Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La révolution néolithique est achevée…

La révolution néolithique est achevée…

Mais pas la révolution axiale…

Tous les anthropologues en conviennent, la période située il y a quelque 10 000 ans et désignée comme néolithique fut le moment d’une révolution sans précédent marquant définitivement l’évolution de l’homme. Cet événement est très récent si on le mesure à l’échelle de la présence des hominidés ayant évolué pendant quelques millions d’années alors que l’homme fit son apparition il y a un ou deux millions d’années. Bref, 10 000 ans c’est rien si on mesure avec l’évolution de l’homme avant le néolithique, mais c’est beaucoup si on prend acte des possibilités inédites offertes par cette fameuse révolution ayant conduit l’homme à devenir éleveur et agriculteur. Les sociétés humaines ont pu ainsi se sédentariser et surtout, s’affranchir de ces tâches visant à trouver les moyens de subsistance sans lesquels tout animal dépérit. Auparavant, les hommes étaient de simples animaux, un peu plus doués du point de vue technique, mais sacrifiant beaucoup de temps pour pratiquer la chasse et la cueillette. Avec la révolution néolithique, les humains ont pu avoir sur place les moyens pour produire la nourriture. Et ce n’est pas une mince transformation puisque le rapport entre l’homme et la nature a pris une tout autre teneur. Au lieu de prélever les substances dans la nature, l’homme a su se rendre maître de techniques grâce auxquelles il a pu infléchir les processus naturels pour les soumettre à l’usage des populations. Le néolithique a vu aussi se dessiner des innovations techniques et notamment l’usage de la pierre polie.
 
Quelques millénaires plus tard, vers 3000 ans avant notre ère, deux innovations majeures se sont produites. D’abord l’usage des métaux et la pratique de la métallurgie. En même temps, l’homme a inventé l’écriture. Les historiens dégagent deux moments, celui de l’âge de bronze puis du fer, ce métal ayant pu être travaillé tardivement car il nécessite des températures élevées et donc, la maîtrise technique des fours à haute température. Grâce aux métaux, il devient possible d’écrire et c’est certainement la découverte de cette possibilité qui conduisit les hommes à inventer l’écriture, sans doute comme un simple outil de transmission à l’origine. Car par la suite, l’homme a découvert que l’écriture et le langage permettaient de penser. Si bien que les premiers savants sont apparus pour inscrire ce qu’ils pensaient du monde en se servant notamment de leur expérience dont l’instrument essentiel est la conscience. Ce qui nous conduit vers la seconde révolution de l’humanité, encore plus essentielle que celle du néolithique. L’homme a été le siège d’une transformation intérieure et c’est donc une révolution de la conscience qui a eu lieu. L’homme, après avoir modelé la nature pour l’utiliser à ses fins, a transformé sa nature intérieure pour façonner ce que nous appelons civilisation. Grâce à la révolution de la conscience, l’homme est devenu un animal culturel et religieux. Après l’agriculture, la culture des savoirs. Après l’élevage, la domestication de l’homme par l’homme, mais aussi l’organisation complexe de la cité, bref, l’esclavage et la vie politique dont le prolongement fut la guerre. 
 
Entre 700 et 200 avant notre ère se situe la « période axiale », ainsi désignée par le philosophe Jaspers pour signaler les traits fulgurants d’une époque marquée par des hommes remarquables, doués d’une conscience nouvelle et dont certains furent prophètes, d’autres sages ou philosophes. C’est à cette époque que sont apparues les grandes religions. J’entends par là une ouverture spéciale de la conscience vers des réalités transcendantes, à hauteur d’homme voire carrément au-dessus. Rien de commun avec l’animisme primitif où tout est sur le même niveau. L’homme a dû alors vivre avec non seulement ses congénères, non seulement la Nature comme partenaire, mais aussi un second partenaire, le Monde des dieux ou de Dieu. De cette période, on ne peut parler en quelques lignes, mais situer quelques grandes innovations dans le champ des savoirs. En Chine, Confucius jette les bases d’une grande civilisation. L’Inde a produit un corpus métaphysique considérable. Quelques notions clés. Dualité pususha prakriti (esprit matière), trois qualités énergétiques, les guna. Tripartition sociale, cultivateurs, guerriers, prêtres, réfléchie dans un panthéon védique (Indra, Varuna, Mitra etc.). Sans oublier Bouddha. C’est aussi l’époque des prophètes, en Perse, Zoroastre, Mani, en terre d’Israël également. En Grèce, après l’époque homérique arrive l’ère philosophique, le siècle de Périclès, les innovations politiques puis philosophique avec les premiers naturalistes, Démocrite, Anaxagore, puis les deux géants, Platon et Aristote. Et la figure centrale qu’est Socrate, symbole s’il en est de la sagesse.
 
Cette période axiale, riche en art, religion et spiritualité, a été rendue possible sous l’effet de deux instruments, la conscience et le langage. Des hommes remarquables ont pu accéder à une conscience aiguë des choses naturelles et spirituelles. Ils ont pu s’exprimer non pas à partir d’une simple écriture, instrument de communication déjà ancien, mais d’une mise en forme de l’écriture qu’on nomme la langue. Le sanscrit védique s’est perfectionné pour devenir classique et permette l’expression des réalités métaphysiques. De même, le grec homérique est bien différent du grec employé par Aristote, comme peut l’être le vieux français, plus ancien que Rabelais, rapporté aux français contemporain. On ne redira jamais assez le rôle déterminant de la langue pour les civilisations et les expressions de la haute culture. C’est même parce que les hommes ont su user d’une savante langue que la parole de Dieu a pu être transmise. Dieu ne parle qu’en utilisant une langue en partage avec les hommes doués d’esprit et sachant parler. Cette révolution de la conscience et des productions spirituelles a été déterminante pour le cours des siècles suivants. Les grands empires, Chine, Inde, Rome, sont sortis de cette rupture majeure dans l’histoire de l’humanité. Nous sommes les héritiers des deux seules révolutions que connut l’homme après sa longue errance sur terre comme « lointain cousin » du singe.
 
La période que nous vivons actuellement mérite d’être interrogée à travers le néolithique et la période axiale. Il se peut bien qu’on prenne date de notre époque ou en fin de compte, de ces deux révolutions, l’une semble achevée mais pas la seconde ; celle qui est la plus importante, car elle contient les germes du développement spirituel et donc, trace la destination la plus élevée pour l’humanité. La révolution néolithique s’est prolongée dans le domaine des techniques. La science moderne, vouée à l’emprise sur le monde, pensée par Bacon et Descartes, n’est que le prolongement de l’agriculture et l’élevage. Il n’y a pas de différence en essence entre la révolution néolithique et la révolution scientifique moderne. Ce sont juste les outils qui ont changé et notamment le plus important d’entre tous, le calcul. La calculabilité de la nature a permis son exploitation, son arraisonnement. La science est issue de la technique et non l’inverse. Tout a commencé par la mesure du monde matériel. De là découlèrent l’utilisation des énergies, la transformation des matières, la production mécanique des objets, le développement des assemblages technologiques, la transmission des informations, l’assemblage des éléments artificiels, la connexion de toutes les parties du monde, le stockage numérique. Cette révolution prend fin. La techno-science a trouvé ses limites. Et l’industrie s’est faite globale.
 
Ce qui s’est passé à partir de Galilée, c’est l’utilisation d’un langage permettant de manipuler la nature. Ce langage, ce sont les mathématiques appliquées et plus généralement, les formalismes scientifiques dont on peut dire qu’ils sont le résultat d’un expérience où l’homme interagit avec une nature muette par essence mais dont on a extorqué quelques bribes d’un éventuel livre dont elle serait issue. Ajoutons l’imprimerie et nous avons les ingrédients ayant poussé l’Occident à faire de la planète un champ où sont cultivés pour ainsi dire, les productions industrielles. Le capitalisme a permis de tout industrialiser, non seulement l’agriculture héritée du néolithique mais aussi les nouveaux objets inventés et fabriqués dans les usines, sans compter les industries de services et de la culture. Cela n’a pas vraiment de sens que de distinguer les secteurs agricoles, industriels et tertiaires. Tout est industrie et presque tout est marchandise. Dans une fable heuristique, Claude Frochaux a mis en avant deux histoires. D’un côté l’Occident et ses accélérations fulgurantes. De l’autre, l’Asie et sa lenteur accompagnée en Inde de sous-développement. En 2010, cette thèse est dépassée. La Chine et l’Inde sont devenues des pays industrialisés et la boucle est bouclée. L’homme produit en masse de quoi satisfaire ses besoins et ses désirs, de quoi occuper le temps, user des plaisirs. Ainsi s’achève la révolution néolithique. Il n’y aura sans doute plus d’innovations scientifiques et techniques majeures. Juste une série de perfectionnements. Et la difficulté grandissante du système capitaliste à fourguer aux masses des objets nouveaux dont ils n’ont pas besoin. Mais une chose est certaine, la révolution industrielle s’achève.
 
Lors de la révolution axiale, prophètes, sages et philosophes s’étaient penchés sur l’incertaine nature humaine, soulignant quelques travers sans gravité ou alors quelques maux diversifiés ou pire, des tendances mauvaises, malfaisantes. Bref, on connaît l’Histoire. La révolution néolithique a engendré des conflits et des désirs. Son prolongement, la révolution industrielle, a fourni des moyens ainsi qu’un terreau dont l’issue tragique s’acheva cette année 1945, avec Hiroshima, Dresde et Auschwitz. Cette même révolution s’est poursuivie avec des crises économiques, des pauvretés, des misères, une cupidité et une vénalité avérée et généralisée. Tout ceci était déjà prévu, en germe, possible, envisageable, si on lit les textes sacrés et philosophiques de la révolution axiale. D’où cette hypothèse. L’humanité n’a pas encore achevé la révolution axiale. Elle semble même s’y refuser, se complaisant dans des jeux stupides, politiciens, consuméristes, divertissants. Si l’homme peut domestiquer les animaux, soyons certains qu’il a su trouver des moyens pour domestiquer ses congénères. Les esclaves par nature décrits par Aristote ne sont plus. Les hommes sont libres dans les démocraties occidentales. Ce qui n’empêche pas que beaucoup soient « domestiqués par le système ». Esclave des jeux, de la consommation. Parcours de soin, professionnel, dans les parcs à thème, tout est délimité, encadré. L’homme comme animal domestiqué doté d’œillères et suivant les directions indiquées par les barrières, visibles, celles de sécurité, invisibles, celles produites par le système d’asservissement de l’homme.
 
Ainsi, l’Histoire qui a commencé après la révolution néolithique, vers 3000 avant notre ère, avec l’usage des armes, du langage, des techniques et surtout, de l’agriculture, cette Histoire s’achève. Longtemps, les différences géographiques ont signé le destin des civilisations et autres nations montantes. Avec des hauts et des bas. La révolution industrielle a poussé l’Angleterre vers la première place des nations conquérantes, après le règne de Victoria. Avant c’était la France. Les Etats-Unis ont pris le relais après 1945. L’exemple du Japon montre que la puissance industrielle repose sur des techniques et des hommes et peut se développer en l’absence de ressources naturelles. Depuis 1990, avec la globalisation, pratiquement toutes les nations peuvent entrer dans le jeu de l’industrie. Tout semble s’équilibrer et s’accélérer en une fin de l’Histoire accompagnée de l’avènement d’un monde industrieux. Sauf dans quelques contrées où pour diverses raisons, un décrochage se produit. L’Histoire, ce fut de l’espace géotechnique et géopsychique transformé en temps. Un espace conquis par les hommes, les techniques, l’agriculture, le langage et pour finir le psychisme et la culture. Mais :
 
Quid de la révolution axiale au 21ème siècle ?
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

40 réactions à cet article    


  • Shtounga 20 juillet 2010 10:07

    La conscience humaine existe depuis bien plus longtemps. C’est elle qui a permis la maîtrise du feu, etc ... Ecritures et langages sont des produits de la conscience, pas des sources.


    • Marc P 20 juillet 2010 11:06

      ecriture, langage et conscience alimentent mutuellement leurs évolutions respectives et partant leur évolution commune...


    • Shtounga 20 juillet 2010 11:28

      Ecritures et langages sont des représentations à codage convenu créés pour communiquer. Et ces représentations sont plus pauvres que les représentations intérieures conscientes qui existaient bien avant dans le cerveau humain.


      La vision religieuse de la conscience est complètement fausse.

    • Shtounga 20 juillet 2010 10:46

      La prochaine révolution sera cybernétique : ce sera la mécanisation de l’intelligence rationnelle.

      L’homme n’aura plus qu’à exprimer ses volontés à travers des cahiers de charges et surveiller le bon déroulement des processus. C’est aux machines que reviendra la planification de l’action efficace sous la supervision de l’homme.

      Cela commencera avant 2020.

      • Shtounga 20 juillet 2010 11:30
        Ce post-là moinssé ?
        Et bien, je viendrai encore dire des choses intéressantes sur ce site d’ignares.
        C’est promis

      • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 14:09

        cybernétique ta mère.....
        et question intelligence rationnelle , tu dois être en sérieuse carence...... smiley bourre-pif....


      • Shtounga 20 juillet 2010 14:45

        passionnant


      • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 16:16

         smiley smiley smiley smiley


      • Shtounga 20 juillet 2010 19:19

        attention, pyralene, il faut éviter ce genre de familiarité maintenant que tu as grimpé l’échelle sociale sur avox et que tu y es incontestablement et méritoirement devenu une autorité intellectuelle ( il suffit de voir les votes )

        il faut dire que c’était bluffant ton exposé sur les pyramides martiennes découpées au laser quantique à fréquences relativistes ... la classe !
        à ce propos, tu devrais expliquer à dugué comment l’homme de neandertal découpait le plutonium à coups de silex, ça va le scier


      • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 20:20

        T’es toujours aussi con ...... smiley


      • Marc P 20 juillet 2010 11:01

         « C’est même parce que les hommes ont su user d’une savante langue que la parole de Dieu a pu être transmise. Dieu ne parle qu’en utilisant une langue en partage avec les hommes doués d’esprit et sachant parler. »

        N’est ce pas là faire fi du songe par lequel Dieu communique avec les hommes... ?

        Dans cette évolution et ses stades, je pense que « le commencement du monde fini » mérite une mention spécial xce qui n’est pas sans lien avec ce qui suit...

        Et enfin, l’époque où on commença à mourir dans un monde différent de celui ou on était né à cause du progrès de la connaissance et des techniques est très récente (19eme siecle). Je pense qu’il s’agit également d’in grand chamboulement pour l’esprit et la perception du monde... avant cela on n’avait aucune conscience du progrès aujourd’hui déifié.... et on ne vivait que pour sauver sa vie (survie) et son âme sans oublier le recours au divertissement Pascalien...

        Le progrès à venir sera on l’espère de l’appréhension, la connaissance et le partage déjà entrepris de la vocation de l’homme et de l’humanité.....


        • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 12:05

          Vous avez l’air tellement sûr de votre histoire que j’en ai la larme à l’oeil.......
          10 000 ans de progrès pour arriver au stade de l’autodestruction, quel beau parcours !!....
          En fait , voyez-vous, votre petite histoire, j’en crois pas un mot.....vous avez dû en oubliez en route !!


          • loulou 20 juillet 2010 12:41

            Putain quel bel article.J’en reste baba.Je vais me le garder dans un coin.Quand je pense qu’il y en a qui arrive encore a fouinasser voir gloser devant ça ! alors eux , ils doivent être vraiment fort.


            • Pinpin 20 juillet 2010 12:57

              Salut les agoravoxiens.

              Le néolithique débutant il y a seulement 10 000 ans ? L’homme un simple animal jusque là ? Une humanité bestiale avant les égyptiens ?

              Il existe une hypothèse de civilisations évoluées et d’un monde cultivé et unifié antérieur à 10 000 ans qui contredit la théorie classique.

              L’humanité aurait été une première fois unifiée, avec une culture mondiale, à une époque où le niveau de la mer était plus bas, et de nombreuses terres aujourd’hui englouties alors émergées facilitant les échanges entre continents. Une brusque montée des eaux aurait mis fin à cette première ère humaine mondiale.

              Quelques arguments sans suffisamment de liens :

              Le mythe d’Atlantide et celui du Royaume de Mu

              Les mystères de l’île de Paques

              Le récit du Déluge dans la Bible

              La datation du Sphinx de Gizeh

              Des ruines au large du Japon

              ...

              Moral de cette théorie, notre civilisation peut bien disparaître des mémoires, l’humanité se reconstruira.


              • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 14:17

                Le néolithique débutant il y a seulement 10 000 ans ? L’homme un simple animal jusque là ? Une humanité bestiale avant les égyptiens ?...

                C’est bien ce qui est étonnant, on passe des cavernes ,de la chasse et de la pêche directement à la construction du site de Giseh et de pyramides dont on est totalement incapable de réitérer l’exploit surhumain de l’édification de nos jours.....il n’y aurait pas comme un « chainon manquant » à votre histoire, mrs Dugué ??.... smiley


              • paul mohad dhib 20 juillet 2010 17:36

                Salut pinpin et pyralene..
                intéressant pour moi ce que vous dites..
                a titre personnel je travailles sur le « cerveau analytique », a titre d’humain normal....bon ca m’amène sur le sujet de l’ego, donc le cerveau entre autre ,ego = un outil etc etc je ne détaille pas, ce n’est pas le propos ici
                je pars dans l’imaginaire qui m’a troué la cervelle l’autre jours, j’ai cru « sentir » qu’il y a eu avant ce barbare que nous sommes, si si malgré le bling bling j’insiste, il y aurait eu un humain tres different avant nous les barbares...bien sur en évoquant les mythes, et ce qui se cache éventuellement derrière...notamment Atlantide dont parle Platon, mais aussi Adam et Ève et d’autres..
                Adam et Ève, en simplifiant ,ce mythe parle d’un humain different de nous ...mais on ne remarque pas que ce mythe implique cela, un humain tres different mentalement...,humain qui ,en goûtant aux fruits de l’arbre de la connaissance ( ego/outil de survie ), quitte le paradis terrestre....la c’est nous, ca implique que avant avoir goûté a ce fruit, avant l’éveil de la connaissance, cet humain était tres différemment , avait donc une ou d’autres capacités que les fruits de l’arbre de la connaissance ont modifie....
                pour moi ceci est le passage a la domination du cerveau analytique ou ego sur l’autre cerveau, non égoïste....et comme d’autres j’en ai eu l’expérience de cet « autre » partie du cerveau, qui elle peu utiliser l’ego pour ce qu’il est , un simple moyen pour les techniques pour survivre
                je sais, ce mythe est soit une pure invention, soit un conte a dormir debout pour les religions organisées, soit il a une base réelle, non comprise..
                ca fait ouf, mais des fois j’ai des impressions fortes qui tombent tres juste, je n’en parle habituellement pas, et la je « sens » que des humains non barbares ont existes avant nous, ces humains ayant la partie du cerveau qui n’est pas le fruit de l’arbre de la connaissance ou ego éveillée...moi ca me fait penser , a titre personnel ,que l’humain est un être fini dans sa psyché , mais les fruits de l’arbre delà connaissance, lui ont fait quitter le « paradis » pour « l’enfer »...de ma part aucune co-notation religieuse ici..

                 on va dire pour faire simple que un tel humain avait le troisième œil , ce troisième œil qui pourrait être la voie du milieu du bouddha, que moi je qualifie de 3eme voie ,( la voie du « paradis »)
                 cette troisième voie n’est pas un compromis entre « bien » et « mal » mais autre chose, une qualité de « penser » différente...
                de tels humains ont pu exister , cet autre partie du cerveau non éveillé je connais,je l’ai vécu et j’ai un article la dessus, depuis 3 semaines en « modération » ....ca s’appelle l’ego c’est l’enfer, ou l’éveil a la bonté....j’y explique ce« troisième œil » ,ou cette troisième voie, et ce que vous dites tous les deux m’y a fait penser...tres fortement
                n’ayez pas de problème a penser et dire que c’est délirant voir plus, en tous les cas si mon article passe, on pourra en reparler..merci
                salutations..


              • paul mohad dhib 20 juillet 2010 17:42

                excuses, tout ceci pour dire que nous les barbares sommes sur le mauvais chemin depuis quelques millénaires.....
                comme dit pyralene, notre civilisation peut disparaître, l’humanité se reconstruira.......
                oui, mais je souhaite que ce soit avec un humain éveillé a lui même,ayez pitié, pas avec le même mental/ego que nous , sinon la même horreur va se reproduire puis on disparaît puis se reproduire puis on disparaît puis se...........................
                l’éveil a la bonté, sortir de notre « enfer » de cet ego/machine automatique, voila une idée qu’elle est bonne.....


              • amipb amipb 20 juillet 2010 23:13

                @Paul Mohad Dhib : l’homme d’avant le péché, c’est l’enfant. Celui-ci goûte à la connaissance avant d’être adolescent et de s’unir ensuite à son « autre côté ».

                Je ne crois pas à un âge d’or passé de l’humanité. Sinon pourquoi n’en existe-t-il nulle trace, et pourquoi s’est-il terminé ?

                Il y a certes quelques écrits ou représentations très énigmatiques (vedas, pyramides aztèques ou égyptiennes, etc.), mais toutes racontent finalement des combats sans merci et d’une cruauté parfois digne des pires barbares. Le ver est donc dans le fruit depuis le début.


              • Jean 20 juillet 2010 23:14

                La « bonté » n’ est que pourriture.

                Je ne suis pas « bon » ; je suis profondément égoïste, et c’ est par égoïsme que j’ aime, parce que c’ est bon d’ aimer, parce que c’ est un avantage, parce que ça me rend heureux, ... je brûle dans le coeur, je DONNE.

                La sainteté n’ existe pas ; l’ égoïsme est le prolongement de l’ instinct de conservation sans laquel aucune vie n’ est possible, et c’ est par égoïsme, loi suprême, que j’ aime : pas de sainteté la-dedans !

                Le bon EST, dans le monde, par le feu intérieur...

                Le « bon » est faible, le fort donne et est puissant. Il ne se dit pas « bon »

                Le feu intérieur ne se donne aucune qualité : il EST tout simplement !


              • amipb amipb 20 juillet 2010 23:35

                Vous avez raison concernant le bon, et cela est vrai également pour celui ou celle qui veut être mauvais(e).

                Toutefois, l’amour altruiste et désintéressé existe, et il est autrement plus fort que ce que vous appelez bonté. Mais pour vivre cet amour, il faut s’être débarrassé de son ego, ou tout du moins avoir compris ses fondations.

                Gandhi, Jésus, Bouddha, Martin Luther King, etc. n’étaient pas « bons », ils ne véhiculaient pas un message de bonté, ils étaient ce message. Et, par là même, étaient nettement plus forts que la plupart des personnalités publiques modernes, qui n’engagent que leur intellect ou leurs intérêts personnels dans leur quête.


              • Jean 20 juillet 2010 23:50

                J’ ai déjà écrit :

                "L’ Homme, rationaliste, (adolescence de l’ humanité), s’ identifie à sa conscience mentale. Il lui semble être son « moi » dont il oublie la Source bien mystérieuse, et Qui le dépasse largement. Jésus rencontra des possédés de démons, qui vociféraient. Le démon représente le visage grimaçant, hideux du mental de l’ Homme, livré à lui-même. Il les chassa des possédés et les envoya dans des pourceaux qui allèrent se jeter dans un précipice. Les démons reconnurent que le Christ était fils de Dieu, mais Celui-ci refusa leur témoignage. Le témoignage du mental n’ a pas de validité, fut-il vrai ! le croyant a le visage d’ un démon, la croyance n’ est que grimace. Le mental livré à lui-même n’ a sa place que dans l’ animalité et termine par la mort.

                Quel est donc cet Homme nouveau ? Indicible : il ne croit plus, il EST, croire est le fruit du mental, a-t-il besoin de croire celui qui EST... « Lui » ? L’ Homme est un infini. Il est libéré de tout. Pour les Bouddhistes le mental n’ est qu’ un sixième sens, ou un troisième œil, l’ Etre n’ est pas définissable, pas plus dans le Taoïsme.« 

                Sur les propos de Paul et le »cerveau égoïste"

                « Malheur au monde à cause des scandales ! Il n’ est pas possible qu’ il n’ y en ait point, il est nécessaire qu’ ils arrivent ; ... », précise l’ Evangile : il semble que, dans un processus de création, le passage par un mental livré à lui-même (Homme ado), isolé (inconscient) de sa Source soit inévitable. Le cerveau s’ associe au feu intérieur dans l’ homme nouveau c’ est à dire prend conscience de sa mystérieuse capacité à aimer.

                L’ Homme doit devenir adulte, c’ est à dire re-devenir (tendre) comme des petits enfants.

                L’ amour/sexe donne l’ homme nouveau charnel, l’ Amour inconditionnel donne l’ Homme nouveau intérieur : matière devenue vivante puis pensante puis aimante, sans limite concevable.





              • Jean 21 juillet 2010 00:02

                De Shtounga

                "Ecritures et langages sont des représentations à codage convenu créés pour communiquer. Et ces représentations sont plus pauvres que les représentations intérieures conscientes qui existaient bien avant dans le cerveau humain.


                La vision religieuse de la conscience est complètement fausse."

                Plus généralement, Quel est le mystère de la potentialité de la matière/énergie d’ un cosmos originel à devenir vivante ? puis pensante ?

                Puis aimante, brûlante ?


              • Shtounga 21 juillet 2010 09:21

                @Jean

                Inventer du divin pour expliquer les mystères, ça n’explique rien.

              • Jean 21 juillet 2010 10:10

                @ Shtounga,

                Merci pour votre commentaire, mais je n’ explique rien du tout

                exemple : j’ ai déjà écrit « le néant est » : cette proposition contient sa propre contradiction ; il semble que quelque chose plutôt que rien soit inévitable, et d’ ailleurs nous sommes là ! rien de divin là-dedans, c’ est ainsi.

                D’ autre part je ne propose pas du divin qui, en effet n’ explique rien, ce que je propose c’ est tout le contraire : du tangible, c’ est à dire VOUS MEME, votre propre capacité mystérieuse à devenir aimant, brûlant sans qu’ aucune limite ne vous soit assignée.
                Le mental, bel outil pour s’ actualiser dans notre mystérieuse réalité est aussi source de fantasme, de vues de l’ esprit, d’ opinions bornés ou fanatisme, d’ imaginaire etc. source d’ erreur, et de mal... (voir les totalitarismes, les fanatismes religieux etc.)

                le mysticisme authentique c’ est votre grandeur intérieure, la tangibilité de vous-même, avoir la tête sur les épaules, la chute des fantasmes, des rêves bidons...

                RENVERSEMENT TOTAL DES VALEURS

                Il n’ y a rien de divin là-dedans !!!

                Mythologie biblique :

                Le Christ dit : « les Hommes demandent un signe, il ne leur en sera pas donné d’ autre que celui de Jonas », c’ est à dire vous-même, le Christ aimant que vous êtes, l’ Homme nouveau qu’ il nous est proposé d’ être, votre propre vie.

                Tout signe autre que NOUS-MEME serait misérable.

                Trois « jours » de la vie :
                tendre enfance, adolescence de l’ humanité : ...vie passée, solitude affreuse... du tombeau (ascèse ? épreuves de la vie ? ...ou mental livré à lui-même, fantasme) ; résurrection (nouvel Homme).

                La solitude n’ existe pas, elle n’ est qu’ effet du mental tournant sur lui-Même, livré à lui-même, le serpent ...qui se mord la queue !

                La pudeur de l’ Adam intellectuel doit disparaître, Eve et Adam se virent nus, ils eurent honte et se vêtirent, la pudeur est celle du coeur, il ne faut plus avoir peur de dire « je t’ aime » à autrui (avec discernement).

                Là est la signification du Sacré Coeur du Christ qui est nôtre ! qui en veut ?

                A vous de voir, tout temple de pierre n’ est que ruine, vous êtes temple de l’ Amour, libre à vous !

                Le « divin » est tangible alors, non ?


              • Jean 21 juillet 2010 10:21

                @ Stounga,

                Mais je « plusse » tout de même votre commentaire car en effet le « divin » n’ est qu’ un mot, on est « intello » à cause des pensées et des mots qui vont avec.

                On n’ attache plus d’ importance à l’ intellectualisme quand on VIT par le coeur, la vie se VIT d’ abord, elle ne se pense pas. La pensée, les mots sont outils.

                Et tout celà n’ existerait pas sans le potentiel du cosmos à se faire matière, chair vivante, pensante, aimante. Il y a donc bien une potentialité ... mystère pour la pensée. je « plusse » donc vos commentaires.


              • paul mohad dhib 21 juillet 2010 12:24

                Salut Jean
                le mental livre a lui même est un passage obligatoire, oui je vois ca, enfant, adolescents...ne sont que la dedans, et encore, certains ont déjà une « capacité » étrange....

                ce mental semble être un des éléments d’un tout,celui qui, utilisant la mémoire permet de garder un corps en vie,sans cette mémoire le corps meurt tres rapidement.
                il me semble alors être a la fois indispensable comme notre « programme » qui fait « fonctionner » ..ce corps, une partie d’un tout...
                notre planète est souffrance ,fuite de peurs, peurs qui sont des fuites, est aussi réalisation de milliards de je veux.....le seul je veux que je laisse volontiers aller son chemin c’est la rencontre sensuelle de l’autre, euh des autres !! la rencontre volontaire bien sur, ce point me semble si fort en atavisme pour certains du moins ,que seul ce « feu intérieur » et encore peut le « calmer »..
                bon, on est la, les violents sont au pouvoir, on fait quoi ? toute réflexion qui n’intègre pas ce qui se passe dans le concret de l’horreur des humains, qui ne sont pas que ca, mais cette horreur crédibilise le tout..toute réflexion uniquement « psychologique » ne regardant pas le mal, n’est pas bonne.....OK, mais on fait quoi ?
                pour ma vie, la souffrance, cet espèce de mécontentement permanent est un déclencheur , qui m’a pousser a chercher, a regarder, voir, comprendre, rencontrer, partager, douter, regarder ce qui est vrai, on peut faire tout cela mais.....etc etc.....mais arrive la propagande du puissant qui dit : souffrez,une fois mort ce sera le pied.....ca c’est la création par les puissants des religions, un malheur pour les humains...hélas pas le seul.... ....
                Reste le personnel dans l’universel, autant le mental / ego est dans la volonté, autant cette autre possibilité est dans l’observation....
                ainsi la connaissance de notre être est dans le regarder ce qui est vrai, et la bonne nouvelle
                est : il n’est pas dans l’effort de l’ego, mais dans une sorte d’observation passive, se connaître, s’ouvrir au « feu intérieur » comme tu dis, n’est pas simple, mais ne demande pas cet effort qui fatigue, et ca c’est une bonne nouvelle , non ?
                amicalement...


              • paul mohad dhib 21 juillet 2010 12:37

                @ amiph

                oui, oui je vous suis tres bien ,ce que vous dites est tres sensé...et possible, probable...mais..en plus,
                c’est un sentiment diffus que j’ai, que des humains différents de nous dans leur psyché aient été vivant sur cette planète....est possible...
                et n’ai pas laissé de trace, oui c’est possible, nous humains d’aujourd’hui sommes persuadés ( pas moi du tout ) que les techniques que nous avons mis en place sont indispensables et qu’il y a quelque chose a accomplir au travers de cela, une sorte de pierre d’achoppement ultime a la gloire de l’humain...bla bla bla.. or tout ceci est peut être faux....
                par expérience personnel et réelle de ce qui n’est pas de l’ordre de : moi-je, de l’ego, je sais que toute finalité matérielle est secondaire , la technique, les sciences sont peut être seulement des moyens..un humain éveillé a lui meme, et ca je le repete je sais ce que ca veut dire par expérience avec ce « feu interieur » dont parle jean, un humain eveille peut ne pas laisser de traces evidentes...
                mais finalement peu importe, c’est la que l’on est vivant, dans le présent qui se renouvelle d’instant en instant, et on se repose la question : on fait quoi ?
                merci de cette contradiction constructive
                amicalement


              • Jean 21 juillet 2010 22:27

                Bonjour Ami Paul

                L’ Homme ancien (en fait l’ Homme actuel) vit dans la peur, selon les lois de la nature, c’ est à dire du dieu Pan (panique).

                L’ Homme nouveau, l’ adulte (à venir) ne connait plus la peur, ne connait plus la souffrance, et la solitude n’ existe plus. Car Il est don total (« A quoi bon soi s’ il n’ y a que soi ? » écrit Soljenitsyne).

                Les méchants peuvent gouverner ; la violence est mensonge, le mensonge est violence et court à sa perte, toujours....

                Soyez seul et brûlez, ça suffit !

                Amicalement


              • Aafrit Aafrit 20 juillet 2010 14:07


                La science est issue de la technique et non l’inverse


                Dugué a tranché...

                C’est vrai qu’ après avoir tranché sur ça, désormais plus rien ne nous découragera smiley


                • amipb amipb 20 juillet 2010 23:15

                  Amusante démonstration. Et personne pour demander si les protéines de la poule n’étaient pas déjà dans l’œuf ?


                • Lord WTF ! Franz Ferdinand Von FritzenSouchern 20 juillet 2010 15:08


                  Quid de la révolution axiale au 21ème siècle ?

                   

                  Disons que après avoir mis fin à l’Histoire : elle mettra fin à son producteur : l’Humain dans ce qui l’a définit en tout ou partie : Culture et Société : le processus est en marche et les deux grandes lignes en seront le Transhumanisme ou post-humanité à moyen terme et bien entendu l’IA avec la possibilité (assez prochaine) de la Singularité Technologique.

                   

                  Donc, bien plus qu’une révolution : une nouvelle évolution pour et l’Intelligence et la Vie qui va rejoindre autant le champ de l’Artificiel que du Virtuel : disons qu’homo sapiens devra laisser sa place à H+ et à des formes d’intelligence que nous ne pouvons concevoir.

                   

                  Si depuis la Préhistoire : Monde de l’Esprit et Monde l’Acte dépendaient pour le premier des capacités du cerveau humain et pour le second de la force-travail ou énergie animale humaine puis mécanique : la valeur du travail-cerveau humain est en passe d’être réduite à zéro, quant à celle du travail-force humain : la Révolution Industrielle puis la mécanisation et enfin la Robotisation l’a rendue caduque depuis pas mal de temps : donc fondamentalement l’utilité de sapiens en est définitivement réduite. Certains l’ont compris et s’inscrivent déjà dans le paradigme transhumain ou post-humain : à savoir la fusion avec l’IA.   

                     


                  • alberto alberto 20 juillet 2010 15:29

                    Moi ça m’embête un peu toute cette évolution !
                    Ca m’aurait bien plus d’avoir quatre mains comme mes potes du zoo de Vincennes : j’aurais pu rouler mes clopes tout en lisant le journal...Me gratter le cul et celui de ma voisine, tout en tapant mes SMS sur mon portable : le pied ! Sauf que le pied, justement c’est bien là le problème, car trois millions d’années pour échanger deux mains contre deux pieds : qui maîtrise quoi au juste ?

                    Bien à vous.


                    • paul mohad dhib 20 juillet 2010 18:12

                      quand a la question de Bernard Dugue : quid de la révolution axiale du 21eme siècle ?
                      parlez vous des techniques ? de la psyché ?
                      pourquoi devrait il y avoir une révolution, dans quel sens ?....tout va bien non ? le dieu science a supplante les autres dieux dans certains cas , en fermant les yeux ,en étant sourd certes on peut affirmer que tout va bien ,c’est sur...
                      si vous posez cette question c’est que ca ne va pas...alors...
                      techniquement on peut sûrement inventer d’autres produits , bon et alors ?
                      une révolution spirituelle ? pour un humain le spirituel est un idéal projeté par son désir (ego ) je pense...oh que j’aimerais être spirituel !!! emprunt de spiritualité je veux dire...
                      encore une autre illusion de plus, malgré cette technique ca ne va pas ,alors tournons nous vers autre chose, oui mais quoi ? le spirituel madame michu, le spirituel ....
                      c’est quoi ? on ne sait pas,genre dieu, ou un truc comme cela, on deviendrait gentil rien qu’en y pensant sans rien faire.....ah vous y croyez madame michu ? non ,mais que faire d’autre ??

                      voila, on ne sait pas, et ca c’est un début vers l’autre cerveau dont je parle plus haut en réponse a pinpin et pyralene....se dire : je ne sais pas, et pour une fois dans sa vie rester dans cette incertitude qui est vérité : je ne sais pas...être patient , attendre,oh ! certes votre ego cerveau analytique va vous titiller sans arrêt, avec ses plans,avis, idées,désirs et peurs ....vous savez ce cerveau machine qui parle tout seul, tout le temps...
                      restez dans l’incertitude, l’autre cerveau dont je parle plus haut, lui il peut, il est le libérateur de notre ego démoniaque....nous allons devoir grandir, retrouver le chemin de ce qui est incertain en permanence et ca s’appelle : LA VIE.......nous ne sommes pas réellement dans le mouvement de la vie, mais prisonniers de notre « ego », qui dit : moi je veux conquérir la planète..nous sommes tous responsables..de ce désastre humain...
                      na pas perdre de vue que châtier des coupables ici ,n’est pas le propos, le propos est de comprendre tout ceci pour SORTIR du foutoir...
                      mesdames et messieurs merci de votre attention...
                      non je ne reviens du pub... !!!


                      • amipb amipb 20 juillet 2010 23:23

                        Malheureusement non, Pasou, le monde moderne sédentarise chaque jour un peu plus les nomades. Regardez les peuples du désert ou ceux des steppes (Asie, Amériques) : tous succombent aux sirènes du roi confort, de gré ou de force (voir notamment le sort réservé aux khampas du Tibet). Le seul nomadisme qui reste et dont vous parlez est le nomadisme économique et financier.

                        Nomade signifie être toujours en mouvement, se déplacer pour s’installer ensuite quelque part n’est pas du nomadisme, juste une sédentarité mobile.

                        J’aimerai finalement vous reprendre sur la notion de race : il n’y a qu’une race humaine, qui s’est d’ailleurs quelque peu métissée avec Néanderthal en d’autres temps, mais toutes les autres races sont éteintes à l’heure actuelle. Il faut donc parler plutôt d’ethnies, qui sont d’ailleurs parfois radicalement différentes culturellement parmis des personnes de la même couleur de peau.


                      • chlegoff 20 juillet 2010 23:17

                        Après avoir lu votre article ainsi que les commentaires je soumet à votre réflexion cette citation (de mémoire) de Satprem. « Le jour ou l’homme aura découvert tout ce qu’il peut découvrir, aura été aussi loin qu’il puisse aller, il ne lui restera qu’une seule chose à découvrir, c’est lui-même. »


                        • amipb amipb 20 juillet 2010 23:26

                          Ce voyage est depuis longtemps déjà entrepris. Mais notre époque ne favorise malheureusement pas ce type de découverte, car l’ego hypertrophié a bien trop peur de découvrir son inexistence.


                        • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 23:28

                          Satprem. "Le jour ou l’homme aura découvert tout ce qu’il peut découvrir, aura été aussi loin qu’il puisse aller, il ne lui restera qu’une seule chose à découvrir, c’est lui-même."

                          mmmh , je pense que l’homme aurait plutôt intérêt à se découvrir avant ! non ? ...
                          le reste serait tellement plus facile ......


                        • paul mohad dhib 21 juillet 2010 09:09

                          Salut chlegoff ....de bretagne ??

                          satprem,ca me ramène quand j’avais 15 ou 16 ans, dans les années 70.....aurobindo et toute la bande !
                          comme dit pyralene, il sera indispensable de se connaître avant qu’il soit trop tard, ...
                          déjà, une chose, pour moi l’homme ne découvre pas par lui même, y compris ce qu’on appelle la science, c’est LE GRAND TOUT des Indiens sioux Lakota par exemple qui parle, qui dit des choses,qui révèle...mais de suite notre « interface » qui analyse ce quelle a mémorisé s’empare de l’information revelee et la fait sienne, ce procede est auto-centre sur soi, il est l’ego....
                          cette« interface » égoïste va , a partir de la , tout penser en terme de : moi-je......
                          pourquoi ? c’est un programme automatique, on en ressent le cote automatique en étant conscient de notre bavardage intérieur incessant qui donne toujours son avis sur tout, y compris a propos ce qui est totalement inutile,..on ne peut le maîtriser,plus on essaye plus il fonctionne, et .il conclu toujours d’une façon binaire par : oui j’aime / non je n’aime pas...
                          le : non je n’aime pas correspond au zéro mathématique d’une certaine manière...
                          oui et alors, disons que c’est assez juste ? et alors
                          Excellente question....je me remercie de l’avoir posée, et alors.... ?
                          ne sentez vous pas comme un grand vide s’installer, notre cerveau rempli de pseudo connaissance ne sait pas, je pose une question et pas de réponse, pourquoi ? parce que toute réponse du cerveau vient de la mémoire donc d’une conclusion qui est déjà la...
                          la, pas de réponse...
                          commencer a se connaître peut commencer la, que fait un ego qui ne sait pas ? il passe a autre chose, il invente une conclusion bidon, il ressort une phrase d’un auteur....
                          alors que la vérité serait de dire : je ne sais pas, et de laisser la question en suspend....
                          or la capacité a laisser une interrogation en suspend, ce cerveau/ego qui analyse ne peut pas faire, son programme lui intime de trouver une réponse , de suite...
                          vu ainsi, la connaissance de soi peut,éventuellement, révéler ,une ou d’autres capacité de notre cerveau...une capacité qui peut rester et regarder l’inconnu, donc ce qui est au delà des opinions..
                          c’est un sujet pour toute une vie, et personne ne peut prendre ce chemin a la place d’un autre,
                          Pour oser aller dans cette direction, la nature ,le GRAND TOUT nous a donne des éléments, la souffrance psychologique en est un...
                          la souffrance physique est un garde fou pour protéger le corps pour dire attention !!!
                          je pense que tout « malaise » psychologique même léger est un indicateur d’un mauvais chemin , je le vois pour moi, je ne peux expliquer,nul ne le peut pour un autre...
                          Entreprendre ce vrai voyage d’une vie d’humain, demande de refuser cette souffrance, pourquoi accepter de souffrir ? masochiste l’humain ? oui...bien sur...
                          un matin je me dis : je refuse cette souffrance, de suite un problème se pose, si c’est seulement au travers de l’ego que l’on pose cette question, lui il veut une repose immédiate,
                          voyez la complexité....a chacun de s’y engouffrer....
                          l’ego est prisonnier du temps de la pensée, celui ci est hors du flux de la vie, la vie est le présent sans cesse renouvelle, un humain normal, n’est pas réellement vivant...
                          la souffrance qui accompagne cela devrait nous faire bouger, mais intervient la religion qui dit : souffre ,quand tu seras mort tout ira bien......d’un certain point de vue ce n’est pas faux...
                          ce point d’accepter de souffrir est important pour dominer une personne et le monde, alors que un être éveillé qui se connaît....un peu, va totalement refuser toute domination, refuser de dominer et chercher toujours ,consciemment et volontairement la coopération et le partage...
                          sur le chemin de la connaissance de soi, il y a la transformation radicale des humains donc de leurs sociétés....rien que ca....
                          y’a du boulot..
                          amicalement....


                        • Jo Gurmall de Stafferla Jo Gurmall de Stafferla 21 juillet 2010 09:16

                          La science issue de la technique et non l’inverse...
                          Vous parlez de la recherche appliquée, celle qui vise à améliorer les bougies ? la technique a permis de fournir des outils matériels à la science, celle de la recherche fondamentale, soit, mais déjà, la conception , l’élaboration, l’amélioration de ces mêmes outils passent par une étape scientifique. Par ailleurs, la pensée scientifique n’a que faire de la technique dans un premier temps.
                          Cette affirmation est vide de sens.


                          • Hermes Hermes 21 juillet 2010 14:53

                            Science et conscience sont mélangés dans cet article comme s’ils étaient naturellement imbriqués. Depuis Rabelais qui l’a joliment exprimé, on sait qu’il n’en n’est rien.
                            Il n’y a besoin que d’intellect pour développer la science, mais il ne suffit pas pour la conscience. Elle nécessite la mise en branle de tout le psychisme qui englobe l’intégralité de la nature humaine, avec ses composantes émotionnelles, sensitives et mémorielles, qui font participer le corps entier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès