Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le compte personnel d’activité torpillé par le patronat

Le compte personnel d’activité torpillé par le patronat

Au moment où l'on se satisfaisait que le compte personnel d'activité soit abondé par le financement d'une seconde chance pour tous les étudiants sortis sans diplôme qualifiant, ce compte est fragilisé par le refus des signataires patronaux d'entériner leurs propres signatures pour son abondement ...

Le compte personnel d'activité (CPA) est une excellente idée mais restera-t-il mort né ?

Aujourd'hui nos jeunes, mes propres enfants, pourtant qualifiés, cumulent activité salariée et d'autres sources de revenus à titre d'indépendants : auto-entreprise, portage salarial etc ... le salariat est devenu précaire même pour les jeunes qualifiés. 

Le CPA vise à apporter à CHACUN une sécurité professionnelle quelle que soit la façon dont il contribue à la richesse de notre pays et ce depuis la sortie du cursus initial (d'après le projet de loi El Khomri version 2 ).

C'est cette initiative que les organisations patronales torpillent alors même qu'elles en avaient accepté le principe dans la dernière négociation inter-professionnelle.

Si l'on en croit l'expression utilisée par leur juriste dans l'émission du 16/3/2016 " du grain à moudre" sur France Culture les organisations patronales "n'embaucheront pas les salariés qui auront un CPA largement doté", puisqu'elles seront tenues d'honorer les droits qui y sont afférents.

Rappelons ces droits en l'état actuel de la Loi  : 

  1. droit à une qualification initiale,
  2. compte formation professionnelle continue,
  3. compte "pénibilité" ouvrant un droit à retraite anticipée ou à formation compatible avec votre état de santé ....

Coté salarial, on voudrait que soit autorisé l'abondement

  1. par le compte épargne-temps ,les RTT non prises ou
  2. les heures supplémentaires non payées et non récupérées en fin d'année
  3. voire par certains congés comme le congé parental désormais partagé entre les parents.
  4. ou le congé sabbatique 
  5. ou le congé de création d'entreprise

Et pourquoi ce dispositif pourtant validé par le patronat ne serait soudain plus acceptable ni côté artisans (UPA), ni côté PME (CGPME) ni côté grandes entreprises (MEDEF), rendez-vous compte "parce que le déblocage de ce compte se ferait à la demande du salarié obligeant l'entreprise qui vient de recruter à accepter, un congé individuel payé en vue d'une formation (horreur) !! ou en vue de l'accompagnement d'un évènement familial, une naissance par exemple, ou en vue d'un bénévolat humanitaire, ou en vue ...

La flexibilité devrait rester à sens unique et résulter du "droit divin patronal" !

Voilà pourquoi je serai dans la rue le 31 Mars et voilà pourquoi grand-mère toujours combative j'encourage notre jeunesse à se mobiliser ! 


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 17 mars 15:01

    par contre le compte d’inactivité chez les sénateurs et les députés explose .....


    • carnac carnac 17 mars 15:10

      Précisément il s’agit de les sortir de leur torpeur à temps .


      • Le421 Le421 17 mars 18:55

        Compte personnel d’activité, compte de pénibilité, formation professionnelle, etc...
        Tous ces attrape-mouches sont là pour éblouir les zozos et ne comportent jamais de véritables contraintes sur le terrain.
        La vérité en entreprise, c’est que j’ai, par exemple, travaillé 5 années dans une boîte sans avoir la moindre visite médicale, jusqu’au jour où le Médecin du Travail est venu faire réparer sa télé.
        Je lui ai expliqué de vive voix à quel point il était aussi inutile que coûteux.
        Alors, j’ai enfin passé une visite.
        La formation professionnelle ?
        J’ai cotisé 28 années dans le privé sans effectuer la moindre minute de formation. Apprendre que le pognon passe dans les caisses noire du Medef ne me surprends pas du tout.
        Là où les ouvriers n’ont pas le droit de dépasser le 90, les patrons passent à 200, au prétexte qu’ils sont pressés pour pouvoir faire travailler leurs ouvriers.

        Ils nous prennent pour des jambons de Bayonne.
        Et pi c’est tout !!!


        • carnac carnac 17 mars 19:40

          Votre témoignage sur les difficultés à pouvoir évoluer dans votre travail grâce à la formation professionnelle continue correspond à la réalité pour des milliers de salariés.

          Le DIF  (pour la première fois , droit INDIVIDUEL à formation) qui devait figurer en nombre de jours à la fin de votre fiche de salaire avait déjà permis à un grand nombre de salariés d’être informés de leur droit à formation.

          Beaucoup en ont profité pour mettre en œuvre cette disposition ce fut un succès.

           Il est positif de vouloir généraliser le principe à tout le monde quel que soit le statut et d’étendre les possibilités d’abondement.

          MAIS Il faut AUSSI que son usage soit libre pour le salarié ....En effet si tant de salariés n’ont pas eu de formation en 42 ans d’activité c’est que les employeurs ont fait obstruction et qu’il faut actuellement la signature de l’employeur sur tout dossier de demande de congé individuel de formation....

          Le patronat continue donc dans l’obstruction et c’est inadmissible ;


          • fred.foyn Le p’tit Charles 18 mars 07:14

            Depuis des dizaines d’années, la mafia-politique détricote les acquis pour les travailleurs...mais ose dire que c’est pour le bien du peuple..Vous allez TOUS encore pendant longtemps vous laisser cracher à la gueule par ces voyous.. ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès