Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La SNCF se mue en « low cost » !

La SNCF se mue en « low cost » !

La SNCF continue non à nous transporter mais à nous rouler !

Ce qui importe, c'est de faire de l'argent...Quant aux passagers !?

QUAND LA SNCF SE TRANSFORME EN « LOW COST » !

La SNCF, Société nationale des chemins de fer français , désignée ainsi par le décret loi du 31 août 1937 se développe à partir du 1er janvier 1938 dans le cadre d'une mission, celle d'exploiter les réseaux des anciennes compagnies privées (Compagnie du Nord, Compagnie de l'Est, Compagnie du chemin de fer Paris-Lyon-Méditerranée, Paris-Orléans, Midi) ainsi que deux réseaux d'Etat (Réseau de l'Etat et Réseau Ferroviaire d'Alsace-Lorraine).

La SNCF a eu une politique visant à développer le réseau, à améliorer les conditions de transport et à permettre une accessibilité aux plus humbles dans le cadre d'une politique tarifaire sociale.

Au début des années 70, beaucoup d'organisateurs de classes d'environnement et de centres de vacances ont privilégié ce mode de transport rapide, moderne et sécurisé....

Avec les réductions enfants et les réductions tarifs de groupes, il était possible de prendre le train au « moindre coût » pour les familles.

Cette politique a pris fin juste après la décentralisation de 1972 et la création de 25 régions dorés chacune d'un siège spécifique pour la SNCF....

Peu à peu, la SNCF s'est transformée .

Aujourd'hui avec la régionalisation qui se poursuit, l'ouverture de la concurrence et la transposition des directives européennes, la SNCF change de nature et si ses dirigeants parlent encore de service public, ce n'est que de la poudre aux yeux qui n'aveuglent que les naïfs.

Une nouvelle étape vient d'être franchie ces jours ci avec l'entrée de la SNCF dans la logique du « low cost » :

« La SNCF a mis en place pour les réservations : Le « yield management », expression d'origine anglaise, en français « gestion fine »  ; c’est un système de gestion des capacités disponibles telles des chambres en hôtellerie ou des sièges dans le transport aérien, maintenant des places de train, ce système a pour objectif l'optimisation du chiffre d’affaires.

Le 31 juillet dernier, le gouvernement a publié un décret permettant à la SNCF de fixer plus librement ses tarifs en fonction de l’offre et de la demande.

Concurrence de l’Europe oblige ce décret était « « obligatoire » !

Ce sont donc des tarifs variables selon le bon vouloir de la SNCF.

Appliqué dès 2012, il mettra fin aux périodes creuses, aux périodes pleines bleues et blanches comprises, aujourd’hui planifiées une année à l’avance. Le tarif le plus faible restera celui du billet Prem’s et le plus élevé celui des périodes de pointe actuelles.

Si un train en période pleine n’était rempli qu’à 50% (10% des trajets en période pleine aujourd’hui), l’utilisateur ne pouvait payer son billet en deçà du prix de la seconde classe plein tarif.

Avec ce nouveau décret, la SNCF devra améliorer le taux d’occupation de ses trains (actuellement de 70%) et proposer des prix plus compétitifs face à la concurrence en s’adaptant aux imprévus et en changeant ses tarifs à n’importe quel moment selon l’offre et la demande.

On va donc « grâce à l’Europe » vers une augmentation que payera bien sûr l’usager/consommateur.

Le CNAFAL ne peut pas cautionner cette nouvelle politique tarifaire et demande à la SNCF d’assurer la régularité horaire de ses trains : à quand des trains à l’heure ? »

La SNCF ne nous transporte pas, elle nous roule et aujourd'hui son seul moteur c'est de gagner quelques gains de productivité...Ce qui conduit la SNCF à supprimer les dernières mesures sociales, pourtant timides, encore existantes !

Jusqu'où iront-ils ?

Si la « gauche » arrive au pouvoir, changera t-elle la politique de la SNCF ou continuera t-elle à appliquer sagement les directives de l'Union Européenne ?

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • zeFiF 29 septembre 2011 09:58

    Bonjour,


    je ne comprends pas la relation entre l’article et le titre.
    c’est un jeu de mot ? une erreur ?

    Merci de m’éclairer.



    • K K 29 septembre 2011 10:28

      Tout comme vous, j’ai cherché un jeu de mot en anglais, mais je ne voyais vraiment rien. Il y a juste un faute d’anglais. L’auteur voulait dire « low cost »


    • zeFiF 29 septembre 2011 10:38

      Bonjour,


      c’est en effet la possibilité la plus logique mais il faudra attendre la confirmation de l’auteur pour être sur qu’il s’agit d’une erreur.

    • Kalki Kalki 29 septembre 2011 10:55

      mais non law cost ! « c’est pas faux »

      bon alors, privatisons la sncf, vous pouvez virer 1 quart des effectifs, mettre des barrières de passage automatique dans les petites et moyennes gares, et le guichetier surveille juste que l’on passe bien son ticket ... vive l’angleterre et le néoliberalisme

      au fait vous savez ce que doit faire un conducteur de tgv ? appuyer sur un bouton pour montrer qu’il est bien là et ... payé a rien foutre ... on vire


      alors : on sait et on doit faire de trains automatiques, avec des tertiaires automatiques :)

    • Jean 29 septembre 2011 11:25

      Kalki

      Vu le niveau d’ automatisation possible aujourd’ hui, ce sera aussi votre tour (et celui de vos enfants), quoi que vous fassiez.


    • Kalki Kalki 29 septembre 2011 11:28

      j’appelle au constat, des cons.

    • Jean 29 septembre 2011 11:56

      C’ est l’ Homme lui-même qu’ on cherche à rendre automate.


    • Kalki Kalki 29 septembre 2011 12:25

      c’est déjà le cas depuis des décennis ...

      l’homme est une espèce à jeter, pour certains ... pas à controler

      MAIS IL FAUDRAIT COMPRENDRE L’IDEE


    • CHALOT CHALOT 29 septembre 2011 10:16

      Il faut tout lire et notamment le communiqué de presse qui explique comment la SNCF va agir de la même manière que les compagnies aériennes et autres .


      • K K 29 septembre 2011 10:26

        l’expression dans ce cas est low cost.


      • CHALOT CHALOT 29 septembre 2011 11:53

        J’avoue : c’est low cost :

        - erreur de frappe ou faiblesse en anglais ou
        de toutes façons je n’ai jamais beaucoup aimé cette langue dominante...Oh pardon !

        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 29 septembre 2011 12:24

          Bien sur, c’est déjà une loi des années trente régissant le même prix au km pour tout le territoire et qui a petit à petit tué les petites lignes difficiles à entretenir et à remplir, que Paris / Lyon ou Paris / Nice... Maintenant que ces milliers de kilomètres de petites lignes sont mortes et enterrées, offrons 85 % des investissement pour retracer de nouvelles LGV, il ne restera plus que 15 % pour l’entretien des anciennes petites lignes...D’ailleurs, LGV, chez nous dans le centre et le massif central c’est encore une ligne Paris / Orléans / Montluçon / Vichy / Clermont Fd / Lyon

          Pour remplir les trains, le moyen le plus simple est le prix unique pour tout le monde sauf les enfants


          • zelectron zelectron 29 septembre 2011 12:57

            Et les autocars à 2 ou 3 fois moins chers que la « SEUNEUCEUFEU » ? Qu’est ce qui permet d’en rester à l’interdiction du cabotage pour maintenir le monopole absolu du rail ?
            re : pour maintenir un lobbying nauséeux ?


          • foufouille foufouille 29 septembre 2011 12:36

            je souviens de train presque vide
            vu le prix du billet c’est cher
            les lignes lignes non utilisees pourrait etre louer, au lieu de pourrir


            • Bulgroz 29 septembre 2011 12:52

              La SNCF low cost ? Affirmatif, mais pas comme Chalot le suppose.

              Quand on sait que le régime de retraite de la SNCF bénéficie d’un subvention annuelle du budget de l’état car la SNCF est incapable de couvrir les dépenses faramineuses de ses agents pensionnés.

              Subventions d’équilibre : 2 940,8 (2009), 3 025,3 (2010), 3 202,8 (2011) ; 3 302,6 (2012)

              Donc 3 milliards d’Euros versés directement par le contribuable (et non pas par les clients)

              Figurez vous qu’il y a 280 192 pensionnés SNCF (en 2012) qui reçoivent 3 003 millions de subventions, soit 10 717 euros en moyenne perçus par un pensionné en une année.

              3 milliards pris sur le budget de l’état, cela représente 20% du chiffre d’affaire de la SNCF.

              Si le contribuable devrait s’arrêter de subventionner les retraités de la SNCF, il faudrait augmenter les prix des transports de 20%.

              Ce tour de passe passe est relativement passé sous silence, tous les détails sont dans le tome 2 page 58 du dernier rapport de la sécurité nationale :

              http://www.securite-sociale.fr/chiffres/ccss/2011/ccss2011_sept_tome2.pdf


              • babadjinew babadjinew 29 septembre 2011 13:47

                Étrange comme la jalousie ronge.......


                Mais bon voila toute la différence entre des hommes qui ont su s’unir face aux dictât néolibéraux et les autres.......

                Faites de même vous vous rendrez service ainsi qu’aux suivant....... A non j’oubliais vous allez manifester le samedi matin histoire de ne pas déranger les gens qui vous entubent.......





              • Kalki Kalki 29 septembre 2011 14:24

                IL FAUT VIRER TOUT LE MONDE P

                il y aura plus de probleme de salaire et de retrraite

                ca vous gène tant de faire votre boulot de comptable que vous faites mal

                virez, tout le monde , mais en faites ca sera vous y compris ! :)


              • CHALOT CHALOT 29 septembre 2011 13:29

                C’est corrigé : low cost a repris sa place
                Désolé Bulgroz mais quans un cheminot s’est engagé, il y avait une nomination et des garanties : retraites....etc
                Un contrat doit être respecté donc il est normal que les retraites soient versées....
                Cela s’appelle des acquis et moi j’y tiens...pas vous ?


                • Bulgroz 29 septembre 2011 14:14

                  Cela ne justifie pas que ce soit le contribuable qui paie et non pas le client SNCF.

                  En tout, le budget de la France consacre 6,7 milliards au renflouement des déficits des caisses spéciales de retraite soit 1,8% des dépenses totales de l’état pour seulement 806 000 individus pensionnés (8312 euros par pensionné/an).(SNCF, 3 milliards, RATP, 777 millions..)

                  C’est quand même marrant qu’on parle toujours de cadeaux aux riches mais jamais des cadeaux aux ex-travailleurs des monopoles.

                  Bien entendu, cela, Chalot, vos préférez le taire.

                  Donc, ma question : pourquoi c’est pas la SNCF qui assume le coût des acquits sociaux de ceux qui sont en grève régulière et systématique ?


                • Kalki Kalki 29 septembre 2011 14:25

                  IL FAUT VIRER TOUT LE MONDE P

                  il y aura plus de probleme de salaire et de retrraite

                  ca vous gène tant de faire votre boulot de comptable que vous faites mal

                  virez, tout le monde , mais en faites ca sera vous y compris ! :)


                • Bulgroz 29 septembre 2011 14:37

                  Incroyable, la SNCF (entreprise et employés) ne couvre ses charges de retraite qu’à 39%.

                  5265,9 de charges de retraites, 1951,0 de cotisations

                  Le reste est subventionné par l’état, c’est à dire l’impôt, c’est à dire le contribuable.

                  Pour mémoire, les artisans couvrent leurs charges de retraite à 1,56%

                  Dépenses de retraite : 596,9 millions, Cotisations (recouvrées) : 935,2 

                  Pourquoi ?


                  • Anubis Anubis 29 septembre 2011 14:45

                    Bonjour Bulgroz,
                    Merci de remettre les choses à leur place. Décidément, ce site autrefois intéressant est désormais entièrement noyauté par des extrémistes des deux bords. C’est bien dommage.
                    Vous et Eric avez bien du courage de mettre tous ces gauchistes le nez dans leur caca.


                  • babadjinew babadjinew 29 septembre 2011 14:51

                    Simple, parce qu’ils sont individualistes !


                    Puis je crains fort que si il n’y avait pas eu des « Monopoles » comme vous dites, nous aurions bien moins de retraites et autres avantages sociaux today.......

                    La jalousie n’est pas un sentiment glorieux, de plus, elle ronge.... tention a l’ulcère et aux ACV. Soyez juste heureux que certain petits Quidams aient réussit à conserver les acquits d’âpres combats. C’est toujours ça de moins qui ira dans les poches du 1%......

                      

                  • lahalle 29 septembre 2011 21:03

                    Et alors ???
                    Expliquez-moi comment couvrir les charges de retraites générées par 400 000 cheminots actifs dans les années 60 alors qu’ils ne sont plus que 150 000 aujourd’hui... Le ratio actifs\retraités ne peut être que catastrophique. Et c’est bien l’état français qui est seul responsable de la gestion des effectifs à la SNCF... Qu’il prenne ses responsabilité me semble plus que logique...
                    De toutes façons, la compensation financière des variations démographiques dans les régimes est une constante de notre système d’assurance vieillesse. Lorsque ce n’est pas l’état qui finance ses décisions économiques, ce sont les régimes, eux-mêmes, qui interviennent au titre de la compensation et de la surcompensation... Le régime RSI-AVA dont vous vantez la qualité, était redevable en 2008 de 458 millions d’Euros auprès de la CNAV et du régime des fonctionnaires civils, ses principaux contributeurs...
                    Au lieu de cracher votre venin sur les cheminots et leur fabuleuse retraite (10717 divisé par 12 ne représentant que 893 euros par mois -je vous concède qu’il faut tenir compte des demi- pensions de reversions et que la réalité pour un retraité est autour de 1000€) vous feriez mieux de vous poser l’intéressante question de ce qu’est devenue la fabuleuse manne que représentaient les versements de la caisse de retraite de la SNCF entre 1949 et 1970... C’est à dire quand cette caisse était ultra bénéficiaire... L’argent ne pouvait être stocké puisque le système par répartition l’interdit. Les pensions ne furent pas réévaluées... on l’aurait su... Et bien tout simplement le pognon a servi pour permettre l’intégration de régimes qui refusaient jusqu’alors leur intégration dans le système d’assurance vieillesse... Artisans, commerçants agriculteurs.... Bref, tous ceux qui planquent leur chiffre d’affaire réel et qui envient les 1000 €uros de retraite d’un cheminot...


                  • TSS 3 octobre 2011 01:26

                    Dépenses de retraite : 596,9 millions, Cotisations (recouvrées) : 935,2

                    ça c’est faux ! une partie de la retraite des artisans,commerçants,agriculteurs et payée

                    par le regime general (la vache à lait)... !!


                  • TSS 3 octobre 2011 01:36

                    Le reste est subventionné par l’état, c’est à dire l’impôt, c’est à dire le contribuable.

                     normal ! c’est une entreprise nationale et non pas privée... !!


                  • TSS 3 octobre 2011 01:41

                     parce que lorsque l’on est pas d’accord avec bulgroz ,nous sommes

                     gauchiste..non..non ce n’est que du simple bon sens... !!


                  • Jason Jason 29 septembre 2011 17:43

                    La SNCF ? Ma bêt noire. Il y a plus de jours et d’horaires où je ne peux pas voyager que d’horaires libres.

                    Avec le saucissonnage marketing aberrant qui caractérise ce transporteur, mieux vaut rester chez soi ou avoir un budget voyage conséquent. On s’achemine vers le train pour les nantis.

                    Avec les TER brinqueballants, crasseux et en retard, merci.

                    De plus, c’est l’entreprise reine des offres bidon.

                    Je prends donc ma voiture. Mais, à la guerre comme à la guerre (économique).

                     Pas très écolo, mais je n’ai pas le choix.

                    P.S. « low cost » = bas coût


                    • LE CHAT LE CHAT 29 septembre 2011 22:23

                      la SNCF fait maintenant du surbooking avec des ventes de billets « place selon disponibilité »
                      les tarifs deviennent hors de prix et aléatoires , à deux personnes , vaut mieux prendre la bagnole , c’est moins cher !

                      quand à SNCF frêt , c’est le meilleur moyen de perdre ses client quand on est un chargeur !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès