pour 2011, qui ne se sont pas arrangés depuis...
              Vous avez vu le nombre de pauvres dans la riche Allemagne ?


            • gogoRat gogoRat 6 octobre 2015 13:12

              ’ « Les gens croient participer à une juste cause mais en réalité leur argent sert à la rémunération des permanents (les fonctionnaires) et au paiement des frais de communication (la classe politique). Très peu en réalité est destiné à l’usage souhaité par le donateur. D’où l’implacable mécanique : toujours plus de charges, d’impôts, de taxes et… de pauvres »’

               Normalement, en constatant la réalité de la pauvreté évoquée (qui bien sûr est toujours relative à un environnement), et en constatant les résultats glanés par notre système officiel de légitimation ( avec une majorité montante d’abstentions et non votes ... ), la fable d’une juste cause aurait du être éventée. A croire que nos écoles de La République soient beaucoup moins efficientes qu’elles ne le croient dans leur entreprise d’éduquer la population à un minimum de capacité individuelle d’analyse et d’autonomie de pensée ?
               
               Tout ces mots seraient encore bien trop compliqués pour le pékin moyen ?
               Les ’élites’ penseraient-elles pour autant que le petit calcul suivant soit nécessairement ou trop compliqué ou trop inspiré par une ’jalousie’ de caste ? :

               Le papy qui ’touche’ sa retraite à 80 ans, en ayant ’travaillé’ entre l’âge de 20 ans et 60 ans, dispose depuis 20 ans, sans ’travailler’, d’un salaire (supposé décent) alors qu’il n’a pu cotiser pour cette retraite (d’une façon ou d’une autre) que pendant 40 ans à un taux bien inférieur à la moitié du salaire décent qui lui a permis de vivre durant ses années de ’labeur’.
               Le papy qui ’touche’ encore sa retraite à 100 ans, en ayant ’travaillé’ entre l’âge de 20 ans et 60 ans, dispose depuis 40 ans, sans ’travailler’, alors qu’il est bien évident qu’il n’a pas cotisé à 100% pour cette retraite si ’méritée’ !

               Selon les statistiques démographiques actuelles, quelle est aujourd’hui la probabilité de rencontrer de tels papys ?
               
               Quelle sont aujourd’hui (à partir des constations officielles) les perspectives du jeune de 20 ans ?


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 octobre 2015 18:06

                @gogoRat
                Votre conclusion est donc de remplacer la Sécurité sociale par les mutuelles privées, et la retraite par répartition par les retraites par capitalisations ?


              • mmbbb 7 octobre 2015 22:32

                @gogoRat Alors vous etes pour l’eugenisme les improductifs a la trappe Quoi qu il en soit il y a un paradoxe notre avenir parait noir et nous avons un taux de natalite les plus hauts d’europe Etonnant


              • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 2015 13:28

                cela fait 40 ans que cette fabrique tourne en 3/8 365j par ans ......


                • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 2015 13:29

                  et comme on en manque on en fait venir d’Afrique .....


                  • gogoRat gogoRat 6 octobre 2015 13:33

                    ... si la pyramide tourne à la toupie ... comment les futurs retraités pourront-ils se faire payer leur ’mérite’ passé ?


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2015 14:06

                      blague facile :

                      les boiseries dégradées de la photo c’est pour illustrer la pauvreté de l’auteur de la thèse ?


                      • ddacoudre ddacoudre 6 octobre 2015 14:40

                        nebonjour lephenix

                        fut un temps je recevait les newsletters des publication d’agora, j’ai fini par me déconnecter.
                        c’est démentiel, leur point de vue totalement tourné vers le mythe de l’entrepreneur créateur de richesse un point de vue que dément totalement l’anthropologie humaine. Son mythe de l’entrepreneur, entretien une confusion avec l’adaptation des hommes à leur environnement pour en extraire les ressources qui lui sont nécessaire et la nécessité de devoir se répartir les tâches y compris en développant une administration de régulation INDISPENSABLE. (lien à lire pour le comprendre, http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Du-rat-a-moi-7607770.html) anthropologiquement elle défend la vision de l’économie de pillage qui a précédé celle d’aujourd’hui qui a maintenu naturellement le rapport dominants(les guerriers pilleurs) et les dominés ( les population qui produisaient). schématiquement les guerriers sont devenus les propriétaires terriens, puis ceux qui disposent des moyens de production et aujourd’hui ceux qui disposent du pouvoir monétaire. Seul les dominants ont imposé par la force des mythes fondateurs, puis par leurs instructions et connaissance une « accaparation » de la valeur monétaire d’échange, qui était le propre des marchands et non des populations serviles jusqu’en 1804, au bénéfice des administrations devenus des organisations totalitaires (monarchie etc.) avant que la « bourgeoisie » issus du développement des savoirs, de sa diffusion par l’écriture, ne se substituent aux pouvoirs totalitaires, en se considérant comme le peuple disposant d’une main d’œuvres serviles que l’on s’appropriait sans lui demander son avis, il faut attendre 1848 pour le vote de tous les hommes et 1944 pour les femmes.
                        durant toutes ces périodes les dominants qui sont nos entrepreneurs d’aujourd’hui, et non les artisan ou commerçants, non jamais rien fait pour sortir la population servile de sa condition

                        cette population servile par à partir de 1848 à pu imposer aux pouvoir public reflets des dominants ce que l’on appelle le socialisme et lentement par des lutte ils ont transformé la charité en solidarité. La charité s’évanouit quand d’évanouie le donneur, la solidarité se manifeste par une décision politique qui mutualise les risques ou les aides issus de l’action individuelles charitables pour en faire une structure pérenne qui ne dépend plus de la versatilité du donneur, mais d’une décision commune.

                        Malthus c’est trompé . a&aujourd’hui dans un monde où il n’existe pas une seule place de disponible pour qu’un humain s’installe librement sans que quelqu’un vienne lui dire tu es chez moi. IL Y A L’OBLIGATION POUR LES NATIONS CONSTITUÉES DE DÉVELOPPER DES STRUCTURE DE PRISE EN CHARGE ? L’ORGE LA FAMILLE NE PEUT SUBVENIR 0 INSTALLER 0 LA TABLE DU BANQUET SON REJETON. cela parce que il n’y a plus d’espace libre et parce que les dominant disposent de « l’accaparation » des sources et des normes d’enrichissement.
                        Cette dame est désolante, c’est avec des concepts comme les siens que l’on a développé des armes de destructions massives et sommes en passe de désoler la planète.
                        l’état n’est pas une machine à fabriquer des pauvres, ce qui est le cas du capitalisme quand les hommes se montrent servile comme aujourd’hui. réclamer sa part de la richesse à laquelle ont concours n’a rien d’indécent, ce qui est indécent c’est que certains par la normalisations de leurs règles maintiennent une population laborieuse dans une situation de servitude moderne, qui est celle du salariat
                         Et comme dans les siècles précédant ce ne sont pas les « bourgeois » qui ont sorti les populations de leur situation de servitudes (Napoléon avec le code civil de 1804), ce ne sont donc pas les entrepreneurs qui feront une répartition équitable de la richesse produite.

                        Cette dame peut librement penser que ce sont les dominants qui tirent les autres, mais nous ne vivons pas dans un espace d’abondance naturel, il faut l’extraire par le travail et au siècle des savoirs disponibles comme jamais, soutenir encore la loi du plus fort est seulement archaïque. http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalisme-est-la-marque-de-l-homme-prehistorique-120716748.html

                        si aujourd’hui il y a des groupes d’humains qui se comportent comme des ventres, je bouffe et je chie et qui ne voient dans les pays riches que le moyen de prendre, cette dame devrait s’interroger si ce n’’st pas ce qu’elle propose de faire quand par l’entreprise au non du capitalisme elle dépossède ceux qui produisent de leur richesse ou en les aliénants à un processus d’endettement parce que les dominants se son accaparé" la création monétaire.
                        http://ddacoudre.over-blog.com/2015/02/pour-creer-des-emplois-il-faut-en-suprimer.html.

                        cordialement.
                         


                        • julius 1ER 7 octobre 2015 08:53

                          @ddacoudre 

                          bien vu Dédé.... Simone W est totalement dans une logique Capitaliste .... pour elle rien d’anormal la concentration des richesses entre quelques mains peut continuer ....
                          elle ne se pose même pas la question de savoir si c’est nécessaire et ajoute de l’huile aux rouages de l’économie ????

                          pour moi c’est clairement « non » ce n’est pas parcequ’il y a une forte concentration de millionnaires ou milliardaires à un endroit que la société est meilleure ou plus harmonieuse ....
                          c’est même le contraire, plus les antagonismes sont élevés et moins l’harmonie sociale peut exister !

                        • Le421 Le421 6 octobre 2015 16:56

                          Les charges, les taxes, les impôts ne sont rien quand on gagne suffisamment.
                          Donc, et d’après vous, les pauvres payent trop d’impôts de charges et de taxes...
                          Seules ces dernières sont concernées car payées par tout le monde et inévitablement plébiscité par les plus riches.


                          • Le421 Le421 6 octobre 2015 16:58

                            Et je rajouterais que cette « machine à fabriquer les pauvres » n’a jamais eu autant de millionnaires sur son sol.
                            Cherchez l’erreur et tapez juste, s’il vous plaît !!


                            • Blé 6 octobre 2015 19:49

                              @Le421

                              « Et je rajouterais que cette » machine à fabriquer les pauvres«  n’a jamais eu autant de millionnaires »

                              Vous avez raison mais il faut tenir compte d’un petit détail. S’il fallait 100 000 pauvres pour qu’un millionnaire puisse jouir de sa richesse, aujourd’hui, il faut 500 000 de pauvres. Avec l’augmentation de la population, cette machine à fabriquer des pauvres continue son travail.

                              La France est riche mais ses populations sont loin de rouler sur l’or. Entre les chômeurs (indemnisés et non indemnisés), les personnes qui touchent le R S A , d’autres encore qui vivent avec des allocations plus que modestes de travailleurs handicapés sans compter les personnes à la retraite qui touchent entre 580€ et 700€ par mois, cela fait quelques millions de français qui tirent le diable par la queue tous les mois. Il y a plus grave, il y a toutes ces personnes qui sont dans la misère, leur énergie est capturée non plus pour vivre mais pour survivre, elles n’ont pas d’autre horizon que de se demander avec quoi elles vont manger demain.

                              Les français riches ont l’art et la manière de ne pas voir (ils regardent ailleurs) la pauvreté et encore moins la misère.

                               


                            • Pere Plexe Pere Plexe 6 octobre 2015 18:02

                              C’est curieux, voir suspect, d’assimiler « la dette » à « l’argent des autres... »

                              Quitte à simplifier il serait plus juste de dire que la dette est « la rente des autres. »

                              Sans entrer dans le détail les préteurs (banques, assurances...) collectent notre argent et grâce au privilège qui leur est accordé prête dix fois les sommes collectées
                              Une partie des sommes prêtées revenant d’ailleurs dans le circuit. Sommes assimilées à des fonds propres...et ouvrant droit à de nouveaux prêts pour les organismes collecteurs.
                              Le ratio de 10 est alors allègrement dépassé.

                              • lephénix lephénix 6 octobre 2015 19:32

                                bonsoir ddacoudre

                                bien analysé, c’est l’accaparement par les uns qui fait de notre demeure terrestre un enfer pour l’écrasante majorité des autres - leur nombre n’est écrasant que pour eux-mêmes...

                                la thèse exposée du livre est là pour susciter le débat - et une avancée vers « un notre monde »...encore à notre portée quoique la zone de confort n’en finisse pas de se réduire à la mesure de notre consentement à ces chimères du « toujours plus »...


                                • lephénix lephénix 6 octobre 2015 19:35

                                  @pereplexe

                                  tout à fait : « la dette » perpétuelle est la rente des autres...certaines « institutions bancaires » ont déjà dépassé l’effet de levier de 1 à 10 - pour, « en vertu » (! !!!) du « toujours plus », le pratiquer de 1 à 60


                                  • lephénix lephénix 6 octobre 2015 19:40

                                    @le421

                                    merci d’enfoncer le clou : le nombre de riches n’en finit pas d’augmenter pour raisons de proximité avec la source émettrice de liquidités et d’opportunités d’enrichissement à bon compte sans parler de l’optimisation fiscale et même la « presse » mainstream constate qu’ils ne « sont pas utiles à la croissance »...


                                    • lephénix lephénix 6 octobre 2015 19:43

                                      @gogoRat

                                      dans ce monde-là, l’avenir des jeunes est formaté pour l’entrepreneuriat sauf qu’il n’y a plus de ressources à découvrir mais plutôt à économiser plus de territoires nouveaux à investir mais plutôt à préserver et que « la troisième révolution industrielle » ne tient pas les promesses des précédentes en termes de « croissance », de « bond en avant » et de « plein emploi » - autant de chimères à abandonner pour une sobriété consentie...


                                      • gogoRat gogoRat 6 octobre 2015 20:30

                                        @lephénix

                                         toutefois la seule pauvreté qui suscite l’indignation est celle qui est d’origine humaine : ressentie comme due à des injustices, puisque seules les situations relatives entre les humains suscitent cette perception de pauvreté.
                                         ( Nous ne pouvons être constructifs en déplorant ce qui n’est pas du ressort de l’humain ;
                                        mais là, voilà qui devrait être vu comme une chance pour le genre humain : l’injustice ne relève pas de la fatalité ! )
                                         
                                         La vertu ( choix personnel d’une sobriété consentie) ne pouvant, ontologiquement, pas être ni décrétée, ni induite par une quelconque législation, seule une recherche individuelle et collective de justice serait pertinente et cohérente lorsqu’on prétend oeuvrer à la sauvegarde d’un équilibre,
                                        en tenant compte d’un principe de réalité.
                                         ( ie : ne pas attendre que chaque pékin devienne vertueux, mais trouver un modus vivendi s’accommodant des défauts, tares, bugs ... statistiquement probables dans toute la population
                                         
                                         Nota Bene : le vrai idéal démocratique est sous-entendu par l’étymologie du mot ; avec comme principaux corollaires : - égalité en dignité (donc en droit) ; - un Homme, une voix
                                         Ce principe d’humilité pouvant utilement guider une souhaitable quête de justice honnête et cohérente
                                        )


                                      • lephénix lephénix 6 octobre 2015 19:45

                                        @olivierpierret

                                        cette photo de fortune ou d’infortune a été faite au hasard d’une escale montagnarde..


                                        • lephénix lephénix 6 octobre 2015 19:48

                                          @zygornifle

                                          exact c’est la seule fabrique qui tourne à plein régime, qu’on ne délocalise pas mais qu’on élargit en précarisant à l’infini - enfin voilà qui après Einstein devrait donner une autre idée de l’infini...


                                          • TREKKOTAZ TREKKOTAZ 6 octobre 2015 19:50

                                            « le tour des pauvres viendra » Ne crois pas ça petit bourgeois omnipotent ! La plèbe persécutée par le système se révoltera à la moindre incartade !! 


                                            • Nicole Cheverney Nicole CHEVERNEY 8 octobre 2015 10:33

                                              @TREKKOTAZ

                                              « La plèbe persécutée par le système se révoltera à la moindre incartade » !

                                              Jusqu’à présent, les « incartades » se sont multipliées à l’infini ! Et pourtant la « plèbe » bien que persécutée continue d’alimenter le système !

                                              Il n’y a qu’à observer la file d’un supermarché aux grandes heures d’affluence, et le contenu des caddies remplis jusqu’à rasbord des produits frelatés de la grande distribution !
                                               
                                              Comptez le nombre d’écrans plats dans chaque foyer allumés du matin au soir ! et les « plèbéiens » avachis sur leur canapé, entrain de boustifailler pizzas, cocas, hamburgers, etc... pendant que se déroule devant leurs regards hypnotiques, les grands-messes de la désinformation, aux heures de grandes écoutes !

                                               Macron impose des lois ; le code du travail piétiné sans que nul ne bouge, et surtout pas les syndicats formatés à la sauce européenne et gouvernementale.

                                              Une éducation nationale vouée à la démolition publique, par des mesures iniques, des réformes absurdes, etc... etc...
                                              ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres qui me viennent à l’esprit !

                                              Les victimes du système par leur comportement grégaire et moutonnier, l’alimentent et semblent s’en satisfaire.... Ce qui fait la force des prédateurs économiques, c’est justement cette passivité qui est la marque souveraine de notre époque hédoniste. Une passivité étudiée, disséquée par des grands spécialistes du comportement humain ! Je crois la plèbe frappée de « stupeur ».

                                              Autre chose... Au XIXe siècle, époque où la plèbe avait encore des réflexe d’auto-défense contre les prédateurs économiques, des écrivains, des journalistes, des penseurs et philosophes, etc... savaient en tant que témoins de leur temps, enrichir le débat social par des écrits et des ouvrages magistraux. En un mot dénoncer, et être ces « scrupulus » indispensables à toute société. Et dans toute l’Europe.

                                              Où sont-ils passés aujourd’hui ? A part une petite poignée que l’on essaie de faire taire par tous les moyens possibles et imaginables.


                                            • lephénix lephénix 6 octobre 2015 21:40

                                              @blé

                                              pour que les uns puissent jouir de se sentir si riches, il faut qu’ils créent de plus en plus de pauvres - c’est déjà dans Jacques Duboin en 1932...


                                              • lephénix lephénix 6 octobre 2015 21:45

                                                @sampiero

                                                ce scénario du pire n’est pas certain - pas de consentement au nihilisme ni au suicide : ceux qui ont « donné » et tant payé pour le savoir (au-delà de toute expression) ne devraient pas tomber deux fois dans le même piège cf 666 de Jovanovic


                                                • lephénix lephénix 6 octobre 2015 21:54

                                                  @gogoRat

                                                  nécessité fait loi - au pied du mur, quand la lézarde apparaîtra à ceux qui n’auraient pas oublié qu’avant de trouver il faut d’abord penser à chercher...

                                                  personne n’est vertueux « naturellement » mais manifeste des propensions dans ce sens selon son degré de formatage consenti et de conscience activé par certaines évidences qui ne sont pas les mêmes pour tous...

                                                  le premier formatage est que « l’économie » (l’art des échanges) puisse être modélisée, mathématisée et pilotée...


                                                  • gogoRat gogoRat 7 octobre 2015 02:30

                                                    @lephénix
                                                     la lézarde est un symbole évoquant une destruction ... et certes, le symbole du phénix laisse imaginer un monde susceptible de renaître de ses cendres.
                                                     Il faudrait alors d’abord une destruction pour pouvoir renaître ?
                                                     Au-delà du côté poétique de cette vue, je ne suis pourtant pas sûr (à cause d’un côté plutôt dichotomique) que ce soit une visée très constructive ( ni la plus courageuse, ni la plus optimiste)
                                                     
                                                     Le vrai optimisme pourrait paraître un rien paradoxal. Oser voir et dénoncer les sinistres malgré les interdits de ’sinistrose’ ; oser reconnaître et analyser les déclins malgré les interdits de ’déclinisme’ ,
                                                    oser démonter les mensonges éhontés ( ex . celui d’une égalité en droit s’accommodant bizarrement de différents statuts institutionnalisés) malgré les interdits de diviser une opposition fantasmée,
                                                    c’est toujours avoir l’optimisme d’espérer pouvoir quand même surmonter le danger qu’on ose regarder en face pour l’affronter.
                                                     Cet optimisme peut alors passer par l’action paradoxale d’oser ne pas (voire :ne plus) ’travailler’ à maintenir certains vernis de fausseté dont les lézardes finiront bien par venir à bout sans même qu’on n’ait à remuer le petit doigt ...
                                                     Par contre, en dehors des résurrections, qui ne semblent pas à tout le monde automatiquement assurées, le phénomène du vivant peut aussi se concevoir par un effort incessant d’adaptation, par auto-corrections d’erreurs (corrections parfois aléatoires -selon un phénomène darwinien, mais pouvant aussi être calculées chez les humains). La lézarde du processus mortifère de désadaptation par vanité suffisante serait alors à rechercher dans ces défauts ou imperfections et tares d’un moment, qui au cours du temps et des évolutions environnantes peuvent devenir des atouts décisifs : pour aider le ’destin’ l’Homme moderne sait maintenant qu’il aurait tout intérêt à croiser la plus grande diversité de point de vues que nous offrirait une réelle égalité en dignité


                                                  • lephénix lephénix 6 octobre 2015 21:57

                                                    @trekkotaz

                                                    ce n’est pas un souhait mais un constat clinique et attristé : on attend toujours la réponse de la plèbe à la violence qui lui est faite...


                                                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 octobre 2015 09:28

                                                      @lephénix
                                                      La plèbe comme vous dites, attend un Parti politique qui défende ses intérêts et l’intérêt général de la France et des Français. Ce que vous ne proposez pas.
                                                      Ce sera l’ UPR qui sortira la France de cette usine à gaz européenne.


                                                    • HELIOS HELIOS 6 octobre 2015 23:53

                                                      De mon point de vue, il n’y a pas de défaut majeur, seulement une sommes de défauts mineurs qui plombent tout :

                                                      --- une classe politique lamentable
                                                      --- une classe économique prédatrice
                                                      --- une administration imbue de son etat
                                                      --- un monde financier soumis
                                                      --- une presse manipulatrice
                                                      --- des intellectuels de plus en plus bas niveau dont l’objectif est de s’aligner sur la pensée unique la moins dérangeante possible.
                                                      et... ; 
                                                      --- un ensemble de citoyens résignés, intoxiqués, auxquels les couilles n’ont pas repoussées depuis 1968 et qui sont prêts a surtout ne rien faire pour conserver son smartphone.


                                                      Ces citoyens me contredisent aujourd’hui par leur action a Air France, même si j’ai comme l’impression qu’il y a la aussi manipulation.

                                                      Comme je l’ai exprimé déjà plusieurs fois, je me demande bien comment va se passer l’abdication définitive des peuples d’Europe sachant que les états d’Amérique ont eu besoin de la guerre de sécession pour s’unir... quelle sera notre guerre de sécession à nous ? Pourvu que ce ne soit pas la révolte des migrants, car je pense que dans ce cas là la guerre sera vraiment sanglante !

                                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 octobre 2015 09:31

                                                        @HELIOS
                                                        Je le pense aussi, il y a aura des révoltes, réprimées par les forces spéciales, genre milices privées, ou eurogenfor. C’est pour cela qu’il faut se rassembler pour retrouver la souveraineté, et que les Français puissent décider de leur avenir.


                                                      • lloreen 7 octobre 2015 10:20

                                                        @Fifi Brind_acier

                                                        Il est clair que s’ il y a des révoltes elles seront très durement réprimées par l’ Eurogendfor ou d’ autres services sécuritaires associés privatisés.
                                                        C ’est la raison pour laquelle un mouvement national totalement pacifique s’ est crée le 14 juillet 2015, aussi réprimé par 11000 policiers...
                                                        Dans la mesure où le ministère de l’ intérieur dispose de tous les moyens de se renseigner et des moyens en personnels sous ses ordres, il a été très facile de le constater de visu le 14 juillet 2015.
                                                        Pour les derniers aveugles et les naïfs patentés, cette situation permet d’ avoir la preuve que la république française ainsi que tous ses ministères sont des corporations privées enregistrées auprès de la SEC américaine.

                                                        La preuve en lien.

                                                        UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
                                                        Non-registered name or business unit
                                                        LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered address55 R DU FAUBOURG SAINT HONORE LPost code75008 LCityPARIS
                                                        CountryFrance WCountry code241
                                                        Post office box number

                                                        Post office box town

                                                        Telephone number

                                                        Fax number

                                                        Name primary executive
                                                        WActivity (SIC)9199
                                                        Idem pour tous les ministères.
                                                        UPIK® Record - L LRegistered company nameASS MINISTERE DE L INDUSTRIE ET RECHE
                                                        Non-registered name or business unit
                                                        LD-U-N-S© Number569367282 LRegistered address97 RUE DE GRENELLE LPost code75007 LCityPARIS
                                                        CountryFrance WCountry code241
                                                        Post office box number

                                                        Post office box town

                                                        Telephone number

                                                        Fax number

                                                        Name primary executive
                                                        WActivity (SIC)8699
                                                        Ainsi que celui de l’ intérieur. UPIK® Record - L LRegistered company nameMINISTERE DE L’INTERIEUR
                                                        Non-registered name or business unit
                                                        LD-U-N-S© Number579004870 LRegistered addressPLACE BEAUVAU LPost code75008 LCityPARIS
                                                        CountryFrance WCountry code241
                                                        Post office box number
                                                        WPost office box townPARIS
                                                        Telephone number

                                                        Fax number

                                                        Name primary executive
                                                        WActivity (SIC)9199
                                                        Si vous souhaitez changer la donne, vous avez l’ occasion de vous impliquer dans le changement en rejoignant tous ceux qui font déjà partie du Conseil National de Transition de France, qui s’ est crée le 18 juin 2015.

                                                        http://www.conseilnational.fr/


                                                      • lloreen 7 octobre 2015 10:30

                                                        @HELIOS
                                                        « quelle sera notre guerre de sécession à nous ? »
                                                         
                                                        Ce ne sera pas une guerre si l’ information de la création du Conseil National de Transition passe à très grande échelle.
                                                        http://www.conseilnational.fr/

                                                        Ce pourrait être des conflits urbains si ce mouvement se fait retourner parce que la désinformation aura fait son oeuvre.

                                                        Le 14 juillet 2015 tous les français sympathisants participant à la manifestation pacifique ont eu l’ occasion de vérifier par eux-même à quel point le pays est verrouillé par une clique mafieuse qui a noyauté des instances gouvernementales.
                                                        https://www.youtube.com/watch?v=hU340NjpPRM


                                                      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 7 octobre 2015 17:42

                                                        @lloreen,
                                                        Si le mouvement du 14 juillet veut sortir de l’ UE, il peut discuter d’une alliance avec l’ UPR.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès