Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La journée du souvenir : l’obstination et la force extraordinaire des (...)

La journée du souvenir : l’obstination et la force extraordinaire des enfants

De nombreux récits montrent comment des enfants ont participé héroïquement à la résistance.

Certaines histoires comme celle racontée par Gilbert Bordes dans un roman émouvant ressemblent à s'y méprendre à la vie vécue par des enfants fuyant la barbarie nazie.

La République française honore la mémoire des victimes de la déportation, en particulier des déportés de France dans les camps de concentration ou d'extermination nazis.

Depuis l'adoption de la loi du 14 avril 1954, le dernier dimanche d'avril est consacré "Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation".

Il existe des romans accessibles comme celui de Gilbert Bordes qui montrent concrètement les souffrances endurées par les enfants et expliquent comment s'est organisée la résistance à tous les niveaux...

Tous n'étaient pas des grands héros mais beaucoup ont montré un grand courage et comme l'a écrit Corneille « Aux âmes bien nées, la valeur n'attend point le nombre des années » !

« Les enfants de l'hiver » roman de Gilbert Bordes X0 Éditions, 287 pages, Février 2011

Un périple « fantastique »

Ils ne se connaissaient pas. Les uns étaient chrétiens, les autres juifs...Tout les séparait : l'origine sociale, la culture, l'éducation....

La guerre et la fuite devant les SS les ont réunis dans les Pyrénées entre la France de l'Espagne.

Certains sont des jeunes enfants, d'autres des adolescents qui peu à peu vont être capables de survivre dans des conditions plus que précaires. Il leur faut à la fois trouver les résistants qui les protègeront et à la fois se maintenir en vie, ici et maintenant. Il leur faut quérir de quoi se nourrir en plein hiver :

« Survivre ne demande aucune qualité particulière, seulement l'obstination de l'insecte au corps écrasé qui agite encore ses pattes pour échapper à l'outil du jardinier. Il n'y a rien d'autre à faire : marcher jusqu'à l'ultime battement de cœur »...

Chaque enfant va relever dans l'adversité et face au danger qui le menace sa vraie nature et aussi des capacités dont il ignorait ou sous-estimait l'existence.

L'histoire racontée est émouvante et touchante. L'auteur sait accrocher son lecteur et l'entraîner dans une histoire humaine « fantastique » avec un vrai suspens.

C'est un roman qui montre comment des êtres fragiles, en phase de construction peuvent passer de l' individualisme qui frise l'égoïsme à la solidarité.

Ce sont des enfants qui peu à peu se forgent une conviction d'adulte : « Être homme, c'est se battre jusqu'à l'extrême limite, c'est supporter la douleur et ne jamais renoncer ».

Ce roman est beau et fort.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 20 avril 2011 12:39

    que ce passerait-il avec les enfants d’aujourd’hui, sont-ils differents, ou differement elevés.....

    http://2ccr.unblog.fr/2011/01/28/mes-chers-petits/


    • kitamissa kitamissa 20 avril 2011 14:20

      les trois quarts des petits cons formatés qui croient que le lait arrive d’une brique en carton et que le poisson est rectangulaire et panné !


      il y quelques année,je suis allé aider une association de jeunes pour conduire une camionnette ,afin de transporter du bois de chauffage que des familles intéressées avaient commandé ...

      les môme dont certains avaient quand même 15 ou 16 ans,ne savaient pas scier du bois ni le fendre !

      certains même avaient sorti leur couteau de poche et essayaient de couper le bois comme on coupe un saucisson !

      je les aurai vus mal barrés en cas d’obligation de survie !

      • CHALOT CHALOT 20 avril 2011 22:23

        J’ai rencontré personnellement des « petis cons » formatés évoluer très vite et devenir des grands adolescents ou jeunes adultes fort motivés et prêts à bousculer certaines mauvaises habitudes....
        L’éducation est l’ensemble des influences qui s’exerce sur l’individu et que l’individu exerce sur son environnement...


        • kitamissa kitamissa 21 avril 2011 00:58

          j’espère au moins qu’on leur avait appris à couper du bois !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès