Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le célibat : fléau de notre société ?

Le célibat : fléau de notre société ?

Selon l’Insee, il y aurait près de 15 millions de célibataires en France, soit 30 % de plus qu’il y a dix ans. Loin des concepts marketing du célibataire branché et heureux de son indépendance, différentes études montrent que le célibat a des répercussions négatives...

Un nombre croissant de célibataires

Les chiffres sont éloquents : près de 15 millions de célibataires ! Aujourd’hui, un adulte sur trois est célibataire. Dans les grandes villes, le phénomène est encore plus impressionant. Un Parisien sur deux vit seul  !

Et tous les indices tendent à démontrer que le nombre de célibataires ne fait que s’accroître.

Les célibataires : une cible très prisée

Face à cette minorité qui n’en est plus une, les marketeurs ne sont pas en reste. Tout est fait pour séduire les “solistes” comme il est désormais coutume de les appeler. Des journées leur sont consacrées comme la Fête des célibataires le 13 février qui renvoie presque la Saint-Valentin au rang de fête un peu ringarde.

Le speed dating et sites de rencontre ont le vent en poupe. Des séries TV telles Ally McBeal ou Sex in the City leur sont consacrées. Dans les supermarchés, des rayons entiers leur sont dédiés, etc.

Mais surtout les marketeurs ont réussi à faire du célibataire le symbole de l’avant-garde. On le dit branché, indépendant, libre d’esprit, assoiffé d’art et de culture, adepte des nouvelles technologies, prenant soin de son corps...

Bref, le célibataire est porté en triomphe au dépit du couple qui renvoie une image un peu vieillote. Et ne parlons pas du mariage !

Une réalité bien différente

Lorsque l’on sort de cette déification du célibataire, on s’aperçoit que la construction du single branché n’est bien souvent qu’une vue de l’esprit. La réalité semble bien différente des discours publicitaires...

Il est difficile d’estimer le nombre de personnes qui ont fait le choix d’être célibataire, mais selon le sociologue Jean-Claude Kaufmann, moins de 2 % des personnes font le choix de vivre seul.

Une solitude bien difficile à vivre

Selon une étude réalisée par Parship, 50 % des personnes interviewées déclarent que “souffrir de n’avoir personne” est ce qui caractérise le mieux les célibataires. D’après des études médicales, le célibat aurait même des répercussions négatives sur la santé !

Ainsi, les médecins considèrent le célibat comme LE nouveau facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires. De même, on observe chez les célibataires des troubles de sommeil fréquents. Leurs consommation d’alcool et de tabac est plus importante. L’ensemble de ces troubles est apparamment plus prononcé chez les hommes. Selon de récentes études, l’espérance de vie d’un homme célibataire serait 8 ans inférieure à celle d’un homme en couple !

Les femmes semblent mieux tolérer la solitude. En réalité, la femme est apparamment plus durement affectée par une vie de couple qui ne la satisfait pas que par le célibat. A l’inverse, pour les hommes, un mariage même raté a une incidence positive sur leur santé.

Eh oui, nous sommes bien loin de ce fameux single branché qui fait la une des magazines. Mais à y regarder de plus près, même dans les séries TV mettant en scène des célibataires, les heroïnes ne sont à la recherche que d’une chose... l’Amour.

Voir aussi : Profil des célibataires, qui sont-ils ?

Source : DatingWatch.org


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (58 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • GRL GRL 6 décembre 2007 16:04

    L’histoire de la société dans laquelle nous vivons a elle aussi connu avant les guerres , sa période dans laquelle l’union d’un couple était tres solidarisée à l’exterieur . C’est à dire , importante pour le reste de la famille et de la societé en général. Les liants en étaient la religion , les valeurs de la descendance , de la famille et l’accomplissement personnel au travers de la différenciation sexuée des rôles , de celui du mari , le travail , la protection ... etc ... , et de celui de la femme , les enfants , la gestion ... etc . Ainsi , un homme accompli légitimait son accomplissement au travers de la bonne conduite des valeurs masculines et de même pour la femme . Un bon époux etait définissable sur le plan fonctionnel , ... à l’interieur des fonctions de la famille , une bonne épouse , de même.

    Il suffit d’ailleurs de voyager pour se rendre compte , dans les pays où cela existe encore , que le célibat à l’européenne est quelque chose d’incompréhensible. Et pour cause , au plus le mode de vie du pays visité tourne autour de la subsistance , au plus le code de la famille peut être strictement respecté ... S’en écarter peu devenir dangereux . L’homme s’arrêtant de travailler pour d’autres centres d’intérêt plus personnels mais moins substanciels peut mettre en danger la subsistance de tout le foyer, de même qu’une femme ne s’occupant plus de la coordination du dit foyer ou de ses enfants rendrait la cellule familiale non viable ...De fait , les rôles étaient répartis autour de la complémentarité . L’union du couple est alors au centre de ce mode opératoire et l’on mariera les gens parfois contre leur gré , l’union étant alors une composante nécessaire à la famille.

     La vie d’une autre époque , me direz vous ? Cela nous convient il aujourd’hui ? Visiblement pas . Le célibat n’est il pas la voie de conséquence d’un report de tout le poids de la vie sur l’individu seul et voulu omnipotent ? L’autosuffisance n’est elle pas une utopie , une marque ultime d’égoïsme , d’aisance économique , n’est elle pas des pièges qui composent ce fameux déclin social dont en entend de plus en plus souvent parler ? Si 2 % seulement des gens sont à l’aise dans le célibat et plus de 15 millions de gens sont dans ce cas , comment se fait il qu’ils n’accourent pas les uns vers les autres pour s’unir ? ...

     Ceci est bien une preuve qu’un couple est plus que la réunion de deux personnes ! c’est une première entéléchie structurante d’un tissu social . Le couple en société est beaucoup plus respecté que le célibataire , en entreprise c’est pareil. L’entité couple apporte avec elle des tas de signifiants en termes de responsabilité et de besoins. ( vous ne débarquez pas à n’importe quelle heure chez vos amis en couple , vous ne proposez pas une invitation sans celle du conjoint , vous considérez pas le mec comme le "coup possible du soir" lorsque vous le voyez bien avec sa dame , ni vous allez draguer madame avec le compagnon à coté , sans sentir une " bulle " dans laquelle vous n’êtes normalement pas invités à entrer. Cette bulle n’est ni l’un , ni l’autre , c’est le couple , le trait d’union et il devient , dans bien des situations , palpable .

    Alors quelle est selon vous la corrélation entre nécessité et solitude ?


    • Internaute Internaute 8 décembre 2007 11:44

      C’est bien dit mais vous oubliez le principe d’égalité.

      La famille est une organisation pyramidale et différenciée. Elle a fait la réussite et le bonheur de l’homme mais sa structure même est contraire au principe d’égalité. La seule manière pour que la femme soit l’égale de l’homme et que les enfants aient les mêmes droits que leurs parents est la destruction de la famille à l’état d’atomes libres. Enfin libres, et seuls avec l’incroyable bénéfice d’être l’égal de l’autre.

      En y réfléchissant bien on doit pouvoir broyer encore un peu pour obtenir plus d’égalité car nos célibataires isolés se différencient par leurs origines ; quelle horreur. Vite, gommons cela. smiley


    • Yannick Harrel Yannick Harrel 8 décembre 2007 16:43

      Bonjour,

      Vous avez effectivement raison sur ce point qui me stupéfait souvent : le célibataire est une espèce de plus en plus répandue mais pas forcément de plus en plus appréciée en société.

      Il se dégage de lui toujours un aspect bancal pour les recruteurs ou les propositions commerciales (hors sites de rencontres). En forçant le trait, je dirais que le célibataire est comme une forme sociale honteuse, ce qui renforce doublement son mal être (qui peut effectivement comme l’indique l’article déboucher sur des maladies sérieuses).

      Tout de même une sacrée époque que de parler de célibat de masse !

      Cordialement


    • Sz 6 décembre 2007 16:15

      Je ne connais qu’une chose qui soit pire que le célibat, la vie en couple.


      • Zalka Zalka 6 décembre 2007 16:15

        Publireportage pour datingWatch ?


        • GRL GRL 6 décembre 2007 16:28

          " Dans la vie tu as le choix : l’ennui ... ou les ennuis . " Que dire de cette phrase à votre avis ?


        • Wlad Wlad 7 décembre 2007 11:04

          Ah ben tiens, la voilà, la prochaine niche d’Apple : l’iWoman ! smiley


        • gabisu 6 décembre 2007 16:58

          Toujours pareil, le célibat comme le divorce sont des évolutions sociétales voulues par une partie aisée de la population au détriment des autres

          Qd on est pauvres, le célibat c’est la misére affective, sexuelle, économique, sociale, le divorce est cause de délinquance et de difficultés scolaires lourdes de conséquences...

          Mais les médias continuent de nous dire le contraire, alors tout va bien 


          • bluff 6 décembre 2007 18:03

            GRL, vous ne pouviez pas mieux resumer ce que je pense. 
            mais je rajouterai que le pb est aussi une exigeance accrue. on ne veut aussi plus prendre de risques, plus s’engager, plus perdre de tps.

            "Il suffit d’ailleurs de voyager pour se rendre compte , ... que le célibat à l’européenne est quelque chose d’incompréhensible. .... plus le mode de vie du pays visité tourne autour de la subsistance ....."

            => Extactement. Ayant été 4 fois en amerique latine, j’ai constaté que les gens s’y rencontrent bcp plus facilement, se posent moins de questions, sans besoin d’artifices (site de rencontre, ...) .
            La-bas, qd j’ai avoué etre celibataire, ne pas etre marié à mon age, les gens ne comprenaient pas.

            Pourquoi tout cela ici ? car société de zapping, papillonage, impatiente, axée sur la satisfaction immediate.
            On voit l’autre comme une personne figée (2) devant correspondre exactement à nos critères, afin d’obtenir une vie de couple riche, tout de suite. Sans accepter qu’elle prenne le tps d’evoluer.
            + on la possibilité de recontrer des gens, + on est difficile, + on attend de l’autre, et moins on se met en couple facilement ( + on se trahit facilement aussi).
            c’est tout de suite ou jamais.

            Puisqu’on sait que l’autre exige tjs plus, il faut donc convaincre le + vite possible. Certains sont tres doué à ce sport mais cachent souvent des gros pb (violence, instabilité, double-vie, infidelite, caractère impossible)
            Si ca prend, ca conduit alors à etablir des relations superficielles, basées surtout sur les apparences et l’attirance sexuelle. Un certains % des femmes souffrent alors d’une vie en couple.
            En occident, l’homme ne veut plus prendre le tps de conquerir, decouvrir une femme (elle ne veut pas tt de suite ? ciao smiley). Il veut tjs une femme plus attirante (surtout si c’est celle d’un autre).
            La femme veut le prince charmant : drole, assuré, à la fois viril (macho) et sensible (feminin). Celui qui (lui fait croire qu’il) se soucie tjs d’elle.

            "Dans les grandes villes, le phénomène est encore plus impressionant. Un Parisien sur deux vit seul  !"
            => Les possiblité de rencontre sont immenses, et c’est pourtant (pourquoi) là ou il y a le plus de celibataires (et aussi le plus de divorces).

            "Si 2 % seulement des gens sont à l’aise dans le célibat et plus de 15 millions de gens sont dans ce cas , comment se fait il qu’ils n’accourent pas les uns vers les autres pour s’unir ? ..."
            car meme apres un long celibat, nous demandons encore trop à l’autre, remplis de shema préconçus. et ne nous laissons pas le tps de nous seduire, n’acceptons de se faire surprendre par qqun de différent de nos shemas. (3)

            Ttjs plus d’exigeance (femme), tjs plus d’impatience (homme) : ca ne fonctionne plus...

            (1) Combien de fois, j’ai failli conclure : mais je n’étais pas assez ci ou ca, ca n’avait pas pris la tournure idéale (trop lent, trop rapide ?). Alors qu’elle avouait vraiment m’apprecier. En amerique du sud, on nous dirait : "vous vous plaisez ? vous attendez quoi ?!?"
            (2) d’ou le succes de l’astrologie, ou autres techniques : savoir QUI est l’autre à l’instant T
            (3) relevé sur un profil meetic : "si tu n’arrives pas à me faire sourire dans les 5 min , passe ton chemin". quelle humilité.


            • GRL GRL 6 décembre 2007 18:42

              Autosuffisance : Dans tout etre vivant sont agglutinées , amalgamées des cellules . Ces cellules sont des petits etres à part entiere qui ont un systeme respiratoire, un systeme nutritif , un systeme reproductif et parfois même un systeme moteur. Tout indique que la cellule pourrait vivre de maniere autonome. Pourtant , lorsque vous éloignez une cellule vivante de ses congénères , même si vous la mettez dans un milieu physico-chimique viable ... Elle déperit et meurt.

              Autre indice . Dans le corps humain par exemple, certaines cellules semblent parfois , ne plus vouloir mourir . Elles bloquent leurs mitochondries , le système respiratoire , et semblent arriver à freiner , voire stopper , les processus d’oxydation , d’usure , de vieillissement propre à tout organisme vivant. Elles prennent une ligne autonome dans le " super organisme social , elle ne sont plus éliminées , renouvelées par le tissus qui les contient . Celui ci se boursouffle , se déforme et se nécrose , ne peut parfois plus remplir sa fonction ... ("sociale"... Le tissus du foie ainsi attaqué condamne tout l’organe ) . C’est le cancer.

              Alors qu’un petit élément a décidé de ne plus mourir , ( grandir , vieillir ) , le contenant , l’élément structuré , se désagrège et meurt entrainant la mort de tous les individus. La société est bien un de ces éléments structurants , il est grand c’est l’ensemble , l’enveloppe, mais la famille en est un autre plus petit mais vital , et le couple est , le premier élément structurant après l’individu , après la cellule élémentaire de notre organisme social , nous.

              Autre question : Quel corrélation entre le refus des effets du temps au niveau individuel , et la fonction " famille "

               


            • Yannick Harrel Yannick Harrel 8 décembre 2007 16:56

              Bonjour Bluff,

              C’est hélas une des réalités contemporaines : il faut « consommer », et pour cela il faut bénéficier d’une fiche analytique la plus complète possible sur le prétendant potentiel. Exit le plaisir de la découverte de l’autre et de l’approche séductive smiley

              Les moyens de communiquer n’ont jamais été aussi performants que de nos jours (on vit dans l’échange instantané), et pourtant j’ai l’amère impression que l’on ne peut appréhender l’autre qu’au travers d’une grille pré-établie qui ne saurait faire l’objet d’un quelconque assouplissement par son détenteur.
              S’ajoute à cela une incompréhension affective de plus en plus grande entre hommes et femmes au sein de notre société (cette vision n’engageant que moi bien entendu smiley ).

              Cordialement


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 8 décembre 2007 19:18

              @ GRL : Transposé, ça donne égoïsme, narcissisme, rejet des valeurs sauf ludiques, refus donc de la projection dans l’avenir, individuelle ou collective.

              Martin, il y a une semaine, parlait du « suicide » de la civilisation occidentale... et des Autres. En fait, ce qui apparaît comme un suicide collectif n’est que l’image composite de nos millions de suicides individuels... Et les Autres, bien sûr, n’ont rien à y voir : ils occupent une terre qu’on abandonne.

              Pierre JC Allard http://nouvellesociete.org/5170.html


            • Aspiral Aspiral 6 décembre 2007 18:44

              La guerre des sexes, troisième guerre mondiale, n’a pas fini de faire parler d’elle. Elle s’enracine dans un délire collectif sur l’amour et la liberté auquel tout le monde a voulu croire, pour sans doute laisser aller ses appétits œdipiens. Au départ, les hommes sont prêts à aimer pour faire l’amour et les femmes prêtes à faire l’amour pour être aimées. Dans un tel contexte, impossible de ne pas sombrer tôt ou tard dans le terrorisme,... et le retour à la case départ. L’égalité des sexes, ça ne marche pas. En dehors du mariage les femmes se font toujours baiser, quoi qu’elles veuillent croire à chaque départ sur leur capacité toute puissante de faire évoluer un mec qui va à la femme comme on va à la station service. Ni l’identité pour la femme (ne suis-je pas trop moche, pas trop conne, pas trop nulle ?) ni l’énergie de mener à bien ce qu’il a entreprit pour un homme ne se trouvera dans la sexualité. L’énergie et l’identité qu’elle procure ne dure pas. Un homme ; ça se choisit fini. On ne devient pas un homme par une femme "mère" avec laquelle en plus on a un comportement incestueux.

              La sexualité n’aurait jamais dû quitter la sphère intime. 


              • niko74 niko74 8 décembre 2007 11:48

                Quel commentaire...j’ai beaucoup aimé. je l’ai lu et relu et il m’a occasionné quelques profondes méditations.. la sexualité n’aurait jamais du quitter la sphère intime : tout à fait d’accord.

                dans un soucis de voir votre commentaire vraiment achevé,voici ma question : « et une femme ça se choisit comment ? » je suppose que la réponse devrait être « finie aussi » mais c’est surtout la suite qui m’interesse « on ne devient pas une femme..... ». votre analyse concenant cette question parachèverait un commentaire qui, jusque ce déséquilibre, était très interessant.

                peut être que vous allez écrire « on ne devient pas une femme par un homme »fils« avec lequel on a en plus un comportement incestueux ».

                je ne sais pas si tous les hommes vont à la femme comme on va à la station service....ou alors ça dépend du service demandé car je crois bien avoir observé autour de moi, durant ces 10 dernières années, pas mal de cas ou les femmes, après avoir obtenu le nombre d’enfant désiré, trouvaient pas mal d’excuses et laissaient consciemment pas mal de situations pourrir afin de trouver ces excuses pour se retrouver seules avec leurs enfants en revendiquant ce que vous venez de dire pour justifier de mauvaise fois une situation plus ou moins préméditée depuis le début (je vous rassure, le taux de connerie masculine étant resté le meme).

                l’égalité de l’homme et de la femme a été atteind...pas dans les salaires, mais dans la bêtise.la femme s’est arrogé le droit d’être aussi conne que l’homme et de le revendiquer. D’ou la source de votre commentaire : tout est prêt pour la 3 eme guerre mondiale.

                crier hystériquement que l’homme est un porc qui va a la femme comme il va a la station service était un cri justifié il y a 30 ans...mais l’eau a coulé sous les ponts. la femme, il me semble a eu l’occasion d’aller à la station service entre temps. pour éviter la trosieme guerre mondiale il faut un réel dialogue ou chacune des parties reconnait ses torts...et reconnait qu’elle porte en son sein aussi certains torts qu’elle reproche à l’autre. je vois en ce moment meme autour de moi un couple eclater ...curieusemnt c’est la femme qui quitte le domicile, se prend un appart et sort en boite tous les week end, et c’est l’homme qui garde les momes le week end en travaillant la semaine...cet exemple casse votre commentaire « On ne devient pas un homme par une femme »mère« avec laquelle en plus on a un comportement incestueux. » ainsi que ma tentative de le compléter « on ne devient pas une femme par un homme »fils« avec lequel on a en plus un comportement incestueux »... a l’heure de l’éclatement de valeurs ridiculisées par les médias,qui aident les multinationales a démultiplier les foyers fiscaux et les ventes ... stéréotyper le débat est un danger...soyons plus subtils.

                la sexualité n’aurait jamais du quitter la sphère intime. il faut une mère et un père pour aider un enfant à devenir un homme ou une femme « fini(e) ».


              • Aspiral Aspiral 9 décembre 2007 19:03

                Merci pour ce très intéressant commentaire. Ma théorie est trop longue pour être exposée ici. Elle s’enracine dans ce qui se disait dans le temps. Vous trouverez sur mon site de quoi alimenter votre réflexion. Je dis que pour des raisons explicables par une manière différente de vivre l’œdipe, les femmes voient horizontale mais pensent circulaire, et les hommes pensent linéaire mais voient vertical. ON ne sortira de la terrible guerre des sexes qu’en organisant le couple comme une complémentarité d’un aveugle et d’une paralytique. Mais le discours de Freud sur la femme phallique a tout cassé. Le problème actuellement est aussi que les femmes confondent la plupart du temps le sentiment « amoureux » avec le sentiment maternel, ce qui crée des boucles vicieuses jusqu’à l’explosion. Un couple devrait être un homme adulte et autonome qui fait un projet de couple avec une femme adulte et autonome. Voyez http://www.aspirale.be/Textes/Masculin-Feminin.htm


              • niko74 niko74 9 décembre 2007 20:27

                merci beaucoup, ces lignes m’ont donné l’eau à la bouche. si votre pensée est trop longue, vous l’avez très bien résumé et je trouve cela très interressant.je vais voir ce qu’il en est plus en detail en suivant votre lien.


              • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 6 décembre 2007 19:47

                L’attitude défaillante envers la famille et envers les valeurs familiales, simples, non matérialistes, mais exigeantes en investissement affectif, cette attitude défaillante envers les valeurs qui étaient il n’y a pas longtemps considérées comme l’idéal à atteindre, cela se traduit par la démographie défaillante.

                Le célibat est-il répandu chez les personnes issues de l’immigration en provenance des autres continents dans les mêmes proportions que chez les Européens d’origine ?

                Il y a dans cet article un rapport avec le sujet développé dans le dossier « Démographie et immigration : suicide collectif des Européens » :

                http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=32156


                • Pie 3,14 6 décembre 2007 22:23

                  Le rapport que vous établissez entre célibat et démographie est faux.

                  Jusqu’au XIX , les sociétés occidentales ont un très fort taux de natalité en même temps qu’une très forte proportion de célibataires ( clergé surabondant, cadets qui n’héritent pas, filles non dotées etc...).

                  La vie de couple est devenue la norme absolue au XX et c’est pourquoi son absence est perçue comme un drame. Aujourd’hui on vit en couple plus tôt qu’auparavant et il n’y a jamais eu si peu de couples sans enfants alors qu’ils étaient très nombreux jusque vers 1950.

                  Ce n’est pas le nombre de couples qui fait la démographie mais le nombre d’enfants par couple.La natalité est plutôt élevée en ce moment en France, elle le doit peu aux immigrés dont le comportement démographique se calque vite sur les conditions économiques et les moeurs locales.

                  Les familles très nombreuses se font rares, les familles de deux à trois enfants deviennent la norme et n’oublions pas que beaucoup de célibataires administratifs ont des enfants.


                • claude claude 9 décembre 2007 01:46

                  @ pie 3,14,

                  enfin un post de bon sens au milieu de tous ces messieurs martyrisés par la gente féminine !

                  je compatis grandement à leurs malheurs, et me sens coupable d’appartenir à un sexe qui en quelques années est passé du statut de victime, à celle de prédatrice insensible et cynique... smiley

                  juste une chose : bien que vivant depuis 20 ans avec mon fiancé et ayant eu une fille avec lui, pour l’administration, je suis toujours considérée comme divorcée célibataire !!! smiley

                  alors quid est vraiment du chiffre de 15 millions de célibataires ?


                • claude claude 9 décembre 2007 02:33

                  aux messieurs martyrisé, bafoués, abandonnés par leurs épouses,

                  en tant que membre de la gente féminine, je compatis profondément et sincèrement, à votre douleur et à votre désarroi. je suis effarée par le comportement indigne de mes semblables envers vos semblables.

                  comment osent-elles après des années de mariage, se défaire de leur sourire juvéniles et amoureux ? quelle trahison !!! quel manque d’éducation !!! la belle se transforme en boudin acariâtre...

                  je comprends combien doit-être pénible votre déception, mais petite question : et vous ? êtes vous resté le jeune homme délicat, attentifs, inventifs du début de votre relation ? pas de petit bedon pointant son nez sous la chemise ?

                  combien de fois lui avez vous simplement dit « je t’aime », « tu es jolie, ce soir » ? et des petites attentions : une fleur, une sortie au cinéma, une petite balade, porter les paquets un peu trop lourds, changer le petit dernier pour qu’elle puisse souffler un petit peu ?

                  vous êtes-vous regardés dans un miroir et fait votre autocritique ?

                  mais réjouissez-vous, il y a aussi foule de femmes qui sont maltraités, battues, violées par leur conjoint. abandonnées sur le bord de la route avec les enfants, pendant que monsieur joue les jeunes hommes avec une gamine de 25 ans au ventre plat et aux jambes lisses...

                  dans un couple, il y a 2 personnes, et rien n’est tout blanc ou tout noir : chacun commet des erreurs, le tout c’est de le reconnaître...


                • claude claude 9 décembre 2007 02:54

                  petit livre bien foutu qui s’appelle le « deuxième sexe », et c’est une certaine simone de beauvoir qui l’a écrit ...

                  - # « On ne naît pas femme : on le devient... C’est l’ensemble de la civilisation qui élabore ce produit intermédiaire entre le mâle et le castrat qu’on qualifie de féminin. »

                  - « Les femmes d’aujourd’hui sont en train de détrôner le mythe de la féminité ; elles commencent à affirmer concrètement leur indépendance ; mais ce n’est pas sans peine qu’elles réussissent à vivre intégralement de leur condition d’être humain. », Le Deuxième Sexe (Formation, Introduction)


                • Sylvain Poirier Sylvain Poirier 6 décembre 2007 20:00

                  Depuis le temps que j’avais écrit des textes de réflexions diverses pour dénoncer la passivité de la société face au fléau du célibat, et que personne n’avait réagi... voilà enfin qu’on est plusieurs à oser dire la vérité. Suivre ce lien puis les autres qui s’y trouvent.


                  • vinvin 6 décembre 2007 22:07

                    Bonjour.

                    Article très instructif :

                    Comme l’ auteur l’ écrit dans l’ article, le célibat, n’ est peut-etre pas l’ idéal pour la santé, et on peut ressentir une souffrance psychologique, qui peut entrainer a plus ou moins long terme des problèmes de santé plus grave.

                    C’ est vrai aussi qu’ une personne qui vit seule peut avoir des troubles du someil, une consomation de tabac et d’ alcool plus élevée. (pas tout le monde heureusement....)

                    Mais un homme qui a la malchance d’ épouser une « garce » qui lui fait subir l’ enfer, peut aussi influencer négativement sa consommation de cigarettes et d’ alcool, ( voir meme sonbrer dans l’ alcoolisme pur et simple).

                    En tant que célibataire je vous fait part de mon témoignage personnel :

                    Bien sur que le célibat et la solitude me fait souffrir psychologiquement, et que justement les syptomes cités dans l’ article, comme l’ insommnie, et une consomation de tabac et d’ alcool, sont les symptomes donc je suis personnellement victime, et je suis obligé depuis des années de prendre des somnifères pour arriver a dormir.

                    Mais......

                    Les périodes de ma vie ou j’ ai été marié : Du 15 Juin 1991 au ? Février 1995 et du 04 Octobre 2003 au 08 Mai 2004, mes épouses me faisant térriblement souffrir, j’ étais en ses périodes très dépressif, et ma consomation d’ alcool était devenu pire que présentement que je vit seul. ( J’ étais carrément devenu alcoolique).

                    Je sais bien que vous vous foutez complétement de ma vie privée, mais ce que je voulais faire passer comme message a travers mon témoignage et mon vécu personnel, c’ est que le mariage n’ est pas « systématiquement » un remède de bonne hygiène de vie, ni d’ un remède miracle anti tabagisme ou anti alcoolisme. (Surtout si on tombe sur des épouses boivent également.....)

                    Bien cordialement.

                    VINVIN.


                    • manusan 7 décembre 2007 05:14

                      Comme vous dites dans votre témoignage Vinvin, il n’y a pas vraiment de recette au bonheur, chacun vit sa vie.

                      Les prophètes du « ça va plus, il y a trop de célibataires, ils sont malheureux » n’accepte pas que d’autres puissent trouver leur bonheur autrement comme leur sainte famille.

                      L’évolution de la vie de couple est à l’image de la société, plus individuelle, plus consommatrice (speed dating, sex ...), mais aussi plus responsable (puisque la rupture est facile), plus ouverte (beaucoup de mariages de différentes cultures), moins déterministe (50% des mariages finissent par un divorce).

                      Bref plutôt une chouette aventure où tout en possible, en tout cas plus attrayant que le mariage à 18 ans arrangé par les parents jusqu’à ce que la mort nous sépare.


                    • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 6 décembre 2007 22:42

                      Visez un peu cette brève... le divorce est mauvais pour l’environnement. Sisi, ça ne s’invente pas, des types de l’Université de Michigan ont été payés pour faire cette étude... Un point en plus pour le plaidoyer de l’auteur smiley (à qui j’adresse au passage mes félicitations pour sa très bonne approche de l’un des pires fléaux de notre société)

                      http://actu.skynet.be/index.html?l1=actuality&l2=news&l3=homepage&l4=detail&id=280204


                      • dup 7 décembre 2007 07:40

                        le mariage est responsable de 100 % des divorces . Ca sonne comme une blague , ça n’en est pas une . Le mariage fait intervenir 2 institutions pour lesquelles je n’ai aucune considération : l’état et l’eglise . Ce ne sont pas ces 2 monstres qui peuvent forcer 2 êtres à rester ensemble ou se séparer. Je conçois son utilité que pour protéger une 3e entité : les enfants. Mais vu l’avenir qu’ils auront ici bas , les faire est un acte égoiste et narcissique.


                        • manusan 7 décembre 2007 11:10

                          tout à fait d’accord, les sociétés primitives étaient d’ailleurs organisées le plus souvent selon le matriarcat. On va peut-être y revenir qui sait ?


                        • Plum’ 8 décembre 2007 12:53

                          « Si vous êtes invité à un mariage, amusez-vous à ceci : trouvez les signes de divorces qui sont déjà inclus dans la fête »

                          Quels sont vos principaux critères ?


                        • niko74 niko74 8 décembre 2007 19:45

                          on va y revenir...au matriarcat ou aux sociétés primitives ? smiley


                        • Zenobia Zenobia 7 décembre 2007 09:47

                          Bien peu de positions féminines sur le sujet... Etrange non ? Alors une « vieille » féministe,

                          au sens de à égalité des compétences doit correspondre égalité des salaires, égalité des chances, égalité des droits et des devoirs,

                          je constate avec... amusement et non regret d’ailleurs que les hommes et les femmes ne sont pas vraiment faits pour vivre ensemble. Le mariage ne semble possible que dans une relation de dominant à dominée. J’ai vécu un divorce : la tragi-comédie absolue, puis un veuvage : l’enfer de la perte d’un être cher. Mais comme j’ai toujours été indépendante, au sens où je ne dépendais de personne pour vivre et élever mes enfants, j’avoue qu’avec le temps je n’ai plus aucune envie des compromissions permanentes que les couples doivent accepter pour « survivre »... Car combien de couples ne font que « se supporter » pour éviter la solitude....Triste vision non ???

                          Alors très franchement, mieux vaut être seule que mal accompagnée. Une solitude choisie, bien remplie, qui n’empêche pas les relations amoureuses intenses, mais qui laissent la liberté de respirer, sans rendre des comptes.

                          Et puis finalement, vive le retour aux premières structures sociétales du matriarcat ! Peut être qu’alors les couples survivraient mieux, qui sait.... ( En fait, je n’en suis pas très certaine si l’on se réfère à la société si mythiquement décrite des amazones...)

                          Mais au moins,il n’y aurait moins de ces folies dans le monde, les guerres, les conflits.... : nous n’avons pas envie que la vie que nous donnons soit reprise dans de telles sottises sous forme de « chair à canon »...

                          Sur le plan sociétal, les mariages étaient avant tout des moyens pour maintenir ou agrandir un patrimoine jusqu’à la fin du 19 ème siècle. Rien à voir avec les sentiments. les hommes tentaient de trouver ailleurs ce qu’ils souhaitaient et les femmes souffraient d’un bovarysme ou rênalisme aigü, victimes d’un patriarcat exacerbé.

                          La société actuelle permet enfin à chacun d’entre nous de... RESPIRER et de choisir sa voie... Alors la liberté est parfois dure à assumer, elle coûte un prix fort, mais c’est la liberté.


                          • niko74 niko74 8 décembre 2007 19:48

                            et bien je vous renvois à un commentaire plus haut sur ce fil : "le célibat comme le divorce sont des évolutions sociétales voulues par une partie aisée de la population au détriment des autres

                            Qd on est pauvres, le célibat c’est la misére affective, sexuelle, économique, sociale, le divorce est cause de délinquance et de difficultés scolaires lourdes de conséquences...

                            Mais les médias continuent de nous dire le contraire, alors tout va bien "

                            et j’en profite pour dire que ce commentaire est celui qui a été le plus « plussé »....parcequ’aujourd’hui , pour RESPIRER comme vous dites en lettre capitales, faut quand meme en avoir les moyens.


                          • Zenobia Zenobia 9 décembre 2007 08:30

                            Vous croyez ???? Et bien figurez-vous que beaucoup de personnes que je côtoie, (à commencer par moi-même) n’ont pas de grands moyens. Respirer ne veut pas forcément dire sortir tous les soirs pour éviter la solitude..., faire des rencontres, absolument...Voyager au plus chic... Certainement pas... RESPIRER veut dire être libre de ses choix, sans être absolument obligé de tenir compte des avis d’un autre : au début, tout nouveau tou beau... mais après.... ? Compromissions un peu... puis beaucoup... souvent jusqu’à saturation. Alors encore une fois, la solitude, si pour certains semble être une véritable source d’angoisses, peut être aussi pour d’autres la possibilité ENFIN de faire ses propres choix....et cela n’a rien à voir avec le montant d’un compte en banque.


                          • bluff 7 décembre 2007 11:19

                            « Si vous êtes invité à un mariage, amusez-vous à ceci : trouvez les signes de divorces qui sont déjà inclus dans la fête... » bin oui, car le mariage n’est pas la voie de la facilité. smiley Il est bien plus facile, de se dire « je me casse des qu’il(elle) me gonfle ». Un couple qui a su rester uni malgré les divergences a plus de merite.

                            « Le mariage est donc une aberration capitalistique qui fait immédiatement suite à la connaissance du lien de cause à effet entre l’acte sexuel et la fécondation et n’a aucune signification particulière dans la Nature. » la nature est tjs citée en ref de ceux qui veulent remettre en cause le mariage et la famille. Si on considère le monde animal comme modele absolu, alors allons jusqu’au bout :
                            - pas d’union dans le monde animal (quoique, il y a des cas d’espece tjs unies pr la vie) ? certes...
                            - ok mais alors les parents humain devraient également abandonner leur rejetons dès qu’il sont à peu près independant, meme s’ils risque la decheance ou la mort. Qu’il ne s’avisent pas de revenir vers ses parents (môman !) car il l’auront déjà oublié (dégage ! smiley), il en auront fait d’autres (chaque année). L’homme est issu de la nature mais il est un peu plus, car il s’en est affranchi. l’union durable entre 2 etre n’est absolument pas une « invention capitaliste » mais le simple resultat du fait que l’homme est doué de sentiments, et que le cocon familial est là car un petit d’homme est totalement inachevé. Dans la nature, un animal arrive tres vite à une pleine independance et c’est pour cela qu’il n’a pas besoin de parents, de famille, et parfois meme pas d’un groupe. c’est le resultat de l’evolution, pas un pur montage institutionnel.
                            - ok alors l’acte sexuel devrait etre completement fusionné à l’acte de reproduction. qd on a envie de se taper un femelle, on s’en fout qu’elle se retrouve enceinte ensuite : qu’elle se dem... avec son rejeton, c’est son pb. l’acte sexuel serait purement instinct masculin smiley pour se decharger de sa tension sexuelle sur une femelle à peine consentante smiley.
                            - ok alors appliquons la selection naturelle : on laisse crever les handicapés dans leur coin, la vie se chargera de les eliminer. smiley

                            Si c’est ca qu’on veut, allons y gaiment... super programme en perspective, les « naturalistes » ! smiley

                            « Le mariage fait intervenir 2 institutions pour lesquelles je n’ai aucune considération : l’état et l’eglise . Ce ne sont pas ces 2 monstres qui peuvent forcer 2 êtres à rester ensemble ou se séparer » vu que certains n’en ont rien à battre de l’etat et de l’eglise, je ne vois pas bien ce qui les derange qd ces 2 entité racontent ci ou ca. Qu’il vivent comme ca leur plait mais ne denigrent pas les valeurs des autres. Personne ne force quiconque à se marier (du moins dans notre société moderne. le mariage arrangé etant une aberration) Dans le cas de l’eglise, si on se marie (sincerement) c’est pour offrir à l’autre une promesse d’amour, montrer son attachement. mais on a la liberté de choisir comment on veut vivre avec son partenaire : simples rapports sexuels, union libre, mariage, ...

                            « le mariage est responsable de 100 % des divorces » non, le mot « mariage » est responsable du mot « divorce ». qu’on soit marié ou en union libre, vous ne pourrez pas nier qu’un couple peut se faire et se defaire. Et qd il se defait, cela s’apelle une « separation » ds le cas d’une union libre. Mais le resultat est quasiment le meme (surtout s’il y a des enfants)

                            « Mais à partir du moment où l’homme a compris que l’acte sexuel était cause de la fécondation alors il s’est considéré comme le père et l’accouchée comme la mère et l’on a créé cette aberration : la famille. Chacun comprend que c’est une aberration puisqu’on crée une famille avec des personnes qui ne sont pas de la famille » alors pour vous cette prise de conscience est une regression ? « avec des personnes qui ne sont pas de la famille » (? ?!??) c’est bin non, l’inverse. Et le cas de tribus que vous citez en modèle incluent justement ds l’environnement de l’enfant, des gens qui ne sont pas biologiquement de sa famille. La notion de communauté n’empeche pas la notion de famille. et c’est une evolution de savoir distinguer les deux. NB : ces tribus si admirable ont déjà une notion du mariage (celebrations d’union entre homme et femme) contrairement à ce que vous laissez entendre, en defendant un magma communautaire ou la notion de famille est diluée.

                            c’est dingue, cette volonté de reduire la relation entre homme et femme à presque rien, de retourner intelectuellement à l’état animal comme si nous n’etions pas le resultat d’une evolution biologique et sociale. mais le sujet c’était le celibat pas le mariage...


                            • 5A3N5D 8 décembre 2007 21:11

                              @ Bluff,

                              Merci pour ce commentaire qui ne fera pas plaisir aux « naturalistes ». J’ajouterai ceci : même dans les tribus les moins évoluées, la notion d’inceste est parfaitement reconnue. Donc, il y a bien, de fait, un distingo entre « tribu » et « famille ». La famille n’est sans doute que « biologique », mais c’est déjà un bon départ. Prétendre que, dans une tribu primitive, ça « tire dans tous les coins » c’est décrire exactement ce qui se passe dans notre société « évoluée » : l’acte sexuel est un produit comme un autre, consommé vite fait, sans véritable volonté de construire une relation durable.

                              Expliquer le problème du célibat par la psychanalyse, le marxisme ou le capitalisme, c’est trouver des excuses qui n’en sont pas, c’est masquer la véritable nature du problème. En tout cas, je ne donnerai pas dans ce panneau-là. L’argument « capitaliste » ne tient pas davantage la route depuis que les méthodes de contraception se sont banalisées et que l’enfant peut être « programmé » par le couple, ce qui était encore peu souvent le cas dans les années 50, à une époque où les familles de 5 enfants étaient pratiquement la « norme ».

                              Personnellement, n’étant pas sociologue, je n’ai pas d’explication au phénomène actuel du célibat. Je ne peux que constater cette dérive consumériste d’une activité sexuelle qui, à priori, est aux antipodes d’une vulgaire marchandise.


                            • brieli67 7 décembre 2007 11:37

                              ET QU ON METTE UN GRAND GROS BANDEAU SUR L’ ARTICLE P P P

                              pub pré pubertaire

                              Déjà NATUROVOX est complétement parasité par des articles de pubs. Si au moins il y avait un zeste d’humour Même pas du niveau du Readers Digest...

                              La préhistoire du marketing !


                              • Saï 7 décembre 2007 11:47

                                La bien-portance du célibat, c’est simplement la traduction du règne de la peur de l’autre. On peut disserter éternellement sur les différences homme/femme et leurs incompatibilités, le problème n’est pas là. Qui ne se connaît pas et ne s’aime pas ne peut connaître et aimer l’autre. Qui se connaît accepte ses propres limites, sait ce dont il a besoin et y compris au sein d’un couple. Cette problématique-là n’est pas une question de sexes ; si les couples homos n’avaient pas les problèmes des couples hétéros, ça se saurait.

                                Je rejoins GRL sur ce point, on vit dans la société de l’individu voulu omnipotent et autosuffisant. La structure sociétale est ainsi faite qu’elle nous apprend à croire que nous n’avons besoin de personne. Ce qui est dangereusement faux. Une vie de couple épanouie demande une grande connaissance de soi, une conscience de ses limites et de celles d’un couple, de la part des deux individus qui le composent. Prérequis majoritairement ignoré, aujourd’hui, au profit de la loi de la satisfaction immédiate et de la sacralisation de l’individualisme aveugle. Mais admis par les couples qui vivent heureux ensemble. Si si, il y en a encore.


                                • Icks PEY Icks PEY 7 décembre 2007 12:08

                                  Nous vivons dans le culte du désir et de l’individualité. Alors, forcément, vivre à deux, finit une fois sur deux en divorce puisque, tôt ou tard, les désirs divergent (et cela fait bcp pour un seul homme).

                                  La vie en couple pérenne et durable requiert impérativement et inéluctablement que les conjoints finissent par renoncer à une partie d’eux même. Certains le feront par amour et c’est tant mieux (l’idéal recherche le jour du mariage en général : me donner à toi n’est pas un sacrifice car je t’aime ... 10 ans plus tard ... la notion de don a été sérieusement reconsidérée ...), d’autres le feront pas abnégation, au moins temporaire (cas de la femme qui reste en couple jusqu’à la majorité des enfants), par réalisme désabusé (vivre en couple, c’est difficile, faut faire avec), par obligation (femme dépendante financièrement par exemple avec de jeunes enfants), par découragement (de toute façon, ej en trouverai jamais mieux que ce que j’ai), par intérêt (bilan avantages/inconvénients légèrement positif) ...

                                  A l’inverse, des célibataires se perdront dans la quête de la relation idéale qui est sensée être merveilleuse du premier au dernier jour.

                                  En fait, la déception du mariage est lmiée au fait qu’on se trompe sur la raison de se marier : les gens croient qu’il suffit de s’aimer pour se marier. Alors qu’en réalité, se marier, c’est s’engager à s’aimer ... et c’est complètement différent.

                                  Icks PEY


                                  • dup 7 décembre 2007 13:10

                                    pourquoi acheter un livre quand on peut aller à la bibliothèque Benny Hill


                                    • Selmi Selmi 8 décembre 2007 00:39

                                      je n’ai pas lu l’article /à titre indicatif il vaut mieux être seul que d’être mal accompagnée et puis de notre temps tout se vend tout s’achète sauf la paix qui n’as pas de prix : CONNAISSEZ VOUS UNE SEULE FEMME CAPABLE DE PASSER UNJOUR EN PAIX AVEC SON MARI ? APRES UNE DURE JOURNEE QU -IL FAIT BON DE S’ALLONGER SEUL SUR UN LIT 2 PLACES ET SI TU AS ENVIE DE BAISER APPELLE LE 108 OU L’ANCIENNE METHODE..BONNE NUIT....


                                      • Selmi Selmi 8 décembre 2007 12:44

                                        BIENTOT UNE DAME DE FRANCE SARCO NE SUPPORTE PLUS LE CELIBAT L’HEUREUSE ELUE FERA BIEN PLUS QUE LES VAGUES DE 15 METRES MEME LA SEINE SORTIRA DE SON LIT...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès