Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La mort à tout prix

La mort à tout prix

Tôt ou tard tout le monde est confronté à la mort. Dans les années 1990, les pouvoirs publics français décident d’ouvrir le marché des pompes funèbres à la concurrence. Comme chaque fois, lorsqu’un secteur est dérèglementé le citoyen est rarement gagnant ; car depuis, au lieu de baisser, les tarifs n’ont cessé d’augmenter (en moyenne de 40%). La matière première est inépuisable, les bénéfices aussi.

Les entreprises funéraires exploitent bien évidemment ce fabuleux créneau. La mort est une vulgaire marchandise qui permet à des sociétés de réaliser d’énormes profits, en exploitant la douleur de ses clients. Lors d’un deuil, les familles sont particulièrement vulnérables, et la liste des prestations qu’on leur propose est impressionnante. Aucun des aspects liés à la mort n’est oublié. Rien ne leur échappe, même les effets de mode, comme des cercueils écologiques biodégradables en bois issus de forêts « durablement » gérées ou en carton. Les prochains salons funéraires pour présenter les produits à la mode et créer la demande devraient faire un tabac : « Cercueil à fleurs pour les pauvres mômes et à roulettes pour les vieillards », H.B.Thiefaine ne croyait pas si bien dire !

La mort est un marché juteux entièrement privatisé. Votre enterrement est livré clefs en main, toute l’organisation des funérailles est prise en charge avec des options pour toutes les bourses et toutes les douleurs : le prix final perpétue ainsi, dans la mort, les inégalités sociales. Au delà de la mort, c’est l’amour que l’on portait au défunt qu’on évalue par la magnificence de ses funérailles. Et l’on culpabilise de ne pas faire le maximum pour ce cher disparu. Le marché de la mort n’a comme but ultime que le profit, bâti une fois encore sur le malheur des plus vulnérables. La cérémonie devient une manifestation commerciale : venez vous faire enterrer chez nous, satisfait ou remboursé !

Dans une république où l’on nous parle souvent d’égalité, il serait bon, à défaut de l’avoir trouvée durant sa vie, de la trouver à sa mort. Le service mortuaire devrait être un service public. Que chacun, quelle que soit sa condition et la grosseur de sa bourse, puisse faire son deuil dans la dignité ; la mort ne doit pas être un marché. Mais la peur de la mort fait de nous des esclaves anesthésiés !

Évidement, il ne s’agit pas de faire un enterrement de deuxième classe pour des citoyens de deuxième zone. Le but d’un service public est d’être au service des familles, surtout dans une période particulièrement difficile. De notre naissance à notre mort le système capitaliste trouve le moyen de faire du profit. A notre mort, une grande partie du travail que l’on aura fourni et des impôts que l’on aura payés tout au long de notre vie auront seulement servi à enrichir une minorité. Et même pour notre dernier voyage ils nous font encore passer à la caisse !

Il appartient à la commune et donc à la collectivité de prendre en charge les frais occasionnés par les obsèques des indigents décédés sur son territoire. Les communes ont donc obligation d’enterrer les plus pauvres, mais pour l’occasion elles font appel à des sociétés privées qui sont payées par nos impôts. Le système capitaliste ne laisse rien au hasard, faire les poches des morts est l’ultime étape de ce système, qui atteint par là les frontières de l’inhumanité !

 « Ce n’est pas que j’ai peur de mourir. Je veux juste ne pas être là quand ça arrivera. » ………Woody ALLEN

http://2ccr.unblog.fr/2012/02/28/la-mort-a-tout-prix/


Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Depi Depi 29 février 2012 13:17

    Le marché des pompes funèbres fonctionne sur une base anti-capitalistique.


    • jef88 jef88 29 février 2012 14:32

      Et l’avantage est que jamais le client ne se plaint !!!


      • OMAR 29 février 2012 16:00

        Omar 33

        Et si la société française en générale, et la famille du défunt en particulier, simplifiaient l’enterrement ?

        Tout ce que portait le Christ, lors de sa mise dans le caveau, était son suaire.....

        Que le cercueil soit en or, en acajou ou en bois rouge, cela ne changera en rien l’état de mort.


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 février 2012 19:27

          Pas mieux !


        • Hubu 29 février 2012 17:00

          Ça me rappelle l’enterrement de ma grand mère ou on nous proposais un forfait : si on prend une concession plus longue 5 années nous sont offert genre on prend un abonnement téléphonique !!


          • Richard Schneider Richard Schneider 29 février 2012 17:48

            Souvent l’auteur dénonce les travers du libéralisme et les dérives du capitalisme. Il le fait bien. 

            « La mort est un marché juteux ». Tout est dit.

            • Patrick Samba Patrick Samba 1er mars 2012 04:30

              Bonjour,

              peut-on rigoler de tout ? Oui, avait répondu Desproges, mais pas avec n’importe qui.

              Alors puisque nous ne sommes qu’entre gens de bonne compagnie... euh, attendez voir, y’aurait pas un national-frontiste caché derrière un caveau ? Regardez bien. Ah oui quand même... ce n’est pas seulement un... Bon, ben on attendra d’être réellement entre nous pour que je vous raconte cette histoire. Non parce qu’elle est vraiment drôle !

              Ah, vous voulez vraiment que je vous la raconte ? Mais alors je fais comment moi ? Z’avez pas vu le nombre ? C’est pas des moustiques, on peut pas utiliser d’insecticide. Ni même du Zyklon B tout de même ! On n’est pas des sadiques, et leur imposer des hallucinations avant leur dernier instant ! N’empêche, savez-vous que lors du massacre de Srébrénica, les ultra-nationalistes (de la nationalité que j’ose plus formuler parce qu’à chaque fois je me fais allumer) auraient fait inhaler des hallucinogènes aux hommes bosniaques avant de les lâcher dans la nature pour ensuite les descendre un à un ? Ah ça a dû être joyeux !!! Imaginez... Mais bon je vous l’ai dit on peut pas rigoler de tout avec n’importe qui, alors je préfère m’arrêter là.

              Enfin, pour conclure cette anecdote, faut quand même que je vous dise que le papa à la Marine est allé offrir une Peugeot à Voislav Sesselj pendant les festivités génocidaires et qu’il est allé rendre visite à Karadzic pendant sa cavale (oui, oui, lui apparemment savait où il était...) 


              • Patrick Samba Patrick Samba 1er mars 2012 04:36

                je m’aperçois que je suis un peu hors sujet, mais l’auteur ayant conclu avec Woody Allen, j’ai associé sur Desproges, et avec lui ça part vite en vrille...


              • Patrick Samba Patrick Samba 1er mars 2012 04:51

                Ah, au fait il est quoi déjà le papa à Marine ? Président d’ honneur du FHaine, c’est ça ?

                D’honneur...comme... horreur ?


              • Patrick Samba Patrick Samba 1er mars 2012 05:04

                Et dire que sur ce site il y a des gens de gôche qui font risette aux adhérents et électeurs de ce ... parti (ah oui tiens... on n’a pas d’autre moyen que d’utiliser le même mot pour ce ... cloaque que pour les autres partis), c’est un peu à pleurer...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles







Palmarès