Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La vie de couple en ébat

La vie de couple en ébat

Il y a dix ans, était créé le pacte d’union civile et de solidarité. Statut ouvert à tous et offrant aux couples homosexuels une reconnaissance légale sans toutefois remettre en cause l’union sacrée du mariage. Un statut certes sur mesure et à ce titre un véritable progrès mais qui contribue malgré lui à une forme de stigmatisation. Bref un statut qui officialise sans pour autant normaliser. Dix ans plus tard, cette union civile n’est pas la panacée. Doit-on ouvrir en grand les portes du mariage au risque d’en désacraliser toute la symbolique ?

Ceux qui disent que le mariage est une tradition qui se perd parlent un peu vite. Nous n’en avons peut être jamais autant entendu parlé, seulement cette voix s’élève de la part de ceux qui n’y ont pas droit. Ou plus exactement pas encore droit. Le mariage n’est en rien démodé. Plus que cela, il attise les passions autant que le désir de ceux qui aimeraient s’y consacrer.
 
A l’image d’autres pays tel que l’Espagne ou le Mexique, on va poindre un nouveau débat en France au sujet du mariage homosexuel. D’ailleurs, la reconnaissance de l’identité sexuelle n’est-elle pas une composante de l’identité nationale contemporaine. Dernièrement de nombreux maires de grandes villes se sont prononcés positivement dans cette voie. La population de l’hexagone n’est pas prête à cela diront certains. Dix ans après la mise en place du pacs, les pratiques montrent le contraire. Néanmoins, la vraie difficulté est ailleurs que dans l’acte du mariage, le vrai débat est même au-delà puisqu’il concerne directement l’adoption d’un enfant.
 
Autre temps, autre mœurs dit la voix du progrès. Il est temps de légiférer pour que tous les citoyens puissent accéder au mariage que l’on soit homo ou hétéro. Car ce serait reconnaître le visage actuel de notre société.
 
Et en ce qui concerne l’adoption, le sujet viendra dans un second temps. Il est vrai que les deux questions sont constitutives mais dans une société ou le citoyens vivent de droit et de devoirs, n’avons-nous pas les moyens de garantir cet équilibre. Je pense que le discours selon lequel un enfant a besoin d’un couple mixte à la maison est datée. Ou dans ce cas que dire des familles monoparentales. D’autant que dans son processus de socialisation l’enfant ne se limite pas au contact de la seule famille nucléaire. La résistance devient obsolète pour ne pas dire ridicule. De plus le biais proposé par le PACS a eu son heure de gloire mais provoque désormais une stigmatisation.
 
Christine BOUTIN, opposante virulente au pacs considère qu’il symbolise selon ses propres mots la disparition de l’engagement sur la durée. En effet selon elle les pacs n’est qu’un engagement au rabais car il évite l’engagement sur la durée symbolisé par le mariage. Même si le divorce est couramment utilisé. C’est bien pourquoi il primordial d’ouvrir les possibilités d’accès au mariage au plus grand nombre. Il est possible de lui répondre qu’il est une marche à un engagement qui a changé à notre époque. Raison de plus pour en étendre l’accès.
 
En conclusion, loin de perdre le caractère sacré du mariage, ouvrir aux couples homosexuels la possibilité de se marier c’est donner au mariage un nouveau souffle conformément à la valeur de la vie humaine. L’objectif de la vie en société est de favoriser les meilleures conditions de bonheur au plus grand nombre. Et reconnaître l’identité sexuelle ne peut que favoriser l’épanouissement des individus.

Moyenne des avis sur cet article :  2.71/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès