Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La métropole Aix Marseille Provence (1/2) : les enjeux

La métropole Aix Marseille Provence (1/2) : les enjeux

 Le 21 décembre 2012 s'est déroulé, au parc Chanot, à Marseille, la première conférence métropolitaine, consacrée à la mise en place de la métropole Aix Marseille Provence. Ayant eu la chance de participer à sa préparation comme expert associé.

Un haut niveau de réflexion :

S'entourant d'experts, d'universitaires, de chercheurs, Laurent Théry, le préfet délégué en charge du projet métropolitain, a permis la mise en place d'une réflexion collective et partagée de haut niveau. Les comptes-rendus des 5 ateliers-projets du 5 décembre (2) et les différentes tables rondes du 21 décembre démontrent un niveau de conceptualisation particulièrement élevé, digne de conférences universitaires, la volonté de faire participer les citoyens, par l'intermédiaire d'une grande diversité de participants et une hauteur de vue qui fait honneur aux organisateurs de ces manifestations.

Ce haut niveau de réflexion contraste avec la faiblesse de sa couverture par les médias. La majorité des journalistes n'ayant visiblement pas compris les enjeux de la mise en place de la métropole provençale et écoutant, avec complaisance, les arguments de ses opposants.

Les enjeux de la métropole :

Ce territoire possède à la fois d'énormes atouts et de gigantesques handicaps. Parmi ceux-ci, le niveau préoccupant de corruption du personnel politique. On ne peut donc que se réjouir de la volonté de l'Etat de reprendre la main par ce projet de métropole.

La région marseillaise constitue une métropole de rang 2, à l'échelle de la Méditerranée. Elle est caractérisée par une ville centrale -Marseille- affaiblie et paupérisée dans une aire urbaine éclatée, multipliant les pôles urbains de rang intermédiaire. Chaque bassin de vie ayant ses propres logiques, les tendances centrifuges sont dominantes : le découpage en plusieurs communautés urbaine et la fronde d'une centaine de communes contre le projet de métropole prouvent que chacun a peur de perdre ses spécificités.(3)

Pourtant, il suffit de voir les bouchons, chaque jour, sur les trois autoroutes permettant d'accéder à la ville de Marseille, pour comprendre la cohérence globale de la métropole. Les grands hôpitaux, la plupart des grands théâtres sont marseillais. La métropole ne possède qu'un seul port de commerce et un seul aéroport. La faiblesse de la ville-centre est donc en réalité un handicap pour l'ensemble de la population qui vit sur un territoire qui correspond, grosso modo, à l'ensemble du département des Bouches-du-Rhône(4).

Les oppositions au projet :

3000 personnes ont manifesté, à l'extérieur du parc Chanot pendant la conférence du 21 décembre. L'organisation logistique de cette manifestation a été facilité par la participation de nombreuses mairies opposées à la métropole.

Les discours des opposants contiennent beaucoup de fantasmes comme, par exemple, la création d'une fonction publique de la métropole embauchant 10 000 personnes. 

Pour tout citoyen qui s'intéresse à la chose publique, cette rumeur est totalement irréaliste, d'une part parce que l'état des finances publiques ne le permet pas, d'autre part, parce que la métropole signifie une répartition différente des compétences entre les différents niveaux territoriaux et non la création de nouveaux coûteux pouvoirs.

Il est dommage d'ailleurs que l'Etat ne se soit pas donné les moyens d'une communication plus précise sur ses intentions. S'il était heureux d'exclure les politiques et les journalistes de la réflexion initiale (pour éviter les pressions et les lobbys), il faut maintenant les tenir informé avec précision du projet et de son évolution.

Lors de la rédaction de cet article (le 4 janvier), il n'y a toujours pas de site internet officiel sur la métropole.

Les faiblesses du projet métropolitain :

Le contenu de la conférence et des ateliers-projets est très intéressant. Il y a pourtant trois aspects importants sur lesquels il faudra être attentif dans la construction de la future métropole :

-Comment intégrer les opposants au projet ? Lors de la première table ronde du 21 décembre, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin faisait remarquer qu'on ne peut obliger à participer ceux qui ne le veulent pas. L'Etat va devoir inventer des solutions pour mettre les élus opposés au projet devant leurs responsabilités : on me peut continuer à profiter de la métropole sans en payer le prix, sans participer, d'une manière ou d'une autre, au collectif que la métropole constitue.(5)

-Quel chantier décisif pour faire avancer économiquement la métropole ? L'emploi et le logement sont au coeur des problèmes des habitants de l'aire d'Aix-Marseille. Les travaux n'ont pas permis de dégager des pistes claires. La lecture attentive des différents documents permet pourtant de mettre en évidence la nécessité d'un développement durable innovant. Métropole des énergies, des activités sous-marines, multimodalité des transports, les atouts pour un projet économique original sont présents.

-l'écologie est présente dans la réflexion globale, principalement sous la forme de la conservation du patrimoine naturel. Cette vision est dépassée : il faut maintenant intégrer l'écologie comme une composante du développement économique du proche avenir. C'est autour de projets économiques et écologiques inédits que se fera le développement économique futur.

Le projet de métropole Aix-Marseille-Provence est une chance pour les habitants de cette région. Sa réussite va dépendre de la capacité de l'Etat à proposer des solutions innovantes. Cela sera l'objet du prochain article que de décrire certaines solutions originales et inventives qui vont permettre son succès. 

 

(1) J'ai participé au groupe de travail sur l'égalité des chances et l'éducation. La conférence a en effet été précédé d'un travail important : groupes de travail thématiques, rassemblement des participants à ces groupes le 5 décembre à la préfecture (plusieurs centaines de personnes, regroupant des responsables de services publiques, des chefs d'entreprises, des responsables d'associations, issus de tous les milieux et de tous les secteurs, échangeant et débattant dans des ateliers-projets).

(2) les cinq ateliers étaient consacrés :

-au rayonnement international de la métropole

-au développement économique

-à la mobilité et aux infrastructures

-à l'équité territoriale

-à la valorisation de l'environnement

(3) L'aire de la métropole est divisée en quatre communautés d'agglomérations (Aix, Salon, Martigues, Aubagne), un syndicat d'agglomération (Istres) et une communauté urbaine éclatée (Vitrolles, Marseille, La Ciotat)

(4) Sans compter l'inéquité territoriale entre une population marseillaise paupérisée et une population périphérique plus favorisée mais qui travaille souvent à Marseille. 

Deux exemples de cette inéquité :

-les collégiens et lycéens marseillais paient leur transport scolaire plus d'une centaine d'euros par an (pour les plus pauvres). Hors de la commune, les transports scolaires sont gratuits ou ne coûtent qu'une contribution symbolique.

-les installations sportives marseillaises à destination du public et des clubs sportifs sont dans un état déplorable, particulièrement les piscines. Le contraste est important avec les communes de la périphérie qui disposent souvent d'installations sportives de bonne qualité.

(5) Les recettes fiscales provenant des entreprises sont très inégales : en 2011, elles étaient de 1484 euros par habitant dans le pays de Martigues, de 710 euros dans le pays d'Aix et de seulement 288 euros sur Marseille.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 7 janvier 2013 10:51

    En tant qu’habitant de Ouest Provence , je suis absolument contre le projet Métropole , déjà qu’il nous ont imposé leur incinérateur sur la commune de Fos sur mer , il faudrait en plus qu’ils nous pompent le pognon pour leurs projets mégalomaniaques ! que Gaudin et Guérini aillent se servir ailleurs ! on a déjà nos propres escrocs !


    • Benben_leader Benben_leader 7 janvier 2013 16:37

      Heu il y a une chose que je ne comprend pas... La métropole Aix-Marseille-Provence est un EPCI (Établissement Public de Coopération Intercommunale), donc affilé à la fonction publique territoriale, et pas à la fonction publique d’État... Que vient faire le Préfet là dedans ?


      • COVADONGA722 COVADONGA722 7 janvier 2013 22:47

        J’ai participé au groupe de travail sur l’égalité des chances et l’éducation



        yep ça tout le monde sait ce que cela veut dire ?


        35%de sous -chiens imposables autorisés à payer hlm cantine transport santé education eau electricité
        services publics culture voyage au 65% qui recoivent gratos cette manne et interdisent
        d’accés à la police 22% du territoire marseillais par contre les cochons de payants sont invités à la fermer et à ne pas voir les grafittis que la mairie de marseille fait effacer nuitement sur la major ou les batiments municipaux grafittis pourtant explicites sur le sort attendant les sous-chiens impurs !




        Asinus : ne varietur

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès