Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La rumeur de Toulon, Mains Basses sur l’université

La rumeur de Toulon, Mains Basses sur l’université

 « La rumeur de Toulon » est le fruit d’un travail d’enquête de plusieurs mois. André Joly, Professeur émérite de l’Université Paris 4-Sorbonne, linguiste et philologue, est intrigué par l’énigme de l’affaire du présumé trafic de diplômes au profit d’étudiants chinois découvert à l’université de Toulon (suite à un dépôt de plainte sans preuve d’un enseignant de l’IAE). Dans le plus grand secret, l’auteur mènera un véritable travail d’investigation sur cette affaire qui a défrayé la chronique pendant de nombreux mois en 2009. 

Certes des enquêtes ont été menées par le Parquet, la Police judiciaire et Madame Pécresse qui avait envoyé à Toulon des inspecteurs de l’IGAENR. La conclusion des inspecteurs de l’IGAENR mérite, ici, d’être rappelée : il n’y a pas de trafic de diplômes mais de « graves irrégularités ». Mais pourquoi l’enquête des inspecteurs, détournée de son premier objectif, s’est-elle concentrée alors sur les « irrégularités » ? « Au terme d’une seconde enquête menée tambour battant avec une équipe d’inspecteurs renouvelée, sur la foi d’un rapport uniformément à charge, la ministre suspend de leurs fonctions le président Oueslati et deux de ses vice-présidents ». Le président est d’origine tunisienne, il est élu, (est-ce un hasard ?), au conseil de la Région PACA sur la liste de gauche de Michel Vauzelle.

André Joly met en évidence des enchaînements « diaboliques » d’actions menées en un temps record ! Il raconte de manière saisissante comment on peut faire d’une pierre, trois coups ou comment le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche a passé l’Université de Toulon et sa Présidence par les armes. C’est terrible ! On découvre alors comment le président de cette université et ses deux vice-présidents vont être condamnés avant même d’avoir été entendus et jugés, comme si la présomption d’innocence n’existait pas.

En 2009, des milliers d’étudiants sont en grève, ils protestent contre la loi LRU. Madame Pécresse « très malmenée pendant les grèves et au bord de la démission, récupère la catastrophe qui frappe l’université de Toulon pour la faire servir à la construction de l’enseignement supérieur selon ses plans, une sorte de laboratoire expérimental. Elle avait dit à qui voulait l’entendre qu’elle irait jusqu’à suspendre des présidents. Et elle l’a fait ! En virant le président, elle peut aussi, d’une part, placer à la tête de l’université un « administrateur provisoire » d’autre part expérimenter le nouveau style de « gouvernance » (nouveau terme à la mode) qu’elle appelle de ses vœux dans le cadre de ce qu’ils ont le culot d’appeler l’« autonomie » ».

André Joly, nous prend à témoin et l’histoire qu’il nous raconte tient à la fois du roman comique, du roman-feuilleton, du roman policier, du roman de guerre, du théâtre existentialiste, du théâtre de l’absurde et du vaudeville. Un sacré mélange. Un vrai polar universitaire, avec des pistes à suivre… Mais surtout, André Joly nous fait part de son inquiétude : « L’équipe présidentielle a été immédiatement remplacée par un « administrateur provisoire » qui, après une prise de pouvoir d’une rare inélégance, a déclaré d’emblée qu’il était là pour beaucoup plus longtemps que prévu, car l’université était « malade... très malade ». Il s’est auto- proclamé « chef d’établissement ». Divers appels à élection ayant été rejetés par l’administrateur provisoire et par le ministère lui-même, tout cela prenait les allures d’un putsch, ce que corroboraient le comportement et les propos de l’administrateur. »

"C’est très inquiétant non seulement pour la démocratie universitaire, à Toulon et ailleurs en France, mais pour la démocratie tout court". 


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • geo63 24 mars 2010 13:41

    Information très intéressante.
    Mais, peut-être ai-je mal lu, on ne trouve pas trace d’une référence permettant de s’appuyer sur un écrit de André Joly, c’est pourtant indispensable pour éventuellement réagir, non ?


    • CORTO72 24 mars 2010 15:31

      André Joly a ouvert un site : http://www.rumeur-toulon.fr
      L’ouvrage y est d’ailleurs disponible à la vente en pdf.


    • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 24 mars 2010 16:17

      Laroussi Oueslati, alors président de l’Université de Toulon - Var et « personnalité influente » au sein du Conseil Régional, est connu pour avoir, comme d’autres présidents d’université de « gauche », aidé Valérie Pécresse à réprimer le mouvement universitaire au printemps 2009.

      Voir, par exemple, nos articles :

      Elections régionales, Europe et services publics
      Services publics et adversaires innommables (II)
      Sanctions à l’Université Jean Monnet (suite I)

      Cordialement

      Le Collectif Indépendance des Chercheurs
      http://science21.blogs.courrierinternational.com/


    • GASTE 24 mars 2010 18:21

      Vous pouvez obtenir toutes les informations, sur l’ouvrage, sur l’auteur avec en plus des extraits et des interviews sur le site :


    • Camille31 24 mars 2010 16:00

      C’est très inquiétant, quand on pense où se genre de choses nous améne...


      • Indépendance des Chercheurs Indépendance des Chercheurs 24 mars 2010 17:14

        Et si on attendait un peu ?

        Laroussi Oueslati fut candidat à député PS-PRG aux élections législatives de 2007. Voir :

        http://archive.lejdd.fr/politique/elections-legislatives-2007/candidats/laroussi-oueslati.html

        Il fut explicitement soutenu par Ségolène Royal :

        http://suffrage-universel.be/fr/oueslati.htm

        Oueslati est donc un membre influent de la « gauche raisonnable ». Entre ces gens et la « droite », la tendance des années récentes n’est pas à s’envoyer des procédures pénales à la figure. Même s’il y a eu des dossiers particuliers comme EADS.

        Globalement, « droite » et « gauche » se sont montrées solidaires pour faire évoluer le fonctionnement des institutions et de la justice de façon à mettre progressivement la « classe politique » de plus en plus à l’abri par rapport à l’action de juges et inspecteurs divers.

        Cordialement

        Le Collectif Indépendance des Chercheurs
        http://science21.blogs.courrierinternational.com/


        • Serge Chaudy 24 mars 2010 17:30

          à quand un démenti officiel ?
          andré joly s’exprime sur la question s/ youtube
           http://www.youtube.com/watch?v=F1LlWkkqolo


          • jello 24 mars 2010 17:43

            La conclusion des inspecteurs de l’IGAENR mérite, ici, d’être rappelée : il n’y a pas de trafic de diplômes mais de « graves irrégularités ». Mais pourquoi l’enquête des inspecteurs, détournée de son premier objectif, s’est-elle concentrée alors sur les « irrégularités » ?
            Vous plaisantez quand vous posez cette question ?
            L’inspection ne détecte pas de trafic, seulement de graves irrégularités alors elle aurait dû arrêter son enquête ?
            De graves irrégularités sont découvertes par des inspecteurs, ils continuent leur enquête et si des responsables sont identifiés, ils sont sanctionnés. Vos digressions sur la couleur politique des uns et des autres est sans objet. Des hauts fonctionnaires sont responsables de choses inadmissibles, ils paient pour ça.
            Le seul scandale c’est que ça ne soit pas systématique et que certains bénéficient de complaisance.


            • Conscience des Chercheurs 30 mars 2010 22:39

              Afin de me faire une idée, au delà des rumeurs et autres informations plus ou moins invérifiables ou infondées, j’ai lu le bouquin de Joly... Sur la forme il est très clair et agréable à lire, sur le fond il donne un éclairage tout à fait intéressant sur cette affaire, avec moult documents et faits étayés.
              Il serait bon que ceux qui ont une idée toute faite, qui sont dogmatiques et péremptoires, prennent le temps de s’informer.


              • lecriduherisson 6 avril 2010 23:23

                Bonsoir,

                Je me méfie toujours des ouvrages dits « indépendants » ...

                Demandez-vous d’abord comment et sous quelle présidence, André Joly a pu dispenser quelques heures d’enseignements à l’Université du Sud Toulon Var ?

                Interrogez ensuite les gens d’en-bas sur ce qu’ils pensent de la situation.

                Que dire enfin de ceux qui hurlent à la lune : est-ce un désir de démocratie qui les anime ou la perte de leur pouvoir individuel ?

                Pour compléter votre jugement, allez voir par .

                Ne soyez pas la dupe des tartuffes.

                Cordialement.


                • Conscience des Chercheurs 15 avril 2010 15:19

                  Ne connaissant ’l« affaire de Toulon » que par ce qui en est écrit ou dit, ce dernier message est pour le moins suspect.
                  Ainsi, il faudrait croire que cuverville, - qui connait ? - est un parangon d’indépendance, alors que tout écrit, même truffé de preuves, est suspect à partir du moment où il dénonce un coup de force du ministère, un doute sur les faits reprochés ?
                  Ce n’est plus Tartuffe, mais Grand Guignol...
                  Il semble que « La rumeur de Toulon » apporte des preuves, là ou beaucoup n’ont proféré que rumeur.
                  Pour ce faire une idée, on peut aussi visiter ce site : http://www.democratie-universitaire.fr il y a beaucoup de documents intéressants.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

leo socrates


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès