Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La République a-t-elle fait son temps

La République a-t-elle fait son temps

« Je suis, disait Romain Gary, un de ces démocrates qui croient que le but de la démocratie est de faire accéder chaque homme à la noblesse. » 45 ans après la profession de cet idéal, la République est plus que jamais sur le point de le déclarer caduque.

Tout en préparant la suppression du bac parce que trop élitiste, Mme Marisol Touraine, quam Deus absolvat, annonce la fin des classes bilangues, "latines et grecques", parce que trop sélectives et discriminatoires, cela en attendant de pouvoir se consacrer à l'abolition du concours de la fonction publique, jugé lui aussi trop élitiste. Il n'a cependant pas été question de supprimer les concours de l'Ena, de Sciences Po, de Polytechnique et des écoles de commerce qui, étant désormais interdites à ceux qui auront bénéficié des suppressions précédemment énoncées, seront alors entièrement réservées à ceux qu'elles n'auront pas empêché d'avoir accès à une éducation rigoureuse.

Le but non avoué, qu'il soit intentionnel ou non, ou disons mieux, le résultat de cette politique, sera finalement une société avec une catégorie de citoyens qui n’auront accès qu’à des connaissances limitées, des capacités de réflexion restreintes, culturellement en-dessous. D’un autre côté, une catégorie à qui sa situation sociale permettra de fréquenter des écoles privées, d’avoir des professeurs particuliers, et qui deviendra la classe dirigeante avec la capacité intellectuelle de manipuler le reste. Cela peut paraître exagérer, mais c’est comme ça que se forme une aristocratie ; il n’est pas nécessaire d’être un rat d’archives pour savoir ce qui faisait vraiment la différence entre l’aristocratie et la roture sous l’Ancien Régime. Victor Hugo lui-même l’a dit, « là où la connaissance n’est que chez un homme, la monarchie s’impose. Là où elle est dans un groupe d’hommes, elle doit faire place à l’aristocratie. Et quand tous ont accès aux lumières du savoir, alors le temps est venu de la démocratie.

 

Cette réforme permettra-t-elle à tous d’avoir un égal accès aux lumières du savoir ? Non, elle fera le contraire. Et si l’on veut bien admettre que telle ne soit l’intention de la gauche, eh bien, il convient de pleurer sur cet angélisme, cet irréalisme, cette naïveté incroyable qui porte nos dirigeants à croire que c’est en fermant les hôpitaux qu’il n’y aura plus de malades. Ces hôpitaux, c’est tout ce dispositif grâce auquel ceux qui ne sont pas nés avec une cuillère dans la bouche pouvaient encore s’en forger une. Le plus grand mérite de la République, c’était cet espoir d’en finir avec le déterminisme social ; c’était cette promesse que, d’aussi bas qu’on parte, on peut arriver aussi haut que les dons de la nature et ses efforts personnels le permettent.

Or, aujourd’hui, une « prépa » est nécessaire après le bac pour accéder aux grandes écoles et universités françaises, « prépa » dont le coût constitue déjà une sélection. Partant de là, nul besoin d’être devin pour prévoir que ces mesures vont contribuer à briser les phalanges de ceux qui, par leurs efforts, leurs talents et leurs ambitions, pouvaient encore se hisser au rang de ceux pour qui les grandes études et les hautes ambitions sont un héritage familial. Voilà, monsieur le Président, le vrai mécanisme de reproduction des élites ; ce sont ceux qui ne peuvent pas payer les écoles et « prépa » privées, François Hollande, que cette réforme pénalisera. Les concours de l'Ena, de Sciences Po, de Polytechnique et des écoles de commerce, leur étant désormais interdites, seront alors entièrement réservées à ceux qu'elles n'auront pas empêché d'avoir accès à une éducation rigoureuse.


Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • acetrip 13 mai 2015 10:10

     marisol touraine ? ça ne serait pas plutôt najat vallaud belkacem qui gere cette reforme ?


    • César Castique César Castique 13 mai 2015 10:41

      « …là où la connaissance n’est que chez un homme, la monarchie s’impose. Là où elle est dans un groupe d’hommes, elle doit faire place à l’aristocratie. Et quand tous ont accès aux lumières du savoir, alors le temps est venu de la démocratie. » Victor Hugo.

      Le même disait « Ouvrir une école, c’est fermer une prison », parce que l’idée (aberrante) qu’il se faisait de l’Humain, l’empêchait de subodorer que l’homme instruit ne serait pas moins criminel ou délinquant que l’ignare, mais qu’il le serait plus astucieusement.

      Et à supposer que le Hugo de la première citation voie juste, il n’en demeurerait pas moins que ses hommes illuminés resteraient sous l’emprise des « forces du mouvement » qui étaient « celles du passé : la volonté du plus fort, les instincts vitaux, la race*, la volonté de posséder et le pouvoir. », pour reprendre des éléments d’un aphorisme d’Oswald Spengler**.

      Et si la République a fait son temps, ce n’est pas à cause de son incapacité à « faire accéder chaque homme à la noblesse  », mais pour s’être constituée en croyant, un temps à tout le moins, que chaque homme avait vocation à accéder à la noblesse…

      Une noblesse que, dans son immense majorité, il ne se souhaite pas plus que la chimérique « émancipation » d’antan – complètement dévalorisée hors de quelques cercles groupusculaires, réduits à la figuration électorale -, dont on comprend, bien sûr, qu’elle a pu séduire les « damnés de la terre » du temps de Zola et de Georges Darien.

      * Aujourd’hui, on dirait plutôt l’appartenance communautaire

      ** Du peu que nous pouvons connaître des événements de l’avenir, une chose est certaine : les forces du mouvement du futur ne seront rien d’autre que celles du passé : la volonté du plus fort, les instincts vitaux, la race, la volonté de posséder, et le pouvoir. 


      • Le chien qui danse 13 mai 2015 11:02

        @César Castique

        "la volonté du plus fort, les instincts vitaux, la race, la volonté de posséder, et le pouvoir. « 

        Valable tant que l’esprit de conquête pouvait se nourrir de l’infini supposé (rèvé) des biens sur terre.
        Là nous approchons à grands pas de la »terre pleine« où la violence fait rage, les butins escomptés devenant plus rares alors que de plus en plus de monde en dépend.
        Si ces forces du passé sont celles du futur alors il n’y aura pas de futur vu qu’il n’y à plus de »territoires« à conquérir ou que nous sommes trop nombreux à vouloir la même chose.
        L’homme devra »s’inventer" une autre destinée ou alors ce sera la fin...


      • César Castique César Castique 13 mai 2015 11:36

        @Le chien qui danse

        « L’homme devra »s’inventer » une autre destinée ou alors ce sera la fin...« 


        Je ne crois pas. Pour la raison suivante : ceux qui auront étouffé en eux, les »forces du passé« seront écrasés sans rémission, par ceux qui les auront conservées, ou développées, saisissant l’occasion de passer du rôle de dominés à celui de dominants.

        Et il y a toujours des territoires - sans guillemets - à conquérir, en recourant au »nettoyage ethnique« là où ce sera nécessaire. 

        Enfin, je ne crois pas que les populations »instinctives" - ça n’a rien de péjoratif - du tiers monde, seront réceptives à une invention de destinée autre, concoctée par des intellos, principalement blancs si on en juge par les volumes de publications des différentes aires de peuplement.

      • Sarah Sarah 13 mai 2015 16:19

        @César Castique
         

        Sous le régime dit « Ancien », la Noblesse était surtout héréditaire mais pouvait s’acquérir aussi par le mérite ou les services rendus (mais non par l’argent).

        La Noblesse n’empêchait cependant pas les non-nobles d’accéder à l’instruction.

        De nos jours s’est instauré une oligarchie (je n’emploirai ni le mot noble, ni le mot aristocrate, ils ne le méritent pas) basée sur l’argent et des complicités. Cette oligarchie cherche par tous les moyens à empêcher les gens pauvres mais intelligents, travailleurs et méritants de s’élever.



      • Sarah Sarah 13 mai 2015 16:28

        L’auteur fait bien de vous alerter sur ce prépare le régime en place à Paris contre vous.


        Car les pseudo-élites qui gouvernent la France mettent leur progéniture dans des écoles spéciales souvent hors-contrat n’appliquant pas le programme destiné aux « sans-dents ».

        A vous de ne pas vous laisser faire.

        Juste une remarque : ne confondez pas Démocratie et République.
        La France n’est pas une démocratie mais une république.

        • cathy30 cathy30 13 mai 2015 18:16

          Ils ont déchristianisé la France, pari gagné, ils passent à autre chose.


          • zygzornifle zygzornifle 15 mai 2015 08:20

            le république a fait son temps..... Place a la république s’écrièrent l’UMP et le PS .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès