Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le bastion orthographique

Le bastion orthographique

Pour quelques mots de travers ?

Longtemps, je fus contraint de m'imposer le silence de la plume, porteur que je suis, à tout jamais, de la faute indélébile du travers orthographique. J'ai répondu ainsi aux injonctions des tenants de l'ordre établi, de la forme très conforme sur des fonds si abscons. La coquille, expression honteuse de celui qui ne pouvait assumer sa faute, était traînée comme une tache sur mes cahiers d'écolier, barrés sans cesse d'un rouge inquisiteur sur fond de rectitude !

Les chiens de garde de la graphie figée veillent jalousement à cet ultime pouvoir des gens de lettres maintenant que les mathématiques règnent en maîtresses absolues sur la sélection artificielle de nos élites. Ils privilégient la science mesurable de l'écrit convenable à l'art immatériel des ciseleurs de mots. Le fond n'est rien quand la forme est difforme.

Ils se posent en censeurs et pointent du doigt le fautif négligent, l'étourdi de l'accord, l'ignorant de l'exception, le pervers des assemblages, le désemparé des doublements de consonnes. La pureté calligraphique prévaut contre idées et forme. Celui qui s'obstine à ne pas respecter l'incontournable code est condamné au silence ou au mépris. Il mérite cette infamie, lui qui ne fait pas l'effort de confier aux correcteurs orthographiques le redressement de ces gaucheries d'ignorant stupide, de ces travers d'idiot patenté.

La secte des gens de lettres réclame une exigence de pureté qui ne cesse de me désarmer. Ont-ils oublié les ratures et les erreurs, les pâtés et les ajouts, les curiosités et les fantaisies des manuscrits de leurs grands hommes ? Ils se drapent dans une situation figée par un académisme de vieilles badernes pour cloîtrer la langue et fermer à double tour l'accès des plus obtus à l'écriture publique.

J'en ai vu de ces spécialistes du redressement graphique pour essayer vainement de me sortir de cette impasse sordide ! J'ai subi un gavage grammatical, j'ai empilé les lignes et les ritournelles absurdes où « toujours » prétend ne jamais s'écrire sans ce « s » si singulier. On m'a envoyé dans des centres spécialisés pour me défaire de cette dysorthographie qui m'interdisait des jours meilleurs. On m'a confié aux bons soins d'étudiantes désargentées, d'instituteurs idéalistes et d'une imprimerie Freinet. Rien n'y fit hélas : j'ai rongé mon frein des années durant.

Les mots, malgré ce traitement inhumain, sont restés mes amis. Des compagnons merveilleux auxquels j'ai toujours voulu conserver une part de mystère. J'ai beau les écrire des milliers de fois, usant au- delà du raisonnable de ce plaisir de les coucher sur une feuille qui se noircit au rythme de mes colères innombrables, à jamais pour moi demeure l'énigme de leur écriture officielle. Il en est même certains qui se présentent à moi de mille formes différentes et se soulignent d'une vague rouge qui me surprend à chaque fois.

J'aime les assemblages improbables, les compositions biscornues, les ricochets d'adjectifs mais je ne parviens jamais à associer la règle connue et son exploitation pertinente. L'écriture ne se satisfait pas de la mesure et de la prudence. La règle vient à chaque fois percuter le bout de mes doigts gourds. Emporté par le souffle des mots, je les habille de gréements imaginaires : ces consonnes hautes qui leur confèrent plus de majesté qu'une majuscule. Dans cette tempête des apparences, les accents vagabondent, les accords se défont et les confusions se multiplient à plaisir.

Pour une lettre de trop, pour un accord qui se désolidarise, pour une cédille qui prend ses jambes à son cou, pour l'accent mis à mon ignorance, pour la singularité de mon orthographe, j'ai dû, des années durant, me cacher et taire mes envies de mots couchés sur le papier. Les intégristes de l'apparence avaient frappé d'ignominie mes propos mal écrits.

J'assume cette tare qui alourdit, un peu plus encore, un passif conséquent. Je fais des fautes et je ne supporte pas de me relire... Et si je refuse de juger celui qui écrit de travers pour peu qu'il pense droit, j'aimerais qu'on me consente cette bénédiction de la tolérance orthographique en pardonnant ma vilaine courbure d'esprit et ma curieuse manière de coucher sur le papier ce qui ne se tient jamais droit.

Voilà, la faute est avouée sans pour autant qu'elle puisse être pardonnée. Alors, pour supporter l'anathème des bons penseurs, j'ai recours aux services d'une tendre et bienveillante correctrice qui veille au grain et retire l'ivraie qui ne cesse d'envahir mes récoltes quotidiennes. Merci à elle de me permettre de venir à vous sans trop de fautes.

Orthographiquement vôtre.

ob_f6caca_orthographe.jpg


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 13 janvier 13:47

    L’orthographe n’est rien, eu égard à la ponctuation.


    Il n’en va pas de même d’écrire :
    « Les poules étaient sorties dès qu’on avait ouvert la porte. »

    ou :
    « Les poules étaient sorties : des cons avaient ouvert la porte ».

    D’où l’importance de l’intonation et de la prononciation claire par le maître lors d’une dictée.

    • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:21

      @M de Sourcessure

      Il est facile de pointer le détail quand on n’a pas été victime du reste
      Tout fut pour moi douleur et humiliation


    • Abou Antoun Abou Antoun 14 janvier 11:21

      @M de Sourcessure
      Les poules du couvent, celles qui couvent ?


    • Radix Radix 13 janvier 14:02

      Bonjour Nabum

      Il est vrai qu’il est pénible de lire un texte remplit de fautes d’orthographes, mais il est encore plus pénible de lire un texte où certains mots sont employés à contre-sens.

      Tout le monde fait plus ou moins de fautes d’orthographes, mais les fautes de sens montre que l’auteur n’a jamais ouvert un dictionnaire de sa vie : là se trouve la véritable inculture !

      Radix


      • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:22

        @Radix

        Merci de soutenir ce point de vue essentiel
        Le sens est premier, la forme doit se plier


      • Fergus Fergus 14 janvier 09:47

        Bonjour, C’est Nabum

        Radix a raison. Pour autant, inciter des élèves à maîtriser l’orthographe est également un moyen pour les amener à mieux prendre conscience du sens, notamment par le biais des accords. Qui plus est, cette rigueur dans la précision orthographique est également une excellente école pour comprendre, de manière parallèle, l’importance de la ponctuation.

        Ne soyons pas naïfs : à de rares exceptions près, les textes qui comportent le plus de fautes sont également ceux qui sont les plus mal construits, et par conséquent les moins compréhensibles. Cela, je ne l’ai pas constaté dans l’enseignement, n’ayant jamais exercé un quelconque rôle dans cette noble mission, mais dans les ressources humaines où j’ai travaillé durant des années.

        En ce qui me concerne, je ne crois évidemment pas aux vertus répressives pour lutter contre la mauvaise orthographe dans l’enseignement, mais à une pédagogie adaptée basée sur la compréhension analytique de textes adaptés. De même, je crois qu’un bon travail de rédaction ne doit être pénalisé que de manière marginale pour les fautes qu’il comporte.


      • abcd 14 janvier 20:36

        @Fergus
        Oublier la volonté, la dyslexie n’est pas soignable avec de bonnes résolutions, ne faites pas comme ci vous aviez besoin d’apprendre des nombres pour savoir comment s’écrit appeler, la première consonne doublé, par conséquent 2 puis 1 là où développer c’est 1 puis 2. Et il suffit de quelques mois sans écrire pour oublier.
        Le plus drôle c’est lire en anglais, vous cherchez la signification d’un mot, puis vous êtes surpris : « ah cela s’écrit comme cela ! » et quelques lignes plus loin vous chercher à nouveau la définition d’un mot :"ah cela s’écrit comme cela ! et merde c’est le même mot... Imaginer avoir une mémoire orthographique d’un poisson rouge, même si le reste de la mémoire fonctionne plutôt bien (pour avoir discuté avec d’ancien camarade du lycée, au bout d’une quinzaine d’année, je crois être le seul à me souvenir un peu des programmes).
        Le solution c’est de pouvoir soigner la dyslexie pour les plus jeunes, les bonnes intentions ne servent à rien.


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 13 janvier 14:05

        je fais plein de fautes et ça ne me gêne pas. De toute façon, l’avenir est aux « sms » ^^


        • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:23

          @bouffon(s) du roi

          J’ai comme un doute sur la possibilité réelle de s’exprimer pleinement par ce truchement


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 13 janvier 17:22

          @C’est Nabum
          ça dépend du support, du temps, avec et de quoi on communique, me semble-t-il.
          ça me fait penser à ce truc que j’ai lu dernièrement, qu’on peut lier à votre article, dans la mesure où l’on parle de langage :

          Les gens qui utilisent beaucoup de mots obscènes et vulgaires sont juste plus cultivés que la moyenne, selon une étude :
          http://www.demotivateur.fr/article-buzz/selon-une-etude-les-gens-qui-disent-des-mots-vulgaires-sont-des-putain-de-genies—4190

          ben merde ! ^^


        • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 18:24

          @bouffon(s) du roi

          Je ne dois pas être cultivé d’après cette étude
          Encore une fois, une faute qui me laisse sur le c...


        • Fergus Fergus 14 janvier 09:50

          Bonjour, bouffon(s) du roi

          Je ne vois en quoi le SMS devrait être porteur de fautes. Oui aux abréviations compréhensibles, sur des mots d’usage courant, non aux fautes dans la mesure du possible.


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 janvier 10:10

          @Fergus
          justement le « sms » est un langage à part, où le français est relativement mal traité, les fautes en sms, quelles fautes ? ^^


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 14 janvier 10:12

          @C’est Nabum
          d’après cette étude, je le suis ..sans gloire pour moi, mais me donne un alibi pour mon langage très fleurit smiley


        • juluch juluch 13 janvier 14:12

          Il m’arrive de faire des fautes.....j’écris de façon incompréhensible.......et alors ?


          Le tout est de se faire comprendre.

          le seul truc que j’aime pas c’est le langage sms.....chiant à lire et chiant tout court.

          pas d’affolement on vous comprends Nabum.

          • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:23

            @juluch

            Je suis d’accord et heureux de la conclusion


          • petit gibus 13 janvier 15:08
            @ Nabum
            Ah que ce serait dommage pour tes lecteurs groupis smiley
            que tu t’imposes un silence de ta plume smiley
            pour une vieillotte grand-mère,
            un ridicule ordre établi,
            des chasseurs de perversités,
            des piquouzés aux débilités de Pivot smiley
            Rassure toi, je n’ouvre aucun dico,
            je me fous de la chasteté des phrases et des mots...
             et je n’en fais aucun complexe smiley
            Les mots ne sont pas fait pour être encorsetés
            mais pour être partagés
            Laissons aux pisse-vinaigre de la totographie toute leur arrogance
            et à nous les inculturés tout le plaisir de baiser les mots


            • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 15:25

              @petit gibus

              Les pisse-vinaigre sont parmi mes plus fervents adversaires
              J’habite Orléans et il y a sans doute une relation de cause à effet

              Merci mon ami


            • sarcastelle 13 janvier 17:12

              Ne pleurez pas ; cela tire beaucoup moins à conséquence pour un individu d’être nul en orthographe que d’être nul en mathématiques. 




              • C'est Nabum C’est Nabum 13 janvier 18:23

                @sarcastelle

                Ne le croyez pas

                On se moque des gens qui ne savent pas aligner deux opérations amis avec retenue

                On se gausse et on pointe du doigt celui qui fait des fautes


              • abcd 13 janvier 20:58

                Il est possible que les 3 Dys, soient en partis liés à un mauvais « équilibre » de la proprioception. Mais tant que les datas n’auront démontrer par des corrélations la validité de cette hypothèse, personne n’y croira, l’empirisme reproductible à laisser la place aux corrélations innovantes :) et souvent pitoyables.
                https://www.youtube.com/watch?v=iI08N7cktqA
                Si vous avez une mâchoire légèrement asymétrique, des troubles visuels, les pieds plats, des douleurs aux cervicales (à cause d’une mauvaise posture) cela peut être une explication.
                Mais n’espérer pas qu’un ophtalmo des provinces téléphonera à un pédologue, qui téléphonera à un kiné pour rééquilibrer votre proprioception, c’est juste une médecine de sportifs, les médailles c’est bien, pour le reste on vous conseillera ces merveilleux logiciels orthographiques (sic..) et vous n’aurez qu’à perpétuellement conjuguer le verbe prendre pour savoir comment écrire un verbe.


                • C'est Nabum C’est Nabum 14 janvier 13:16

                  @abcd

                  Mon cas est désespéré

                  Ne faisons nulle dépense pour remédier à cette tare


                • abcd 14 janvier 20:23

                  @C’est Nabum
                  Le mien aussi rassurez vous, j’avais une professeur de Français qui s’amusait à compter les fautes même au dessous de zéro, avec un point en moins par faute, cela donnait entre -24 à -42 pour une dictée de 3 ème.
                  Mais elle ma quand même envoyé faire un test de dyslexie, mais comme mon cas n’était pas critique et qu’il n’y a pas de budget pour ses tares et puisque les maths compensaient ma moyenne, y avait rien a faire.
                  Mais je crois qu’il est pertinent de promouvoir cette vidéo, la dyslexie n’ayant pas un profil génétique ou un particularisme cognitif, c’est surement une piste pour les générations à venir. L’avenir nécessite moins de 5 à 10% de dyslexiques.


                • Jean Keim Jean Keim 14 janvier 08:44

                  Pendant un temps je me suis essayé à l’écriture automatique, le seul hic est qu’elle n’inclut pas un correcteur orthographique. 



                  • C'est Nabum C’est Nabum 14 janvier 13:16

                    @Jean Keim

                    Le hic de l’écriture ad-hoc


                  • fred.foyn Le p’tit Charles 14 janvier 09:51

                    Phote ha vous hé é ha demi (pas moore) par dos né.. !


                    • C'est Nabum C’est Nabum 14 janvier 13:17

                      @Le p’tit Charles

                      à copier 100 fois


                    • Abou Antoun Abou Antoun 14 janvier 11:41

                      En fait la France a sans doute fait un mauvais choix : celui de privilégier l’étymologie, qui justifie toutes les graphies bizarres.
                      Comparez avec notre sœur latine l’Italie. Reconnaissez que la langue italienne n’est pas moins précise, pas moins expressive que la nôtre, et pourtant l’orthographe italienne est purement phonétique, pratiquement sans exception, donc très facile à lire même pour qui ne pratique pas couramment la langue. Les italiens ont fait un autre choix, celui de la simplicité.
                      Mais il est vrai que la simplicité et les Français cela fait deux, il n’y a qu’à voir notre juridiction, même les pros ne s’y retrouvent plus. Le Français, l’humain, est un individu compliqué par nature qui introduit de la complexité là où elle n’a pas lieu d’être, c’est une de nos tares.
                      J’apprécie beaucoup la remarque de radix. Il y a des fautes de sens liées à l’inculture, mais il y a plus grave, le changement du sens des mots par la ’novlangue’, le bannissement de certains mots. Tout cela est lié à une dictature idéologique qui ne permet plus d’appeler un chat un chat.
                      Et puis il y a un problème aussi grave, la perte des sonorités.
                      Le Français est très riche en voyelles et presque chacune d’entre elles ont une forme ouverte et une forme fermée. Ainsi le prénom Paul se prononce avec un o ’ouvert’ alors que son équivalent féminin ’Paule’ se prononce comme le mot ’pôle’ avec un o fermé. De plus en plus le o fermé disparaît au profit du o ouvert, ainsi les mots ’rose’ et ’tôle’ sont prononcés avec des o ouverts (même et surtout à la télé...). il en va de même de la voyelle ’a’ qui voit sa forme fermée s’atténuer et disparaître peu à peu. Tout cela correspond à une diminution des sonorités, donc finalement à un appauvrissement phonétique.
                      Signalons enfin le langage néo-con qui mérite vraiment un dictionnaire. Ce document existe voir ici.
                      L’auteur recense scrupuleusement et fustige toutes les conneries que l’on peut lire et entendre tous les jours principalement sur les médias, c’est effrayant.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 14 janvier 13:18

                        @Abou Antoun

                        Je vous remercie pour votre conclusion
                        Aucune réponse ne s’impose


                      • petit gibus 14 janvier 13:28
                        @Abou Antoun
                        La simplicité
                        ô le gros mot qui vient d’être lâché !
                        Mais te rends tu compte qu’avec elle,
                        tu vas complètement dépoiler
                        les 3/4 de nos cultures  smiley



                      • Fergus Fergus 14 janvier 13:32

                        @ Abou Antoun

                        A propos de « novlangue », la dernière trouvaille est l’emploi du mot « agile » par le patronat pour des contrats de travail qui reviendraient de facto à réduire à pas grand-chose les droits des salariés. « Agile », ou comment prendre les Français pour des abrutis.


                      • petit gibus 14 janvier 13:34
                        @petit gibus
                        z’ai oublié le ’ sur le e de cultures
                        fôte reconnue fôte pardonnée smiley

                      • Abou Antoun Abou Antoun 14 janvier 14:03

                        @Fergus
                        l’emploi du mot « agile »
                        Voilà un exemple intéressant. Bien que le mot ’agile’ ait un sens en français Il s’agit d’un anglicisme importé pour les techniques de développement informatique (de programmation).
                        Lire par exemple le wiki
                        Et maintenant attention à cette phrase clé :
                        "Elles impliquent au maximum le demandeur (client) et permettent une grande réactivité à ses demandes. Elles visent la satisfaction réelle du client en priorité aux termes d’un contrat de développement."
                        Ce n’est pas hasard qu’on le transpose dans le monde du travail. Un employeur ’agile’ est donc un employeur qui presse le citron et jette après usage. Rien n’est innocent. Et en plus il y a une connotation positive, l’employeur lui il est agile, l’employé il est lourdingue.


                      • Abou Antoun Abou Antoun 14 janvier 14:15

                        @petit gibus
                        J’ai vécu et travaillé quelques années en Amérique du Nord. et bien ce qui fait la réelle supériorité des Américains et des Canadiens, c’est qu’ils ont su rendre les choses simples. vous ne pouvez-pas imaginer comme cela est rapide et évident d’acheter une maison, de créer une entreprise, de souscrire un contrat d’abonnement, de conduire une voiture (une comparaison des codes de la route français et US ça vaut le détour).
                        De retour en France il m’a fallu une période d’accoutumance pour me réhabituer à une bureaucratie envahissante et à des lois inapplicables. Pour lire un bulletin de paie en France il faut avoir fait des études supérieures.
                        Je sens venir le jour où il faudra l’assistance d’un avocat pour tous les actes de la vie courante. J’assimile cela à une forme de masochisme.


                      • petit gibus 14 janvier 14:41
                        @Abou Antoun
                        Hé voudrais tu faire plonger
                        notre chômage et notre PIB ? !
                        Petite chose qu’il ne faudrait pas piquer
                        à nos riches amis Ricains :
                        faire des procès pour tout et n’importe quoi
                        mais là gros blème fil-ô-zoofike :
                        qu’est ce qui est important ou pas ? ? ?
                        Mais là je dérive, je dérive du sujet

                        • C'est Nabum C’est Nabum 14 janvier 13:19

                          @Abou Antoun

                          J’ai souffert des années d’humiliation pour voir surgir un être de votre espèce qui me prend encore pour un imbécile


                        • Fergus Fergus 14 janvier 13:27

                          Bonjour, Abou Antoun

                          J’ai du mal à croire que 55 % seulement des gens soient capables de lire ce texte tant il se lit précisément avec aisance malgré cette étonnante orthographe. Comment les chercheurs expliquent-ils ce résultat ?


                        • Abou Antoun Abou Antoun 14 janvier 13:50

                          @Fergus
                          Comment les chercheurs expliquent-ils ce résultat ?
                          Dans le détail, je ne sais pas, mais j’ai l’impression que le contexte joue et vu qu’il y a compréhension immédiate des mots de 3 lettres au plus.
                          Ce qu’il faudrait peut être faire c’est un exercice de lecture globale des mots pris isolément et non dans leur contexte.
                          Cela semble fonctionner dans toutes les langues à transcription alphabétique. Pour les idéogrammes existe-t-il une similarité, peut-on impunément supprimer ou modifier quelques traits ?
                          Je ne connais pas du tout l’écriture chinoise.


                        • ricoxy ricoxy 14 janvier 23:34

                          @Abou Antoun

                          C’est ici la capacité du cerveau à « photographier » les mots ; il en est des mots comme des visages connus : même affublés de lunettes, ou d’une moustache, on les reconnait. Peu importe la forme, pourvu que la structure soit là.
                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès