Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le ciel leur est tombé sur la tête

Le ciel leur est tombé sur la tête

Délaissons l’actualité québécoise et canadienne, le temps des Fêtes oblige,  pour nous amuser aux dépens de nos cousins français. C’est reconnu que ces derniers aiment bien donner des leçons aux autres. Qu’il nous soit permis d’avoir un sourire en coin face à leur déconvenue depuis un certain temps.

 Les épisodes neigeux

Une grande partie de l’Hexagone est frappée par des épisodes “neigeux“. Paris a reçu quelques centimètres de neige ; la Bretagne, l’Alsace, entre autres, plus ou moins 15 centimètres, peut-être un peu plus. Pour faire face à ces abondantes chutes de neige pour eux, le conseil des ministres de la République s’est réuni en urgence, le Président de la République a dénoncé l’incapacité des autorités concernées à faire face à ces quelques centimètres de neige qui ont pris l’allure d’une catastrophe nationale. La France est bloquée, bouchonnée, congestionnée : aéroports, trains, routes sont devenus des stationnements, des dortoirs. Les blindés sont venus à la rescousse, c’est vous dire. Un malheur ne venant jamais seul, le mercure s’est permis des fantaisies en chutant sous le point de congélation : EDF (Électricité de France), l’Hydro-Québec français, a battu des records de consommation. C’est le chaos.

Mais le plus paradoxale face à ces chutes de neige, c’est que nos chers cousins français ne voient pas encore l’utilité des pneus d’hiver. Une enquête sur le site Internet du Figaro note que près de 60% de nos cousins jugent inutiles et onéreux de s’équiper de pneus à neige. Ils préfèrent les chaînes. Mais ils s’amusent dans les bouchons tout en vociférant. En espérant que les changements climatiques n’exportent pas les hivers québécois au pays de nos ancêtres. Selon des experts européens, la situation actuelle serait le début d’un cycle de 10 ou 20 ans. Alors ils auront tout le temps pour méditer la citation de Voltaire sur les quelques arpents de neige de la Nouvelle-France : une terre glacée et improductive, disait-il.

Le français, langue inutile ?

Le 21 décembre 2010, le journal Libération apostrophait les américains parce que l’Université de New-York à Albany se prépare à faire des coupes sombres dans l’enseignement des langues étrangères dont le français, “démontrant ainsi un mépris total pour la connaissance et l’ouverture d’esprit“. L’ambassade de France à Washington s’en mêle et essaie de trouver une alternative à la fermeture du département de français.

Faut-il rappeler à nos cousins français qu’ils sont en grande partie responsable de cette situation. N’utilisent-ils pas à outrance le vocabulaire de Shakespeare ? Pour eux, c’est normal, c’est cool d’envoyer un mail et d’écouter le speaker aux news en prime time qui annonce que les traders se paient en stock-options. C’est sans oublier les happy hours, les concept-cars, les drugstore, les parking, le hi-fi. N’oublions pas qu’un étudiant français n’obtient pas une maîtrise à l’université, mais un master. Il ne prend pas un vol nolisé, mais un charter low cost. Il faut lire leurs journaux et leurs hebdomadaires pour constater ces dérives. Alors, pourquoi s’offusquer de la décision de l’Université de New-York à Albany ? 

La France au passé flamboyant et lumineux ne se retrouve plus que dans les livres d’histoire et les guides touristiques. Ce n’est pas encore le déclin, mais elle n’a plus le prestige et l’influence d’antan. 

Comme le craignaient nos sympathiques Astérix et Obélix, le ciel est en train de leur tomber sur la tête et leur druide en chef, Sarko 1er, ne peut concocter la bonne potion pour les protéger d’un déclin plus prononcé.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • jako jako 23 décembre 2010 10:31

    Bonjour
    J’ai plussé parce que ce n’est pas faux, mais ne pas faire l’amalgame svp entre le peuple
    et son « gouverne-ment ».
    Pour les anglicismes voyez en Belgique, l’anglais est omniprésent, même dans les pubs et les journaux.


    • Halman Halman 23 décembre 2010 10:41

      Il faut bien reconnaitre qu’ils n’achetent pas de pneu neige, qu’ils savent qu’il va neiger mais se précipitent sur les routes, dans les gares et les aéroports.


      • Nomade 23 décembre 2010 11:03

        Hello « cousin » !
        Je dois t’avouer que l’on a bien rigolé aussi en Suisse de les voir patiner en pneus d’été dans la neige !
        Mais même s’ils sont un peu hâbleurs, râleurs et « grandes gueules », les Français sont nos frères de culture, de langue et pour cela nous les aimons....


        • Gavroche Gavroche 23 décembre 2010 11:18

          Bonjour cousin,

          excellent article et entièrement d’accord avec vous sur l’utilisation abusive (pour ne pas dire outrancière) de l’anglais.


          • pada pada 23 décembre 2010 16:30

            Oui mais quand même ces cousins font les chose de manière mesurée, ils prononcent ces mots importés à la française ce qui les rend incompréhensibles pour les québécois et ils vont même jusqu’à mettre les adjectifs dans l’ordre du français.

            Par exemple, quand un français de France (je vis au Québec depuis plus de 30 ans) m’a parlé de guide line je ne l’ai pas compris sans effort et voir le mot écrit !

            En ce qui concerne les pneus, effectivement je ne comprends plus cet usage des chaînes, et sachez qu’un pneu à neige est aussi surtout à glace, en dessous de zéro degré il devient nécessaire pour s’arrêter sur la glace (ou simplement le givre).

            Ceci dit comprendre ce qu’est un brake à bras, peser sur la clutch, fesser dans hood, ou simplement peser sur le piton, au Québec pour un français de France demande aussi un petit effort. Mais bon c’est la pression de l’environnement direct.

            (Ah oui j’oubliais la traduction : frein à main, debrayer, taper sur le capot avant, appuyer sur le bouton).


          • Jean d'Hôtaux Jean d’Hôtaux 23 décembre 2010 12:04

            Merci à l’auteur pour son trait d’humour ...

            Oui, nous connaissions « l’exception culturelle française » et il va falloir admettre désormais « l’exception hivernale française », sans pneus d’hiver et sans saleuses, mais toujours aussi râleuse ...

            De la neige à cette saison ? Mais que fait « meteofrance » ? Vite une pincée de sel !

            Et puis, rien ne vaut une bonne petite réunion ministérielle animée par le « grand gourou » pour conjurer le sort et remettre l’église au milieu du village ! Non mais, tout de même ...

            Aurions-nous oublié ce dicton pourtant bien de chez nous : « Neige en novembre, Noël en décembre ... » ?


            • Cogno2 23 décembre 2010 12:52

              D’un autre coté, acheter des pneus neige pour s’en servir quelques jours par an... je préfère rester chez moi.


              • TSS 23 décembre 2010 13:31

                d’accord avec vous sur la 2ème partie,les anglicismes, je peste tous les jours contre ces « journaleux » qui croient être dans le vent en mettant 3 mots d’anglais par phrase !!

                par contre pour la neige,chez vous,les investissements sont rentables car ils servent tous les ans !!chez nous le même investissement servira une fois tous les 5/10ans !c’est là toute la difference... !!


                • paoum 23 décembre 2010 13:53

                  hi !hi !

                  c’est sûr que les québécquois ( cousins adorés !), pour faire la bizness on va d’abord loader la van !

                  ’stie, et pas de flat sur le taïre !

                  ceci dit je vous donne raison.

                  pour le cocasse épisode neigeux, les français ont surtout l’habitude d’avoir des services publics efficaces et dotés des outils nécessaires, ils vivent une conséquence directe des coupes drastiques et des réorganisations léthales desdits services,
                  j’étais en allemagne au moment des premiers flocons en france , c’était tempête de neige, chutes records, blizzards... j’y ai fait plusieurs milliers de kilomètres, ça roulait !
                  même les camions ! tout le monde avait des pneus neige, (sauf votre serviteur, comme quoi....ça passe) ; vu de teutonie, le blocage français faisait vraiment pitié, mdr !!

                  merci pour l’article.


                  • kéké02360 23 décembre 2010 14:21

                    Quand les français se libéreront-ils de leurs chaînes !!!!!!!! ?????


                    • Alpo47 Alpo47 23 décembre 2010 14:21

                      Bon, les cousins ... moi, je suis dans le « sud-ouest » de la France. Généralement, deux jours de neige ... par an, comme 80% du pays.
                      Alors, acheter un train de pneus cloutés, sais pas peut être 1000€, pour si peu ... Faudra plus de temps pour les installer et les enlever qu’à les utiliser. Et je parie que vous vous moqueriez ... Non ?
                      Mais les régions montagneuses, Jura, Alpes, Massif Central, Pyrénées ... sont très largement équipées. Pas totalement idiots, les cousins ...
                      Et puis, on a des scientifiques, totalement « neuneu », eux, qui nous « bassinent » tous les jours avec le « réchauffement climatique »...
                      Finalement, pourquoi s’en faire ?


                      • Cogno2 23 décembre 2010 15:07

                        Et puis, on a des scientifiques, totalement « neuneu », eux, qui nous « bassinent » tous les jours avec le « réchauffement climatique »...
                        Finalement, pourquoi s’en faire ?

                        Peut être pour que d’autres « neuneu » comprennent qu’un réchauffement est global, et qu’il pourrait se traduire par chez nous par un refroidissement.
                        Ce pourrait éviter aux posteurs « neuneu » de passer pour des « neuneus » et de venir nous « bassiner » avec leur discours de « type qui la ramène mais n’y entrave queue dalle. »


                      • Radix Radix 23 décembre 2010 17:05

                        Bonsoir Alpo

                        Pour les pneus cloutés, c’est raté, ils sont interdits en France, comme la DDE qui s’occupait de déneiger les routes et comme tant d’autres choses !

                        Visiblement le « réchauffement climatique » a fait des dégâts chez ceux qui l’ont pris au premier degré !

                        Radix


                      • JL JL 23 décembre 2010 17:16

                        Excellent Radix, ils ont effectivement pris le réchauffement climatique au premier degré !

                        Mais pas tous, et le second degré n’est pas triste non plus, qu’on en juge : "

                        Des hivers plus froids parce qu’il fait plus chaud

                        Selon une étude, les hivers rigoureux en Europe sont directement liés au réchauffement climatique"

                        Mdr !!!


                      • Radix Radix 23 décembre 2010 17:49

                        Bonsoir JL

                        Et si le soleil s’arrête, je te conseille de t’acheter des moufles !

                        Mdr !

                        Radix


                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 décembre 2010 18:10

                        Un train de pneus hiver fait dans les 600 à 800 euros...

                        Vais peut-être attendre de changer ma voiture avant d’en acheter...


                      • Radix Radix 23 décembre 2010 15:33

                        Bonjour

                        Hier soir nous fêtions l’anniversaire de ma cadette, elle a été gâtée, la neige est tombée en abondance dès 15 heure !

                        Ce qui ne nous a pas empêché d’aller au restaurant en voiture !

                        Je précise que je vis en province dans la région de Nantes, que j’ai vu deux fois dans ma vie la Loire geler au point que l’on pouvait la traverser en voiture... Sans passer par le pont !

                        Prière de ne pas confondre les parisiens avec la France !

                        Radix


                        • Redj Redj 23 décembre 2010 17:01

                          Nous avons été parmi les premiers touchés dans le morbihan par cette vague de neige, bien avant nos amis parisiens. Et bien vous savez quoi ? Personne n’a paniqué, les voitures roulaient, lentement mais elles roulaient, bref, pas de quoi fouetter un chat. 

                          Notre boss nous a gentillement proposé de partir plus tôt le lundi, histoire de ne pas être surpris par la 2ème vague, et bien incroyable, les gens sont partis à la même heure que d’habitude (à part quelques mamans mais là c’est normal), et sous la neige. Il y a eu quelques petits problèmes, mais sans plus. Et pourtant, en Bretagne, la neige c’est pas courant hein.

                          Les parisiens, comme à chaque fois, donnent une piètre image des français à l’étranger, alors qu’en fait, ils donnent leur propre image, pas celle des français. Paris n’est pas la France.

                        • bluerage 23 décembre 2010 17:40

                          hello cousin

                          Tiens, à quand un article sur la petite ligue de baseball au Quebec, ou la pratique de ce merveilleux sport chez nos cousins d’outre atlantique ?


                          • Radix Radix 23 décembre 2010 23:55

                            Bonsoir Bluerage

                            Merveilleux sport que le base-ball ?

                            Des crétins qui jouent au golf avec une massue ?

                            Décidément vous êtes bizarre les anglais !

                            Radix


                          • bluerage 24 décembre 2010 19:09

                            ah, le principe du baseball (taper avec un baton contre une balle est aussi vieux que l’homme qui cognait dejà sur des cailloux avec des batons)

                            et c’est sans doute moins con que d’essayer de rentrer un ballon avec les pieds dans un filet de peche...


                          • Montagnais Montagnais 23 décembre 2010 17:50

                            « Le français, langue inutile ? » Oui.


                            Oui, dans le monde de la World Company, dans le règne de l’homme disparu, anéanti, métamorphosé en Zombie, vidé de cerveau, frappé de cécité, suceurs d’images en milliards de boucles sur des milliards de spectrons ayant tout envahi.. Dans la bergerie en forme d’idylle new age, dans Cordicopolis mondialisé.

                            La France, comme le Quebec, comme la Suisse, n’est plus qu’une région de l’Esprit. Oui, le français est désormais une langue inutile dans le Meilleur des Monde. Orwell l’avait dit ? 95 % de proles en 1984. Depuis, ça s’arrange pas. 40 borborygmes suffisent pour être docteur en pidgin et faire un Babu tout à fait convenable.

                            • Le vénérable du sommet Le vénérable du sommet 23 décembre 2010 18:23

                              Il serait bon aussi que les personnes qui ne vivent pas en France ne s’informe pas sur ce pays (et sa population) en regardant les médias français (heu non, parisien...). Sur 20 interviews sur le périph, les journalistes n’ont gardé que les trois branleurs qui gueulaient. Quand on a plus la possibilité de donné de vrais infos, il ne reste plus que le sensationnalisme !!!
                              j’ai plussé cet article pour sa critique de l’anglicisme à tout crin de nos pipoles, mais je trouve la critique de fond un peu facile. Dire que les français sont des donneurs de leçon, c’est effectivement confondre les français et leurs pseudo - intellectuels. et encore, sur ce sujet, les anglos - saxons et les allemands en autres feraient bien de faire profil bas.
                              il y a eu aussi de beaux bordels, en Angleterre, Belgique, Espagne, Italie. C’est vrai, ils sont abrutis eux aussi à ne pas avoir des pneus neiges qui seront utilisés une fois tout les 10 ans ...
                              Les donneurs de leçon français reçoivent pourtant sans broncher les critiques faciles de cette anglaise qui pestaient contre « aéroports de paris ». Le fait que l’aéroport d’Heathrow soit fermé, c’est bien sur la faute de ADP, sans parler de la gestion dégeulasse de British Airways envers les autorité françaises ...


                              • Annie 23 décembre 2010 19:05

                                Juste pour mettre les choses au point, nous avons eu en Angleterre, le mauvais type de neige. En tout cas, c’est l’excuse qui nous a été fournie, et contre le mauvais type de neige, on ne peut rien faire (toujours d’après les mêmes sources). 
                                Je voudrai aussi préciser qu’Heathrow n’a pas été fermé. Les terminaux 1, 2, 3 et 4 étaient ouverts, et les vols étaient assurés. Seul le terminal 5 d’où opère la British Airways était fermé. BA a expliqué à sa clientèle plutôt mécontente (on a quand même frôlé l’émeute) qu’il était trop dangereux de voler. Ce qui laisserait supposer que toutes les autres compagnies aériennes ont pris des risques inacceptables, ou alors simplement que BA est totalement incompétent. Je pencherai pour la deuxième proposition. Aussi les Français peuvent se consoler, leur déconvenue est bien partagée.
                                Par contre, une chose que l’on ne peut pas reprocher aux anglais, c’est ... de parler anglais.


                                • Radix Radix 23 décembre 2010 23:52

                                  Bonsoir Annie

                                  « Par contre, une chose que l’on ne peut pas reprocher aux anglais, c’est ... de parler anglais. »

                                  Si ! On peut, car c’est une faute de goût énorme !

                                  Quand on pense qu’ils parlaient français avant de retomber dans la barbarie !

                                  Radix


                                • Annie 24 décembre 2010 00:03

                                  @Radix,
                                  Bien qu’étant française jusqu’au bout des ongles (que je rogne), l’anglais de Shakespeare, ou de Virginia Woolf ou Dylan Thomas est merveilleux. Je hais (le mot n’étant pas trop fort) l’utilisation commerciale, managériale, de cette langue, mais lorsqu’elle est utilisée par ses plus grands écrivains, elle est comparable au meilleur de ce que le français, en tant que langue, a à offrir. Je le dis avec regret mais aussi émerveillement.


                                • eresse eresse 24 décembre 2010 02:18

                                  bonsoir,

                                  je dois reconnaitre que dans le nord, cela a été assez risible. Mais soyez un peu honnête et reconnaissez que les 3 à 4 premiers jours de la saison hivernale, vous valez pas plus cher au volant malgré toute votre expérience. On oublie de garder ses distances, on oublie que la neige ca glisse quand il faut s’arrêter et ca s’accroche de partout. Un vrai festival... Un peu d’indulgence et c’est promis, on essayera de ne plus se moquer de votre accent et de votre vieux « françois ».

                                  bye


                                  • Berran 24 décembre 2010 04:45

                                    Ce n’est pas les chinois qui succomberait à cette mode de l’emploi de termes anglais. Sûr de sa puissance l’ empire du milieu a décidé de bannir les mots anglais de sa langue :

                                    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20101222-pekin-veut-preserver-purete-langue-chinoise

                                    « L’usage croissant de mots et d’abréviations de langue anglaise « détruit un environnement linguistique et culturel sain et harmonieux, [il] exerce une influence néfaste sur la société », estime l’Administration générale de la presse et de l’édition dans une directive publiée lundi 20 décembre
                                    (...)
                                    L’équivalent chinois de l’Académie française promet des « sanctions administratives » pour les contrevenants. »


                                    • Tefou 26 décembre 2010 15:51

                                      Salut

                                      Je suis francais de France et tout comme Pada j’ai vecu au Quebec quelques annes, des annees merveilleuses et des gens incroyables.

                                      Mais ce debat, que j’ai eu maintes fois avec des quebecois, me fait tellement rire.
                                      A force de comparaison, je sais que les quebecois utilisent BIEN PLUS d’anglicisme que nous.

                                      Un brake à bras, peser sur la clutch, fesser dans hood, mon highlight, c’est wiiired mon mass maaail etc etc etc il y a 1000 exemples. Mais la n’est pas l’important. J’arrete de faire le simple de meme.

                                      Ce debat est toujours lance par les quebecois, pour une raison simple. Eux seuls s’en inquietent puisqu’eux seuls sont menaces de la suprematie anglophone. Pour resumer, nous on s’en fout, on n’a pas d’anglos chez nous.

                                      Je vous comprends a fond les quebecois. Mais ce debat quebec/france est le seul que je ne cautionne pas. Ce que vous dites des francais habituellement est bien vrai et c’est chouette d’en rire, mais ce debat sur les mots anglais sert simplement a reporter le miroir sur quelqu’un d’autre.

                                      Acceptez vous comme vous etes, des francophones qui parlez de plus en plus anglais malgre vos envies souverainistes encore presentes.


                                      • pada pada 26 décembre 2010 21:53

                                        @ Tefou

                                        Bien d’accord, ceux qui me fatiguent ce sont « les imbéciles qui sont nés quelque part » comme le chantait Georges Brassens.

                                        Cependant je remarque qu’au Québec on « subit » souvent ces anglicismes (ne pas oublier qu’il y a 50 ans on pouvait au travail se faire dire speak white par le foreman -contremaitre- qui ne parlait qu’anglais) alors qu’en France on a tendance à les rechercher par simple snobisme.

                                        Si l’on utilise un brake à bras c’est à cause de l’isolement du Québec par rapport à la France, lequel n’a pas été voulu par le Québec. À bras c’est du « vieux » français et brake était le mot de la classe économique et dominante.


                                      • Mmarvinbear Mmarvinbear 27 décembre 2010 18:08

                                        Bon.

                                        Je suis d’accord pour dire que niveau neige et glace, on est pitoyables, et on mérite que vous en rigoliez.

                                        Après tout, nous, on se dit bien que vous avez Garou et Céline Dion. Ca compense.

                                        Par contre niveau langue, quand on load son van, qu’on actionne les breaks du hood ou qu’on presse le clutch, on vient pas donner des leçons aux autres quand ils disent « cool »...

                                        Ok ?
                                         :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès