Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La profitabilité à tout prix

La profitabilité à tout prix

Aujourd’hui, lorsque vous rencontrez un quidam, plutôt que de lui demander l’heure, de lui parler du temps qu’il fait, voire même de ce qu’il fait, vous pourriez lui poser crûment la question. « Bonjour ! ça va ? Quelle est votre profitabilité ? »

Vous auriez un comportement très à la mode chez les financiers. Pour un État, cela signifie : « Êtes-vous AAA ? Mon cher ! » (S’il dit non, il n’est plus votre cher, c’est vous qui devenez très cher pour lui.)

De même avec les aides sociales. Celles-ci ne seront plus données de droit, conformément à l’état de droit social sur les bases du CNR, mais sont considérées comme un octroi, que l’on accorde, ou non, selon la profitabilité de l’individu.

Les droits sociaux ne seraient plus constitutifs des droits de l’homme, mais un droit relatif, selon le retour sur investissement que celui qui accorde le droit compte faire. Comme un banquier qui évalue le prêt à l’aune de la richesse de l’emprunteur. Oui, nous sommes bien gouvernés par des banquiers.

À l’aune de cette vision nouvelle de la société, il est normal qu’il y ait plus d’hôpitaux, mieux dotés, dans les zones riches que les zones pauvres. De même, il est inutile de gaspiller l’argent en construisant des routes, infrastructures, dans les zones pauvres, car les profits dégagés seront trop faibles. Quant aux écoles, il ne faut surtout pas favoriser ces zones, car cela serait former des gens non pas pour qu’ils créent du profit (comme producteurs et consommateurs), mais former des gens qui réfléchissent sur la société. Des futurs rebelles en somme.

Telle est la vision libérale. Quant à la démocratie, c’est la même chose. Que l’Allemagne soit un pays aux règles fortement démocratiques, avec une constitution garantissant les droits des citoyens est normal. Ils sont AAA !

Que les peuples de la Grèce, ou de l’Italie, veuille avoir un avis sur les mesures restrictives antisociales qui sont mises en place, il n’en est pas question. Ces pays, n’étant plus solvables, n’ont pas à avoir d’avis sur leur destin. Ils doivent obéir au créancier. Point final.

Comme les banques pratiquent l’usure sur ces pays, le Merkoland pratique la démocratie à géométrie variable. Et le but est toujours le même : rien ne sert d’aider une entité dont la profitabilité, donc le retour sur investissement, sera trop faible.

Aujourd’hui les pauvres meurent dans les rues et les associations qui pourraient les aider voient leurs budgets anéantis. Les pays pauvres sont au bord du gouffre, et on leur demande des efforts impossibles à tenir. La logique est la même.

Le système capitaliste libéral est en train de devenir un système total-libéral. Tout ce qui n’entre pas dans la chaîne de la profitabilité doit être anéanti.

Le malade doit payer sa maladie (dont il n’est pas responsable, rappelons le), le retraité est indésirable, le pauvre doit être taxé (de 5,5 à 7 % : ce n’est qu’un début), le chômeur en fin de droit est soumis au service du travail obligatoire. Les victimes de la crise sont culpabilisées, alors que les vrais responsables, conscients de ce qu’ils font, continuent de maximiser leurs gains.

Cette négation implicite des droits de l’homme, car le droit à une vie digne est le premier droit de l’homme, sans laquelle son libre-arbitre de citoyen n’a pas de sens et ne peut pas s’exprimer, ce remplacement des camps (qui existent cependant pour les sans-papiers (camps de rétention administrative, quel joli mot !)) par la rue ne doit pas nous cacher en quoi cette société contient en germe ce qui a déjà été le pire de l’Europe. À partir du moment où la vie n’a pas de valeur en soi, mais est évaluée par l’économie, le pauvre ne valant rien, c’est bien un élément du totalitarisme qui se met en place. Lorsque par ailleurs la démocratie est systématiquement bafouée, que ce soit par la commission ou les gouvernements eux-mêmes, nous pouvons dire que nous entrons dans une autre phase, dans une autre structure étatique, ou pan-étatique, qui ressemble à un fascisme soft. On ne tue pas les indésirables, on les laisse simplement mourir. On n’empêche pas l’expression, on la rend inutile.

En ce sens, le mouvement des indignés constitue une sorte de rappel. Nous avons encore des droits, il faut nous en servir tant que tout n’aura pas été détruit. C’est peut-être même notre dernière chance avant le grand effondrement. Que le peuple se soulève contre l’oligarchie, la ploutocratie, qui se transforme en thanatocratie.

Rien ne peut empêcher un peuple qui veut vraiment se libérer de le faire. Reste à savoir s’il le veut encore, ou s’il préfère aimer le censeur* jusqu’à la mort.

La passion de liberté l’emportera-t-elle sur l’amour à mort du censeur ?

_______________

* : pourquoi l’amour du censeur agit-elle contre soi ? Je crois que c’est un élément de la condition humaine, qui fait que l’on se trouve rassuré par un comportement aliéné. J’aime celui qui me nuit car en l’aimant, je pense diminuer sa haine, ses reproches, ou au moins je crois en atténuer la portée. Si je suis gentil avec le méchant, il aura de la compassion et sera moins méchant. Et pour être vraiment gentil avec lui, il faut l’aimer. Sauf que le méchant, étant méchant, n’a que faire de cette gentillesse. La seule chose qu’il comprend, c’est la force. La lâcheté, c’est être fort avec les faibles et faible avec les forts, le courage c’est l’inverse. Mais il faut davantage d’énergie pour cela, de remise en question et d’acceptation de l’incertitude (l’issue de la lutte est incertaine). En un sens, l’amour du censeur est une situation plus rassurante et confortable, jusqu’au moment de la désillusion. Mais bien souvent il est trop tard. C’est une des raisons qui à mes yeux fait que les pauvres votent Sarkozy.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • easy easy 21 novembre 2011 15:45

    La profitabilité, la bancabilité, la notation d’un individu est une vieille histoire (en précisant que la valeur ainsi considérée n’était pas toujours sa surface financière)

    Si les agences de notation avaient explicitement noté les consommateurs et sur leur seule surface financière, nous aurions pu trouver ça injuste (Bien que ce soit fait sous une forme plus ponctuelle chaque fois qu’on demande un crédit à notre banquier).

    Il se trouve que les agences de notation se sont cassé la tête pour évaluer plutôt les gros consommateurs d’argent. Est-ce injuste ?


    • Tout a fait d accord pour les nouvelles générations de citoyens comme de politiques au dents

      longues le bonjour et l’ amitié ont eéé remplacés par : c est quoi ton BOULOT tet POSTE et ca rapporte combien... BLING..BLING

      les politiques pourraient répondre.../ je suis un corrompu qui gagne bien et veut finir président blin-bling...


      • Richard Schneider Richard Schneider 21 novembre 2011 17:43

        à l’auteur :

        Très intéressant, cet article.Il démontre que « Le système capitaliste libéral est en train de devenir un système total-libéral. Tout ce qui n’entre pas dans la chaîne de la profitabilité doit être anéanti. »
        Je suis assez en accord avec cette analyse. Cependant, je pense que trop insister sur la psychologie individuelle du citoyen lambda d’un peuple en déshérence, c’est peut-être oublier que c’est parce que la collectivité se trouve en état de choc, pour reprendre l’expression de N.Klein, que les individus se tournent vers celui que vous appelez « le censeur ». 
        Les élections espagnoles en sont un bon exemple. Bien que nos médias, à part le JDD, n’aient guère parlé du fort taux d’abstention, c’est bien le peuple qui a voté en masse pour un bonhomme de la droite pur jus - qui fera une politique d’austérité pire que celle de Zapatero. Comment un nombre considérable d’électeurs, dont une très grande partie est dans des difficultés considérables (chômage, pauvreté etc ..), a-t-il pu voter ainsi, contre ses intérêts ? Uniquement en voulant sanctionner le PSEO ?
        Ce n’est pas en ajoutant un pauvre à un autre pauvre + x pauvres que l’on arrive à ce résultat. Mais c’est par imprégnation collective par les médias - essentiellement - que Bruxelles, les banques, les marchés ... etc ... ont réussi à distiller depuis des mois dans les cerveaux la peur, peur que si le PP n’est pas élu à une large majorité, l’avenir sera encore pire. La soumission dépasse l’individu ; elle est collective.
        Comme vous, je crois qu’à un moment donné arrivera la désillusion, c.à.d. le réveil ou la prise de conscience des classes populaires. Ce moment est assez imprévisible. Il peut être soudain, comme très éloigné.
        Juste encore un mot concernant votre conclusion- qu’en gros je partage. Mais ne pensez-vous pas que les pauvres, en France, votent aussi pour la droite (FN ou UMP), parce que la gauche les a oubliés ?

        • Jean 21 novembre 2011 21:02
          « Lorsque par ailleurs la démocratie est systématiquement bafouée, que ce soit par la commission ou les gouvernements eux-mêmes... »

          Gauche, droite ? gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite, gauche, droite, gauche, ....
          Une, deux, une, deux, une, deux, une, deux, ....

          Démocratie, pas de pouvoir perso. pas de lobbies qui dirigent ; impôts -30%, dépenses -30%, endettement -50%, choisissez !

          http://www.democratiedirecte.fr/

          http://www.dailymotion.com/video/xl...

          http://www.dailymotion.com/video/xi...

          Manifestement un nouveau parti sans étiquette à voir...http://www.lepf.fr/


          • Jason Jason 22 novembre 2011 10:03

            Bien vu.

            Un détail ou deux cependant. La profitabilité au sens économique, présuppose des unités de compte. La profitabilité des administrations et services de ’l’Etat n’est pas mesurable, aujourd’hui du moins.

            L’attribution de notations par les bien nommées agences est basée sur une évaluation purement fantaisiste et vise à accroître les gains des investisseurs. 

            Car, dans un emprunt à 10 ou 20 ans, qui peut prévoir la solvabilité d’un Etat dans cette époque éloignée ?

            Or, les taux sont fixés aujourd’hui pour un remboursement dans 20 ans. Quelle escroquerie !!!!


            • ARTEMIS ARTEMIS 19 décembre 2011 05:36

              bonjour et merci à l’auteur
              Force est de constater que notre démocratie devient une coquille vide.
              Le véritable pouvoir est celui de l’argent ... nos politiques qu’ils soient de gauche ou de droite n’ont que le pouvoir de gérer la pénurie.
              Notre système est à bout de souffle et c’est le peuple qui est victime d’une mondialisation que je qualifierai de« folle . »
              Dans ce système j’irai plus loin que l’auteur car j’ajouterai que la vie n’a aucune valeur et lorsqu’elle devient « une charge » pour la collectivité elle devient indésirable...
              Il devient urgent d’arrêter cette folle machine qui nous entraine dans le mur .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès