Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La médecine du travail condamnée

La médecine du travail condamnée

Les habitudes prises depuis l’avènement de l’actuel Président de la République sont bien établies maintenant : c’est au Medef que s’établissent les propositions de “réforme” sur tout ce qui gravite autour du monde du travail. On ne compte plus les propositions du Medef qui ont été suivies de modifications législatives crées au pas de charge et qui auront longtemps des effets destructeurs sur les relations dans l’entreprise. Avec ce ciment entre toutes, qui se résume en ce mot : casser. Casser tout ce qui peut l’être avant 2012.

 Aujourd’hui, toujours pressé, le Medef s‘applique à enfoncer le clou sur la médecine du travail, demandant à Xavier Darcos, leur commissionnaire actuel au ministère du travail, de finir de la tuer.

C’est que l’idée d’une vraie prévention des risques dans l’entreprise effraie le Medef par les temps qui courent. Il faut vite museler l’expression même du mal être. Pas les causes.

Pour ce faire, rien de mieux que la bonne vieille méthode de la chappe de plomb qui permet de contrôler tout.

Ici, il s’agit de contrôler jusqu’à l’expression même des maux dans l’entreprise et leur développement a-économique à leur goût, en privatisant au maximum les outils de santé “corrective”, pour, in fine, renvoyer sur la collectivité nationale la résultante de cette politique, c’est-à-dire faire prendre en charge par d’autres la charge des licenciements qui en découleront. Exactement comme pour la "rupture conventionnelle", qui exonère par pressions successives sur le salarié, l’employeur de ses obligations de licenciement économiques ou personnels... en mettant le salarié au Pole Emploi sans coups férir.

Curieuse époque. 

Prenant prétexte d’une baisse du nombre de médecins, le Medef compte s’approprier de façon définitive la maîtrise de la santé dans l’entreprise.

Il n’échappait à personne que la médecine du travail était déjà en grand état de subordination du patronat. Chacun d’entre nous se souvient d’un proche ou d’un voisin sur lequel a pesé une « curiosités » liée à des décisions d’une médecine du travail malade d’un excés de « non indépendance ». Litote... J’ai moi-même en tête un exemple récent d’une salariée en arrêt maladie renvoyée par la médecine du travail “actuelle” dans la fosse au lions, chez son employeur de mari qui n’en demandait pas tant et qui la licencia sur le champ pour faute grave.

Mais ce n’est pas suffisant : pour le Medef et le ministre du Travail, il faut achever la bête.

La notion même d’une médecine du travail libre et indépendante leur est insupportable. De hardis commentateurs, pourtant médecins du travail eux-mêmes, ne parlent-ils pas de « connivence » « entre les entreprises et le gouvernement pour faire disparaître les médecins du travail  » ?

Car aujourd’hui, pour le Medef, tout n’est pas encore assez carré. Un contrôle total doit être mis sur pied, qui relèguera le système de santé dans l’entreprise au rang de simple palliatif aux douleurs et de cache sexe aux risques professionnels.

Parlons sans détours : le Medef et Darcos voudraient faire payer d’abord aux salariés les conséquences des risques qu’ils subissent dans l’entreprise, les employeurs se défaussant entièrement de leurs responsabilités sur la collectivité nationale, y compris celle qui incombe en amont à celui qui détient l’outil de travail, qui est de financer la prévention des risques.

L’idée même d’une médecine du travail indépendante les horrifie ? Ils vont simplifier l’existant dans le temps d’embellie qu’il leur reste d’ici 2012.

Ainsi, ils proposent des visites médicales quasi virtuelles espacées de plusieurs années. Ils préconisent de ne plus avoir l’obligation de reclasser au retour d’un arrêt maladie. Ils veulent imposer des délais couperets de quelques semaines au-delà desquels le non retour au poste permettrait à l’employeur d’enclencher une procédure de licenciement. Les conseillers du salarié auraient de “beaux” jours devant eux…

Le Medef propose donc que l’employeur décide de tout. C’est sa façon de gérer les risques.

Déjà maître d’œuvre des conditions de travail dans l’entreprise, l’employeur serait aussi le décideur, “l’évalueur” du degré d’aptitude physique des salariés à (et dans) l’emploi.

L’employeur dirait ce qu’est ou n’est pas une maladie dans l’entreprise. Avec toujours cette idée force : c’est à l’homme de s’adapter au travail. Pas l’inverse.

Ce serait à l’employeur de décider de la « médecine du travail », de décider qui la pratiquera. Et notamment, en faisant intervenir parfois des infirmiers en lieu et place de médecins, même si Darcos s’en défend quand il évoque la "pluridisciplinarité" en médecine du travail.

A la lumière des évènements récents chez France Télécoms et ailleurs, on conçoit que le Medef ait peur d’une médecine du travail indépendante et de bouches qui se délient trop. Le gouvernement des riches aussi.

Résumons : c’est le bourreau qui va décider si sa victime a mal, qui va éventuellement faire déclencher des soins, dispensés par des professionnels qu’il aura choisi. Des soins dont, en quelque sorte, l’employeur décidera de la nature et de leur durée, et de quel côté va tomber la tête de la victime, parce qu’un licenciement relèverait au final d’une bonne gestion “managériale”.

Et roule ma poule.

Laurence, justement, dit qu’elle va briguer un second mandat au Medef, car "nous sommes nombreux à vouloir continuer à amplifier l’élan que nous avons donné depuis quelques années pour un Medef totalement engagé au service de notre pays". De ce qui précède, on peut voir de quel « élan » elle parle. Au service de qui ? Tu peux préciser, Laurence ?

« Nous serons vigilants à ce que les pouvoirs publics transposent rapidement et fidèlement le texte dès que les syndicats auront donné leur avis définitif. » disait Jean-René Buisson, chef de file de la délégation patronale pour la réforme de la médecine du travail, le 13 septembre 2009. Oui, c’est dit, c’est ce qu’on disait aussi : il y a mano a mano entre vous.

Sauf que, les syndicats ont dit non.

Indépendance totale ou allégeance définitive et institutionnalisée de la médecine du travail. Tel est l’enjeu du prochain épisode d’ici le printemps, sur lequel nous ferions bien d’attirer l’attention de nos députés. Très sérieusement.

Parce qu’une fois de plus, il y va de la démocratie. De notre identité nationale, quoi.

 

le médecin du travail

Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 22 décembre 2009 12:17

    Perso, je suis pour qu’on la supprime. C’est cher et c’est nul.... une rente de situation pour des médecins dont la qualité est discutable et je ne parle pas du reste. Autant payer une visite médicale normale obligatoire chez son médecin traitant.


    • meccano44 22 décembre 2009 12:42

      Un médecin du travail est un spécialiste. Et même si les salariés l’appellent souvent le « véto » ce sont des gens compétents dans la plupart des cas. J’en ai cotoyé un certain nombre dans ma vie professionnelle. Ils ne sont pas là uniquement pour pour contrôler l’état de santé individuel. Ils interviennent sur les problèmes de santé collectifs. Leur rôle est aussi d’aider les CHSCT, de les guider. C’est sur que ça ne plait pas toujours aux employeurs. Ces médecins ont un rôle important à jouer dans la prévention des accidents de travail et de maladies professionnelles. Ils ont des propositions à faire en terme d’ergonomie pour la prévention des TMS par exemple. C’est vrai que certains ont failli à leur rôle dans le scandale de l’amiante. C’était sur la pression des employeurs. C’est vrai qu’on a moins de TMS avec un stylo. Encore que !! Et attention aux claviers !! Et aux écrans !!


    • Yohan Yohan 22 décembre 2009 23:42

      Dites docteur, le TMS de Momo (une guantanamite aigüe), ça se soigne. moi je dis ça rapport à son bizness


    • homosapiens homosapiens 22 décembre 2009 13:25

      C’est bien probable qu’il y ait une tentative masquée de museler un peu plus l’aspect santé en tenant en laisse un peu plus sérrée le suivi médical des travailleurs.
      Et non les médecins du travail ne sont pas des vétos, il font même 3 ans de plus que leurs collégues. Comme partout il y a peut être des planqués, mais la plupart tient à coeur sa mission de suivi, de surveillance des employés qu’on leur confie.
      Certes ils manquent de temps, de moyen et encore d’une certaine hamornisation de textes de lois qui rendent le suivi médical des travailleurs horriblement complexe.
      C’est important, le suivi médical est important, bien évidemment pour la santé des travailleurs, mais aussi pour que l’expérience, le dialogue, la recherche permettent une réelle amélioration des conditions de travail.
      L’article est un peu sournois car d’une certaine manière il évoque une ficelage du medef, et sous entendu le gouvernement en place.
      Par contre l’article n’indique pas que depuis cette année tout centre de médecin de travail doit dispoer d’un ingénieur en prévention des risques tenu à la disposition des entreprises pour les aider gracieusement à mieux faire leur évaluation des risques.
      Donc c’est plutot à l’opposé du thème de l’article.
      Ce qui est regrettable est plutot le manque de « notoriété » des services médicaux du travail.
      Ils sont effecitvement trop perçus comme des incapables, des faux docteurs, des planqués...or il y a un énorme travail qui est fait, evidemment pas visible par « le patien ».
      Certains alimentent des sites internets d’informations pratiques, de conseils tant pour leurs collégues que les salariés, les entreprises, et ils le font gratuitement.
      Ils suivent en permanence une avalanche de décrets touchant toutes les activités ( 1800 textes de lois l’an dernier rien pour que l’aspect santé sécurité au travail).
      C’est un vrai boulot. Par contre les salariés sont souvent mal informé du role du docteur, et l’employeur aussi. Souvent par manque d’informations le médecin du travail « fait ce qu’il peut » en déduisant de la fonction, du poste occupé les risques encourus. Or aujourd’hui les métiers sont plus nombreux, plus complexes, invitent à manipuler toujorus plurs d’appareils, de produits, d’expositions diverses dont on commence à peine à souligner les réel effets. Certains secteurs comme le nucléaire « beneficient » d’un suivi trés renforcé dans des centres spécialisés, le domaine de la chimie est en train de rattraper ce niveau d’exigence, pour le reste il y a encore du chemin.


      • snoopy86 22 décembre 2009 14:05

        Article stupide témoignant d’une parfaite méconnaissance des problèmes de la médecine du travail en voulant à tout prix « casser du patron »

        Il se trouve que je suis à la fois conjoint de médecin du travail et ancien président ( bénévole) d’un service interprofessionnel de médecine du travail.

        2 commentateurs précédents ont parfaitement souligné le professionnalisme des médecins du travail qui sont effectivement des spécialistes ( 3 ans de spécialité) et qui trés souvent au cours de leur carrière acquièrent des compétences complémentaires. Ils exercent leurs fonctions en toute indépendance et le « patronat » ne gère que la logistique et le contrôle quantitatif de leur activité.

        Ce n’est par ailleurs un secret pour personne que nombre d’entre eux ( notamment dans les années post 68) ont choisi cette spécialité par engagement social et politique et que leurs conflits sont plus nombreux avec les employeurs qu’avec les salariés.

        N’en déplaise à l’auteur (qui connait une amie de la cousine de sa concierge qui a été renvoyée vers l’enfer par un médecin du travail ) ils ont plus à même de juger de la capacité d’un salarié à exercer son activité qu’un généraliste distributeur d’arrêts de travail ( il en existe partout et ils sont généralement bien connus

        Il existe aujourd’hui un authentique problème de démographie médicale dans cette spécialité.

        Sur les 6000+ médecins du travail (trés majoritairement salariés) exerçant en France plus de 40% sont âgés de + de 55 ans. Il faudrait en former 300 par an pour assurer un renouvellement à minima. On en forme aujourd’hui 30 à 40 par an.

        Parallélement, du fait d’une législation de plus en plus touffue leur charge administrative s’est accrue dans des proportions invraisemblables au point d’en écoeurer beaucoup.

        Enfin on leur à collé sur le dos l’appréciation du « harcélement », cheval de bataille de la CGT qui voudrait faire d’eux ses auxiliaires.

        La plupart d’entre eux ent ont marre aujourd’hui et les plus anciens anticipent leur départ en retraite ce qui ne fait qu’aggraver la situation


        • homosapiens homosapiens 22 décembre 2009 17:53

          Bien envoyé ! et je découvre avec stupeur vos chiffres concernant le manque flagrant
          de médecins à venir. Même en maintenant le nombre c’est déjà du délire compte tenu
          du surcroit de boulot et de législation, avec moins on va vers un crash.
          Merci pour l’info.


        • snoopy86 22 décembre 2009 18:10

          Le crash est inéluctable quand on sait qu’il faut plus de dix ans pour former un médecin du travail. C’est d’ailleurs vrai pour de nombreuses spécialités compte tenu de la politique absurde de numérus clausus menée depuis plus de 20 ans par les gouvernements de droite comme de gauche.

          Le manque de médecins du travail s’est par ailleurs aggravé avec les 35 heures dont ils ont bénéficié comme les autres salariés. Il aurait alors fallu en trouver 5 ou 600 mais ils n’existent pas....

          Il y a 3/4 ans il a déjà fallu réduire le rythme des visites des travailleurs ne présentant pas de risque particulier de un à 2 ans.

          Autre facteur aggravant : le développement de l’intérim

          Aujourd’hui un médecin du travail supervise des entreprises représentant un effectif moyen permanent de 3000 à 3500 salariés : visites périodiques, d’embauche, de reprise. Parallélement il est censé consacrer le tiers de son temps à d’autres fonctions à l’intérieur de l’entreprise. Ils n’y arrivent déjà plus !


        • snoopy86 22 décembre 2009 19:10

          Cher vieux Chantecler

          Ce n’est pas un medecin du travail qu’il te faut consulter mais un ophtalmo...

           

           

           


        • homosapiens homosapiens 22 décembre 2009 20:50

          Pour Snoppy

          bien envoyé again.
          Et oui comme vous dites, il faut en plus 10 ans pour fomer un « ptit nouveau », donc un peu déja prévoir un vrai clash en terme de qualité du suivi santé des travailleurs.
          1/3 du temps à autre chose, effectivement c’est impossible puisque 100% de suffit pas à faire le minimum.
          L’auteur et la plupart des commentateurs ni connaissent visiblement rien du tout.
          Certes l’article est moins glamour qu’un clip sur les nouvelles proteses mamaires à je ne sais qui mais il faut quand même des bidochons pour donner leur vomis.
          En tout cas je suis content de voir la ferveur qui vous anime pour cette mission
          plus qu’honnorable et si maladroitement récompensée. Le ministère pourrait mettre un de notre fric pour redorer votre blason et mieux faire connaitre votre mission.
          La dernière pub à propos des TMS m’a semblé assez bien foutue mais trop courte et surtout non accompagnée de débats dans les émissions censées s’occuper de sujet de sociétés.
          Il faut réintroduire en profondeur l’importance cruciale tant sur le médical que social de la médecine du travail.
          L’auteur suppose une sorte parti pris du médecin, en faveur ou du patronnat ou de la CGT preuve qu’il n’y connait rien. Le médecin du travail est totalement indépendant, toujours sous le secret médical et franchement muni de pouvoir pour emmerder l’une ou l’autre des parties. Et ils sont pas nombreux en france en ce moment à avoir ce pouvoir.

          Quant au numérus clausus !!! quelle merde, de droite comme de gauche et depuis plus de 20 Ans. Cette sucession de gouvernement d’ignares et d’ambitieux a cru réduire le cout de la santé en réduisant le nombre de médecins, pensant ainsi décourager les gens.
          Au lieu de cela nous voila à grands frais en train de recruter des docteurs du monde entier et même des infirmières. Pendant que nos univsersité forment à nos frais de braves étudiants venus du monde entier profiter (encore) du savoir faire francais avant d’aller ouvrir leur clinique à l’étranger...
          Youpi quel gachis.
          Sincèrement content de vous avoir lu.
          Bonne soirée


        • JL JL 23 décembre 2009 09:58

          Hé bien, pour ma part je dirais que la médecine du travail serait très utile si le médecin n’était pas l’employé du même patron que celui des salariés qu’il a en charge. A bon entendeur ...


          • Raphael JORNET Raphael JORNET 26 décembre 2009 10:34

            à snoopy86 :

            « Article stupide » dites-vous. C’est bien votre droit de le penser et de l’écrire.

            « Il se trouve que je suis à la fois conjoint de médecin du travail et ancien président ( bénévole) d’un service interprofessionnel de médecine du travail. » rajoutez-vous.

            Vous seriez marié avec le Pape et vice président du rotary club et du Pôle Emploi réunis, rien ne changerait quand au fond de mon billet : j’y déplore la casse de la médecine du travail. chantecler l’a remarqué.Il a parfaitement vu que vous aviez besoin de lunettes et de bonne foi. Il ne faut pas vous surmener, savez-vous ?

            merci à tous de cette lecture.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès