Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La mobilisation contre Uber se poursuit

La mobilisation contre Uber se poursuit

Le jour où je revenais sur les dernières nouvelles des abus de la nouvelle économie, deux infos montraient que les autorités peuvent les contester : aux Etats-Unis, un juge a refusé l’accord à l’amiable passé entre Uber et ses chauffeurs sur la contestation de leur statut de travailleur indépendant, et à Londres, l’entreprise cherche à remettre en cause les nouvelles règles qui la concernent.

Refus de la concurrence déloyale et du moins-disant social

A défaut de posséder des véhicules ou d’employer des chauffeurs, Uber fait d’importants investissements judiciaires, tant l’entreprise sait jouer des failles de nos législations et affronte des initiatives réglementaires locales. En France, après la dérisoire interdiction du service Pop, c’est l’URSAAF, qui l’attaque pour travail dissimulé. Etonnament pour certains, cela est venu un an après une initiative similaire en Californie où des collectifs de chauffeurs demandaient à être requalifiés comme salariés de l’entreprise. A défaut d’être riche de l’argent qu’elle génère, Uber est immensément riche du soutien des marchés, ce qui lui avait alors permis de leur offrir la bagatelle de 100 millions de dollars pour acheter les contestataires et ainsi éviter toute remise en cause de son modèle d’affaire aux actifs si légers.

Mais un juge a refusé l’accord à l’amiable, arguant que « l’accord dans l’ensemble n’est pas juste, adéquat et raisonnable  », Uber ayant « un contrôle important sur la capacité d’un conducteur à accepter ou rejeter une demande de course  ». Outre-Manche, c’est l’organisme de régulation des compagnies de transport à Londres qui perturbe les plans d’Uber. Il faut dire que les VTC y sont bien plus nombreux que les taxis. De nouvelles règles ont été imposées aux VTC : un test d’anglais, un contrôle des modifications de l’application et l’ouverture d’un centre d’appel, et d’autres sont encore au stade de propositions, qui réduiraient certains des atouts de l’entreprise. La licorne a riposté sur deux fronts, en dépêchant sa flotte d’avocats à Londres, mais en agissant également auprès de ses clients, par une pétition.

Ce qui est intéressant, c’est de constater que la contestation des modes de fonctionnement d’Uber & co n’est pas isolée à la Hongrie, qui a bouté l’entreprise hors du pays, mais a également lieu dans les temples de l’ultralibéralisme et du laisser-faire, outre-Manche comme outre-Atlantique. Ceci montre que le modèle d’affaires de ces entreprises est loin d’être anodin et pose des questions cruciales sur l’organisation de nos sociétés. En revanche, il est malheureux de constater que cette contestation vient plutôt de l’administration, chez nous comme ailleurs, alors que leur importance justifierait sans aucun doute une prise de parole plus politique, ce qui explique mes nombreux papiers consacrés au sujet. Même l’Asie est assez timide, Uber ayant quitté la Chine contre la prise de 20% dans le leader local.

Ce qui est frappant aussi, c’est de constater le relatif laisser-faire de notre pays, pourtant toujours présenté comme si résistant au changement, par rapport aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, face à des entreprises qui bouleversent l’organisation de nos sociétés. Et si, contrairement aux fables ultralibérales, la France manquait au contraire de résistance face à tous ces changements ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 24 août 12:56

    La résistance aux changements des « passagers clandestins » de la gamelle de la redistribution....


    C’est pas « UBER » qui gène ces gens, mais surtout qu’on remette en cause le système ou ils se cachent pour profiter d’être à charge de la société par les impôts et les charges sociales...

    UBER fournit des emplois aux jeunes, aux personnes peu diplômées, aux habitants des banlieues comme des villes sans distinction. 
    Le travail paye pas la rente de situation comme les pétrifiés des soumis à la gamelle de l’état ou des rentes des normes organisées par l’état comme les taxis.

    Regardez la France, ça fait 40 ans que le chômage n’est pas descendu en dessous de 7% minimum.
    20% des jeunes sortent de l’Endoctrinement-Education Nationale sans diplôme. 
    Quel secteur privé autoriserait un tel niveau d’échec sans faire le nettoyage des branleurs statutaire ?
    Pas possible, dans ces castes étatistes, ils sont intouchables et payés au statut, pas à la réussite.
    3 jeunes sur 4 ne trouvent aucun job par leurs réticences aux changements.

    Et ces ignobles égoïstes et profiteurs à charge des autres, profiteurs des normes et de la gamelle de l’état osent critiquer les solutions qui permettent de vivre aux plus défavorisés de notre pays ?

    Savez vous quel est le revenu d’un chauffeur UBER ?
    3600€ + peut être des pourboires...

    Imaginez donc, qu’ils ne remplissent pas la pas la gamelle des pleurnichards souveraino-gauchistes......
    ne comptez as sur eux pour laisser de la place aux jeunes....
    Bien au contraire ils comptent sur eux pour remplir leur gamelle, et surtout pas pour qu’ils s’émancipent. 

    La caste veille
     

    • tashrin 24 août 14:02

      @Spartacus
      Decidement, les chiffres spa votre truc...
      Comme d’hab : mytho... Ca c’est l’argumentaire commercial d’Uber pour recruter leurs futurs esclaves, pas la realité

      Savez vous quel est le revenu d’un chauffeur UBER ?3600€ + peut être des pourboires...
      et la marmotte tout ca ?
      http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/operation-verite-sur-les-revenus-des-chauffeurs-uber-957841.html

      en resumé : Après avoir déduit les commissions et les frais inhérents aux véhicules (entre 40 et 50% du chiffre d’affaires), les chauffeurs multi-cartes gagneraient environ 2.400 euros pour 60 heures par semaine, soit un taux horaire en réalité à peine supérieur au Smic.

      ... la protection sociale en moins


    • Yaurrick Yaurrick 24 août 17:24

      @tashrin : à votre avis, est-il mieux que les employés d’Uber gagnent leur vie honnêtement plutôt que d’être au chômage et donc à la charge des autres salariés ?
      Et que je sache, personne ne force les salariés d’Uber à le rester si ça ne convient pas, ils sont libres de faire autre chose... sauf qu’à un moment, il faut assumer ses responsabilités.


    • tashrin 24 août 18:06

      @Yaurrick
      Ben de deux choses l’une...
      Soit ce sont réellement des independants, auquel cas ils se demerdent avec leur client et leurs prix. Libre à eux de refuser s’ils estiment que le prix proposé ne couvre pas les couts engendrés
      Soit ca n’est pas réellement le cas, et ils sont dans le cadre d’une relation de salariat qui ne dit pas son nom (salariat déguisé même que ca s’appelle et c’est précisément comme cela que l’analyse l’URSSAF), auquel cas Uber fait bien ce qu’il veut... à condition de payer des cotisations sociales comme les copains. Et là ya un souci... C’est pas le cas
      Tout le reste c’est du blabla insipide
      Mais autoriser une entreprise à ne pas payer de cotisations en lui permettant de maquiller des contrats de travail en contrats de presta pour echapper à leurs obligations, le tout en les remerciant de bien vouloir filer trois piecettes (en en gagnant 5 fois plus) à un gars qui n’a pas mieux, non je ne suis definitivement pas d’accord avec vous et ca doit clairement être sanctionné (ce qui ne saurait tarder)


    • flourens flourens 24 août 19:00

      @Yaurrick
      @tashrin : à votre avis, est-il mieux que les employés d’Uber gagnent leur vie honnêtement plutôt que d’être au chômage
      cela veut dire que celui qui est au chomage n’est pas honnête, moi qui croyait que c’était une victime
      et puis comme disait le comique, qu’est ce qu’il vaut mieux, une jambe en mousse ou un bras en bois ?


    • Ouallonsnous ? 24 août 19:19

      @Yaurrick

      Et à propos d’assummer ses responsabilités, que fait le gouvernement français pour contrer ces multinationales qui détruisent notre modèle français ?


    • Yaurrick Yaurrick 24 août 19:50

      @tashrin : A mon avis, cela se rapproche bien plus d’une franchise... Le problème est que la législation du travail est trop complexe et rigide, et donc mal adapté à ces nouveaux modes de travails.

      En outre, le niveau de charges obligatoires juste délirant (+ de 50% du montant payé par l’employeur) est un facteur pénalisant. On peut disserter longtemps du bien fondé des charges, mais dans un monde ouvert, celles-ci grèvent la compétitivité si elles sont trop importants.

      En tant que libéral, je pense que le choix de comment répartir les charges incombent à chacun (et donc la possibilité de s’assurer ou non), de même que le choix d’exercer telle ou telle activité.
      Est-ce vous pensez que les salariés d’uber ne s’y retrouvent pas ? Si ce n’était pas le cas, croyez vous qu’ils n’hésiteraient pas à changer tant que possible ?


    • Yaurrick Yaurrick 24 août 20:40

      @flourens : désolé, mais être au chômage en France , c’est être la charge des autres, quoi que vous en pensiez, répartition oblige .
      De plus dans certains cas, le chômage est choisi, avec des personnes travaillant juste le temps de recharger leurs droits (même si ce n’est pas le cas de tout le monde j’en conviens).
      Et je maintiens qu’il est bénéfique pour la société qu’il y ait le moins de chômage possible, ne serait ce que pour qu’il y ait concurrence entre les employeurs.


    • Yaurrick Yaurrick 24 août 20:42

      @Ouallonsnous ? : peut être faut il se poser la question de la viabilité du modèle français ? Si il n’est plus adapté à notre époque, il faut le revoir pour qu’il soit tenable, à l’inverse du modèle actuel.


    • hunter hunter 24 août 20:56

      @Spartacus

      Oh ça suffit, arrêtez votre propagande, vous nous fatiguez !

      Vous êtes pire qu’un politicard, vous devriez bosser avec Sarkozy

      H/


    • tashrin 25 août 09:46

      @Yaurrick
      se poser la question de la viabilité du modèle français ? Si il n’est plus adapté à notre époque, il faut le revoir pour qu’il soit tenable, à l’inverse du modèle actuel.
      Ca c’est un choix politique... Si on recupere tout ce qui part en fraude et evasion fiscale on a 15 fois les moyens de le maintenir le modele social, c’est un choix
      quant au fait que les charges grevent la competitivité, ya quand meme un truc que je capte pas
       - les employeurs veulent le flexibilité. ok, je comprends tout à fait.
       - le corrollaire de la flexibilité, c’est la securité pendant les periodes non travaillées, l’humain a besoin d’un minimum de stabilité pour vivre sereinement et honorer ses factures.
       - donc l’un ne va pas sans l’autre, et la securité implique des cotisations (puisque les periodes non remunerées par l’employeur seront prises en charge par la collectivité, donc par les cotisations)
       => Appeler à plus de flexibilité = plus de cotisations sociales, c’est un cercle vicieux...
      Et par ailleurs, on l’a vu en 2008 avec la crise bancaire, le systeme social francais, il a quand même du bon... Comparativement à d’autres pays européens (Espagne par exemple) ya pas photo

      Le plein emploi ne reviendra jamais. c’est impossible
      Plutot que de se tordre le cerveau à essayer de resoudre une equation impossible, il faut en changer les termes
       => poser la question du role du travail dans la société


    • Osis Osis 25 août 11:47

      @Yaurrick

      Vous êtes peut-être en libéral, mais vous êtes totalement à côté de la plaque, c’est un artisan du bâtiment qui vous le dit...
      Juste pour mémoire, ce que vous appelez charges, en fait les prélèvements sociaux, sont infiniment plus importants dans le bâtiment que dans n’importe quelle profession...

      Les salariés du bâtiment ont une excellente couverture sociale, mais des salaires largement en dessous de leurs compétences et surtout de la pénibilité et des risques du travail.
      Si vous supprimez la protection sociale, il faudra, c’est inévitable augmenter les salaires très largement au-dessus de ce que coute cette protection pour la remplacer, ou pas, et c’est là le drame, par des assurances privées voraces.
      Il faut être bien de niais, de mauvaise foi, ou au CNPF pour prétendre le contraire.
       
      Donc, oui, c’est évident, la nouvelle économie, contente ou pas, doit cotiser à tous les régimes sociaux, c’est aussi cela la libre concurrence.

      Ces prédateurs sont libres d’aller poursuivre leur activité ailleurs si cela ne leur convient pas.
      Mais qu’ils n’oublient pas que c’est peut être grâce à ces prestations sociales que la France n’a pas 1/4 ou 1/5 de sa population sous le seuil de pauvreté, comme certains pays occidentaux chantres du libéralisme exacerbé et scélérat.

      Concernant les professions libérales, toutes ,elles tiennent les mêmes discours égoïstes sur la protection sociale, jusqu’à ce que leurs différentes caisses professionnelles soient en faillite, gestions calamiteuses et/ou surtout pertes d’effectifs cotisants...  

      Alors, dans un élan soudain de civisme, on voit ces professions libérales venir tendre la main vers le régime général qui les accueille généreusement...

      C’est pitoyable, mais humain.


    • Yaurrick Yaurrick 28 août 15:09

      @Osis : je pense que vous oubliez quelque chose : si vous supprimez les charges patronales et salariales, mécaniquement les salariés auront quasiment 2x leur ancien salaire net.

      En conséquences, on peut repartir sur de bonnes bases,c’est à dire que les salariés pourront précisément comparer les couts des assurances (dont la fameuse sécu). Libre à chacun de s’assurer où il le veut (et si il le souhaite), et libre à vous de penser que la concurrence ne fera pas pas apparaitre que la sécu coute cher pour des prestations moyennes.

      Je ne préfère pas trop discuter du fameux régime général des retraites, celui qui est déjà en faillite, et que les salariés en début de carrière comme moi alimentent alors qu’il n’est qu’un puit sans fond, et qui ne donnera rien quand sera venue l’heure de la retraite. Mais si c’est juste pour vous....


    • rocla+ rocla+ 24 août 13:06

      Uber c ’est super . 


      Casser les vieux monopoles c ’est  très bien . 

      à la ferraille  les chemins de fer trois ou quatre fois plus chers qu’ une simple 
      automobile blablacar .

      • foufouille foufouille 24 août 13:31

        @rocla+
        et au revoir retraite et sécu du RSI, comme blablacar ne cotise pas.


      • Spartacus Spartacus 24 août 14:07

        @foufouille


        La grande illusion du paradis ou chacun peut vivre aux dépens des autres prend fin ?....

        Les charges assises sur le revenu mensualisé des autres et pas de soi-même ne résistera pas.

        Les pays comme les Pays Bas dont la retraite est assise sur les bénéfices des entreprises dans des fond de pensions’en sortent mieux......
        C’est certainement pour cela que dans ce pays le PIB par habitant est supérieur, et que le chômage moitié moindre qu’en France.
        Et que UBER ou pas ça changera pas leur régime social. Ils ne se posent même pas la question.




      • foufouille foufouille 24 août 16:56

        @Spartacus
        tu connais madoff ?
        Le Système de retraite aux Pays-Bas est parmi les systèmes de retraite en Europe celui où le poids historique des fonds de pension, même s’ils sont facultatifs
        bouffon


      • sls0 sls0 25 août 03:57

        @rocla+
        Rocla a raison comme d’habitude.
        Consommation d’énergie en kWh pour 100km pour une personne :
        Voiture 68
        Bus 19
        Rail 6
        Air 51
        Mer 57

        Non, Rocla écrit des conneries comme ça lui arrive parfois.


      • Osis Osis 25 août 11:55

        @foufouille

        Bonjour,
        Pourquoi donc parler à ça ?

         


      • anomail 24 août 18:27

        Taxis contre Uber, alors que les voitures n’auront bientôt plus de volants, vl’a le combat d’arrière garde smiley


        • Croa Croa 24 août 18:51

          À anomail,
          Avec les automobiles-robots de demain c’est Ubert qui gagne !
          (À moins qu’il ne se fasse doubler par une autre structure en ligne.)


        • zygzornifle zygzornifle 24 août 18:36

          en tout cas les salaires des politiques ne sont pas uber .....



          • Le421 Le421 24 août 19:24

            Le jour où je verrais un chauffeur de taxi voter à gauche, contre la concurrence idiote, contre le dumping social, je commencerais à envisager de les plaindre.
            Un peu comme les « droitos » purs et durs de la FNSEA qui se rendent compte que le modèle productiviste à tout va est en train de les niquer profond !!

            Alors ?
            Démerdez-vous !!

            En fait, les types sont pour le libéralisme et la concurrence, sauf quand ça commence à les déranger.
            Pires que des bougnoules !!
            Prends ce qui t’arrange et laisse le reste...


            • Croa Croa 25 août 11:19

              À Le421, « Le jour où je verrais un chauffeur de taxi voter à gauche »
              Il y en a, forcément !
              Croire que tous ceux qui sont ci ou qui sont ça, exercent telle ou telle profession entraîne forcément telles idées politiques est idiot. Ça tient des idées reçues.
              Déjà il y a beaucoup de balayeurs et de femmes de ménages qui votent à droite. C’est incompréhensible mais c’est réel. Dans l’autre sens ça existe aussi (et pas seulement au profit du PS qui n’est pas en réalité une « gauche ».)


            • rocla+ rocla+ 24 août 20:50

              Uber c ’est super . 


              Casser les vieux monopoles c ’est très bien . 

              à la ferraille les chemins de fer trois ou quatre fois plus chers qu’ une simple 
              automobile blablacar .

              Cégétristes  grévistes  à la casse .

              • foufouille foufouille 24 août 21:01

                @rocla+

                Casser les vieux monopoles c ’est très bien . 

                à la ferraille les boulangers trois ou quatre fois plus chers qu’ un simple 
                boulanger blablacar .

              • rocla+ rocla+ 24 août 20:54

                Un billet blablacar   Avignon- Mulhouse 36 euros .


                Par le train autour de 150 euros .

                D’ après un naze parfait de ce site c ’est parce que Blablacar ne paie pas de cotisations . 

                Donc dans le prix de 150 euros SNCF il y aurait 114 euros de cotisations . 

                Faut être dégénéré pour dire des conneries pareilles . 

                • foufouille foufouille 24 août 20:59

                  @rocla+
                  un kilo de farine c’est 45c, tu ajoutes le reste 50c. donc le boulanger devrait vendre son pain 50c le kilo en tant que blabla-boulanger.


                • sls0 sls0 25 août 04:39

                  @rocla+

                  Un billet blablacar Avignon- Mulhouse 36 euros .


                  Il récidive le bonhomme, sur Mappy 64€34 d’essence et 52€ de péage. Avec une voiture volée c’est déjà 116€34.
                  Si ce n’est pas une voiture volée, il faut compter des frais annexes.
                  Le chauffeur si je le paie un centime de l’heure, ça ne coute que 6 centimes, il faut savoir négocier.

                  Ces radins des impôts compte à peine 0€50 du km, ça fait quand même plus de 300€.
                  Blablacar est une idée excellente mais ne permet d’amortir que 1/8ème ou 1/9ème des frais.
                  Si on applique cela à la SNCF, les 130€ se transforment en 15€.
                  Les mathématiques à la rocla c’est :
                  Combien vous mesurez ? Réponse de rocla : 3 poireaux, 2 litres et un demi poème.


                • rocla+ rocla+ 25 août 08:15

                  @Porcu Nustrale


                  Pauvre Trouducu Nustrale , 

                  La SNCF , les trains , ça circule depuis plus de cent ans . 

                  Blablacar est né il y a quelques années à peine . 

                  La parc automobile français  contient 38 millions de voiture . 

                  Quand les cons voleront tu seras chef d’ escadrille .

                • rocla+ rocla+ 25 août 08:12

                  Ah les couillons  sur ce site , 


                  Vous allez sur Blablacar  et tapez le trajet Avignon Mulhouse le tarif moyen 
                   est de 36 euros . 

                  Ils vont jusque’ à voler des voitures pour faire des démonstrations absconses . 

                  Vous déniez la réalité  bande de nazes . 

                  36 euros Blablacar  150 euros le train . 

                  En appliquant la théorie de la relativité vous êtes arrivés avant de partir . 

                  • foufouille foufouille 25 août 10:19

                    @rocla+
                    le kilo de farine toute prête est à 50c en gros.
                    c’est le prix du kilo de baguette chez blablaboulanger.
                    un artisan boulanger est donc un gnoumunisse.


                  • rocla+ rocla+ 25 août 08:16

                    à la ferraille les grévistes  gnou munisses  multi-récidivistes .


                    • rocla+ rocla+ 25 août 12:09

                      à la ferraille les handicapés du cerveau 


                      • ENZOLIGARK 25 août 20:05

                        Guerilla [ Music / video - en VO - by Silmarils ] . ... EU = U$A = BASTA = ФORA ... ИСС ... 


                        • beo111 beo111 28 août 19:52

                          @ENZOLIGARK

                          Avec un lien on peut on peut aussi noter La Femme avec son tube antitaxi (paroles au bout de 2 minutes).

                          D’ailleurs je les ai vu ce week-end au festival Rock en Seine, qui faisait la promotion d’Uber...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès