Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La sécurité liberticide

La sécurité liberticide

Nous sommes bien en face d’un dilemme presque insoluble lorsque s’accolent deux discours, eux-mêmes inspirés par deux volontés populaires significativement ressenties, celui de la sécurité et celui de la liberté. Tous les politiques perçoivent très bien que parler de lutte contre l’insécurité est un propos approuvé par le plus grand nombre et les agressions dans les lycées, les violences gratuites, les morts sur les routes qui occupent quotidiennement l’espace des faits divers ne font que renforcer la demande.
“Trois ou quatre jeunes ont violemment agressé un collégien qui sortait de cours. Ils l’ont violemment frappé à la tête … Ses jours sont en danger”, de telles annonces récurrentes, malheureusement assez fréquentes, ne peuvent que fortifier des propositions du style “présence policière dans et aux abords des établissements d’enseignement”, investissements vidéos dans les lieux publics etc. On ajoutera la notion des zones “à risques” disqualifiant les uns par rapport aux autres. Le pouvoir en place, quel qu’il soit d’ailleurs, se doit d’offrir une représentation rassurante : « il faut vaincre les ennemis de la liberté et de la sécurité » devient le leitmotiv et nous remarquons que liberté est invariablement “soudé” à sécurité.

Il convient de ne pas pas oublier d’ajouter que cette insécurité est surtout “dure aux plus faibles”, ce qui n’est pas complètement faux, ces derniers n’ayant pas les moyens de se défendre ni ceux de protéger leurs résidences ni même leurs enfants en les confiant à des établissements plus sûrs et « confidentiels ». Ce “dure aux faibles”, est l’occasion d’introduire une dimension d’injustice sociale à combattre au bon milieu de la sécurité et d’accrroître l’ambiguïté du débat.

Dans le même temps, attachés à la sécurité, nos concitoyens le sont tout autant à la liberté. Une liberté qui devient de plus en plus individualiste : « ma » liberté ! La difficulté d’embrasser une notion de liberté « collective » difficile à décrire rend le problème très compliqué à résoudre.
L’exemple que nous donne la dernière offensive de la « sécurité routière » enregistrant la progression récente des tués sur la route est à ce titre assez éclairant. On va « cacher » les radars jusque-là signalés, sophistiquer les nouveaux moyens mis en place et les multiplier. L’exemple est bon puisqu’en effet on pourrait, après tout, avoir la « liberté » de se tuer sur la route, mais ce faisant par une conduite suicidaire le risque de tuer l’autre est grand. On peut même se « rater » et décimer l’innocent. Il n’y a donc pas d’autre solution que de restreindre la liberté de tous. Dans son principe même la sécurité est donc liberticide.
Il y a vraiment matière à réflexion autour de cette quête de la sécurité, de la recherche du risque zéro, elle signifie signifie invariablement une restriction de « sa » liberté individuelle. Le propos peut sembler pusillanime et témoin d’une grand pauvreté de la pensée, mais à une époque où les slogans vont faire florès, où celui de l’insécurité ne sera pas des moindres, il semble heureux de rappeler quelques évidences. Le discours libertaire accolé à celui de la sécurité n’est que triste faux semblant. La sécurité à tout prix est synonyme « d’oppression » individuelle.

Le blog


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • paul 12 mai 2011 12:17

    Avoir 12 points sur son permis va bientôt être un exploit et la vente de voitures sans permis va décoller . Quant aux 150.000 caméras de vidéo surveillance ( dont 40.000 déclarées), installées
    à grands frais (du contribuable ), elles n’ont pas fait reculer significativement la délinquance .
    L’origine première de la délinquance, c’est le climat social dégradé dans ce pays .


    • enréfléchissant 12 mai 2011 13:04

      Non, l’origine première de la délinquance, c’est l’inégalité des chances et les injustices entrainées par le capitalisme. Les conséquences peuvent ressortir sous plusieurs formes(délinquance, engagement, suicide, nihilisme, fierté excessive...), et entrainent aussi bien sûr la criminalité source de 95% des meurtres.


    • devphil30 devphil30 12 mai 2011 15:12

      Vivement que l’on roule tous en voiturette car plus de recette pour les radards....

      Baisse drastique de la consommation d’essence donc des recettes fiscales

      Baisse du CA de total , Renault , Peugeot Citroen .....

      Trop d’impot tue l’impot , trop de loi loi liberticide tue la liberté et génére la révolution

      Attention Louis XVI n’a pas survecu ..............

      Philippe


    • enréfléchissant 12 mai 2011 12:56

      Et vous savez pourquoi la sécurité est liberticide ? 

      Car cette sécurité dont on parle, ce n’est pas une sécurité ni morale, ni humaniste, ni juste, mais une sécurité qui défend un ordre établi ou règne le vol, la spoilation, les injustices et l’exploitation.

      • enréfléchissant 12 mai 2011 13:01

        « Le discours libertaire accolé à celui de la sécurité n’est que triste faux semblant. La sécurité à tout prix est synonyme « d’oppression » individuelle. »


        Il est clair que le fait de vivre en communauté, même en anarchie, crée des contraintes. Et les libertaires qui vous diront que la liberté est infinie en régime anarchiste mentiront. 
        L’anarchie est la société ou les individus ont la plus grande liberté(politique, égalité des chances, volonté, économique, spécialisation, autonomie), mais la liberté d’un individu est d’autant plus grande que la liberté de tous est respectée. 
        L’anarchisme c’est « Ma liberté s’arrête là ou commence celle des autres » avec la différence que l’injustice, l’exploitation salariale, la rente, l’autoritarisme ne viendront pas pervertir les rapports humains.

        • Will Will 12 mai 2011 13:54

          Il est important de ne pas confondre anarchie et anomie, l’anarchie serait un ordre quasi parfait qui découlerait du respect réciproque fondamental, d’où son acception d’utopie.

          La sécurité dans une société équilibrée devrait être la possibilité donnée à chacun de vivre dans des conditions décentes et profitables à l’ensemble de la communauté.

          Un rapport d’échange gagnant/gagnant entre les participants où tout le corps social bénéficie d’une évolution globale et où les inégalités ne sont jamais inhumaines.

          Force est de constater, comme dit l’auteur dans son titre, que la sécurité est devenue un argument de propagande politicienne qui ne vise qu’à réduire le champ d’action et d’expression du citoyen en lui faisant croire qu’il s’agit de préserver sa liberté de plus en plus menacée.

          Cela permet au détenteurs du pouvoir (majoritairement financier et conséquemment régalien), quelque soit l’illusion démocratique savamment entretenue, d’assujettir de plus en plus fortement l’ensemble des citoyens en leur faisant croire qu’ils bénéficient de plus de sécurité, alors qu’ils sont simplement de mieux en mieux entravés, ce qui de fait limite toutes sortes de risques, car moins on agit et moins il y a mécaniquement de risque.

          La finalité est un monde d’esclaves consentant et décérébrés qui solderaient leur force de travail et leur capacité cérébrale dans l’illusion d’un calme pérenne (et oh combien ennuyeux) accordé en contrepartie.

          Triste futur possible ou monde d’aujourd’hui, je vous laisse conclure....

           


        • enréfléchissant 12 mai 2011 14:18

          Il ne me semble pas avoir parlé d’anomie.


          Je suis désolé de vous dire que, malgré ce que beaucoup de gens voudraient nous le faire croire, l’anarchisme n’est pas une utopie. 
          L’anarchisme est même beaucoup moins utopique qu’un communisme autoritaire qui marche, qu’un capitalisme réformé, qu’un socialisme raisonné.
          L’anarchisme suppose seulement une prise de conscience générale sur ce qu’est l’état et le capitalisme, autrement dit l’autoritarisme. Après cela l’anarchisme est tout à fait réalisable. Plusieurs fois par le passé l’anarchisme a failli l’emporter
          Plusieurs fois l’anarchisme a été attaqué par les fascistes et par les républiques démocratiques(1936 Espagne)
          Prenez l’exemple de la révolte tunisienne. Il suffit qu’une certaine partie de la population veuille détruire le gouvernement et sortir du capitalisme pour que l’anarchisme s’installe. 

          Vos raccourcis un peu trop rapides, vous pouvez vous les garder.

        • enréfléchissant 12 mai 2011 14:21

          Puis, l’anarchisme ne demande pas aux hommes d’être parfaits. 

          Les hommes ont seulement intérêts à vivre en société anarchiste, à partir de là, il leur suffit de respecter leurs semblables, je ne suis pas sûr que ce soit infaisable, surtout lorsque l’on enlève tous les côtés néfastes du capitalisme et de l’étatisme(oppression, répression, exploitation, injustices, inégalités des chances, division en classes...)

        • Robert GIL ROBERT GIL 12 mai 2011 13:30

          un des meilleurs rapports sur l’insecurité est ici, et on s’appercoit que ce n’est pas quelques cameras de surveillance qui vont l’arreter :

          http://2ccr.unblog.fr/2010/12/10/stop-a-linsecurite/


          • machiavelle machiavelle 12 mai 2011 17:57


            Les dirigeants au pouvoir qu’ils soient de droite ou de gauche, n’ont absolument aucun interêt à résoudre le probléme de l’insécurité mais ont bien au contraire tout interêt à en augmenter les effets tout en instrumentalisant la peur qu’elle génére pour ainsi justifier et légitimer progressivement le contrôle totale des populations. (Caméras de videosurveillance et implantation sous cutanés de puces RFID)

            résoudre véritablement le probléme de l’insécurité reviendrait à tuer la poule aux oeufs d’or qui aujourd’hui encore permet de ne pas attirer l’attention sur d’autres enjeux techniques et scientifiques bien plus importants et dangereux pour l’ensemble des populations et pour les générations futures... (nanotechs, OGM, nucléaire etc.. etc...)

            le sentiment d’insécurité qu’il soit intérieur (délinquance, mafias) ou extérieure (ex « guerre froide » et aujourd’hui « menace terroriste ») est indissociable de la fabrique permanente du consentement qu’exige l’exercice du pouvoir dans un régime dit « démocratique » ou l’illusion de liberté demeure la régle à ne pas enfreindre ! (autrement dit pour ne pas risquer de déstabilliser le developpement libre et non entravé d’un géant techno-industriel aux pieds d’argiles...)


            • gaijin gaijin 12 mai 2011 18:57

              la sécurité absolue étant l’absence de vie et la liberté absolue étant la fin de la société ( au stade d’évolution actuel des individus ) toute la question est de savoir où on place le curseur .
              la réponse étant nécessairement individuelle il serait souhaitable que l’état consulte un peu plus les citoyens
              voulons nous d’une société a l’américaine ? avec d’un coté des gangs d’abrutis armés et drogués et de l’autre des quartiers entourés de murs et de barbelés où la hauteur des pelouses est définie par la loi ?
              si oui nous sommes sur la bonne route
              si non il me parait urgent de changer de méthodes .....


              • slipenL’air 12 mai 2011 19:33

                On devrait circuler en auto-scooter.
                même bourré et sous acide pas de blem.... smiley 


                • tinga 13 mai 2011 00:17

                  C’est vrai que donner la liberté à des industriels de construire des centrales nucléaire mène à une insécurité insupportable, laisser les banques en totale liberté insécurise des centaines de millions de personnes.

                  Peut on parler de liberté pour la conduite automobile à risque, alors qu’il ne s’agit que de comportements stéréotypés calqués sur les modèles ressassés par des médias débiles au service de l’industrie automobile, mais il est vrai que les esprits sont tellement conditionnés à penser bagnole =liberté.
                  Dans notre monde occidental, la liberté porte un nom, Sade, génial et lucide. 

                  • razibuszouzou 13 mai 2011 09:30

                    inévitablement , inexorablement , nous allons avoir sur les routes des conducteurs sans permis, et des véhicules poubelles, pour ne plus craindre la confiscation , mais le bon peuple crédule (pléonasme) continuera de penser que ces taxes de gabelous sont mises en place pour la sécurité ...
                    et dire que la Révolution Française a été faite avec pour slogan « la liberté ou la mort »
                    et nous voila « mort-vivant » dans cette survie pitoyable de cette société sclérosée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès