Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La vie secrète des entreprises

La vie secrète des entreprises

Alors que le monde de l’entreprise continue de s’enfoncer dans la crise, des histoires parfois cocasses ou cruelles, émaillent la vie des travailleurs, comme par exemple à la Poste, mais aussi ailleurs.

Une employée de cette entreprise, que nous appellerons « Martine », afin de conserver son anonymat, raconte une belle histoire.

La scène se passe dans les couloirs de l’agence d'une grande ville, et notre Martine, s’inspirant des manifs, (vidéo) aime bien de temps en temps, lorsqu’elle s’en va quérir un document, ou récupérer un paquet dans l’un des couloirs de l’entreprise, reprendre avec humour la célèbre phrase que nous avons tous entendu au moins une fois : « Tous ensemble, tous ensemble, yeah, yeah ». lien

Mais pour accompagner cette phrase culte, elle respecte une chorégraphie bien particulière : avançant le bras droit poing fermé, la jambe gauche en arrière, sur le premier « tous ensemble », pour le second, c’est juste le contraire, et enfin pour les deux «  yeah » le poing droit bascule à droite, suivi du poing gauche qui bien sur bascule à gauche.

Quelle ne fut pas sa surprise, alors qu’elle vaquait dans un couloir, d’entendre, et de voir à son insu, le directeur de son agence, un homme pourtant sérieux et rondouillard, aux antipodes du militant de base, se croyant seul, reprendre sa chorégraphie, avec la phrase qui va avec, confirmant ce qu’elle craignait : celui-ci n’avait pu que l’espionner pour reprendre si précisément cette petite phrase, avec sa chorégraphie si particulière.

Ailleurs, dans la même entreprise, une super-directrice, responsable au niveau régional, entrant dans une agence, telle une harpie froide et glaciale, comme munie d’un fouet, donne d’un regard glacial et autoritaire l’injonction au personnel d’enlever chaises et tables, les remplaçant par des hautes, style « fast Food », faisant même virer l’horloge murale pourtant là depuis des lustres, afin que le « petit personnel » et le public, se trouvent dans un environnement « moderne » et performant, ne tenant aucun compte des personnes âgées, habituées à s’asseoir en attendant leurs tours. lien

De quoi s’interroger sur la campagne de com. lancée l’été 2011 qui affirme dans les médias que 82% des français disent être « mieux accueillis » à La Poste. lien

S’il est peut être indéniable que pour les clients il y ait une légère amélioration, (lien) pour les employés, la situation s’aggrave sérieusement et l’ambiance est plutôt à la déprime ; le journaliste Claude Askolovitch se demande si la privatisation, le libéralisme, ne seraient pas responsables des suicides en constante augmentation à La Poste ? lien

En effet, le suicide n’est plus seulement l’apanage de France Telecom, où comme l’écrivent Brigitte Font Le Bret, et Marin Ledun, « pendant qu’ils comptent les morts », (la tengo éditions), les suicides continuent. lien

Plus grave, à La Poste, les directeurs des 10 bureaux les mieux notés recevant parfois une récompense financière, sont invités à Paris dans l’un de ces restaurants spectacles « paillettes et frou-frou », où des filles se dénudent. Hôtel chic, et tous frais payés sont naturellement de rigueur.

Ils ne sont pas tenus à partager leur prime avec ceux qui, dans l’agence, sont les acteurs de cette réussite, et s’ils la partagent, c’est à leur convenance, avec qui ils veulent, dans le plus grand secret.

A La Poste, devant la privatisation masquée qui avance lentement au fil des mois, la pression maximum exercée sur les employés fait des dégâts.

En un an, ce sont 70 personnes qui s’y sont suicidés (lien) et Hugo Reis, secrétaire fédéral de Sud PTT affirme que la direction de La Poste se refuse à en faire le recensement. lien

En attendant, depuis 2003, 63 000 postes ont été supprimés sur 280 000, mais ceux qui restent doivent faire le travail de ceux qui ont été remerciés, ou non remplacés. lien

Et si 55 000 emplois supplémentaires seront supprimés d’ici 2015, contrairement à une idée reçue, il y a toujours autant de travail à La Poste, car si, grâce à internet, le courrier est moins abondant, le même internet et ses achats en ligne, ont augmenté le nombre de colis. lien

Des lors, si la quantité de travail reste quasi identique, et que le nombre d’employés diminuent, la situation de ceux-ci devient de plus en plus préoccupante.

Pour les dirigeants par contre, la voie est royale :

Dans la mission que l’état a confié a Jean Paul Bailly, le grand patron de La Poste, le recrutement des cadres se fait parfois dans le privé, et ces nouveaux dirigeants, tout comme les anciens, ne tiennent pas compte des caractéristiques de La Poste, mettant les employés dans un système de compétition, les uns surveillant les autres, et les meilleurs cadres étant récompensés.

Et les récompenses ne sont pas des sucettes.

C’est en 2009, dans un article paru dans « la lettre de l’expansion  » que l’on apprenait que quelques BMW auraient été offertes à une trentaine de directeurs de l’institution nationale, pour un montant global de 900 000 euros. lien

A l’occasion, on peut signaler que c’est dans cette même entreprise, que dans un esprit « citoyen », 3000 scooters ont été commandés en juin dernier à Taiwan au moment ou l’usine de scooter Peugeot à Dannemarie fermait définitivement ses portes. lien

Mais quittons la Poste et tournons nous vers la Presse pour évoquer cette mésaventure qu’a connu le journaliste d’un quotidien régional important, lors de la venue du grand patron dans l’agence dont il était l’un des rares journalistes encartés.

Lors de cette visite, ce grand patron, faisant la tournée de toutes les agences de son journal, leur avait demandé la plus grande franchise, et les avait incités à dénoncer tout ce qui ne marchait pas, ou qui était améliorable.

Notre bon journaliste avait alors dressé une longue liste de ce qui pouvait changer, et a eu la désagréable surprise de se retrouver quelques jours après muté dans une autre agence, pour exercer une vivifiante activité dans le labo photographique.

Ces épisodes mettant en évidence l’état de suspicion qui existe dans certaines entreprises françaises, dans lesquelles le management pousse à l’espionnage du plus petit par le plus grand, montre le clivage qu’il y a entre deux types de fonctionnement d’entreprises.

Un, comme on l’a vu, basé sur un système hiérarchique autoritaire, méprisant et opprimant, provoque le stress de l’employé, afin d’en tirer le meilleur rendement, pensant que soumission et division sont plus importants que compétence.

L’autre basé sur la confiance, l’esprit d’équipe, et la cohésion du groupe, veut créer un climat favorable à la gestion la plus saine possible du groupe social, pensant que l’ambiance de l’entreprise permet un meilleur rendement.

Un classement a été réalisé pour la première fois, les employés ayant noté leurs propres entreprises.

Près de 5000 d’entre eux en ont sélectionné 41 qui ont obtenu globalement une note supérieure à la moyenne.

Il faut relativiser tout de même ce classement, car si Microsoft avec 3,47 sur 5 se place en tête, on peut noter que cette entreprise n’obtient pas la moyenne en ce qui concerne « la charge de travail  » et France Telecom, malgré ses suicides obtient la 8ème place, ce qui relativise le concept même de l’enquête qui était « 100 entreprises où il fait bon vivre ». lien

Le ministère du travail a classé en vert, orange et rouge, les entreprises qui prennent en compte « la prévention du stress », et ceux qui figurent dans le vert posent question (PSA, Thales, GDF Suez, Rhodia, Yoplait et Sodexo) (lien) et on pourrait s’interroger sur « l’orange » donné à France Télécom, qui collectionne les suicides réussis, ou ratés. lien

En effet, chez ces « champions », PSA Peugeot Sodexo, Thales, ou GDF-Suez, ceux qui s’y sont suicidés doivent ricaner dans leur tombe (lien) tout comme les employés de Rhodia. lien

Le plan « d’urgence » qu’avait lancé, en octobre 2009, Xavier Darcos afin de « prévenir le stress au travail  » a donc fait long feu. lien

Dans son film « travailler plus pour mourir plus », Paul Moreira, dont il est avec Hubert Prolongeau le co-auteur, constate qu’il n’y pas d’évaluation réelle de l’impact de la souffrance au travail, ni quantitative, ni qualitative, et même si ce n’est que sur l’entreprise « Renault » que son enquête s’est faite, le même constat s’applique, on l’a vu, à d’autres entreprises, qu’elles soient d’Etat, ou du domaine privé. lien

Quand aux grands patrons, toute l’indignation d’un Fillon ne suffit pas à les empêcher d’empocher de confortables émoluments, et s’il est choqué de voir les progressions de leurs salaires « totalement déconnectées de la réalité économique de l’entreprise », il se dit « réfléchir », préférant que les « entreprises se régulent elles-mêmes  ». lien

Sarközy, quant à lui, promet depuis son élection la moralisation du capitalisme, et chaque année il en reparle, (2008, 2009, 2010, 2011) et personne ne doute qu’il recommencera en 2012.

Comme dit mon vieil ami africain : « le crocodile sorti de l’eau ne deviendra jamais un tronc d’arbre  ».

Merci à Corinne Py de sa collaboration efficace.

Olivier Cabanel.

L’image illustrant l’article provient de : « blogborygmes.free.fr »


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 28 novembre 2011 11:52

    Bonjour, Olivier.

    Dans pas mal d’entreprises, on marche sur la tête, et les dérives, comme tu le montre dans ton article, partent dans tous les sens. Mais il y a une constante : ce sont les employés qui dégustent et les patrons qui se goinfrent.

    Amusant : j’ai assez bien connu Jean-Paul Bailly, le pédégé de La Poste, quand il était un homme... de gauche (si, si, il l’a été !)

    Cordialement.

    PS : la gravure illustre également très bien le monde de l’entreprise.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 12:59

      Fergus

      c’est un scoop de découvrir, grâce a toi, que jp Bailly était un homme de gauche.
      on n’arrête plus le progrès.
      merci de ton commentaire.
       smiley

    • Jean 28 novembre 2011 20:22

      Bah, des Hommes de gauche étaient vichystes ; la caste politique...


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2011 06:57

      jean

      l’étiquette est une chose, et la réalité parfois une autre,
      il ne suffit pas de s’affirmer « homme de gauche », il faut encore en être la preuve dans sa vie de tous les jours,
      sinon, c’est un peu facile.
      dsk, fabius, et quelques autres sont-ils de gauche ?
      à quand une déontologie sur le sujet ?
       smiley

    • bigglop bigglop 4 décembre 2011 03:47

      Bonsoir à tous,
      Merci @ Olivier pour ce réquisitoire implacable sur la dérive du « capitalisme décomplexé ».
      Vous parlez de techniques de management importées des Etats-Unis, c’est en partie vrai.
      Ce type de management, techniquement appelé « lean management, » a été importé du Japon par le très distingué Thierry Breton (belle pourriture, en passant) et appliqué avec « succès » chez Thomson, France Télécom, puis chez ATOS Origin depuis 2008.
      Le principe de base est le « total operational performance » ou TOP : élimination des gaspillages, augmenter la qualité et la motivation des équipes.
      En réalité, il s’agit d’attribuer à chaque niveau de « prise de décision » un ou des objectifs quantifiés en terme de qualité, de production de documents traités, mais aussi, « non explicités » mais sous-jacents, en matière de réduction des effectifs provoquant des démissions, des arrêts maladie par « burn-out’ et »accessoirement« des suicides.
      Professionnellement, j’ai toujours combattu ces techniques criminelles, dans les conseils et avis que je donnais aux dirigeants, cadres d’entreprises, clients qui consultaient le cabinet d’audit où je travaillais comme cadre.
      Quelques liens :
      http://www.rue89.com/2011/05/24/apres-france-telecom-thierry-breton-passe-atos-a-lessoreuse-204971?sort_by=thread&sort_order=ASC&items_per_page=50&page=3
      http://www.logistiqueconseil.org/Articles/Logistique/Lean-management.htm&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; »la théorie" pour les curieux, installez-vous bien !!!


    • bigglop bigglop 4 décembre 2011 03:47

      Bonsoir à tous,
      Merci @ Olivier pour ce réquisitoire implacable sur la dérive du « capitalisme décomplexé ».
      Vous parlez de techniques de management importées des Etats-Unis, c’est en partie vrai.
      Ce type de management, techniquement appelé « lean management, » a été importé du Japon par le très distingué Thierry Breton (belle pourriture, en passant) et appliqué avec « succès » chez Thomson, France Télécom, puis chez ATOS Origin depuis 2008.
      Le principe de base est le « total operational performance » ou TOP : élimination des gaspillages, augmenter la qualité et la motivation des équipes.
      En réalité, il s’agit d’attribuer à chaque niveau de « prise de décision » un ou des objectifs quantifiés en terme de qualité, de production de documents traités, mais aussi, « non explicités » mais sous-jacents, en matière de réduction des effectifs provoquant des démissions, des arrêts maladie par « burn-out’ et »accessoirement« des suicides.
      Professionnellement, j’ai toujours combattu ces techniques criminelles, dans les conseils et avis que je donnais aux dirigeants, cadres d’entreprises, clients qui consultaient le cabinet d’audit où je travaillais comme cadre.
      Quelques liens :
      http://www.rue89.com/2011/05/24/apres-france-telecom-thierry-breton-passe-atos-a-lessoreuse-204971?sort_by=thread&sort_order=ASC&items_per_page=50&page=3
      http://www.logistiqueconseil.org/Articles/Logistique/Lean-management.htm&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; »la théorie" pour les curieux, installez-vous bien !!!


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 13:04

      bonjour orion

      j’essaye de comprendre la logique de tous ces énarques, car si il est facile de comprendre qu’ils soient tenté par le profit maximum, et surtout l’augmentation exponentielle de leurs salaires, s’ils avaient un peu de jugeote, ils auraient compris qu’en donnant a un employé le travail que trois faisaient, pour le meme salaire, ils privent de ressources les deux autres employés, lesquels du coup, ne sont plus capables de consommer, donc privent le pays de croissance, pénalisent la sécurité sociale puisqu’ils en tombent malades (aussi bien ceux qui travaillent trop que ceux qui ne travaillent plus), et en appauvrissant le pays, provoquent sa déchéance, font partir à l’étranger les cerveaux, et coulent leur pays, avec à terme , la disparition de leurs entreprises, et donc celle de leur salaires.
      faut pas être sorti de saint Cyr pour le comprendre,
      et pourtant, ils ne l’ont toujours pas compris.
       smiley

    • al.terre.natif 28 novembre 2011 16:15

      Bonjour Olivier,

      « j’essaye de comprendre la logique de tous ces énarques, car si il est facile de comprendre qu’ils soient tenté par le profit maximum, et surtout l’augmentation exponentielle de leurs salaires, »

      Ce qu’il faut comprendre (je penses), c’est que nous sommes tous dans cette aveuglement. Nous critiquons les patrons, les riches, bref, ceux qui ont de l’argent et le pouvoir qui va avec, sans jamais remettre en question notre point de vue personnel sur ces questions.

      Ne sommes nous pas TOUS (ou presque) à la recherche d’un salaire qui augmentera toute notre « carrière » ? Ne sommes nous pas tentés de rechercher, puis d’accepter plus d’argent ?
      Si il nous faut critiquer l’avidité de ces personnes, il nous faut aussi remettre en question notre souhait personnel de leur ressembler. Combien aimerais gagner au loto ? (bon ok, presque tous et surtout 100% des joueurs ....), mais combien de personnes refuseraient une augmentation dans leur travail (pour ancienneté, pour promotion, pour changer de boite, ...) ?

      La logique est la même entre un énarque ou un patron et un stagiaire qui rêve d’un vrai salaire. La différence entre eux est simplement une question de pouvoir, et donc d’argent. Et du coup une différence d’impact bien sûr. Mais si le stagiaire arrive à monter à la place du patron, il y a de très bonnes chances pour qu’il ait exactement les mêmes réflexes.


    • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 16:41

      al-terre

      bien sur, nous sommes aussi souvent dans l’avidité, mais ce qui me gène le plus, c’est la disproportion énorme entre les plus gros, et les plus bas salaires, 
      je crois que nous tenons des records, avec un écart de 1 à 900 !
      si les plus gros salaires étaient limités, je ne sais pas moi, mais à 30 fois le smic, ce qui est déjà pas mal, fatalement les salaires moyens remonteraient,
      il y a quelque chose d’indécent à cette disproportion, et au silence complice du pouvoir qui fait semblant de s’indigner et qui ne fait rien.
      merci de votre commentaire
       smiley

    • Defrance Defrance 28 novembre 2011 16:57

       Bonjour Olivier Cabanel, 

           Le pire que la majorité du harcèlement ne vient pas que des énarques , mais des petits chefaillons qui sont prêt a tout pour avoir leur BMW série 7 de fonctions ? Comme du temps de Petain, Petain SEUL n’aurait jamais réussi a répondre a toutes les demandes des Boches , il a fallu des Laval , Darlan, Bousquet , peut être Mitterand (la Francisque) .... 

        L’appât du gain et de la gloire en attire certains comme des mouches , même sur un camembert pourri ? ( Besson Hortefeux Lang .....) 

        


    • Jean 28 novembre 2011 20:26

      "j’essaye de comprendre la logique de tous ces énarques, car si il est facile de comprendre qu’ils soient tenté par le profit maximum, et surtout l’augmentation exponentielle de leurs salaires, s’ils avaient un peu de jugeote, ils auraient compris qu’en donnant a un employé le travail que trois faisaient, pour le meme salaire, ils privent de ressources les deux autres employés, ...« 

      Les dix commandements de »la bête" :

      Commentaires : Etienne Chouard

      http://etienne.chouard.free.fr/Europe/resistance_a_tous_les_traites_constit utionnels.php

      il résume dans la vidéo :

      1) l’ UE encourage le chômage de masse.

      2) la création monétaire est abandonnée aux banques privées.

      3) liberté totale de mouvement des capitaux.

      4) soumission totale à l’ OTAN.

      5) accumulation des pouvoirs exécutif et législatif.

      6) les exécutifs contrôlent la carrière des juges.

      7) les citoyens n’ ont aucun moyen de résister.

      8) le pouvoir législatif est contrôlé par des organes non élus.

      9) les citoyens sont tenus à l’ écart du processus constituant.

      10) les tenants du pouvoir s’ écrivent les règles pour eux-mêmes.

      de quoi écouter et même transmettre au plus de monde possible, surtout ce qui concerne
      la reprise du pouvoir par le peuple (démocratie directe)

      C’ est pas impossible. Le nombre...

      http://www.democratiedirecte.fr/


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2011 07:02

      jean

      l’UE n’est qu’un machin économique, dont l’aspect social a été oublié
      nous étions sorti de l’OTAN, un autre machin, et le petit nerveux nous y a remis
      il nous faudrait donc sortir le petit nerveux
      une justice totalement indépendante est le garant de la démocratie,
      nous ne sommes donc plus en démocratie
      il y a toujours le moyen de résister,
      et réfléchir c’est déja désobéir
      il est temps de refaire vivre la démocratie.
      merci de ton commentaire
       smiley

    • Jean 29 novembre 2011 15:35

      Alors cette fois j’ espère que mon courriel, quelque peu prosélyte, en ce sens, est passé.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2011 16:48

      jean

      je l’ai bien reçu et répondu,
      vous n’avez rien reçu ?
       smiley

    • Jean 29 novembre 2011 17:45

      Que non Olivier, j’ ai fouillé partout ( indésirables etc,...), je n’ ai que votre tout premier message.


    • olivier cabanel olivier cabanel 29 novembre 2011 19:27

      jean,

      je n’en ai envoyé qu’un, pour établir le lien,
      et manifestement, je n’ai pas reçu la réponse...

    • Jean 29 novembre 2011 21:40

      OK, alors je réessaie, cette fois, sans mon logiciel habituel, mais en cliquant « répondre » sur msn.


    • bigglop bigglop 4 décembre 2011 03:56

      Bonsoir @ Orion,
      Cela vient du plus haut niveau de décision conseillé par des « experts », transmis par délégation, puis par objectifs arbitraires (non négociables) et le dernier de la chaîne prend tout sur la « gueule » pour la plus grande profitabilité de l’entreprise et de son actionnariat.
      Au fond, c’est très simple et existe depuis la nuit des temps


    • Giordano Bruno 28 novembre 2011 14:04

      Première étape du plan : Dégrader la qualité afin que les citoyens aient de plus en plus de raisons de se plaindre des services publics.

      Seconde étape : Privatiser !


      • Defrance Defrance 28 novembre 2011 14:32

          OU plus simple, privatiser ce qui rapporte de l’argent pour montrer qu’il n’y a pas d’autre choix que de privatiser le reste ! 

           Un etat , c’est comme un ménage, on ne peut pas vivre qu’avec des factures a payer ? 


      • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 16:42

        Bruno

        pas mieux,
        je partage et remercie.
         smiley

      • Defrance Defrance 28 novembre 2011 14:30

         Cela fait plus de 10 ans que cette situation existe ! 

           L’employé, comme le cadre est placé au rang de « mouchoir jetable » qui ne sert qu’une fois !

            Dans les sociétés US , tout repose sur les statistiques.

           Pour prendre l’exemple que j’ai vécu ou il nous était demandé de résoudre les problèmes des clients qui utilisaient nos Utilitaires ( nommés bien sur PRODUITS) . 

           Plus il y avait d’incidents résolus, plus le patrons du service touchait d’ avoirs sur les dividende ( je ne veut plus écrire en langue Yankee) .

          Cela a très vite entrainé que si trois modules étaient impliqués dans un problème, il fallait ouvrir trois incidents, ce qui a très vîtes rendus les résolutions incompréhensibles !, ce n’était pas grave, les chiffres montaient ! 

          Par contre le temps de résolution s’allongeait du fait qu’il fallait analyser deux, trois... évènement liés au MÊME problème et la solution fut : un courrier massifs aux client leurs disant que si ils mettaient plus de 7 jours pour fournir des éléments, les problèmes étaient considérés comme résolus ! 

           Bingo pour le chef de service ! 

         J’ai résisté, et même alerté le patron Texan que je connaissait personnellement depuis plus de 15 ans et ce fut le début des turpitudes ! 

          Bureau de 4 m², plus de formation, plus de déplacements en clientèle ...... 

          Vers la fin de l’année on m’a demandé a plusieurs reprises quand je prenais mes vacances , cela m’a semblé bizarre , mais sans plus . 

         Puis j’ai du subir une petite intervention chirurgicale au bras droit . J’ai donc informé la DRH, le chef de Service, mes collègues que j’allais être absent deux ou trois jours selon le cas . 

         Le lendemain de ma sortie de clinique je recevais une lettre recommandée qui m’annonçait un licenciement pour fautes grave ! 

          sur le coup j’ai failli monter au bureau avec mon fusil de chasse ! Le jour de mon entretien prealable ils ont fait vider tous les bureau, personne dans le locaux .... 

         Bref , 4 ans plus tard, apres deux passages aux urgences , et 30 kilos de dossiers ( les clients ont TOUS fait des témoignages en ma faveur) j’ai gagné le procès aux prudhomme, pui en appel ou l’indemnisation, déjà conséquente a été DOUBLÉE ! 

          Le DRH, Viré, le chef de service viré pour incompétence ! 

          


        • cassandre4 cassandre4 28 novembre 2011 15:02

          Vous avez eu beaucoup de chance, Defrance, vous ne vous en êtes pas trop mal tiré, mais quid de la majorité des autres cas semblables ?


        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 16:32

              Oui , bien sur, il faut VOULOIR se battre si on veut faire apparaitre la vérité, d’ailleurs par la suite j’ai conseillé ceux qui m’ont suivi avec quelques succés ! 


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 16:45

          Defrance

          merci de ce témoignage qui devrait encourager tous ceux qui ont subi des injustices de ne jamais lâcher,
          et bravo pour votre pugnacité.
           smiley

        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 17:02

           Olivier, 

           Le gros souci dans ces situation est d’être bien entouré ! dans mon cas AUCUN de mes collègue a tenté de se mettre de mon coté, certains même ont écrit des mensonges sous la menace pour garder leur place quelques mois de plus ! 


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 17:10

          deFrance

          c’est écoeurant une telle lâcheté,
          et c’est même parfois ceux dont on atteindrait le plus l’aide qui sont le moins présents.
          en tout cas, encore bravo
           smiley


        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 18:39

             La mentalité des société US est telle que des que vous êtes licencié, la terreur et la pression règne sur votre ancien entourage. 

           Lors de mes déplacement aux USA j’ai assisté à des licenciement la bas et je peux témoigner que ça n’a rien de drôle :

             Des le matin, avant l’ouverture des bureaux 2 ou 3 vigiles, armés, bien sur, se placent aux abords du bureau « de la victime » ( qui ne se doute de rien ) . d’autres ont a l’entrée avec la photo du licencié et dès qu’il rentre dans le hall ils informent les gros bras . Le gars ouvre sa porte avec son badge et est immédiatement suivi par les gorilles qui lui demandent de prendre ses affaires personnelles et lui retirent son badge sur le champ avant de le raccompagner à la porte et c’est fini ! Après c’est une affaire d’avocat et de FRIC bien sur ! 

             


        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 16:39

               @ de la hauteur, 

                 Ne faisant pas parti des boursicoteurs, ni des actionnaires je ne pense pas faire parti des ON . 

              D’ailleurs comme disait un formateur de gestionnaires : ON c’est un con ! 

              Les gens qui utilisent ce mot sont des faux Jetons ou pire des délateurs : x ou et y l’on voulu, ce ne sont pas des anonymes ? 

             Qui a été informé ou consulté pour savoir si les allemands, les Français voulaient la Mondialisation qui mène à la concurrence déloyale, voire même a la guerre ?????? 


        • olivier cabanel olivier cabanel 28 novembre 2011 16:46

          de la hauteur,

          si vous avez bien lu le commentaire qui précédait le votre, vous aurez la preuve qu’il faut refuser le role de victime, et se battre jusqu’au bout,
          sinon, effectivement, c’est participer à un jeu plutot trouble.
          c’est ce que j’ai essayé de montrer dans l’image illustrant l’article.
          merci de votre commentaire.

        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 17:10

            Vous avez raison Olivier, je pense que ceux qui se suicident sont en fait ceux qui finissent pas se croire coupable, et dans ces moments là ( je l’ai vécu) un petit rien peut vous entrainer sur la pente du suicide ! 

            Si je n’avais pas eut un gamin de 12 ans orphelin de sa mère je n’aurai peut être pas resisté ? 


        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 18:26

            Ce n’est pas si simple, ce n’est pas la fatalité, mais un travail de sape qui a commencé des le depart du general de Gaulle qui lui ne s’est jamais laisser acheter par qui que ce soit ! 

            Pourquoi les cours d’histoires sont disparus aux USA, pourquoi une grande majorité ne sait même pas quel état borde le leur , et je ne parle pas de l’irak ou de l’Iran , ils savent juste que c’est loin ! 

            Le système a « abêti » les gens pour "casser leur esprit critique, a un point que la plupart des trouveurs US sont des étrangers ( formation de base) ? 


        • Defrance Defrance 28 novembre 2011 17:19

            Si demain les gendarmes disaient STOP, on fait notre travail de Police, dans la population, dans la circulation .. et si vous voulez des statistiques , débrouillez vous autrement notre situation s’améliorerait car leur OBJECTIF ne serait plus le même ? 

            les primes, options sur les actions, vacances payés par la boite.... sont des pousse aux crimes ! Dans mon cas, mon travail pour lequel j’etais formé depuis 20 ans , consistait à chercher l’aiguille dans la botte de foin, pas a remplir ARTIFICIELLEMENT des colonnes dans un tableur l 


          • foufouille foufouille 28 novembre 2011 18:43

            " Si demain les gendarmes disaient STOP, on fait notre travail de Police, dans la population, dans la circulation .. et si vous voulez des statistiques , débrouillez vous autrement notre situation s’améliorerait car leur OBJECTIF ne serait plus le même ? "
            impossible
            on a vu 1940


          • Defrance Defrance 28 novembre 2011 20:46

             Faux pas être aussi schématique, en 40 il y a eut aussi des forces de l’ordre dans l’ombre ! 

               En fait je compare avec l’Allemagne ou rouler en voiture pose beaucoup moins de problème qu’en France, les voitures comme les policiers qui me font rire en me rappelant les motos- crottes parisiennes ne se cachent pas, leurs véhicules eux aussi verts et blancs sont repérables a plusieurs centaines de mètres ! 

              Il y a encore quelques années griller un feu masqué par des branchages ou un camion etait généralement amnistié sur place dans la mesure ou vous n’étiez pas un familier de l’endroit ! maintenant la boite a fric aligne et fini par se faire dézinguer a la chevrotine ou supplice du pneu ! 

              


            • Defrance Defrance 28 novembre 2011 18:43

               En Français GESTION, c’est plus court ! 


            • gaijin gaijin 28 novembre 2011 19:58

              euh non
              quoi que je sois aussi atteint d’anti américanisme primaire
              la gestion est une activité normale dans une entreprise
              le management c’est autre chose
              (voir photo plus haut svp )


            • Defrance Defrance 28 novembre 2011 20:53

                Gestion et organisation dans le but de faire du profit, donc de la con- gestion comme le dit le post suivant (Bobw) ! A court terme cela rapport, a long terme, c’est une catastrophe ! 


            • BOBW BOBW 28 novembre 2011 19:08

              En sarko-langue c’est plutôt«  con-gestion » smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès