Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Banksterthon (introduction)

Le Banksterthon (introduction)

Pourquoi le banksterthon ?

Le monde occidental tel que les contemporains et son intelligentsia se l’imaginent vit ses dernières heures. Sa chute aura été plus rapide que celle de l’empire romain mais pas moins spectaculaire. Les fils de Romulus et Remus avaient encore des penseurs pour comprendre le cancer qui les rongeait. Déjà Cicéron disait : “le budget devrait être équilibré. Le Trésor devrait être renfloué. La dette publique devrait être réduite. Et l'arrogance des fonctionnaires devrait être contrôlée”.  L’Occident du XXIème siècle possède des richesses et des moyens techniques capables de procurer un bonheur universel. Le paganisme romain avait réduit en esclavage la moitié de l’humanité pour offrir à quelques familles patriciennes une prospérité héréditaire ; la démocratie, les droits de l’Homme, la liberté, l’égalité et la fraternité ont engendré un grand progrès : l’esclavage volontaire sans les chaînes, ainsi qu’un paupérisme endémique masqué par quelques ersatz de richesse. Ces illusions progressistes ont permis d’instaurer une nouvelle forme de dictature invisible mais efficace : la dette. Ces Augustes modernes, ces familles oligarchiques financières ont substitué le pouvoir de l’argent au pouvoir politique.

Ce sont effectivement les financiers qui gouvernent le monde alors que nos élites élus démocratiquement, ne sont plus que des faire-valoir que d’aucun ne peut que constater : tous les représentants du peuple sont à vendre aux plus offrants. En effet, depuis trois siècles et l’invention des banques centrales, les gouvernants se sont pliés au diktat imposé par les banquiers et leur arme favorite, la démagogie de ceux qu’ils font élire pour accroitre sans cesse la charge de la dette nationale. Ce système de spoliation mis en place à la création de la banque d’Angleterre en 1694, par des financiers rastaquouères, exigeant l’anonymat et une rente perpétuelle par la cession du droit régalien, ses intérêts et l’usure ; c’est le seul vrai pouvoir qui a perduré depuis ce temps. De guerres en révolutions, il s’est fabriqué un costume sur mesure : la démocratie. Cette caricature politique n’a offert qu’une seule liberté, celle de la loi du plus riche. La finance internationale non contente d’imposer un système bancaire unique s’est offert le contrôle de l’humanité par ses cartels de l’énergie, de l’armement, de la nourriture et de la santé. Ils organisent petit à petit la ruine des populations et des Etats en se faisant payer des intérêts sur de l’argent qui n’existe pas, l’utilisant pour contrôler tous les ressorts du tissu économique. 

Depuis 2007 et la crise des subprimes aux États-Unis, le monde a compris ce paradigme mais qui en a dénoncé ses auteurs ? La peur du krach bancaire de 2009 a permis aux banksters d’imposer l’explosion des dettes souveraines et de ses corollaires, la ruine des Etats et l’austérité pour tous. Qui dénoncera la captation de la richesse publique ? Le service de la dette française, refuse de divulguer à qui elle verse les intérêts qui finissent dans les paradis fiscaux ! 

 

Comment dans un monde qui se prétend aussi cultivé, peut-on être atteint d'une telle cécité vis à vis des événements actuels ? Le général De Gaulle, dernier Homme politique à avoir gouverné notre pays disait des français qu'ils avaient : " la mémoire courte". Les peuples soi-disant plus à même de comprendre ce qui se trame puisqu'ils sont plus cultivés grâce à l’instruction publique obligatoire ou mieux informés tant il y a de médias existants, ont-ils oublié ce qui s'est passé en Allemagne durant la République de Weimar, ou au Zimbabwe de nos jours ? 

Comment accepter le totalitarisme politico-économique d’une oligarchie financière élue par personne et ne disposant pour seule légitimité que la corruption de la classe politique mondiale dans son ensemble ? 

Comment accepter qu'une minorité d'hommes formant la troïka européenne c'est à dire les commissaires européens, qui ne sont pas sans rappeler les commissaires aux peuples soviétiques, puisse décider de l'avenir et des orientations économiques, politiques et même sociologique des Européens ? Le monde “libre” a-t-il combattu les communistes pour ensuite adopter ses méthodes d’apparatchik ? Le pseudo dualisme hégélien capitalisme/communisme a été imposé au monde et financé depuis trois siècles pour aboutir à un pouvoir unique : le mondialisme, pandémonium économico-politique, où tous les pays doivent se transformer en société anonyme répartie en part égale au profit d’un tout petit nombre. Par quel mystère, au moment de la crise bancaire, les dirigeants des 20 pays les plus riches au monde(G20) se sont mis à l’unissons pour renflouer le système bancaire mondial privée, ses dérives, ses turpitudes, sans contrepartie au détriment de tous ? Par quel mystère les populations bénéficiant de ses soi-disant plans de renflouage en échange de plan d’austérité, ne savent pas que les milliards déversés dans leurs pays n’ont été servis qu’aux banques qui avaient spéculées contre ces mêmes pays ? Par quel mystère les libertés se réduisent comme peau de chagrin à mesure que les pays en crise se transforment en dictature fiscale confiscatoire ?

Les mensonges n'engagent que ceux qui les écoutent ; et l'unique véritable et actuel problème au sein même de nos anciens "pays riches" va se résumer, pour l'immense majorité, à trouver son pain quotidien. Cet état de fait ne serait-il pas un juste retour des choses ? Depuis combien de temps achetons-nous, avec de l'argent que nous n'avons pas, ce dont nous n'avons pas besoin ? Des Simulacres que nous ne produisons pas ? Quand il ne restera pour seul avenir à nos enfants qu’un métier dans un mac Donald, une place de livreur de pizza ou laveur de carreau, la panacée sera une carrière de CRS.

Les incrédules commencent à pressentir la catastrophe à venir, ils commencent tout juste à en mesurer l’ampleur ! De relativement riches et relativement libres que nous étions, nous allons devenir très rapidement pauvres et réellement asservis. Que celui qui ne l'est pas encore, ou ne le sent pas encore, médite sur celui qui l'est. La Dignité et la Liberté ne se perdent pas par hasard ! C'est l'abominable fruit du mensonge institutionnalisé, universellement approuvé, c'est ce MENSONGE qui nous pousse vers la pente fatale

Les honneurs, la gloire, la reconnaissance sont supposés être décernés par la « vox populi » ; depuis trop longtemps (via les politiques, la pseudo communication qui n'est que Propagande au sens teuron du terme, mais aussi les Marchands du Temple, voire au final les "journalistes" qui depuis longtemps ne sont qu’à vendre au plus offrant) ces "Honneurs" vont directement et fatalement au vice, à la corruption, au mensonge et à la médiocrité. N'en déplaise à quiconque, il n'y a que la vérité qui rend libre. Il n’y a que ceux qui vous aiment suffisamment pour vous la dire, tout comme le fit la mère de Boaddil, dernier Roi de Grenade, sur le chemin de l’exil, au lieu-dit : "le dernier soupir du Maure". Boabdil se retourna vers la capitale de son royaume perdu et pleura. Sa mère lui lança : "pleure comme une femme ce que tu n’as pas su défendre comme un homme ! »

Les illusions dont nous avons été victimes sont issues d'un long processus commencé depuis des siècles. Les banquiers, grâce à la concussion des responsables politiques au plus haut niveau, se payent directement sur la plèbe, la dette publique est déjà dans leurs poches. Le pactole pour la France aura été de plus 1500 milliards d’euro d’intérêts payés en 30 ans, alors que cette dette explose d’heure en heure. Quand l’Etat français perçoit 100 euro, il en dépense 126, comment pourront nous éviter le chaos ? En 2014 les intérêts de la dette représentent un coût de 1644 EUR par famille française. La charge des intérêts de la dette capte chaque année la totalité de l’impôt sur le revenu français, depuis peu il n’y suffit même plus. Dans ce grand pays des droits de l’Homme que sont les Etats-Unis, ce même processus a été instauré par la FED depuis 100 ans. A mesure qu’augmentaient le PIB du pays, la dette augmentait dans les mêmes proportions et comme par hasard, les déficits et les impôts à l’unisson. 

Malheur aux pays qui ne paieront pas leur dette, ils auront le privilège de faire partie du tiers monde voire du quart monde, pillage des ressources naturelles en prime. La triade infernale, FMI, Banque Mondiale et BRI, sauront prendre les mesures nécessaires pour imposer un plan redressement/endettement irrémissible et incontournable, faute de n’avoir plus d’accès commerciaux pour les pays récalcitrants.

Il n’y a rien à attendre de la classe politique dans son ensemble, incapable même de voir que la dette nationale est indue. Pas un n’a dénoncé l’article 104 du traité de Maastricht, qui mettait tous les Etats européens sous la coupe des banques privées. Pire encore le traité de Lisbonne a été imposé contre la volonté populaire, avec son article 123, corollaire du 104, et c’est ce traité qui interdit toute sanction, imposition, réforme contre le système bancaire.

Cette nouvelle aristocratie, forte de ces incroyables privilèges, auraient tort de ne pas exiger encore plus, leurs panses sont plus profondes que la noire Géhenne. Pour les sauver de leurs spéculations, les présidents des pays bananiers (pardon du G20) ont accepté, dans l’urgence, de tripler leurs déficits en un an, ridicules rustines posées sur les désastres causés par leur crise économique ! 

 

Cette crise est l’enfant chérie de 5 ou 6 grandes banques, quelques cartels monopolistiques, quelques multinationales et leurs sherpas. 

Depuis combien d’années la France nationalise les pertes et privatise les profits ? 

Comment ne pas voir que la ruine des Etats est le plus court chemin vers un Gouvernement Unique et Mondiale. A qui profite la crise ?

Les démocraties n’arrivent plus à donner le change aux pantomimes électorales, au cours desquelles, immanquablement, deux partis dominants (et radicalement équivalents) se disputent le droit de servir la finance internationale !

La dette rend l'esclavage moderne possible. Mais pour s'assurer le contrôle des élites politiques, par le biais d'une démocratie de plus en plus risible puisqu'elle se résume à l'affrontement de deux camps dans tous les grands pays démocratiques occidentaux (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Etats-Unis, …), les oligarques ont mis en place différentes sociétés privées voire secrètes qui depuis un peu plus d'un siècle sèment les graines du futur gouvernement mondial. Les organisations de l’ONU en matière de santé (OMS) d’économie (FMI, la BIRD, la BRI) de commerce (OMC)…etc., ne sont que les lieux de rencontres privées où se retrouvent tous les représentants (vautours) de centaines d’organisations discrètes(bilderberger, trilatérale, CFR, club de Rome, forum de Davos, Round Table, Fabiens, youngs leaders, etc) et la soi disant presse libre (en fait totalement asservie et payée par ces organisations) continue de recouvrir ces agissements d’un voile pudique. Il ne faut pas s’étonner que tous les organes de presse soient rachetés par ces financiers alors qu’ils sont chroniquement déficitaires.

Quand l’Etat français met à la disposition des Bilderbergers le château de Versailles, fournit les forces de l’ordre pour en bloquer tous les accès, ce n’est pas pour que Mrs Rothschild et Rockefeller fassent un concours de bilboquet. 

Ces milliers de clubs de gens de pouvoir (les "décideurs") sont calqués sur l’organisation des loges maçonniques : les hauts-membres décident les lois en petit comité, sûr de leur aboutissement attendu qu’ils disposent d’une somme de crétins utiles dans la majorité des assemblées. Ne soyons pas étonnés si les plus grandes écoles du monde sont financées par de généreux mécènes du gottha de la finance internationale.

 

Le Nouvel Ordre Mondial est celui des cartels ! Il succède par un heureux hasard à leur république universelle. Les valeurs humanistes qu’ils prétendent promouvoir est un pitoyable appeau : la liberté de détruire le plus faible, l’égalité dans l’asservissement, la fraternité “caritative”est ostentatoire et calculée, on est loin de la philosophie de nos pères qui voulaient que ce que ta main droite donnait, ta main gauche ne devait pas le voir ! Inéluctablement, historiquement, les fondateurs des plus grandes sociétés de "pensée" (think-thanks dans le langage des télé-journaleux) mondiales furent des banquiers (n'oubliez jamais que l'école qu'on nommera "néo-liberale", l'École dite de Chicago a été fondée autour de Friedman via l'argent des Rockefeller. Friedman lui-même adepte et élève de Carl Schmidt, grand philosophe et économiste créateur de la funeste notion de l' "ETAT TOTAL"- le TOTAL STAADT si cher à Hitler et ses sbires, Schmidt lui-même a appartenu au célèbre mais secret Ordre Noir de la SS).

On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif, dit un vieux dicton populaire. Comment imaginer qu’il existe un libre marché ? Comme le dit si bien Jean Ziegler, rapporteur à l’ONU, quand un syndicat africain veut s’opposer à Nestlé, c’est comme organiser un combat de boxe entre Mike Tyson et un bengali au chômage qui meurt de faim.

En 2005, la banque mondiale a publié un simple constat : 52% du produit mondial brut annuel, était contrôlé par 500 sociétés. Quel que soit votre état a l’heure présente, paysans, ouvrier, cadre, ingénieur, artisans, petit industriel, votre tour viendra où vous devrez affronter seul Mike Tyson ! 

Si vous n'avez fait que regarder mourir votre prochain, si vous vous êtes contentés d'être seulement un spectateur docile ne pleurez pas demain ce champ de désolation, il sera le vôtre comme celui du potier est à un certain Iscariote de sinistre mémoire.

Depuis des décennies, les lois commerciales et juridiques, préparées très longtemps à l’avance par ces organisations discrètes et réservées aux" élites" (les "global players" sur CNN ou LCI), ces lois n’ont servi qu’au plus fort. Depuis plus de 100 ans les crises servent à nationaliser les pertes et les reprises servent à privatiser les profits. N'importe quel livre d'économie ou de géo-politique vous le dira, toutes tendances confondues. Que le parti politique en place en occident soit de gauche ou de droite, républicain ou démocrate, travailliste ou conservateur, ne changera rien. Ce seront toujours les mêmes qui festoiront dans les mêmes bacchanales en décidant du sort du monde. Aux Etats-Unis, par exemple quatre ou cinq grandes familles se sont partagées la quasi totalité des mandats présidentiels depuis ces trente dernières années. Et hélas, Obama apparaît bien tel que nous l'avions dessiné : l'Homme de Wall Street, l'homme au service des grands, contre l'homme de la rue ! Main street contre wall street : littéralement ! 

Tous les hommes politiques ont besoin d'énormément d’argent pour se faire élire, ce n’est pas par philanthropie que les banquiers financent et financeront les partis qui s’opposent, même Hitler a profité de leurs largesses et a longtemps été l'Homme providentiel du Grand Kapital allemand après Weimar. Avez-vous vu un banquier au procès de Nuremberg ? Certainement pas ! Les grands industriels comme ceux d’IG Farben furent vite réintégrés, la grande administration aussi, au moins en grande partie. On ne parlera même pas des scientifiques comme Von Braun. Les politiques (de tout temps) ont souvent acquiescé aux pires exactions avec le concours de leurs amis, dans les plus hautes sphères mondiales tel Fritz Teer Meer. 

Qui aurait le culot d'affirmer aujourd'hui qu'il ne savait pas ? Qu'il n'avait pas compris à temps que la mondialisation de la finance, de l'industrie, de la politique, de l'agriculture, de la santé, a engendré un monstre incontrôlable, un tel MONSTRE qu’aucune élection, ni révolution ne pourra plus renverser ! Revenir en arrière est désormais une Utopie et nous sommes réalistes. Réalistes face au désastre qui arrive et nous sommes objectifs face à la lâcheté des serviteurs du Nouvel Ordre Mondial.

 

Chaque jour, 16.000 enfants meurent de faim ou de soif. Ce sont les damnés de la terre, qui se battent pour survivre alors que le monde produit de quoi nourrir 12 milliards d’individus et que nos poubelles regorgent de nourriture. On dépense plus en occident pour nourrir nos chiens que le stricte nécessaire qui suffirait à rassasier tous les affamés de la Terre. Ce n’est pas en donnant son obole aux grandes messes caritatives annuelles que l’on changera quoique ce soit, sauf à s’acheter une conscience. Il faut dénoncer les responsables. Les artisans de mort cultivent la famine dans les pays pauvres et le désespoir dans les pays riches, dans lesquels le suicide est devenu une des premières causes de mortalité. Si d’aucuns s’imaginent que ces faits ne sont que le fruit du hasard, je leur conseille de cesser immédiatement cette lecture, car son but est d’en prouver les origines, démonter les mécanismes ; dénoncer les auteurs et les complices de cet immense pandémonium. Quand l’athélevision « déballe », aux heures de grandes écoutes, les images insoutenables d’enfants squelettiques africains, résignés à mourir, elle ferait bien de servir en même temps celles des millions d’américains obèses faisant la queue dans les files de distribution alimentaire.

 Il faut énormément d’argent pour diminuer la population mondiale de façon volontaire et empoisonner les survivants, bêtifier les masses afin de les asservir. Les élites mondiales, auto-proclamées, n'ont manqué ni de génie, ni de complices pour dépecer la planète. Ils auraient pu continuer à distribuer du pain et des jeux à la populace des pays riches, et planifier les famines et les guerres, là ou ils créèrent le tiers-monde. Ils en voulaient plus encore. La crise financière savamment orchestrée qui mène le monde à la ruine, démontre d’une façon inquiétante qu’ils n’ont plus besoin de cacher leur indécence, qu’ils ne reculeront plus. Il faut une rare mauvaise foi, ou une ignorance crasse, pour ne pas avoir remarqué combien les événements économiques et géopolitiques depuis plusieurs décennies ont été téléguidés par des groupuscules de pouvoir. 

Sept milliards d’esclaves auraient pu suffire à ce troupeau de vautours, malheureusement les progrès techniques rendent obsolètes trop de personnes toutes inutiles à leurs yeux, puisqu'ils sont utilitaristes et qu'un homme ne vaut que pour ce qu'il produit. Leur avenir diffère ainsi en peu de choses à celui des bœufs après l’apparition du tracteur. La diminution de la population mondiale de quatre milliards d’individus, si utopique qu’elle puisse paraître est le rêve de ces gens de pouvoir. C’est avec un incroyable cynisme qu’ils se sont réservés une arche végétal au pôle nord, des lieux de replis dans des îles et en Patagonie, allant jusqu'à se fabriquer des palaces souterrains en Australie ! 

La confiance des peuples envers leurs dirigeants ne faiblit pas. Pourtant l’illusion égalitaire et liberale n’est qu’une sinistre invention propagée au siècle des Lumières pour soumettre impitoyablement les peuples aux vices d’un petit nombre. On retrouve ce que le poncif Rousseau disait déjà : "Que tous les hommes servent à mon bonheur, même au prix du leur, que tout se concentre en moi seul ; périsse, s'il le faut tout le genre humain dans le besoin et la misère, pourvu que j'échappe un instant à la misère et à la faim", c’est devenu le credo de tous les sherpas du système.

Un complot...Vous avez dit complot !

Le mot interdit. 

Qui ose encore de nos jours prononcer ce terme si ce n'est quelques fous montrés du doigt par les médias et la vindicte populaire ? Tout existe pour confondre ces hommes et les ostraciser aussi censées que soit leurs paroles. Le modus operandi est simple : quiconque ose démontrer que les maux dont souffrent la société seraient issus d'un complot sera dénoncé comme farfelu, voire dangereux pour le maintien de l'ordre. Demandez à l'étudiant américain qui a interrogé M. Kerry sur son appartenance à la société secrète des "Skull and Bones", tout comme son pseudo adversaire et ami M. G W Bush junior ainsi que son père. Ces questions n'ont pas leur place dans le système et un coup de taser plus tard, suivi d'une arrestation musclé, le gêneur avait disparu. Il n’avait sûrement pas eu le temps de parler de la section 322 et de leurs curieux rites nocturnes avec le crâne de Géronimo, dans la prestigieuse école de Yale !

Si l'on en croit le Larousse universel[1], un complot est “une organisation d’un attentat contre la sureté de l’Etat”. Son principal synonyme, conspiration, signifie “complot formé contre l’Etat”. Si l'on prend l'étymologie de ces deux mots on se rend compte que la connotation d'association contre quelqu'un ou quelque chose persiste :

- complot est issu du latin cum (avec) et du français peloton, c'est à dire ourdir ou tramer en petit nombre.

- conspiration est issu du latin con sprirare (respirer avec), c'est dire un groupe animé d'une même ambition, d'un accord mutuel.

Certains diront que des complots, il y en a eu de tout temps sous toutes les latitudes. Effectivement. Un gros problème se présente, cette conspiration devient visible à l’oeil du vulgum pecus et la résolution de la crise bancaire selon le mode islandais en est la preuve. Faites rendre gorge aux banquiers de leur turpitude et la crise n’existe plus. 

 

La démocratie bancaire, par les banquiers, pour les banquiers était déjà un fait bien connu au XIXème siècle, ainsi que ses conséquences contre le bien commun. Auguste Chirac écrivait en 1876 ce fameux apophtègme : 

“Un gouvernement n’est jamais autre chose qu’une collection d’hommes qui sont faits ou se font les gérants de la fortune publique. Selon que ces gérants échappent à tout contrôle par leur toute-puissance, ou, au contraire, y sont strictement soumis par l’origine de leur mandat, la fortune publique circule pour se répandre et croître dans la masse par l’individu, ou au contraire circule pour s’accumuler et croître chez quelques individus contre la masse”. 

Montesquieu avait trouvé une tirade plus simple : “les financiers soutiennent l’Etat, comme une corde soutient le pendu”.

Napoléon 1er dans sa toute puissance n’en pensait pas moins : “Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. [...] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain”. 

 

L’histoire et les faits suffisent à eux-mêmes pour démontrer cette volonté destructrice de toutes les formes de gouvernement par les révolutions et les guerres pour imposer au monde leurs plus servils outils de pouvoir, leur démocratie, leur République universelle.

Ordo ab chaos.

 

Article tiré de la lettre d'analyses et d'informations libre n°4

www.agenceinfolibre.fr

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.35/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Allexandre 8 août 2015 11:29

    TOUT EST DIT !!!!! Bravo. Mais combien en sont conscients et persuadés ?


    • Piere CHALORY Piere Chalory 8 août 2015 11:48

      Excellent, je l’ai lu jusqu’au bout, mais comme vous dites, les paroles n’engagent que ceux qui les écoutent, et hélas, la masse inculte votive écoute toujours. Jusqu’à quand ?


      Les ’sherpas’ du système, superbe expression, veillent au grain, et ici m^me il est étonnant que des ’critiques de votre article éminemment ’subversif et ’complotiste n’aient pas encore fusées, missivées par les petites mains nomistes laborieuses qui pullulent en ces temps difficiles.

      • hunter hunter 8 août 2015 14:22

        @Piere Chalory

        C’est samedi et en plus le mois d’août, donc les larbins stipendiés pour la défense du système ne sont pas tous là, mais il est à parier que certains seront quand même « on duty », et viendront faire le taff pour lequel ils sont rémunérés.

        Car dans l’absolu, cet article est certes un peu long, mais riche, puissant, et difficilement critiquable.

        Adishatz

        H/


      • hunter hunter 8 août 2015 16:25

        @Piere Chalory

        Voyez en dessous Piere, vous avez le « king » de ceux que vous évoquiez, qui a répondu présent, et qi nous sort son argumentaire sur les bouchons symboles de prospérité, et bla bla bla....

        Bref, les sempiternelles ritournelles ???business as usuaj, comme ils disent.....

         smiley

        Adishatz

        H/


      • hunter hunter 8 août 2015 13:23

        Très bon résumé de la situation globale.

        Comme disait Desproges : « vivons heureux en attendant la mort ! »

        Adishatz

        H/


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 août 2015 20:41

          @hunter
          La dette, expliquée par l’assassin financier John Perkins.
          La dette est une arme pour soumettre les peuples, ses munitions sont les intérêts.


        • joletaxi 8 août 2015 15:54

          bon dieu quelle salade !

          sinon ça dit quoi, car c’est loooonnnnggggg, dès les premières lignes, on décroche.

          et des quelques bribes , en lisant en diagonale, on ne peut que constater que c’est encore une fois le truc « avox certified »

          Jamais nos sociétés n’ont connu une telle profusion de richesses, et jamais autant de gens ne sont sortis de la grande pauvreté.
          Paraît qu’il y a 1000 kms de bouchons cette parem, tous ces pauvres qui raclent leurs fonds de tiroir, pour acheter ces quelques litres d’essence qui vont directement dans les poches de bigoil.
          C’est affreux
          vivement que cela cesse
          tous à pied, à vélo(quoique les vélos viennent de Chine, fabriqués par d’autres esclaves exploités par des .... communistes, allez comprendre)

          Mais dites moi, comment on fait pour s’endetter quand on est un état ?


          • hunter hunter 8 août 2015 16:34

            @joletaxi

             « c’est loooonnnnggggg, dès les premières lignes, on décroche. »

            Vous peut-être, mais tout le monde ne souffre pas d’un trouble de l’attention.

            Ne généralisez pas votre cas !

            Au fait, si vous n’avez pas pu soutenir un minimum d’attention pour lire le papier, pourquoi le commentez-vous ?

            Parce que la vacuité de vos commentaires (je parle du point de vue de l’analyse, de la réflexion...), bon ça on a l’habitude, on vous pardonne volontiers, mais la malhonnêteté intellectuelle consistant à cracher votre fiel sans avoir rien lu, c’est un petit peu gonflé non ?

            En tout cas, ce n’est pas être très respectueux de l’auteur, mais il est vrai que pour des gens comme vous, le respect n’a pas de valeurs marchande, donc vous n’en avez rien à foutre !

            Bien je crois qu’ici, beaucop de gens en ont rien à foutre de vos roitournelles, et pourtant nous les endurons, car en dépit du mépris que vous nous portez, nous sommes en fin de compte bien mieux élevé que vous !

            Ah j’oubliais........j’ai lu le papier avec attention, et votre commentaire en diagonale..mais de toute manière, vos litanies sont toujours les mêmes, donc je n’ai rien manqué.

            Adishatz

            H/


          • hunter hunter 8 août 2015 16:37

            j’ai tapé trop vite, sans relire, désolé pour les fautes multiples !

            H/


          • lloreen 8 août 2015 17:37

            @joletaxi

            « Mais dites moi, comment on fait pour s’endetter quand on est un état ? »

            Les états sont des corporations privées inscrites auprès de la SEC américaine ( Security & Exchange Commission).

            Banque+gouvernement=argent.

            Tout le monde parle du capitalisme mais peu savent en quoi consiste le capital.
            Le capital est très exactement constitué de la masse des êtres humains à partir de l’ acte de naissance, enregistré auprès du Vatican.Dès la naissance, le nom patronymique est affecté d’ un numéro de sécurité sociale et à partir de ce moment un compte bancaire est crée à partir de ce patronyme, ce qui fait de chaque enfant qui naît un esclave du système...obligé de travailler pour faire fructifier ce compte et fonctionner tout le système.

            Quant aux petits aménagements parallèles, demandez aux Rothschild, Rockefeller et consorts , ils sont spécialistes.

            https://susauxbanques.wordpress.com/2015/06/23/le-baron-de-rothschild-accuse-dans-une-affaire-de-fraude-fiscale-organisee/

            Depuis le 21.12.2012 l’ OPPT a forclos ce système.
            Une des conséquences directes de cette forclusion a été le Motu Proprio du pape François le 11 juillet 2013 signant la réforme du droit pénal.

            http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Le-pape-Francois-renforce-par-un-motu-proprio-la-surveillance-des-finances-du-Vatican-2013-08-08-996255


          • César Castique César Castique 8 août 2015 18:32

            @joletaxi

            « sinon ça dit quoi, car c’est loooonnnnggggg, dès les premières lignes. »


            Moi, j’ai tenu cinq phrases et il m’est venu une question - voir ci-dessous - sans réponse à laquelle il est inutile de lire la suite. Dénoncer la situation actuelle sans dire en quoi consistera, précisément, celle qui devrait lui succèder est une prestation de bistrot

          • hunter hunter 8 août 2015 19:36

            @César Castique

            Ave !

            Lister ce qui ne fonctionne pas, analyser les raisons du dysfonctionnement peut en théorie permettre d’éviter les mêmes erreurs pour la suite !
            Je dis bien en théorie.....
            Donc dans l’absolu, ce n’est pas juste une prestation de bistrot !

            La suite, bien entendu, reste à imaginer.

            Adishatz

            H/


          • gabin 8 août 2015 19:44

            @César Castique
            notre vision du monde n’est pas aussi totalitaire...chacun devrait être libre pour construire sa vision du monde, il n’existe pas une succession possible, en revanche avant de construire quoi que ce soit il faut avoir conscience de ce que l’on ne veut plus et pour ça sans analyse fine de la situation rien ne sera possible.... Ce qui me paraît important c’est d’éviter certains raccourcis hasardeux qui n’ont pas forcément de sens et encore moins la vertu de faire avancer quoi que ce soit.


          • joletaxi 8 août 2015 20:46

            @hunter

            vous dites « nous »

            vous convenez donc que toutes les « analyses » éclairées que vous distillez ici sont à usage d’une petite coterie ,qui se croit le nombril du monde.

            vous avez lu le papier avec attention, ... les catho lisent la bible avec une respectueuse attention, je vous invite à rectifier.

            mes litanies sont toujours les mêmes, je me faisais exactement la même réflexion à propos de vos commentaires.

            Et je reconnais bien volontiers que ce média a le défaut de permettre à des imbéciles de venir troubler la messe « alter ».

            quand au respect, un auteur s’expose, c’est le principe,et je n’ai tenu aucun propos irrespectueux, sauf de dénoncer une fois de plus l’inanité de vos discours fumeux et souvent abscons


          • porcinet 8 août 2015 21:36

            @joletaxi
            quand on est diminué du bulbe, on se tait et on essaie de comprendre.


          • joletaxi 8 août 2015 23:24

            @porcinet

            alors là, effectivement, vaut mieux se taire, votre commentaire plus bas, est un grand moment.

            ce genre de goulbigoulba, ça se pense ?
            ne prenez pas cette interrogation pour une insulte, mais juste un témoignage d’empathie


          • hunter hunter 9 août 2015 10:45

            @joletaxi

            Comme souvent, votre réponse est étrange : que vient faire dans cette histoire, le fait que les cathos lisent la Bible respectueusement ?

            Seuls Dieu et votre esprit perturbé ont la réponse....quant à moi, je n’ai pas fait psy, donc je renonce à comprendre.....

            Certes, vous ne tîntes aucun propos irrespectueux face à l’auteur, quoi que......

            Commenter un papier ayant un contenu, du fond, une reflexion, en parlant des bouchons sur les autoroutes....where’s the point ?

            Mais surtout, avouer que vous ne l’avez pas lu...ce n’est visiblement pas pour vous une forme d’irrespect, soit !
            Ça l’est pour moi, nous n’avons donc pas la même conception de cette notion !

            quant au fait de délivrer mes analyses........vous généralisez encore votre cas !
            Je discute ici avec des camarades, nous échangeons des points de vue.
            Parfois nous sommes d’accord, parfois non ! Dès fois le ton monte, mais ça retombe aussi !
            Vous pratiquez à merveille l’inversion accusatoire, vous projetez sur moi des attitudes de prêcheur, que je n’ai pas, mais qui vous caractérisent ; il m’arrive sur certains points d’être d’accord avec Spartacus, sur d’autres avec Chalot, même si régulièrement, on s’écharpe un peu !
            Il m’est même arrivé d’être d’accord avec vous...si si, mais sans doute ne vous en souvenez-vous pas.

            Contrairement à votre attitude qui se reflète dans les commentaires que vous postez ici depuis des années, j’essaie de garder un esprit ouvert, de faire preuve d’objectivité et surtout, d’honnêteté intellectuelle.
            J’essaie aussi dans la mesure du possible, d’éviter de raisonner de manière binaire.
            Je ne prétend pas y parvenir à 100%, la perfection n’étant pas de ce monde ( you excepted, of course...), je fais des erreurs, je le sais, et si je m’en rends compte ou suis convaincu par l’argumentaire d’un camarade, je le dis !

            Je ne vais pas forcément classer Chalot parmi les ennemis, parce qu’il fait sa propagande de militant laïc !
            Je ne vais pas classer Spartacus parmi les ennemis, parce qu’il déverse sa propagande libérale !

            Je pense que tous, peuvent apporter des idées intéressantes, alors je les examine, je les analyse, et nous en discutons.

            Vous par contre, êtes plutôt dogmatique, fermement campé dans vos certitudes, et méprisant : il suffit de voir vos commentaires sous les papiers d’Olivier ( « Ö mage....salut les enclumes.... », etc, etc), vous êtes toujours « contre » les autres, persuadé de détenir une vérité incontestable !

            Comme je vous le disais plus haut, je ne suis pas psy, et je ne sais pas comment vous pourriez être aidé pour votre sentiment de supériorité exacerbé, mais peut-être existe-t-il des solutions.....

            Vous vous excluez volontairement de toute discussion, vous aimez le conflit stérile, vous êtes vindicatif, arrogant....soit, vous en avez parfaitement le droit, je ne vous le contesterai en rien !

            Mais vous perdez beaucoup de choses, en refusant d’échanger, d’ouvrir votre esprit : ce n’est pas parce que vous méprisez Olivier par exemple, qu’il n’y a pas dans certains de ces papiers, des points avec lesquels vous pourriez être d’accord ?
            Il est statistiquement difficile de défendre que tous les argumentaires d’un intervenant, sont systématiquement en désaccord avec vos schémas de pensée ?
            Non, pour vous, ça émane d’Olivier, donc immédiatement, c’est mépris voire insultes. Vous pouvez ne pas être d’accord certes, mais pourquoi ne pas essayer d’abord de discuter.... ?
            Rien ne vous empêche, au fil de la discussion de monter dans les tours, c’est naturel, mais pourquoi d’emblée adopter un rejet fondé uniquement sur des jugements ad hominem ?

            J’ai bien compris que vous vous en foutez des autres, de ce qu’ils pensent, de l’éventuelle pertinence des idées qu’ils peuvent avoir, mais sans le savoir, je pense que vous perdez beaucoup.

            Même si vous refuserez de l’admettre, ( u’re mean, but not stupid) je pense que vous vous en rendez compte, et cette attitude n’est pas étrangère à la façon dont vous vous comportez.

            A moins que vous n’agissiez dans le sens qui est le votre, que pour des raisons pécuniaires, que vous fassiez en fait ici un travail pour tel ou tel groupe d’influence, dans ce cas c’est un autre débat, mais si c’est le cas, je ne pense pas que ce soit la meilleure solution pour faire passer ses idées !
            Mais là aussi, c’est un autre (vaste) débat !

            Adishatz

            H/


          • Ruut Ruut 10 août 2015 05:45

            @César Castique
            Une banque unique avec une monnaie unique.
            Pas de dette non remboursée avant la fin du mandat sans quoi prison pour le mandataire jusqu’à épuration de la dette contracté.


          • lloreen 8 août 2015 17:41

            pardon:depuis le 253.12.2012

            Tous les renseignements sont en lien.
            http://comprendre-oppt.blogspot.fr/

            L’OPPT ayant remplit sa mission - la forclusion des multinationales gouvernementales, des agences et des corporations-, elle a été dissoute en 2013.


            • lloreen 8 août 2015 18:21

              La république française est une multinationale gouvernementale et à ce titre elle a été forclose par l’ OPPT le 25.12.2012.
              La preuve en lien.

              UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
              Non-registered name or business unit
              LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered address55 R DU FAUBOURG SAINT HONORE LPost code75008 LCityPARIS
              CountryFrance WCountry code241
              Post office box number

              Post office box town

              Telephone number

              Fax number

              Name primary executive
              WActivity (SIC)9199
              L’Ile de France est une multinationale gouvernementale enregistrée auprès de la SEC américaine et à ce titre forclose également. UPIK® Record - L LRegistered company nameILE DE FRANCE REPUBLIQUE
              Non-registered name or business unit
              LD-U-N-S© Number584400071 LRegistered address19 RUE DE VIENNE LPost code75008 LCityPARIS
              CountryFrance WCountry code241 WPost office box number 50029 WPost office box townPARIS
              Telephone number

              Fax number

              Name primary executive
              WActivity (SIC)6552
              Chacun peut faire ses propres recherches.

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 août 2015 20:39

                @lloreen
                Quand on vous oppose un argument juridique, vous dites que le droit n’a pas de valeur.
                La privatisation est une notion juridique, vous en parlez sans cesse, cela n’a donc aucune valeur.


              • lloreen 8 août 2015 20:59

                @Fifi Brind_acier

                Vous n’ avez absolument rien compris au problème en l’ espèce.

                Il s’ agit du droit de la personne (personnalité juridique) qui est une fiction en totale opposition avec le droit naturel, le seul valable car il reconnaît la liberté et la souveraineté de l’ être.

                La privatisation est absolument en contradiction avec l’ équité puisqu’ il s’ agit ni plus ni moins de spolier la majorité au bénéfice exclusif d’ une minorité.

                Ce qui est légal est :
                - la loi universelle (universal law)
                - le droit commun (common law)
                - le code commercial universel (uniform commercial code).


              • lloreen 8 août 2015 21:11

                @Fifi Brind_acier

                Si vous voulez étudier la question, il faut commencer par la version anglaise car elle est absolument complète.

                http://i-uv.com/oppt-absolute/
                http://i-uv.com/oppt-absolute/original-oppt-ucc-filings/

                 


              • César Castique César Castique 8 août 2015 18:27

                « L’Occident du XXIème siècle possède des richesses et des moyens techniques capables de procurer un bonheur universel. » 



                C’est intéressant comme affirmation, mais il faudrait préciser en quoi, concrètement, consisterait ce bonheur universel du point de vue de chaque individu... 


                Parce que si ça se résume à 2400 calories/jour, une toiture étanche au-dessus de la tête et trois vêtements par an, à choisir entre 1 pantalon, 1 chemise, 1 veston et 1 imperméable, c’est quand même la vision minimaliste de la félicité. 

                • gabin 8 août 2015 19:37

                  @César Castique
                  Un bonheur universel c’est être libre, être en mesure de faire des choix conscients et d’être capable d’avoir une spiritualité sans qu’aucun dogme matérialiste ne vienne l’embrouiller. Mais pour cela, il faut en avoir les moyens avec tout ce que cela implique....


                • César Castique César Castique 8 août 2015 20:22

                  @gabin

                  « Un bonheur universel c’est être libre, être en mesure... »


                  Ça, c’est votre définition à vous, elle ne saurait prétendre s’appliquer à toutes les civilisations, à tous les peuples et à tous les individus de tous les peuples et civilisations. 

                  Rien que la liberté est quelque chose de tellement abstrait et insaisissable, qu’à l’extrême limite, l’individu le plus « libre », apparaît comme le plus esclave de ses envies et de ses passions.

                • gabin 8 août 2015 21:01

                  @César Castique
                  je pense pourtant qu’être libre est la base du bonheur sans cette liberté comment tendre vers lui ?
                  Je pense également que cette base est la même pour toutes les civilisations, quel peuple aime être privé de liberté ?
                   D’autre part, chose étonnante, vous ne prenez qu’une entrée philosophique pour commenter notre article alors que ce n’est pas sa principale entrée et encore moins la seule.
                  Peut être que pour vous, nous vivons dans un monde apaisé où le partage des richesses est à l’ordre du jour, où les peuples sont écoutés et où la liberté n’est pas en danger.
                  Cependant il est vrai que l’on peut débattre( et c’est important j’en suis aussi persuadé) sur la définition des grandes idées, des concepts ....malheureusement ce n’était pas le thème de l’article qui introduit l’histoire de la finance qui règne sur le monde depuis la création de la première banque centrale en Angleterre.


                • César Castique César Castique 9 août 2015 10:31

                  @gabin

                  "
                   « …e pense pourtant qu’être libre est la base du bonheur sans cette liberté comment tendre vers lui ? »

                   

                  Je ne vois pas du tout les choses ainsi. La liberté est un leurre, nous ne choisissons même pas nos convictions et engagements politiques, ils s’imposent à nous sans qu’on sache précisément de quels recoins de notre inconscients, ils nous viennent.


                  Par ailleurs, je ne crois pas à la recherche délibérée du bonheur. Quand il est là, il faut en profiter tout en sachant qu’il n’a pas vocation à durer indéfiniment. Il me paraît donc beaucoup plus important et plus accessible d’aspirer à la sérénité que procure, par exemple, le sentiment du travail bien fait et du devoir accompli.

                   

                  « D’autre part, chose étonnante, vous ne prenez qu’une entrée philosophique pour commenter notre article alors que ce n’est pas sa principale entrée et encore moins la seule. »


                  Si vous faites allusion à la dénonciation de la finance et de son rôle planétaire, je dois dire que je suis désormais au-delà de la saturation. Ma bibliothèque contient une douzaine d’ouvrages s’ijnscrivant dans cette ligne, le plus ancien d’entre eux – sans remonter aux démodés Alphonse Toussenel (« Les Juifs, roi de l’époque, histoire de la féodalité financière », 1847), et Edouard Drumont (« La France juive », 2 vol. 1886) – est « Les Financiers qui mènent le monde », d’Henry Coston, remonte à 1955, le moins ancien à 1989, avec « La politique, le sexe et la finance », de Yann Moncomble.


                  Après la lecture desquels je me suis avisé que toute cette littérature, à part soulever une stérile indignation, n’apportait rien de fructueux sur le plan du combat politique, et que la défense de la Nation était le seul combat que redoute réellement l’oligarchie, à en juger par le mal qu’elle se donne pour la détruire, de l’extérieur avec des instances supranationales, comme l’U.E., et de l’intérieur avec l’accueil toujours accru de populations allogènes et alterculturelles.


                • gabin 9 août 2015 11:27

                  @César Castique
                  Je suis effectivement en accord avec ce que vous dites. Seulement nous ne sommes pas le centre du monde, beaucoup de gens ignorent la façon dont nous sommes gouvernés. Le but de notre lettre d’informations et de donner les causes de ce monde où la justice a été remplacé par un égalitarisme ridicule qui cache la forêt d’un libéralisme destructeur. l’information doit circuler pour que chacun puisse se faire une opinion sans être manipulé. La conscience passe par la réflexion et sans la connaissance du paasé plus ou moins lointain rien n’est possible.
                  PS : il n’y a pas que ces auteurs orientés lisait Engdhal par exemple ou des gens comme ziegler (si ce n’est déjà fait).


                • César Castique César Castique 9 août 2015 22:44

                  @gabin



                  "
                   ...beaucoup de gens ignorent la façon dont nous sommes gouvernés."

                   

                  Ils estiment que ça ne les concerne pas, dans la mesure où ils pensent, avec raison, qu’ils sont dans l’incapacité d’atteindre ceux qui les gouvernent vraiment.

                   

                  Il faut parler, aux gens, de choses qui leur sont immédiatement accessibles et instantanément compréhensibles, sans se prendre la tête. 

                   

                  Si nous devions, le cas échéant, combattre le traité transatlantique sur le plan référendaire, nous n’emporterions pas le morceau en détaillant tous les inconvénients qui en découleront pour l’Europe et la France, mais en disant aux gens qu’il les conduira à bouffer des poulets lavés au chlore ou à l’eau de Javel, et de la viande bourrée d’antibiotiques.

                   

                  C’est peut-être regrettable, mais c’est comme ça que ça fonctionne.

                   

                  "… l’information doit circuler pour que chacun puisse se faire une opinion sans être manipulé. »


                  L’information qui circule et dont personne ou presque, ne prend connaissance est parfaitement inutile, et on ne peut pas miser sur une hypothétique prise de conscience des gens pour l’emporter au fond des urnes. Pour prendre conscience, il faut d’abord en avoir envie. C’est loin d’être le cas de la grande majorité des gens, qui a d’autres centres d’intérêt que la chose publique.


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 8 août 2015 20:37

                  La dérégulation bancaire a été décidée à l’ OMC, à la fin des années 90, par Geithner, le Directeur du trésor américain, et une poignée de grandes banques :
                  - Bank of América
                  - Citibank
                  - Chase Manhattan
                  - Goldman Sachs
                  - Merril Lynch
                  - JP Morgan etc
                  « Le Trésor Américain accusé d’avoir vendu le monde aux banquiers ».


                  • yoananda 8 août 2015 20:55

                    Tous les clichés gaucho y sont. Bravo.
                    Apprenez à penser par vous même.
                    Ha non, on me souffle à l’oreille qu’il est trop tard de toute manière.


                    • gabin 8 août 2015 21:07

                      @yoananda
                      De mieux en mieux : après s’être fait cataloguer de fascistes d’extrême droite, d’intégriste religieux, il ne manquait plus que ça....Vraiment le jour où certains comprendront que l’idéologie n’est pas notre panacée et qu’il faut sans détacher pour être libre....
                      Dommage vous avez perdu votre temps !


                    • porcinet 8 août 2015 22:32

                      Il suffit de s’intéresser à la France seule dans ses décisions politiques et économiques depuis une quarantaine d’années pour comprendre l’incroyable plongée de ce pays dans un marécage putride d’endettements usuriers, de contrats léonins avec les pires malfaiteurs financiers que la terre ait porté depuis longtemps. Toujours au détriment des gens de peu ou autres honnêtes gens guère mieux lotis. Ces loufiats gibiers de potence se paient la tête du monde grâce à ces lois et réglementations qui les arrangent bien et que leurs amis intimes (les lawiers) leur mijotent dans l’ombre. 

                      La simple dénonciation de ces lois scélérates, décisions arbitraires, décrets et amendements décidés en catimini au fil des ans par les politico- plouto-financiers demanderait des années (d’arguties). Alors qu’un coup de balai salutaire et drastique serait la meilleure méthode pour débarrasser notre économie de ces sangsues qui éclatent de bonheur depuis des années. Ces sangsues sont improductives, font beaucoup d’argent fictif, créent des mirages auprès d’innombrables gogos et se paient la tête de nos journaleux carpettes. Au-delà des magasines glacés de salles d’attentes de dentistes et médecins, leur aura dure le temps d’une affaire financière ou crapuleuse ...et pschittt.

                      Il faudrait simplement un gouvernement et une force politique assez courageuse pour dénoncer ouvertement en posant les couilles sur la table des décennies de pratiques honteuses aussi bien avec l’UE, l’OMC, le FMI et bientôt le TAFTA qui clôturera le servage de l’Europe . Un gouvernement non couché devant l’administration étasunienne et non dépendant d’Israël, ça doit se trouver mais il faut le vouloir ! Et des acteurs économiques travaillant pour l’intérêt essentiel de la France, il en faut impérativement maintenant.

                       N’est-ce pas Mr Drahi, à qui des personnages influents du gouvernement et de la gentry crifée française ont ouvert largement les portes ? 

                      Ca sert les connaissances dans la France actuelle, n’appuie-je pas sur un point ultra-sensible chez les crifés qui se croient faits (les innocents) par eux-mêmes ? 


                      • lloreen 8 août 2015 23:39

                        Depuis le 18 juin 2015 un conseil national de transition s’ est crée en France. Tous ceux qui ne se satisfont pas ou plus de la situation de la nation française peuvent le rejoindre.

                        Proclamation officielle.
                        https://www.youtube.com/watch?v=Eg78p_fwt0g

                        Le site.
                        http://www.conseilnational.fr/

                        Le site du mouvement du 14 juillet.
                        http://www.mouvement-14-juillet.fr/


                        • César Castique César Castique 9 août 2015 10:33

                          @lloreen

                          « Depuis le 18 juin 2015 un conseil national de transition s’ est crée en France. »


                          Peut-on savoir quelle est sa ligne politique à propos les problèmes que posent les illégaux de Calais ?

                        • lloreen 9 août 2015 18:09

                          @César Castique

                          Je ne suis pas porte-parole du conseil national de transition mais si vous ouvrez les liens que je j’ ai postés vous verrez que tout est à faire.
                          Le CNT n ’ est pas un parti politique mais un conseil avec des membres qui se sont inscrits et peuvent encore s’ inscrire.Chaque français qui souhaite apporter sa pierre à l’ édifice est le bienvenu car il s’ agit de reprendre les rênes en mains.

                          Le plus simple simple est de vous mettre en relation avec les membres en leur envoyant u e-mail.


                        • Gandalf Gandalf 9 août 2015 10:48

                          L’involution scélérate ici lisible n’en demeure pas pour autant superfétatoire.



                          • gabin 9 août 2015 11:35

                            @Gandalf
                            d’après vous il y est écrit des choses superflues, lesquelles, osez préciser !
                            le but de ce type de média n’est pas seulement que de poster une critique (plutôt une opinion). Débattez, pointez les manques, les éléments inutiles, car balancez des phrases sans fond ne font pas avancer le débat, comme le mot agora le suggère....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès