Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le cabillaud marche sur la tête

Le cabillaud marche sur la tête

Le nombre de cabillauds dans les eaux de la Manche et surtout de la mer du Nord n’a pas été aussi élevé depuis de nombreuses années. Les pêcheurs souffrent actuellement comme les autres du fameux "pouvoir d’achat". Pourtant, en raison des quotas imposés par l’Union européenne, ceux-ci sont obligés de rejeter des cabillauds à la mer et de se priver de certains revenus. Vous avez dit paradoxe ?

Il y a quelques années, le cabillaud était en voie de disparition. Non, j’exagère un peu. Toutefois, le nombre de ses congénères se réduisait considérablement, d’où l’intervention de l’Union européenne qui a réduit les quotas pour les pêcheurs dans la mer du Nord (ou encore dans la mer Baltique pour les pêcheurs polonais).

Des quotas qui ont porté leurs fruits puisque, aux dires du ministre français de la Pêche, Michel Barnier, "le stock de cabillauds se porte beaucoup mieux". Ouf, se disent les pêcheurs. On va pouvoir pêcher un peu plus et ainsi augmenter nos revenus, aujourd’hui fortement plombés par la hausse du carburant. Eh bien, que nenni !

L’Union européenne refuse (pour l’instant) de revoir ledit quota à la hausse. Problème : celui fixé par l’Union européenne pour 2008 — 230 tonnes de cabillauds pour 200 bateaux du nord de la France — a été atteint dans les trois premiers mois de l’année et la pêche de ce poisson a dû s’interrompre.

Ainsi, il y a, d’un côté, dans les eaux de la mer de nombreux cabillauds qui ne demandent qu’à rejoindre les étals des poissonneries et nos assiettes et, de l’autre, des pêcheurs qui ne demandent qu’à faire venir les cabillauds dans nos assiettes, mais qui n’en ont pas le droit...

Le cabillaud, ennemi du pouvoir d’achat ?

Décidément, on tourne en rond. On se souvient encore de ces pêcheurs qui ont gentiment houspillé le président Sarkozy pour que celui-ci les aide à améliorer leurs revenus. Il faut dire qu’un bateau de pêche ne tourne pas à l’huile de colza... Hausse des charges, baisse des revenus... Dure la vie de pêcheur ! Mais, si Sarkozy n’a pas forcément pris de mesure visant à aider les pêcheurs, il ne peut pas grand-chose contre les quotas.

D’ailleurs, le gouvernement français s’est récemment adressé à la Commission européenne et espère encore une "réponse positive" de Bruxelles à sa demande d’augmentation en 2008 du quota pour les pêcheurs de cabillaud dans la mer du Nord, a indiqué le ministère de la Pêche.

"Nous espérons une réponse positive de Bruxelles en juin car nous avons fait la preuve d’une augmentation significative de la population de cabillauds dans la mer du Nord", a ainsi déclaré une porte-parole du ministère de la Pêche.

Les pêcheurs multiplient les actions

Mais, aujourd’hui, la situation semble bloquée... tout comme l’a été le port de Boulogne-sur-Mer à plusieurs reprises ou encore ceux de Calais et Dunkerque cette semaine.

Au mois d’avril, les fileyeurs des ports de Boulogne-sur-Mer, Calais et Dunkerque ont également lancé une opération cabillaud gratuit (près de 600 kilos distribués en une journée) pour dénoncer la réduction des quotas et montrer l’abondance de ce poisson dans leur zone de pêche. Et rebelote la semaine dernière... Si les conséquences sont plutôt appréciables pour le consommateur, ça ne fait pas avancer le schmililili, le schmilblick, pour les pêcheurs.

Un intérêt économique et écologique

Pourtant, un autre élément est à considérer : le cabillaud est surnommé par certains observateurs "le cochon de la mer". La raison : le cabillaud se nourrit de tout ce qu’il lui passe sous le nez. Les plus imposants sont même capables de broyer une coquille saint-jacques en quelques minutes.

Finalement, on peut donc dire que le cabillaud, à très grosse échelle, pourrait être nuisible à la faune marine. Un fait qui pourrait être mis en avant pour faire réagir l’UE. Car si les cabillauds, probablement autant que les carpes, sont muets, c’est de surdité dont font actuellement preuve les instances européennes...


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • LaEr LaEr 14 mai 2008 11:42

    "le stock de cabillaud se porte beaucoup mieux"

    Oui mais bon.... un cancéreux en phase de rémission va mieux, mais je ne pense pas qu’il soit en étât de courrir un marathon....

     

    ""Nous espérons une réponse positive de Bruxelles en juin car nous avons fait la preuve d’une augmentation significative de la population de cabillauds dans la mer du Nord", a ainsi déclaré une porte-parole du ministère de la Pêche." "Michel Barnier, "le stock de cabillaud se porte beaucoup mieux"."

    => Entre les pêcheurs dont on n’a pas besoin de démontrer l’intérêt financier, et un ministre qui, à défaut d’augmenter le pouvoir d’achat des dits-pêcheurs leur sert la soupe, moi j’attends les explications de la partie adverse, ou tout au moins, l’intervention d’un arbitre impartiale... Ce qui n’a pas l’air d’être d’être le cas de l’auteur...

     

     


    • ludchou 14 mai 2008 11:59

      Impartial... Certes, je ne le suis pas forcément dans la mesure où je donne un avis. Toutefois, n’ayant aucune relation avec le monde de la pêche, ce n’est pas par copinage que je donne cet avis.

      Si je poursuis dans ton raisonnement, je pense également que les lobbys écologiques peuvent faire pression auprès de l’UE pour imposer des quotas. Et puis, il est dans l’air du temps de donner de l’importance à l’écologie (point de vue que je partage également).
      Néanmoins, je pense qu’un léger relâchement de ces quotas pourrait être bénéfique pour tout le monde (d’où mon petit paragraphe sur l’intérêt écologique, encore une fois, même si j’avoue le peu d’arguments avancés de ma part).


    • LaEr LaEr 14 mai 2008 12:18

      Impartial je ne le suis pas non plus, étant adhérent à Greenpeace (bien que peu impliqué)...

      Le problème, pour moi, est que vous omettez sciemment tout argumentaire de la partie adverse. C’est un choix, mais j’estimais normal de le souligner.

      C’est vrai que l’écologie devient à la mode, mais en dehors de certaine actions 100% mercantiles de gros producteur type Danone qui jouent sur la mode bobo-écolo, il y a tout de même urgence pour notre planète actuellement… Certes, la lutte contre la pollution va faire des victimes économiques, mais elles sont inévitables… Va t’on pleurer sur le sort du paysan braconnier à qui l’on interdit la tradition ancestrale de la chasse au tigre ? N’y aura t’il pas des milliers de bucherons au chômage quand on arrivera enfin (j’espère) à stopper l’exploitation des forêts amazoniennes et indonésiennes ?

      Maintenant, votre avis sur la surpopulation de Cabillaud est intéressante, et mérite d’être entendu, mais si c’est le cas, je ne vois pas quel serait l’intérêt de Greenpeace (ou autre) de s’opposer à l’augmentation des quotas…


    • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2008 12:25

      A t on vraiment la preuve d’une augmentation de la population de cabillauds dans la mer du Nord ?

      Si il y a des quotas , c’est justement pour permettre que se reconstitue une population suffisante de ces poissons .Il ferait bon d’arrêter la Surpêche . Il y a d’autres espèces à pêcher comme le carrelet , le maquereau , le merlan dans la Manche et la mer du Nord . Je ne vois pas pourquoi l’on autoriserait les pêcheurs à enfreindre les quotas parce que le gazole est plus cher , il est plus pour TOUT LE MONDE !


      • jcm jcm 14 mai 2008 13:13

        @ Ludchou :

        " Finalement, on peut donc dire que le cabillaud, à très grosse échelle, pourrait être nuisible à la faune marine."

        Elle est vraiment bien bonne, celle là !!!

        Nous voilà avec "l’homme, indispensable régulateur de la nature" !!!

        L’homme sans lequel la faune marine risquerait de disparaître, engloutie par des cohortes de morues gloutonnes... quelle cata !!!

        Mon jeune ami il ne faudrait pas oublier que nous sommes aujourd’hui dans le cours de la sixième disparition d’espèces, et que celle-ci a été provoquée non par un aléa climatique ou une massive météorite comme c’était le cas pour les 5 précédentes mais par l’homme lui-même.

        Pendant des dizaines de milliers d’années les morue se sont comportées d’une façon extrêmement raisonnable du côté de Terre Neuve et ailleurs, bien plus raisonnable que l’humain moyen...

         


        • ludchou 14 mai 2008 19:02

          Attention, je n’ai jamais dit que l’intervention de l’homme empêchera la faune marine de disparaître !!! Si je peux me permettre d’ajouter (encore) un poncif, l’homme vit aujourd’hui dans une société où l’argent est roi. L’essentiel est le profit, même lorsqu’il s’agit de protéger la planète.

          On ne peut pas reprocher aux pêcheurs de faire leur métier, même si ceux-ci le font sans aucune considération écologique (et évidemment, il ne faut pas généraliser, il reste de vrais pêcheurs amoureux de la mer et de sa faune)...

          Enfin, je pense que l’homme disparaîtra de la surface de la planète bien avant la morue ou de nombreux autres poissons, mais ça, c’est une autre histoire


        • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 mai 2008 13:39

          Pendant des dizaines de milliers d’années les morue se sont comportées d’une façon extrêmement raisonnable du côté de Terre Neuve et ailleurs, bien plus raisonnable que l’humain moyen ,

           

          Y en a qui devraient prendre exemple ...


          • HELIOS HELIOS 14 mai 2008 13:55

            Avec "Haddock" comme pseudo et parler de morue....


          • Yohan Yohan 14 mai 2008 14:19

            @captain

            Au train où vont les choses il y aura bientôt plus de morues dans les bars que de morues qui nagent avec les bars


          • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2008 14:21

            et tout cela pendant que les maquereaux surveillent du trottoir d’en face où les merlans refont la raie aux barbues !


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 mai 2008 15:23

            Hélios ,

             

            Mon côté aigle fin ..


          • LE CHAT LE CHAT 14 mai 2008 15:32

            les pêcheurs peuvent se reconvertir dans la laine , la peau de mérou s’tond !


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 mai 2008 15:43

            Constant ,

             

            Aimons les morues avant d’ être mourru


          • SANDRO FERRETTI SANDRO 14 mai 2008 17:37

            @ HAD,

            Exact, Captain.

            Avant de finir sur le champ de bleuets.. (J’ai bien aimé, j’espère que je ne serais pas le seul à plusser dans les cuisines)


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 mai 2008 17:43

            Mais ça se fait comment Sandro ?

            tu as déjà lu mon truc ?


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 mai 2008 17:44

            Putain de chanson , Constant , merci du rappel !


          • Yohan Yohan 14 mai 2008 17:52

            Hi sandro !.

            Vu à la criée ta dernière pêche de tranches de cabillaud. Plussée comme il se doit. J’en ai un du même tonneau de harengs, refusé il y a un mois par la douane. Je me permettrai de t’en envoyer un exemplaire en boîte de conserve par le cargo postal de demain, si le temps ne se dégrade pas d’ici là. 


          • SANDRO FERRETTI SANDRO 14 mai 2008 18:09

            Had,

            Yes, Sir. Il en faut 5 autres comme moi.


          • Yohan Yohan 14 mai 2008 18:13

            Captain

            Ta pêche est à la criée. je crois que les bulots sont déjà chez le mareyeur


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 14 mai 2008 18:17

            OK Yohann et Sandro ,

             

            Je retire les filets au sanchoies et rentre au port ,

             

            Merci pour les sanchons ....


          • HELIOS HELIOS 15 mai 2008 10:41

            Godus Morua.... pfff

            Je cherche un tombereau d’anchois, moi, pour faire mon pissala...


          • karg se 14 mai 2008 13:51

            Article lamentable, sur la photo d’illustration on peut admirer des petits cabillauds qui sont morts sans jamais avoir eu la chance de se reproduire. Pourquoi les pécheurs finissent leur quota en trois mois ? Parce qu’ils sont incapables de se mettrent d’accord entre eux et de répartir les prises selon la demande. Ils font pareil avec le hareng à Boulogne. Quota atteint en même pas deux mois, poissons de mauvaise qualité qui part à la farine, et les entreprises qui font du fumage qui achêtent du congelé de Norvège.

            Parlez à des anciens du chalut, les femelles grainées, le massacre sur les frayères, ils ont reculés devant rien et sont incapables de gérer eux même la ressource. Les pêcheurs sont une corporations protégés par l’état (=réservoir de marin pour la guerre) depuis des siècles, et ils sont pas prêt de renoncer à leurs avantages. Surtout quand nos politiques ou des blaireaux continu de soutenir les pêcheurs.

            Tant qu’il y aura un seul chalut qui détruira les fonds marins, un pélagique qui attrapera les bar regroupé en bac lors de la saison de repro (prix de retrait + farine, merci l’europe), les pêcheurs n’auront aucune crédibilité pour être associé à la gestion de la ressource. Même si ils ont une connaissance du milieu très intéressante, ils n’ont pas encore la maturité, en France, pour réellement assumer leur rôle de gestionnaire du milieu aquatique.

            Le cabillau un nuisible ? t’es contre le massacre de phoque qui massacre les cabillaud à terre neuve ? J’ose pas te demander des sources bibliographiques, tu comprend sans doute même pas le concept de connaissance objective.


            • ludchou 14 mai 2008 19:05

              J’ose pas te demander des sources bibliographiques, tu comprend sans doute même pas le concept de connaissance objective.
               ==> cet phrase méprisante était-elle vraiment nécessaire ?

              En dehors de ça, comme je l’ai dit plus haut, évidemment que les pêcheurs ont des torts, mais je ne pense pas qu’on puisse le leur reprocher. L’homme est un loup pour l’homme et le cabillaud et la morue et toute la planète...

              Mais ce n’est pas en fixant des quotas relativement bas et en ne voulant pas les changer que la situation s’améliorera


            • karg se 15 mai 2008 11:42

              L’état des stocks est lamentable, et parce que quelques pêcheurs ont fait des gros coups tu crois qu’il y a du poisson. Sauf que comme t’y connais rien tu sais pas que les gadidés on la mauvaise habitude de se rassembler, moins il y en a plus c’est facile de les pêcher.

              http://oceans98.ifremer.fr/francais/produits/poisson/morue/acfm-morue-mer-nord-2007.pdf

              Traduction pour non inité : le stock est pour le moment en dessous de la limite de sécurité Blim, mais la cohorte de 2005 semble relativement épargné par la pêche et pourrait permettre de redonner un peu d’air au morue. A condition de maintenir la pression sur les pêcheurs et de mettre en place un plan de sauvegarde sur des bases biologiques et non pas politique. A Terre neuve il appelait ça la loi de 50% : les scientifiques proposaient un quote, genre 100 000T, les pêcheurs gueulaient et les politiques donnez 150 000T. Résultat plus de morue à terre neuve.

              Pour rappel : En mer du Nord, en 1970-71, la biomasse totale des morues adultes était estimée à 250 000 tonnes en 1970-1971, avant de retomber à 28 000 tonnes en 2006. Les chiffres sont néanmoins un peu meilleurs pour 2007, avec un stock estimé à 37 000 tonnes dans la région (avec un TAC de 17 000T exigé par la Commission). Ca veut dire deux choses : que le stock actuel n’ai qu’un résidu, et d’autre part que si le stock avait était mieux géré les pêcheurs pourraient pêcher plus sans mettre le stock en danger (c’est le cas pour pas mal de pêcherie).

               


            • Ar Brezonneg 14 mai 2008 14:22

              Les pêcheurs et les "industriels" de la pêche n’ont toujours pas compris qu’à force de ravager les océans avec des moyens technologiques performants, ils l’ont considérablement appauvri.Avec les chaluts pélagiques qu’ils soient du type "Baberan" ou à "trappe" ou avec "chausette losange", le resultat est le même : 90 % du poisson est rejetté par dessus bord ! N’est comptabilisé en réalité que le poisson présentable "sous taille" !... C’est une destruction terrible de l’Océan...

              Quand je navigue et que j’observe les fonds au sonar, ces fonds sont déserts..... Il n’y a plus rien ! C’est dramatique ! Cela rressemble à une baignoire aux eaux désertes.... C’est navrant !

              Aujourd’hui, les pêcheurs se lamentent parce qu’ils ont détruit la faune des océans. Cette faune ne se renouvèle plus. Le seuil de non-renouvèlement de beaucoup d’espèces est dépassé depuis longtemps...

              On n’a pas pu par moyens règlementaires de réduire réellement les prélèvements exagérés pratiqués par les pêcheurs. Toutefois, le système de taxation destiné à compenser le coût des pétroles renchérit au comptoir le prix du poisson. Le résultat sera moins de vente, et par conséquent une accélération du désarmement de ces navires industriels.

              On n’est plus à l’époque 1945-1955, où le poisson proliférait partout, cela à cause de l’absence de pêche durant la seconde guerre mondiale. Maintenant, il faudra pratiquer un moratoire drastique sur la pêche, analogue à celui mis en place par les Canadiens, pour faire remonter les "stocks "de morue et de flétans. Et encore, le "stock" (jargon bruxellois !) ne remonte pas, et cela fait déjà 25 ans que c’est en place !

              Je ne me lamenterai pas sur le sort des pêcheurs, ayant vu en Iroise remonter un cul de chalut avec 19 tonnes de bars (oui, 19 tonnes) : rien que du petit -grand comme la main !- parti pour faire de la farine à Loudéac... Ou encore derrière Belle Isle pointe des Poulains, un coup de chalut : 14 tonnes de femelles grainées répandues par terre à Kéroman à Lorient... Et cela alors que la pêche devrait être interdite dans ces eaux de la dernière lunaison de décembre à la première lunaison de mars...

              Je me souviens aussi de cet imbécile de La Turballe, qui une année avait chaluté au pélagique la frayère des daurades roses sous Hoedic lors de leur ponte : joli coup de filet !... Il était revenu, l’année suivante sur la frayère et avait ramassé les immatures -invendables- qu’il avait passés par dessus bord , à la pelle, pour nourrir les goëlands... Après, au Comité des Pêches , il s’en vantait lourdement... Depuis ? Il n’y a plus de daurades roses...

              Je ne me lamenterai certainement pas devant ces gens qui font du pélagique dans les estuaires et baies protégées... Jusqu’à raz la côte... La nuit ! (les sémaphores ne voient rien !)

              L’été dernier à Quiberon, tous les après midi, il y en avait un même qui rentrait au port avec un chalut ouvert devant des milliers de personnes à la plage... Soi-disant pour nettoyer son chalut : cela lui permettait de faire par hasard des "prises accessoires" (coquilles st Jacques en août dans une zone de protection...

              La pêche au chalut pélagique devra être interdite... DE même que celle des filets : à quoi cela rime de filer 30 km de filets sous Belle-ile ? C’est quoi ces "pêcheurs" qui n’hésitent pas à laisser au fond leurs filets ? Nous ayons compté une fois en Baie de Quiberon, la pose par 6 fileyeurs (je dis bien six !) 60 km de filets.... Cela faisait 6 barrages pour le poisson : la baie de Quiberon est devenue un désert à poissons ! Alors que c’était très poissonneux jusque vers 1975.

              Que foutent les "Affaires maritimes" ? Elles qui sont plus enclines à poursuivre un malheureux plaisancier qui a pêché UN maquereau, tandis que les fraudeurs industriels se livrent à leurs exactions habituelles sous leur nez ? Et les ULAM ? On pourrait en parler aussi : très prompte à s’en prendre à un pépère, ou à un gamin qui a pêché son "gorlazo" sous taille... Et qui font semblant de rien voir quand les pélagiques trainent en zone interdite en plein jur... Ou la nuit à raz la côte.... ET ces mêmes ULAM qui s’en prennent au pêcheur à pied qui ramassent 2 douzaines d’huitres ou de palourdes et qui font semblant de ne pas voir l’ostréiculteur qui ravage les bancs d’huitres naturelles à grande marrée haute en dehors des zones amodiées ? ? ? Pourquoi ? Parce que les AffMars ne veulent pas avoir d’ennuis avec les pêcheurs dits "professionnels" : casiers en feu à Auray, ou panneaux divergents et vieux chaluts en feu pour bureaux ravagés comme à Lorient... Et donc elles se rabattent sur le pépère pour lui chercher des noises et l’envoyer en correctionnelle pour "une" coquille saint jacques accrochée dans un filet de plaisancier... Eh oui ! il faut bien faire carrière !

              Et c’est quoi ces bateaux aussi larges du cul que leur longueur ? Des bailles mal dessinées sans qualités hydrodynamiques : il leur faut 800 Cv pour faire 12 noeuds ! Elles consomment 1200 litres de gazole/jour ! Dans les années 1950, les "malamoks" n’avaient que 100 Cv pour 12 noeuds : conso, 20 litres à l’heure ! Il faut dire que ces bateaux étaient très bien dessinés et très marins ! Ce n’étaient pas des caisses ! Et tout ca cela pollue, et là on ne dit rien : En été, quand il n’y a pas de vent, et que la "couche d’invertion" rabat les gaz d’échappement, on peut aisément observer les vapeurs rousses des fumées des moteurs : l’air pur marin en bord de cote ? Quelle blague !

              Et pourquoi, n’y aurait il pas de sanctuaires à poissons pour assurer leur protection et leur reproduction ? Pourquoi n’y a t il pas de récifs artificiels ? sous belle ile par exemple, ou aux Birvideaux ? ou en baie de Quiberon ? Ou sous Groix ? etc... Ou sous Hoedic ? Cela empêcherait certains irresponsables de chaluter sur les câbles électriques de l’EDF (on sait bien que le poisson s’installe facilement là où il y a des champs magnétiques alternatifs.... Pourquoi ? au fait ?) Résultat ? : il y a à chaque saison des assistés aux abois qui vont chaluter ou carrément draguer à la drague à coquille sur ces zones interdites risquant l’accident et provoquant la gêne des habitants des îles...

              Et la soi-disant "psychologie "de certains pêcheurs : appat du gain rapide, goût du lucre, esprit anarchisant, n’aimant pas l’autorité.... Sauf lorsqu’il s’agit de lui dénoncer son voisin qui a mieux pêché que soi ! Etc.... On pourrait gloser la dessus !

              Actuellement à la pêche, rares sont ceux qui y vont par goût de la mer, c’est très souvent parcequ’ils ne peuvent aller ailleurs... A la pêche c’est la matière grise qui manque.... A côté de cela, il y a encore quelques marins, des ligneurs qui pêchent élégamment, à l’ancienne : qui remettent à l’eau le poisson sous taille, qui ont toujours su qu’il fallait respecter la mer et ses habitants. Ceux là on ne les entend pas : pourtant, ils pêchent bien, et vivent bien de leur métier... Ce sont ceux là qu’il faut admirer : ceux sont ceux là qui sont l’avenir et l’espoir du renouveau...

              Décidement, si on ne peut les faire respecter la mer et ses richesses par voie légale, il faut leur mettre plein de taxes pour les étouffer encore plus vite.

              A ce moment là les Pêcheurs, les vrais, ceux qui respectent la mer pourront revenir....


              • LaEr LaEr 14 mai 2008 15:38

                Je vois qu’entre bretons, on se comprends ;)

                Superbe coup de gueule...


              • Yohan Yohan 14 mai 2008 18:09

                @ ar brezoneg

                Bravo ! Dit par un pêcheur, ça n’a que plus de poids. Prenez la main et faites nous un article décapant

                 


              • Citoyen ni sourd ni aveugle 14 mai 2008 15:29

                Bravo a Ar Brezhoneg, pour son article qui site effectivement les nombreux dysfonctionnements de la pêche industrielle, et de ces apprentis sorciers de pêcheurs.

                Ils n’ont qu’une légitimité, celle de voir la mer mourir et de ne rien faire.

                Soit dit en passant, pas mieux les Espagnols et surtout les Marocains (mais cela est une autre histoire) ...

                Pauvreté quand tu nous tiens.


                • viccmackey viccmackey 14 mai 2008 16:29

                  Ludchou,

                  Pardonnez-moi mais vous vous définissez comme "Simple citoyen reporter parmi d’autres" et pourtant, je ne vois pas du tout l’intérêt de publier un article pareil. Vous ne donnez aucun argument défendable en faveur des pêcheurs, aucun éclairage sur l’exploitation des océans par l’homme, ne faites qu’une critique extrêmement molle des éternels paradoxes bureaucratiques d’une Europe décidément loin de la réalité du terrain. Quant à l’assertion sur l’inflation néfaste de la population de cabillauds, on ne voit pas trop d’où elle vous vient ; si c’est une supposition basée sur un quelconque bon sens, abstenez-vous. On pourrait d’ailleurs, toujours sans aucune confirmation scientifique, y opposer le fait que la mer est un écosystème bien trop ouvert, contrairement à celui du lac Victoria dont l’équilibre est effectivement mis en péril par la prolifération de la perche du Nil.

                  D’après moi, cet article est beaucoup trop indigent et impersonnel pour mériter une diffusion.


                  • jcm jcm 14 mai 2008 18:35

                    En gros vous avez raison sauf que... cet article a permis à Ar Brezhoneg d’écrire un commentaire fort intéressant.

                    Comme quoi une publication assez lamentable peut avoir des points positifs !


                  • ludchou 14 mai 2008 19:16

                    "si c’est une supposition basée sur un quelconque bon sens, abstenez-vous"

                    => ce sont des réactions de pêcheurs et de scientifiques (ou auto-proclamés comme tels) que j’ai entendues lors d’un débat.

                    En dehors de cela, cet article était avant tout pour moi une volonté de lancer le débat, pas nécessairement d’apporter des réponses ou de critiquer férocement telle ou telle partie... même si je reconnais m’être montré partial.

                    Enfin, vous jugez cet article indigent, OK, mais en quoi est-il vraiment impersonnel ? Au contraire, je suis apparemment plus subjectif qu’objectif, je donne donc un avis en me basant sur celui d’une partie prenante de ce "dossier". Et comme cela a aussi été dit, je suis très fier d’avoir écrit ce commentaire, ne serait-ce que pour la superbe argumentation publiée ci-dessus.

                    Merci Agoravox


                  • morice morice 14 mai 2008 21:01

                     on a pas un président qui s’occupe aussi des cabillauds ??? 


                    • brieli67 14 mai 2008 21:36

                      18 € le kilo de dos de Morue-Cabillaud-Merlu-------du PORC de la mer..........

                      avec en sus ce...........sentiment "Ortolan".... braver l’Interdit

                       

                      A Ahènes au Pyrée POUR UN EURO .......selon saison entre HUIT ET DOUZE kilos de Sardines

                       

                      on se fout de notre gueule.


                      • Ar Brezonneg 14 mai 2008 22:17

                        Bon, je n’ai dit une partie de ce que j’ai à dire sur le sujet... Ce sont des sujets qui dérangent beaucoup !... Et qui auront des conséquences lourdes à moyen terme.

                        Moi ? La pêche je connais depuis tout petit..... Je connais très bien le milieu en plus.. Les techniques je les ai vu évoluer de même que les hommes...

                        Je suis atterré par ce qui se passe : la Mer , l’Océan devient un désert... Les fonds sont ravagés par des engins de plus en plus destructeurs... Les équipements de détection (SONAR, SONDEURS divers, positionnement ) sont redoutablement précis... 

                        Je fais partie de ceux qui disent que ce sont les gens de l’IFREMER (biologistes, océanographes, ichtyologues, biochimistes, etc...) qui ont raison ! C’est un point de vue qui est nié par le milieu de la pêche (en général par des grandes gueules qui ne voient pas plus loin que le bout de leur queue...) Les autres n’ont pas envie de voir leur bateau coulé ou d’avoir un accident, alors ils se taisent !... Je les comprends : quand on est capable de bouter le feu au Parlement à Rennes, on est capable de tout !...

                        DEpuis 1975 la décroissance de ce que l’Europe Bleue dénomme le "stock" est telle que l’on en arrive à être obligé de rechercher des espèces de grande profondeur le Siki, le grenadier et autres animaux du même biotope... Ces poissons pêchés sur les pics sous-marins ont des cycles probables d’une centaine d’année... On est en train de les détruire... Sans compter d’autres espèces abyssales qui sont ramassées en même temps pour faire de la farine pour des poissons d’élevage qui concentrent dans les baies, les estuaires, les rias, abers, et autres fjords tous les parasites qu’il faut éradiquer en même temps avec des sulfamides, des antibiotiques et autres molécules qui empoisonnent la mer...

                        Et que dire aussi de ces recherches de bars, dorades, saumons transgéniques dont la croissance se fait en quelques mois au lieu de 3/4 années pour une masse corporelle double ? (laboratoire universitaire d’Edimbourg... Que se passera -t-il lorsque les cages à poissons seront éventrées par accident ou par malveillance ?

                        En plus au niveau économique, le pétrole devient coùteux pour alimenter des bateaux gourmants en énergie... Des bateaux mal foutus qui coulent trop facilement, aux moteurs gourmands, pour compenser leurs manque de qualité et de finesse hydrodynamiques tout cela à cause des taxes de port...

                        Je compare les performances.... Mon grand père exercait la "petite peche" avec un cotre : il avait une vingtaine de casiers à l’eau en même temps, : il pêchait homards, langoustes roses, et crabes : il vivait très bien de sa pêche et prenait en plus le temps de lire tout ce qui lui tombait sous la main.... Esprit curieux et voyageur au début du siècle dernier il avait courru lesmers du globes aussi bien sur voiliers que sur des vapeurs.... Il a communiqué son savoir à mon père, qui lui aussi après avoir courru les mers, a fait la "petite pêche" : il pratiquait le rouget en été (600 metres de filets mouillés et levés deux fois par jours au lever et au coucher du soleil), ou le bar de ligne.... Moi ? je suis marin, et je pêche pour le plaisir, et pour faire Ch... certains, je remets exprès à l’eau des gros poissons.... Moi aussi je pourrais faire du dégat : mais, j’estime que c’est inutile, car pour moi, la mer ce n’est pas seulement racler les fonds... Mais c’est la liberté des mers, la beauté d’un lever de lune , ou la voie lactée qui se reflète sur la surface...

                        Et que dire des politiques.... Que dire de Bruxelles ? Que dire des banques ? Des "filières "de commercialisation du poisson ? DEs réglementations ?

                        Qu’attends-t-on pour faire des réserves à poisson ? Des récifs artificiels ? Interdire certaines pratiques ???

                        Il y a matière à écrire un gros pavé indigeste...

                         

                         


                        • karg se 15 mai 2008 15:43

                          Attention personne ne sait vraiment combien de temps mette à grandir ces fameux saumons à vitesse de croissance rapide. L’Inra a testé le transgène sur des truites sélectionnés, résultat aucun gain de croissance mais des poissons difforme : grosse tête. Aucune information sur la qualité de la chair (sachant que le saumon d’élevage fini très souvent au fumage), ce qui laisse à penser que la qualité est lamentable. Idem sur le rendement de la carcasse, la résistance aux maladies.

                          En réalité par rapport aux souches d’élevage (de saumon atlantique) qui mettent 18 à 24 mois pour atteindre la taille commerciale, en utilisant le transgène on arrive à la même performance sur un des saumons du pacifique (qui n’a subit que très peu de sélection). Gagner quelques années de sélection pour avoir des poissons de mauvaise qualité n’est pas vraiment une bonne affaire.


                        • bibi 25 mai 2008 16:40

                          Monsieur Ar Brezonneg, vous y allez un peu fort.

                          De votre commentaire, j’en déduis que vous êtes plaisancier, vous avez de la chance car vous pêchez pour le plaisir, ce n’est pas le cas des pêcheurs professionnels qui sont obligés de pêcher pour vivre. Certes, vous avez des choses sur l’eau mais vous exagérez en mettant tous les pêcheurs professionnels dans le même panier, c’est un peu trop réducteur et caricatural. C’est facile de critiquer mais vous n’apportez pas de solution au problème du gazole à la pêche. La seule que l’on peut entrevoir dans votre discours est la suppression de toutes les grosses unités de pêche en ne laissant que les petites unités travailler comme au bon vieux temps de votre grand-père. Ce bon vieux temps de la voile est révolu et heureusement car la vie des marins de cette époque n’était pas très enviable même si votre grand-père gagnait relativement bien sa vie, il est vrai qu’on était loin du mode de consommation que l’on connaît de nos jours : on se chauffait au bois ou au charbon et on allait laver son linge au lavoir même quand il gelait et j’en passe.

                          Vous oubliez que la pêche professionnelle fait vivre beaucoup de monde à terre (les mareyeurs, les poissonniers, les entreprises de mécanique, les transporteurs, etc...) et que l’on a besoin de poisson et pour tout le monde, pas seulement pour les riches particuliers qui peuvent acheter 30 euros le Kg de bar de ligne. Alors, que proposez vous ?

                          Au sujet de la plaisance, Ifremer dit que la plaisance en France pêche tous les ans autant de bars que les professionnels. Qu’en font-ils de ces bars ? qu’en pensez-vous ? ceci sans payer de licence, en rivière, c’est quelque chose qui existe depuis longtemps et qui ne choque personne chez les plaisanciers en mer c’est inadmissible.

                          Je pense comme vous qu’il y a moins de poissons qu’il y a quelques années. La pression de pêche a sans doute été trop forte (beaucoup étaient persuadés que la mer était inépuisable) beaucoup de pêcheurs en sont conscients et ils acceptent, malgré eux sans doute (le changement est difficile pour n’importe qui), des évolutions pour pêcher "sur le fond et pas sur le pont". Des recherches sont également en route pour consommer moins de carburant. Il faut les aider, ne pas les laisser un gazole trop cher les exterminer , ce serait une perte énorme à court et moyen terme.

                          Un dossier intéressant à consulter : http://www.letelegramme.com/gratuit/dossiers/peche/index_peche.php

                          Et je ne suis pas pêcheur ni en mer , ni en rivière

                           

                           

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès