Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La SNCF se mue en Dieu du temps

La SNCF se mue en Dieu du temps

En réduisant la durée de validité des billets de deux mois à une semaine, nul doute que la SNCF risque de s'attirer les foudres, non pas de Zeus, mais de Chronos et de sa faux. En effet, la capacité de maîtriser le temps est un pouvoir divin et il devrait en demeurer ainsi. Notre chère gardienne des réseaux de vitesse – quand il n'y a ni travaux, ni grève – a donc fêté, loin des orgies de chairs en tous genre de l'Olympe, la rentrée à sa manière.

Officiellement, la SNCF justifie l'utilisation de son pouvoir de manipulation temporelle comme un moyen de lutte contre la fraude, qui si l'on en croit cet article de 20 minutes (1), la priverait de la sympathique somme de 300 millions d'€. Comme toutes représentations supra-humaines (2), la SNCF aime bien les offrandes, alors sachant que certains peuvent sournoisement se déroger à la règle, le courroux de l'incarnation divine des retards se déchaînent. Et cela est normal, il faut punir les fraudeurs, ceux qui achètent des billets, ne le compostent pas et les réutilisent jusqu'à se faire attraper. À ce moment fatal il ne reste aux pêcheurs qu'à implorer l'agent de la SNCF, celui qui est missionné pour partager la bonne parole « des idées d'avance  » (3), et prier pour avoir son pardon.

Bravant l'interdit qui est fait aux miséreux de notre espèce, celui de ne pas questionner ce qui échappe à notre compréhension, j'émets dans l'espace public quelques remarques à propos de ces magnifiques idées.

La SNCF se range avec le ministre du travail – car oui dans la mentalité actuelle de nos élites, ne pas avoir de travail est bel et bien une faute ! – en ne cherchant qu'à punir les déviants. Je tiens ici à préciser que les fraudeurs ne sont pas des sociopathes du compostage, le fait même qu'ils aient acheté un billet prouve qu'ils sont respectueux de certaines règles. Néanmoins en en enfreignant une, ils font plutôt preuve d'une difficulté financière vis-à-vis de ce qui constitue un coût qui ne cesse d'augmenter. Pourquoi la SNCF ne baisserait-elle pas un peu ses tarifs ou, au moins, se refuserait à utiliser son augmentation annuelle de 10 centimes ? Je sais bien que la SNCF aime à se comparer à Chronos, désirant reprendre un de ses traits de caractère liés à l'éternité, mais d'ici 200 ans, il sera impossible de se payer un billet sans verser une larme – ce qui est certainement déjà le cas pour les utilisateurs sans abonnement.

Il existe justement ces abonnements permettant de réduire le prix des voyages sur les réseaux, mais si la fraude demeure c'est la preuve que ces réductions ne sont pas suffisantes. Par exemple, il n'est pas rare de croiser des étudiants sans revenus qui ont recours à l'insulte au divin et voyagent l'espace d'un court laps de temps dans l'illégalité et la symbolique déicide. Alain le Vern, prête supérieur dans le temple des réseaux ferrés, prétend que le fraudeur peut voyager « à plusieurs reprises  » (3) sans payer. Mais honnêtement, quel fou considère avoir assez de chance pour ne pas croiser un contrôleur plus d'une fois ? Dans le passé, les timbrés pouvaient se distinguer de deux manières ; ils pouvaient entrer en contact avec le divin ou ils étaient les seuls à cracher sur ce que les autres considéraient comme intouchable. On saura désormais à quelle catégorie appartient Monsieur Le Vern.

Pour finir, une fois n'est pas coutume, je vais vous livrer une exclusivité, que même BFM TV z'en ont pas parlé ! Après un court échange formel avec mon contrôleur, auquel j'ai demandé les raisons d'une réduction de la validité des billets (sa réponse hilarante fut « c'est comme ça  »)j'apprenais, stupéfait, que le projet était de diminuer cette durée de validité à un jour !!!!! J'ai usé d'assez de points d'exclamation pour feindre le scoop 100 % fiable sur lequel je vais pouvoir faire un direct de deux mois, juste histoire d'embêter encore un peu ce Dieu qui ne m'effraie point. Bref, ce pauvre futur sacrifié ne s'est pas rendu compte que l'avenir de son travail était aussi dans le panier à idées des puissants de la SNCF. En effet, imaginez pour une durée d'un jour, on peut facilement limiter le nombre de contrôleurs, puisque le compostage sera inutile.

La réduction de la validité des billets est une mesure qui prend tout son sens dans le cas de la lutte contre la fraude. Mais la SNCF se contente de réfléchir le bâton dans les mains et les yeux sur leurs lignes de compte. Les contrôleurs eux, feraient mieux de s'inquiéter de leur avenir, si la prophétie de mon taciturne poinçonneur se réalisait, leur groupe se réduirait au strict nécessaire et ils iraient subir, ironie du sort ou fatalité en guise de cadeau d'adieu de la part d'Ananké (4), le contrôle des agents d'une autre divinité, Courbinversos.


 

Sources  :

1 = http://www.20minutes.fr/societe/1435863-20140902-sncf-pourquoi-duree-validite-billets-ter-intercites-plus-sept-jours

2 = Qui ne lèvent pas les yeux au ciel en apprenant une grève de la SNCF ?

3 = slogan discret de la SNCF

4 = toujours l'article de 20 minutes, mais à mon avis la phrase citée de Le Vern a du être reprise de partout.

5 = femme de Chronos et déesse de la fatalité, de la nécessité, de ce que tu ne peux éviter, comme le désespoir et la colère après la suppression de ton train alors qu'il était annoncé sur le site de la SNCF.


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • diogène diogène 9 septembre 2014 19:04

    On continue le démantèlement des services publics et on prépare la privatisation !

    Comme l’a fait Mme Thatcher, le modèle de notre gouvernement.

    • sleeping-zombie 9 septembre 2014 22:44

      Hello,
      Alors, mon vécu en tant qu’usager ayant pris le train matin et soir pendant 8 ans, pour un trajet de plus d’une heure sur l’une des lignes (voire la ligne) la plus chère de la sncf : orléans paris.

      a. tous les fraudeurs ne sont pas des sans le sou, miséreux, voulant payer mais ne pouvant pas. Y a aussi beaucoup de magouilleurs, et/ou de mécontents qui utilisent l’argument « hier mon train a eu du retard, aujourd’hui je paye pas ».
      b. les miséreux qui prennent le train, y en a, mais pour réaliser l’arnaque du billet valable 30 jours mais qu’on ne composte pas, il faut au moins acheter le billet, ce que le vrai miséreux ne fais pas, préférant parier sur l’absence ou la bonne volonté du contrôleur.
      c. passer la durée à 1 jour ne changerait pas grand’chose, et ne menacerait l’emploi du contrôleur, puisque même si le compostage devient de fait inutile, il faut encore vérifier que le passager a bien son billet.
      d. même au prix relativement réduit de l’abonnement (ils ont d’ailleurs supprimé la réduction de l’ancienneté), il est plus rentable sur la durée de ne pas payer, vu la fréquence des contrôles et le montant de l’amende. Donc ça doit être encore plus vrai pour les billets à l’unité qui sont plus cher. (c’était vrai jusqu’en 2012, après je peux pas dire, j’ai déménagé).

      Bref, cette histoire de suppression de délai, c’est plutôt une tempête dans un verre d’eau.
      Là où ça me fais chier, c’est que pour mes vacances, j’avais pour habitude de prendre un billet ouvert pour le retour, en même temps que j’achetais l’aller, avec un délai d’un mois, ça allait. Maintenant c’est plus possible ;(


      • Singe conscient Singe conscient 10 septembre 2014 09:25

        On peut faire une comparaison de vécu, je prends le train deux fois par semaine dans la région Rhône Alpes (je reprends, au diable le copyright, votre construction) :
        a. les fraudeurs avec des sous que j’ai croisé sont plutôt dans le genre « voyou », des mecs qui refusent de respecter les règles. Globalement les fraudeurs avec qui j’ai parlé ont des problèmes d’argent, nos différences peuvent s’expliquer par une fréquentation différente de passager (dans mon cas beaucoup d’étudiants sur les trajets).
        b.Ceux qui ne prennent pas de billet sont généralement attrapés et vite refroidis par l’amende. Le bonhomme qui effectivement a des gros soucis d’argent ne prend pas de billet.
        c. Si l’on passe un jour, on peut facilement diviser le nombre de contrôleur par 2, par 3. Il suffira d’’augmenter l’amende des sans-billets de 200% par ex. Le mec qui se fait choper et qui doit régler une monstruosité de 200, 250 € ou plus, va vite se calmer.Par ailleurs, rien n’empêche d’imaginer aussi un système de vérification automatique des billets ; installation de portique juste avant de rejoindre les quais, puis vérif par une machine, et hop ! Dans le train.
        d. Ce calcul ne vaut que pour les chanceux. Je connais l’histoire savoureux de quelqu’un qui faisait comme le disait Le Vern, il a du payer autour des 160 € quand il s’est fait choper. Au vu de ma fréquence de voyage, depuis bientôt plus de six ans, il ne m’est jamais arrivé de ne pas voir les contrôleurs au moins une fois dans la semaine. À cela s’ajoute, peut-être du à ma paranoïa, la nette impression que les contrôles sont plus fréquents.

        Ce n’est pas quelque chose de fondamentalement affreux je vous l’accorde. Je reste néanmoins convaincu que c’est dans les petites mesures, les détails que se trouvent les intentions et la mentalité d’une entreprise, en l’occurrence, la SNCF. Sur ce, au plaisir d’échanger nos expériences sur les voies ferrées.


      • sleeping-zombie 10 septembre 2014 13:13

        En théorie, baisser les contrôles et augmenter la prune revient au même. Mais pour que ce soit vrai, il faudrait que toutes les amendes soient payées.
        J’ai déjà un magouilleur étudiant binational qui faisait exprès de présenter sa carte d’identité étrangère lorsqu’il se prenait une prune, sachant qu’il lui suffit de « faire le mort » quand l’injonction de payer arrive pour qu’elle passe à la trappe (là encore, c’était il y a 10ans, j’étais encore étudiant, c’est peut-être plus vrai).
        Mais même sans rentrer dans ces cas très particulier, une amende 250€ adressée à quelqu’un qui a déjà la tête sous l’eau ne sera probablement pas payée, c’est plus « rentable » de faire 4 amendes de 60€ chacune.


      • claude-michel claude-michel 10 septembre 2014 09:35

        La « Ce noeud ce feu » est en chute libre avec son président qui pue les intrigues avec les pouvoirs... !
        +++


        • tRivi 10 septembre 2014 11:18

          Cette histoire de date sur les billets est un faux problème. La vraie solution serait plus de contrôleurs et des contrôles réguliers, mais encore faudrait il pouvoir contrôler tout le monde. Car effectivement quand ont voit les TER surchargés aux heures de travail...


          • Gauche Normale Gauche Normale 10 septembre 2014 14:05

            La privatisation de la SNCF, ça donne ça : http://www.bastamag.net/Securite-fe...

            Vivement l’expropriation pour 1€ symbolique et la nationalisation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès