Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La honte d’être pauvre

La honte d’être pauvre

« Je voudrais être riche », voilà un souhait inavouable en période de crise, dans une société bien pensante où il faut constamment revoir ses aspirations à la baisse et s’interdire tout rêve égoïste d’opulence. D’autant plus que ça nous attirerait les foudres de ce néopuritanisme ambiant qui nous oblige à une torture mentale insoutenable.

Tout comme le vœu de chasteté des prêtres les obligent à se persuader qu’ils n’ont pas besoin de sexe, nous avons fait vœu d’austérité, convaincus que si on pense très fort que l’argent c’est sale et superficiel on n’en aura pas envie. Dans les médias, on fait la chasse au bling-bling. Sarkozy arbore une Rolex et passe ses vacances sur un yacht, c’est un scandale pour un chef d’état, rendez-vous compte ! Dominique Strauss-Kahn et sa femme sont pétés de tunes, pas étonnant qu’il se tape des putes dans des hôtels de luxe, tu parles d’un socialiste ! Alors quand on demande à un enfant : « Qu’est-ce que tu aimerais faire quand tu seras grand ? », on serait presque tenté de le gifler s’il a la malheureuse idée de répondre : « Je veux gagner beaucoup d’argent ». Et quand on passe un entretien d’embauche, à la sempiternelle question : « Où vous voyez-vous dans 10 ans ? », ce serait manquer totalement de correction que de répondre : « Les doigts de pieds en éventail sur un transat en bois exotique d’une plage privée aux Seychelles ». De temps à autre, on nous balance des sondages nous confortant dans le contentement d’un quotidien bourré de factures et de découverts à la banque. Ainsi, on a appris récemment que les gagnants du loto apprécieraient moins les petits plaisirs de la vie que les gens aux revenus modestes. Normal, puisqu’ils apprécient aussi de grands plaisirs.

Mais, paradoxalement, s’il n’est pas socialement admis de parler de ses idéaux pécuniaires, il n’est pas non plus admis de mentionner ses problèmes financiers. Si votre porte-monnaie est aussi fourni que le désert de Gobi, n’en parlez pas. Si vos potes vous proposent un resto samedi prochain, mieux vaut répondre en cas d’impossibilité budgétaire que vous êtes désolé, mais que vous participez à une marche nocturne pour observer les étoiles, ils comprendront. Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups : vous montrerez ainsi notre attachement aux petits plaisirs de la vie et éviterez assez habilement de passer pour un pauvre qu’ils auraient été obligés d’inviter et à qui ils n’auraient plus rien proposé par la suite. Les pauvres coûtent cher et ne sont pas fun en soirée, alors que les fans d’astronomie et de randonnée le sont beaucoup plus.

Je me rappelle d’un ancien collègue, qui, loin de toutes ces préoccupations, m’avait dit un jour : « Je suis né pour être riche ». Ma première réaction fut de penser qu’il n’avait aucun sens des réalités et qu’il était totalement inconvenant de brandir ostensiblement cette certitude devant une stagiaire non rémunérée. Maintenant, je réalise qu’il assumait sans complexe ce que beaucoup d’entre nous refoulent : avoir de l’argent pour s’acheter des propriétés avec piscine, jacuzzi et hammam ; pour faire du shopping à New-York le samedi et un real brunch à Londres le dimanche matin ; pour offrir à nos enfants une fontaine de chocolat digne du bassin d’Apollon du château de Versailles ; pour s’acheter une voiture accordée à chacun de nos sacs à main, pour gâter nos arrière-petits-cousins qu’on ne connaît même pas, pour faire la teuf, pour ne rien faire, pour s’offrir la contemplation de la Joconde en solitaire alors que tellement de gens se bousculent pour l’apercevoir ; pour se faire le nez, les pommettes, la bouche et la poitrine d’Angelina Jolie ; pour faire successivement Sciences Po, médecine, l’Ensba et HEC… L’autre jour, j’ai remarqué avec horreur que mes mains s’étaient élargies. N’ayant pas pris de poids récemment et ne souffrant pas d’arthrose digitale, je me suis empressée d’en faire part de mon désarroi à une amie qui m’a dit : « C’est normal, c’est à force de faire le ménage et la vaisselle, CQFD ! ». Alors je l’avoue, oui, j’ai plusieurs fois pensé que j’aimerais être riche et je le ferai encore. Et cette fois-là, j’ai rêvé d’avoir une grande maison avec du personnel pour que je puisse glander et retrouver des mains douces et fines.

Virginie Dejoye - News of Marseille


Moyenne des avis sur cet article :  1.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • jef88 jef88 17 décembre 2011 14:43

    Aux USA il est normal de faire fortune
    Chez nous le système de caste nous a formaté
    On pense que c’est inconvenant !!!


    • Vincent P. Vincent P. 17 décembre 2011 16:17

      Quelle belle conception de la vie vous avez là : pognon, pognon, pognon, POGNON = IDEAAAAAAAAAAL ! Digne d’une pré-pubertaire qui n’a rien fait de sa vie, ni véritablement de ses mains ni de son dos... Tristesse, quand tu nous tiens. Les ouvriers d’avant-guerre étaient donc tous des miséreux débiles, d’après-vous ? Le bonheur, il n’en avaient donc aucune idée, vu leur situation sociale ?
      PS : je suis pauvre (moins de 700€ /mois depuis plus d’un an), ça ne m’empêche pas d’être un minimum heureux et clairvoyant ; et si j’avais du pognon (peut-être un jour), ça ne serait pas forcément synonyme de branlette chanelisée ni de manucure non-manufacturée... Ah oui, j’ai un téléphone qui fait téléphone (et pas ordinateur, merde !). Allez, bon programme... sur TF1 (votez la continuité, ça vous rassurera). Et n’oubliez pas d’être matérialiste, exclusivement !


      • anny paule 17 décembre 2011 16:19

        La question est tout à fait dans l’air du temps : mais il n’y a aucune honte à être pauvre ! Le problème reste de déterminer à quel niveau se situe la pauvreté.
        Quand on dispose de suffisamment de ressources pour satisfaire ses besoins (éducation, santé, logement, chauffage, nourriture, loisirs simples...) on n’est pas pauvre... même si l’on n’a pas accès à ce que les médias brandissent comme normal !
        La richesse intérieure, les rapports humains, la lecture, la musique que l’on peut écouter, les plaisirs naturels comme la contemplation d’un coucher de soleil, d’une feuille agitée par le vent, d’un enfant riant aux éclats,... ne se mesurent pas et constituent la véritable richesse.
        Or, actuellement, dans ce monde de faux-semblants, de paraître, bien véhiculé par la TV et les autres médias, être riche devient le rêve...
        Personnellement, je ne suis pas riche (au sens où certains l’entendent). J’ai, certes, une maison, mais je n’ai ni piscine, ni résidence secondaire, ni voiture de luxe, ni... et je n’envie rien de ceux qui « comptent » à la manière de Brel pour « avoir ». Je vis, je vis tout simplement, en harmonie avec ceux que j’aime et ceux que j’ai choisis. Je peux m’offrir quelques loisirs, quelques jours de vacances.
        Ce qui me navre le plus, ce sont ceux qui ne sont pas à ce niveau, pourtant très simple, ceux que le chômage (voulu et entretenu) rend réellement pauvres et peut conduire à la misère, ceux que le système maintient dans la précarité (elle aussi voulue).
        Ceci fait que mon engagement politique, au Parti de Gauche dépasse ma propre condition et entend faire que le nombre de ceux qui auront au moins accès à ce dont je dispose s’élargisse et devienne la norme.
        Il ne faut pas envier les riches...ils ne sont rien si on leur enlève leur richesse ! Il ne faut pas avoir honte de ce que l’on est. Il faut ETRE, tout simplement, généreusement.
        Ce monde est absurde. Il faut le gommer. Cela nous est possible à la seule condition de nous révolter pacifiquement, par notre vote. Les scandales des politiques au pouvoir pleuvent tous les jours... Tous sont compromis dans une affaire sordide d’argent, notre chef en titre le premier (il suffit de lire Médiapart pour en prendre la mesure).
        Ne comptons que sur nous-mêmes, c’est la seule force qui soit la nôtre.... Alors, ensemble, on pourra revoir le chapitre de la pauvreté ! 


        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 17 décembre 2011 17:03

          Bonjour,

          L’auteure de cette article me donne l’impression d’être malheureuse. Et elle a l’impression qu’elle est malheureuse PARCE qu’elle est pauvre.

          Je pense que je la comprends, d’autant que je connais des gens pauvres qui pensent exactement la même chose.

          Je connais aussi des riches qui sont malheureux. Et ils disent ne pas comprendre pourquoi PARCE qu’ils sont riches. Ca les déboussole.

          Pour ma part, je pense maintenant que le bonheur est un état indépendant du niveau de confort matériel. smiley

           


          • Claudec Claudec 17 décembre 2011 17:06

            http://www.agoravox.fr/ecrire/?exec=articles&id_article=99942

            Une manière d’appréhender la question, qui n’a rien de contradictoire.

            • BA 17 décembre 2011 17:20

              Pierre-Henri de Menthon est directeur de la rédaction de « Challenges », et chroniqueur sur la chaîne BFM Business.

               

              Pierre-Henri de Menthon pointe notamment le fait que les Français les plus riches réalisent des retraits et que cela se passe « loin des caméras, à l’abri des bureaux cossus des banquiers privés, ceux qui gèrent le patrimoine des grandes fortunes ! »

               

              Dans la vidéo ci-dessous, il est précisé :

               

              « Chez Pictet et Lombard Odier, deux grandes banques privées de Genève, les ouvertures de comptes par les Français se multiplient, des dizaines de millions d’euros affluent tous les jours. »

               

              http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=_oEWxIkVA7o# !

               

              Nous sommes embarqués dans un grand bateau appelé « ZONE EURO ».

               

              Or, que voyons-nous ?

               

              Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train d’entasser leurs richesses dans des canots de sauvetage.

               

              Nous voyons les passagers les plus riches qui sont en train de fuir le bateau « ZONE EURO », pour aller mettre leurs richesses dans les banques privées suisses : la banque Pictet, la banque Lombard Odier, etc.

               

              Nous voyons les passagers les plus riches qui s’éloignent du bateau « ZONE EURO », et qui mettent à l’abri leur épargne en-dehors de la zone euro.

               

              C’est un signe qui ne trompe pas.

               

              C’est un signe qui montre que le bateau « ZONE EURO » est en train de couler.


              • redredsir 17 décembre 2011 19:27


                j’ai de l’empathie pour l’humanité quasi entière,et de la pitié pour certains riches...
                Au moins sont-ils riches,et peuvent croire se consoler,mais que dire des pseudo-pauvres qui ne rêvent que de piscines bleues où des esclaves feraient la vaisselle ?
                Qu’aucune richesse matérielle ne saura contenter ces entonnoirs de la consommation.

                Si seulement vous aviez fait preuve d’ironie...


                • Intelle Intelle 17 décembre 2011 19:35

                  Je ne suis pas riche mais je n’en ai pas honte, dans ma famille (milieu ouvrier et famille nombreuse) j’ai appris à travailler et à être honnête. J’ai fait de bonnes études dans un lycée parmi ce qu’on appelait à l’époque des « gosses de riches » (notables et riches commerçants dans une station balnéaire du sud de la Bretagne), et j’étais meilleure élève qu’eux. Ils étaient là juste pour se distraire, pourquoi faire des efforts puisque leur famille avait assuré leur avenir ? Eh bien je ne les enviais pas malgré cette espèce de condescendance qu’ils avaient à mon égard, vu mon état de « fille d’ouvrier » !!! C’était il y presque 50 ans et les mentalités n’ont pas beaucoup changé.

                  Ce n’est pas pour autant que je déteste les riches, ni que je les envie, bien sûr j’aimerais avoir un peu plus de moyens, car ma retraite se situe tout juste au-dessus du seuil de pauvreté (encore un argument de l’État pour créer une hiérarchie entre les gens de la France d’en bas). Mais je me contente de ce que j’ai et je vais pas me martyriser parce que je ne possède pas la dernière console à la mode ou le bijou ou le parfum de luxe que toute femme se doit d’avoir, d’après les publicités ! Cela ne rend pas plus intelligent...

                  Certains ne se rendent même pas compte qu’on les oblige à consommer et à acheter des objets dont ils n’ont pas besoin, pourquoi acheter un téléphone portable à son enfant de 7 ou 8 ans si on n’a pas les moyens de le nourrir ou de l’habiller correctement ? Pour beaucoup la richesse « apparente » se mesure à tout ce que l’on montre, pour être « à la mode », même dès le collège, les filles doivent se conformer à une façon de s’habiller et les parents obéissent sous peine de voir leurs enfants « boycottés » par leurs camarades de classe car ils font « pauvres » !!!

                  Alors si c’est cela être riche ? Pour moi la richesse se trouve dans l’esprit et le cœur, le courage de mener sa vie le mieux possible malgré les difficultés. L’envie est un poison et ne sert à rien qu’à se faire du mal...


                  • lloreen 17 décembre 2011 22:08

                    les prêtres ne font pas voeu de chasteté, mais de célibat...


                    • lloreen 17 décembre 2011 22:10

                      A propos de richesse : voilà le début de l’abondance.
                      http://www.youtube.com/watch?v=az3m5ewU9Us&feature=player_embedded

                      L’idée : transformer chaque carré de verdure en jardin et en verger .


                      • lloreen 17 décembre 2011 22:46

                        Moi j’aurais honte d’être riche, surtout dans ce contexte...
                        http://eso-news.blogspot.com/


                        • lloreen 17 décembre 2011 22:53

                          Mes parents m’ont toujours dit:le coffre-fort ne suit pas le corbillard et la vie est trop courte pour être malheureux.Mais surtout : l’argent ne fait pas le bonheur.
                          J’ai pu vérifier la véracité de leurs dires.
                          Avoir un portefeuille à la place du coeur est la pire des pauvretés.


                          • mic0741 mic0741 18 décembre 2011 09:10

                            « on serait presque tenté de le gifler s’il a la malheureuse idée de répondre : « Je veux gagner beaucoup d’argent » »

                            Encore plus que de souhaiter être riche est le fait de vouloir de l’argent qui est symptomatique de notre société contemporaine.
                            Ce qui est grave c’est que l’argent paraisse en effet être une fin en soi, plus que ce qu’il permettrait de s’offrir.

                            • calimero 19 décembre 2011 09:00

                              A mon avis vous y gagneriez à être plus pauvre. Apparement vous ne l’êtes pas précisément, vu qu’avec vos potes en soirée ca fait pas bien d’être pauvre. Vous rêvez de richesse mais vous dites que vous n’osez pas l’affirmer parce que ca n’est pas bien ou je ne sais pas quoi. Les vrais pauvres se contrefoutent de ce qui est socialement admis ou pas, ils ont assez à faire à se débrouiller pour maintenir le radeau.

                              Votre article révèle les névroses d’une classe moyenne qui refoule les pauvres tout en rêvant secrètement de s’élever. Continuez à vous bercer de douces illusions du genre travailler plus pour réussir, vous faites juste sagement tourner la machine. Toute cette construction psychologique autour du désir et de la crainte constitue le ciment d’un système ou les puissants gagnent à tous les coups et décident des règles, s’appuyant sur une majorité disciplinée pleine d’un vain espoir et immobilisée par la peur. Vous êtes en fin de compte le pilier central sur lequel tout repose. Ne changez rien et le monde continuera de tourner dans le même sens.


                              • redredsir 19 décembre 2011 09:51

                                Le pseudo NewsofMarseille initie des forums auxquels il ne participe pas...

                                Celui-ci mérite la contrepèterie,signé : Niaise of Marsouille !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

NewsofMarseille

NewsofMarseille
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès