Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La redistribution équitable des richesses planétaires entravée par la (...)

La redistribution équitable des richesses planétaires entravée par la diversité socio-culturelle

Entité complexe, l’être humain est tout à la fois paradoxal, ambivalent et contradictoire. Il aimerait être libre dans ses actions, souverain de sa culture et de ses dispositions sociales, mais en même temps bénéficier d’un partage équitable des richesses. Ce qui pose parfois problèmes.

 

Le constat

On dit souvent qu'on naisse à gauche et on finit à droite. Manifestement ce n'est pas faux. La différence entre les deux positions est produite par la trajectoire. Au niveau microsocial, c’est-à-dire individuel, on parle en termes d'évolution socio-professionnelle, donc implicitement matérielle. Au niveau macrosocial on parle en termes de construction socio-historique, donc implicitement du patrimoine matériel et immatériel. Néanmoins, dans tous les deux cas on parle en termes d'acquis, qu'ils soient d'ordre social, matériel, scientifique ou culturel.

En effet, au niveau micro, et notamment dans les sociétés occidentales, la quantité et la qualité des acquis se traduisent par le changement des convictions qui s’opère au long de la trajectoire. Changement qui dans la vie réelle est d’ailleurs récurrent. On estime qu'environ 75% de gens qui votent à droite et qui défendent les idées de droite, étaient de gauche dans leurs jeunesse. Il s’agit soit des cadres qui ont connu une évolution socio-professionnelle, et on parle en termes d'opportunisme, soit des ouvriers qui ont connu une stabilité matérielle, et on parle en termes de populisme. Évidemment, les deux catégories s’attellent à leur position et défendent leurs acquis.

Pour leur part, les 25% qui restent toujours à gauche après la trajectoire personnelle se partagent généralement en trois catégories : d'abord ceux qui ont vraiment des convictions idéologique en la matière, ensuite les opportunistes politiques, et enfin ceux qui n'ont pas connu de véritables changements socio-professionnels et matériels pendant leur trajectoire individuelle. Il revient à dire que ceux qui restent à gauche sont les plus démunis sur le plan social et matériel. Ils sont rejoints ensuite par les jeunes qui commence leurs trajectoire et qui remplacent graduellement ceux qui basculent à droite. Ce qui fait qu’en général le nombre de ceux qui votent à gauche est constant et significatif. Néanmoins, même si les opportunistes où les idéalistes possèdent une partie du capital matériel et financier, le gros, environ 75% du capital d'un pays donné est détenu par les hommes de droite.

Evidemment, dans un système socio-démocratique, où la liberté d'expression à travers le suffrage universel est respectée, il y arrive souvent que la gauche remporte les élections. Cependant, ce succès qui repose sur le poids du nombre, ne se traduit pas par une meilleure redistribution des richesses, car ceux qui sont à droite s’opposent. Rappelons à ce propos, que ceux qui bascule graduellement à droite le font surtout parce qu’ils enregistrent progressivement des acquis sociaux et matériaux. Dès lors, afin de préserver ces acquis, et sachant qu’ils pèsent au gré de ces acquis dans la hiérarchie sociale, ils s’opposent à une meilleure redistribution de richesses. Ici c'est la trajectoire individuelle qui bloque la redistribution des richesses, mais cette attitude est déterminée par le système.

Pour mieux éclaircir ce raisonnement, il convient de préciser que dans le contexte actuel de mondialisation et de compétition internationale entre pays, organisations, entreprises, voire institutions, la pression mise sur l’individu est considérable. Sachant que la compétitivité sur le marché de l’emploi est abordée actuellement en termes de niveau de qualification, de mobilité géographique, de disponibilité, il est clair que plus on est qualifié, plus on est attractif sur le marché du travail, et implicitement, plus il y a des chances pour trouver un emploi.

Par conséquent, le temps de loisir est sacrifié au profit de la formation professionnelle. Le temps accordé à la famille est également diminué. De même, une grande quantité de moyens, sont consacrés à la formation et à l’instruction individuelle, afin de devenir plus compétitif sur le marché du travail. De plus, sachant que le corps est devenu désormais un capital social, qui détermine le positionnement et l’accession sociale, une attention particulière est accordée à la présentation de soi, à son corps et de son apparence vestimentaire. Or, tous ces efforts impliquent de front, sacrifices, souffrances, frustration. Dès lors, une fois obtenue la position socio-professionnelle et matérielle souhaitée, l’individu devient rigide, ferme, voire égoïste, et prêt à tout pour défendre ses acquis.

Au niveau macro, si on regarde à l'échelle planétaire, malgré les principes démocratiques qui régissent la communauté internationale, et malgré les efforts consentis par les organisations humanistes ou à vocation égalitariste, la redistribution de richesse ne se produit pas. Tout simplement, parce que chaque pays, et chaque nation, considère que leurs richesses, matérielles et immatérielles les appartiennent, étant le fruit de leur construction socio-historique. Or, une redistribution de richesse planétaires implique une mise à l’écart de la dimension socio-historique, c’est-à-dire ignorer la construction et l’évolution d’une société donnée, en lui ôtant tous les acquis socio-économiques.

Ce qui fait que dans la rude réalité de nos jours, aucun pays n’accepte une régulation de ce genre, comme de même aucune Institution internationale n’oserait le tenter. Certes, chaque société tend à s’aligner en termes de richesses avec les sociétés plus développées, de même que chaque catégorie sociale tend à s’aligner aux catégories les plus aisées. Mais il est tout aussi certes que dans la réalité aucune n’accepte de renoncer à ces acquis et à ces atouts. Dès lors, aucune Institution internationale n’a ni le courage, ni la puissance, ni les moyens d’harmoniser les pays en termes de richesses.

 

L’état de lieu

Il convient de préciser en fond, que la régulation des richesses planétaire, c’est-à-dire leur redistribution équitable entre nations, est entravée par la diversité culturelle. Rappelons à ce propos qu’à l’encontre de ce qu’on aurait pu croire dans les années 1960, de nos jours on constate un repli accru de chaque société sur son système de valeurs et sur ses fondements culturels, considérés des acquis inaliénables. C’est-à-dire qu’à la mondialisation économique s’oppose une frappante division culturelle.

Cependant, c’est justement cette diversité culturelle qui entrave une éventuelle harmonisation en matière des richesses à l’échelle planétaire. Car l’harmonisation des richesses signifierait que chaque pays doit mettre ses ressources à la disposition de la communauté internationale pour que cette dernière opère une redistribution équitable. Or, les rivalités entre les diverses nations émanant de cette diversité culturelle rendent pour l’heure la régulation en question impossible. L’être humain est donc contradictoire, car il souhaite un partage de richesses, mais au nom de sa culture et de ses dispositions sociales, il entrave tout consensus relatif à ce partage.

Il convient de préciser en outre, que la concentration d’une grande partie des richesses planétaires dans les pays occidentaux, relève sur la forme peut-être d’un pillage, mais sur le fond elle relève d’une construction socio-historique. Dans un premier temps, dès le 18ème siècle les technologies occidentales introduites sur le marché ont attiré les métaux précieux dont disposaient les puissances méditerranéennes vers le nord, consolidant les Banques occidentales. Puis, dès le 19ème siècle les occidentaux ont exporté l’industrialisation comme modèle de production économique, endettant davantage encore les pays du sud. Enfin, après la deuxième Guerre mondiale la technologie occidentale finit par s’imposer à nouveau comme moyen de production dominant. Évidemment, l’ensemble de ces étapes ont permis aux occidentaux de prendre possession d’une grande partie des Marchés internationaux, et des réseaux qu’ils impliquent, mais aussi d’attirer à nouveau les capitaux financiers vers l’Occident.

Visiblement, la répartition inégale des richesses planétaires ne relève pas d’une volonté individuelle, ou du capitaliste comme on l’entend souvent, mais d'un système complexe, qui à son tour fait l’objet d’une construction socio-historique. Or, le paradoxe est que ce système est entretenu et réconforté simultanément par les pays riches et par les pays pauvres.

On observe de nos jours par exemple que le système est fortement nourri par les pays émergents, notamment Chine, Inde, Indonésie et Brésil, et ce principalement par deux méthodes. Soit par l’investissement direct à l’étranger, soit par l’investissement indirect en achetant les produits occidentaux. En effet, on constate notamment à travers les classes supérieures des pays du sud une tendance manifeste à consommer les produits occidentaux, particulièrement ceux de haute gamme. Or, tout cela ne fait qu’entretenir le système dit capitaliste.

Pire encore, se sont parfois même les classes basses qui soutient le système à travers la consommation. La tentation, ainsi que la volonté de se distinguer en consommant des produits occidentaux, fait glisser toute la population mondiale dans le jeu. Implicitement, l’ensemble nourrit et réconforte le capitaliste. Il revient à dire que le capitalisme repose sur les faiblesses inhérentes à la nature humaine.

Notons à ce titre, que les produits occidentaux, que ce soit les technologies, l’électroménagère, ou ceux de la consumation primaire, attirent non plus seulement les capitaux financiers mais aussi le capitaux fonciers. C’est un mécanisme assez simple. La consommation de type occidental, et respectivement les produits occidentaux, devenant une référence, attirent dans un premier temps les réserves financières des populations du sud. Puis, en défaut de réserves financières ils sont exportés en contrepartie des ressources naturelles disponibles. Après, il y arrive souvent que certains populations s’endettent pour avoir l’accès à cette consommation. Enfin, sous la pression politique, mais aussi du fait de la corruption, voire du trafic d’influence, certains concèdent leur patrimoine foncier. Evidemment, ce qui fait que les riches s’enrichissent davantage, tandis que les démunis s’appauvrissent davantage.

De plus, et malheureusement, les pressions faites par les partis de gauche sur les acteurs économiques via les responsables politiques n’ont qu’un effet régional, généralement dans les pays démocratiques où les partis de gauches et écologistes ont un certain poids. Cependant, il y a de pays riches et moins démocratiques. Dans la plupart de ces pays, à la fois au niveau individuel et étatique les préoccupations sont davantage attelées à la production économique et aux profits financiers, tandis que les inégalités sociales sont largement tolérées. Dès lors, les pressions faites sur les acteurs économiques là où elles sont possibles n’encombreraient pas le fonctionnement du système dit capitaliste, car il trouverait toujours d’actionnaires ailleurs. De plus, étendre ce type de pressions à l’échelle planétaire semble un chantier immense étant donné la complexité d’opérations à mener.

Il revient à dire que le système capitaliste est tout à la fois pesant, omniprésent, et non-indentifiable. En tant que personne physique l’actionnaire de hier n’est peut-être plus l’actionnaire d’aujourd’hui. Pareillement, les millionnaires de l’année 1960 ne sont peut-être plus les millionnaires d’aujourd’hui. Mais le système est toujours nourri par des riches actionnaires, et par de riches consommateurs. Dès lors les inégalités persistent.

 

Conclusion

Manifestement, la redistribution équitable des richesses à travers le monde, n’est pas entravée par le Capitaliste comme l’affirment les adeptes de gauche. Ni par l’Occident, comme le croient une grande partie des populations du sud. Mais tout simplement par le système, qui est soutenu simultanément par tous les pays du monde au nom de leur spécificité socio-culturelle, considérée comme un acquis au même titre que la propriété privée.

De plus, on constate avec étonnamment, que c’est justement un de principes fondamentaux de la démocratie, en l’occurrence le respect de la diversité culturelle, qui bloque cet éventuel partage des richesses. Car au nom de souveraineté des nations, chaque pays garde le monopole sur son système éducationnel, ce qui accroît l’importance de la culture nationale, et implicitement le repli sur les fondements culturels. Dès lors, et notamment dans le contexte actuel de raréfaction de ressources, l’hétérogénéité culturelle nourrit les rivalités entre nations, et implicitement les stratégies antagonistes, rendant inconcevable tout consensus sur le sujet.

En outre, le repli sur les fondements culturels favorise encore le modèle dit capitaliste, car les actionnaires s’appuient sur ces rivalités locales pour imposer leurs stratégies, ainsi que les prix et les revenus qu’ils souhaitent. Donc, à l’encontre de tout savoir de sens commun, la diversité culturelle nourrit et réconforte le capitalisme.

En somme, on constate que les spécificités culturelles et sociétales, ainsi que les rivalités qu’elles déclenchent, renforcent les stratégies étatiques et les intérêts individuels, rendant impossible un véritable consensus sur la répartition des richesses planétaires. Il revient à dire plus précisément, que la diversité socio-culturelle entrave la redistribution équitable des richesses.


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 12 décembre 2015 10:11

    « Dans notre monde globalisé, où d’un bout à l’autre de la planète règne l’économie de marché (excepté peut-être en Corée du Nord), partout les riches sont identiques aux riches, et les pauvres identiques aux pauvres ; parler dans ce contexte de guerre des civilisations en opposant l’Islam au monde occidental est une vaste escroquerie intellectuelle qui ne séduira que quelques nationalistes demeurés. Dans l’économie de marché il n’y a que deux civilisations, celle des riches et celle des pauvres. »

    Philippe Bartherotte - Conférence

    • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 12 décembre 2015 10:27

      @M de Sourcessure


      Bonjour, 

      Il me semble que vous n’avez pas compris l’essentiel. Je ne parle pas d’Islam, et je ne parle pas à court terme. Mes articles requièrent une réflexion profonde, exhaustive, et souvent, à long terme.

      Sachant que les pauvres peuvent devenir riches, par action, par discipline, par rigueur avec eux même, par respect du système de valeurs, par respect de la législation en vigueur, etc, etc. Ayant toujours comme référence mon livre « La Civilisation Germanique ».

      Cordialement, 

    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 12 décembre 2015 11:07

      @Chirita-Bobic Nicolae

      C’est ça ! Prenez moi pour un débile mental !
      Tout ce qu’on peut dire, c’est que vous ne souffrez pas d’un déficit de l’ego...

    • Robert Lavigue Robert Lavigue 12 décembre 2015 11:16

      @M de Sourcessure

      Bof... Encore un auteur sans lecteurs !
      Ca pullule ici...


    • La mouche du coche La mouche du coche 12 décembre 2015 12:34

      Horrible article d’un monstre froid mondialisé rêvant d’un 1984 réel. Au XXème siècle, il aurait été dans un camp sous Pol Pot en train de diriger des prisonniers. smiley


    • sarcastelle 12 décembre 2015 11:56

      Ah ben ça, si un auteur commence à dire dans un pays progressiste comme la France que la culture spécifique d’une civilisation peut freiner la croissance de sa richesse, il est bon pour le bûcher. 


      A part cela j’ai voté à droite dans ma jeunesse (par exaspération face aux donneurs méprisants de leçons creuses), puis à gauche dans mon âge demi-mûr (après avoir admis qu’il valait moralement mieux après tout voter pour des imbéciles que pour des XXXXXX-censuré), puis dans mon âge plus mûr à droite à nouveau (après avoir constaté qu’en fait la gauche était elle aussi faite de XXXXX-censuré, et selon moi d’un genre plus dangereux, en ce sens que de façon absolument incurable elle conserve l’idéal pervers de forcer l’apparition de l’homme nouveau). 

      • petit gibus 12 décembre 2015 13:20
        @sarcastelle

        Ben ça alors
        à ton âge...
        t’es toujours pas latéralisé ! ! !

      • sonin28 12 décembre 2015 12:10

        non monsieur vous n’y etes pas le probleme c’est l’ego des humains, peut importe qu’il ya diversité culturel sur cette planete les européens ont sans cesse nouri des rivalités entre eux, les americains nourrissent une rivalité envers le royaume uni etc etc ...


        • petit gibus 12 décembre 2015 18:19
          @ Chirita......
          Ta réflex sur toutes tes étiquètes à coller sur des micros et des macro boi-boites
          n’’est -elle pas un peu exagérée ?
          Ah mais descendant du singe,
          je n’aime pas être enfermé dans le 1/3 d’une boite représentant 25% smiley
          Pour moi certaines valeurs telle que le partage restent assez universelle,
          même si elle déplait à certains de mes voisins
          Je n’adhère donc pas à ta conclusion trop pessimiste que le partage des richesses
          est IMPOSSIBLE car trop lié à nos spécificités socios-culturelles
          A nous de faire distendre ces chaines
          j’entends des ricanements et des qualificatifs d’angelo
          bof, ils n’altèrent en rien le plaisir que j’éprouve à bosser dans mon culturo-micro smiley

          • Jean Keim Jean Keim 12 décembre 2015 19:35

            Un système n’existe pas en dehors de ceux qui le composent c’est à dire nous.


            • Chirita-Bobic Nicolae Chirita-Bobic Nicolae 13 décembre 2015 05:27

              Bonjour, 


              Chers lecteurs, vous avez droit d’avoir une opinion, et je la respecte.

              Quant à la « Civilisation Germanique », c’est un livre beaucoup trop complexe pour le comprendre en partant d’une couverture. Si vous cherchez toujours à comprendre pourquoi les inégalités s’accroissent jour par jour, vous y trouvez la réponse dans ce livre.

              Mais vous n’êtes pas obligés d’avoir la réponse. La réalité est parfois très cruelle...donc on préfère idéaliser, rêver d’un monde parfait, comme Marx.

              Dès lors, les choses vont d’elles-mêmes... et nous restons de simples spectateurs.

              Cordialement, 




              • petit gibus 13 décembre 2015 11:43
                @Chirita-Bobic Nicolae
                « c’est un livre beaucoup trop complexe... »
                rendre incompréhensible des situations simples
                est une technique qui a fait ses preuves dans de multiples domaines
                « La réalité est parfois très cruelle... »
                Je lui préfère le mot impudique,
                c’est pourquoi il est necessaire de l’habiller smiley

              • petit gibus 13 décembre 2015 11:49
                @Chirita-Bobic Nicolae
                « c’est un livre beaucoup trop complexe... »
                rendre incompréhensible des situations simples
                est une technique qui a fait ses preuves dans bien des domaines smiley
                « La réalité est parfois très cruelle... »
                woué woué woué,
                c’est pour ça qu’il vaut mieux bien l’habiller
                pour ne pas la faire enrhumer smiley

              • petit gibus 13 décembre 2015 11:52

                scuzez pour la doublure mon doigt à dérapé smiley


                • Zip_N Zip_N 13 décembre 2015 20:36

                  Les chinois ce sont enrichis plus vite avec l’enfant unique (redistribution héritage) Non pas de façon socio-culturelle mais politique. Le cout est plus élevé d’un pays et famille à l’autre suivant leur natalité (1 ou 8 enfants) par familles, si vous devez entretenir routes, hôpitaux, prisons etc plus il y a de natalités plus il faut construire. Et pour une personne qu’il aie 1 enfant ou 5 il va payer autant pour la construction d’hôpitaux par exemple.... Une famille qui souhaite 8 enfants ne peut pas partager les mêmes richesses à ses enfants que si il en a qu’un. Dans les pays à surnatalité il est pas rare de voir les enfants travailler pour subvenir à eux et aux parents. La natalité influe conséquemment sur la richesse d’un pays.


                  • Jacqouille La Fripouille Jacqouille La Fripouille 27 mai 15:11

                    Je dois poster un article pour un cours,

                    je n’ai pas compris
                    je n’ai pas d’avis 
                    mais voici chose-faites 
                    ne prenez pas en compte cette article

                    Merci smiley

                    • Douardodu49 27 mai 15:14

                      Je trouve étonnant de préciser que c’est le respect de la diversité culturelle qui bloque le partage des richesses. Déconcertant de penser que les choix culturels de certaines personnes puissent nuire au partage de nos biens, de nos richesses.

                      Dans ce cas, devrions nous tous avoir une et même culture ou encore ne plus respecter nos différences afin de trouver LA solution ?


                      • lesfrères 27 mai 15:18

                        Espèce d’abruti !!! 

                        Arrête de faire ton philosophe de merde là !! :->

                      • lesfrères 27 mai 15:14

                        Je ne suis pas d’accord sur le faite de dire que les gens qui votent et qui pensent à droite étaient de gauche dans leur jeunesse !

                        Généralement quand on est jeune on y connait pas forcément grand chose en politique, on suit donc plutôt les conseils de nos parents, on suit leurs idées, etc...
                        Dans la politique si on choisit un camp on y reste jusqu’à la mort !!!

                        Sur ce Bonne nuit tous le monde !!!!!! smiley

                        • Douardodu49 27 mai 15:22

                          en précisant que "si on choisit un camp on y reste jusqu’à la mort, vous insinué que lorsque’une personne propose un avis, celle ci ne doit en aucun qu’a revenir sur ses paroles.

                          Impensable ...


                        • lesfrères 27 mai 15:32

                          @Douardodu49
                          Pauvre tête de b*** !!!! Nous on est des cons moi et mon frère, donc on change pas d’avis !!!! Tu nous agaces gros lard !

                          MAAAAAIS NON ON DECONNE MON POOOOTE ! BIENVENUE DANS LA FAMILLE L’ORPHELIN DEGUEULAAAAAAAAAAAAAAASSSSSSSE

                          Embrassez vous bordel de merde


                        • ben_nwa 27 mai 15:16
                          Ton article pourrait être intéressant s’il était construit sur tes points de vues et non pas celui d’un livre et basé sur trop de critères différents. Cependant certains points sont intéressants à débattre comme dans ta conclusion ou tu affirme que la diversité socio-culturelle entrave la redistribution équitable des richesses.
                          Mais comment veut établir la non diversité socio culturelle ? 


                          Signé le PATRON
                          PS (Edouard c’est un trimar)

                          • barbouille 27 mai 15:20

                            L’article était long mais intéressant, il m’a permis d’enrichir ma culture générale.

                            Toutefois, je ne suis pas sûr qu’il explique toutes les inégalités dans le monde et 
                            l’article ne met pas assez l’accent sur un des causes principale : l’appartenance à une catégorie sociaux-professionnelle.

                            • ben_nwa 27 mai 15:20

                              Je pense pas que sans diversité socio culturelle on puisse fonder une économie stable.


                              • Jacqouille La Fripouille Jacqouille La Fripouille 27 mai 15:22

                                Comme dans tous les domaines, les plus riches dominent et les pauvres s’incline.


                                Dans le cas de la redistribution, les plus riches ont la paroles, et les pauvres se taisent.

                                Les riches peuvent réclamer pendant que les pauvres ne touchent rien.

                                Comme quoi, la diversité socio-culturel n’est pas équitable.

                                • jimmyb 27 mai 15:23

                                  Bonjour, 


                                  Ce texte, bien compliqué à mon sens, ne me permet pas d’avoir un avis tranché sur la question des inégalités du partage des richesses dans le monde ou en France.

                                  Un point qui m’interroge toutefois, est votre façon d’identifier les personne « de droite » quand vous parlez d’ « environ 75% de gens qui votent à droite et qui défendent les idées de droite, étaient de gauche dans leur jeunesse. »

                                  Sur quelles études officielles vous basez-vous ? Que pensez-vous des jeunes et de leur orientation politique ? Ne sont -ils pas libres d’avoir leur propre avis ?

                                  Je n’ai pas vraiment d’avis sur ce sujet mais mon interrogation mérite, je pense, une certaine réflexion.

                                  Merci de votre réponse.



                                  • erwanlb 27 mai 15:23

                                    « le paradoxe est que ce système est entretenu et réconforté simultanément par les pays riches et par les pays »

                                    Je ne partage pas ton avis sur ce point, d’après moi, je pense plutôt que les pays les plus pauvres ne réconforte pas ce système, je pense plutôt qu’ils le subissent, n’ayant d’autre choix que « d’aligner » leurs système sur celui des plus riches.


                                    • erwanlb 27 mai 15:29

                                      EDIT : « le paradoxe est que ce système est entretenu et réconforté simultanément par les pays riches et par les pays pauvres »


                                    • Eliebolteau 27 mai 15:30

                                      Le sujet de l’article étant ’’La redistribution équitable’’, je ne vois pas en quoi les parties politiques viennent se greffer au sujet. De plus, en quoi le changement de partie politique lors d’une vie peut-il influer sur le sujet, la redistribution.


                                      Dans l’attente d’une réponse précise et claire.

                                      • Elisa 27 mai 15:32
                                        Je ne pense pas que les pays riches ne veulent pas partager à cause des différences culturelles avec les autres. Les pays riches ont peur de voir de nouvelles puissances arriver et dominer.
                                        La différence n’a donc rien a voir là dedans. Ils veulent maîtriser le monde seul et garder leur pouvoir. 

                                        Par exemple aujourd’hui les Etats-Unis subventionnent leurs cultures de coton et ainsi les vendent a des prix compétitif et donc ferme le marché à l’Afrique qui elle n’a pas les moyens de se subventionner.



                                        • vivelavendée benjamin85 27 mai 15:34

                                          L’article ci dessus est effectivement long et intéressant cependant il y a certains points qui Ne sont pas assez éclaircir pour comprendre vos jugements.

                                          Selon vous qu’est ce qui vous permet d’affirmer que la Capitalisme n’entrave pas la redistribution équitable des richesses à travers le monde ? 

                                          • Tony44 27 mai 15:36
                                            Un article un peu trop orientée vers un orientation politique à mon sens et qui manque de sources ou bien de chiffres précis.
                                            Si l’on se tient à votre théorie, les pays du Sud tels que la Colombie ou la Côte d’Ivoire seraient responsable de leur pauvreté et de l’ensemble des inégalités subit par le Monde du XXI eme siècle ?
                                            Ils ne faut pas oublier qu’ils existent aussi certains capitalistes français qui investissent et freinent le développement de ce même pays. Ce n’est donc pas de la faute des Pays du Sud qui subissent cette situation à cause d’une minorité de riches.

                                            N’inversons pas les rôles Monsieur !    

                                            • boudaud 27 mai 15:46

                                              Un article long et diffcile à comprendre, je reste dubitatif sur le contenue de cet article dans la mesure ou il désinforme notamment sur les statistiques des résultats des élections laissant croire que 3 français sur 4 vote a droite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès