Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > La violence faite aux femmes : assez !

La violence faite aux femmes : assez !

Que de souffrances les femmes endurent en silence. Les femmes battues, les violences conjugales, les crimes d’honneur odieux, les mariages forcés font partie du quotidien de certaines femmes dans le monde, jusque chez nous en France. L’idée était d’organiser un peu partout dans le monde des manifestations en hommage aux femmes.

La journée internationale organisée pour défendre les droits des femmes n’a pas eu l’impact attendu.

Cette journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes est passée dans l’oubli. Chez nous, en France, les médias se sont à peine saisis de cet événement qui aurait dû avoir une importance grande, voire grandiose. Il est à noter qu’une femme sur trois en moyenne souffre de violences dans sa vie, coups, relations sexuelles imposées ou autres formes de mauvais traitements ; cette observation émane d’un rapport du secrétaire général des Nations unies, monsieur Kofi Annan.

En Belgique, une femme sur cinq est victime de violences conjugales. Madame Sofie De Graeve, du Vrouwen Overleg Komitee (VOK-Comité de concertation pour les femmes) annonçait que « septante femmes » meurent chaque année de violences conjugales en Belgique, et ces chiffres ont été confirmés par Amnesty international sur les ondes de la radio publique flamande VRT. Pour madame De Graeve, il s’agit surtout de violences physiques et sexuelles. "Les cas de violence psychique sont difficiles à répertorier", a-t-elle ajouté. Le VOK souhaite des mesures urgentes pour combattre la violence familiale et réduire les souffrances féminines provoquées par ces pratiques violentes.

Les souffrances des femmes dans les autres pays du monde

En Afrique noire, les violences envers les femmes passent par les mutilations génitales chez certaines personnes pratiquant une confession donnée, près de 130 millions de filles dans le monde subissent ces sévices, selon l’Onu, et également par le nombre record de femmes infectées par le virus du Sida pour défaut de port de préservatif.

Dans les pays suivants : Australie, Canada, Israël, Afrique du Sud et Etats-Unis, 40 à 75% des femmes assassinées le sont par leur mari ou leur petit ami. Chez nous, en France, une femme est tuée par son compagnon en moyenne tous les trois jours. Le gouvernement français essaie de trouver des solutions fermes, mais n’y arrivant pas, il n’avance que des propositions tendant à améliorer la protection des femmes. En Colombie, selon l’Onu, une femme est tuée tous les six jours. Aucune statistique fiable n’est publiée par la Russie, ni par certains autres pays. Au Brésil, une femme est battue toutes les 15 secondes, soit 2,1 millions par an, selon l’organisation non gouvernementale Agenda.

L’Asie du Sud se distingue par des crimes d’honneur et des discriminations (émanant d’individus de confession musulmane) restent le lot quotidien de nombreuses femmes. En Afghanistan, les suicides par immolation de jeunes filles contraintes à des mariages forcés sont en hausse. La commission indépendante afghane de défense des droits de l’homme indique que les mariages forcés représentent 60 à 80% des unions, qui restent traditionnelles.

Les efforts à apporter dans la lutte contre les violences ou les encouragements

L’organisation des Nations unies se félicite de voir qu’une soixantaine d’Etats dans le monde ont adopté des lois contre la violence conjugale et familiale, contre une quarantaine en 2003. L’Unifem : le Fonds de développement des Nations unies pour les femmes, basé à New York, devrait dépenser cette année près de quatre millions de dollars pour lutter contre les violences faites aux femmes. Ces fonds seront distribués notamment à des avocats au Cameroun qui élaborent un code de la famille, à des femmes en Bulgarie qui travaillent sur une loi contre la violence domestique, à une association en Côte d’Ivoire qui insiste sur le lien entre les violences faites aux femmes et le Sida et veut favoriser l’accès à l’aide juridique et médicale.

L’Europe présente diverses formes de lutte : l’Espagne se distingue par une législation globale, apportant ainsi des réponses en termes de répression, de prévention, d’accompagnement des victimes et de suivi des auteurs de violence. La Suède, tout comme l’Espagne, a érigé le caractère répété des violences conjugales en infraction pénale à part entière, entraînant l’application d’une peine supplémentaire. En France, le Code pénal punit "les violences habituelles", mais uniquement sur les mineurs de moins de quinze ans ou les personnes particulièrement vulnérables. Les associations féministes en France réclament une loi-cadre protégeant les femmes des violences. Des femmes ont défilé à Johannesburg pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Le chef du gouvernement espagnol, José Luis Rodriguez Zapatero, souhaite qu’une campagne européenne contre les violences domestiques faites aux femmes soit lancée.


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Sz (---.---.192.125) 1er décembre 2006 14:51

    Dans le genre « les féministes feraient mieux de s’occuper de ça plutot que des campagnes du pub sexy » :

    Code pénal :

    Article 222-24

    Le viol est puni de vingt ans de réclusion criminelle : 1º Lorsqu’il a entraîné une mutilation ou une infirmité permanente ; [...]

    Article 222-25

    Le viol est puni de trente ans de réclusion criminelle lorsqu’il a entraîné la mort de la victime. [...]

    Article 222-26

    Le viol est puni de la réclusion criminelle à perpétuité lorsqu’il est précédé, accompagné ou suivi de [...]

    On notera que la subtile distinction entre meurtre, mutilation à vie et tortures et actes de barbarie a permis à Stéphane Kraut, bourreau de Karine Shaaf, de s’en tirer avec une peine de 30 ans max, 22 ans incomprésibles, au lieu de la perpét qu’il méritait amplement. Considérant que la gradualité mettant la mort en dessous du niveau de gravité de la torture est très très peu pertinent, et qu’il me parait techniquement difficile de mutiler à vie sans un niveau de violence proche de la torture, je serais d’avis de requalifier tout ça en peine à perpétuité.


    • Sz (---.---.192.125) 1er décembre 2006 14:55

      Arf, j’ai tronqué l’article 222-6 un peut tot.

      222-6

      Le viol est puni de la réclusion criminelle à perpétuité lorsqu’il est précédé, accompagné ou suivi de tortures ou d’actes de barbarie [...]

      Désolé.


    • Bill Bill 1er décembre 2006 16:01

      Il faudra qu’un jour on se mette la réalité en face : comme le dit Maurice Druon, depuis que la peine de mort a été abolie, la justice a été décapité...

      Bill


    • Bill Bill 1er décembre 2006 15:59

      En effet tout cela est une horreur ! Jusqu’en Inde, ce pays que j’aime et dans lequel une fille doit amener une dôte pour se marier, ce qui ruine souvent la famille... Tandis qu’une fois qu’elle sont mariées, elles sont parfois assassinées ou traitées comme on ne traite pas les chiens ! Attention à ce que je dis : les Indiens sont dans leur grande majorité très bons y compris pour ce que j’en ai vu de leurs couples, mais il y a aussi cette réalité, qui elle est liée au système de dôte...

      Bill


      • bb (---.---.134.117) 1er décembre 2006 16:18

        La violence faites aux femmes est inadmissible sous toutes ses formes. Ne pas y prêter attention est indigne des parents actuels qui ont une fille ,car c’est aujourd’hui que cela doit cesser afin que nos enfants filles demain ne subissent pas le sort de certaines femmes aujourd’hui. Il est indigne de tout homme et de tout père, de laisser ce grave sujet sans réponse. bb http://inventionconception.free.fr


        • mathieu (---.---.188.187) 1er décembre 2006 16:21

          Pour ce qui est de la france et uniquement la France, les femmes qui choisissent un homme violent personne ne les a obliger a sortir avec ce genres d’individues et personne non plus ne les obligent a rester avec eux. la societe donne une image d’homme viril, celui qui est un guerrier, un combattant, c’est l’image sacro sainte du veritable homme, cheveux rasé, dominateur, conquerant. La femme se laisse pieger par ces stereotypes qui cette fois est imposer par le vecteur televisuelle, cinematographique, mediatique en general.Pour l’homme la veritable femme par ces memes medias est celle qui est douce, qui est un peut ecervelé auquel le sexe et l’achat de fringues n’est que son seul but dans la vie. Les femmes battu il ne faut pas croire ce n’est que la forme, le fond j’ai commencer a l’aborder. le rapport entre les gens est biaiser. Si vous regarder bien les telefilms et series, le mechant est le garcon malin, paraissant doux et gentil et le Heros est celui qui est fonceur montrant ces biceps et usant de la violence pou sauvé la veuve et l’orphelin, ont peut faire tres vite le parallele entre le militaire, le policier, le pompier dont bcp de femmes fantasmes sur eux pour cette virilité imposer. C’est a vous de voir ce que vous souhaitez, maintenant je lance le debat de fond, cette article m’a tendu la perche.


          • mathieu (---.---.188.187) 1er décembre 2006 16:39

            Ont vie dans une societe tres violente, le monde du travail en est l’exemple le plus flagrant, la rue n’est meme pas sur, la violence physique et psychologique dans le quotidien. Le monde entier est embrasé par des guerres, genocides, violences en tous genres. La femme n’est pas que la victime de ces faits, elle est participative aussi au meme niveau que les hommes. La responsabilité, du rapport entre individues, le rapport envers le monde, tout est lié, il n’y pas de compartiments des choses et des evenements. Une societe violente aura forcement des gens violents, une societe ne croyant qu’en la competition effrené engendrera la violence. Tant que les gens ne penseront, se laisseront guider par leurs bas instincts la plus moche, alors tout le bla bla sur tel ou tel type de violence ne sera que du vent, un arbuste cachant la foret.


            • mathieu (---.---.188.187) 1er décembre 2006 21:19

              mais oui noté negativement ce que je dit sans mettre le moindre argument et idée pour me dire que j’ai tord, il n’y a que de la lacheter, refuter mes dires en disant ce que vous pensez au lieu de vous cacher derriere des notes, agoravox est sencer etre un site de DEBAT et non pas de VOTE A LA STAR ACADEMY, je veux un debat et rien d’autre, je ne mord pas si sa peut vous rassurez.


              • bb (---.---.134.117) 1er décembre 2006 21:27

                pour éradiquer la violence faite aux femme la simplicité s’impose : savoir regarder sa femme pour commencer et se dire qu’elle a été une enfant aimant jouer et avec des parents aimants qui ne veulent que la protéger. se dire et savoir se mettre à la place de cette femme qu’on rend malheureuse en faisant de telles choses. De les aimer oude les laisser tout simplement. je sais la naîveté du propos. mais après avoir regardé une femme dans les yeux et s’être imaginé qu’elle a été comme vous un jour un enfant, Avez vous encore envie de cogner ?????? c’est dommage !!!! bb http://inventionconception.free.fr


                • Aurélie (---.---.205.173) 2 décembre 2006 22:27

                  é bé... on n’est pas sorti de l’auberge du machisme bestial à vous lire !

                  Regardez « ma » femme les mecs, avant c’était une petite fille ! Vous n’allez pas maltraitée une petite fille hein ? et oui, une femme est considérée encore chez nous comme un objet humain dont il faut tout de même prendre soin de temps à autre ! En Afrique on les excise dès 6 ans, vendue à 9 ans et engrossées jusqu’à ce mort s’ensuive... En France ce sont 5000 de petites filles qui sont violées par an (chiffres que l’on peut multiplier par deux, trois... vu que la majeure partie passe inaperçue !)


                • sarah 4 décembre 2006 12:54

                  bonjour oui la violence faites aux femmes est injuste térible et aussi un enfer. mais même si l’enfer on le quitte il vous suit hélas surtout si des enfants sont nées suite à l’union. ils est dis que des lois sont sortie pour mettre fin à ce cauchemard mais hélas ce n’est pas souvent que l’homme violent ce voix mis face à ces actes. on proposes souvent aux femmes victimes de violences un suivie psychologique, et l’homme on le senctionne si les coup on laisser de préjudice. mais lui aussi ne serait il pas interressant de lui proposer un suivie psychologique ? puis de voir que des fois quand la crainte d’avoir des souci de justice il continue de harceler de mannière à ne pas pouvoir prouver cela, de tout faire pour rendre le cotidien de cette femme infernal. ce servant des enfants en leur disant des choses qui perturberais le moindre adultes, au point ou un jour la femmes dois encore fuire. mais l’homme acteur des violence lui à quand on pourras mettre une vrai mesure qui le mettras à distance car le harcellement est déja dure à supporter par un adulte alors immaginné ce que ça peut être pour un enfant puis à quand on pourras lui mettre en place un suivie psychologique pour qui ne puisse reproduire les même actes sinon à quoi bon de faire des démarche ce défendre si au final il peux continuer la même choses ?


                  • Chaminou (---.---.75.30) 25 janvier 2007 01:16

                    Les féministes s’occupent de ce qu’elle peuvent (et elles ont bien du courage), & de toute façon, tout est lié, « grave » ou « pas grave », selon les sensibilités. Une femme n’est ni un animal, ni un objet : certains ne veulent apparemment pas le comprendre, ici comme ailleurs. & même si la dépendance existe encore beaucoup chez les femmes, ce type de violence est bien entendu INEXCUSABLE.


                    • manu73 (---.---.204.134) 25 janvier 2007 20:43

                      Comme je suis très agacé de ce que j’ai entendu de Valérie Pécresse, j’aimerai apporter deux ou trois commentaires à ce qu’elle prétend :

                      Rappel des faits, si je m’en tiens aux dépèches d’actu : Lors d’un débat à Roubaix, vendredi 19 janvier, Ségolène Royal a répété que les violences contre les femmes constitueraient une priorité de son gouvernement. « La première loi que je ferai voter sera consacrée à ces violences », a-t-elle déclaré après avoir entendu le témoignage d’une participante victime de son compagnon.

                      La porte-parole de l’UMP, Valérie Pecresse, a aussitôt dénoncé l’« ignorance injustifiable et inexcusable » de Ségolène Royal. « Elle ne sait pas que ce dispositif d’éloignement a été mis dans la loi par les gouvernements Raffarin et Villepin », a-t-elle ajouté en faisant référence à deux textes : la réforme du divorce de 2004 et la loi du 4 avril 2006 « renforçant la prévention et la répression des violences au sein du couple ».

                      Or, ce que Valérie Pecresse oublie de préciser, à force de placer le débat au niveau du caniveau, c’est :

                      - C’est aux sénateurs socialistes que l’on doit les volets « prévention & répression des violences conjugales » des lois votées en 2004 & 2006. L’UMP était pas emballée... c’est pas à l’honneur de certains parlementaires UMP... (VAnesste, Lucas, Dord, Benesti, Rivière...)

                      - La situation reste grave (une femme sur 10 victime de violences, un décès tous les 3 jours) en partie parce que les dispositions de loi ne sont pas appliquées faute de travailleurs sociaux (sous-effectif total, et le projet UMP prévoit de ne pas assurer le remplacement lorsqu’ils partent à la retraite)

                      - Et enfin, Valérie Pécresse pour s’intéresser au fait que le projet UMP ne contient aucune proposition sur les violences faites aux femmes.

                      L’UMP aurait pu s’épargner cette prise de position contreproductive. Depuis une semaine, on a l’impression que les prises de positions des porte-flingues de l’UMP ont pour objectif de faire prendre Mme Royal pour une cloche. C’est vrai qu’ils ont le soutien de TF1 smiley


                      • lola03 (---.---.204.214) 5 février 2007 12:02

                        que aire quand quelqu’un menace de vous pendre


                        • descartes (---.---.196.202) 28 mars 2007 16:06

                          bonjour je souhaite si possible de m’envoyer les recherches sur les violances physiques faites à la femme au plus tard aujourd’hui.


                          • simone2B 26 février 2008 13:29

                            La violence faite aux femmes, les femmes battues... toujours le même problème de langage : la violence faite par qui ? les femmes battues par qui ? on dirait que cette violence s’exerce toute seule... une violence sans agents violents, une violence dont on ne connait pas les auteurs, une violence sans individu venant incarner le processus de cette violence...

                            taire l’origine de la violence, c’est reconduire le traumatisme de toutes ces femmes

                            on ne peut pas éradiquer cette violence sans savoir d’où elle vient. Et si elle ne vient de personne en particulier, comme l’indiquent ces deux expressions, c’est que cette violence est une institution collective anonyme.

                            Chacun peut la reprendre à son compte, et devenir un "battant", sans craindre d’être sanctionné.

                            Tout homme n’est pas un "battant", mais s’il existe des chiffres sur le nombre de femmes battues, quels chiffres existent sur les auteurs de ces violences ? 1 femme sur 5 battue en Belgique, cela représente combien de "battants" ? Une femme battue toute les 15 secondes au Brésil, cela fait combien de "battants" agissant par minute ?

                            Alors, n’existe t-il pas des rapports, des articles, sur ces "battants", au moins aussi nombreux que les "battues" ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès