Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Laïque et multiculturel, l’Azerbaïdjan dans la bonne direction

Laïque et multiculturel, l’Azerbaïdjan dans la bonne direction

À l’heure où François Hollande a clôturé sa visite officielle en Azerbaïdjan, il devient urgent de se pencher plus en avant sur le pays du Caucase encore trop méconnu. Son histoire aussi riche que diversifiée a créé sa richesse politique, économique, sociale et religieuse. Avec une majorité à 90 % de musulmans, l’Azerbaïdjan dont le régime est présidentiel se démarque de ses voisins turcs et iraniens en instituant une laïcité résistant à toute épreuve. Paradoxalement, la France démocrate encore vacillante sur ses principes fondateurs gagnerait beaucoup à tirer des leçons de ce modèle.

L’héritage animiste, mazdéiste, zoroastriste, juif, islamique, orthodoxe et catholique du territoire azerbaïdjanais pourrait faire de lui une zone sensible et minée capable d’exploser à tout instant. Pourtant, le pays ne connaît pas de confrontations interreligieuses, l’État se fait même le garant d’une liberté de culte alors que la majorité de la population est musulmane avec 85 % de chiites et 8 % de sunnites. Et cela tient à son histoire. Le pays tour à tour sous occupation perse puis russe a été influencé par une multiculturalité qui a touché son mode de gouvernance.

La majorité des Azerbaïdjanais ont été sécularisés par des décennies d’athéisme officiel soviétique, c’est la raison pour laquelle, en 1905, le pays vote une loi constitutionnelle pour la stricte séparation de la religion et de l’État. Après la proclamation de la République en 1991, le pays s’est attelé à rebâtir les lieux de cultes autrefois détruits par le régime soviétique. L’article 48 de la Constitution admet d’ailleurs que « toute personne a le droit de choisir n’importe quelle foi, d’adopter une religion ou de ne pratiquer aucune religion, d’exprimer son point de vue sur la religion et à la répandre ». La loi de 1992 ajoute que « la liberté de la foi garantit le droit de tout être humain de déterminer et d’exprimer son point de vue sur la religion et à exécuter ce droit. »

Le pays caucasien, un des moins religieux au monde, peut surprendre. Aujourd’hui, Islam et fanatisme religieux sont dangereusement associés. Pourtant, le pays prouve que l’expérience laïque est parfaitement possible en pays musulman. La France souvent donneuse de leçons devrait prendre exemple sur l’Azerbaïdjan dont le terme « laïcité » ne résonne pas de la même manière. Le territoire défend une politique de co-existence religieuse quand la France se noie en marginalisant ses différentes communautés. Des scandales autour du port du voile ou de la viande hallal éclatent et prennent souvent l’allure de faux problèmes qui ne font qu’ostraciser un peu plus les communautés religieuses françaises. Des termes comme « islamophobie » voient le jour, un non-sens dans un pays censé garantir la liberté de culte. 

La France infatigable se lance alors dans des monologues interminables sur l’identité nationale et espère créer son unité en ressassant toujours les mêmes faux débats. Paradoxalement à Bakou, c’est la liberté qui est prônée. La liberté du port du voile ou non, la liberté d’acheter de la viande de porc au marché ou non. La liberté sans être jugé. Alors oui, l’Azerbaïdjan a encore des progrès à faire en matière de droits de l’homme, mais la France aussi. Si le pays caucasien favorise un dialogue inter-religieux, la France souvent contradictoire choisit de le bouder.

Et ses politiciens ne l’encouragent pas plus. Valery Giscard d’Estaing à propos de l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne déclarait que le pays avait « une autre culture, une autre approche, un autre mode de vie ». Difficile pour la vieille France de se détacher de ses valeurs archaïques chrétiennes. Pourtant, selon l’universitaire et écrivain Robert Escarpit, la laïcité n’est-elle pas « la disponibilité universelle du patrimoine humain, la loi qui veut que chaque homme soit maître de son bien et que son bien se trouve partout où il y a des hommes. » ?

La France se sclérose dans une idéologie laïque qui n’est pas efficiente pour la nation. François Hollande en homme d’État avisé a, on l’espère, mis à profit son voyage en Azerbaïdjan pour porter un regard attentif sur ce qui est un exemple de coexistence religieuse. Selon le philosophe, Henri Pena Ruiz, "trop souvent les hommes ont tendance à privilégier ce qui les divise. Avec la laïcité, il faut apprendre à vivre avec ses différences dans l’horizon de l’universelle, sans jamais oublier qu’on a des intérêts communs en tant qu’homme ». Un message largement intégré par le pays caucasien mais qui attend encore d’être mis à l’œuvre en France…


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Alex Alex 18 juin 2014 10:13

    @ l’auteur

    Que pensent les Arméniens de la laïcité azérie ?


    • lermontov lermontov 18 juin 2014 10:22

      Merci pour cet article très intéressant concernant ce lointain et ’petit’ pays.

      Je souhaite que cette paix civile perdure. Cette république est jeune, cependant ; sur le papier la Constitution de 58 semble impeccable et voyez où nous en sommes !

      Je doute que Hollande s’intéresse à ce genre de considérations, malheureusement. Il n’a pas l’esprit formé pour cela et ne doit avoir en tête que ’contrats ! contrats’


        • Deneb Deneb 18 juin 2014 14:59

          Sur la photo, toutes les femmes sont voilées. Bonjour la laïcité !


          • edzez edzez 19 juin 2014 09:09

            n’importe quoi deneb !


            laicité = pas de voile ?

          • soi même 18 juin 2014 17:41

            C’est que l’on disait du Liban de la Syrie et de l’Irak, il y a 50 ans.
            Pourvus que l’odeur du gaz et du pétrole ne monte pas à la tête des Occidentaux !
            Cette drogue dur fait beaucoup de ravage dans les pays des Milles et une nuit !

             


            • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat 18 juin 2014 21:47

              Extrait de Wikipedia :
              « Le Haut Commissarait aux Droits de l’Homme de l’ONU s’est dit très  »préoccupé" par l’action du président Aliev, qui a purement et simplement gracié, couvert de louanges et promu l’officier Safarov, qui avait été reconnu coupable du meurtre par décapitation de l’officier arménien Margarian. "Des crimes de haine, d’origine ethnique, de cette gravité, doivent être punis et non glorifiés par des dirigeants politiques", a souligné le porte parole de l’instance onusienne à Genève. Ban Ki Moon, Secrétaire Général de l’Onu s’est dit lui aussi préoccupé par l’affaire, tout comme les États-Unis."

              J’ajoute que ledit Aliev a été réélu président avec... 98,2% des voix !
              L’Azerbaidjan n’est pas laïc, il n’est pas multiculturel, 100% des Arméniens qui y vivaient ont dû fuir le pays à cause des persécutions.

              L’Azerbaidjan est une dictature raciste qui ne va pas dans la bonne direction mais s’enfonce dans le Moyen Âge !


              • Bergegoviers Bergegoviers 19 juin 2014 07:18

                Et moi qui pensais que, si les déclarations de l’auteur concernant la France sont totalement insensées et indignes d’une rédaction de maternelle, au moins peut-être disait-il quelque chose de réel au sujet de l’Azerbaïdjan.


                Selon votre commentaire il semble que nous ayons affaire à un type qui apprécie écrire n’importe quoi de totalement stupide et incohérent sur n’importe quel sujet.

                La presse écrite subventionnée lui tend les bras : il fera un excellent instrument de propagande.




              • epicure 19 juin 2014 04:21

                Dans une république laïque les institutions publiques sont indépendantes de toute religion, et donc ne se soumet pas à leurs desiderata, mais applique légalité pour tout le monde, et défend la liberté de conscience avant la défense des traditions et dogmes.
                Donc pas de menus halal dans les restaurants des institutions publiques comme les écoles. Le scandale c’est bien que des musulmans aient fait du lobbying pour imposer des menus halal dans les cantines publiques.
                Quand à la liberté elle passe par l’émancipation, et une femme émancipée ne porte pas un habit à la fois sexiste et religieux, c’est juste la preuve qu’elle n’est pas émancipée puisqu’elle se contente de suivre les injonctions définies depuis des siècles par des sexistes et des théocrates. Être émancipée ce n’est pas porter un uniforme, et les voiles musulmans sont bien des uniformes. être émancipée c’est être un individu autonome, hors le port du voile musulman (les autres voiles religieux c’est pareil), repose sur la considération non pas d’une individue autonome, mais bien agir selon des normes autoritaires définies pour la catégorie particulière femme musulmane, au lieu d’être considérée comme des individus autonomes définies par la multiplicité des caractéristiques personnelles, et non juste deux caractéristiques caricaturales ( si femme et musulmane donc doit s’habiller comme ceci, manger comme cela, fréquenter ceux ci mais pas ceux là etc.... ) qui impliquerait de suivre comme un mouton des rites/traditions particuliers .
                Donc défendre la liberté c’est avant tout défendre la liberté de conscience, l’émancipation vis à vis des contraintes religieuses, donc c’est défendre avant tout la liberté de ne pas se faire imposer par des pressions personnelles ou sociales, des traditions/rites religieux.

                Si on utilise pas la le mot Liberté comme un mot bateau, qui veut tout dire et son contraire, où par exemple on pourrait revendiquer la liberté de pratiquer l’esclavage, mais selon une définition cohérente qui tient donc compte de al liberté de tout le monde, et non des gens les plus agités pour crier « liberté ! », la liberté de culte, de pratique religieuse, n’est qu’une note de bas de page, un corolaire dans la liberté de conscience.

                Pas de liberté de pratique religieuse sans qu’il n’y ait de liberté de ne pas pratiquer pour tous ceux qui n’adhèrent aps volontairement à la religion en question. C’est la même attitude qu’il y a eu avec les catholiques, la liberté de culte leur a été accordée en échange du fait qu’ils n’imposent plus leurs dogmes et pratiques au gens qui n’en voulaient pas.

                Tout comme il n’y a pas de liberté sexuelle, si les gens qui ont le plus de libido, les plus actifs sexuellement pouvaient avoir « la liberté » de sauter sur tout ce qui bouge, sans liberté pour les gens de ne pas se faire imposer des relations sexuelles.

                Dans la laïcité les règles générales, civiles, l’emportent sur toute considération religieuse, seuls les individus sont égaux, toute pratique ne se vaut pas, les règles religieuse n’ont donc aucune légitimité dans un cadre laïque. Cela concerne donc aussi les uniformes religieux portés sur la tête.
                La liberté de conscience est plus importante que le conformisme religieux dans la laïcité.

                Donc c’est pour ça que l’école laïque est légitime à limiter le port d’uniformes religieux aux élèves pour protéger les individus des pressions pour se les faire imposer.

                La laïcité ce n’est pas l’acceptation du renard religieux dans le poulailler de la société sécularisée.

                Pratiquer ses rites sans restriction, ce qu’il faut nommer licence religieuse , ce n’est pas la laïcité mais le libéralisme anglo-saxon. Suffit de voir comment des religieux extrêmistes, sectaires, ont toute liberté d’imposer leurs dogmes à des individus sans qu’ils puissent trop se défendre. Et donc acceptant, voire protégeant , des oppressions religieuses, tant qu’elles ne viennent pas de l’état, ce n’est pas la Liberté.


                • lsga lsga 30 juin 2014 13:30

                  ah... et dire que personne n’a lu ce poste de nanigogo...


                • edzez edzez 19 juin 2014 09:10

                  azerbaidjan = elite franc maçonne .


                  • lecepe 19 juin 2014 09:52

                    « Difficile pour la vieille France de se détacher de ses valeurs archaïques chrétiennes » (remplace « vieille France » par « jeune Israel » et « chrétiennes » par « juives » et tu es traité d’antisémitisme, fais gaffe) puis « La France se sclérose dans une idéologie laïque qui n’est pas efficiente pour la nation » 

                    Il faut savoir alors, ton discours est un condensé d’idéologie franc-maçonne mais demeure très flou sur les différences entre leur laïcité et la notre. 
                    Je pense comprendre que selon toi l’Azerbaidjan est fier de son multiculturalisme et la France ne le serait pas ? Mais n’oublie pas que pour les français, le multiculturalisme a été imposé par leurs élites mondialistes a travers une immigration massive, toutes personnes protestant contre ce fait établi est traité de raciste par les pseudos intellectuels de gauche omniprésent dans les médias. 
                    Autre chose, la France a 2000 ans d’histoire ( c’est une richesse pas un « archaïsme ») alors que l’’Azerbaidjan même pas un siècle (indépendance en 1918), on ne peut pas comparer ces deux peuples sans être démagogique.

                    • Absolute 19 juin 2014 10:19

                      Deux choses :

                      La première est que le multiculturalisme français n’est pas uniquement le fruit de l’immigration maghrébine (elle même conséquence d’une politique colonialiste rappelons le...). La France est historiquement un regroupement de territoires aux cultures parfois antagonistes (Bretonne, Alsacienne, Basque, Corse, Auvergnate etc...) ; regroupement qui rappelons-le, ne s’est pas opéré sans douleur.

                      La deuxième concerne l’histoire de l’Azerbaïjan. Il est tout de même extrêmement naïf d’imaginer que l’histoire de ce peuple commence en 1918, avec l’indépendance de l’Azerbaïjan... Le Caucase est connu pour avoir une histoire particulièrement riche et ancienne. Quant aux 2000 ans d’histoire de la France ils sont en réalité 1200 à 1500 et ça n’a rien d’extraordinaire.


                    • lecepe 19 juin 2014 15:04

                      L’histoire de France n’a « rien d’extraordinaire » ?! ça me suffit comme argument, tu n’aimes pas ton pays (si c’est réellement le tien ), t’es surement un de ces petits bourgeois décadents des centre villes cosmopolite, a l’aise dans la mondialisation, qui croient que l’histoire de France commence a sa propre naissance et prêt a liquider celle ci au nom d’une idéologie crasse et sordide. La France c’est tout ce qui reste pour ceux qui n’ont plus rien, c’est pour ça que le front national a de beaux jours devant lui .


                    • epicure 19 juin 2014 19:22

                      La France, autrefois appelée gaule, est un pays au carrefour de différentes régions d’Europe, son histoire est plus compliquée que l’écosse par exemple.

                      Donc il y a d’abord eu des populations locales anciennes de l’antiquité, dont les basques en sont le maillon le mieux identifiés actuellement.
                      Vu que c’est une voie de communication, un carrefour, il arriva ce qui devait arriver des peuples plus entreprenant, conquérant sont venus s’installer en gaule, c’est les peuples celtes, , ils se sont installés dans presque toute la gaule.

                      petit rappel de wikipedia :
                      "Les Gaulois étaient divisés en de nombreux peuples qui se comprenaient entre eux, qui pensaient descendre tous de la même souche et qui en connaissaient la généalogie. À ces liens de filiation, réels ou mythiques, qui leur créaient des obligations de solidarité, s’ajoutaient des alliances qui mettaient certains d’entre eux dans la clientèle d’un autre pour former des fédérations comme celles des Arvernes et des Éduens.
                      ....
                      « 

                      Donc la France n’est pas une construction artificielle ne reposant sur rien mais bien sur des bases historiques de peuples qui avaient une notion d’unité dans l’antiquité, et même les romains ont reconnus cette unité en désignant tout le territoire comprenant la rive ouest du Rhin donc le benelux, et un bout d’Allemagne.

                      C’était un territoire très peuplé et riche, qui va attirer le voisin romain.

                      Quand les romains vont conquérir la gaule, c’est surtout au niveau culturel et institutionnel qu’ils vont marquer le pays, la population sera peu changée ( des italiens vont surement s’installer, il y a des échanges dans le temps mais tout cela reste minime ).
                      Mais justement la gaule se caractérisera par son intégration culturelle à l’empire romain, avec la notion de gallo-romain.

                      Avec l’empire romain, on peut dire que la gaule connait une unité plus que symbolique, mais une unité linguistique, institutionnelle, culturelle.
                      Bon il y a les basques dans leur montagne qui réussissent à garder leur spécificité. Quand à la bretagne c’était une province parmi d’autres.
                      A la chute de l’empire romain, ce sont les germains qui vont dicter l’histoire de la gaule, dont certains vont laisser des traces, et d’autres que de mauvais souvenirs (les vandales par exemple).
                      A l’époque de Clovis il y avait les wisigoths dans le sud ( le dernier territoire wisigoth sera appelé septimanie notion chère à gorges frêche ) , les francs dans le nord , et les burgondes dans l’est : bourgogne , lyonnais.
                      Mais les francs plus forts et ayant trouvé alliance avec les élites gauloises vont devenir les maitres de l’ancienne gaule. Mais les francs ce sont des petits groupes par rapport aux populations locales, et ils vont d’abord se positionner comme la nouvelle élite, la noblesse. Les rois et les nobles du moyen âge sont des descendants de francs, alors que ce qui sera appelé tiers état est composé avant tout de descendants de gallo-romains. Il faut se souvenir que la noblesse était fière de son ascendance distincte du reste du bas peuple ( le sang royal, bleu etc... ).
                      En quelque sorte la révolution c’est la revanche des gallo-romains sur les envahisseurs francs, le remplacement des institution établies par les francs ( alliés à l’église ), avec ses trois ordres dominés par l’élite militaire , par des institutions d’inspiration gréco-romaine ( dont la république ).

                      il est intéressant de noter qu’à la fin des mérovingiens, le maire du palais charles martel véritable homme fort chez les francs, voulais constituer pour sa famille un royaume qui correspondait ( à peu prés ) à l’ancienne gaule, et mettra tout en œuvre pour y parvenir. Il abandonnera la septimanie aux musulmans faute d’avoir prit Narbonne, en ayant conquis la plupart des territoire de la France actuelle.
                      Son fils pepin le bref va reconquérir la septimanie et va donc régner une fois sacré roi sur un territoire englobant en gros l’ancienne gaule.

                      Toute la gaule ? non
                      L’Armorique habitée par des celtes va voir venir de grande bretagne des immigrés qui vont revivifier la région, et lui donner son nom : la (petite) Bretagne, qui entre résistance et alliances va garder une certaine autonomie.

                      Le partage de l’empire de Charlemagne entre 3 descendants, va amener à une division de la gaule/france avec la création d’un royaume »couloir" partant de l’Italie et passant par l’est du Rhône, la bourgogne et l’alsace lorraine et une partie de l’Allemagne de l’ouest, qui va provoquer de nombreux conflits entre le royaume de la france et ce qui va rester de ce royaume artificiel , dont le puissant duché de bourgogne, et bien sûr la question du partage de l’Alsace Lorraine au 19ème et 20ème siècle.
                      Ensuite les rois de France vont avoir tendance à vouloir rassembler les territoires de l’ancienne gaule, à partir du fief de l’ile de france.

                      Mais de toute façon le fond de la population sera peu changée du fait de la masse démographique vivant en France.

                      Au fil de l’histoire de France on peut voir les différents territoires/régions et les gens qui les peuples, ont été unis, séparés au fil des conquêtes externes ( romains et germains surtout ) ou internes (rois de France) mais que globalement il y a quand même une tendance à rassembler/unifier les territoires de ce qui était appelé gaule dans l’antiquité par les romains, et que les populations n’ont été modifiées qu’à la marge.

                      De plus on vit majoritaireent dans des viles où se cotoient des gens d’origine différentes, un enfant du midi peut avoir à ses côté un enfant de lyon ou paris ou strasbourg et en faire son melleur copain, et même pire on peut cotoyer des enfants originaires du sud de la méditerranée et en faire ses meilleurs copains. Bref les divisions crées par les seigneurs de guerre francs, normands etc... n’ont plus vraiment de raison d’être dans la France d’aujourd’hui.


                    • lsga lsga 19 juin 2014 19:25

                      et encore un crétin qui n’a pas entendu parler des Wisighots et de l’occitanie, ni de la germanité de Charlemagne :

                       
                       
                      Toulouse Capitale de quoi déjà ? De la France ? ah oui... 

                    • epicure 20 juin 2014 20:48

                      espèce de troll quand je parle de la septimanie dernier territoire wisigoth je parle des francs, des indiens, des chinois ? 

                      Ben sûr quand je parle du petit fils de l’homme fort des francs, je sous entend que c’est un gaulois pur souche n’est ce pas ?

                      Apprends à lire un minimum.

                      En fait eudes de toulouse, duc d’aquitaine , celui qui a battu les sarazins à toulouse , adversaire puis allié à Poitiers par force de charles martel, j’ai des doutes sur ce qu’il est, surtout que j’ai vu un arbre généralogique où il était inclu dans la descendance de clovis, certains le disent wisigoth d’autre gallo-romain vascon.
                      D’un autre côté il est même possible qu’il soit un mélange de tout cela par le biais des mariages.

                      C’est pour ça que je ne sais pas comment situer le duché d’aquitaine après la victoire de clovis sur les wisigoths.

                      Le problème sur le sujet c’est que les données semblent légères.

                      De toute façon les gaulois du nord n’étaient pas des francs non plus, pas plus que ceux du sud n’étaient wisigoths.


                    • Crab2 19 juin 2014 11:12

                      Criminologie islamique

                      Appel à la libération de Mahnaz Mohammadi

                      En Iran, Mahnaz Mohammadi, réalisatrice de documentaires et fervente militante des droits des femmes, a été condamnée à 5 ans de prison et accusée de « complot contre la sécurité de l’État » et « propagande contre le régime de Téhéran »

                      Suites :

                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/06/criminologie-islamique.html

                      ou sur :

                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/06/19/criminologie-islamique-5394288.html


                      • Remi 19 juin 2014 16:02

                        "La majorité des Azerbaïdjanais ont été sécularisés par des décennies d’athéisme officiel soviétique, c’est la raison pour laquelle, en 1905, le pays vote une loi constitutionnelle pour la stricte séparation de la religion et de l’État."

                        L’URSS est née en 1922...


                        • Remi 19 juin 2014 16:08

                          « Si le pays caucasien favorise un dialogue inter-religieux, la France souvent contradictoire choisit de le bouder. »

                          Que racontez-vous donc ?
                          Si vous estimez que l’Etat a vocation à le « favoriser », vous vous trompez.
                          Ou alors, vous ne savez pas ce que signifie « laïcité ».

                          Vous estimez peut-être que les différents obscurantismes ne dialoguent pas entre eux ? Tant mieux si c’est le cas !


                          • Le Kergoat [Frédéric MALMARTEL] Le Kergoat 20 juin 2014 08:56

                            Si, comme moi-même, vous avez visité le Haut-Karabagh arménien et que votre passeport en porte le visa, alors vous êtes interdit de séjour en Azerbaïdjan, vous ne visiterez jamais ce pays...
                            ...et vous ne perdez pas grand chose !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Elisa Garner


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès