Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le combat du pot de terre

Le combat du pot de terre

Il n'est pas bon pour une famille durant l'été d'avoir besoin d'un accompagnement social, beaucoup de services sont en vacances....Les personnes qui restent , assurent bien souvent une permanence.

« Attendez on vous écrira ! »

Un exemple parmi d'autres :

C'est une femme expulsée de son logement début avril qui se retrouve logée à l'hôtel avec ses trois enfants.

Elle avait des dettes de loyer et ce bailleur sans la moindre hésitation les a expulsés , elle et ses enfants.

Il existe des bailleurs sociaux qui, eux, accompagnent les familles et interviennent dès le premier retard de loyer en proposant un échelonnement....Le résultat est probant : de nombreuses familles rétablissent leur situation.

La juge des enfants, sans état d'âme, semble t-il (?) a placé les trois enfants dans des familles d'accueil. Les parents- le couple s'est reformé- voient ses enfants une ou deux fois par mois dans des conditions particulières et peu propices au maintien de lien : ils se rencontrent dans une salle de la Maison de la Solidarité pour quelques petites heures.

Deux associations fort différentes, le Secours catholique et le Conseil Départemental des Associations Familiales Laïques se sont saisi du dossier pour accompagner cette mère et ce père, désespérés de continuer à passer d'une chambre d'hôtel à l'autre.

Pour ces deux associations, il fallait aider cette famille à se retrouver et à se reconstruire.

Le pot de terre s'est mis en marche , sachant qu' il fallait ne pas faire attendre car ce couple risquait se sombrer dans le desespoir.

Premier obstacle la domiciliation pour avoir droit aux prestations de la CAF :

  • le 115 qui avait hébergé cette famille dit ne pas pouvoir assurer la domiciliation ;

  • la CAF explique que le Secours Catholique n'a pas d'agrément

  • le CCAS de la ville où logeait cette famille ayant téléphoné à la direction de la cohésion sociale annonce qu'il n'est pas habilité à domicilier ce couple. Ce CCAS de bonne foi n'est pas en cause.

Il a fallu, durant montrer, début août, texte à l'appui que tout CCAS pouvait domicilier une famille ayant eu des liens avec la commune....Mais pour aller plus vite c'est le Secours Populaire qui, agréé assure cette domiciliation....Ouf !

Deuxième obstacle : trouver un logement social

Les services de la Préfecture ayant été prévenus de l'urgence, un logement est proposé chez un bailleur.

Tout début juillet, le couple et les bénévoles commencent à respirer...provisoirement malheureusement :

La commission d'attribution se réunit début août et donne un avis défavorable.

C'est alors pour le couple le découragement d'autant plus qu'il lui avait fallu fournir plusieurs fois les mêmes papiers (!)

Le pot de terre s'énerve et s'apprête à médiatiser « l'affaire ».

Le bailleur émet une autre proposition de logement mais en indiquant que seul un bail glissant serait accepté à coup sûr.

Un bail glissant : c'est la médiation d'une association habilitée qui signe le bail à la place de la famille .

C'est à dire qu'elle paie les loyers et charges que lui rembourse chaque mois la famille.

Après un an de fonctionnement, si aucun incident n'est survenu, le bail est fait au nom de la famille.

Les bénévoles ne se découragent pas, ils contactent la grande association agréée par le Conseil Général .

Voici la réponse surprenante qui leur est faite : Nous rentrons dans ce dispostif, certes mais il faut que ce soit la Maison de la Solidarité qui instruise le dossier .

Il faut donc aller voir les services sociaux départementaux, les convaincre très vite avant le 15 août ou trouver une autre association éligible.

Nous ne désarmons pas, nous irons jusqu'au bout.

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 10 août 2013 11:40

    tu doit avoir l’habitude, à force ?


    • jaja jaja 10 août 2013 12:38

      @ JF Chalot : Bon courage à toi... Que de patience et de sang froid il faut pour accomplir toutes ces démarches qui ne se font jamais en douceur et du premier coup....

      Ceci dit dans ce CCAS les AS étaient obligatoirement au courant des possibilités de domiciliation car ce n’est sûrement pas la première fois qu’on leur demandait... Certaines communes de la RP ont des centaines de domiciliés.... et d’ailleurs elles ne peuvent en principe refuser à la seule condition que les demandeurs aient un lien avec la commune. Ce qui est suffisamment vague pour toujours pouvoir trouver un biais permettant de domicilier...

      Mais c’est vrai que les élus freinent des quatre fers et incitent les pauvres à aller voir plus loin dans les villes voisines.....


      • Féraud 10 août 2013 19:57

        D’accord avec JAJA
        Nul n’est censé ignorer la loi


        • ecolittoral ecolittoral 11 août 2013 18:59

          Je suis pour un état laïc et fort...comme je suis ulcéré par ces méandres et marécages administratifs. Sans mettre en cause la compréhension et le dévouement des employés.

          Ces 2, 3, 4 photo copie mais présentation de l’original.
          Ces « nous avons nos règlements, c’est pas nous ! », « voyez plutôt tel bureau ou tel... ». 
          Pour cette famille...et les millions d’autres, la méfiance envers les « services sociaux », se mélange avec l’inquiétude du lendemain ; et la période des vacances est la pire. 
          Pour moi et ma fille, j’en arrive à redouter les courriers de la CAF et autres organismes alors que je ne fraude jamais !!!
          A croire que chaque individu, chaque famille doit accomplir un parcours du combattant pour permettre à des employés de toucher une paie ou une prime à chaque étape de ce parcours.
          Ce mois ci, j’ai touché 518 euros de RSA au milieu de 618 (pour deux). Pourquoi ? Personne au bout du fil, pas de courrier pour expliquer la décision. Le bureau tourne au ralenti pour cause de congés...sauf pour les réductions de prestations.
          Quand je travaillais, j’avais MON salaire, MES impôts, MES taxes, MON crédit immobilier MAIS qu’est ce que j’étais tranquille !!!!!!!
          Bon courage Chalot

          • CHALOT CHALOT 20 août 2013 14:12

            Dernière minute

            Le pot de terre a gagné
            Le couple aura un appartement. La commission d’attribution a donné un avis favorable.
            Les deux parents vont pouvoir se poser, s’organiser et préparer la venue de leurs enfants qui, nous l’espérons bien leur seront redonnés.
            Un carton rouge au logement francilien qui a expulsé cette famille sans état d’âme et qui a refusé nos propositions : le retour de la famille dans son logement d’origine avec un étalement des dettes.
            Un carton vert aux bailleurs sociaux qui ont accepté de discuter avec Familles laïques de Vaux le Pénil et le Secours catholique qui a fait un bail glissant : c’est lui qui est locataire et qui sous loue sans demander un centime supplémentaire que le coût au couple.
            Un carton vert à tous ceux qui nous ont soutenu dans cette action , au DAL, au CNAFAL, au vice président du Conseil Général, élu de l’ADECR 77, aux professionnels qui ont été très efficaces et au nouveau bailleur de la famille qui a travaillé en partenariat avec nous.
            Nous avons maintenant deux objectifs : l’accompagnement du couple et le retour des enfants...C’EST DUR, TRES DUR DE SEPARER UNE FAMILLE !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès