Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le bonheur c’est simple comme un shoot

Le bonheur c’est simple comme un shoot

Ma chère petite tête blonde ou brune, tu as le cafard, tu n'es pas bien dans tes baskets, tu as peur, peur à en mourir parfois de cette société où des adultes menteurs et comploteurs, te construisent une société de merde, chômage, précarité, papa ou maman absents, pas de famille, pas de patrie, pas de valeurs, pas d'identité, rien, le vide sidéral et sidérant, le trou noir.

 

Alors affolé, faible pantin, tu vas dans la rue, crier ta peur et ta colère, tu passes quelques nuits debout à quémander un peu d'espoir, une vie un peu meilleure, tu n'en peux plus.

Ne t'en fais pas, bambin, on va te soigner, s'occuper de tes angoisses, pas changer la société, trop difficile et pas dans les projets de ceux qui l'ont voulu ainsi, on va maquiller en rose ta vie de merde, ils ont la solution les bons apôtres qui te gouvernent, ceux qui se vautrent dans le pouvoir et l'argent, les malins.

 

ILS VONT DEPENALISER LES DROGUES

En réalité ils dépénalisent déjà les drogues

 

 

Ils viennent d'inaugurer la première salle de shoot, il n'y a guère on inaugurait des salles de fêtes, des centres culturels, des crêches,aujourd’hui on inaugure des salles de shoot, bien apprendre comment te droguer, bien apprendre les gestes adéquats, ne pas te blesser mon bambin, ne pas gâcher les produits. Des cours particuliers d'usage de la drogue, on te gâte.

 

On va te fournir des seringues toutes neuves et toute la panoplie du petit drogué, peut-être qu'ils vont te fournir les produits, car comment se la procurer cette drogue qui coûte si cher, le vol, la prostitution.

L'état a peut-être l'intention de devenir premier fournisseur de drogue, premier décerébrateur (ne cherche pas dans le dictionnaire) de la jeunesse.

 

Alors qu'ils savent les sagouins que le cycle de la drogue c'est en réalité fuite du réel, mal être, abrutissement, déchéance, mais aussi lobotomisation, anesthésie, puis déchéance et mort.

Contrôle de la société, obtention de la passivité, c'est peut-être cela le but mon petit.

 

Pauvre enfant, pardon pour notre complicité.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

56 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 13 octobre 18:46

    Il ne s’agit pas d’apprendre à ces jeunes à se droguer, il ne nous ont pas attendu pour çà, hélas. C’est une mesure cosmétique, avant tout (et sanitaire aussi, quand même). Il est bien clair, pour nos dirigeants, qu’on ne veut plus les voir de shooter dans la rue, ça fait désordre et les riverains se plaignent. Or, un riverain, ça vote encore (surtout s’il n’est pas content). Après, le dit riverain n’est toujours pas content si la salle est trop près de chez lui (not in my garden), mais le quartier un peu plus loin serait très bien…

    Sur le fond, je ne peux qu’être d’accord avec l’auteur. Je n’aimerais pas avoir 18 ans aujourd’hui.


    • Redj Redj 13 octobre 19:21

      Fascinant !

      Pour vous c’est une salle de con qui devrait être inaugurée !


      • Piere CHALORY Piere CHALORY 13 octobre 19:24

        ça part bien mais ça glisse assez vite vers la caricature ; le squelette tendant un joint au petit punk, c’est quoi dedans : du crack ?


        Faudrait peut être pas tout mélanger. 

        Coluche qui en connaissait un rayon pour avoir tout essayé, sauf erreur ou omission selon lui, disait que la pire des drogues c’est l’alcool. Et c’est vrai, ça ne coûte pas cher on en trouve partout et ça tue tous les jours. 

        Après c’est sûr qu’il y a drogue et drogue, Pujadas l’enfumeur & Drucker le dealer de soupe font également des ravages dans la population enfantine. Puis adulte, puis vieille.

        Ils lessivent consciencieusement les têtes fragiles en leur racontant n’importe quoi pour l’un et leur faisant écouter n’importe qui pour l’autre : de la sous-soupe musicale qui les éloignera à tout jamais de la beauté du Lac des Cygnes.

        Une fois accros à la météo, le psg, l’om, bruel ou sardou, ils en re-demanderont, incapables de s’arrêter. Peut être même qu’ils voteront !

        Camés au dernier degré, ils se mettront à trépigner, puis trembler s’ils n’ont pas eu leur dose de bêtise ou de haine ; ils s’armeront alors de bâtons, de battes de base-ball, se peindront la tête en bleu et iront massacrer les ennemis en rouge, en poussant des hurlements. 

        Puis, ils rentreront à la maison en chantant : On a Ga-Gné ! On a Ga-Gné ! ils klaxonneront dans les rues la nuit en avalant des bières à l’alcool frelaté, mettront le feu à quelques voitures avant d’aller se coucher.

        Alors finalement, peut être qu’il vaut mieux se droguer ; c’est moins dangereux, et si en plus l’état applique un contrôle sérieux sur la marchandise...

        Sur ce, je vais ouvrir une bouteille de Côte du Rhône, n’allez pas croire n’importe quoi non plus.



        • moderatus moderatus 13 octobre 19:50

          Bonjour,

          Vous pouvez faire de l’Humour, j’adore, mais pas de déni de réalité.

          Les salles de Shoot ne sont pas crées pour ceux qui fument un joint ,mais à ceux qui s’injectent des drogues dures.

          <Ces salles ne seront pas des supermarchés de stupéfiants. C’est au consommateur d’apporter sa drogue. Sur place, il trouvera des ustensiles stériles afin d’éviter la transmission de maladies. De même, un toxicomane ne doit pas pouvoir profiter d’une SCMR pour expérimenter de nouvelles drogues. Il devrait donc avoir à déclarer ce qu’il compte s’injecter. Des dossiers devraient être créés mais de manière anonyme, uniquement pour suivre chaque toxicomane dans sa consommation. Les salles de shoot devraient être réservées aux drogues « dures »>

          .


          • petit gibus 13 octobre 20:19
            @moderatus

            J’ignore ce qui est prévu dans ces « salles de shoot »
            tu me sembles en faire sous couvert d’une...
            indignation de bien-pensant
            une drôle de caricature !

            Ce qui est certain c’est qu’une prise en charge de ce prob
            par un système social
            est de loin préférable à une prise en charge par
            des voyous sans scrupules de nos cités

          • epicure 13 octobre 21:12

            @moderatus

            C’est ce qui s’appelle se tirer une balle dans le pied.

            Avec ce texte tu démontes toutes tes récriminations contre les salles de shoot, qui en feraient soit disant une école de la drogue.

            "
            Ces salles ne seront pas des supermarchés de stupéfiants. C’est au consommateur d’apporter sa drogue. Sur place, il trouvera des ustensiles stériles afin d’éviter la transmission de maladies. De même, un toxicomane ne doit pas pouvoir profiter d’une SCMR pour expérimenter de nouvelles drogues.

            "

            tout ceci va à l’encontre de ton article.
            C’est fait pour les toxicos accros aux drogues dures, cela leur permet de se shooter hors de la rue ( pas de seringues prêt d’une aire de jeu par exemple ), dans des conditions sanitaires décentes.
            Pas pour le jeune qui voudrait expérimenter diverses drogues, notamment les plus dures.


          • moderatus moderatus 13 octobre 21:54

            @petit gibus

            Bonsoir,

            Essayez de vous poser des vrais questions au lieu d’avaliser et de gober tout ce qu’on veut vous vendre.

            -pourquoi cette jeunesse se suicide en s’adonnant à des drogues dures ?
            -la société actuelle leur offre t- elle des opportunités, un rêve, des projets, un idéal , une utopie ?
            -le rôle de des parents des éducateurs, des responsables n’est-il pas de prévenir et d’essayer de guérir cette désespérance ?
            - le rôle des politiques est-il de permettre aux gens de se droguer plus commodément ?
            -leur incapacité à solutionner ou améliorer un problème n’est-il pas une faillite de leur politique
            -rendre licite ce qui est illicite est-il parce qu’on est incapable d’appliquer les lois est -il une forme moderne de gouvernance ?
            -laisser ce développer dans certaines cités cette économie souterraine de la drogue, et donc son expansion de consommation n’est -il pas une façon d’éviter une explosion de ces quartiers ?
            -y a-t-il derrière cette démission un autre projet ?
            -il y a des tas d’études sur la drogue comme système de contrôle social, faut il les ignorer ?

            voila toutes les questions et plein d’autres qu’il faudrait se poser
            il y a des tas d’autres pistes à explorer au lieu d’accepter des situations qui sont des désastres humains et sociaux.


          • Fergus Fergus 14 octobre 09:46

            Bonjour, moderatus

            De vos propos sur le sujet, je conclus que vous préférez que les drogués aillent s’injecter leur merde dans des recoins sordides et avec du matériel pas ou mal stérilisé !

            Au moins les salles de ce type comportent-elles la mise à disposition de seringues stériles et la présence d’un personnel médical prêt à intervenir en cas de malaise ou, pire, d’overdose.

            Partout où ce type de salle a été implantée, la situation sanitaire s’en est trouvée améliorée sans que le moindre appel d’air ait été constaté : comme cela a été dit plus haut, ceux qui veulent recourir aux drogues dures n’ont pas attendu ce genre de salles.


          • moderatus moderatus 14 octobre 10:15

            @Fergus

            Décidément parler de la drogue est difficile.Je ne m’attaque pas aux consommateurs si nombreux, ce sont des victimes du système et de la société que l’on a mise en place.

            Pourquoi faire des procès d’intention, pourquoi ne pas essayer de se poser les vraies questions
            pourquoi accepter que ce fléau qui est la drogue soit en expansion continuelle

            Que peut-on faire pour qu’une partie de notre jeunesse n’ait pas comme seul recours la drogue qui est une forme de suicide.

            c’est en amont qu’il faut essayer de régler une partie du problème.

            si vous avez vu ma photo je suis un vieux crouton qui a vécu une époque où les jeunes ne consommaient ni drogue ni alcool. A 17 ans en surprise partie, notre drogue c’était le coca cola et les jus de fruits.

            comment en est-on arrivé là ? comment la drogue a pu envahir notre existence ?
            comment la société s’est délitée inexorablement, et surtout comment en est-on arrivé à accepter cette situation comme normale ?
            on ne sait plus prévenir, , on ne sait qu’essayer de panser les plaies
            voila de vrais questions.
            La salle de shoot est pour moi le prétexte à ouvrir des pistes de réflexion, et je suis satisfait de votre participation, mais Il ne faut pas se focaliser uniquement sur cette initiative.

            salutations


          • mmbbb 14 octobre 10:55

            @moderatus c’est la faute des vieux reactionnaires c’est l ’évidence . 


          • Piere CHALORY Piere CHALORY 14 octobre 13:51

            @moderatus


            Bonjour,

            ’’si vous avez vu ma photo je suis un vieux crouton qui a vécu une époque où les jeunes ne consommaient ni drogue ni alcool. A 17 ans en surprise partie, notre drogue c’était le coca cola et les jus de fruits.’’

            j’ignore votre âge mais vous ne paraissez pas 100 ans, et dans les années 50/60, les jeunes carburaient à l’alcool bien plus que maintenant. La consommation a baissé de plus de la moitié entre 1960 et 2014, de 26 litres/alcool pur/habitant/an, on est passé à 12 litres !

            L’excellent film Les Tricheurs, 1955, de M.Carné nous montre des jeunes désenchantés, envisageant le suicide par défi & ne pensant qu’à se saouler la gueule, quitte à s’aplatir sur les platanes. C’était l’après guerre ça peut se comprendre, peut être même l’alcool favorisa-t-il le fameux Baby Boom dont ma génération est issue. 

            L’alcool ensorcèle les femmes et les hommes ; c’est bien connu. Revenons à nos moutons :

            ’’comment en est-on arrivé là ? comment la drogue a pu envahir notre existence ?’’

            Déjà que les jeunes des années 70 se plaignaient du mal être inhérent à cet âge particulier qu’est l’adolescence, des perspectives positives existaient encore pour l’homme ordinaire, l’ouvrier en particulier : baisse du temps de travail, de l’âge de la retraite, couverture sociale etc...

            Aujourd’hui, c’est la fin des haricots : attentats meurtriers, esclavage à vie programmé, plus de retraite malgré des cotisations sur-multipliées. Si le changement dans la continuité se perpétue au vouloir d’élites démentes, l’enfer sera bientôt sur la terre. 

            Alors c’est même étonnant qu’il n’y ait pas plus de drogués, drogué étant tout relatif, ainsi que j’ai tenté de le montrer dans mon com précédent. 

            Pour avoir vu aussi des scènes glauques de jeunes complètement détruits ; étendus dans la rue, saisis de convulsions effrayantes, nul doute que les salles de shoot sont, sinon une avancée sociale, au moins un pis-aller pour des gens qui de toute façon n’ont plus envie de vivre. Du moins de vivre l’horreur qu’on leur propose.

            Car à moins d’être bien né, ou de posséder des dons particuliers, le jeune qui écoute valls lui dire par ex qu’il devra s’habituer le temps d’une génération (la sienne) à risquer d’être ; kalashniqué, écrasé au camion ou autre joyeuseté à la mode hollandaise, puisqu’avant le flan ça n’existait pas...

            Que ce jeune donc, s’adonne à la drogue par dépit m’apparaît sinon logique ; au moins compréhensible.










          • moderatus moderatus 14 octobre 16:05

            @Piere CHALORY

            Bonjour ,
             toujours plaisir à vous lire car vous disséquez les articles, et répondez point par point à ce qui vous parait contestable.
            je suis un vieux crouton , j’ai un âge vénérable, plusieurs fois grand père , et j’étais jeune adolescent à l’époque du film les « tricheurs » qui date de 1958 je pense, ne me vieillissez pas plus.
            ce film a marqué toute une jeunesse, mais c’était un film sur de jeunes Parisiens aisés, et ne concernait que la faune de saint germain des prés.

            il n’était en aucun cas représentatif de la jeunesse de l’époque.

            quelques années plus tard on jouait encore au « jeu de la Vérité » qui avait gardé son côté dangereux et cruel. de vieux souvenirs.

            mais ce que je vous ai dit est vrai, je vous demande de me croire, pas de drogue, pas d’alcool.
            on se sentait à l’époque maitres du monde, on le reconstruisait chaque soir dans des discussions interminables, on avait une vision de l’avenir positive, nous n’avions besoins ni de drogues pour oublier, ni de stimulant pour aller de l’avant.
             c’est vrai la société fonctionnait différemment, il n’y avait pas de chômage , donc pas d’inquiétude pour notre avenir, on avait des règles strictes, le respect des parents, de la considération pour nos instituteurs, et la crainte des représentants de l’ordre, pas le sida non plus.
            les progrès aujourd’hui auraient du apporter plus de mieux être. Ce n’est pas le cas.

            Avoir 15 ou 18 ans aujourd’hui est difficile, je le conçois.

            Comme vous dites , à moins d ’être bien né ou avoir des dons particuliers, la vie est souvent une galère.
            Mais c’est là que je veux en venir, dire à tous les jeunes qu’il ne faut pas accepter les volontés démentes des élites , il faut les combattre pour retrouver une société viable ou les drogues ne soient pas l’unique refuge.
            J’ai mal à cette jeunesse de France, elle ne mérite pas ce traitement.
            alors changer la société ne passe pas obligatoirement par la violence, Mais ?
            Mais se contenter d’accepter et se soumettre n’est pas salvateur.

            désolé d’avoir été aussi long

            sincères salutations

             


          • Seudo 14 octobre 17:17

            @moderatus

            Juste une petite parenthèse :
            "si vous avez vu ma photo je suis un vieux crouton qui a vécu une époque où les jeunes ne consommaient ni drogue ni alcool. A 17 ans en surprise partie, notre drogue c’était le coca cola et les jus de fruits. "
            Officiellement la boisson ne contient plus de cocaine depuis 1903, mais après un contrôle surprise de la US Food, Drug and Insecticide sur le produit il s’avère qu’on en détecte encore des traces après 1929. Des recherches scientifiques montrent qu’un verre de Coca-Cola en 1886 contenait environ neuf milligrammes de cocaïne.
            J’imagine bien que vous n’êtes pas si vieux, mais on ne sait toujours pas la composition du coca cola. Quand je vois toutes ces personnes accros à cette saloperie, ce soda pourrait aussi être considéré comme une drogue.
            En tout cas, coca cola , c’est ça.


          • Piere CHALORY Piere CHALORY 14 octobre 17:37

            @moderatus


            Je vous crois sur parole, concernant votre non consommation d’alcool ou drogues. Seulement, le fait que l’alcool soit légal ne l’empêche pas d’être une drogue, dure. Pouvant transformer un pacifiste en fou criminel, mais il paraît que la tradition oblige.

            Ceci dit, la vie étant ce qu’elle est, et notre seule expérience guidant nos pas, j’ai pu constater que parfois, les buveurs d’eau semblent comme éloignés de la réalité. Et j’ai eu souvent l’impression, peut être à tort, que certaines personnes sobres paraissent être saoules du matin au soir.

            Sans doute une question d’intro-extra-verti. 

            ’’alors changer la société ne passe pas obligatoirement par la violence, Mais ?
            Mais se contenter d’accepter et se soumettre n’est pas salvateur.’’

            Effectivement, mais comme vous dites, la société actuelle est très éloignée de celle d’hier, ou d’avant hier. Et pour tout dire, je doute qu’en écrivant des web-articles et des commentaires ici ou là, nous puissions faire évoluer les mentalités. 

            En l’état actuel des choses, les dominants ne lâcheront pas leur os si facilement. Il suffit de voir l’effet de la menace de radiation de tel ou tel mandat, les ’rebelles’, les ’frondeurs’, pour conserver leur avantage redeviennent soudain toutous tout gentils, et votent le contraire de leur conviction.

            Je reste toutefois persuadé qu’avec une prise de conscience non de nous, les papys, encore que je ne le sois pas encore, mais de jeunes possédant encore caractère et lucidité, le monde ne se résume pas à un futur Orwellien.

            Bien que sans rapport direct, j’aime cette phrase :

            ’Donne un cheval à celui qui dit la vérité ; il en aura besoin pour s’enfuir ! ’’

            Proverbe Afghan


             

          • moderatus moderatus 14 octobre 18:59

            @Piere CHALORY

            L’alcool est une drogue dure, mais bénéfique à petites doses. je suis un amateur de bons vins, et je me méfie un peu des buveurs d’eau.

            Bien sur nous n’allons pas, ou tout du moins, je ne vais pas reprendre des combats anciens, mais même si contrairement à d’autres cultures les vieux ne sont plus considérés chez nous comme des sages ,mais comme des vieux cons, je pense que la répétition de nos messages poussera certains esprits à mieux appréhender les dérives de cette société.

            le monde Orwellien nous ni sommes pas , mais il peut commencer à s’infiltrer par le biais d’un terrorisme intellectuel insidieux.

            Salutations


          • Lord WTF ! Lord WTF ! 13 octobre 19:59

            hmm...rien de nouveau, cela existe depuis pas mal de temps...offrir des seringues stériles semble être une mesure prophylactique judicieuse, encore plus si des professionnels (assistants sociaux, médecins, psychologues, etc...) peuvent aider à se libérer de l’addiction ou à en déterminer les causes...quant aux drogues dures, comme mentionné précédemment, les bistrots ne sont pas nés hier, et font même partie intégrante de la « culture française »...


            • moderatus moderatus 14 octobre 11:51

              @Lord WTF !

              Bonjour,

              D’accord pour les salles de shoot , mais si elles fournissent la drogue comme aux Pays Bas


              <<De manière générale, la qualité de vie des consommateurs a été améliorée depuis 40 ans. La couverture santé universelle prend en charge le traitement de l’addiction. La prescription médicale est étroitement surveillée, a fortiori quand les médecins soupçonnent leurs patients d’en abuser. Les héroïnomanes ont accès à des doses gratuites dans des salles de shoot. Floor Van Bakkum, chef d’un centre pour personnes dépendantes à la drogue – subventionné par la sécurité sociale – raconte à VICE que son service a réussi à endiguer la progression de l’héroïnomanie, et que ses patients ont été tirés hors de la criminalité.>>



            • Trelawney Trelawney 13 octobre 20:32

              Les salles de shoot sont faite pour tenter d’organiser d’un point de vue sanitaire une situation sociale qu’on ne peut plus maitriser.

              Le trafic illicite de drogue, d’armes, de prostitution représente 20% du PIB mondiale. C’est argent rentre obligatoirement dans le circuit légal (on appelle cela blanchiment.

              Par exemple lorsque l’on voit des bâtiments se construire à Cali, Medeline, Marakesh etc, c’est grâce à l’argent de la drogue et si c’est une entreprise française qui le construit et que vous travaillez dans cette entreprise et bien une partie de votre salaire provient du trafic de drogue. Il n’existe pas un monde légal et un monde parallèle. Nous vivons tous sur la même planète.

              Aussi on peut mettre le paquet pour supprimer tous les trafic, mais dans ce cas il faut accepter de perdre 20% de pouvoir d’achat.

              Mr Moderatus si vous voulez jouer les tartuffes, en voulant pas voir ce sein, c’est votre droit. Si vous considérez que limiter un petit peu le désastre sanitaire qu’occasionne le trafic de drogue en ouvrant cette salle est contraire au bonne meurs, prenez 20% de vos revenus et donnez les aux bonnes œuvres et vous serez crédible


              • moderatus moderatus 13 octobre 22:02

                @Trelawney

                Ce qui me choque, c’est votre fatalisme, votre acceptation, on ne peut rien maitriser.
                Les tartuffes sont ceux qui vous racontent que leurs emplâtres sur des jambes de bois sont efficaces, et je suis étonné que vous marchiez dans la combine.
                je vous envoie une série de questionnements que j’ai envoyé à un autre commentateur,j’aimerai avoir votre opinion sur certaines de ces questions

                -pourquoi cette jeunesse se suicide en s’adonnant à des drogues dures ?
                -la société actuelle leur offre t- elle des opportunités, un rêve, des projets, un idéal , une utopie ?
                -le rôle de des parents des éducateurs, des responsables n’est-il pas de prévenir et d’essayer de guérir cette désespérance ?
                - le rôle des politiques est-il de permettre aux gens de se droguer plus commodément ?
                -leur incapacité à solutionner ou améliorer un problème n’est-il pas une faillite de leur politique
                -rendre licite ce qui est illicite est-il parce qu’on est incapable d’appliquer les lois est -il une forme moderne de gouvernance ?
                -laisser ce développer dans certaines cités cette économie souterraine de la drogue, et donc son expansion de consommation n’est -il pas une façon d’éviter une explosion de ces quartiers ?
                -y a-t-il derrière cette démission un autre projet ?
                -il y a des tas d’études sur la drogue comme système de contrôle social, faut il les ignorer ?

                voila toutes les questions et plein d’autres qu’il faudrait se poser
                il y a des tas d’autres pistes à explorer au lieu d’accepter des situations qui sont des désastres humains et sociaux.


              • Rincevent Rincevent 13 octobre 23:28

                @moderatus

                Mais bien sûr qu’on se les pose, ces questions, vous n’avez pas le monopole de la clairvoyance. Mais, charger ces salles de tous les défauts de notre société ne fait pas avancer les problèmes d’un centimètre. Si vous étiez sur le terrain, vous sauriez qu’il y a bien d’autres sortes de prise en charge des toxicomanes.

                Croyez-vous que ceux qui se coltinent le problème tous les jours (professionnels, associatifs) renoncent à quoi que ce soit ? (à part leur confort). Mais eux, au lieu d’attendre le matin du grand soir en s’en tenant à des jugements de valeur, agissent.


              • moderatus moderatus 14 octobre 00:13

                @Rincevent

                Bonsoir Rincevent,

                Il n’est nullement question pour moi d’émettre la moindre critique envers ceux qui essayent de venir en aide aux victimes de la drogue, et les prises en charge une fois que le mal est là sont nécessaires et indispensables.

                Mais ne me demandez pas de cautionner un système qui n’a rien fait pour éviter l’extrême gravité et multiplicité de ces problèmes, et qui par maints aspects en est responsable.

                si rien n’est fait pour limiter ce fléau à la source, on se contentera d’accompagner beaucoup de ces jeunes vers la mort, c’est cela qui me révolte.

                Je vous fais la même réponse qu’à Samson
                ce qui doit choquer ce qui me choque, ce sont les faits, la réalité

                - une société merdique qui n’offre à notre jeunesse ni espoir , ni rêve, ni idéal ni projet enthousiasment
                - une jeunesse que la désespérance pousse vers la drogue et l’autodestruction
                - ce qui me choque , ce sont des politiques qui laissent sciemment prospérer des zones de non droit ou la drogue pullule, et la consommation s’amplifie, parce qu’ ils craignent que l’arrêt de cet économie souterraine provoque l’explosion de ces ghettos qu’ils ont crées et qu’ils ne contrôlent plus.
                - ce qui me choque c’est qu’on en soit arrivé à accompagner les jeunes vers la mort, en faisant croire, que c’est une bonne solution pour tout le monde.
                - Ce qui me choque c’est que l’on se contente de constater les dégâts, de comprendre le monde dans lequel nous vivons et non d’essayer de le changer.

                j’ai moi même assisté à l’autodestruction de proches à causes de la drogue.
                Soyez certain que je n’ai aucun préjugé ni aucune légèreté dans le spectacle de cette tragédie, juste une immense colère contre ce gâchis.

                Merci pour votre intervention, j’espère avoir été plus clair



              • Trelawney Trelawney 14 octobre 08:33

                @moderatus
                -pourquoi cette jeunesse se suicide en s’adonnant à des drogues dures ?

                le Royaume uni a utilisé cette drogue (opium) pour réduire toute velléité aux chinois. Parce que l’héroïne ou tout dérivé de l’opium est un produit qui au début vous sort de toute angoisse, mais qui très vite vous rend dépendant. L’héroïne ne concerne pas que la jeunesse, mais tout le monde. Parce qu’aussi en France (qui est l’un des principaux producteurs) cette drogue peut se trouver partout.


                -la société actuelle leur offre t- elle des opportunités, un rêve, des projets, un idéal , une utopie ?

                Demandez aussi cela à ceux qui ont choisit l’alcool comme dérivé, car figurez vous que ces deux produits apportent au début les même réconforts


                -le rôle de des parents des éducateurs, des responsables n’est-il pas de prévenir et d’essayer de guérir cette désespérance ?

                Vous pensez sincèrement qu’un parent puisse encore éduquer une personne de 18 ans et plus (On ne prend pas ce genre de drogue quand on a 12 ans ou c’est extrêmement rare. Je suis certain que dans votre entourage vous connaissez des alcooliques. Avez-vous pu prévenir et essayer de guérir cette désespérance ?


                - le rôle des politiques est-il de permettre aux gens de se droguer plus commodément ?

                Lorsque vous avez Sarkozy qui dine avec les principaux fournisseurs de drogues dans les banlieues (Euh ils habitent l’ile de la cité et pas Bobigny). Lorsque vous avez Chirac qui est hébergé au Maroc chez l’un des principaux producteurs. Lorsque vous avez Gaston Deferre qui s’est fait aider par la French connection pour se faire élire maire de Marseille. Lorsque vous avez Pasqua qui a utilisé cette même French connection pour combattre l’OAS. Vous pensez vraiment que nos politiques vont faire quelque chose pour empêcher les gens de se droguer et accessoirement leurs amis de gagner de l’argent ?

                Parole de De gaulle à propos de la drogue : « Je n’ai rein contre le trafic de drogue si les morts sont américains ! »


                -leur incapacité à solutionner ou améliorer un problème n’est-il pas une faillite de leur politique

                Ils se sont servit du trafic de drogue pour arriver là où ils sont


                -rendre licite ce qui est illicite est-il parce qu’on est incapable d’appliquer les lois est -il une forme moderne de gouvernance ?

                La seule raison pour laquelle on ne rend pas licite le cannabis, c’est que le trafic peut encore rapporter quelque chose aux politiques qui nous gouverne


                -laisser ce développer dans certaines cités cette économie souterraine de la drogue, et donc son expansion de consommation n’est -il pas une façon d’éviter une explosion de ces quartiers ?

                Entre 1980 et maintenant, le seul rapport entre les banlieues et nos politiques est le trafic de drogue. On ferme les yeux sur ce trafic, car cela sort certaines personnes de la misère et on achète avec cela la paix sociale. Seulement le trafiquant n’attend pas le politique et prend de l’importance la preuve : on crame des policiers avec une intention délibéré de les tuer. Et franchement on n’a aucun moyen de trouver ces criminels


                -y a-t-il derrière cette démission un autre projet ?

                Je viens de répondre plus haut. Et encore en France on a de la chance, car la drogue est utilisée comme un moyen festif (shitt, cocaïne et dans une certaine mesure héroïne), mais allez faire un tour en Allemagne ou l’Allemand prend de la drogue pour tenir au travail (amphétamines, crystal etc) et vous verrez ce qu’est un désastre sanitaire.


                -il y a des tas d’études sur la drogue comme système de contrôle social, faut il les ignorer ?

                Voir plus haut

                Mais ce n’est que mon opinion et j’aimerai bien être contredit


              • moderatus moderatus 14 octobre 10:39

                @Trelawney

                Bonjour,

                d’abord merci pour votre longue réponse, sur de nombreux points, nous avons la même analyse, sur d’autres nous divergeons, heureusement.
                sur l’utilisation de l’arme de la drogue en Chine ,j’avais lu cet article,il en dit long sur le cynisme de certains dirigeants.

                En ce qui concerne l’alcool ou le tabac je ne suis pas entièrement d’accord avec vous.
                il y a a une répression de plus en plus sévère, les taux d’alcoolémie sont de plus en plus bas, il y a une politique de prévention, et les deux sont dans la plupart des cas une addiction, qu’une sévère dépendance, et la désespérance n’est pas le moteur principal de leur consommation.

                La consommation d’alcool m’inquiète plutôt chez certains les jeunes dont le rituel est de se saouler à mort avant de sortir en boite. j’ai oublié le nom de ce rituel.

                la drogue comme contrôle du système social vous en avez vous même donné un exemple avec le trafic dans les banlieues qu’on laisse se développer pour acheter la paix sociale.

                je vous envoie un des articles que j’ai trouvé sur cette volonté de contrôle social

                Article du HUFFINGTON POST


                L’histoire du mouvement Black Panthers montre que la drogue fût utilisée comme une arme par la cia inondant les quartiers noirs pour briser toute forme de revendication et les dégâts sont encore visible de nos jours, après la mort de Martin Luther King il n’y a jamais plus eu de leader noir dont l’aura était mondiale.


                Salutations


              • Trelawney Trelawney 14 octobre 11:09

                @moderatus
                la drogue fût utilisée comme une arme par la cia inondant les quartiers noirs pour briser toute forme de revendication

                Nixon a tordu le bras des français pour qu’ils se décident à mettre un terme à la French Connection. Car la CIA avait déplacé le trafic de la Turquie et Marseille vers le Laos. Le transport de l’héroïne depuis le Vietnam se faisait dans les cercueils des soldats américains et prospérait depuis Harlem. Dans le même temps on a épuré la police new yorkaise (Serpico) qui avait en charge la diffusion de l’héroïne depuis Marseille. Ce n’est pas un roman c’est la réalité.

                En Colombie la DEA n’avait aucun moyen (il était 2) parce que Reagan s’en fichait de la cocaïne. Il a commencé à s’y intéresser qu’au moment ou les sandinistes participaient au trafic. Il a fait débloquer tous les fonds de la DEA pour les transférer vers les contras, ne sachant pas que ces contras participaient eux aussi au trafic de cocaïne (Medeline les sandinistes et Cali les contras). lorsque les USA on voulu endiguer le trafic, il était trop tard car les narcotrafiquants étaient devenus plus riches et plus puissants qu’un état 

                Lorsque le voit ce que représente la drogue chez les jeunes américains ca vous donne une idée de la désinvolture voir pire d’un politique vis à vis de ce fléau


              • moderatus moderatus 14 octobre 11:24

                @Trelawney

                merci pour toutes ces informations que je n’avais pas.
                L’arme de la drogue a été souvent utilisée, et la volonté de l’éradiquer jamais présente.


              • mmbbb 14 octobre 13:03

                @Trelawney j ai un collegue de travail qui a ete fauche par une voiture, le chauffeur etait bourre au cannabis Il appréciera la légèrete de votre propos. Un mort une information, mille mort une statistique comme l’affirmait ce bon vieux Staline qui a avait un tres grand respect de la vie comme les dealers .


              • Samson Samson 13 octobre 22:47

                Titre et article profondément choquants ! smiley


                Les salles de shoot ne ciblent que les junkies chroniques, ceux qui sont trop faibles ou depuis bien trop longtemps accros pour encore trouver l’énergie de vouloir se désintoxiquer, et offrent une réponse sanitaire adéquate à la gestion de ce problème de santé publique majeur qui se pose en Europe occidentale depuis plus de 40 ans !

                Ces salles reviendront toujjours moins cher que soigner à grand frais les séquelles de crasses injectées sans asepsie, soit embolies, septicémies, hépatites C, D, E, ...,SIDA, ... Et, dans la quête aussi désespérée qu’infernale d’une dose à tout prix, elles réduisent « accessoirement » l’indigne nécessité d’agresser des victimes sélectionnées pour leur moindre résistance, soit les plus faibles, ... ou encore celle de les « accrocher », ...

                Si on peut bien espérer de la personne le sursaut rationnel ou moral qui l’amènera à rejeter son addiction - à moins d’attendre tout simplement qu’elle crève ! -, est-il bien nécessaire dans l’intervalle d’encore ajouter de la souffrance à la souffrance et du malheur au malheur ???

                L’héroïne est un fléau et - ayant en début de carrière bossé un temps dans une unité d’hébergement spécialisée dans l’accompagnement des désintoxications héroïnomanes - je sais de quoi je parle, ce qui me paraît nettement moins évident en ce qui vous concerne !

                Mais s’il vous advenait l’envie de sortir de vos faciles préjugés pour chercher un peu à mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons, je ne peux - même si certaines douleurs restent indicibles - que vous conseiller l’oeuvre d’Antonin Artaud, ou encore l’« Opium » de Jean Cocteau, ... 

                En vous présentant mes respectueuses salutations !

                • Samson Samson 13 octobre 23:51

                  @Samson
                  « Un arbre doit souffrir de la sève et ne pas sentir la chute des feuilles. »

                  in « Opium » de Jean Cocteau

                • moderatus moderatus 13 octobre 23:43

                  Bonsoir Samson

                  un Titre et un commentaire ne doivent pas vous choquer,

                  ce qui doit choquer ce qui me choque, ce sont les faits, la réalité

                  - une société merdique qui n’offre à notre jeunesse ni espoir , ni rêve, ni idéal ni projet enthousiasment
                  - une jeunesse que la désespérance pousse vers la drogue et l’autodestruction
                  - ce qui me choque , ce sont des politiques qui laissent sciemment prospérer des zones de non droit ou la drogue pullule, et la consommation s’amplifie, parce qu’ ils craignent que l’arrêt de cet économie souterraine provoque l’explosion de ces ghettos qu’ils ont crées et qu’ils ne contrôlent plus.
                  - ce qui me choque c’est qu’on en soit arrivé à accompagner les jeunes vers la mort, en faisant croire, que c’est une bonne solution pour tout le monde.
                  - Ce qui me choque c’est que l’on se contente de constater les dégâts, de comprendre le monde dans lequel nous vivons et non d’essayer de le changer.

                  je comprends votre sensibilité à ce problème vu votre parcours , et j’ai moi même assisté à l’autodestruction de proches à causes de la drogue.
                  Soyez certain que je n’ai aucun préjugé ni aucune légèreté dans le spectacle de cette tragédie, juste une immense colère contre ce gâchis.

                  Je vous remercie pour votre intervention,

                  sincères salutations


                  • Fergus Fergus 14 octobre 09:53

                    @ moderatus

                    Votre combat ressemble à celui du type qui constaterait les dégâts causés par les délinquants de la route mais refuserait l’ouverture d’auto-écoles !

                    Si vous avez raison de vous émouvoir de la déchéance née de la consommation de drogue - j’ai moi aussi connu des cas de drogués durs et je partage cette répulsion pour la drogue -, les conclusions que vous en tirez relativement aux salles de shoot me semblent tout à fait erronées.


                  • Julien30 Julien30 14 octobre 10:31

                    @Fergus
                    « mais refuserait l’ouverture d’auto-écoles ! »

                    Vous comparez une institution apprenant à conduire avec une autre facilitant la prise de drogue dure ? Vous ne voyez pas de différence fondamentale ? Dans un cas on essaye de régler le problème dans l’autre on l’encourage, c’est quand même assez évident non ?

                  • Fergus Fergus 14 octobre 10:46

                    Bonjour, Julien30

                    Faux : on n’encourage pas la prise de drogue dans les salles de shoot ! Les drogués se drogueraient de toute manière, la différence étant qu’ils le font là dans un environnement sanitaire et pas dans de manière furtive dans des lieux glauques et inadaptés à une surveillance médicale.


                  • moderatus moderatus 14 octobre 10:54

                    @Fergus

                    Je vais vous répondre sur les salles de shoot. J’ai choisi cette cible de façon un peu provocatrice pour ouvrir une discussion globale sur la drogue, son expansion, les raisons qui poussent une jeunesse à la consommation.

                    mais j’ai un reproche à faire à son fonctionnement

                    il serait plus opérationnel
                    - si en amont on essayait de réduire la consommation car l’augmentation de la consommation des drogues va conduire à des ouvertures des centre dans tout le pays

                    -et si comme aux pays bas on fournissait la drogue.

                     car la déchéance n’est pas uniquement dans la consommation de drogue, mais dans la façon de se la procurer, prostitution, vol, violence, trafic ?
                    Il faut venir avec votre produit, personne ne s’inquiète de savoir comment vous vous l’êtes procuré.

                    comment peut -on mieux soigner les droguée en les retirant de la criminalité.

                    article

                    AUX PAYS BAS

                    <De manière générale, la qualité de vie des consommateurs a été améliorée depuis 40 ans. La couverture santé universelle prend en charge le traitement de l’addiction. La prescription médicale est étroitement surveillée, a fortiori quand les médecins soupçonnent leurs patients d’en abuser. Les héroïnomanes ont accès à des doses gratuites dans des salles de shoot. Floor Van Bakkum, chef d’un centre pour personnes dépendantes à la drogue – subventionné par la sécurité sociale – raconte à VICE que son service a réussi à endiguer la progression de l’héroïnomanie, et que ses patients ont été tirés hors de la criminalité.>


                  • Julien30 Julien30 14 octobre 11:00

                    @Fergus
                    L’état par les salles de shoot autorise la prise de drogue sous sa supervision, cela revient a de l’encouragement, plutôt que de lutter on envoie un signal de démission « joins-toi à ce que tu ne peux empêcher », l’état s’engage ici dans la facilitation et l’encadrement d’une activité illégale, un point c’est tout, que je sache ce n’est pas son rôle, c’est même l’opposé. Prochaine étape, je propose les salles d’assassinat et les salles de viol.


                  • mmbbb 14 octobre 13:27

                    @moderatus ce sujet est complexe d’autant plus qu il y a des consommations multi usage Alcool + joint . L offre est devenu plurielle : baisse du prix de la cocaine, les amphetamines qui peuvent etre commandees par la poste etc etc Quant au H , c est la teneur en THC qui pose probleme desormais ( plan selectionné au Maroc ) Quoi qu il en soit cette societe se delite c’est une banale evidence . Mais ne tirons pas a boulet rouge sur les drogues puisqu en France nous consommons des anxiolytiques et anti depresseurs 11 millions de consommateurs Peu d’etudes ont ete faites sur les effets secondaires de ces molecules Mais ils faut eviter d’en prendre, ce sont des camisoles chimiques Il y a en effet les drogues officielles et les autres Lire les propos Dr Lowenstein. Societe occidentale de shootes


                  • wasam (---.---.48.194) 14 octobre 14:55

                    @Julien30
                    Toujours aussi intéressant le Juju....


                  • moderatus moderatus 14 octobre 15:21

                    @mmbbb

                    Bonjour,

                    toutes ces drogues sont la conséquence d’un mal être.

                    la première interrogation c’est de voir pourquoi ce mal être et pourquoi sa progression. pourquoi cette ruée vers les anxiolytiques ?

                    pourquoi avons nous besoin de cellules psychologiques dès qu’un évènement tragique se produit, pourquoi notre capacité à réagir et à surmonter est défaillante.Pourquoi ce suicide par les drogues.

                    Il y a un dysfonctionnement dans nos sociétés, comment pouvons nous essayer de le corriger.
                    voilà les questions qui me taraudent et auxquelles il nous faut essayer de répondre.


                  • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 08:58

                    hier soir il y avait les 7 shootés de droite a la télé .......


                    • Trelawney Trelawney 14 octobre 10:25

                      @zygzornifle
                      par contre les nombreux cas d’overdoses se trouvaient de l’autre côté de l’écran


                    • zygzornifle zygzornifle 14 octobre 09:02

                      les puissants rêvent de la libération du capitalisme a outrance et de la surmondialisation les pauvres rêvent de la libération du cannabis, a chacun son shoot ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès