Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La protection des enfants des dangers d’internet

La protection des enfants des dangers d’internet

Un guide gratuit vient de paraître en ligne à l’usage des parents. Auparavant existait déjà un site, « Internet sans crainte », destiné aux enfants de 7 à 12 ans, mais aussi aux adultes. La France a montré beaucoup de retard dans ce domaine, ainsi que dans la répression spécifique des infractions sur le web dont sont victimes des mineurs.

La présence de l’enfant dans un couple détermine l’accès au domicile de l’internet. Parce que l’enfant est demandeur de jeux, mais aussi parce que les parents y voient un gage de réussite scolaire. Ainsi en 2004, 70 % des couples avec enfants disposaient d’un micro-ordinateur à domicile contre 45 % pour la moyenne nationale. Mais il arrive encore souvent que les parents ne soient pas suffisamment avertis des risques et des pièges de l’informatique. Comment sécuriser son système, créer un espace enfant protégé, empêcher les contacts avec des inconnus, les intrusions inoportunes ou les fuites de données personnelles, préserver l’adolescent des sites et messages à caractère sexuel, autant de questions auxquelles un site internet et le guide de l’UNAF permettent de répondre.

La prévention des risques :

- Le site "Internet sans crainte" est très plaisant à consulter. Les enfants de 7 à 12 ans y trouvent des jeux interactifs et 15 épisodes instructifs d’un dessin animé "Vinz et Lou sur internet". Il y a aussi des rubriques pour les parents et les enseignants sous la forme de fiches pratiques. Ce site est en fait le site officiel du projet européen Confiance. Bref, c’est ludique et pédagogique à la fois.

Internet sans crainte (cliquez sans crainte !)

- Un guide gratuit vient aussi d’être mis en ligne sur le site de l’UNAF (Union nationale de associations familiales) pour aporter aux jeunes et à leurs parents et éducateurs toute une palette d’outils pour bien s’informer sur internet, les blogs, le chat, le téléphone mobile ou les jeux vidéo.

Site de l’UNAF ici.

Mais la France a longtemps tardé à prendre en compte les dangers nombreux que recèle le réseau de l’internet. Il a fallu attendre la Conférence de la famille 2005 pour qu’un groupe de travail soit chargé de remettre un rapport. La protection de l’enfance sur internet était d’ailleurs le second thème de cette conférence qui, chaque année, constitue un moment privilégié de rencontre et de concertation des acteurs des politiques familiales, et qui aboutit à des résultats concrets (en 2003 : création de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), en 2004 : développement des maisons des adolescents...).

La répression des abus dont sont victimes les mineurs :

- La loi du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance a créé une nouvelle incrimination pénale de « proposition sexuelle à un mineur ».

L’article 35 II de la loi insère dans le Code pénal l’article 227-22-1 créant ainsi une nouvelle infraction pénale. Celui-ci prévoit que «  Le fait pour un majeur de faire des propositions sexuelles à un mineur de 15 ans ou à une personne se présentant comme telle en utilisant un moyen de communication électronique est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende ». L’alinéa 2 aggrave les peines à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende lorsque les propositions ont été suivies d’une rencontre. Le système français s’est ainsi doté d’une nouvelle infraction qui rappelle les infractions créées en Grande-Bretagne et au Canada respectivement en 2003 et 2002. Soucieux de ne pas incriminer une simple intention, le législateur britannique a exigé un élément matériel supplémentaire : le fait de rencontrer ou d’aller à la rencontre du mineur.

- Cette même loi a créé une nouvelle infraction liée aux images de violence qui concerne aussi en partie la protection des mineurs.

L’article 44 de la loi insère dans le Code pénal un article 222-33-3 qui sanctionne l’enregistrement et la diffusion des images relatives à la commission d’infractions portant atteinte à l’intégrité de la personne. Le Happyslapping avait en effet défrayé la chronique des faits divers. Il s’agit d’une pratique consistant à filmer une agression au moyen d’un téléphone mobile et de la partager sur le réseau, compromettait la bonne moralité des jeunes et heurtaient leur sensibilité.

L’enregistrement est assimilé à un acte de complicité, passible donc des mêmes sanctions que pour l’auteur de l’infraction principale : cela peut aller jusqu’à la réclusion criminelle à perpétuité. La diffusion, quant à elle, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. Toutefois, une exception est prévue à l’alinéa 3 de l’article 222-33-3 du Code pénal "lorsque l’enregistrement ou la diffusion résulte de l’exercice normal d’une profession ayant pour objet d’informer le public ou est réalisé afin de servir de preuve en justice".

Il est permis de s’interroger sur la manière dont la justice opérera la distinction entre l’enregistrement professionnel et l’enregistrement personnel. Les premières jurisprudences sont attendues avec curiosité.


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Barbathoustra Barbathoustra 25 octobre 2007 17:29

    C’est vrai. Ceci dit ; il m’apparait clair que vous ne devez pas avoir d’enfant(s) pour prétendre à donner ce genre de conseils. De même, je ne pense pas non plus que ce soit aux médias de se substituer aux parents pour éduquer leurs enfants à leur place. Surtout à ce niveau ; ce n’est plus les enfants qu’il faudrait éduquer mais bien les parents.


  • LE CHAT LE CHAT 25 octobre 2007 11:13

    à noter que le réglement intérieur des établissements scolaires y fait désormais réference et il est interdit de filmer les personnes sans leur accord et de diffuser leur image ..


    • jakback jakback 25 octobre 2007 11:26

      @AE Rex, malheureusement, au delà du site primesautier, il arrive parfois des images de meurtre ( égorgements de soldats russe par des tchétchènes, insupportable croyez-moi) sans parler de scatologie et zoophilie. Alors oui, il faut préserver nos enfants de l’ignoble, la vérité sur l’humain arrivera bien assez tôt.


      • lambertine 25 octobre 2007 11:48

        Honnêtement ?

        Tomber par hasard sur un site de « cul », ça arrive. Tomber par hasard sur un site zoophile ou des images de tortures... honnêtement, je n’ai jamais rencontré personne à qui c’est arrivé.


      • La Taverne des Poètes 25 octobre 2007 12:12

        La curiosité de l’enfant est bien connue. Mais on ne sait pas par avance et de manière absolue ce qui va choquer profondément l’enfant. Cela peut être une scène hétérosexuelle normale et soft, ou même la simple vision de la nudité. Certains adultes ont vu, enfants, de simples photos (qui nous paraissent banales aujourd’hui) dont ils se souviendront toute leur vie. Donc, la prévention doit être sans faille et sans a priori.


      • lambertine 25 octobre 2007 13:20

        On ne sait jamais ce qui va choquer. Donc, éduquons nos enfants sans télévision, sans cinéma, et sans possibilité de voir un kiosque à journaux... où les revues X sont bien en vue. Ce ne sont pas les enfants (et encore moins les « mineurs » entre 13 et 18 ans) qui la plupart du temps sont « choqués », mais leurs parents.


      • nephilim 25 octobre 2007 14:17

        Oui idem, il faut vraiment le chercher pour tomber dessus^^ mais bon si ca peut faire avancer qq chose^^. Le sujet a été maintes fois abordé vous ne nous apprenez rien de nouveau.


      • La Taverne des Poètes 25 octobre 2007 17:07

        Ce qui est nouveau c’est le guide l’UNAF et la loi de prévention de la délinquance qui crée des délits spécifiques. D’autre part, la prévention passe par la sensibilisation des publics qui passe par la répétition du message.


      • LE CHAT LE CHAT 25 octobre 2007 12:32

        paul , rien que sur ce site , il y a des images susceptibles de traumatiser à vie les âmes sensibles smiley http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=13289


        • La Taverne des Poètes 25 octobre 2007 12:48

          Le chat, la prochaine fois, indique au moins de quoi il s’agit. Cela évitera le détour car le chargement de la page (surtout en réseau) est très long à cause des milliers de commentaires. Et puis ça n’a aucun lien avec mon article donc pas vraiment d’intérêt pour les lecteurs de ce forum.


        • Cris Wilkinson Cris Wilkinson 25 octobre 2007 15:19

          Le seul guide vraiment utile pour protéger les enfants d’internet c’est celui qui dit de ne pas leurs en donnés l’accès.

          Bientot on va avoir un guide concernant les bonbons qui font grossir, à chaque fois que l’on donnera un bonbon à un gosse, on lui donnera le guide.

          A force de vouloir dédouaner les parents, on est entrain de créer une génération de boeufs !


          • Arthur 25 octobre 2007 19:18

            par Ægidius REX (IP:xxx.x4.28.91) le 25 octobre 2007 à 10H35 « ... La seule chose qui soit véritablement importante dans ce domaine est de demander au mineur de ne jamais accepter un rendez-vous avec qui que ce soit, et son corollaire immédiat, à savoir de ne jamais donner son adresse réelle et ce, que ce soit dans les messageries immédiates ou par email ... »

            Les 3 questions auxquelles un enfant doit d’abord se poser :
            - est-ce que j’ai envie de chatter avec ce monsieur ?
            - est-ce que je connais le monsieur avec qui je chatte ?
            - mes parents savent-ils que je chatte avec lui ?

            Si une seule des réponses est non, alors il y a danger. Si la réponse aux 3 questions est oui, il n’y a pas de danger.


            • Martin Lucas Martin Lucas 29 octobre 2007 16:38

              Pourquoi toujours un monsieur ? A mon avis, les « monsieurs » dont vous parlez se cachent bien...sous l’identité de gamins. Le plus important semble être en effet les coordonnées et les rendez-vous, à qui que ce soit !!


            • 5A3N5D 25 octobre 2007 20:05

              «  »« Ce ne sont pas les enfants (et encore moins les »mineurs« entre 13 et 18 ans) qui la plupart du temps sont »choqués« , mais leurs parents. »«  »

              Et vous trouvez cela normal ? Que les enfants ne soient pas choqués me paraît parfaitement dangereux : s’ils trouvent « normale » une photo porno, il ne leur paraîtrait pas « anormal » d’aller au-delà et de se livrer à des actes plus atroces. La banalisation du sexe peut avoir des effets très pervers. Et ne me dites pas, en guise d’excuse, que les « teenagers » sont bien plus « avancés » que leurs parents au même âge.

              Comme Cris Wilkinson, je pense que l’enfant et internet, c’est sur autorisation et sous surveillance, mais avec bienveillance, avec patience, et beaucoup d’explications afin qu’il ne puisse avoir une fausse interprétation de ce qu’il voit ou lit.

              Quoi qu’il en soit, l’approche de la sexualité et son éveil seront mieux satisfaits par le biais de l’éducation artistique, par un développement de sa sensibilité que par par des coups répétés donnés à celle-ci.


              • Martin Lucas Martin Lucas 29 octobre 2007 16:45

                Mon dieu, rien que de penser que mes enfants pourraient un jour commettre des actes aussi atroces qu’une pénétration vaginale me révulse !!! Moi je me le suis permis, un jour, pour les avoir, mais eux sont si purs...


              • La Taverne des Poètes 25 octobre 2007 22:58

                Info : Dès le 1er janvier 2008, le fournisseur d’accès internet Scarlet bloquera sur son réseau les sites web proposant des contenus pédopornographiques. Il s’agit de la première initiative du genre en Belgique, a indiqué jeudi Scarlet dans un communiqué. (Source : journal belge Le Soir).

                Pour ceux qui, comme moi, pensaient peut-être naïvement que les fournisseurs bloquaient déjà ce type d’accès.


                • Marc Bruxman 25 octobre 2007 23:46

                  C’est une bonne opération de pub pour Scarlet mais malheureusement cela ne servira probablement pas à grand chose.

                  Déja même le grand firewall chinois n’a pas réussi à bloquer complétement ses interdits. Et pourtant ils y ont mis des moyens hors de portée d’une boite privée. Ce firewall sert avant tout à marquer l’interdit. Ceux qui le contournent savent qu’ils bravent un interdit punissable et ils ont intérêt à se la fermer. Et beaucoup n’oseront pas le faire.

                  Pour ce qui est de la pédo, l’interdit est déja bien marqué dans notre société. Je ne connais personne qui défend ces actes ignobles. Donc ceux qui regardent ce genre de sites ont déja une bonne raison de braver l’interdit. (Ils se sentent attirés par ce type d’images).

                  Deuxio, je ne suis jamais tombé par hasard sur du pédo... (Et comme je n’en ai pas cherché volontairement je ne suis jamais tombé dessus tout court). Cela dit l’accès est apparamment assez facile pour quelqu’un de motivé.

                  Enfin, le cout d’un tel filtrage est une porte ouverte à d’autres demandes de la part des gouvernement et il est donc mieux que cela reste techniquement impossible. Car on filtrera le pédo ce qui sera une bonne chose puis, on filtrera les idées politiques qui déplaisent et qui sont vraiment nauséabondes (nazisme, ...) puis par extension on en viendra par filtrer tout ce qui dépasse.

                  Par contre former des policiers pour qu’ils surveillent les pédos et les fassent enfermer, ca c’est utile !


                • La Taverne des Poètes 26 octobre 2007 07:42

                  Oui mais si tous les fournisseurs leur bloquaient efficacement tous les accès, ça ruinerait enfin le fond de commerce de ces criminels. Donc, je pense que tous devraient le faire et le faire savoir.


                • Lisa SION 2 Lisa SION 1er novembre 2007 06:38

                  Bonjour, anecdote :

                  A la suite de la finale de l’émission de la Nouvelle Star sur M6, je décide de consulter le site afin de prendre des nouvelles de Raphaelle, voire de réécouter sa superbe version de Yesterday des Beatles. Le site me propose une quantité de pubs et de portes qui ouvrent sur des pages qui ne répondent pas à ma question. Au moment donc de fermer, ayant cliqué, un encadré m’annonce que je risque d’endommager mon appareil ? J’ai malgré tout cliqué sur fermer et quelle ne fut pas ma surprise de constater que derrière la page qui s’effaçait est apparue une page de cul explicite dans laquelle je ne me suis pas engagé, mais au sujet de laquelle je me pose depuis les questions suivantes : Comment une telle page peut-elle apparaître suite à une visite sur un site ayant pignon sur rue, quel pourrait être le rapport entre le site et la page en question, et vu la clientèle du site, comment se fait-il, alors que tous, parents ou pas, mettent en garde contre ce danger, que la chaine elle-même ne lutte-t-elle pas contre cette intrusion ?

                  A quoi bon se prémunir contre les risques de contamination morale sur toutes les ondes si le premier média des jeunes participe lui-même de façon peut-être complice à la diffusion non demandée d’images destinées à un public averti. Qui s’inquiète et a lutté vraiment contre l’expansion du sexe sur, un par un, tous les supports de communication modernes : 36 15, 0892, journaux locaux, gratuits, etc...etc... ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès