Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Société > La prostitution, marchandisation du corps ou service d’intérêt public (...)

La prostitution, marchandisation du corps ou service d’intérêt public ?

Le recours aux prostituées est un ersatz, un succédané de sexualité pour ceux qui ne peuvent avoir d’autre type de relation sexuelle avec une femme, car ils sont trop laids, trop stupides, trop timides ou trop égoïstes pour tenter une autre forme de relation. La prostitution est aussi délétère pour ceux qui ne voient en ces femmes qu’un moyen de se vider les glandes sans état d’âme et pour qui ces filles ne sont rien d’autre que des objets et des machines à jouir. Mais pour ceux qui ont toujours la capacité de séduire des femmes dites normales, mais qui se satisfont en parallèle des relations tarifées, les prostituées peuvent être de petites reines, des femmes émouvantes dignes d’intérêt, bien plus que les petites bourgeoises qui se dandinent en provoquant du bout des fesses, se la jouent canaille ou qui écartent les cuisses tout en pensant à leur chef de bureau, à leur loyer ou à leurs copines de soldes. Celui qui méprise les putes ne sait pas à côté de qui il passe et traduit par son dédain une piètre image de lui-même. Les prostituées que l’on rencontre sous toutes les latitudes peuvent se révéler comme des personnes respectables et dignes de considération quand on apprend à les connaître. Celui qui a la chance, l’intelligence ou l’intuition de passer plus de temps à discuter, à les regarder vivre plutôt que de baiser et remonter illico son pantalon après l’acte découvrira parmi les filles réprouvées et montrées du doigt des personnalités nettement plus intéressantes et attachantes que ces pseudos bourgeoises constipées qui vont les snober et quelquefois leur faire dépenser nettement plus qu’une professionnelle. L’homme devrait garder à l’esprit que ce sont toujours les femmes qui ne demandent rien qui coûtent le plus cher. Il faut cependant admettre que la relation humaine sera faible avec une fille pratiquant l’abattage, la pipe au bois ou montant avec le client montre en main dans un hôtel borgne en enlevant juste le bas. Mais dès que le temps n’est pas uniquement limité à celui de la passe, comme c’est le cas pour certaines call-girls ou les filles de bars des régions tropicales qui ont le temps de boire des bières et de rester la nuit, l’homme esseulé va découvrir un autre monde. Un monde où il ne faut pas rêver, ni chercher le grand amour, mais tout simplement une relation humaine non polluée par l’argent dépensé et accepté. Le paiement de l’acte sexuel est malheureusement trop souvent ressenti par le client comme une humiliation et une initiative avilissante dont il faut avoir honte, alors qu’il est capable sans sourcilier de rémunérer un Polonais ou un Pakistanais au noir pour lui poser ses papiers-peints ou lui biner son jardin. La prostitution est une sorte d’échange de bons procédés entre celui qui a et qui paye et celle qui a besoin et demande. Il faut se dire qu’au lieu d’offrir des fleurs on donne l’équivalent de celles-ci en numéraire et l’on a alors l’illusion passagère que le grand amour commence par un gros billet. Ce n’est donc pas la fille qui se dégrade en se prostituant, mais le client quand il se comporte mal avec elle. Et puis, un homme peut être gentil, apporter des toasts au lit à une fille qui s’y prélasse, payer un petit jouet à l’enfant d’une « pute », lui offrir un verre ou des fleurs un jour où elle a ses règles sans aller jusqu’à l’épouser ou vider pour elle son compte en banque en dépenses irraisonnées. On peut être à la fois attentionné et généreux sans se faire plumer et ratisser comme un cave. Il n’y a rien de déshonorant pour un homme à être pris pour un tiroir-caisse, encore faut-il que l’intéressée y mette la manière et de la bonne volonté sans dire « my money » en pleine réalisation de l’acte.

Une prostitution débarrassée du proxénétisme est possible. C’est l’interdiction et la répression qui crée ou du moins entretiennent la tutelle des maquereaux. Et plus la répression est grande, plus la clandestinité s’installe avec ses réseaux mafieux qui tiennent les filles en main. Le principal problème des états face à la prostitution n’est donc ni moral ni sanitaire, il est avant tout d’ordre fiscal. Comment encaisser des taxes sans tomber dans la répression et sans encourager les filières criminelles de domination. Si les prostituées pouvaient exercer en totale liberté, elles n’auraient pas besoin de souteneurs, tout juste d’agents de sécurité pour les protéger des sadiques, des malades mentaux et des détrousseurs. Un peu comme les boites de nuits utilisent des videurs déclarés et imposables. Il suffirait de réglementer cette nouvelle profession d’assistants techniques. Resterait le problème des mineur(e)s et de l’émigration illégale, mais il deviendrait marginal, surtout si les peines pour exploitation étaient sévères et exemplaires. Tant que la loi ne sera pas dissociée de la morale, les prostituées en feront les frais au nom d’un mélange d’hypocrisie et de pragmatisme qui veut cacher et officiellement interdire sans réellement supprimer. L’attitude prohibitionniste des états, même ceux qui se disent démocratiques comme la Suède est motivée par le désir de mettre la poussière sous le tapis et rien d’autre. Les Suédois en manque vont baiser en Finlande, dans les pays baltes ou dans les Eros Centers allemands ou tout simplement sur des bateaux off-shore. Une motivation plus récente vient des féministes absolues qui tentent de détruire toute forme de jouissance masculine par haine de la virilité et idéologie paritaire. La répression de la prostitution et non celle du proxénétisme entre dans la même ligne moralisatrice que celle du blasphème, de l’obscénité ou de l’injure. La prostitution regardée comme une transaction commerciale avec ses règles et sa tarification n’a rien de choquant. Pas plus que le travail à la mine ne l’est une fois assurée la sécurité physique et sanitaire des travailleurs du secteur.

Le recours à la prostitution pour femmes joue dans un tout autre registre. Les « clientes » sont encore plus discrètes que les hommes quand elles ont recours à des prestations sexuelles rémunérées. En dehors d’un nombre restreint de personnes aisées ayant passé la cinquantaine qui ont recours à des escort-boys, les femmes rechignent bien souvent à cet artifice. La mentalité féminine ne peut se satisfaire d’hommes qui feraient les chandelles au pied d’hôtel de passes et avec lesquels elles pourraient monter pour un petit coup rapide. Elles rêvent de galants chevaliers qui paieraient l’addition de façon ostentatoire, offriraient des fleurs et ouvriraient les portes avec déférence, même s’il fallait signer un chèque ou sortir sa carte de crédit en fin de prestation. Et enfin, la censure morale et religieuse qui s’est imposée durant des siècles réfrène l’expression du désir féminin ; le sentiment de honte et de ridicule empêche le corps de s’exprimer quand la séduction naturelle ne suffit plus et que la femme refuse de se contenter de rogatons sur le retour. Par contre, le tourisme sexuel pour femmes matures en région tropicale tend à se développer, quelquefois il s’agit d’amours de vacances, d’autres fois, la femme s’attache et c’est alors que les ennuis et les désillusions commencent. La Schengen face européenne, ou son équivalent américain, la Green Card face est pitoyable, quand abusée et sous le charme, elle ramène dans ses bagages un beau mâle qui ne rêve que cadeaux, visa et titre de séjour. Malgré tout, quel que soit le sexe, l’âge ou la nationalité des partenaires occasionnels ou constants, on peut toujours se poser la question de la sincérité de celui ou celle qui est en situation d’infériorité économique. Mais là, c’est une autre histoire, comme aurait dit Kipling.

En dehors de la pédophilie qui est devenue un délit même quand elle est pratiquée hors du pays d’origine du délinquant, le tourisme sexuel pose avant tout des problèmes d’ordre économique avant de se placer dans le registre moral. Notons cependant que les pays réputés faciles d’accès pour ce genre d’activité sont le plus souvent ceux où il existe déjà une prostitution réservée aux ressortissants nationaux qui ne se comportent guère mieux, sinon pire que les étrangers avec les prostituées. Mis à part quelques bars et clubs asiatiques ou africains qui attirent les étrangers et sont répertoriés dans les guides touristiques, l’immense majorité des lieux de prostitutions officiels ou clandestins sont fréquentés avant tout par des citoyens du pays. Les prostituées sont par contre quelquefois des ressortissantes de pays limitrophes encore plus pauvres ; ainsi les fameuses Ghanéennes, Dominicaines, Cambodgiennes et Birmanes qui essaiment dans toutes leurs sous-régions (beaucoup de Thaïlandaises ayant désormais tendance à migrer dans les salons de massage européens). La rémunération outremer d’un acte sexuel avec un partenaire majeur libre de son choix n’est donc pas plus choquante que dans le pays d’origine du touriste. La relation richesse/pauvreté existe ailleurs que dans le domaine sexuel tant dans les nations développées que dans les pays du Tiers-monde. Dénoncer alors l’injustice sociale uniquement au niveau sexuel tient de la plus haute hypocrisie. Combien d’expatriés ont à leur disposition du personnel domestique qu’ils ne pourraient se permettre s’ils étaient restés chez eux. Et même, s’ils rétribuent ce personnel au dessus du cours du marché, cela leur revient nettement moins cher qu’en Europe. On comprend mieux alors que dans le domaine du sexe commercial, la relation économique soit de même type. Certains moralistes s’offusquent de cette marchandisation du corps, mais ils oublient qu’en Europe, la tentation est aussi importante de vendre ses charmes même occasionnellement et en y mettant les formes avec des hommes ayant des moyens financiers. La prostitution tant masculine que féminine dans les pays pauvres diminuera sans disparaître quand la rémunération du travail et le pouvoir d’achat global de la population augmenteront et qu’il existera des débouchés professionnels attractifs pour les jeunes femmes non qualifiées. En attendant, continuons à les regarder comme les femmes honnêtes décrites par Nietzsche ; le plus souvent, elles le sont bien plus que nombre de celles que l’on dit irréprochables.



Sur le même thème

Football et prostitution : 3 ruts à 2
Le Débarquement, une invasion !?
Le vide masculin
Intensification de la prostitution rurale
Le rapport du CIDE sur les réseaux pédocriminels en France et ailleurs


Réactions à cet article

  • Par ROBERT GIL (---.---.---.190) 8 février 2012 11:01
    ROBERT GIL

    L’argent généré par la prostitution en France est évalué à plus de 3 milliards d’euros par an. Une prostituée rapporte en moyenne 120 000 euros par an, dont elle ne touchera que des clopinettes et quelques « raclées » en prime, car 80 % de tout ce qui touche au sexe est contrôlés par des organisations mafieuses.........
    http://2ccr.unblog.fr/2011/12/16/prostitution-alors-on-fait-quoi/

  • Par pepin2pomme (---.---.---.74) 8 février 2012 11:32

    Bravo à l’auteur de dénoncer l’hypocrisie des lois restrictives. Un encadrement et un assouplissement de l’exercice de cette profession, comme c’est le cas en Suisse, en Allemagne ou en Belgique serait bénéfique pour tous :
    - pour les péripatétitiennes. Dans une maison close, les sadiques et les pervers ne peuvent pas être aussi nocifs, puisque le lieu n’est pas désert, puisqu’il faut bien se présenter à une tierce personne quand on entre.
    - pour les clients, c’est l’assurance que les filles sont sous surveillance médicale, c’est la possiblilté (et même l’obligation) de prendre une douche en arrivant (et en partant ...)

    • Par Sabine (---.---.---.99) 8 février 2012 13:44
      Sabine

      @ pépin...

      « les filles »...« marrant » comme ce terme désigne généralement les prostituées...« les filles »...pas « les femmes » donc.... terme qui contient tout le mépris qu’on leur porte (tout en prétendant les défendre bien sûr).

    • Par sleeping-zombie (---.---.---.7) 9 février 2012 10:24

      L’article 16-1 en question

      Chacun a droit au respect de son corps.

      Le corps humain est inviolable.

      Le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial.

      Voilà, quel rapport avec la prostitution ?
      Le respect de son corps ? une notion indéfinie, malheureusement très fréquente en droit. Ce qui respectable pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre.
      Le caractère inviolable ? ça rejoint le respect, c’est juste une autre façon de parler de consentement, et le consentement, il n’a pas a être motivé.
      La question du droit patrimonial sur ses éléments ? on est plus dans le « t’as pas le droit de vendre ton rein », je ne pense pas que la notion de droit patrimonial s’applique à une prestation sexuelle.
      Bref, cet article n’a rien a voir la dedans.

      Ont-il une estime si basse d’eux qu’ils aient à payer pour assouvir leur besoin sexuel qu’il auto génère à base de pulsion ?
      Je comprends pas la question. Mais si c’est « est-ce que vous vous méprisez autant que je vous méprise ? » la réponse est probablement non. Il parait que les prostituées sont toutes sur-exploitées, mais curieusement, celle que je vois ont l’air bien plus épanouie que les caissières de supermarché. Ah, et il parait que aussi que 10% des femmes sont battues par leur conjoint. Alors non, j’ai pas honte.

      Mais de toute façon, que ce soit ici ou ailleurs, dès qu’on parle de prostitution, tout le monde a déjà son avis, tout le monde a à dire, et personne n’a a entendre.
      Pour faire une métaphore : il y a un gouffre entre les conditions de vie et de travail des employés de Google à Mountain View et celles des gosses qui fabrique des Nike à la chaine au Pakistan. Pourtant les deux sont des salariés.
      (et pour celles et ceux qui comprennent pas la métaphore, il y a un gouffre entre l’escort indépendante qui reçoit dans son appart bien tenu pour 150€ de l’heure, et la droguée-violée-exploitée-sujet-de-reportage-de-TF1-qui-officie-dans-un-lieu-glauque pour ...euh... sans doute moins.

      (Tout ça pour dire : tu peux LOLer la douche, mais ici a Mountain View, il y en a...)

      Cela répond-il à ta question ?

  • Par Sabine (---.---.---.99) 8 février 2012 13:54
    Sabine

    D’abord, cessons de réduire la prostitution à une « marchandisation des corps », expression qui dit que seul leur « corps » est concerné par ce qu’elles font ; l’homme est un et indivisible, il n’y a pas d’un côté « le corps » et de l’autre le reste, tout marche ensemble inextricablement.

    Ensuite, ceux qui mettent d’un côté les « honnêtes femmes » et de l’autre les autres en ne pouvant pas s’empêcher de mépriser ces dernières, ont une drôle de façon d’orienter leur mépris : il vise ces femmes et jamais ceux qui leur permettent de faire ce qu’elles font : leurs clients. C’est l’homme qui fait la prostituée.

    Enfin, à tous ceux qui ont plein de magnifiques arguments pour défendre la prostitution, une seule chose à leur dire : essayer d’imaginer ce que vous ressentiriez si votre femme, votre mère, votre fille s’y livrait. Bref, si vous étiez affectivement concerné. C’est tout.

    • Par Georges Yang (---.---.---.231) 8 février 2012 14:02

      Sabine

      Il existe beaucoup plus de « gens biens » qui ont une « pute » dans leur famille, ils en ont honte, mais qui est plus à blâmer, les hypocrites ou les prostituées ?

    • Par Sabine (---.---.---.99) 8 février 2012 14:30
      Sabine

      Georges, qui est le plus à blâmer ? Ces salauds d’hypocrites bien sûr (jamais je ne blâmerai les prostituées, jamais) parce que si c’est de la honte qu’ils éprouvent c’est que seul leur misérable petit amour-propre est blessé dans l’histoire. De toute façon on sait bien que l’amour ne court pas les rues de toutes les familles.

    • Par sleeping-zombie (---.---.---.7) 9 février 2012 10:32

      Hello Sabine,

      « Essayer d’imaginer si votre femme, votre fille etc.. »
      Argument malheureusement rebattu des centaines de fois, qui peut toujours être retourné.
      Pour citer Renaud, dans ce qui est pour moi sa plus belle chanson « les charognards » :

      « Et s’ils prenaient ta mère comme otage ou ton frère »
      Dit un père bérêt basque à un jeune blouson de cuir
      "Et si c’était ton fils qu’était couché par terre
      Le nez dans sa misère" répond le jeune pour finir

      Le contexte est différend, mais l’argument est le même. Si tu connais pas cette chanson, je t’invite chaudement à la trouver et l’écouter.

      Maintenant, puisque qu’on rentre dans les question de pure rhétorique :
      Et si tu arrivais à imaginer qu’on puisse ne pas considérer le sexe, et ce qui tourne autour, comme sacré ? La prostitution te semblerait-elle toujours aussi monstrueuse ?

    • Par Sabine (---.---.---.99) 9 février 2012 17:51
      Sabine

      Ceci n’était pas un argument mais une proposition, qui même si elle a été répétée 300 fois n’en est pas hors-jeu pour autant. C’est la seule réponse à opposer à tous les arguments des argumentateurs justement. Parce que voyez-vous quand on est concerné directement par quelque chose, on a un point de vue qui n’est pas celui, complètement théorique (et rhétorique justement), de ceux qui pensent de loin ou d’ailleurs. Aucun raisonnement ne peut tenir face à cette proposition (sauf si on tombe sur des cinglés bien sûr).

      Il n’y a rien de rhétorique mais tout de concret dans ma proposition, par contre dans les interprétations que vous en faites il y a a pas mal d’extrapolation, mais je ne suis pas tenue de les rectifier. Vous êtes libre de vos interprétations.

    • Par sleeping-zombie (---.---.---.110) 9 février 2012 21:05

      Soit, alors je te prend au pied de la lettre.

      Supposons que ma mère (bien réelle) m’annonce qu’elle a été prostituée dans sa prime jeunesse. Ma première réaction serait la surprise. C’est pas du tout son style. Serais-je horrifié ? non je crois pas.
      Supposons que ma fille (imaginaire) m’annonce qu’elle se prostitue. Ma première réaction serait de lui filer l’argent dont elle a besoin, mais supposons que j’en sois incapable (criblé de dettes, ayant déjà vendu mes 2 reins au marché noir, etc...). Ma seconde réaction serait de lui dire un truc du genre « fais attention, y a des malades, fais attention, y a des profiteurs, fais attention, l’argent qui-a-l’air-facile nécessite d’avoir les reins solides (sans mauvais jeu de mot) ». Est-ce que ça m’horrifierait ? oui. Mais pas la prostitution en elle-même, juste le système qui l’a forcée (le même système qui ferait que serait criblé de dettes et sans reins). Ce système qui fait que quand t’as pas un rond, t’as pas de vie non plus.

      Maintenant, sur l’argument « c’est le client qui fait la prostituée », c’est faux. C’est son estomac qui se vide, couplé à un monde où rien n’est gratuit. Je suis pas pour : dans mon monde idéal la prostitution n’existe pas. Maintenant, si tu crois que ça me fait culpabiliser en tant que client, tu te trompes. Tout simplement parce que je ne vois pas en quoi j’aiderais la prostituée en n’étant pas client. Sauf à imaginer un monde où je lui filerais 400€ pour...rien ?

      Maintenant, pour en revenir à ma fille, supposons qu’elle aime réellement s’envoyer en l’air avec des inconnus (pourquoi pas, si c’est son trip, a chacun ses fantasmes). Si elle vit dans un monde où des gens sont près a payer pour ça, quel problème pour elle d’en tirer profit ? En quoi est-ce dégradant ?

  • Par foufouille (---.---.---.4) 8 février 2012 17:21
    foufouille

    ca doit quand meme revenir cher

  • Par Aldous (---.---.---.209) 8 février 2012 18:22
    Aldous

    Celui qui méprise les putes ... traduit par son dédain une piètre image de lui-même. Les prostituées ... peuvent se révéler comme des personnes respectables.


    Un article utile pour comprendre les valeurs nouvelles :
    Les putes sont respectables, les « bourgeoises » méprisables.
    Les hommes qui ne fréquentent pas les putes donnent une piètre image d’eux mêmes.

    J’imagine que ça fait des clients les nouveaux modèles à suivre.

    Comme disait Brassens :

    Jadis la mineure 
    Perdait son honneur 
    Au moindre faux pas 
    Ces mœurs n’ont plus cours de 
    Nos jours c’est la gourde 
    Qui ne le fait pas. 

    Toute ton école, 
    Petite, rigole 
    Qu’encore à seize ans 
    Tu sois vierge et sage, 
    Fidèle à l’usage Caduc à présent.




  • Par herbe (---.---.---.229) 8 février 2012 19:20
    herbe

    points de vue (article + commentaire) pour alimenter la réflexion sur ce sujet qui n’a pas fini de faire couler beaucoup d’encre et de salive (oups smiley) :

  • Par Lorelei (---.---.---.145) 9 février 2012 00:27
    Lorelei

    je vais dire une chose simple quiconque est pour la prostitution je lui propose une chose, durant une année il fait ça et apres on parlera j’estime pour ma part à chaque fois que vous acceptez qu’un être humain soit quelque chose où fasse une chose vous devez être capable d’en faire l’expérience, alors j’attends que toutes les personnes qui font l’apologie de la prostitutions aillent eux même dans la rue, et se tapent 10 voir 20 clients par jours durant 12 mois et apres on reparlera...apres tout si c’est bien pour les autres c’est aussi bien pour eux...il faut toujours être capable de faire l’expérience de ceux que l’on propose à autrui

    • Par Aldous (---.---.---.209) 9 février 2012 08:01
      Aldous

      Tout à fait d’accord avec ce principe : se mettre à la place de avant de parler au nom de.


      Mince !

      Ça fait deux fois que je suis d’accord avec Lorelei...

      C’est grave docteur ? smiley

    • Par sleeping-zombie (---.---.---.7) 9 février 2012 10:42

      ..aillent eux même dans la rue, et se tapent 10 voir 20 clients par jours durant 12 mois et apres on reparlera...

      Je t’adresserai la même réponse qu’a Lgcontact, un peu plus haut. Il y a un océan entre Mountain View et le Pakistan.

      Si il existait une clientèle suffisamment nombreuse de femme courtoises et bien élevées, prêtes a dépenser 200€ pour coucher avec moi, je sais pas si je changerai de métier, mais c’est clair que je ferai l’essai. Et j’en prendrai pas 10-20 par jour, juste 2 (matin et soir ? début d’après midi et milieu de soirée ?), et 5 jours par semaine, ça me ferait 8000€ par mois. Tiens, même une tous les deux jours suffirait a maintenir mon niveau de vie ^^

    • Par foufouille (---.---.---.4) 9 février 2012 10:58
      foufouille

      il y a de la demande chez les vieilles et les handicapees
      mais pas a 200€, plutot 50€ maxi

    • Par sleeping-zombie (---.---.---.7) 9 février 2012 13:19

      @shamika : merci de ton avis, mais hélas, je compte les flatteries comme les critiques : non accompagnée d’un argument, elles ne valent rien :(

    • Par foufouille (---.---.---.239) 9 février 2012 17:04
      foufouille

      il a pas tout a fait tord
      dans certains docus, on pouvait voir une chinoise faire une ou deux passe/jour a 80€ avec des mec choisit
      ca lui suffisait
      elle a meme fait venir sa soeur a paris

    • Par Lorelei (---.---.---.145) 9 février 2012 21:42
      Lorelei

      lol aldous les grands esprits se rencontrent....est ce grave docteur....apres tout si on accepte une chose pour une personne, on doit pouvoir l’expérimenter vivre soi même cette chose...

      c’est un adage tres simple ne faites jamais à autrui ce que vous ne souhaiteriez pas que l’on vous fasse...et ne demandez jamais à autrui d’experimenter une chose que vous ne voudriez jamais vous mêmes vivre...donc quiconque est pour la prostitution je veux le voir faire ce truc pendant un an et apres on en reparle et croyez moi si à chaque fois que l’on pense qu’une chose est bonne pour les autres on l’expérimentait soi même, le monde aurait un autre visage

    • Par Annie (---.---.---.160) 9 février 2012 21:47

      Cela veut-il dire que les cancérologues doivent d’abord expérimenter avec la chimiothérapie avant de la conseiller à leurs patients ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès