Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La nudité comme moyen de protestation

La nudité comme moyen de protestation

C'est une révolution dans le monde arabe. Assurément plus innovante et plus courageuse que tous les discours qui prennent des gants pour ne pas froisser les religieux et une société rigide et conservatrice, cependant très hypocrite. S'il s'avère que cet acte est bien le fait d'une jeune fille égyptienne et qu'elle vit en Égypte, j'ai bien peur qu'elle subisse le même sort que Salman Rushdie lors de la publication de son livre les versets sataniques. Ce n'est pas seulement une affaire de liberté individuelle, la liberté d'expression, la liberté religieuse. Non, c'est une affaire de sédition grave contre l'ordre morale que personne n'a osé remettre en cause sans risquer sa vie, une affaire de haute trahison. Que beaucoup de personnes bien sous tous rapports justifieront et pardonneront aux auteurs qui s'attaqueront à la personne de le jeune fille. Ne disent-ils que la femme est responsable pour ses provocations du comportement des hommes ? Une telle provocation en est la circonstance aggravante qui justifiera la circonstance atténuante en cas d'agression sur la personne de la jeune blogueuse.

Le corps de la femme est investi par l'imaginaire masculin de fantasmes surprenants et curieux. Le corps de la femme est un lieu de virilité. La virilité peut-elle avoir un sens sans le lien avec la femme. Le corps de la femme est un lieu où est inscrit l'honneur de l'homme, le sacré, la sainteté, la pudeur, la vertus tels qu'il se l'imagine. Ne pouvait-il pas utiliser son corps comme lieu de son imaginaire au lieu de s'approprier celui de la femme ?
 

C'est bien un acte de subversion, à elle tout seule a fait une marche des salopes dans le monde arabe, outre qu'elle est égyptienne, où l'on ressasse à longueur des films, des feuilletons et des médias que l'honneur d'une seule femme est aussi l'honneur de toute une nation, comme celle de la nation égyptienne qui a une haute opinion d'elle-même, ce croyant le phare pour le monde arabe entier. Ce qu'il faut comprendre c'est que la femme est dépositaire de l'honneur de l'homme et elle en est responsable et comptable. les islamistes et les défenseurs de l'ordre moral ne se priveront pas de dénoncer encore une énième provocation téléguidée par des mains étrangères et impies. Vous n'êtes pas sans savoir qu'en Tunisie une chasse aux mères célibataires est ouverte par la porte parole du parti d'Ennahdha (celui-là même qui comporte des membres souhaitant le retour du khalifat) les qualifiant d'infamie pour la société tunisienne.

Comment réagiront-ils face à ce nu ? Jamais, un artiste, un cinéaste, un écrivain égyptien ne s'était autorisé à mettre en valeur la nudité de la femme, sa liberté entière et totale. Afin de sauvegarder de prétendus sentiments prudes de la société, les ciseaux de la censure et l'auto-censure agissent sans ménagement. Des séquences ont été coupées pour ne pas heurté les bonnes mœurs, alors qu'il ne s'agit que de scènes bien moins scandaleuses que ce que l'on peut voir ailleurs dans d'autres contrés.

Il faut noter que l'Égypte est beaucoup plus rigide que les pays du Maghreb. Ceci a fait la réputation de ces derniers comme des gens sans moralité et sans foi. Leurs femmes traitées de prostituées et de débauchées. Ce préjugé est également bien partagé par les pays du Golf. Les hommes s'estiment en droit d'abuser d'une femme marocaine parce qu'elle est présumée femme facile, une chose publique.

Cela se remarque également dans le traitement de la religion par le cinéma arabe. Les Maghrébins sont beaucoup plus critiques sur la condition de la femme et sur l'utilisation de la religion comme drogue pour faire accepter une société de classes, individualiste, injuste et clientéliste. Un film a été écarté d'un festival uniquement parce qu'il fait un traitement estimé non conforme à l'image que se pense l'homme égyptien de lui-même. De même, pour signifier le déshonneur, d'après l'interprétation qu'on fait certains, rien de mieux qu'une marocaine déflorée par un égyptien.

 

Peu d'intellectuels s'alarment de l'ampleur du phénomène du voile dans le monde arabe. A un moment de son histoire, la femme arabe a pu s'émanciper et s'affranchir du carcan du voile. Les archives du cinéma, des photos et des reportages où apparaissent des femmes du temps jadis sont très éloquents et épargnent de longs discours. Par exemple les fêtes d'Oum Kalthoum où il n'y a pratiquement pas de trace de femme voilée. On aurait cru à un filtrage à l'entrée de la salle des fêtes. Alors qu'aujourd'hui, la majorité des femmes sont voilées. Un décolleté ou une robe légère sont un symbole d'appel au viole ou à la lapidation. Le plus désolant dans cette mode vestimentaire du voile, les islamistes n'ont contents d'imposer le voile, ils souhaitent en outre réglementer sa coupe et la couleur de tissu. La couleur noire ou grise sont préférables, et éviter toute fantaisie dans le port de la tunique. Cela en devient un quasi uniforme imposé aux femmes. L'uniformité du port d'un vêtement en lieu et place de traditions vestimentaires ne surprend pas ceux qui ont l'indignation rapide chaque fois qu'ils suspectent une atteinte à leur tradition et leur culture.

Les spécificités culturelles sont ainsi gommés non au nom de la modernité et de la liberté, mais au profit d'un dogme irrationnel. Par exemple, la femme marocaine a dû adapter ses vêtements pour retrouver une liberté de mouvement, et elle a su jouer avec ses costumes pour reprendre une liberté de mouvement, pour révéler un peu de son corps, attitude qui signe le refus obstiné de s'enfermer dans un bout de tissu alors qu'il doit être d'abord un moyen de séduction et de bien être. Elle a usé des ouvertures sur les côtés, par devant, des manches courtes ou sans manches, avec ou sans capuches, elle a fait évoluer ses vêtements traditionnels andalo-turque notamment en rapport avec la modernité. La femme marocaine, de toutes conditions, de toutes les régions, a pu atténuer la lourdeur du voile dés qu'elle le pouvait.

J'espère que cette initiative ne restera pas sans lendemain. J'espère également que cette jeune fille courageuse ne payera pas de sa vie un acte de défi comme ne sait le faire que la jeunesse emportée par sa fougue, quand elle se révolte parce qu'elle est blessée dans l'estime de soi.
 

 

Documents joints à cet article

La nudité comme moyen de protestation

Moyenne des avis sur cet article :  3.45/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • TyRex TyRex 19 novembre 2011 13:52

    Très incohérent comme idéologie le féminisme...

    D’un côté elles râlent parce que la nudité de la femme, placardée à tout va, serait assimiler la femme comme un objet sexuel, et, d’un autre côté, lorsque l’objet sexuel féminin est mis en exergue dans un pays musulman, alors elle est synonyme de protestation...

    Ce qui est certain, c’est que cette fille voulait faire le buzz et elle a réussi. Mais cette fille n’est pas issu de la masse populaire tunisienne, il n’y a qu’à voir sa coupe de cheveu, son maquillage et la manière dont elle pose devant l’objectif... un coté artistique indéniable ce qui laisse penser qu’elle possède certaines connaissances techniques en la matière.

    Bref, trop de bruit pour rien.


    • Aafrit Aafrit 19 novembre 2011 16:16

      Elle est égyptienne.
      Et d’après son truc (bien que je ne sois pas d’accord, car elle pourrait le dénoncer autrement, mais bon peut-être qu’elle croit que l’exposition de son corps-nu vaut mieux que mille philosophies, là c’est son truc ), elle dénonce l’obscurantisme salafiste qui veille au grain.
      Je ne sais pas ce que vous voulez dire par masse, je veux juste signaler qu’en égypte la réalité fait qu’on ne peut considérer ce pays comme une seule masse et encore moins comme une seule masse homogène.
      Il y a plusieurs masses, c’est ce qui fait peur aux observateurs, si l’on ne réussit pas à trouver pas un « modèle compromis », on ne sera pas loin d’une deuxième dictature ou d’une guerre civile.

      Le souci dans tout ça, c’est que les laïcs en égypte ont tendance à accepter le jeu démocatique, alors que certains islamistes politiques (pas tous, bien sûr) veulent autre chose, ce qui peut conduire au chaos ou à une escroquerie dictatoriale.


    • FRIDA FRIDA 19 novembre 2011 16:29

      @TyRex

      « D’un côté elles râlent parce que la nudité de la femme, placardée à tout va, serait assimiler la femme comme un objet sexuel, et, d’un autre côté, lorsque l’objet sexuel féminin est mis en exergue dans un pays musulman, alors elle est synonyme de protestation... »

      ce n’est pas incohérent, le message est que le corps n’est pas une marchandise, qui peut être possédé soit par une idéologie religieuse qui l’instrumentalise pour asservir les femmes soit par une idéologie consumériste et marchande qui l’instrumentalise pour le profit. Dans les deux cas il ya dépossession et détournement du corps aux dépens de la femme.
      Chacun doit avoir la liberté de faire ce qu’il veut de son corps.


    • TyRex TyRex 19 novembre 2011 19:30

      @petitdémon
      Vous avez raison, elle est égyptienne, autant pour moi... c’est dire comme cela peut m’intéresser !

      Comme vous le dites si bien, j’aurai préféré qu’elle innove de manière plus intelligente par une réflexion qui pourrait fermer le clapet de milliers d’hommes ; que la femme ne se limite pas à exhiber son corps par facilité mais qu’elle dévoile réellement à l’homme ce pourquoi elle est le sexe fort. Il n’y a aucun mérite dans la facilité.
      Par masse, je sous-entends de couche sociale basse, c’est à dire celle où l’oppression est la plus grande pour les femmes.
      Cette fille ne semble pas vivre dans un douar misérable...
      Regardez ce qui ce passe actuellement en Égypte, la place Tahrir qui s’enflamme à 9 jours des législatives... n’est-ce pas plus important qu’une fille à poil ?
      La répression a fait 850 morts et des milliers de blessés... cette fille a-t-elle pensé aux femmes qui sont mortes lors de cette répression ?
      On peut se poser la question !

      @Frida
      Franchement Frida, est-ce que vous ne pensez pas qu’elle aurait pu faire mieux pour protester son mécontentement ?
      Cela dit, je suis d’accord avec vous, chacun est libre de faire ce qu’il veut de son corps et ce n’est pas moi qui les en empêcherais... d’ailleurs, si cette fille a pu le faire alors cela veut dire que personne ne l’en a empêché.
      Même d’un point de vue artistique, je préfère très largement l’œuvre très controversée de Courbet, L’Origine du monde, et avec lequel elle aurait pu s’amuser à faire revivre l’indignation par l’image... mais non.
      Comme protestation, j’en ai connu des plus dignes.

      Si le féminisme défend la dignité de la femme, alors montrez la femme là où elle le sont réellement, c’est à dire celles qui ont donné leurs vies pour les autres, celles qui ont encaissé la violence de la police jusqu’à leur dernier souffle avec bravoure et honneur.

      Cordialement. 


    • easy easy 19 novembre 2011 14:57

      Le racisme est décidément protéiforme.

      Quand il ne se réalise pas sous la forme de la traite des Noirs, quand il ne se réalise pas sous la forme du colonialisme physique, il se réalise encore sous la forme du colonialisme des valeurs morales.

       

      Nous avons en ce moment, au sein de notre nation, au sein de l’Europe aussi, des problèmes à n’en plus finir, qui ne sont pas du tout en voie de résolution. Mais nous voilà encore et toujours à verser dans l’archangisme, dans le BHLisme, à critiquer ce que les autres nations font chez elles.

      Il ne serait pas venu à l’esprit de Salman Rushdie d’en appeler aux Inuits ou aux Congolais, pas plus qu’aux Vietnamiens. Non, il a invoqué ceux qui sont réputés pour avoir un avis critique sur les autres nations, il a invoqué les Anglais, les Français. Sûr qu’il était de provoquer une vague de critiques blanchiste contre les bronzés islamistes.

      Le problème de Rushdie était indo-pakistanais. Il nourrisait quelque esprit de revanche sur ces contrées où il ne vivait plus parce qu’elles lui déplaisaient. Et au lieu de s’adresser uniquement aux indo-pakistanais qui l’agaçaient, il s’est adressé aux archanges interventionnistes européens chez qui il vivait.
      Alors que nous aurions dû le renvoyer à ses propres turpitudes et lui conseiller de ne pas nous prendre à partie, une grosse partie d’entre nous a trouvé intéressant de prendre partie et donc de soutenir ses critiques contre le Coran.
      Nous y avons gagné quoi ?
      Que dalle, en dehors de notre plaisir de se poser en donneurs de leçons au Monde entier.

      Dans bien des pays islamistes, des femmes étouffent. Certaines conviennent que leur problème est national et elles ne s’adressent, en leurs protestations, qu’à leur propre nation.
      D’autres, trouvent plus intéressant de faire comme Rushdie, d’exciter les archanges Occidentaux, qui foncent sur l’aubaine.


      Résultat, notre néo colonialisme, plus spécialement religieux désormais, nous fait encore et toujours apparaître en arrogants et, plus gravement, il sape le principe de nation, d’indépendance nationale, de nationalisme.


      Tant que nous continuerons de nous trouver de bon droit à critiquer les choix des autres nations, notre libre-arbitre national sera disputé par ces autres nations ainsi agressées.

      Dans notre nation, en ce moment, nous avons le problème que pose une invasion islamiste. (Je signale ici que de même que les lyncheurs de DSK n’avaient pas précisé quelle torture maximale il devait subir en punition, de même les islamistes de France ne précisent pas quelle amplitude islamiste maximale ils visent)

      Si nous ne voulons pas voir notre pays basculer islamiste, nous avons à réagir. Mais en procédant de nationalisme, non de colonialisme.

      Nous devrions éviter toute attitude évoquant de près ou de loin l’ingérence dans les affaires des autres nations. Nous devrions rester très nationalistes car sur ce point, seulement sur ce point, il existe une légitimité universelle.
      Evitons de nous laisser entraîner à l’ingérence par des révoltés des autres nations. Ce n’est pas notre affaire et nous avons énormément de problèmes à régler ici, chez nous.

      En l’occurrence, j’ignore si cette femme qui pose nue cherche à nous exciter contre ses ayatollahs. Mais qu’elle ait ou pas cette intention, nous faisons une erreur puérile en embrassant son combat puisqu’il nous conduit droit à l’ingérence et que cette attitude altère automatiquement le concept de nation, donc de notre nation.


      Dans notre pays, nous avons à dire aux islamistes « Pas de ça chez nous ». Comment pourrions-nous justifier ce discours en « Chez nous » alros que nous ne cessons de piétiner le discours en « Chez nous » des autres nations ?

      Les prédicateurs islamistes se voient ouvrir un boulevard chez nous parce que nous ne savons pas protéger absolument le concept de « Chez nous », de nation.

       

      Arrive la question du droit d’asile.
      Quand bien même, par miracle, deviendrions-nous enfin nationalistes-pour-tous, il nous restera à savoir quoi dire aux autres nations pour justifier de protéger chez nous ceux de leurs ressortissants qui seraient menacés de torture ou de mort.

      Il me semble possible, tout en étant extrêmement scrupuleux à ne jamais critiquer les choix des autres nations, de leur répondre que toute personne ayant les pieds sur notre territoire bénéficie de notre protection absolue contre la torture et la mise à mort politique. Il me semble archi inutile et même contre productif de répondre à un pays dont on protègerait ici un ressortissant, que nous le faisons parce que nous trouvons ses idées ridicules ou moyen-âgeuses (faire du passé un poussoir est une absurdité). Il nous suffit de répondre « Ici c’est chez nous et chez nous, nous ne torturons personne pour des raisons politiques ».


      Il est tout à fait possible de protéger quelqu’un dans son château sans insulter ceux qui veulent le récupérer pour le couper en rondelles.


      Le jeu consistant, quand on se sent mal dans son propre pays, à exciter quelque autre peuple contre lui, est un procédé de plus en plus utilisé et les archangistes s’y laissent entraîner.
      C’est pourtant un jeu extrêmement dangereux et bourré de surprises (Cf Massoud)

      Aung San Suu Kyi démontre que tous les opposants ne jouent pas à ce jeu transfrontalier très tentant. Ca fait des décennies qu’elle lutte à son corps défendant contre une junte. Alors qu’elle peut partir de son pays (c’est ce que la junte réclame constamment) elle tient à y rester et ne passe donc pas son temps à arpenter le monde, à exciter les autres états contre le sien.

      Elle est l’exemple même d’une opposante qui considère devoir traiter son problème de façon interne.

      Certes la communauté internationale ayant observé son cas et son courage, elle est devenue une figure, un modèle. Mais ce n’était pas du tout ce que recherchait cette femme.
      Alors qu’ici, bien des archangistes sont à brandir son image dans toutes les manifs, alors qu’elle se voit profiter de sa célébrité pour ne pas subir un « accident », je doute qu’elle envisage un seul instant de nous consulter pour savoir quelle forme de gouvernement conviendrait à la Birmanie, lorsque la junte sera partie.



      Cela dit, si cette femme nous prend à partie, son argument de la nudité est une erreur car même chez nous, elle est largement sulfureuse.
      Alors un ruban rouge, des bas résille, des chaussures rouges, un tabouret, un décor de claque...
      A mon sens quelqu’un s’est joué de cette femme.



      • FRIDA FRIDA 19 novembre 2011 16:23

        @Easy

        Loin de moi de vouloir imposer quoique ce soit aux autres, mais comme vous le dites vous même
        « Les prédicateurs islamistes se voient ouvrir un boulevard chez nous parce que nous ne savons pas protéger absolument le concept de »Chez nous« , de nation. »
        Ils n’ont pas besoin d’un boulevard, l’islamisme radical est une construction artificielle, une pure idéologie, au service d’intérêts peu avouables. Comme le CNT pour la Libye et une CNS pour la Syrie.


      • FRIDA FRIDA 19 novembre 2011 16:31

        @Easy

        « Alors un ruban rouge, des bas résille, des chaussures rouges, un tabouret, un décor de claque...
        A mon sens quelqu’un s’est joué de cette femme
        . » Effectivement, il y a eu détournement de la photo par un internaute. D’autres internautes ont fait pareil.


      • Aafrit Aafrit 19 novembre 2011 15:47

        Vous dites sur la question du voile : « un phénomène nouveau au Maghreb ».Oui en effet, beaucoup de femmes « civilisées » (souvent des citadines vivant à l’occidental) sont devenues voilées. Pour tas de raisons (tellement complèxe l’affaire que je préfère ne pas m’y aventurer pour pas que j’écrive tout un pavé) dont une minorité l’a fait par conviction ou fausse conviction.

        Ce même voile a permis à d’autres (femmes des campagnes souvent) —qui comme nous le savons se mettaient à porter voilette, Ajar, Hayek, M’laya, Djellaba juste après l’amenuisement de la vie clanique suivie par des vagues d’exodes rurales vers les villes - villages— une certaine « liberté » de sortir sans être obligées de mettre l’Ajar et autres trucs. Donc une « regression » d’un côté et un « progrès » dans l’autre.

         Pour les voiles noires, vous lisez ça comme une imposition idéologique, oui, possible, mais vous savez que derrière toute mode il y a toute une idéologie, dit-on. D’autres verront, une mode rien de plus.Dejà si on remarque de près les voilées, d’un point de vue Glamouristan vestimentairesques, dans ces pays maghrébins on peut constater facilement une espèce de concurrence et de conflit entre deux modèles : Un modèle Khaliji (du golfe)- traditionnaliste voire même obscurantiste- et un modèle turco-syrien -progressiste-, mais jamais un modèle fait maison ; une chose simple à dire, les pays du maghreb, et ce depuis le colonialisme ont perdu à jamais leur identité et vivent une crise identitaire énorooooooooooorme, et ils n’ont jamais su proposer ou imposer un modèle qui est à même de reflèter leur histoire, leurs moeurs et traditionsI ils sont perdus à jamais, envahis par ces traditions importées de je ne sais où, où l’on peut voir intervenir deux facteurs : mondialisation régionale(islamique) et une mondialisation mondiale où les moeurs des puissants qui sont les plus valus (côté islamqiue : Arabie Saoudite, etc).

        Oui j’ai suivi l’affaire de cette fille courageuse, mais bon, je crois que les égyptiens ont connu plus que les autres arabes c’est quoi un corps nu d’une femme, encore faut-il rappeler que l’égypte était le premier producteur des films pornos, érotiques dans le monde arabe, et parmi les premier pays arabes à permettre de faire passer les « ébats » sans problème à la Tv. Donc, pour analyser un fait, dans un pays arabe, il faut surtout éviter de recourir à un seul schéma ou une seule grille d’analyse pour tout le monde, l’égypte n’est pas l’Arabie Saudite, et la Tunisie n’est pas la Jordanie. Beaucoup de commentateurs arabes, musulmans ont salué ce geste qui « dénonce » l’obscurantisme et l’hypocrisie dans le monde arabe. ( D’ailleurs j’ai lu un journaliste égyptien dire, je crois si je peux me rappeller de la phrase, ah dans le sens : « Et c’est quoi cette hypocrisie, comme si nos saintes-nitouches qui crient aux loups n’avaient jamais vu quelques scènes érotiques sur le net, comme si nos pauvres barbus n’ont jamais regardé de scènes porno, comme si nos femmes n’ont jamais échangé des scènes »khalia’a« entre elles, cessez vos hypocrisies !). Alors que d’autres féminsites ont mal pris ce geste, considéré comme osé et n’arrange pas la situation de la femme. Car, pour ces féministes toujours, ce geste est un pain béni pour les salafistes et autres obscurantistes intégristes qui »n’oseront pas«  smiley de sortir cet argument à chaque fois il y aura débat sur la condition féminine, en disant par exemple : » voilà le modèle que les féminstes ou les laics vous proposent : nudité, libertinage, etc). So, pour certain c’est plutôt un attentat suicide et n’a rien de révolutionnaire.

        Un autre fait divers en égypte qui a suscité un tollé la semaine écoulée, lors d’un concert musical où les spectateurs ont eu droit à une visite inattendue de la part d’un salafiste de la pire espèce, un obscurantise qui invitait « gentiment » (comme il l’a dit avec de bons conseils) à ne pas écouter la zik, car c’est haram, tout un pannel de harameries et les haditherie et ayateries sortant juste de ses fantasmes et de ses conneries interminables ne se demandant pas un seul instant qu’il y aurait des coptes chrétiens, des athées, agnostiques, des extraterrestres. En plus, je ne sais pas sur quelle connerie se base-t-il, religieusement parlant, pour le dire. L’essentiel, ils sont là pour faire chier, rien de plus ; et plus dangereux que ça, ils cherchent un égocide. Tuer les différences. Pourtant ces débiles salafistes et quelques ikhwane étainent les premiers à rejeter l’idée d’une révolution égyptienne pacifique contre le régime Moubarek(pour eux c’est une fitna contre Moubarek béni par l’autorité Al azhar). Maintenant, ils veulent rattrapper et donc confisquer la révolution des gens qui n’ont demandé que la justice et jamais le fait d’imposer leurs visions, leurs conneries, leurs fantasmes à la con sur tout le monde. On ne me fera jamais changer d’avis sur les islamistes (obscurantistes), ils sont la peste, ils sont le symptôme du malaise et de la ruine, ils sont les premiers et les derniers destructeurs de l’islam en tant que religion et l’Islam en tant que culture et civilisation. 
        Pas plus tard qu’il y a deux jours un autre « écrivaillon » sur aljazeera, un chroniqueur islamiste indécrottable- même pas tunisien-, demandant « gentiment » à ses Ikhwane du Nahdha en Tunisie de « renforcer davantage la présence islamique » au sein de la société tunisienne. Merde !!! Quel crétin, je ne sais même ce qu’il veut dire par là, mais ce sont des vrais poisons, ignorants, certes, mais qui trouvent malheureusement des échos...Dommage ! 
         Pour l’avenir des nations islamiques et arabes, Moi personnellement je crois que, malgré mes peurs sans limites et inconditionnelles et mes craintes les plus dévoués smiley voués à l’accès au pouvoir des islamistes (obscurantistes, bien sûr : genre salafistes et autres talibans, wahabistes enfermés dans leur paraître et enfermés dans leur connerie sans frontières qui ne connaissent rien sur la vie civile, la société), je suis optimiste vu le déroulement des choses et les influences portées par certains « acteurs », certes on aura pas tout, toute de suite. Un long travail reste à faire, mais jamais, je crois, on sera jamais gouverné par une horde de barbares hors Histoire. Mais il ne faut jamais perdre de vue la source du problème qui remonte à loin, mais sans oublier le vrai poids qui est celui de l’ère juste après le colonialisme : l’histoire et les événements ont fait que l’on saute quelques phases, je crois que l’histoire ne le permet pas : on est obligé de les vivre. Des dictateurs qui ont réduit leur peuples en des malheureux tubes digestifs et pire encore des affamés éternels, il était logique que ces gens, ignorants pour une majorité d’entre eux, recourent à des entités transcendantales pour leur raconter leurs malheurs ou cherchant auprès d’elles une justice introuvables ici bas, ils est normal aussi qu’ils vivent dans des illusions d’un passé révolu « khilafa Rachida, l’âge d’or », d’où sortent justement ou bien des escrocs savants qui gratteront sur cette fibre là, ou bien des gens honnêtes qui ont gobé le tout en un bloc sans recul ni critique aucune, pour lesquels l’islam du paraître et non de l’être est la panacée dans tout !Voilà malheur surr malheur, mais n’empêche qu’il y a un espoir quelque part entre ces malheurs !


        • FRIDA FRIDA 19 novembre 2011 16:16

          @Aafrit

          Merci pour ce long commentaire, néanmoins très intéressant, qui apporte pas mal de précisions.


        • watchedcom 19 novembre 2011 16:42

          t’a pas lésiné sur la quantité ! mais il faut avouer qu’il y a du vrai dans tes dires


        •  C BARRATIER C BARRATIER 19 novembre 2011 18:00

          Banale la nudité, belle lorsqu’elle est artistique, libre comme chez nous dans les camps naturistes et les spectacles. Les égyptiens sont des homo sapiens comme nous, et mis à part les interdits religieux qui concernent les croyants seulement, elle ne saurait nulle part être jugée en soi percnicieuse. Notre civilisation a - t -elle à ce point reculé par rapport à l’antiquité grecque ou romaine ou africaine, ou amérindienne ? Y a - t- il des pays rétrogrades à cause de quelques obsédés sexuels ?
          Toute cette tartufferie ridicule sera balayée !


            • symbiosis symbiosis 19 novembre 2011 19:51

              A coup sûr elle parle anglais, bouffe du hamburger et boit du coca ! En fait il ne s’agit pas d’une égyptienne, ni d’une femme, ni d’une contestataire, mais bien plutôt d’un petit clone du capitalisme en déroute...


              • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 19 novembre 2011 20:17


                Merci pour cet article intéressant.

                Il rappelle que toute société évolue et qu’elle évolue de l’intérieur, et non pas sous les bombes sensées imposer la démocratie représentative prédatrice.


                • Ossian Ossian 19 novembre 2011 20:51

                  Comment reconnaître qu’un pays a atteint les hautes sphères de la civilisation ? Lorsqu’il y a de plus en plus de nus PARTOUT, que le sexe de tous genres et de toutes les couleurs ne soit plus confiné à la sphère privée mais étalé à la place publique, que l’adultère soit honoré, que l’échangisme soit un raffinement, que les jeunes avec très souvent, le consentement bienveillant de leurs parents, couchent avec leur conquêtes sous leur toit, etc...C’est ce que l’on attend des pays arabes pour qu’ils soient enfin considérés comme des civilisés.


                  • Aafrit Aafrit 20 novembre 2011 19:01

                    Vive le voile : nous dit le correcteur (déjà l’avatar est débile : corriger quoi ? Déjà tu te prends pour un saint juste, une qualité qui te permet de dire qui aurait raison et qui aurait tort ?

                    Tu peux le porter, tu sais, en plus si tu ressembles vraiment à l’autre Sami Y qui te sert d’avatar, je suis sûr qu’il t’irait à merveille..

                    Tu vas me dire, oui le Coran, l’islam et tout ça, mais crois moi, cher ami, il est des touaregs qui expliquent cette coutume (qui consiste à porter le voile) en se référant à un cadre purement religieux (islamique, en se référant au Coran) en dehors de toutes traditions ancestrales.
                    Donc, toi aussi le musulman comme les touaregs tu devrais avoir honte si tu ne le portais pas, car le porter signifie que tu as, le sens de la pudeur, de la sagesse, de pureté et de « iifa ».

                    Ce n’est pas parce que Marie (si elle existait) qui vivait dans un contexte et dans une région particulière où la domination masculine était de mise, le portait qu’on est obligé de le porter aujourd’hui. Ce foulard a été porté bien avant ta Marie, « le fameux foulard du pourtour méditéranéen » : chez les berbères, égyptiennes, latines, grecques, assyriennes, etc, etc.
                    Je m’en fiche si une femme le porte ou pas, mais je n’aime pas l’hypocrisie de certains barbus qui nous emmerdent depuis un demi siècle avec leur islam réduit au paraître.
                    Pour eux le voile, c’est ça la femme pudique, simple comme une gorgée d’eau pure. Je connaissais des « vraies salopes » (comme on l’entend dans le langage commun) voilées et des « femmes pudiques » (comme on l’entend dans le langage commun) sans ce dernier, l’inverse est vrai aussi.Ici n’est pas une question de ce qu’on peut porter ou pas, je me ficherai pas mal si tu t’enveloppes comlètement avec du papier allu ou si tu te dessines un zizi sur ton front c’est ton corps et t’es libre d’en faire ce que tu veux, ce qu’on dénonce ici c’est que certains barbus, des abrutis comme ils sont, qui n’ont rien compris à leur religion utilisent ce qui ne leur appartient pas pour appliquer —et voir appliquer (et pratiquer) leurs propres fantasmes.
                    Monsieur ces stupides s’accrochent à des futilités, le paraître et consorts et font abstraction de l’essence, de l’être, et ils croient que c’est ça la foi, c’est ça la religion.
                    Monsieur, certains de tes amis intégristes-que tu defends- veulent imposer des trucs qui n’ont rien à voir avec le vrai message de leur religion, leur souci c’est de voir (quoi ? aucune idée), ils sont excités et en même temps satisfait de voir les gens-surtout les femmes- enfin soumis à leurs conneries.

                    Monsieur, il faut que tu saches que le corps de l’homme excite tant la femme, comme d’ailleurs le corps d’une femme qui excite l’homme. ce dernier est l’argument par excellence qu’avancent tes amis barbus. Si c’est une question d’excitation, qu’on le porte tous. Ou bien que ces abrutis pervers aillent se soigner, si ils estiment qu’ils sont excités rien que de voir un corps d’une femme non-voilée.

                    Monsieur, tes amis barbus égyptiens, les Ikhwane, refusent qu’une femme candidate (de leur parti) à l’élection affiche sa photo. Ils veulent la remplacer par une fleur ou par la photo de son mari ?Mais quels crétins !
                    Tu vois ce qu’ils nous proposent tes amis ? Un bordèle !
                    Tu peux au moins aller plus profondément pour saisir le sens de ce qu’on dénonce ? Mais Je crois que cette tâche vous est difficile, vous qui restez accrochés à un monde purement fantasmagorique et imaginaire incompréhensible pour les gens usant de la raison, et ce afin de fluidifier et faciliter la vie quotidienne déjà trop complèxe sans tout cela.

                    Donc, allez vous cultiver et épargnez -nous de vos conneries !


                  • OMAR 19 novembre 2011 20:59

                    Omar 33

                    Frida, à quand un article sur l’Arabie Séoudite oû la femme n’a même pas le droit de conduire un véhicule ?

                    Ou bien vous étes comme tous ces gouvernements occidentaux qui ne voient le peril extrémiste dans tous les pays arabes sauf chez les roitelets de la péninsule ou ce royaume du diable séoudien ?


                    • FRIDA FRIDA 19 novembre 2011 22:16

                      @Omar

                      Vous m’avez posé la question plusieurs fois,

                      pourquoi voulez-vous que je parle de l’Arabie Saoudite ? Je m’en moque, ils font ce qu’ils veulent. Au moins eux, ils sont clairs et ne tiennent pas un double langage sur le traitement fait aux femmes. La théorie est en cohérence avec la pratique. De même pour l’Iran.

                      Je parle des pays du Marghreb par la force des choses, la proximité géographique et une forte présence de gens issus d’Afrique du Nord. Ce qui a des incidences sur la société française. Mais apparamment cela vous a échappé.
                      Je n’ai rien contre la religion en tant que telle. Et je ne m’immiscerai pas dans les affaires des autres cultures (comme en diplomatie, quoique j’en pense...)
                      Mais j’ai le droit de donner mon avis sur des faits de société qui touchent la société française, de même en ce qui concerne des guerres illégitimes perpétrées par la France contre la Libye, ou celle en cours de préparation contre la Syrie.

                      Vous m’attaquez injustement. Mes articles sont strictement factuels, bien que traités de mon point de vue subjectif, et je ne tiens pas compte des sensibilités des croyants, je vous l’accorde. Si cela vous gêne évitez de les lires tout simplement. Je ne vois pas pourquoi je dois prendre des précautions au point de m’autocensurer pour vous faire plaisir.

                      Vous l’aurez remarqué je ne parle pas non plus de la condition des femmes en Asie, en Inde par exemple. Pourant c’est un pays cher à mon coeur. Mais j’en parlerai un jour. Il y a bien une présence tamoule à Paris, mais pour le moment, leurs us et coutumes ne font pas trop de vagues, j’entends par là il n’y a pas d’atteintes aux fondamentaux de la République.
                      La Chine , le Mexique (où l’assassinat des femmes est une calamité), le Brésil les Inuits comme vous l’avez dit sur un autre poste.
                      C’est une sorte de tropisme, par ailleurs vous avez une attitude masochiste, puisque vous connaissez ma position, et cela ne vous empêche pas de revenir pour me reprocher toujours les mêmes choses, vous ne serez pas surpris pas en me lisant chaque fois que j’aborderai ce sujet de la femme et la religion.


                    • Bobby Bobby 19 novembre 2011 21:22

                      Il semble bien qu’il y ait une décadence psychologique (et récession intellectuelle) un peu partout dans le monde. l’Islam n’y échappe pas, comme les autres d’ailleurs ! ( Il n’y a qu’à regarder du côté des E.U. ou le phénomène est, pour le moins, tangible !

                      Effectivement, il y a à peine 40 à 50 ans, les idées étaient bien moins strictes. 

                      J’y vois là, un phénomène qui peut être lié à la « crise » mondiale économique et aux techniques d’assujettissement utilisées aux fins de contrôler des masses de plus en plus importantes de population toujours en croissance constante.


                      • ddacoudre ddacoudre 19 novembre 2011 23:57

                        bonjour frida

                        Ne pouvait-il pas utiliser son corps comme lieu de son imaginaire au lieu de s’approprier celui de la femme ?
                        certains le font c’est l’homosexualité.
                        mis a part cette boutade, un enfant de cinq ans interroge sa maman qui confectionne une layette pour le bébé à venir et lui propose de manger la laine pour qu’il sorte tout habillé.
                        ainsi si nous n’avions pas inventé les métiers à tisser nous aurions moins de problèmes, mais dans la bible nous trouvons la source au développement de toute les conventions que nous perpétuons dans la recommandations de ne pas se comporter comme les égyptiens, sans savoir les raisons profondes qui ont conduit à ce que tu dénonces aujourd’hui.
                        pour tant ils semble des traces archéologiques que la femme fut vénéré dans la civilisation précedant la Grèce antique car Gaïa est féminin et fut le nom donné à la terre nourricière par les grecs.

                        Pour illustrer mon propos je prendrai l’exemple dans le « moyen âge grec » qui commence vers le II ième siècle AV. J.C, comprenant la Crête et les Achéens qui se partagent le monde Gréco égéen, et la Grèce archaïque que les historiens situent entre le VIII ième et V ième siècle. Les origines du monde sont évoquées par le Chaos sans attribut, Gaia la terre définie « par son large sein », Gaia « au grand sein », donc capable de donner la vie à d’autres vies, relayée par le mythe en déesse qui est à la fois première, la plus ancienne, incroyablement vaste, et qui peut à elle seule, sans mâle, par ses propres forces et secrètes vertus, donner la vie. En troisième lieu Éros, l’amour. C’est l’amour qui n’aime pas, la représentation d’un surgir », d’un « apparaître ». La mer, voie d’eau dans la réalité économique gréco-égéene engendre une déesse de la mer vénérée, Amphitrite, dont le nom apparaît historiquement avant celui resté célèbre dans notre éducation « patriarcale », Poséidon, dieu de la mer. Poséidon est d’origine Asianique, une des religions antiques du Moyen-Orient. Amphitrite l’épouse dans la version de la Théogonie d’Hésiode datant du VI ième siècle. C’est là, la réalité d’une culture « gynéocratique » qui subira de lentes et visibles transformations. Ensuite dans la version -1970, plus récente, ce fut Amphitrite qui fut prise pour épouse par Poséidon. Les positions se sont donc totalement inversées signe d’une modification culturelle.


                        ainsi ce nu est un symbole de la recherche d’une place qui fut autre chose que celle d’un objet sexuel source de tant de fantasme.
                        mais entre l’époque égéenne et l’avènement des conventions juives il y a de grandes inconnus, et pourtant quelques paraboles biblique semble rapporter la lutte des conventions pour protéger la femme contre son utilisation d’objet sexuel, il n’est pas faux d’y trouver la volonté d’une protection de la femme.
                        nous y trouvons même l’obligation faite à l’époux d’honorer sa femme, ensuite comme toutes les conventions des dominants s’installent et les retournent à leur usage, car la comptabilisation patriarcale était le choix de comptabiliser une population par ceux qui occupaient une place économique dans l’Asie mineure car ailleurs existait des sociétés matriarcales.
                        il est bien évident que l’occident et l’islam par leur colonisation ont étendu leurs conventions au point d’ignorer qu’il existe encore des sociétés « polyandrites » pour des raisons économiques, car en fond se trouvent la conséquence d’une sédentarisation qui va distribuer les rôles en fonction des aptitudes de chacun et des sexes.

                        cordialement.


                        • FRIDA FRIDA 20 novembre 2011 12:38

                          @M Gelon

                          « Le corps de la femme est l’un des instruments de la stimulation de l’instinct de perpétuation de l’espèce. »

                          C’est complètement animal que de parler d’intinct de perpétuation de l’espèce au lieu de parler de sentiments et culture.
                          Pourtant la reflexion est totalement fausse. Il n’y a aucune corrélation entre la domination de la femme et la perpétuation de l’espèce. Les animaux perpétuent leur espèce, mais instinctivement et hors champs d’une pensée systématisée pour dominer des groupes d’individus. La louve n’est pas dominiée par le loup, ni la lionne. Ce sont ce genre de blabla bla qui n’a aucun sens, plutôt cru pour justifier l’injustifiable.
                          Oui je l’assume, je suis féministe, mais vos propos sont ceux d’un « abruti »


                        • FRIDA FRIDA 20 novembre 2011 12:43

                          @M G

                          Et que dites-vous des espèces végétales, et d’autres espèces ou il n’y a pas à proprement une organisation sociale, comme les poissons etc et qui pérpetuent leur espèce..
                          Il faut réflechir au lieu de répéter votre catéchisme apris par coeur.


                        • FRIDA FRIDA 20 novembre 2011 12:59

                          @M G

                          Par votre phrase, vous sapez la totalité de votre discours prétendûment patriotique et nationaliste, si l’on voit dans la religion, le territoire, la nation qu’un question de pepétuation de l’espèce. En effet, la perputation de l’espèce est distincte de la civilisation et de la culture, une est instinctive et intuitive, tandis que l’autre est artificielle et conventionnelle. l’une est universelle tandis que l’autre une spécificité à chaque groupe humain.


                        • FRIDA FRIDA 20 novembre 2011 21:11

                          @M G

                          « Ce qui correspond donc manifestement à votre façon à vous de voir les choses »

                          Ce n’est pas une façon de voir les choses, c’est une réalité.

                          Quant à « abruti », je ne pensais pas que vous êtes sensible...  smiley




                        • Lorelei Lorelei 20 novembre 2011 14:22

                          Il n’existe pas un seul verset dans le coran demandant le voile


                          • FRIDA FRIDA 20 novembre 2011 17:41

                            @lecorrecteur psychopathe

                             

                                « J’ai le dos tourné et tu en profites pour continuer à mentir encore et toujours.... Faut dire que je t’ai glissé une sacrée quenelle dans un de tes articles » smiley

                            Eh bien, vos commentaires nous révèle une personnalité psychopathe, vulgaire, évoluant dans une vacuité totale. Allez continuer d’aboyer, la caravane passe.


                          • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 20 novembre 2011 17:56

                            Bonjour,

                            Merci pour cet article très intéressant sur un sujet passionnant.

                            Peut-être suis-je peu futé, mais je n’ai pas repéré de lien vers le blog de la jeune révolutionnaire.

                            Que est-t-il ?

                            Merci d’avance !


                            • Crab2 17 octobre 2013 10:22

                              À Bruxelles, des militantes féministes et pro-LGBT enlacent Christine Boutin


                              Christine Boutin l’angélique et digne messagère, intimement persuadée que ’’ dieu sauvera l’Europe ’’, en tournée par monts et par vaux, professe sans relâche la parole de son créateur

                              Suites :

                              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/10/scene-erotique.html


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

FRIDA

FRIDA
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès