Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La musulmane nue et l’homme des cavernes

La musulmane nue et l’homme des cavernes

Les relations hommes-femmes en prennent un coup ces jours ! L’affaire Strauss-Kahn y est pour beaucoup, mais pas seulement. Dans son édito du Matin Ariane Dayer pousse un coup de gueule à cause de l’impossibilité que nous aurions à nous représenter la violence faite aux femmes. Elle parle même d’âge de pierre, donc d'absence de civilisation.

Montrer ses seins, un acte politique

Dans le même Matin, Geneviève Comby se demande s’il faut montrer ses seins pour être féministe. Elle fait référence à l’actrice germano-turque Sila Sahin qui pose presque nue en couverture du playboy allemand de mai, et au groupe féministe ukrainien Femen qui a pris l’habitude de manifester seins nus.

La photo de Sila Sahin (cliquer pour l'agrandir) est reproduite et analysée dans Le Matin par Eliane Perrin, sociologue. Voici ce qu’elle en dit :

« La photo de Playboy est très construite, explique Eliane Perrin. La jeune femme vous regarde droit dans les yeux, d'un air farouche qui vous tient à distance. Elle est séduisante mais pas séductrice. La mise en scène nous dit qu'il ne s'agit pas d'une femme facile. Regardez d'ailleurs la main qui protège son sexe. »

Je ne suis pas convaincu par cette analyse qui montre bien la différence d’approche masculine et féminine. Madame Perrin tend à atténuer l’impact de séduction de cette image. Je m’inscris en faux contre cette lecture. Le regard droit dans les yeux avec la tête un peu penchée vers le bas est au contraire une invitation. La main derrière la tête dans les cheveux montre qu’elle ouvre et n’interdit pas l’approche. Quand à l'autre main, je doute fort qu’elle protège son sexe. Il suffit de voir précisément la position de l’index et du majeur, le pouce négligemment glissé sous le tissus et les jambes écartées pour comprendre qu’elle ne protège pas son sexe mais est prête à s’en servir elle-même ou nous inviter à le faire. En réalité, jusqu’au tissus mouillé, tout montre la séductrice. Et les photos intérieures du magazine, visibles sur le net, ne laissent que peu de place à une distance intellectuelle.

Regard masculin ? Possible. Regard d’homme des cavernes ? Non. Regard masculin qui ne craint pas d’exprimer qu’une femme est désirable et que la nudité dans notre culture est suggestive. L’amusant est le message féministe véhiculé par Sila Sahin :

« Trop longtemps, j'ai voulu mener une vie juste et telle qu'on me l'avait toujours imposée, argumente-t-elle. Aujourd'hui, j'espère montrer aux femmes musulmanes qu'elles peuvent vivre comme elles le veulent, avec excès ou sobriété, mais librement. »

marcelsexy2.jpg

Si les hommes devaient faire une déclaration de politique générale à chaque fois qu'ils portent un marcel ou assimilé, ils deviendraient insupportables !

A-t-elle vraiment besoin de cette justification idéologique pour poser nue ? Faut-il politiser le sein pour que le désir et le sexe redeviennent politiquement correct ? Ou bien se fait-elle simplement sa pub sous un prétexte à la mode ? Je crois simplement que la boucle se boucle : de la liberté sexuelle joyeuse des années 70, au néopuritanisme récent, la nudité fut revendiquée, puis mal vue. Elle revient. Mais cette fois comme une arme et non plus comme le lieu naturel du désir, car le désir est en passe de devenir un crime. La politisation à outrance du corps et de la sexualité va dresser de nouveaux murs entre hommes et femmes. Sila Sahin dispose de son corps comme elle l'entends. N'assume-t-elle pas cette liberté pour avoir besoin de faire de sa nudité un acte politique ?

Cela dit, les féministes aux seins nus offrent au moins un spectacle plus fun que leur discours où l’homme reste un prédateur antédiluvien.


Le double sexisme

Cela dit, si je comprends la colère de certaines à entendre la phrase du journaliste Jean-François Kahn qui parle de l’affaire DSK comme du troussage d’une soubrette, il faut voir que nous avons ici les deux sexismes réunis. La misogynie qui dévalorise la femme assimilée à une soubrette que l’on trousse, et la misandrie qui fait de l’homme un prédateur comme à l’accoutumée.

Je rappelle cette phrase déjà cité dans un précédent billet : « ... si Dominique Strauss-Kahn est coupable, c'est un crime effroyable, un crime contre les femmes... »

En généralisant le crime de DSK - si crime il y a eu - à toutes les femmes, ce sont tous les hommes qui sont visés et assimilés à des violeurs. La thèse féministe bien connue, selon laquelle tout rapport sexuel avec un homme est un viol, se trouve confortée. Le désir masculin est un peu plus criminalisé. Mais si DSK est coupable, son comportement est un débordement, il n’est pas représentatif de la grande majorité des hommes. Le désir masculin est certes naturellement et culturellement porté vers la sollicitation, l’insistance. Pendant longtemps les hommes étaient incités à faire leur cour et à persévérer. Pendant longtemps les femmes ne bougeaient pas, attendant que l’homme ait fait preuve de son attachement par la durée de sa cour. Après, certains font des cours relativement discrètes, d’autres plus lourdes. Cela n’en fait pas des criminels.

vache-UDCxPDC.jpgPourtant on nage en plein amalgame. Sexualité masculine = viol. Un exemple ? Les démo-chrétiens du canton du Valais ont pris comme mascotte la vache d’Hérens, vous savez, la race qui fait la renommée des combats de reines. Elle présente une image « combative, fière et forte ». Cette image a été détournée par l’UDC : un robuste taureau monte la vache. Image naturelle : dans la nature le mâle monte la femelle. Et que dit une des responsables du PDC ? Que c’est un viol ! « Ça va trop loin. En tant que femme je ne comprends pas que l’on puisse s’amuser d’un viol ».

Mais où voit-elle un viol ? Serait-ce que dorénavant toute entreprise de séduction ou sexuelle masculine sera considérée comme un viol ? Est-ce un prétexte de prise de pouvoir sur l’homme ?

Donc d’un côté une sociologue gomme toute connotation érotique à la photo très suggestive de Sila Sahin, comme si la femme érotique devait être cachée, et de l’autre une blague de potache avec une image que l’on peut voir dans la nature est considérée comme un viol. On fait un nouveau pas en arrière en matière de relations hommes-femmes. Avec comme d’hab les hommes prédateurs et les femmes victimes.

Le malheur des hommes est que leur manière de solliciter est très visible, celle des femmes est plus discrète. Il suffit de regarder une chienne en chaleur : elle ne bouge presque pas, n’a l’air de rien, alors que le - ou les - mâles s’affairent autour d’elle, bougent, reniflent, essaient. Cette image préhistorique de l’homme prédateur, superposée à une notion de classes sociales, s’inscrit d’ailleurs en faux d’avec la réalité. Pourquoi serait-ce le patron, le chef de service, qui seraient les seuls sollicitants ? N’y a-t-il donc pas de femmes employées ou secrétaires qui font tout pour attirer un chef ou un patron ? N’y a-t-il pas des femmes revanchardes ou mentalement perturbées qui allument puis dénoncent, comme il y a des hommes violents et dérangés ?

La lutte des classes a été superposée à la lutte des genres, c’est un autre thème du féminisme radical. Et je vois que cela a contaminé largement la société. L’affaire Strauss-Kahn va faire encore plus régresser les relations hommes-femmes et la position des hommes dans la société. Elle va encore plus schématiser l’image prédateur-proie. Les féministes professionnelles ont d’ailleurs compris ce qu’elles pouvaient tirer de l’affaire. Elles ont manifesté devant le siège du FMI aux USA et manifestent à Paris aujourd’hui. La récupération politique de l’affaire DSK est en cours, comme au temps de l’affaire Cantat.

Se défaire du sexisme est une bonne chose. Mais alors de tous les sexismes : de la misogynie et de la misandrie.

En attendant je constate que les hommes ont pour le moment perdu une manche dans l’affaire DSK.


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 23 mai 2011 12:09

    a l’auteur
    « Se défaire du sexisme est une bonne chose. Mais alors de tous les sexismes : de la misogynie et de la misandrie. »
    bravo !
    « En attendant je constate que les hommes ont pour le moment perdu une manche dans l’affaire DSK. »
    Remarque qui prouve que vous n’êtes pas prêt d’y arriver


    • hommelibre hommelibre 23 mai 2011 15:10

      @ Gaijin :

      Comme je l’écris plus bas à Milu, je voulais souligner qu’il y a une lutte des sexes. Je n’ai pas été explicite.


    • gaijin gaijin 23 mai 2011 15:29

      pas de soucis
      l’important est ce que vous êtes et pas ce que je crois
      cela dit a lire votre article j’ai plus l’impression d’entendre quelqu’un qui veut gagner la guerre que quelqu’un qui veut l’arrêter
      voyez vous se battre contre quelque chose est le meilleur moyen de perpétuer le conflit
      la caractéristique la plus flagrante est que chacun étant persuadé de son bon droit se sent attaqué a tort par l’autre .........


    • kouby 23 mai 2011 12:48

      Le féminisme. Encore un moyen simple de diviser la population : t’as une bite t’es un gros con qui pense qu’au cul, t’as pas de bite t’es une p’tite gentille a qui on force de montrer ses seins et son cul contre monnaie trébuchante pour assouvir les besoins du gros con.

      On a vachement bien avancé dans la vie je trouve.


      • spartacus1 spartacus1 23 mai 2011 15:01

        Ah,montrer ses seins c’est un acte politique ?

        Je n’y aurais jamais pensé. Alors, à la prochaine manif, je montre mon cul (ma poitrine d’homme ne doit pas impressionner trop de monde,alors, pourquoi pas mon cul). Voila qui sera un acte politique fort.

        On atteint là le degré zéro de la politique. Décidemment, quelle régression les nantis et les gens au pouvoir ont encore de beaux jours devant eux tant que le peuple se livre à de tels enfantillages.


      • Barrous Barrous 24 mai 2011 09:53

        Moi ce que je vois sur cette photo, ce n’est pas une femme ! Où est la féminité ? Où est la douceur ? Où est le visage apaisant et rassurant ? Où est cette tendresse qu’on a envie de prendre dans ses bras, de fermer les yeux et de vivre un instant de magie hors de l’espace et du temps ?!

        Je vois juste une belle enveloppe corporelle de femelle humaine ! smiley

        Ce n’est pas que ce genre de femmes ne m’attirent pas, en fait il me repousse, répugne... Je n’aime pas ce regard de diable, cette posture de prédateur. Je crois que c’est la dernière chose qu’un homme cherche chez une femme ! Ce qui est bizarre ce que toutes les photos de « mannequins » sont de ce style : un corps dévoilé surmonté d’un visage froid, mort et agressif, un visage SOMBRE !

        On dirait des corps sans âmes ! smiley

        Le fait qu’elle soit musulmane ne fait qu’aggraver son cas, parce que cela veut dire qu’elle tient toute sa spiritualité dans sa main gauche smiley


      • milu 23 mai 2011 13:14

        On a maintenu les femmes, pendant des centaines d’années, dans un système où elles n’avaient aucune possibilité d’action, on a supprimé leur statut juridique, leur patrimoine, qu’on transmettait de fait à leurs maris, on les a considéré comme des mineures, (je rappelle qu’avant 1968, les femmes en France avaient besoin de l’autorisation de leur pères ou de leurs maris pour travailler et posséder leur propre compte en banque), et aujourd’hui, depuis que les lois sur la contraception notamment, on permis aux femmes de retrouver une certaine liberté (toute relative, les inégalités hommes/femmes étant encore plus que présentent), fleurissent un certain nombre d’ouvrages et de discours, rabaissant les femmes dans leurs plus bas instincts ou les cantonnant encore une fois à leur rôle de mère et d’épouse, présentant des femmes qui travaillent comme de cariéristes, tentant de démontrer à quel point elles sont castratrices par rapport aux instincts masculins.

        Et aujourd’hui, alors que cette affaire ne devrait inspirer que de la retenue, au moins en attendant qu’on en sache un peu plus, apparaissent dans les médias des gens profitant de leur notoriété médiatique pour dénigrer la plaignante, ou dans votre cas, pour assimiler un viol (présumé) à un prétexte pour dénigrer encore une fois les hommes.

        « En attendant je constate que les hommes ont pour le moment perdu une manche dans l’affaire DSK. » Par cette seule phrase vous invalidez tout ce que vous tentez de démontrer. Pour vous c’est une sorte de jeu, de match, à la fin duquel il y aura un gagnant et un perdant, et on voit bien qui vous souhaiteriez gagner.« Se défaire du sexisme est une bonne chose. Mais alors de tous les sexismes »... vous avez encore du travail à faire, pour l’instant c’est raté.

        Quand à l’image de la vache et du taureau, si vous n’êtes pas capable de voir seul à quel point c’est humiliant ! (l’air hagard et horrifié de la vache, celui dominateur et cruel du taureau, la vache écrasée, pas juste dessous non, écrasée). Nul.


        • Georges Yang 23 mai 2011 13:35

          Vous avez le don d’exciter les gueux, continuez


          • Dominitille 23 mai 2011 14:12

            Et les gueuses !

            HommeLibre,
            Vous attendiez avec impatience que votre revue préférée sorte dans les kiosques pour en faire un article sur DSK ou est-ce juste le hasard ?

            Votre silence était assourdissant sur AV, cette semaine.
            Quelle naïve, suis-je donc !
            Tous mes voeux pour votre article, j’espère que les féministes se colleront dessus comme des mouches sur du miel.
            Bonne journée


          • hommelibre hommelibre 23 mai 2011 15:11

            @ Dominitille :

            Je m’étonne toujours que l’on s’offusque autant du fait qu’un homme puisse dénoncer le sexisme contre les hommes. Cela amuse ? Ou bien le cliché de genre ne permet pas d’imaginer qu’il y a un sexisme contre les hommes aussi ?


          • Dominitille 23 mai 2011 18:07

            Homme Libre,
            Vu les réactions des faux culs du PS de la semaine, et leur volte-face, on pourrait douter de la sincérité de leurs réactions. Vu également ma propre expérience, je dois dire que c’est difficile de savoir ce qu’un homme a vraiment dans la tête. Mais cela fait aussi une semaine que l’affaire DSK est au programme d’ AV, je commence sérieusement à saturer côté émotion.
            Mais je dois reconnaitre que j’ai été très agréablement surprise de voir les commentaires assassins venant des hommes contre cet affreux culbuteur de femmes.
            Et vous venez avec une semaine de retard !!!!
            Bonne journée


          • dom y loulou dom y loulou 23 mai 2011 14:16

            Les frustrés, entendez ceux qui ne se laissent pas vivre pour suivre des codes moraux édictés par des fous qui ont toujours détesté l’humanité en nous interdisant absolument tout et s’érigèrent en Yahveh en personne, pour surtout s’adonner à tous les interdits qu’ils proclamaient afin de mieux scléroser nos psychés...

            se branlent du cerveau à fond que voulez-vous...

            force de multes invectives et jugements péremptoires sur les autres et de questionnements sur le siège de l’énergie vitale versus pêché mortel et humains vaporeux et angéliques marchants sur l’eau, c’est si bon la torture judéo-chrétienne, elle donne du piment par l’interdit, elle nous offre cette admirable vision de la chair putride au lieu du corps merveilleux de la créature universelle, électrique et diaphane, temple conscient pour l’esprit du vivant...

            le sadisme n’est jamais loin de l’interdit, la fonction jubilatoire de franchir cet interdit qui soumet la tentée ou le tenté à sa culpabilité enchainante et qui réduit le sexe à la dépravation au lieu de l’amener à l’amour élévateur, du plaisir à caresser jusqu’à la douleur entrainant aux SM au lieu de l’extase partagée et cosmique du lien mâle-femelle, les grandes langues pendues soit bavent soit éructent des propos désordonnés ou des menaces divines, car emplis de la souffrance du désir refoulé...

            le cerveau ravi et tourneboulé peut en gloser durant des siècles...

            heureusement qu’Amour m’a doté d’un outil plus approprié, plus pratique et plus expéditif pour la branlette  ;)


            • cevennevive cevennevive 23 mai 2011 14:22

              Bonjour Hommelibre,

              Vous revoilà chevauchant votre beau coursier : le sexisme ! (J’espère que ce coursier n’est ni un ongre ni une jument, car, que pourrait-on penser de vous !)

              « j’espère montrer aux femmes musulmanes qu’elles peuvent vivre comme elles le veulent, avec excès ou sobriété, mais librement. » Et c’est ainsi, selon cette jeune femme, que l’on doit montrer la liberté ? Ridicule, risible, voire complètement déjanté !

              Cette jeune femme, comme tant d’autres, parle selon la publicité qui vous dit : je suis bon, je suis beau (belle) désirez-moi. Achetez, achetez... Toutes les femmes, moi y compris, voient dans cette photo une action publicitaire comme il y en tant, mettant en avant la nudité des belles femmes, et non une action politique...

               »Le malheur des hommes est que leur manière de solliciter est très visible, celle des femmes est plus discrète.«  Vous croyez que la photo de cette jeune femme est discrète, pourtant elle sollicite bel et bien !

              Non, hommelibre, vous allez trop loin dans votre raisonnement : sexualité masculine = viol ? La séduction, la »drague« , c’est loin d’être assimilé au viol voyons !

              En principe, nous sommes flattées d’être »draguées« , même si c’est par un homme qui ne nous plaît pas du tout. Nous sommes fières de plaire. Cela, c’est de la sexualité (masculine, féminine), quelque chose d’humain, tenant à la fois du sentiment et de l’instinct.

              Par contre, nous détestons les mains baladeuses, les gestes suggestifs, la prépondérance du désir du mâle sur le nôtre, plus distant, plus timide, et quelquefois inexistant.

              Bref, le viol, la tentative de viol ou l’agression sexuelle, c’est bien loin de tout cela. Ce n’est plus de la sexualité (masculine, féminine), c’est de la violence pure et simple, ou du rut animal (cf le dessin de votre article).

              En conclusion, votre article »tombe à plat« pour la plupart d’entre nous, et ne peut qu’exacerber l’animosité des féministes.

              C’est d’ailleurs cet état d’esprit, qui, dans l’affaire DSK a soulevé autant de colères féminines. Dans ce genre d’affaire, ce n’était pas la sexualité masculine qui était cause de cette colère, c’était la violence pure et simple qu’a pu exercer l’agresseur.

              J’ai bien »dans ce genre d’affaire« , et non »dans cette affaire" car nous n’avons aucune certitude bien entendu. 


              • UMP_POUR_ RICHES_DE_FRANCE 23 mai 2011 14:24

                Cela fait des années que vous refusez de comprendre, et vous en payerez le prix. Et alors, vous serez réduits en esclaves de ces capitalistes, franc-maçons qui gouvernent vos Etats et ridiculisent vos élus, vos magistrats. Ils vont vous affamer, vous appauvrir et vous conditionner dans l’instinct de survie afin de vous faire accepter n’importe quel travail car l’essentiel pour vous sera de survivre.

                Et de  dire que Jean Marc Morandini dans ses émissions des semaines passées, une chronique humoristique qui faisait écho de l’existence d’un site internet qui annonçait la fin du monde pour le 21 MAI 2011 ! Décidément nous sommes des imbéciles, nous qui refusons de décrypter les signes que nos ennemis forces occultes franc-maçons et capitalistes essaient de nous envoyer tous les jours. Oui après  avoir fomenté le plus grand mensonge pour détruire un homme qui a le tord d’aimer les femmes et le sexe, on peut l’arrêter le 15 mai 2011, détruire son image, le mettre en prison et pronostiquer sur un relâchement sous caution vers le 20 ou 21 MAI . Oui c’est cool tout ça, c’est la preuve que ces franc-maçons capitalistes sont forts ; Le 21 MAI, c’est bel et bien la fin du monde oui, c’est la date où Dsk a été définitivement tué pour sa famille et pour la France qui voulait l’avoir comme président socialiste.

                Après quoi, pour effacer DSK et faire perdurer le mandat de l’inculte  de L’UMP qui tenaille les pauvres de France, on nous dit que sa barbie est enceinte , félicitation pour elle ! Mais on s’en moque, le jour où elle pondra de sa foufoune périmée  son rejeton de capitaliste, qu’elle le fasse hors de France car nous savons ce couple de Bling bling ne partage rien avec la France. DSK n’est plus là mais le parti socialiste sauvera la France.



                • cevennevive cevennevive 23 mai 2011 16:39

                  Bonjour vous, UMP_POUR_RICHES_DE_FRANCE

                  Personnellement j’en ai un peu assez de voir votre commentaire sur tous les fils. Je l’ai lu une fois, c’est bon ! (d’ailleurs, sur le fond, je suis assez d’accord avec vous)...Que vous nous le rabachiez 10, 20 ou 30 fois ne vous rend pas plus crédible, au contraire, il risque d’y avoir rejet !

                  C’est dommage, car sans doute avez-vous bien d’autres choses à dire... (j’espère en tous cas).


                • hommelibre hommelibre 23 mai 2011 14:57

                  @ Milu :

                  En effet le code Napoléon a exclu les femmes de la vie sociale. 150 d’anomalie, qui ont été heureusement corrigées.

                  Avant cela les femmes travaillaient autant que les hommes, à la ferme. La tenue de la maison, les soins, l’éducation, soit ce qui relevait d’une répartition des fonctions, était un vrai travail.

                  Maintenant si vous ne voyez pas le sexisme contre les hommes (misandrie), le discours qui les ravale au rang de pourvoyeur au mieux, ou de prédateurs au pire, je vous suggère d’y être attentif.

                  Le taureau ? Mais enfin, un peu d’humour ! C’est un style BD. En faites-vous autant pour le coyotte du dessin animé qui finit presque chaque fois aplati ?

                  « l’air hagard et horrifié de la vache, celui dominateur et cruel du taureau, la vache écrasée, pas juste dessous non, écrasée »...

                  On voit ce que l’on veut voir. On peut aussi y voir une vache « sonnée » de plaisir, qui ne tient plus sur ses jambes, et le taureau : cruel ? Ou fier ? Non, j ne peux pas vous suivre dans votre lecture.

                  Pour la « manche perdue », je l’ai écrit à dessein, car il y a bien une lutte des genres d’ailleurs revendiquée par certains milieux féministes et implicite ou explicite dans leur langage. Je voulais rappeler qu’il y a malheureusement une lutte des sexes. Cela n’a pas été compris, autant pour moi.


                  • milu 23 mai 2011 18:11

                    Les femmes travaillaient mais sans aucune reconnaissance. 


                    « 150 ans d’anomalies qui ont été heureusement corrigées. » c’est que vous êtes aveugle ! les inégalités sont encore criantes aujourd’hui.

                    Le sexisme contre les hommes existe mais il est tellement minoritaire !! et ceux ou celles qui se permettent d’être ouvertement misandre se font vite rabaisser au rang de « tarlouzes » ou de mal-baisées« .
                    Lisez »la domination masculine" de Bourdieu, cela vous permettra de voir à quel point la misandrie est anecdotique alors que la misogynie est institutionnalisée. Ne dit-on pas au petits garçons, ne pleure pas il n’y a que les filles qui pleurent ? entre autre exemple ! 
                    Utiliser le mot fille comme insulte c’est assez représentatif, non ?


                  • hommelibre hommelibre 23 mai 2011 18:22

                    Milu, nous ne sommes visiblement pas d’accord sur l’analyse de notre époque. Je dois faire court mais j’y reviendrai. Je ne place pas au rang de sexisme l’éducation des garçons et des filles. Ne pas pleurer a eu sa raison d’être, et je ne suis pas sûr, après avoir moi-même remis cela en question, qu’il faille vraiment pleurer. Une femme attend un homme qui assure. Toutes me le disent. Un homme qui pleure les désécurise. D’autre part, si l’on disait aux garçons de ne pas ressembler au fille en pleurant, on disait aussi aux filles que les garçons sont des amputés émotionnels, des brutes, etc... Ce qui a eu pour raison une différenciation des rôles et fonctions dans une société donnée ne peut être analysé selon les critères d’aujourd’hui.

                    J’ai lu Bourdieu, et je ne partage pas son analyse, assez systématique et peu nuancée. Je ne pense pas que l’on puisse réduire le système de répartition des rôles hommes-femmes à la grille d’analyse marxiste.

                    Bon tout cela est un peu court mais je n’ai pas plus de temps là tout de suite.


                  • milu 23 mai 2011 20:01

                    http://www.paperblog.fr/4145647/video-blog-homme-tony-porter-un-appel-aux-hommes/


                    pour les sous-titres, si vous en avez besoin, cliquez sur play, et ensuite choisissez votre langue dans le menu déroulant.

                  • hommelibre hommelibre 23 mai 2011 15:06

                    @ Cevennevive :

                    Je vous reçois bien. Ok, vous avez une même lecture de l’image de cette femme du magazine.

                    Et nous sommes bien d’accord : mains baladeuses, etc, non merci. J’ai aussi été harcelé par des femmes. Une fois une qui ne connaissait ni mon nom ni mon adresse, vendeuse de fleurs avec qui j’avais sympathisé à son magasin, sans plus, m’avait suivie. Elle est venu sonner à ma porte un soir, alors que j’étais avec ma compagne et des amis. J’ai très mal ressenti cela. Donc nous sommes aussi en phase sur ce point.

                    J’écris ce billet parce que entre cette sociologue qui évacue tout érotisme du corps, comme si elle se censurait à l’idée du sexe et du désir, et cette femme qui parle de viol pour un dessin à prendre vraiment au second degré, enfin cela plus l’image de l’homme-prédateur (si les femmes sont toutes des femmes de chambre, selon un slogan de la manif, les hommes sont donc tous des agresseurs), la misandrie fait son lit.

                    Je ne l’accepte pas. Pourquoi donc les féministe active ne dénoncent pas avec la même vigueur la misandrie comme la misogynie ? On commencerait alors à croire à un humanisme. Là c’est un communautarisme, qui se nourrit du cliché proie-prédateur.

                    Bien à vous.


                    • Laratapinhata 23 mai 2011 16:01

                      A Nice, on montre son cul... comme notre héroïne locale, dont je ne cite pas le nom, puiqu’il est le pseudo usurpé d’une identitaire... qui feint d’oublier l’affiche de culsl placardée dans toute la ville, quand le FN et son borgne avait tenté de s’emparer de la Région...


                      • Taverne Taverne 23 mai 2011 16:49

                        Dominique Trousse Kahn
                        A les juges aux trousses
                        Pour avoir trop troussé.
                        Ses avocats vont le détrousser...


                        • Taverne Taverne 23 mai 2011 16:50

                          « Dis, tonton, pourquoi tu trousses ? »


                        • gaijin gaijin 23 mai 2011 20:13

                          excellent
                           smiley


                        • manusan 23 mai 2011 16:54

                          Le premier playboy halal, un collector.


                          • Didier-David Maurice Didier-David Maurice 23 mai 2011 17:01

                            faux seins. fausse musulmane.


                            • cevennevive cevennevive 23 mai 2011 17:13

                              Hommelibre,

                              Il y a un aspect de la question, dans ce qui pourrait découler de la différence hommes/femmes vis à vis de la sexualité :

                              - Pourquoi les femmes s’entendent-elles en principe très bien avec les homosexuels ?

                              - Pourquoi les hommes virils détestent-ils les homosexuelles, tenant à leur encontre toutes sortes de propos grivois ? (remarquez, ils n’aiment pas non plus les homosexuels)...

                              Avez-vous entendu des femmes tenir des propos grivois à l’encontre des homosexuels et des lesbiennes ? C’est infiniment rare.

                              Ne serait-ce pas que les femmes ont la sexualité plus pacifique, plus posée, plus réfléchie et surtout moins axées sur la force ?

                              «  Pourquoi donc les féministes actives ne dénoncent pas avec la même vigueur la misandrie comme la misogynie » ? demandez-vous. Parce que les hommes ont abusé de leurs forces pendant des siècles et qu’elles « les mettent tous dans le même sac ». Parce que, même faibles, non misogynes, amicaux, plaisants et pacifiques, elles savent que dans la société, règne toujours « la prépondérance du mâle », et pas seulement dans la sexualité.

                              Ce faisant, personnellement, je pense qu’elles se trompent d’adversaires. Ce n’est pas la gent masculine d’aujourd’hui qui est à blamer, c’est la société telle qu’elle est, avec la publicité encore très sexiste, le monde politique, a dominance masculine mais dont le seul moteur est l’argent. Cette dominance de l’argent qui s’apparente au sexe masculin : « plus j’en ai (de l’argent, des c.....s), plus je suis fort ».

                              Ne dites-vous pas d’un homme faible : « il n’a pas de c......s » ? Pourquoi ? N’est-ce pas un propos machiste ?

                              Croyez-moi Hommelibre, il y a beaucoup plus de situations misogynes que misandres dans le monde d’aujourd’hui.


                              • hommelibre hommelibre 23 mai 2011 18:14

                                Cevennevive,

                                Je n’ai pas le temps de répondre à tout votre comm, mais déjà ceci, en reprenant les propos de la sociologue.

                                Je ne comprends pas sa position. Pourquoi nier l’évidence de l’érotisme de cette image ? Se censure-t-elle ? N’ose-t-elle plus voir ? Doit-elle désexualiser la nudité féminine pour qu’elle soit moralement acceptable ? Doit-elle désexualiser son propre regard pour être digne à ses propres yeux ?

                                Ou bien porte-elle inconsciemment le cliché de la femme-proie - d’où le besoin de dire qu’elle protège son sexe ? Protéger suppose une menace. Quelle peut être la menace ? L’homme, bien sûr...

                                Donc face à une femme nue, qui s’expose librement, qui provoque au désir (ce qui est son droit et je ne porte aucun jugement, que je trouve d’ailleurs belle), l’homme est forcément un prédateur ?

                                Ce sexisme anti-homme est ancré profondément, et la sexualité masculine reste vue comme une menace. Alors oui, il y a une différence dans l’expression des sexualités de la femme et de l’homme. Est-elle culturelle ? Naturelle ? Faut-il emprisonner la sexualité masculine ? Pour moi je souhaite que l’on cesse de la criminaliser et que l’on commence par l’accepter. Après, on peut discuter, sans reproches, et voir ce que l’on en fait. La chose est complexe, elle ne peut être réduite au cliché proie-prédateur.

                                De leur côté beaucoup d’hommes ont aussi à comprendre la manière dont les femmes vivent leurs désirs.

                                Le dialogue doit rester ouvert.

                                A plus.


                                • Traroth Traroth 23 mai 2011 18:27

                                  Le « sexisme anti-homme », ce proche parent du « racisme anti-Blancs ». C’est rare, même si ça existe, mais pourtant certains ne voient que ça, oubliant l’éléphant au milieu de la pièce, le sexisme contre les femmes ou le racisme contre les Noirs ou les Arabes. Souvent pas par accident...


                                  • Traroth Traroth 23 mai 2011 18:28

                                    J’espère que l’auteur a eu un orgasme en écrivant son article, au moins, parce que les descriptions des images sont pour le moins... minutieuses ! smiley


                                  • milu 23 mai 2011 20:05

                                    je suis d’accord et je trouve l’analogie de l’éléphant pertinente, on ne peut pas balayer la misandrie d’un simple revers de main, elle existe et c’est un problème mais rien de comparable avec la misogynie, pourtant en ce moment on ne parle plus que de ça. 


                                    • Yvan 23 mai 2011 21:54

                                      voila comme j’aime l’islam.
                                      Femmes libres, insoumises, belles et dignes...loin de ces caricatures en burqa qui trainent derrière mouloud avec les courses et la smala.
                                      merci à l’auteur pour la photo !


                                      • ddacoudre ddacoudre 23 mai 2011 23:23

                                        bonjour homelibre

                                        un bon billet qui relativise les débordements délirants qui suivent la lutte justifié contre la violence faites aux femmes par la recherche de leur soumission.
                                        que des hommes soient des ’cavaleurs’ comme disaient les anciens et soient plus ou moins insistant pour vaincre des hésitations ou franchir des refus de circonstance et le lot de toute une séries de relations qui ne font pas de ces hauteurs des agresseurs ou violeurs et des sollicités des victimes.
                                        dans beaucoup de domaine il y a des caps à franchir des pas à faire qui se fonds sous des insistances comme tu le soulignes, et il est évident que si le regard de celui qui reçois cette insistance change alors l’on peut passer dans le domaine de l’agression sous toutes ces formes sans limite,et toute accusation est permise.
                                        les relations humaines s’exercent sous des rapports de pressions en tout genre, la recherche même du consentement mutuel se fait sous la pression de la recherche permanente de « compromis », l’agression elle se caractérise par l’absence de ce compromis, dans certain domaine comme la sexualité elle devient un interdit, dans d’autres elle est légalisé notamment ce que l’on appelle le fait du prince.
                                        donc le discernement demeure nécessaire pour trouver le juste a propos à chaque situation, et il semble que ce sont plus les passions qui l’emportent, ou les dogmes même s’ils reposent sur de juste combat d’émancipation.

                                        cordialement.


                                        • Zobi Aldo Rifort 24 mai 2011 00:14

                                          De toute manière, la vie est une dure lutte.


                                          • jujubes 24 mai 2011 01:23

                                            @ homme libre : « cela n’a pas été compris, AU TEMPS POUR MOI » (et non : autant pour moi) .


                                            • hommelibre hommelibre 24 mai 2011 09:40

                                              Merci Jujubes. J’apprends quelque chose.


                                            • cevennevive cevennevive 24 mai 2011 10:06

                                              Bonjour,

                                              N’en déplaise à Jujubes, c’est bien « autant pour moi » qui est l’expression adéquate...


                                            • Lord_Mahuf Lord_Mahuf 24 mai 2011 12:15

                                              Les 2 sont possibles, voir sur le site de l’académie Française pour ceux qui doutent :

                                              http://www.academie-francaise.fr/langue/questions.html#au_temps


                                            • jujubes 24 mai 2011 06:39

                                              @ hommelibre .

                                              plus question de commenter vos obsessions récurrentes .
                                              je réitère simplement mon conseil : partez en « immersion », comme dirait l’autre, dans la france profonde, et vous aurez une toute autre vision, beaucoup plus conforme à la réalité, des rapports hommes-femmes en 2011 .
                                              je vous invite même dans ma région reculée, pour ne pas dire attardée, on vous trouvera bien une paillasse et un quignon de pain .

                                              • hommelibre hommelibre 24 mai 2011 10:02

                                                @ Jujubes :

                                                Obsession récurrente ? Non : conscience de certains aspect ignorés des relations hommes-femmes et désaccord avec le discours dominant.

                                                Votre suggestion d’aller en France profonde, pourquoi pas. J’y vais aussi, c’est même là que je vais quand j’ai nbsoin de me retrouver. Alors bien sûr, il y a des discussions de bistrot grasses et lourdes, des blagues de l’âge des cavernes. Difficile à dire si c’est une majorité d’hommes, et encore plus difficile d’être certain de ce qu’ils y mettent. Derrière certaines attitudes il y a quelque chose de complexe qui se joue.

                                                D’autre part à ma connaissance les femmes ne sont pas en reste. J’ai souvent leurs confidences : les stéréotypes abondent, les jugements dénigrant, ou l’admiration en regardant leur fesses. Mais comme souvent elles se voient moins quand elle parlent ainsi. Ou alors on ne le voit pas parce qu’on a l’habitude de dénigrer les hommes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès