Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le bonheur existe-t-il vraiment ou bien est-ce une utopie ?

Le bonheur existe-t-il vraiment ou bien est-ce une utopie ?

Il y a quelques jours, une annonce dans la presse et à la télé nous a appris que :

"L'Assemblée générale de l'ONU a proclamé jeudi que le 20 mars serait la Journée internationale du Bonheur. Dans une résolution adoptée par consensus, l'Assemblée souligne que "la recherche du bonheur est un des objectifs fondamentaux de l'être humain"

C’est très ‘’généreux’’ de la part de l’ONU de vouloir que tout le monde soit heureux, mais il faudrait d’abord que les hommes soient généreux entre eux, et que les plus nantis apportent un peu d’humanité à ceux qui le sont moins. Le bonheur ne tient pas qu’à ce qu’on possède, mais c’est sûr qu’un peuple qui meurt de faim ne peut pas être heureux ! 

Depuis la création de mon blog j’ai, la plupart du temps, fait part de mon regard et de mon ressenti face aux évènements de la vie, par des traits d’humour ou de critiques plus ou moins acerbes, qui n’appartenaient qu’à moi. Aujourd’hui je voudrais vous donner mon avis sur le bonheur. 

Le 6 mai de cette année, au soir des élections présidentielles, une question m'était venue à l'esprit : allons-nous être plus heureux maintenant ? La majorité des Français a élu un nouveau président, de gauche (la place du cœur), et j’ai décidé que pour moi, ce ne serait pas cet évènement qui me rendrait plus ou moins heureuse qu’avant. 

Tout d’abord qu’est-ce que le bonheur ? D’après la définition du Petit Larousse :

"Le bonheur est un état durable de plénitude et de satisfaction, état agréable et équilibré de l'esprit et du corps, d'où la souffrance, le stress, l'inquiétude et le trouble sont absents."

Je ne suis pas entièrement d’accord car le bonheur ne peut pas être permanent. Comme l’a dit Stendhal, " je ne veux désormais collectionner que les moments de bonheur " 

Notre monde actuel, qui n’a pas que des défauts, veut nous faire croire que le bonheur se mesure à ce que l’on possède, faisant de nous des êtres matérialistes, prompts à se soumettre à toutes sortes de sollicitations de la part de la société de consommation. La publicité nous fait passer pour des débiles ou des naïfs. Pour exemple cette page récente pour un site qui vend des chaussures, où l’on a montré des gens en train de se mettre à crier de façon hystérique en découvrant la paire de chaussures de leurs rêves, est-ce cela le bonheur ? Le concept a été repris depuis par les ados quand ils vont à un concert, et dans d’autres pubs malheureusement. Et tout le monde trouve ça drôle ! 

Mais il y a plus grave, la société pollue la jeunesse, on n’y parle que d’argent, de ce qu'il faut posséder pour être "à la mode". Les jeunes sont persuadés que leur bonheur est d’avoir le tout dernier sorti des "phones", avec lequel ils peuvent chatter et twitter à longueur de journée, même la nuit, oubliant souvent de travailler à l’école. Et si leurs parents ne peuvent pas les combler par ces cadeaux empoisonnés, ils en viennent à la délinquance, pour se procurer à tout prix l’objet de leur désir, pour atteindre le bonheur. 

Même chose pour les tenues vestimentaires, on ne fait plus la différence entre l’être et le paraître. Ça concerne toutes les générations, et en majorité les femmes. Serions-nous plus influençables ? On voit partout dans les médias des images de femmes "parfaites", "sublimes", sans défaut, habillées et maquillées comme les vedettes. Ce n’est pas seulement pour séduire les hommes mais pour les convaincre que leur bonheur passe par l’image qu’elles donneront d’elles. Alors les femmes "lambda" vont se martyriser afin de leur ressembler, se ruiner pour s’acheter telles ou telles fringues, elles vont se croire heureuses. 

Ma question suivante est : comment peut-on être heureux dans une société où des adolescents commettent des crimes ? Sont-ils des monstres ou des gosses perdus, qui ont seulement copié sur ce que font les grands, qui ne donnent pas le bon exemple ? Des drames ont récemment bouleversé nos esprits, et ce n’est pas la faute uniquement aux "réseaux sociaux". Il y a aussi un manque d’attention de la part de leurs parents, les adultes étant trop préoccupés par "leur bonheur" pour voir le malaise de leurs enfants. 

Alors quelle est ma recette pour être heureuse ? Eh bien j’ai mes petits arrangements avec le bonheur, je l’ai apprivoisé et je ne suis pas comme beaucoup qui attendent que leur bonheur vienne des autres.

Tout d’abord je veux être moi et personne d’autre. Je ne veux pas ressembler à quelqu'un, je cultive ma liberté de pensée et de m’exprimer.

J’aime voir dans le regard d’une personne que j’aime cette lueur à nulle autre pareille, que je suis la seule à comprendre et qui veut dire "je suis heureux que tu sois heureuse". Je suis toujours prête à aider les personnes que j’aime, ma famille, mes proches, je ne suis pas une égoïste qui se contente de prendre. 

Bien sûr, malgré mon âge certain, j’ai un ordinateur et un téléphone portable, j’ai même une page sur Facebook, où je n’ai pas besoin d’une ribambelle de soi-disant "amis", qui viennent raconter leur vie à des gens qui ne les connaissent même pas, souvent qui écrivent dans un langage bizarre et qui montrent des photos ridicules dont on n’a rien à faire.

Je suis heureuse lorsque je vais me promener dans la nature, en regardant un coucher de soleil sur la mer, en écoutant des oiseaux qui chantent. J’aime la littérature, la philosophie, la musique, mais pas n'importe laquelle, la bonne, les voix des ténors et des divas qui chantent l’opéra, qui me donnent des frissons quand je les entends.

Alors, le bonheur, oui il existe, quelque part en nous, il n’y a pas de recette, on doit se le fabriquer soi-même, avec ce que l’on a et surtout ce que l’on est. 

Et j’applique la citation de Stendhal, je ne collectionne que les moments de bonheur.

 
 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • cathy30 cathy30 9 juillet 2012 16:02

    bonjour untelle
    c’est aussi qu’une seule journée de bonheur, il n’y a pas de quoi fouetter un chat. Le plus ennuyeux, c’est le chef d’orchestre pour décider de la journée, ça sent le commerce à plein nez.


      • Antoine Diederick 9 juillet 2012 23:47

        Bonsoir,

        "L’Assemblée générale de l’ONU a proclamé jeudi que le 20 mars serait la Journée internationale du Bonheur. Dans une résolution adoptée par consensus, l’Assemblée souligne que "la recherche du bonheur est un des objectifs fondamentaux de l’être humain"

        Plus orwellien que cela je n’en vois pas.... smiley

        De l’obligation du bonheur ?


        • L'enfoiré L’enfoiré 10 juillet 2012 08:16

          Salut Antoine,
           Le bonheur cela ne se décrète pas. Cela se construit dans la tête.


        • Leo Le Sage 10 juillet 2012 04:46

          Le Bonheur çà n’existe pas.
          Ce qui existe ce sont des instants de bonheur...


          • Rétif 15 juillet 2012 13:45

            Un morceau de beurre,c’est du beurre,hein !


          • slipenfer 10 juillet 2012 10:43

            Hier n’est qu’un rêve, demain n’est qu’une vision. - Mais un aujourd’hui bien vécu fait de chaque hier un rêve de bonheur, et de chaque demain un rêve d’espoir. - Par conséquent, envisagez bien ce jour.


            • Daniel Roux Daniel Roux 10 juillet 2012 12:22

              Définir le bonheur n’est pas simple. Il ne doit pas être confondu avec le plaisir.

              Est ce l’inverse du malheur, plus facile à appréhender ? Pas si simple. Sans être malheureux, on n’est pas pour autant automatiquement heureux.

              Etre heureux est d’abord un état d’esprit proche de l’euphorie en plus profond et sans artifice.

              Certains prétendre que l’absence de désir est nécessaire au bonheur. Cela ne veut pas dire, comme veut le faire croire la publicité et les hommes politiques, qu’ils faillent satisfaire tous ses désirs pour être heureux. Il s’agirait plutôt de renoncer aux choses, à l’ambition, aux conquêtes, à la possession.

              L’absence de désir peut rendre le bonheur plus durable mais cela suffit-il ? Il faut un ingrédient de plus. L’optimisme ? La beauté à contempler ? L’amour partagé ? L’harmonie ?

              Peut-être que le bonheur se mérite à moins qu’il dépende, comme beaucoup de choses, du caractère ou de la manière de respirer ?

              Pouvez vous décrire votre dernier moment de bonheur ?

               


              • L'enfoiré L’enfoiré 10 juillet 2012 13:41

                C’est une seule affaire de dopamine. Point.


              • bouteyalo 10 juillet 2012 15:16

                Je bonheure.

                Je remarque que le bonheur, tout comme la beauté, peut- être en fait chose fréquente. Pas un jour ne s’écoule sans que nous ne puissions appréhender ne serait ce qu’un instant un état serein, une seconde de bonne fortune, une minute de plénitude.

                L’accumulation de tous les courts moments agréables se remarque-t-elle ?

                Il en est du bonheur comme de la diversité des êtres. Chez ceux qui se laissent détourner par les préoccupations de toutes sortes, ces moments passent inaperçus.

                Pour être heureux et faire pleinement partie du monde, faut-il laisser son esprit vagabonder dans l’immensité du rien ?
                Cette oisiveté, cet état « détaché » des affaires, des contraintes, des problèmes, auxquels tout homme sage voue un véritable culte, n’est pas de la paresse, c’est simplement comme on le dit dans les dialogues de Platon "être de loisir", 

                oui, savoir se dire “aujourd’hui, je suis « de loisir » , je suis en récréation.

                J’imagine  : "Que fais tu aujourd’hui ? “ Aujourd’hui, je loisire, je récréationne,...je m’abandonne au parfum de la rose....

                Cependant il faut faire attention aux subtiles et fréquentes confusions : plaisir, bonheur, jouissance, amour...pas de confusion entre plaisir et bonheur...pas de relation entre plaisir et bonheur.... Le plaisir d’avoir une famille, le plaisir d’être admiré, le plaisir d’être riche, le plaisir d’être en bonne santé, le plaisir d’être en couple, celui de bien manger, d’avoir un travail, de prendre un bain dans la mer, de vivre, de voyager ...Tous ces plaisirs peuvent être très agréables, mais ils ne font pas et ils ne sont pas le bonheur. On peut être à la fois heureux et malade, pauvre et heureux, laid et heureux.....
                Le plaisir et le bonheur sont des sensations de nature différente.

                Et l’amour n’est pas toujours bonheur.
                Mais le bonheur attire toujours l’amour

                Et puis imaginez, si le mot bonheur était un verbe...

                je bonheure, tu bonheures, il ou elle bonheure...
                on serait acteur de bonheur, actif, en mouvement, créateur,

                le bonheur, on ne l’attendrait pas  !

                .... Que je bonheurasse !!! Non..non :

                le bonheur ne se conjugue qu’au présent.

                b..

                "Le bonheur exige du loisir : est-il encore accordé au rythme de nos vies ?

                Pour être heureux, il faut d’abord être  : c’est-à-dire prendre conscience de son existence, approfondir les instants. On nous oblige à aller vite : le bonheur n’a pas le temps de pénétrer ; il reste à la surface, il n’imprègne pas ; il a besoin de zones de stagnation pour se condenser doucement.

                Sachez vous s’asseoir sur le pas de sa porte et savourer sans hâte...

                regarder le hérisson, le soir, dénicher un ver luisant,

                être pieds nus sur l’herbe

                Le bonheur n’est pas dans les choses : il arrive au contraire qu’il y étouffe.


              • BlackMatter 10 juillet 2012 14:04

                Quand on reprend le Larousse, en fait le bonheur, c’est l’absence de malheur.

                Et pour la nature, les seuls malheurs qui comptent c’est ne pas pouvoir manger, boire et élever ses enfants jusqu’à terme. D’ailleurs dans la nature la sanction est généralement sans appel : c’est la fin de la lignée.

                • Morpheus Morpheus 10 juillet 2012 14:53

                  Le bonheur, c’est quand les emmerdes prennent leurs vacances.


                  • Rétif 15 juillet 2012 14:05

                    C’est vrai,ça fait du bien quand ça s’arrête !


                  • Rétif 15 juillet 2012 13:46

                    Encore une idée neuve en Europe ?


                    • Rétif 15 juillet 2012 13:51

                      Alors, le bonheur, oui il existe, quelque part en nous, il n’y a pas de recette, on doit se le fabriquer soi-même, avec ce que l’on a et surtout ce que l’on est.

                      Ce qui s’apelle faire son beurre ?


                      • Rétif 15 juillet 2012 13:59

                        Faut pas être trop exigeant !

                        Y a de bons moments et de foutus quarts d’heure !

                        Les uns aident à passer les autres.

                        Suffit de tenir le coup ! Et merde à la tristesse !

                        Vieille chanson

                        Le bonheur et le malheur/Se succèdent tour à tour

                        Des jous trop lourds/Suivent toujours

                        Les doux instants/Pourtant si courts


                        • Rétif 15 juillet 2012 14:02

                          Faire son beurre

                          Ou alors,demander à Marguerite :

                          Si tu veux

                          Faire mon bonheur

                          Marguerite, Marguerite !

                          Si tu veux/Faire mon bonheur

                          Marguerite,donne moi ton coeur !


                          • Rétif 15 juillet 2012 14:19

                            Très joli et sympathique article.

                            Ceci dit,la déclaration de l’ONU n’a rien d’original,c’est déjà dans la Déclaration des droits américaine.

                            Mais enfin,il ne suffit pas de chercher le bonheur.Quand on ne cherche pas mes emmerdes,c’est déjà pas mal.

                            On peut lui opposer ce dicton très ancien,et même antique :

                            Les chercheurs d’or remuent beaucoup de terre en creusant,et trouvent peu.

                            Est-ce que ça se cherche,le bonheur ? ou est-ce que ça se trouve ?

                            et celui-là : Quand on n’ a pas ce qu’on aime,faut aimer ce qu’on a.


                            • Soi même Soi même 16 juillet 2012 01:58

                              Ce ne serait pas plus tôt, L’Assemblée générale de l’ONU a proclamé jeudi que le 20 mars serait la Journée internationale des Pulsions Égoïste ?

                              Car qui peut prétendre avoir atteins le bonheur d’une manière durable ?

                              En tous cas cela ne va pas manquer de faire des heurs cette affaire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès