Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La Sarkozie en état de siège

La Sarkozie en état de siège

De violents incidents sont survenus en marge du sommet de l’Otan à Strasbourg. A l’inverse, le déplacement du président Obama le lendemain à Prague n’a donné lieu à aucun débordement. Si les forces de l’ordre françaises sont vantées pour leur professionnalisme par le gouvernement, les auteurs du dispositif de sécurité sont au coeur d’une polémique, accusés d’avoir volontairement fait monter la pression et de ne pas avoir pris toutes les mesures nécessaires pour empêcher des casseurs de ravager un quartier populaire de la ville. Sans que ne souffle de réel vent insurrectionnel, la Sarkozie donne déjà l’impression d’être en état de siège.

Dés dimanche soir, le maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, a demandé des “éclaircissements” sur la stratégie des forces de l’ordre à la suite des dégâts occasionnés samedi . Celles-ci sont intervenues une heure et demie après le début des incidents. Roland Ries, rejoint dans ses critiques par les habitants du quartier et les organisateurs de la manifestation officielle, a regretté que les habitants du quartier aient été “livrés aux casseurs et non protégés” alors que 9.000 policiers et gendarmes et 1.500 militaires avaient été mobilisés pour le sommet de l’Otan (vidéo 1).

“Politique politicienne” a simplement rétorqué sans plus d’explications la martiale ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie.

Sentant venir la polémique, Nicolas Sarkozy a souligné dans le week-end que les fonctionnaires de police, “courageux et parfaitement organisés”, avaient fait “un travail remarquable”. Le chef de l’Etat a “demandé aux Français de se souvenir de tous les sommets internationaux” au cours desquels il y avait “toujours eu des affrontements très violents” pour conclure, qu’ “en France, ça s’est bien passé”.

En vain. Lundi sur France Info, le secrétaire général de l’Unsa Police a déploré, des “lacunes dans la chaîne de commandement” et réclamé une enquête administrative : “On ne peut pas laisser un quartier sans défense pendant une heure et demie“.

Au même moment sur France Inter, Olivier Besancenot, a accusé les autorités d’avoir “tout fait” pour que la manifestation dégénère en modifiant le tracé initialement prévu et en conduisant les manifestants “dans une vraie souricière“.

“Des milliers de manifestants ont été amenés dans une rue avec les deux issues complètement bloquées, et on s’est fait canarder de gaz lacrymogènes, sans interlocuteur à ce moment-là, avec des tirs tendus, avec des tirs de flashballs. On a frôlé le drame“, a déclaré le porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste.

De Bruxelles, Jean Quatremer estime sur son blog que, “la République tchèque vient, à distance, de donner une bonne leçon de démocratie à la France. Alors que Barack Obama s’est déplacé durant deux jours dans une ville fantôme quadrillée par 10.000 policiers et vidée de ses habitants, il a pu se faire sans problème acclamer par 30.000 personnes à Prague, ce matin (chiffre donné par une dépêche AFP). Les Tchèques ont fait la tranquille démonstration que l’on peut assurer la sécurité d’un président américain sans décréter l’état de siège, comme les autorités françaises l’ont fait à Strasbourg pendant le sommet de l’OTAN.”(vidéo 2).

Le journaliste de Libération va plus loin en évoquant une hystérie sécuritaire française qui contraste avec les autres capitales européennes. “Si Obama n’avait pas demandé à rencontrer des citoyens dans un gymnase de la ville pour répondre à leurs questions (4000 personnes présentes), il n’aurait vu que quelques dizaines de militants UMP soigneusement sélectionnés, vendredi matin.”

A cet égard, force est de constater que malgré ses promesses de début de mandat, Nicolas Sarkozy est victime du “syndrome du fortin”. Un pallier a assurément été franchi lors de son déplacement à Châtellerault le 31 mars (vidéo 3).

Comme à Saint-Quentin quelques jours plus tôt, le déplacement présidentiel s’est fait en présence d’un dispositif policier très conséquent, dans une ville rendue morte par la constitution de no man’s land afin d’éviter tout contact avec une population présumée hostile. Le Préfet de la Vienne, peu enclin à bénéficier contre son gré d’une mutation express, avait mis les petits plats dans les grands : trois cordons de sécurité, près d’un millier de policiers et gendarmes dont des tireurs d’élite et des membres du Raid.

Manifestants tenus à distance d’un côté et agapes de l’autre. A Châtellerault, le président de la république et ses 1500 invités triés sur le volet, dont de très nombreux militants UMP, n’ont pas été dérangés par le bruit des manifestants. La distance était la bonne. Le reste, comme à Strasbourg était prévisible. L’exaspération et les débordements des “gueux”, réduits à évacuer leur violence sur les forces de l’ordre à défaut de pouvoir crier leur désespoir à la face d’un pouvoir qui a choisi de les ignorer (vidéo 4). A moins de considérer comme Frédéric Lefebvre , porte-parole de l’UMP, que ce sont les dirigeants du PS et du Modem qui incitent “matin, midi et soir” à la violence, à force de courir derrière Besancenot.


 

 

 

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Fergus fergus 7 avril 2009 17:28

    Les images de Prague sont en effet spectaculaires et, par comparaison, accablantes pour Sarkozy et la France.
    Plus que "syndrome du fortin" (cela reste presque gentillet), j’évoquerais un "syndrome du bunker" plus proche de la pitoyable réalité française et de la paranoïa présidentielle !


    • foufouille foufouille 7 avril 2009 17:59

      plutot syndrome du NS88


    • Yvance77 7 avril 2009 17:48

      Quand nous écoutons l’autre caniche porte-parole de son maitre, tu te dis que le callaissage devrait être légal contre ces raclures d’UMP.


      • civis1 civis1 7 avril 2009 19:10

        Mais au fait c’est bien avec des méthodes de manipulation d’opinion made US qu’on se retrouve avec une telle équipe gouvernementale totalement en décalé avec la réalité sociale et politique française non ?
        Le résultat et de quoi ils sont capables, on en a eu un avant goût au Chili et en Argentine...

        Obama est venu atlantiser l’Europe. S’il est mal reçu en France par des pacifistes ben.... euh...
        Mais que la manifestation ait été empêchée c’est antidémocratique.
        Qu’elle ait était noyautée par des équipes d’agitateurs professionnels payés pour jeter le discrédit sur les organisateurs çà c’est de la manipulation selon des techniques de false flag de services secrets qui n’en ont rien à faire de l’intérêt de la France.


        • edouard 8 avril 2009 00:51

          Sarkozy croyait Bush (faut vraiment être con) quand celui-ci lui disait qu’il
          allait attaquer l’Iran... La bonne affaire, une bonne guerre, ça permet de
          parler d’autres choses que des cadeaux aux riches et des atteintes aux libertés...

          Pas de guerre ! on va s’en fabriquer une, civile... on excite les étudiants, les jeunes,
          on noyaute, on provoque, on fabrique des faux attentats, de faux terroristes...
          On fait peur aux retraités, qui ont pas besoin de ça, on instrumentalise la justice...

          Comme pour le reste, le sarkozysme va échouer lamentablement... temps de se
          débarrasser de ce chancre politique...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès