• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le complot pour sauver le monde

Le complot pour sauver le monde

 À écouter les flux ininterrompus d’informations venues des quatre coins de la planète, les décideurs semblent sauter d’une incohérence à une autre, d’une opportunité à une autre, d’une volonté de paraître à une autre. Pourtant un plan précis et ordonné existe pour changer le monde.

 Chacun a pris conscience que dans environ 100 ans, les réserves de charbon, de gaz, de pétrole seront épuisées ou sur le point de l’être. Malheureusement, ce n’est pas le seul problème à affronter, la plupart des ingrédients nécessaires aux sociétés dites modernes vont également disparaître. Au rythme de la consommation actuelle d'aluminium, il ne reste que 130 années de réserves de bauxite. On estime également qu'il reste de l’ordre de 80 ans de réserves mondiales de minerai de fer. Encore plus préoccupant pour les applications demanderesses d’électricité, il ne reste qu’environ 30 années de réserves de cuivre qui est une ressource non renouvelable. Les réserves de lithium ne permettront pas de satisfaire les besoins des automobiles électriques. Seul le nucléaire semble pouvoir répondre aux besoins futurs d’énergie si l’industrialisation des surgénérateurs peut se mettre en place. Encore plus préoccupant, la consommation d'eau sur la planète atteint 1,3 million de litres d'eau chaque seconde ce qui est supérieure aux capacités de renouvellement des réserves [1].

 Le siècle qui s’annonce ne se traduira pas seulement par un changement de vie ou de civilisation, il va être nécessaire de bâtir un nouveau monde et, même si cela semble étrange, tous les dirigeants en sont conscients ; mais ils ont peur de la peur de la multitude et préfèrent ne rien dire clairement. Alors, quel est leur plan ?

 Le tout premier point consiste à se débarrasser des démocraties, de la Démocratie. Les démocraties Européennes s’efforçaient de hisser leurs citoyens, par l’éducation, au niveau requis pour qu’une démocratie réelle puisse vivre. La démocratie américaine a choisi une tout autre voie et a abaissé les institutions jusqu’à complaire aux sentiments les plus porcins de l’espèce humaine. Les baffreries, la porno-culture et surtout la spectacularisation des élections et de la vie publique ont conduit à un dégoût des élites et des politiciens jusqu’à leur préférer pire qu’eux.

 Une démocratie n’existe qu’entre des individus qui acceptent de mettre une valeur non négociable au dessus de leurs intérêts particuliers. L’espace de la patrie a toujours été utilisé pour ce faire : les humbles comme les nantis acceptaient de mourir (éventuellement) pour leur pays. La mondialisation dite libérale, pour la distinguer de l’internationalisme qui a toujours existé, annihile les frontières donc les possibilités d’exercer un quelconque pouvoir politique sur un « peuple ». Les règles internationales n’ont jamais pu être édictées en dehors de discours quelquefois brillants de rhétorique et ne peuvent donc pas servir de valeurs transcendantes. Il ne subsiste plus que la seule loi qui s’impose naturellement, celle que des millénaires de civilisation ont tenté de surpasser : la loi du plus fort habillée de nos jours avec les habits d’une concurrence libre et non faussée.

 Les élections se réduisent petit à petit à un choix entre deux semblables dont la tâche se limite à distribuer plus ou moins équitablement ce que d’autres produisent indépendamment d’eux. Les dirigeants démocratiques deviennent des assistantes sociales, rôle éminemment noble, mais peu ou pas associées au pouvoir. Les décideurs sont les détenteurs de capitaux, ceux qui possèdent une fortune personnelle importante et les entreprises d'investissement.

 Exit la Démocratie donc !

 Les nations doivent disparaître si l’on désire homogénéiser les mieux-être sur toute la planète. Dans le passé, les efforts faits pour transférer des richesses du Nord vers le Sud n’ont été humanistes que verbalement et n’ont pas permis le décollage économique des pays appelés sous-développés à l’époque. Le libre échangisme a été bien plus efficace pour ce faire comme l’illustre l’industrialisation spectaculaire de la Chine. Il y a trente ans, personne n'était riche en Chine, le pays compte désormais plus de 2.000 personnes possédant au moins deux milliards de yuans (270 millions d'euros). Les structures administratives communistes de la Chine assurent encore la cohérence du pays mais l’attrait des jouissances (résiduelles) occidentales devrait en venir rapidement à bout.

 Une économie de marché s’installe donc au niveau mondial en sacrifiant les milieux populaires des pays riches au profit de riches des pays pauvres. La richesse étant devenue la seule source possible de pouvoir, tous et chacun ont le même dieu. 

 Encore fallait-il que les riches puissent régenter les pauvres d’une façon pérenne, en faisant oublier la lutte des classes en particulier, pourtant sociologiquement et politiquement incontournable. La lutte pour la libération de la femme et des minorités va permettre de morceler les classes populaires jusqu’à leur faire oublier qu’elles sont pauvres et esclavagisées.

 Constituer un capital prouve uniquement que vous avez les capacités requises pour cet exercice. Un don, un talent, une ingéniosité ne vous prédisposent en rien pour amasser un capital. Presque aucun des scientifiques renommés, très peu des grands artistes, rarement (jusqu’à maintenant) des Hommes politiques de talent n’avaient l’obsession d’être supérieur aux autres grâce à cette jauge que représente une fortune personnelle. Il n’y a pas lieu de décrire les qualités requises pour réussir dans la vie, l’hétérogénéité est dans le monde des marchands aussi grande que dans celle des dieux même si des appréciations ont déjà été formulées : « Nous ne blâmons pas le capitalisme parce qu’il forme l’inégalité, mais pour favoriser l’ascension de types humains inférieurs. » [2]. Soulignons toutefois que la valeur « argent » est un facteur de normation des individus : d’uniques ils deviennent comparables : des « meilleurs » surgissent alors que la plupart des choses qui font honneur à l’humanité ont été faites par des humbles. Le capitalisme propose une valeur universelle nécessaire pour dominer mais non pas pour créer.

 Le morcellement nécessaire à la domination est aussi savamment orchestré pour la production des biens « nouveaux » et les problèmes de coût ne sont qu’une composante, souvent non primordiale, lorsqu’un schéma est adopté. Les iPhones, par exemple, contiennent des centaines de pièces dont la fabrication est distribuée dans divers pays : les semi-conducteurs viennent d’Allemagne et de Taïwan, les mémoires de Corée et du Japon, les écrans et les circuits de Corée et de Taïwan, les composants électroniques d’Europe et les métaux rares se trouvent en Afrique et en Asie. L’assemblage des composants est effectué en Chine. Ceci permet d’imposer une technologie dans le monde entier sans qu’aucune concurrence puisse se développer le marché étant saturé par le plus puissant.

 La censure au sein des pays soviétiques était tellement apparente et grossière qu’elle n’avait plus vraiment d’efficacité, l’essentiel des critiques se faisant autour du poêle des cuisines Russes où l’on s’échangeait des samizdats. La méthode moderne et « libérale » est beaucoup plus sophistiquée. La notion même de vérité s’estompe et il suffit qu’un très grand nombre de personnes pensent quelque chose pour que cette chose s’installe comme incontournable dans la réalité. Pour susciter une adhésion, agiter des sentiments, des émois, des frayeurs, des peurs, est le meilleur moyen d’avoir d’agréger la multitude déjà tellement sensible à l’instantanéité de sa vie. Tous les secteurs sont concernés et la plupart des médias traditionnels sont fortement gangrenés. Mais le pire c’est que l’on annonce des révolutions (numériques, politiques, scientifiques) en espérant leur venue alors que les révolutionnaires de tout temps faisaient la révolution plutôt que de l’annoncer. L’uniformisation capitaliste de la planète bénéficie donc de larges soutiens médiatiques.

 Les changements nécessaires pour aller vers une sobriété heureuse à l’échelle de la planète sont tels que la plupart des décideurs ont décidé que les démocraties ne pouvaient pas s’en charger et que seul un capitalisme débridé pouvait réussir. En cas d’échec, la fin de l’humanité telle que construite est quasi-certaine et l’apocalypse est pour maintenant. Il faudrait cependant éviter de transformer les individus en êtres virtuels, vivant une vie virtuelle dans une réalité virtuelle cantonnés au fond de niches dont ils ne pourraient pas sortir et qui se reproduiraient en éprouvettes. Un capitalisme intelligent est possible. Ainsi, sept milliardaires, George Lucas,Ted Turner, Bill Gates, Gina Rinehart, Michael Bloomberg, Pierre Omidyar et Warren Buffett ,ne laisseront pas leur héritage à leurs enfants, ce qui apporte une certaine morale à une structure qui n’en n’a pas dans son essence.

 Peut-on leur faire confiance ??

 [1] Les estimations des réserves proviennent pour l’essentiel du site :  http://www.planetoscope.com. Certaines ont été vérifiées.

 [2] Nicolás Gómez Dávila 1913-1994

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 23 janvier 10:21

    La légende urbaine de « non-transmission » de la fortune des plus riches à leurs enfants est une escroquerie souvent démontrée.

    Il s’agit simplement d’un artifice d’écriture qui permet de contourner la fiscalité sur les transmissions.
    Quand on est très riche, on peut payer des juristes tès cher pour qu’ils trouvent des solutions légales à ce qui est un délit un délit pour la plupart des gens.
    L’« évasion fiscale » en est un autre exemple.

    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 janvier 10:38

      @Jeussey de Sourcesûre
      Je le craignais mais une législation à ce sujet serait peut-être possible.


    • JL JL 23 janvier 10:46

      @Jacques-Robert SIMON
       

      ’’une législation à ce sujet serait peut-être possible’’
       
       Vu le grand nombre de milliardaires concernés et le petit nombre de Politiques qu’il suffit de convaincre pour bloquer toute législation sur le sujet, il y a peu d’espoir.

    • JL JL 23 janvier 10:42

      Très bon constat.

       
       ’’Une économie de marché s’installe donc au niveau mondial en sacrifiant les milieux populaires des pays riches au profit de riches des pays pauvres. ’’
       
       Ce matin encore, sur France Culture il se trouvait quelqu’un pour affirmer que la mondialisation avait profité aux pays du Sud. 
       
       Personne hélas dans le studio pour lui demander comment elle expliquait ces marées de migrants cherchant à tout prix rejoindre le Nord.
       
       De fait, la mondialisation libérale exacerbe les inégalités, et les pauvres du Sud sont de plus en plus miséreux.
       
       Je rappelle que la misère c’est la pauvreté sans les moyens de subsistance.
       
       Ps. Pour les milliardaires cités en fin d’article : même commentaire que le précédent.

      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 janvier 12:39

        @JL

        Merci de votre commentaire. 

      • zygzornifle zygzornifle 23 janvier 11:09

        les vautours aiment bien les îles caïmans, entres charognards on se comprend ..... 


        • Hecetuye howahkan howahkan 23 janvier 12:59

          Le probleme des humains est uniquement mental à son origine qui totalement ignorée volontairement et-ou pas.....les effets dont on parle ici dans le champs pratique viennent de nos cerveaux et ne sont qu’une suite d’effets qui deviennent a leurs tous des causes qui provoquent des effets etc et ce de manières exponentielles ou pas, cerveau qui sont malades, une partie est en panne depuis + ou - 3000 ans..et bien ceci est un non sujet absolu..

          plus con tu meurs..


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 janvier 13:47

            @howahkan

            J’ai travaillé sur les relations cause-effet dans les systèmes complexes, c’est ce que vous évoquez je crois. 

          • Hecetuye howahkan howahkan 23 janvier 14:30

            @Jacques-Robert SIMON

            c’est juste de l’observation passive factuelle hors pensée non intellectuelle par le biais de catalyseur comme la souffrance mentale de mes propres problèmes, qui amène toute personne dans ce cas à expérimenter des découvertes totalement involontaires, impossible à gérer car tout se passe tout seul, .

            il y a une origine à tout , même bien sur si on ne le sait pas, sauf peut être à L’Origine ultime mais je suis bien sur incapable de le savoir, hors potentielles « visions profondes non recherchées » que je n’ai pas eu sur ce sujet ,

            dans le cas des problèmes pratiques humains, j’en ai vu pour moi même les racines dans le dysfonctionnement de notre cerveau....long sujet..

            hélas ceci fait que nous restons en surface à essayer de changer les effets superficiels..alors bien sur les mêmes causes reproduisent systématiquement les mêmes effets...ce qui est le cas bien sur..

            les humains ne sont plus des gens sérieux....mais des jean-foutre....sauf comme toujours exceptions bien sur..

             smiley


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 janvier 16:01

            @howahkan

            Les mêmes causes peuvent produire des effets différents lorsque les variables sont liées. 

          • Hecetuye howahkan howahkan 23 janvier 16:32

            @Jacques-Robert SIMON

            chez les humains dans leur psyché non, non, 3000 ans de vol, de guerres, de rapines, de destructions etc ad libitum montrent ce fait ,apparemment 3000 ne semble pas assez, alors RDV dans 3000 ans pour le même constat, sauf si « on » remonte aux sources du mal, ce que très peu d’humains sont prêt a faire car elles sont en chacun et parce que « on » a occulte la mort et croient avoir tout le temps..ce qui n’est pas une vérité ..

            divide et impera


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 janvier 16:37

            @howahkan

            Diviser pour régner est certainement efficace mais inutile.

          • baldis30 23 janvier 13:50

            « Seul le nucléaire semble pouvoir répondre aux besoins futurs d’énergie si l’industrialisation des surgénérateurs peut se mettre en place »

            Et quels sont ceux qui par un combat sans foi ni loi et par une décision absurde ont tué l’espoir ?


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 23 janvier 16:03

              @baldis30

              Ce sont les marchands qui tuent l’espoir, car pour eux même l’espoir doit avoir un prix. 

            • hervepasgrave hervepasgrave 24 janvier 08:55

              Bonjour,
              Sauver le monde ?! oui ! s’il n’y avait qu’un combat a faire et c’est bien le principal objet de lutte pour un monde plus équitable pour tous c’est « la propriété »
               D’ailleurs ce n’est pas nouveau.La révolution Française a été plombée a cause de cela.Les têtes saines sont tombées pour cette évidence fondamentale.
              Alors aujourd’hui beaucoup de tumultes pour rien.J’ai bien dis « rien »,rien ne sortira de positif.Il faudrait faire un effort surhumain pour comprendre ce qu’est la propriété.Ce n’est pas détruire la jouissance d’un bien ,mais la perpétuation des biens pour maintenir le pouvoir.Wouh !
              et pourtant nous voyons un monde qui se dirige vers moins de possessions ?! une société de leasing sur tout ce que nous avons ! oui ! ils sont fous ces humains. cestpasgrave


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 janvier 10:32

                @hervepasgrave
                Il faut trouver un « lien » entre gens respectables (ils foisonnent) quelle que soit leur appartenance non pas pour dominer (ce serait perdu d’avance) mais pour bâtir à côté.


              • hervepasgrave hervepasgrave 24 janvier 15:37

                @Jacques-Robert SIMON
                Bonjour,
                Bâtir à coté ,c’est la grande mode ou l’on pousse les gens a l’indépendance ,sans voir s’il en ont les moyens.C’est tout comme les survivalistes qui croient échapper a la réalité du monde.Ici bas il n’y a plus d’endroit libre ,fini les forteresses inexpugnables . Je regardais un site qui vante l’autonomie sans argent ,mais dans le même temps ils espéraient un donateur riche qui leur paierait un village pour essayer ? chercher l’erreur ! Et puis le problème de l’autosuffisance et de la vie d’échange,comment s’acquitter des droits et devoirs, et comment toutes cette population deviendra propriétaire pour être autonome ? Les mains dans les poches, la tête en l’air sifflant sa bonne humeur ,fortune ? Bâtir a coté ? de plus en plus débile et franchement a côté des pompes et de la réalité. Ce n’est même pas du rêve,mais belle et bien un cauchemar ambiant. C’est être à côté de vos pompes pour vendre ce genre de chose,sans aucun support.Alors entre gens respectables cela signifie quoi ,entre gens qui ont les moyens financier,patrimoniale pour s’associer ? il y a un vrai problème et une pollution en ce moment et elle met tout son cœur a l’ouvrage. Pourvu qu’il n’y ait pas trop de pigeons a ce jeu là,bonjour les dégâts ! revoir d’urgence vos copies ! cestpasgrave,


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 janvier 09:30

                @hervepasgrave
                Je suis d’accord, il est plus facile de bâtir quelque chose d’alternatif lorsqu’on a tout que lorsqu’on a rien. Cependant, je crains qu’il n’y ait pas d’autre solution et Internet peut nous aider.


              • hervepasgrave hervepasgrave 25 janvier 13:55

                @Jacques-Robert SIMON
                Bonjour,le blaireau de base que je suis ,c’est mis au boulot dès le début des micros ordinateurs ,ou tu bidouillais pour avoir quelques ko de mémoire libre ou tu écrivais toi même tes programmes, ce n’est pas qu’une distraction pour sortir le manuel que je suis.Et simplement pour que le plaisir. Je savais que demain cela serait l’outil du futur.J’ai incité mes enfants en leur disant qu’ils avaient là un bon outil et que quand ils en auraient marre ou assez de pédaler dans la choucroute ,ils pouvaient continuer de manière plaisante en jouant aux pacman , bouldordash (wouh ! comment cela s’écrit cette chose,informaticien d’anglais de console !hum !hum !) et oui en jouant ,mais qu’ils gardent dans l’esprit que ce n’est qu’un outil pour se simplifier le travail.Et qui dit travail ,dit métier.Aujourd’hui cela devient un métier de vide ,même pas devenir informaticien !,simplement écrire quelques scripts .C’est beau windows (sans jeu de mot) une réussite l’avènement de windev je parle du principe de la première chose que j’ai connus de windev. Alors internet c’est l’avènement du vide tel qu’il est vendu ,promu.Tu le dis internet pour aider ,surtout pas comme une finalité.Internet n’est pas si libre que cela ,car c’est la foire d’empoigne du référencement.La loi du fric sur le fric.Quand je dis cela ,cela n’est pas pour faire chier mon monde ,ni vouloir être vulgaire ,mais pour remettre les choses dans le bon ordre.La poussée actuelle c’est d’obtenir le pouvoir par l’invisibilité des choses. Sur le pouvoir,la société,le travail etc.. Voila l’enjeu de la poussée actuelle.Ni vu, ni pris que des innocents, et de l’autre des auto-victimes Alors les jeunes regardez y par deux fois ! cestpasgrave comme dab !


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 janvier 20:17

                @hervepasgrave
                « Tu dis internet pour aider »
                C’est peut-être en partie vrai, mais je pense cependant qu’un réseau bien organisé pourrait faire énormément de choses et Internet ne ferait qu’accélérer considérablement le processus.


              • hervepasgrave hervepasgrave 26 janvier 14:53

                @Jacques-Robert SIMON
                Bonjour je suis d’accord ,mais pour se faire ,il faut recréer internet ,car internet est pollué d’emblée de jeu.Alors l’informatique et l’internet comme il a été mis en place n’est pas une bonne chose,mais avant que tu comprennes cela je serais mort et enterré depuis belle lurette.Mais oui !oui ! la communication informatique est encore a développer. Encore faut-il bien comprendre la chose.Et, là nous n’en sommes qu’a la recherche d’hypotethiques profits ! Alors vas-y go ! vends toi ,mais ne vends pas ce que tu ne connais pas ,que tu n’appréhende pas .Mais toute cette technologie est encore bien trop jeune,c’est encore un jouet.Il y a encore quelques accidents de parcours avant de comprendre enfin la chose. J’espère que tout ne seras pas d’ici là caché dans les profondeurs des circuits et des hommes de pouvoirs ?? mystère et boule de gomme ! cestpasgrave , réussit mon garçon ,mais ne te fais pas mauvais vendeur,qui sait demain ?


              • ENZOLIGARK 24 janvier 09:09

                ... Commencons par l ’ Ile de Beaute * ... , Bonghjornu per tutti *** ... , ... le reste de la planete pourrait bien tomber sur le cul ! . ... АФФ ИСС ... E CORSICA * LIBERTA SERA ...


                • ENZOLIGARK 24 janvier 09:15

                  @ENZOLIGARK ... , ... LIBERTA PER TUTTI PRIGHJUNERI CORSI ... A ФRANCIA ФORA ...



                • ENZOLIGARK 24 janvier 12:01

                  @Jacques-Robert SIMON ... , ... Liberte pour les prisonniers corses ... la frOOOnce dehors ... . ... Pour la suite , ... la procedure est deja en marche mais seul le peuple corse doit decider de son destin .......... avec l ’ aide de ses allies specialistes de la Beaute ( si je peux l ’ ecrire ainsi .... ! . ... FORZA CORSICA * ... . ... ( + 9 ) . ... 


                • ENZOLIGARK 24 janvier 12:12

                  @El Riq de Multibotté ... , ... essaye en langue corse ... , pour Sampiero ( par exemple ... ) et sans doute bien d ’ autres ici aussi ... ! . ... Sustegnu ...


                • ENZOLIGARK 24 janvier 12:39

                  @EL Riq de Multibotte ... , ... alors , ... y te faut un fax ... ! ... 


                • ENZOLIGARK 24 janvier 12:47

                  @El Riq de Multibotté ... , ... arrete les raviolis au basilic et les space cakes ... nous dit le docteur dans l ’ OOOreillette ... . ... Et n ’ en donne pas a Babouchka * pour le moment ... Capito ! ...


                • gaijin gaijin 24 janvier 10:24

                  " Les changements nécessaires pour aller vers une sobriété heureuse à l’échelle de la planète sont tels que la plupart des décideurs ont décidé que les démocraties ne pouvaient pas s’en charger« 
                  vous croyez vraiment que les décideurs ont quelque chose a foutre d’une » sobriété heureuse «  ??? sans rire ? les décideurs sont des sociopathes qui ne s’occupent que la satisfaction immédiate de leurs pulsions primaires perverties

                    » et que seul un capitalisme débridé pouvait réussir. En cas d’échec, la fin de l’humanité telle que construite est quasi-certaine et l’apocalypse est pour maintenant "

                  l’échec a déjà eut lieu mais a l’échelle de nos vies vous ne le voyez pas encore ( a bord qu titanic quand on a vu l’iceberg il était trop tard pour freiner ) l’apocalypse est en cours de même que la reconstruction.

                  reconstruction qui passe par la sortie du mythe des élites qui dirigent le monde vers de verts paturages et la reprise en main de nos vies au niveau individuel


                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 janvier 10:34

                    @gaijin
                    Il n’y a pas d’alternative à la sobriété. Elle sera heureuse si elle n’est pas imposée mais choisie.


                  • gaijin gaijin 24 janvier 11:48

                    @Jacques-Robert SIMON
                    oui la sobriété est inéluctable ( et au demeurant simplement logique )


                  • Djam Djam 24 janvier 10:44

                    Quand on dit ou lit qu’il « faut sauver le monde », cela traduit toujours la trouille viscérale de celle ou celui qui le clame. Ceux qui font des manifs de tous ordres, des pétitions voire même des actions concertées pour « sauver le monde, nos enfants... » sont des gens qui réalisent tout bêtement qu’il y a une fin définitive à tout et en particulier à la vie humaine qui fut vécue, ces dernières 60 années en France, comme assez peinardes bien que le déclin ait commencé assez tôt dans les « 30 glorieuses ».

                    Nos parents ont sincèrement (bêtement ?) cru que l’après guerre et le début de cette mortelle américanisation du pays et du monde allait accoucher d’une société heureuse où les enfants allaient vivre aussi bien sinon encore mieux qu’eux. C’est dire la naïveté de cette génération qui n’a vraisemblablement pas pu ou su imaginer les accords pourris que les vainqueurs posaient déjà sur la table en vue d’imposer cette mondialisation qui ne concerne en réalité que le profit, la finance et ceux qui en profitent (0,01 % de la population mondiale). Ils n’imaginaient pas que les mêmes vainqueurs ressortiraient assez rapidement les plans de guerres perpétuelles contre une partie du monde pour pérenniser l’accaparement des ressources d’autrui.

                    Si la Chine à Davos ces jours-ci s’est érigée subitement en nouveau défenseur de la mondialisation c’est bien parce que les occidentaux des deux côtés de l’Atlantique se sont pris pour les maîtres du monde et qu’en exportant leur modèle ils ignorèrent visiblement que les peuples exotiques se contenteraient juste de suivre... pas de bol ! ils ne se limitèrent pas à imiter mais prirent tout bonnement les rennes mêmes de cette mondialisation financière. Le $ et l’€ ne valent pas plus qu’un biffeton de Monopoly. Tout repose sur des flux numérique qui alignent des colonnes de nombres à xx chiffres sans que cela correspondent à quoi que ce soit. Très fort les apprentis sorciers mondiaux !

                    Comme la finance est en grande majorité parfaitement virtuelle, qu’elle ne repose sur aucune tangibilité, il est inévitable que le crash financier final se produise à terme. Dans un tel contexte, les mouvements du genre « il faut sauver le monde » est soit d’une naïveté confondante soit d’une bêtise tout aussi accablante. Qui parmi nous est prêt à renoncer à ses petites choses, ses petits gadgets grotesques, son petit confort individuel ? Personne.

                    Quand une civilisation (la nôtre) arrive dans sa phase finale, on peut toujours rêver à un sauvetage, à un miracle, à un éveil, à l’arrivée d’un messie ou je ne sais quel croyance biblique inventé, rien n’empêchera le lent et inexorable mouvement tectonique de l’Histoire qui emporte comme une coulée visqueuse et puissante le tout vers sa fin. Rien de négatif ni d’infernal dans ce constat... c’est juste le destin, l’histoire de l’humanité qui suit des cycles qui se bouclent. Quant à ce qui pourrait advenir après l’effondrement de notre misère occidentale, personne ne peut le savoir.

                    le complot fait partie des distorsions de l’esprit humain, il ne date pas d’aujourd’hui, à toujours été pratiqué au cours de toutes les civilisations précédentes. Le monde se transforme depuis la nuit des temps, les consciences s’élèvent mais malheureusement pas aussi rapidement que les effondrements. Imaginer un complot pour sauver le monde relève juste du rêve de l’enfant qui veut s’endormir avec l’assurance qu’il ne fera pas de cauchemar. Pas de bol... l’homme est un cauchemar permanent pour lui-même. L’arrogance, l’assurance pathétique de la poignée de « maîtres du monde » actuels est à l’aune de leur propre trouille de disparaître et de perdre leurs quelques listes numériques de richesse virtuelle. De la fumée qui créé un monde de fumée...

                    A la fin, les pauvres et les riches se ressemblent étrangement dans leur cerceuil. Rien ne les différencie et pourtant les « pauvres » (en matérialité uniquement) auront passé leur vie à envier les riches (virtuels). C’est sur cette faille de l’esprit humain que les riches ont réussi ce tour de force qui consiste à réduire en esclave des milliards de personnes qui pourtant avaient de l’or de connaissance entre les oreilles et les mains. L’envie, l’imitation, l’accaparement, le toujours plus, l’appropriation, la compétition, la performance...cette maladie des occidentaux, tout cela est la véritable cause d’un monde qui meurt d’un cancer mondialisé : l’absence d’amour dans le coeur des post-modernes. Et quand je parle d’amour, je parle de cette générosité vraie qui est restée en carafe partout où le profit personnel s’est glissé dans les cerveaux manipulés par le grand spectacle de marchandisation totale.


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 janvier 13:17

                      @Djam

                      Je partage beaucoup de ce que vous écrivez sauf :
                       « Qui renoncera à ses petits gadgets grotesques, son petit confort individuel ? Personne. » 
                       Ceci est inexact car il faudra de toute façon s’en passer. 

                    • zygzornifle zygzornifle 25 janvier 12:51

                      le complot pour sauver « l’immonde »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires