Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La sorcière des mers

La sorcière des mers

Un jour, la petite sirène eut envie d’avoir deux belles jambes de femme pour aller danser. Elle alla voir la sorcière des mers qui lui dit qu’elle pouvait l’aider, mais que pour cela, il allait lui falloir renoncer à chanter.


Matrix pills
Mise en ligne par ThomasThomas
Sacré choix que voilà, même s’il n’est que dans un conte pour enfants.

Condition de la femme moderne

Vendredi dernier, je me suis retrouvée devant la sorcière des mers. En vrai. Même s’il s’agissait d’un fort sympathique endocrinologue diplômé, aimable, voire avenant. J’étais venue lui demander de me libérer de mes boulets hormonaux et de me rendre une vraie vie de femme. Une comme je n’en avais jamais eu. Il m’avait fallu 38 ans pour comprendre l’origine de tous mes maux, 38 ans pour aller sonner à la bonne porte.
Oui, il pouvait me libérer de tout ce qui me pourrit la vie depuis toutes ces années, un petit cachet par jour à avaler, mais il y aurait tout de même un prix à payer.
Ô, trois fois rien : il me suffisait juste de remiser ma libido au congélo. Un choix simple : une belle apparence physique de femme, sans défaut et sans désir aucun (Il vous faudrait quand même en discuter un peu avec votre compagnon avant de vous décider) ou ma tête de pou et la sensation d’enfin habiter mon corps.
Chanter ou danser.
Vaste programme.

  • Vous avez probablement des ovaires polykystiques.
  • Et en clair, ça donne quoi ?
  • Comme 30 % des femmes, environ, vos ovaires surfonctionnent et surproduisent des hormones mâles. Toutes les femmes produisent des hormones mâles, mais vous, vous en produisez plus.
  • Oui, ça, j’avais bien compris. Mais vous êtes en train de me dire qu’une femme sur trois souffre des mêmes merdes que moi ?
  • Oui, c’est à peu près ça. Les symptômes varient un peu en fonction des profils hormonaux, mais ça donne toujours le même type de symptômes : pilosité plus abondante là où on préférerait ne pas en avoir, acné qui résiste dans le temps et à tous les traitements, peau et cheveux gras, alopécie,...
  • C’est quoi, ça ?
  • ... des femmes qui perdent leurs cheveux comme des hommes...
  • Ho, lalala, pour une fois que ça ne tombe pas sur moi... ça, ça doit vraiment être dur à supporter.
  • ...des règles extrêmement douloureuses dues à l’inflammation ovarienne...
  • Ha, je savais bien que je ne faisais pas de cinéma quand j’étais jeune !
  • ... voire une tendance diarrhéique lourde souvent traitée comme syndrome du colon irritable...

J’ai un peu la mâchoire qui se décroche pendant que monsieur l’endocrinologue énumère à peu de chose près ce qui a fait le quotidien de ma vie de femme, cette vie de femme que je me suis toujours traîné comme un boulet, faute de mieux. Et une phrase tourne dans ma tête en boucle : une femme sur trois  ! Toute cette honte, toute cette peur, ce sentiment permanent de n’être pas une vraie femme... Une femme sur trois.
  • Androcur est comme votre ancienne pilule, mais nettement plus dosé. Il corrige votre déséquilibre hormonal et met pratiquement en sommeil vos ovaires. Le revers de la médaille, c’est que la libido que vous avez retrouvée depuis l’arrêt de votre pilule, vous pouvez la mettre dans votre poche et votre mouchoir par-dessus. Sous Androcur, pour les relations sexuelles, il faudra faire un petit effort, prendre sur vous...

Un petit effort ! Y mettre du sien !
20 ans de pilule et une vie sexuelle en pointillés, petit chemin de croix personnel et partagé, par la force des choses ! Personne n’avait rien dit à la petite nana complexée venue chercher sa dose de libération sexuelle chez le gynécologue. Moins de boutons, moins de poils, plus de douleur au moment des règles, des règles "normales", régulières comme une horloge... au prix d’une castration chimique qui ne dit pas son nom, qui ne s’énonce pas, qui ne s’annonce même pas, non plus.
Quel homme accepterait pareil sacrifice ? La suppression chimique du désir chez les hommes, on n’en parle que pour les délinquants sexuels ! Et encore, on en parle, mais le principe même rebute et fait débat. Alors que pour les femmes... faudra juste faire un petit effort...

Il n’y a pas d’amour, il n’y a que des preuves d’amour.
Question preuve, monsieur Monolecte a dû se contenter de bien peu. Ça aussi, c’était une source de souffrance et de honte. L’aimer tellement et ne pas le désirer. L’aimer tellement et souffrir à chaque rapport ou presque. Au point de le culpabiliser. De le faire mettre en sommeil lui aussi.
Que de temps perdu ! Que de gâchis !

Comment peut-on parler de libération de la femme à travers cette putain de pilule ? Qui a pu inventer un truc pareil ? Sûrement pas une femme.
40 ans sous contrat avec la sorcière des mers, voilà la libération sexuelle versant féminin : les filles vous pourrez baiser autant que vous voudrez sans semer des chiards derrière vous, mais vous n’éprouverez pas de désir sexuel et pour les moins veinardes d’entre vous, la sécheresse vaginale induite rendra l’acte sexuel douloureux.

J’avais bien vaguement entendu parler du rapport entre la pilule contraceptive et la baisse de la libido, mais comment se faire une idée dans le flots d’informations contradictoires, alors même que celles concernant la sexualité féminine sont toujours chiches et auréolées de relents sulfureux ? Bien sûr, chaque cas est particulier, chaque femme est unique, chaque histoire est différente de toutes les autres. Et puis, vous savez, la sexualité féminine est tellement mystérieuse, c’est dans la tête que ça se passe, où se niche le désir féminin, c’est tellement compliqué, et puis quand même, faut pas se plaindre, vous pouvez porter des pantalons et avoir des gosses quand vous voulez...

Voilà à quoi tient une vie de femme : quelques grammes d’hormone de synthèse à enrobage sucré. Je suis Alice au pays des Merveilles : si je te mange, je me transforme et sinon... tant pis pour ma gueule quand même.

Quand commence une vie de femme ?

Dès la naissance, où notre sexe nous assigne immédiatement une place, une trajectoire, un destin ? Dans la lente et permanente confrontation aux codes sociaux sexués de notre tissu social ? Le jour des premières règles ? La nuit de noces ? Le moment de la délivrance ? Quand on signe en bas de l’acte de divorce ?

On ne nait pas femme, on le devient, écrivait fort justement Simone de Beauvoir.

Ou on ne le devient jamais.

Une vie de femme

Celle qui a guidé mes pas jusque dans l’antre de la sorcière des mers. Cette lente, trop lente maturation affective et mentale, physique et psychique. L’espace intime que j’ouvre brutalement à la sphère publique après une vie de silences et de pudeurs. Non pas que je n’ai plus de pudeur ou de craintes. Mais pour l’exemple.
Putain, une femme sur trois quand je me pensais seule ou presque ! L’effet connu et avéré de la pilule combinée sur la sexualité des femmes. Combien sommes-nous dans mon cas ? Combien vont lire ces lignes et comprendre ? Combien vont lire ses lignes et être soulagées, enfin, du poids de leur vie de femme ?

Peut-être a-t-elle commencé le jour où, âgée de 9 ou 10 ans, j’ai découvert le premier poil prépubère que j’ai arraché avec une pointe de dégoût. À moins que ce ne soit a 12 ans et demi quand un ami de la famille a tenté de me violer, comme cela arrive nous arrive encore trop souvent.
Ou bien la veille de mes 13 ans quand, trouvant un dépôt brunâtre au fond de ma culotte, malgré toutes mes lectures et mes bonnes notes en sciences naturelles, je fondais de honte en pensant m’être chié dessus.

Ce n’est pas très facile de savoir quand commence une vie de femme. Par contre, il est plutôt aisé de comprendre que c’est rarement une source de joie et de fierté.

Mon adolescence fut un joyeux purgatoire. Sous la pression des hormones, ma peau se couvrit de boutons et le duvet blond devint d’immondes poireaux noirs : j’allais pouvoir commencer à faire la fortune des esthéticiennes et de Liliane Bétencourt. Ma poitrine darda en deux obus arrogants qui dévissèrent de 15 bons centimètres vers le bas le regard des garçons qui me trouvaient avant de si jolis yeux, tout en devenant une masse de chair inconfortable, me privant à jamais du plaisir de lire à plat ventre ou de courir sans ballotter en tous sens.

Les emmerdes auraient pu s’arrêter là, mais non, en plus des boutons et des poils qui nous complexent tant et nous font vivre comme des freaks, il y avait ce que l’on appelle pudiquement le syndrome prémenstruel.
Dans mon cas, des douleurs dorsales et abdominales vives et intenses qui me torturaient pendant plusieurs jours, rendant n’importe quelle position totalement insupportable tout en m’attirant des quolibets de mon entourage qui trouvait que j’en faisais trop et que la vraie douleur, je découvrirais ça lors de mes accouchements au lieu de m’écouter et de faire ma chochotte. J’enfilais les Aspégic 1000 comme un chapelet de pénitences et j’apprenais à serrer les dents, marcher droite et sourire quand bien même j’avais l’impression d’avoir une épée solidement enfichée au creux de mes reins.

J’ai souvent maudit ce destin qui m’avait faite femme et j’enviais les garçons qui pouvaient pisser debout sans avoir à exposer leur cul dans les fourrés, jouer au foot torse nu en été et dont le gros des perturbations de la puberté se limitait à dessiner crânement des cartes d’Australie au fond de leur pieu tout en gloussant de manière rocailleuse en évoquant les filles et leurs insondables mystères.

Putain de vie de femme !
Peut-être faut-il moins de fausses pudeurs et plus d’informations, dès le départ, pour pouvoir faire les bons choix, de manière éclairée.

Danser ou chanter... le choix m’appartient désormais.
Mais tant qu’à faire, j’aimerais autant faire les deux !

Moyenne des avis sur cet article :  4.39/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Nathan Nathan 18 mars 2009 11:50

     Allégeance

    je finis le texte ...


    • Jojo 18 mars 2009 15:11

      Pas mieux.
      J’ai lu l’article dès qu’il a été mis en ligne et je n’ai pas osé l’ouvrir… Jamais vécu ça sur AV.


    • LE CHAT LE CHAT 18 mars 2009 14:19

      un bien bel article  ! chapeau bas du chat botté ! smiley


      • Mouche-zélée 18 mars 2009 14:26

        Les laboratoires se sont bien amusés avec les femmes ...

        Tant et si bien que les traitements contre la ménopause sont désormais tout simplement interdits.

        La fin du tunnel n’est pas pour maintenant (désolé) attendez donc le début de la ménopause.
        Je ne vais pas vous faire la liste complète des galères qui vous attendent, chez moi c’est le quotidien mais nous le partageons à deux. C’est bien la moindre des choses que de partager ces galères lorsqu’on est un couple, ma contribution d’homme dirons nous ...

        Le moment venu, vous et votre compagnon verrez comme la femme est abandonnée par la science après en avoir été le laboratoire sur pattes pendant 40 ans ...
        Rien ne sera fait pour vous soulager et pour cause, à part les placébos il ne reste rien .
        Votre médecin vous dira même "vous avez de la chance, estimez-vous heureuse, à votre mère on refilait le cancer avec les traitements anti-ménopause ...". De la chance, ils ne manquent pas d’humour les bougres...

        Bien entendu en pharmacie on vous vendra des solutions non remboursées au moins aussi inefficaces que chères ...
        Après avoir tout essayé vous-vous résignerez à encaisser sans broncher, une fois de plus ...
        La révolution féminine n’a pas encore été faite, elle reste à faire .
        Tous les moyens sont bons pour forcer les laboratoires à bosser sur des solutions.

        Sarkozy comprendra peut être qu’il y a "médicament de confort et médicament de confort", le jour où après avoir eu des enfants, des galères mensuelles toutes sa vie, il devra supporter les perturbations hormonales du midi de sa vie .
        A coup sûr, là le bougre ne trouverai plus que le fait de vivre une vie normale "est un confort luxueux" mais un droit .

        Ultime insulte, pour le gouvernement actuel : Les nausées permanentes sont tout jute inconfortables, les maux d’estomac ne sont pas une torture mais juste inconfortables, certains antiseptiques des plus utilisés dans les hôpitaux sont inutiles et font partie du confort etc....

        Liste 1 et Liste2 des médicaments concernés repérez ceux que vous utilisiez ...



        • Marsupilami Marsupilami 18 mars 2009 15:16

           @ Monolecte

          Excellent, comme d’habitude. Merci pour cette belle tranche de vie bien palpitante et douloureuse.


          • Nathan Nathan 18 mars 2009 15:33

             Vous êtes Catherine A, B, C... jusqu’à Z à vous toute seule


            • Monolecte Monolecte 18 mars 2009 16:06

              Excusez-moi, Nathan, mais je dois avouer ma totale inculture quant à la Catherine à laquelle vous faites référence. Si vous vouliez bien éclairer ma lanterne... smiley
              Merci.


            • Nathan Nathan 18 mars 2009 21:53

               En fait, c’est Catherine M. Le fameux livre...


            • Gül 18 mars 2009 16:37

              Monolecte,

              J’admire votre courage, j’avoue piteusement que je n’aurais pas osé, et pourtant....

              Passons aussi sur les traitements infligés lors de certaines grossesses estimées non-viables et dangereuses pour la femme (dommage Madame, c’était une erreur, nous sommes désolés, mais vous savez, le principe de précaution...), et allons-y gaiment pour l’injection toxique qui détruit tout sur son passage et dont on met au moins 2 ans à se rétablir....Ben, tiens !

              J’en passe et des meilleures....Les femmes souffrent en silence et avec le sourire.

              Souffrez donc Messieurs, que nous vous regardions du coin de l’oeil en étouffant un éclat de rire lorsque vous êtes à l’article de la mort dès la première goutte au nez !

              Merci Monolecte et chapeau !


              • Yohan Yohan 18 mars 2009 17:00

                Où l’on s’aperçoit que c’est difficile d’être une femme, belle ou pas d’ailleurs. Nous les garçons, à part la période de l’acné et les mâles escarmouches avec nos congénères, on se la coule douce comparé à vous.
                Belle sincérité dans un langage fleuri et sans fioriture


                • KANARNO 18 mars 2009 17:29

                  toujours se superbes articles
                  merci monolecte


                  • zelectron zelectron 18 mars 2009 19:19

                    Que d’amours et de tendresses perdus, bafoués par une médecine obtuse ou cynique.
                    Que de sanglots de désespoirs : ma femme ne m’aime pas, elle ne veut pas de moi, elle ne me désire pas...elle veut le divorce...
                    Merci pour ce billet d’éclairage doux-amère Monolecte.


                    • Antoine Diederick 18 mars 2009 21:01

                      article courageux


                      • Forest Ent Forest Ent 18 mars 2009 21:59

                        Ce texte qui est bien plus qu’un article confirme que vous avez plus de plume que nous autres tous réunis. Vous savez faire passer des sentiments très profonds en peu de mots. Vous savez parler des choses importantes de la vie de manière franche et directe sans jouer avec le lecteur. On y sent profondeur et humanité. Vous comprenez notre époque et savez la faire partager. Vous allez à l’essentiel. Tout ça, ce sont les traits d’un écrivain. D’un grand. Chapeau.


                        • iris 19 mars 2009 12:57

                          merci pour votre article
                          la pillule pas la panacée !!mais il ya le stérilet et peut etre le vaccin ??avant l’on ne donnait pas le stérilet à une femme qui n’avait pas eu d’enfant-encore uen aberration !!
                          je pense que les filles sont maintenant informées plus que ma génération de l’arrivée des règles-qui sont arrivées pour moi à 10ans-bien avant tampons et serviettes jetables et pullules-ne plus pouvoir courir et redoubler d’attention avec les garçons !!
                          j’ai eu les mèmes expériences que vous-
                          sauf qu’à la ménaupose -on se sent + libre et j’ai la chance de ne pas avoir de bouffées de chaleur -et de vivre seule-c’est une chance qq fois-
                          ma grand mère a eu 13 enfants et aurait bien pris la pillule si elle avait existé de son temps-
                          Ses filles l’on pris -heureusement-mais ces grossesses ont surement pesé dans leurs psychlogies et celles de leurs filles-et à coup sur chez ma mère !! qui surveillait les règles de ses filles-donc de moi


                          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 31 mars 2009 16:38

                             Oui a votre article, mais je crois qu’il y a unanimité. Je tente de vous rejoindre pour que vous m’autorisiez a reproduire certains de vos articles sur "Les 7 du Québec", dans le cadre d’une chronique permanente qui mettra "en vedette" 6 blogueurs français sous la rubrique "Les 6 de l’Hexagone". 

                            Nous sommes un site contestataire, mais bien poli... Vous pouvez voir http://les7duquebec.wordpress.com
                             

                            Cordiales salutations

                            Pierre JC Allard
                            pjca@iname.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès