Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le bûcher des vaniteux 2, d’Eric Zemmour

Le bûcher des vaniteux 2, d’Eric Zemmour

Pour la deuxième année consécutive, Eric Zemmour recueille sur papier ses chroniques radiophoniques. C’est l’année 2012 qui défile dans son Bûcher des vanités 2 : quelque 160 brefs chapitres, pour un chamboule-tout politique de 340 pages. L’auteur y démasque la comédie hexagonale, européenne et internationale, depuis la campagne des présidentielles jusqu’au premier Noël de la gouvernance Hollande. Ca fuse et ça chauffe. Sur le « bûcher » du polémiste brûlent non seulement les « vanités », mais aussi les mensonges, calculs, aveuglements ou candeurs d’une classe politique qui conduit la France au désastre.

On ne s’étonnera pas que la gauche ait la part belle dans la distribution des claques, et dès la page d’introduction : « Ils ont gagné. Ils sont le bien, le juste, le bon. La victoire du peuple sur la bourgeoisie, même s’ils sont les nouveaux bourgeois que le peuple a abandonnés depuis longtemps. Ils ont gagné et la réalité n’a qu’à bien se tenir. »

Au premier rang, François Hollande. Ce parfait mime de Mitterrand comme candidat tonne chez nous contre l’argent roi, mais court à Londres rassurer la Finance, s’inscrivant sans le dire dans la continuité de Delors et de Béregovoy. Surtout il n’oublie pas de privilégier « le sociétal » : c’est de la gauche qui ne coûte pas cher et « flatte l’ego des minorités médiatisées ». Puis voici le président élu des premières mesures, « Hollande light », « Flanby sans sucre », qui réussit « le prodige de faire le tournant de 1983 sans avoir fait la rupture de Mai 81 ».

Autour de lui gravitent des figures d’impuissance, de dogme ou de rouerie. Montebourg : « Quémander. Vitupérer. Echouer. Une humiliation permanente. » Valls : on l’attendait « dur avec le crime et les causes du crime. En quelques phrases et quelques postures Taubira et Duflot sonnent le retour de la gauche pétard et de la gauche angélique. » Les Verts, sermoneurs et arrivistes, sous la houlette du « madré et retors » Placé, réussissent l’alchimie de transformer les 2% d’Eva Joly à la présidentielle en groupe parlementaire autonome aux législatives : « Même bio, la soupe est la soupe », « François Hollande peut dormir tranquille, les Verts digèrent leur plat de lentilles. »

A la marge frondeuse, Mélenchon tente « par le verbe de ressusciter la dignité et la fureur d’un peuple révolutionnaire, alors qu’on n’est même plus sûr qu’il y ait un peuple français ». Il promet « d’étrangler les banquiers » mais « il ne touche pas un cheveu de leur cher euro » et dégringole dans l’opinion dès qu’il évoque « ses frères du Magherb » : « L’électorat populaire lui a signifié qu’on ne pouvait pas à la fois tenir un discours ouvriériste et un discours antiraciste ».

Voilà tout ce beau monde habillé pour l’hiver ! Mais la droite n’est guère plus épargnée, et au premier rang Nicolas Sarkozy, droitisant à contretemps sa campagne : « Il lance contre la gauche la bataille culturelle qu’il n’a jamais menée pendant cinq ans ». Et Zemmour de rappeler cursivement un quinquennat « de renoncements, d’incohérences, voire de trahisons ». Selon l’auteur, les deux péchés originels du quinquennat Sarkozy, autrement plus graves que les plouqueries du Fouquet’s et du yatch Bolloré, ce sont l’ouverture de son gouvernement aux ministres de gauche, fruit incongru de la griserie de soi-même, et le traité de Lisbonne, tour de passe-passe pour faire ratifier par le parlement une nouvelle soumission à l’Europe que le peuple avait refusée par référendum. Sarkozy matant les cités tordues ? Sarkozy sauvant les usines vendues ? Sarkozy bravant l’Angela têtue ? Des mots. Un faux dur, « le fils politique qu’aurait eu Chirac et Balladur, un roi du compromis et de la demi-mesure ». Et de rappeler que « l’UMP fut fondée sur le déplacement idéologique de la droite vers le centre », « une UDF dirigée par des RPR », mais par des RPR oublieux du gaullisme pour sacrifier au culte européiste et à la liturgie du vivre-ensemble. Parfaite jeune pousse de ce terreau, NKM, « bonne petite élève du politiquement correct ».

Au centre canal historique, Bayrou passe maître en autodestruction : « Le politique le trouve fou, l’esthète le trouve noble ». Lui au moins a du panache, « mais il arrive que le panache soit mortel ». Marine, elle, à la droite de Jeanne, se porte assez bien, « bourgeois gentilhomme de l’économie » se posant en « grande républicaine à l’ancienne », ardente à dédiaboliser le parti de papa en faisant du Chevènement.

Selon Eric Zemmour, l’alternance est un jeu de rôles et de dupes. Hollande et Sarkozy appliquent « les mêmes solutions libérales et libre-échangistes consciencieusement mises en œuvre depuis vingt ans par Bruxelles », et l’UMP comme le PS se sont inclinés. Triste illusion des pleins pouvoirs d’une gauche détenant désormais tous les leviers, Elysée, Assemblée, Sénat, régions, mais pour doter le pays d’un président-monarque impuissant dans son royaume, et de ministres réduits à la rodomontade, pauvres « Gulliver enchaînés ». Le toujours-plus-d’Europe nous ôte la maîtrise de notre industrie et de nos flux migratoires, tandis que la politique monétaire se décide à Francfort », consacrant le retour du « vieux rêve pangermanique par la monnaie à la place des armes ». Vanité aussi des grands machins, tous les sommets, G20 et autres congratulations de nantis sur le déclin, qui se flattent de sauver le monde alors que le cours des choses dépend du vouloir de nouveaux géants économiques et démographiques. Vanité encore de nos incantations à la démocratie devant les printemps arabes : l’Islam, « ce communisme avec Dieu », de Lybie en Tunisie, d’Egypte en Syrie pousse les pions d’une formidable géostratégie, pendant que « les idiots utiles, comme disait Lénine, commentent avec subtilité les progrès de l’ Islam modéré. »

Dans ce réquisitoire tout aiguillonné d’ironie, court aussi le fil lyrique de l’amour déçu, de la tendresse inquiète pour le « cher et vieux pays » si mal assuré de son avenir. L’auteur de Mélancolie française passe en revue les crises qui secouent la France sur ses bases. Crise de l’école, que « l’alliance de la droite libérale et de la gauche égalitariste » a transformée en « garderie géante ». Crise de la langue (« une langue c’est politique »), à laquelle s’attaquent même les féministes furieuses que le masculin l’emporte, alors que la langue française est « une œuvre d’art à toucher les mains tremblantes de respect ». Crise du travail, dès lors que le salarié n’est plus qu’un coût, et le meilleur patron le meilleur « tueur de coût » dans un marché sans frontières : « En mettant en concurrence les salariés du monde entier, le capitalisme a gagné haut la main la lutte des classes ». Crise de la famille, entraînant celle du logement, par le divorce de masse, voire la polygamie autorisée « par on ne sait quelle aberrante tolérance ». Crise de la foi fondatrice, et Zemmour de citer Chateaubriand : « Détruisez le christianisme et vous aurez l’islam ». Crise de la fierté nationale, sans cesse poussée à la repentance dans le devoir de mémoire, jusqu’au déni d’appartenance quand s’agitent gaiement à la Bastille, au soir de la victoire de Hollande, les drapeaux étrangers au lieu du tricolore, ou même quand s’étale sur les écrans la morgue de nos footballers riches et las : « Ils portent le maillot de la France mais ils s’en moquent comme de leur dernière Ferrari ».

Un tel abaissement fait bien sûr l’affaire de l’élite cosmopolite et mercantile pour qui les frontières et les peuples sont des vieilleries et des freins. Leur rêve ? « Une France terrain vague, au milieu d’un plus grand terrain vague : l’Europe, petit coin perdu au sein d’une planète qui sert de patrie. »

Je ne sais pas si Eric Zemmour avec ce livre fera hurler la bien-pensance, tout de même un peu sonnée ces temps-ci. Je me demande si le MRAP, la LICRA et autres comités Théodule, nos grands inquisiteurs modernes, saisiront une fois de plus la justice pour récidive dans l’emploi bénin du mot « race ». Je ne sais même pas si notre vaillant chroniqueur, par son verbe de résistance, contribuera encore à susciter comme un sursaut gaullien dans l’âme d’un vieux peuple déboussolé. Parlant récemment à la télévision de ce Bûcher des vaniteux 2, Eric Zemmour s’est dit plutôt désespéré. On aimerait être plus optimiste que lui.

ARION

Relire "Mélancolie Française"


Moyenne des avis sur cet article :  2.84/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • volpa volpa 8 avril 2013 10:10

    Très bel article sur le fond et la forme.

    J’aimerais savoir m’exprimer ainsi.

    Félicitations.


    • Ecométa Ecométa 8 avril 2013 10:21

      Eric Zemmour sait faire « feu » de tout bois et, tout le monde, toutes les institutions en prennent, et à raison, pour leur grade. Il faut dire qu’en ce moment, dans ce monde devenu « culturellement » totalement paranoïaque et schizophrénique, il y a matière à polémiquer. Pour autant la critique est facile, même très facile, par contre l’art, au sens d’artisan, qui consisterait à construire différemment, à apporter des solutions… cet art est bien plus difficile !

      C’est bien de révéler, de dénoncer, ceci en faisant de bons mots, mais le faire sans être en capacité intellectuelle de proposer autre chose relève à mon sens, et le mot est faible, d’une certaine indécence, d’une limite intellectuelle, voire en l’occurrence d’une forme de flagornerie populiste !

      Il faut dire que, construire, ce n’est pas sa tasse de thé ; qu’il serait bien incapable d’en vivre, incapable qu’il est de synthétiser ses critiques afin d’en faire quelque chose de sociétalement constructif… mais il doit estimer que ce n’est pas son rôle !


      • Yohan Yohan 8 avril 2013 10:24

        Profitons encore d’avoir un Zemmour qui a encore le droit de s’exprimer.


        • FritzTheCat FritzTheCat 8 avril 2013 11:47

          Merci pour cet excellent article.

          Zemmour est une pointure qui a une perception aigue de la déliquescence avancée de ce pays voire de sa mise à mort ainsi que des issues probables à court et moyen terme (l’issue la plus certaine étant une guerre civile ethnico-confessionnelle). Perception aigue alliée à un talent évident de polémiste dont le pôv Domenach fait les frais chaque semaine chez « Ca se dispute » sur iTélé.


          • escoe 8 avril 2013 16:59

            > Zemmour est une pointure qui a une perception aigue de la déliquescence avancée de ce pays voire de sa mise à mort


            Vous parlez d’une pointure ! Pour les Zemmour et cie la France est en déclin au moins depuis l’empire romain. Le déclinisme est le fond de sauce de la rhétorique réactionnaire. On est pas obligé de s’y laisser prendre. Pour vous aider, lisez « penser à droite » d’Emmanuel Terray.


          • FritzTheCat FritzTheCat 8 avril 2013 17:17

            Il serait temps de sortir la tête de ton terrier car les 30 glorieuses sont finies c’est de l’histoire ancienne. La France (enfin ce qu’il en reste) est aujourd’hui complètement à la ramasse autant économiquement que socialement avec 5 millions de chomeurs, une intégration européene qui lamine les derniers pans de notre industrie, un modèle social qui tot au tard sera revu à la baisse, des flux migratoires incontrolés... etc.


          • TSS 8 avril 2013 16:56

            Zemmour fait parti du microcosme des vaniteux qu’il critique, sans eux il ne serait rien !!

            Un berger du Cantal peut tout aussi bien faire les mêmes analyses que Zemmour mais ne

             pourra jamais en faire part ou si par hasard il le peut ,il se fera moquer car il ne fait pas parti

             de la fraterie de ceux qui savent... !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès