Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La paix est fragile et la mémoire volatile

La paix est fragile et la mémoire volatile

C’est une tragédie qui n’a plus rien d’un secret. Elle fait la Une depuis des mois, bouleverse les agendas politiques chaque semaine et déstabilise une population embarrassée. Des journalistes, des bénévoles ou de simples habitants, pécheurs ou militaires qui se trouvent sur la route des migrants nourrissent avec poigne, tristesse et désolation, une page de l’Histoire européenne sombre à l’épilogue incertain. Certains protestent sans être entendu quand d’autres écrivent avec une émotion immense. Ces messages et ces images provenant de la Mer Egée, de la Libye, du Sahel, de Turquie, du Levant, du Maroc, d’Italie, de Hongrie, de Calais et d’ailleurs s’imposent péniblement dans notre quotidien imperturbable sans que nous les regardions, sans qu’ils nous indignent. Pourquoi sommes-nous aussi insensibles à cette misère destructrice qui se lie à nos actes passés ? Pourquoi ce déni collectif pour une souffrance que nous connaissions il y a soixante-dix ans ? Pourquoi sommes-nous indifférents à ces chiffres effrayants qui décrivent un désastre sanglant ? Pourquoi passer sous silence ces actes de tortures, de viols, de destruction pure et simple de populations sacrifiées ? Pourquoi restons-nous spectateurs face à ces exterminations barbares de défenseurs de la liberté ? Pourquoi refusons-nous d’aider ces êtres de sang commun, ces hommes, femmes et enfants, qui pourraient être nos compatriotes, nos amis, nos frères ? Qu’y a-t-il de si fort qui nous inhibe et nous empêche de nous battre pour leur défense, leur survie et leur avenir ? Combien de temps, d’images, de témoignages, de morts et de souffrants devrions-nous voir défiler devant nos yeux aveugles pour qu’enfin nous réalisions la gravité de ce récit odieux ? Je ne comprends pas. Pourquoi sommes-nous complice d’un crime contre l’humanité, nous, la France, terre de liberté, nous, l’Europe, terre de paix et de prospérité ?

« Le patriotisme c’est l’amour des siens, le nationalisme c’est la haine des autres  » disait Romain Gary. S’il existe des auteurs qui connaissent l’Histoire des violences inhumaines commises par les européens au cours du siècle dernier, celui-ci est un de ceux-là. Nous nous étions promis de ne plus les revivre, ni même de leur donner la moindre lueur d’espoir de renaitre de leurs cendres. La paix est fragile, la mémoire volatile. Il est impératif de rappeler à la jeunesse déboussolée et à la population vieillissante jusqu’à quelle profondeur ces horreurs peuvent ronger l’âme d’une société. Le nationalisme est une trahison du présent envers l’Histoire, ou plutôt des ignorants envers les survivants. Le patriotisme est une force qui s’est édifiée sur une dynamique fraternelle, où l’engagement collectif a primé sur les peurs personnelles. Aujourd’hui, les conflits et tyrannies ont quitté nos terres mais continuent de menacer des millions de misérables, notre passé devrait nous élever au rang des indignés, il semble que nous l’avons oublié.

Une génération meurtrie a bouleversé la société au lendemain des conflits qui ont ravagé l’Europe. Nos pays se sont relevés par la démocratie et par le développement économique à un rythme inégalé depuis lors. Les enfants de survivants ont grandi dans un modèle de prospérité paisible et durable, l’éducation s’est démocratisé, l’accès aux innovations et à la propriété s’est étendu. Puis vint la stagnation, d’abord brutale puis banalisée, elle s’est traduit par un sentiment de déclin pour certain, de fatalité pour d’autres. L’espoir d’un avenir meilleur s’est épuisé au fur et à mesure qu’une nouvelle génération prenait place dans les écoles françaises. Celle qui s’intègre comme elle peut, et qui peine à faire valoir son droit au travail, au logement digne et à l’accès au capital. Malgré tout elle grandi, inéluctablement, faisant d’elle une génération résolument optimiste face à des parents nostalgiques et craintifs. Mais la sagesse humaniste et la puissance des convictions pacifistes, qui se sont entretenues par le témoignage des survivants de la guerre, s’évaporent avec le temps, faisant baisser la garde face à la fragilité de la paix. La responsabilité de notre nations a été minimisée lors de notre éducation concernant la colonisation, la Shoa, la guerre du Vietnam ou encore la guerre d’indépendance de l’Algérie. De ce fait, les nouvelles générations oublient, négligent et bannissent de leur mémoire ce qu’ont été ces violences, ce qu’elles ont impliqués, et ce que les victimes ont enduré.

Aujourd’hui, les conflits sont ailleurs. Notre sensibilité à la guerre se cantonne à quelques témoignages choquants rapportés par les rares journalistes qui s’y aventure ou quelques militaires de retour de mission, bridés par le remord et pressés d’oublier. La pauvreté hors de nos frontières est invisible à nos yeux, nous la négligeons tout autant que celle qui habite nos villes et qui déstabilise l’équilibre sociale sans que nous la combattions. Ces misères-là n’existent plus dans notre imaginaire crédule. C’est une tout autre souffrance que nous nous représentons, celle-ci se nourrit d’angoisse au milieu du superflu. De cette indifférence, nos âmes patriotes se chargent de haine contre une population dont nous ignorons tout. Nous nous revendiquons victime d’un fléau que nous ne savons définir, ni même ne savons mesurer l’ampleur. Mais les certitudes se forgent dans l’esprit des naïfs, les préjugés dominent sur les vérités invisibles. Nous accusons l’islam sans écouter nos nombreux compatriotes musulmans, omettant de penser qu’il ne s’agit pas d’un choc des civilisations mais tout simplement que cela se résume à un combat ordinaire entre tyrans sanguinaires malades d’un fanatisme violent, assoiffés de pouvoir comme l’Histoire de l’humanité en a tant connu, notamment sur nos terre, même là où on ne l’attendait pas. La religion n’est qu’une arme idéologique, une propagande puissante, un outil d’unification, une force de rassemblement, indispensable à la guerre et insiste au martyr. La cause de ces maux n’est pas l’islam mais bien ces hommes et femmes qui la manipulent, tous nés d’un passé complexe où l’Occident a sa part de responsabilité. Ils sont motivés par un sentiment de vengeance ou par un besoin d’existence, propre à chaque individu désespéré, à toute jeunesse dépourvu d’avenir. De notre inquiétude ingénue naît un sentiment de vulnérabilité, d’abandon même de ceux qui sont mandatés pour nous protéger, nous rassurer, nous épargner de cette angoisse qui noircit notre paisible France.

Les lacunes regrettables de notre éducation ne doivent pas justifier cette affligeante résignation. Celle qui consiste à laisser périr des peuples agonisants aux abords de nos rives, au titre d’un doute sur la soutenabilité de notre économie ou pire, sur leurs supposées intentions sous-jacentes de venir nous envahir et nous terroriser. Ou même du fait d’une impression vague que notre équilibre socio-culturel est en danger, sans pour autant prendre la peine d’imaginer le transformer pour s’adapter à une mondialisation incontournable. N’est-ce pas exagéré de regarder crever ces enfants innocents sur ces berges rocailleuses, parce que nos calculs incomplets et nos jugements hâtifs nous laissent le droit de vaciller ? Aurions-nous cette hésitation indécente si ces enfants étaient les nôtres ou ceux de nos semblables ? Resterions-nous passifs si cette campagne hongroise était le jardin où nous jouions gamin ou si cette Mer Egée était le court d’eau où nous flânons le soir avant d’aller dîner ? Notre solidarité se limite à notre champ de vision, elle est égocentrée et intéressée, alors que nous la brandissons comme une valeur maitresse de notre République. En ayant ce comportement porté par la méfiance, nous sommes complices de leur désillusion, nous fortifions l’impasse, nous les abandonnons, lâchement, à quelques lieux des bombes, au milieu du chao où l’injustice commande.

Nous nous vantons d’être un grand pays, où les valeurs surpassent les clivages individuels. Mais cette France que l’on aime tant glorifier ne méritera plus sa stature si nous fermons nos portes et si nous laissons la misère du monde perdurer sans y faire attention. Ce qui fait la beauté de notre Histoire a été de sortir plus fort des horreurs du passé, subies ou engendrées, en consolidant notre système politique et juridique sous l’exigence de valeurs humanistes. Il est aujourd’hui de notre devoir de répondre dignement à cet appel insoutenable crié par des populations mourantes, de sociétés agonisantes, au nom de nos valeurs, telles que l’on se les approprie si fièrement. Les solutions sont complexes mais pas inexistantes, nos moyens sont limités mais loin d’être inutiles. Ce qui est certain avec cette géopolitique aux évolutions indécises, c’est que sans volonté, sans recherche, sans curiosité, sans acharnement et sans obstination, rien n’aboutira, rien ne progressera. C’est la base de tout effort, la condition absolue de toute réussite. Il convient de réaliser l’ampleur de l’urgence, de saisir toutes les opportunités qui s’offrent à nous pour venir en aide à ces régions et à ses habitants, de chercher inlassablement des solutions et d’encourager encore et toujours ceux et celles qui œuvres chaque jour pour sortir de l’impasse. Nous devons soutenir de façon constructive les efforts de progression, plutôt que de perdre de l’énergie à manifester nos angoisses et à souiller le débat d’insolences inutiles.

Ne soyons pas stupides, ces personnes marchant depuis des semaines ne viennent pas balayer la France avec des idées maléfiques. Ces gens fuient la guerre, la misère ou la peur. Ils n’ont besoins que d’une chose : la sécurité. La liberté est derrière eux, dans leur pays d’origine, l’Europe n’est une terre refuge où la survie semble possible. Ils la jointe pour attendre, dans l’espoir de repartir et de tout reconstruire. Ce ne sont pas des assoiffés de liberté ou de prospérité qui viendraient saper nos cultures et voler nos emplois. Non, ces familles fuient, sans savoir où elles vont, en espérant seulement que sa terre d’origine ne s’écroulera pas dans l’oubli, dans l’espoir d’y retourner un jour, reconstruire ce que le fanatisme et la corruption a détruit, au Moyen-Orient et en Afrique.

Croire que l’isolement et le déni nous épargnera des conflits de l’extérieur est d’abord profondément égoïste et assurément illusoire. Accueillir, intégrer, aider au développement, contenir la violence, instaurer la stabilité politique, solidifier les bases juridiques, tels sont les besoins auxquels l’Europe peut subvenir, à l’intérieur comme à l’extérieure de ses frontières. Participer à ce sauvetage nécessaire nous rendra fier, cette fierté d’être ce qu’on est, celle que tout homme aime tant sentir, c'est-à-dire porter des valeurs partagées au sein d’une communauté solidaire. Au contraire, laisser une génération à l’abandon dans ces régions, où la misère et la peur dominent, tachera à jamais notre Histoire, notre patrie et nos idéaux insincères. Les victimes de ces tueries, que la faim, les armes et l’humiliation massacrent aujourd’hui et maintenant, nous percevront longuement comme des bêtes immorales et définitivement turpides. Quel droit aurons-nous alors de scander des slogans républicains si notre si belle République est incapable d’être solidaire ? La honte nous hantera tant que la mémoire vivra. Ces hommes et femmes grandiront et se souviendront, nous accuseront à juste titre dès qu’ils retrouveront la force de s’indigner devant tant de mépris et de lâcheté. La France, mère de l’Europe et fille de nos comportements, doit sacrifier ses peurs au profit de son honneur qui fait qu’on la respecte au-delà de ses frontières. Accueillir ces réfugiés, c’est prouver aux régimes de Bachar Al-Assad, d’Erdogan, de Boko Haram, d’AQMI, d’Al-Qaïda, de Daech, de Poutine ou de Ryad que les européens vivent dans un territoire de paix et de démocratie qui a été conquis et qui le restera.

On peut se sentir impuissant face aux complexités du monde, aux tragédies insensées et aux conflits interminables. La force diplomatique et militaire de la France et de ses alliés a les moyens d’influencer l’avenir de ces populations déracinées. Leurs choix doivent être collectifs, raisonnés, encouragés et surveillés, leurs ampleurs réalistes et leurs conséquences anticipées. Mais ces actions sensibles sont du ressort d’une minorité compétente que la majorité a le droit de contrôler ou de critiquer sans être en mesure de dicter. En l’occurrence, la société civile, cette masse puissante et sous-exploitée a un pouvoir inéluctable de solidarité concrète. Il ne s’agit pas d’attendre la décision toujours tardive de politiciens cernés par des contraintes propres à leurs fonctions, et sur lequel il serait trop tentant de faire porter toute responsabilité d’échec. Non, il s’agit de s’organiser efficacement et spontanément pour venir compléter les actions extérieures de nos forces multinationales. Nos sociétés doivent d’abord s’obstiner à accuser, condamner, démolir et anéantir ces tyrans et leurs idées macabres, une condition sine qua non pour qu’un chemin vers la paix et la stabilité politique puisse se redessiner dans ces régions dévastées. Nous pouvons aussi aménager l’accueil temporaire de réfugiés menacés, en leur offrant un toit, une activité, une scolarité, le temps d’un instant, d’un moment de répit qui a l’allure d’un triste fantasme dans les pensées ternes de ces migrants ruinés. Nous pouvons soutenir financièrement, physiquement ou même moralement l’action d’organismes humanitaires qui œuvrent sur le terrain pour limiter les pertes, contenir l’exil et aider au développement à la suite d’un désastre. Nous pouvons investir intelligemment dans des régions isolées où le micro-crédit suffit à redynamiser une économie locale. Nous pouvons partager nos technologies les plus simples comme les plus avancées. Nous pouvons apporter notre expérience et nos compétences à la construction de systèmes politiques et juridiques solides et protecteurs, tout en respectant les traditions et les valeurs qui font la richesse de ces cultures.

La connaissance est la pièce critique d’un combat nécessaire face aux bouleversements d’ici et d’ailleurs. Efforçons-nous de comprendre et obstinons-nous de chercher inlassablement des solutions afin de rester ceux que nous prétendons être, des individus fiers au sein d’une République revitalisée, au service de peuples épuisés par la domination des armes sur les besoins de liberté. La France est belle lorsqu’elle est ambitieuse, c’est aujourd’hui à elle, avec ses partenaires européens, de porter haut l’espoir d’un retour de la paix dans ces régions dévastées. Notre Histoire nous enseigne à quel point c’est à elle que nous devons l’envie de vivre et de donner la vie. Faisons appel à notre mémoire pour enrichir nos actions, et ainsi laisser place à la reconstruction.


Moyenne des avis sur cet article :  3.95/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • placide21 19 février 17:06

    La charité pour les migrants c’est la misère pour nos enfants.


    • Jade4230 Jade4230 19 février 17:14

      @placide21

      Scuse petit smartie, je peux pas donner à tous les miséreux en même temps, et y’a pas qu’AV dans la vie

      Tu disais ?


    • parlons-en parlons-en 19 février 23:27

      @placide21
      La complicité d’un crime contre l’humanité, c’est la honte pour nos enfants. Lequel choisissez-vous ?


    • WakeUp 20 février 20:03

      @parlons-en
      Sans être d’accord avec placide, si vous hésitez entre la honte et la misère, c’est que vous n’avez jamais réfléchis à la question, ou bien que vous êtes un clone de BHL.


    • non667 19 février 17:37

      caïn protégeait les terres qu’il avait cultivé
      abel défendait ses grasses prairies contre l’invasion les troupeaux « étrangers »
      si des contrats claniques ,tribaux,familiaux implicites permettaient des échanges et de vivre en paix
      il n’en était pas de même avec les autres tributs ou c’était les rapport de force qui s’imposaient (guerres ) !

      l’expérience a donné naissance a un proverbe musulman « si tu fait rentrer un mendiant dans ta maison ,il prendra et ta femme et ta maison »

      les lois antidémocratiques gayssot et la censure d’a.v. m’empêchent de développer !


      • parlons-en parlons-en 19 février 23:30

        @non667
        En l’occurrence ces migrants ne viennent pas nous faire la guerre. Se défendre contre l’ennemi est indispensable, mais vous voyez ces gens comme des ennemis alors qu’ils ne cherchent qu’à se mettre en sécurité. Mais bien sûr j’imagine que vous n’avez jamais discuté avec l’un d’entre, vous ne faites que recenser les faits divers qui lient les migrants comme à Cologne, à Calais ou ailleurs, ça manque de pertinence...


      • César Castique César Castique 20 février 00:50

        @parlons-en


        « ...mais vous voyez ces gens comme des ennemis alors qu’ils ne cherchent qu’à se mettre en sécurité. »


        Je ne connais pas non667, mais je ne crois pas qu’ils voient ces gens comme des ennemis, simplement comme des intrus, des fâcheux, des surnuméraires, qui devraient, avec l’aide d’organisations internationales, se diriger vers des zones de la planète où il y a non seulement de la place, mais aussi du travail.


        Ici, il n’y a ni l’une ni l’autre. Le bétonnage de notre péninsule devrait déjà être sévèrement encadré. Quant au travail, il n’est plus guère proposé que par des Allemands, ayant d’ores et déjà opté pour le Grand Remplacement d’Européens orientaux à 4 euros de l’heure, par des proches- et moyens-orientaux à 2 euros 50. 


        C’est leur façon à eux de se laver du péché originel hitlérien, tout en mettant un confortable supplément de marge entre leurs producteurs de lait et de viande, et ceux de l’ouest du continent, dont les Français évidemment.


        « ...que vous n’avez jamais discuté avec l’un d’entre... »


        Moi, je ne l’ai jamais fait, Je n’ai jamais eu l’occasion d’en rencontrer, et je n’ai pas l’intention de le faire. Aussi pathétique - au sens propre du terme -, que soit non odyssée, je n’aurais aucune raison d’en étendre, avec pertinence - le terme est de vous - le bénéfice à deux, trois ou quatre millions de ses semblables


      • parlons-en parlons-en 20 février 01:21

        @César Castique
        Certes, nous ne les avons pas invité. Néanmoins, quelles sont les solutions ? En attendant que la paix revienne, de ce qui est des réfugiés de guerre, il y a la solution de l’organisation d’un territoire refuge (c’est ce que l’Allemagne cherche à faire en Turquie), ou l’accueil temporaire sur nos terres. De ce qui est des migrants économique, il y a la solution de les aider à se développer dans un cadre juridique et commerciale juste. Dans les deux cas, nous avons les moyens d’agir (appelez ça du néocolonialisme si ça vous chante, si ça peut aider des sociétés à sortir de la misère ça ne semble pas complètement idiot). Je ne demande pas à tous les français de prendre une famille chez lui (même si ça aiderait beaucoup), mais simplement de comprendre la détresse de ces populations et d’encourager la recherche de solutions. Aujourd’hui il y a un sentiment grandissant de fermeture, de rejet, de désintérêt même pour ces problèmes d’ailleurs qui frappent à nos portes. Il faut simplement arrêter de regarder son nombril en croyant qu’on sera épargné et que la passivité ne nous affectera pas à long terme, mais plutôt se mobiliser pour trouver des solutions. Individuellement, il y a le dont aux organisations humanitaires, la mise en place de centres d’accueil de petite taille gérés à l’échelle locale, le bénévolat. Collectivement, il y a l’aide au développement, l’intervention militaire, la sécurisation de lieux de refuge, la mise en pratique de processus de paix, le désarmement, la pression commerciale, etc. Le tout est de se fixer des objectifs clairs liés au développement démocratique et au désarmement pour éradiquer la haine et la corruption.
        C’est un problème majeur qui va occuper nos 10 prochaines années (peut-être sous la forme d’une troisième guerre mondiale), en tout cas ça ne sert à rien de tourner le dos à ces évènements, au risque de sombrer dans le conflit à notre tour.


      • leypanou 19 février 19:29

        Accueillir ces réfugiés, c’est prouver aux régimes de Bachar Al-Assad, d’Erdogan, de Boko Haram, d’AQMI, d’Al-Qaïda, de Daech, de Poutine ou de Ryad que les européens vivent dans un territoire de paix et de démocratie qui a été conquis et qui le restera. : propos de quelqu’un qui n’a pas compris grand-chose à ce qui se passe au Moyen-Orient et qui confond tout.

        Combien de réfugiés syriens y avait-il avant la « révolution » de 2011 ?


        • parlons-en parlons-en 19 février 23:24

          @leypanou
          Il y en avait très peu, et d’ailleurs certains réfugiés viennent d’Irak et d’Afghanistan, des pays qui sont en guerre depuis bien plus longtemps. Quel rapport avec le sujet de l’article ?


        • leypanou 19 février 23:55

          @parlons-en
          Lisez çà  ; au moins, vous auriez appris quelque chose quand vous l’auriez lu.


        • parlons-en parlons-en 20 février 01:06

          @leypanou
          Encore et toujours ces soupçons de complots mondiale contre la démocratie et le peuple naïf. Que les chrétiens fassent pression pour victimiser leurs partenaires de culte syriens afin de les aider à les sortir de ce chao, c’est normal. Que le gouvernement français insiste sur les dommages causés par la guerre en Syrie pour justifier des interventions aériennes, c’est normal. Que les riches pétroliers du Golf cachent leur soutiens à des branches djihadistes par peur de faire perdre aux royaumes les partenariats commerciaux avec les pays occidentaux, c’est logique de leur part. Que les médias relaient des informations fausses sur la situation en Syrie et en Irak, ce n’est pas pour enfumer tout le monde dans le but de défendre tel ou tel belligérant , c’est juste qu’ils n’ont pas accès aux informations, et qu’il faut bien assurer un fil d’actualité donc ils prennent ce qu’ils ont. Si certains le font, comme Valeur Actuelle, c’est aussi leur droit, il faut pas être trop naïf en les lisant c’est tout (chacun défend ses idées).
          Maintenant que vous pensiez que le système politique et médiatique est un immense machine à mensonge dans le but de servir les intérêts de certains, vous êtes complètement à côté de la plaque. C’est parfois beaucoup moins compliqué que vous avez l’air de le croire. Quelqu’un qui publie une photo qui date de plusieurs mois d’un enfant déchiqueté pour accuser les bombardiers russes, ce n’est peut-être pas révélateur des conséquences précises de ces bombardement, mais cet enfant ne s’est pas ouvert le ventre tout seul.
          Je n’ai jamais compris ce que cherchait les conspirationnistes qui contre-disent les informations de presse. C’est important d’appliquer des filtres et d’alerter la population quand les informations sont fausses. Mais accuser les médias d’enfumer tout le monde sans chercher à comprendre vraiment ce qui se passe en Syrie ou ailleurs est totalement inutile. Les photos d’Alep, de Homs, de Kobané ou d’ailleurs ne viennent pas toutes de photoshop, les chars russes envoyés en Syrie n’ont pas été pris en photo en Afghanistan il y a 30 ans, les migrants noyés en méditerranées n’ont pas été pris en photo par des agents de la DGSE. Les forces en présence cherchent à contrôler l’information pour qu’elle joue en faveur de leurs intérêts, ce n’est pas une surprise puisque c’est ce qui se passe lors de chaque conflit. Mais accuser à tort et à travers tout le système médiatique d’un quelconque complot généraliser est non seulement complètement aberrant mais surtout profondément stupide. En faisant cela, vous discréditez les journalistes qui risquent leur vie pour tenter de rapporter de précieuses informations. Alors si vous n’êtes pas satisfait de leur travail, allez-y à leur place, vous vous rendrez vite compte que la Syrie est bien en guerre et que les migrants ont toutes les raison de venir se réfugier en Europe.


        • leypanou 20 février 08:59

          @parlons-en

          Que les médias relaient des informations fausses sur la situation en Syrie et en Irak, ce n’est pas pour enfumer tout le monde dans le but de défendre tel ou tel belligérant , : je ne sais pas quel âge vous avez pour avoir autant de naïveté, à moins que ...
          Le mensonge est classique dans les médias et ce n’est pas par manque d’accès aux informations, mais par volonté de tromper. L’affaire des couveuses du Koweit -où une pourriture manipulatrice prétendait que Saddam Hussein a fait débrancher des couveuses avec des bébés koweitiens-vous rafraîchira la mémoire et ce sera ma dernière intervention sur ce fil.


        • Phalanx Phalanx 19 février 22:42

          Cher auteur,


          Votre logiciel mental est profondemment corrompu par la propagande mondialiste.

          Le premier devoir d’un peuple c’est de se proteger.

          Cette guerre, c’est notre système politicomédiatique qui l’a voulu, soutenu, organisé.

          Ces « migrants », c’est notre système politicomédiatique qui les ont appellés, qui leur ont dit de se jeter à l’eau. 

          Cette destruction des nations européennens (comme si elles avaient le monopole du sang dans l’Histoire) et de leur peuple, c’est notre politicomédiatique qui le veut. 

          Votre article..... c’est une bible pour notre système potlicomédiatuque.

          Vous enfiler des questions naives, dans votre article. Il serait temps de commencer à vous poser les bonnes.



          • parlons-en parlons-en 19 février 23:22

            @Phalanx
            Il est facile de mettre en cause un système omniscient et impalpable. Les causes de ces guerres sont éminemment complexes, elles sont le résultats de très nombreux événements d’échelles locales ou globales. Même les meilleurs historiens auraient du mal à tous les synthétiser (alors encore moins vous).

            L’Europe a sa part de responsabilité, bien sûr. Mais je ne vous parle pas de ce que nous avons fait, mais de ce que nous devons ou ne devons pas faire. C’est simple de rester dans son fauteuil à regarder les autres crever devant sa porte, et le jour où il vous arrivera de quitter votre ville parce qu’elle vient de se faire bombarder par des forces totalement extérieurs à votre vie, vous serez bien content que la région ou le pays voisin vous accueille et vous nourrisse. Si ces derniers vous laissent agoniser devant leurs yeux indifférents, imaginez la rage que vous ressentirez envers eux, vous les accuserez d’être en partie responsables de vos souffrances. Et c’est justement ce que je dis dans cet article, cette souffrance, comme nous l’avons oublié, nous est indifférente. Aujourd’hui vous êtes celui qui regarde tranquillement d’autres hommes crever comme des animaux, c’est l’attitude d’un monstre, et vous semblez l’accepter. Permettez-moi de trouver cela indigne.

            Ne me posant pas les bonnes questions, essayons celle-ci : Lorsque vos petits-enfants étudirons les années 2010 et se demanderont pourquoi l’Europe a laissé mourir 4000 personnes par an en Méditerranée, que lui répondriez-vous ?

          • Phalanx Phalanx 20 février 15:34

            Vos petits enfants étudieront (peut être, si il reste un système éducatif) le génocide des indigènes européens.


            Moi, je suis un monstre nationaliste des heures les plus sombres du précapitalisme. C’est à dire :

            • Je ne soutiens pas les guerres d’ingérence (Irak, Libye, Syrie). Contrairement à vos amis.
            • Si toutefois une guerre arrive (je n’aurais rien à voir la dedans) et si mes economies le permettent, je crée des camps de réfugiés sécurisé, ou les vrais déplacés de guerre (pas les migrants économiques) peuvent être protégés. Parce que quand meme, au fond, je suis un gentil.
            • Je dis aux migrants que ce n’est même pas la peine de réver forcer l’entrée de mon pays. Comme ça, personne ne se jette à l’eau de Turquie (zone sure), personne ne se noie en méditerranée.
            Vous, vous soutenez les guerres (pour apporter vos lumières humanistes bien sur), invitez les gens a se jetter à l’eau, mettez en place une opération de diversification ethnique de mon peuple (qui nous mènera à la guerre civile).... et ensuite vous venez me donner des leçons de moral ? 

            Mais vous vous rendez compte de ce que vous êtes ? 
             


            • WakeUp 20 février 20:15

              Je suis contre la guerre, et je hais ceux qui l’ont soutenue et la soutienne. Et par conséquent je m’estime légitime à être contre l’accueil massif de migrants, essentiellement des jeunes hommes (j’accueillerai plus volontiers les vieillards par exemples).

              Et je constate que souvent ceux qui sont pour l’accueil des migrants, ont soutenu les interventions occidentales, ou alors tournent autour du pot lorsque l’on pose la question.
              Rassurez-moi, vous condamnez bien sûr les interventions en Afghanistan, en Irak, en Lybie et en Syrie ?

              Quant à trouver une solution... j’ai envie de dire que lorsque vous avez sauté de l’immeuble et que le sol se rapproche, il n’y a plus de solution. Il ne fallait pas sauter.
              => Il ne fallait pas détruire le pays de ces gens, il ne fallait pas prétendre les libérer en les tuant, ou prétendre leur apporter la démocratie. Ils ne nous avaient rien fait.
              Maintenant, je le répète, je n’ai pas à payer les conséquences des abrutis va-t-en guerre. Je ne vois pas pourquoi leurs idioties devraient me faire accepter une baisse du niveau de vie, un conflit communautaire, et un futur moins radieux pour mes descendants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

parlons-en

parlons-en
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès