Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le 15 mars c’est demain !

Le 15 mars c’est demain !

Des familles en difficulté sociale et financière vont être expulsées de leur logement ...

Le 15 mars est une journée noire pour de nombreuses familles.

LE 15 MARS RIEN NE VA PLUS....

Beaucoup de familles savent que si le printemps annonce en général le beau temps, il est précédé de peu par une date fatidique , un jour noir pour des dizaines de milliers de familles :

le 15 mars, jour où reprennent les expulsions....

La trêve hivernale prend fin et les huissiers de justice font leur triste besogne qui consiste à expulser en présence de la police les familles en grande difficulté ….

Le nombre de personnes confrontées à une procédure d'expulsion ne cesse d'augmenter..

En 2009, il s'agissait de 110 246 décisions de justice et de 10 597 interventions de la force publique.

Qui sont ces gens ?

Des personnes fragilisées par la crise qui vivent dans la pauvreté et le dénuement et non des

« fraudeurs professionnels » comme certains ignorants les présentent.

Nous en rencontrons beaucoup dans les permanentes « surendettement » : au début, il s'agit bien souvent d'un licenciement ou d'une séparation conduisant à une perte de revenus...Les dettes de loyers s'accumulent et après quelques tentatives malheureuses de retour à la normale, de nombreuses familles tombent dans le filet des crédits révolving.

Ces expulsions de familles ne règlent rien, elles coûtent très cher à la société et « portent atteinte à la dignité, à la santé des familles, à la scolarité des enfants, à la justice, à la solidarité et à la citoyenneté. »

Quant à la loi Dalo, dite loi du droit au logement, elle n'assure pas correctement sa mission : temps d'attente de plus en plus importante, lourdeur administrative et manque de logements disponibles.

L'Association nationale des élus communistes et républicains (L'ANECR) a pris l'initiative de rencontrer le Ministre du Logement afin de lui demander :

« de prononcer un moratoire, afin qu'il n'y ait pas d'expulsion pour les familles victimes d'un accident de la vie, de difficultés économiques et sociales. Pas d'expulsion également pour les demandeurs reconnus prioritaires au titre du DALO, 16% des demandeurs selon le rapport annuel ».

Le représentant du gouvernement a opposé une fin de non recevoir à cette demande.

Comme le propose cette association et comme le demandent de nombreuses associations, il faut que les Maires signent des arrêtés anti expulsions et que partout la mobilisation permette d'empêcher la reprise des expulsions.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • jako jako 9 mars 2011 10:27

    « Le représentant du gouvernement a opposé une fin de non recevoir à cette demande »
    Merci Chalot de souligner cette bien trsite et tragique farce.
    Mais les 20/27 mars se déroule un vote.


    • MonsieurPiwi 9 mars 2011 10:27

      « Des personnes fragilisées par la crise qui vivent dans la pauvreté et le dénuement et non des« fraudeurs professionnels » comme certains ignorants les présentent. »

      Il ne faut pas exagérer il y a *aussi* des frauders ; je le sais, c’est le cas de mon locataire ! Traitez-moi d’ignorant si ça vous amuse, mais je suis en première place pour en témoigner. Et en attendant c’est à moi que ça coûte cher !

      Pour moi les ignorants ce sont ceux qui considèrent que propriétaire = riche. Comptez sur moi pour fêter le 15 mars.


      • CHALOT CHALOT 9 mars 2011 10:39

        Monsieur Piwi

        Il y a des fraudes et des fraudeurs mais ceux là se débrouillent assez bien et cela reste marginal.
        Je parle ici des familles en grandes difficultés qui se retrouvent face à des requins


        • MonsieurPiwi 9 mars 2011 11:05

          Je n’en doute pas, mais votre article est est beaucoup moins nuancé, d’où ma réaction !
          Il est clair que des familles en difficultés réelles sont menacées d’expulsion, et j’en suis désolé pour elles. Mais j’ai également constaté des combines où des foyers « sans emploi » (déclaré) gagnent plus (cumul d’allocations diverses + exonérations) que des personnes travaillant.


        • foufouille foufouille 9 mars 2011 12:25

          il est dans quel etat le logement du piwi ?


        • slipenfer 9 mars 2011 10:57

          C’est la fête des pourris.
           
          Rien de bon dans leur misérable vie de rentier. Pas de compassion.
          Tous des minables c’est spéculateur de l’immobilier.

          la gréve des loyers c’est quant,où sont les
          syndicats ?

          je sort je vais être grossier


          • denis cotte denis cotte 9 mars 2011 11:37

            S’il y a bien une chose de sûre, c’est que les titulaires de crédits revolving sont tous victimes d’un système inventé pour les asphyxier.

            Après, quand ils sont bien pressurés, évidemment ils ont du mal à payer leur loyer, d’où les expulsions !

            Ce système est criminel !


            • Loatse Loatse 9 mars 2011 12:37

              Bonjour Chalot,

              Vous nous donnez les chiffres de 2009 qui sont déjà énormes.. avez vous ceux de 2011 ?

              Si l’on prend la moyenne de 10.000 explusions par an, cela nous fait en 3 ans approximativement 30.000 personnes à la rue !

              Que deviennent ces familles, ces personnes ?

              Déjà se loger en france c’est le parcours du combattant..Les revenus exigés pour accéder à la location sont de 3 fois le montant d’un loyer..Or, il semblerait que le poste loyer à lui seul représente approximativement 50% d’un salaire minimum..auquel bien entendu il faut rajouter les charges fixes inhérentes au logement telles que chauffage, électricité, eau, assurances.. On avoisine vite les 65, 70% !!!

              Sachant que les salaires n’augmentent pas, que le coût de la vie lui augmente sans cesse, comment ne pas s’étonner que nous allions vers une catastrophe...

              Je ne comprend pas pourquoi, en période de crise, notre gouvernement n’envisage pas une mesure de blocage des loyers comme en 1948...

              L’immobilier lui se porte bien, les prix sont à la hausse...


              • CHALOT CHALOT 9 mars 2011 13:18

                 Je n’ai que les chiffres DALO de 2010

                A ces chiffres s’ajoutent ceux comptabilisés par le DALO ! (juillet 2009 à juin 2010).

                Avec 6000 recours mensuels, le rythme continue de progresser :

                144 000 recours ont reçu un accusé de réception entre janvier 2008 et fin juin 2010 ;

                30 000 ménages, soit 20.83% ont été logés (27 000) ou hébergés (3000) suite à un recours. Reste 80% soit 114 000 familles sans perspectives de logements

                Parmi les 144 000 recours déposés, 15.6% d’entre eux l’ont été pour le motif d’expulsions, soit 22 464.




                • Loatse Loatse 9 mars 2011 15:01

                  C’est énorme... Comparativement aux états unis, la pauvreté en France devient pratiquement comparable à celle des pays du tiers monde..

                  http://archives.contrepoints.org/La-pauvrete-aux-Etats-Unis.html

                  Là-bas, l’habitat alternatif est autorisé.. notamment en caravane.. ici, plus la pauvreté augmente, plus les taux d’expulsions grimpent, plus nos lois sont restrictives en la matière..

                  L’objectif : que la pauvreté ne soit pas visible... (ce qui ne la rend pas moins réelle)

                  Je ne sais pas si vous avez remarqué mais cet hiver, nous n’avons eu aucun sdf mort de froid........... dans les médias..............


                  • bluerage 9 mars 2011 18:51

                    Avant de hurler à l’exploiteur :

                    sachez que c’est à cause de ce phénomène que les loueurs demandent maintenant des cautions, références, bulletins de salaire etc, il y a tellement de locataires fraudeurs ou de gogos qui prennent des crédits à tire larigots comme des irresponsables et ensuite découvrent qu’ils ne peuvent plus payer leur loyer, tiens donc, les locataires honnêtes payent pour les autres

                    et les locataires qui ne peuvent plus payer leur loyer mais qui ont toujours de quoi payer leurs clopes et leurs litrons de rouge, c’est pas bizarre ça ?

                    Mais vous avez raison sur un point, pour se faire du blé, vaut mieux pas devenir loueur dans ce pays, attaquer des épiciers ça rapporte plus

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès