Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le couple privé d’eau est séparé de son bébé ! C’est un (...)

Le couple privé d’eau est séparé de son bébé ! C’est un scandale qui doit cesser immédiatement

L'image est tiré du Parisien du 25 juillet.

Elle représente le mari qui va chercher de l'eau tous les jours....

Cela se passe à Melun depuis le 9 juillet... L'eau n'est pas remise et aujourd'hui les services sociaux de l'hôpital ne rendent pas l'enfant aux parents......

Depuis le 9 juillet, un couple est privé d'eau par décision du propriétaire de l'appartement.

Cela se passe en plein été, à Melun, alors que les températures sont élevées et que la mère est enceinte de 7 mois ½ .

Rien ne justifie une telle décision irresponsable aux conséquences humaines qui étaient prévisibles.

Le bébé, prématuré est né. Il pèse à la naissance 1,740 kg.... La mère a vécu sans eau courante et avec un stress compréhensible alors qu'elle aurait du avoir un repos complet durant les dernières semaines de grossesse.

En accord avec les parents, le Conseil National des Associations Familiales Laïques et le CDAFAL 77 ont tout tenté : interpellation du Maire de Melun pour qu'il agisse, interpellations multiples du propriétaire et de la SCI, lettre à la Ministre du Logement....

Il fallait faire vite mais sans précipitation afin d'obtenir satisfaction.

Suite à l'action menée et à l'implication forte des parents qui ont été les principaux acteurs, les services de la Préfecture ont contacté le couple en leur annonçant qu'il pourrait obtenir très vite un logement social.

Il faut savoir que le logement actuel, privé d'eau est loué pour 20 M2 et mesure, salle de bain comprise ; 16 M2 !

Aujourd'hui le couple est désemparé et en colère et qui ne le serait pas à sa place : Les services sociaux de l'hôpital de Melun viennent de lui annoncer que leur fils ne leur sera donné que lorsqu'ils pourront disposer d'un logement avec une chambre pour le bébé.

Les médecins ont comme premier souci la santé des patients donc de ce bébé :dans l'urgence l'enfant est mieux soigné à l'hôpital qu'il le serait chez lui, sans eau, certes, mais pourquoi ne propose t-on pas un logement provisoire à l'hôpital s'il en existe un ou alors un logement définitif en relation avec la Préfecture et le Conseil Général ( responsabilité petite enfance).

Retirer un bébé à ses parents est un acte d'une telle violence !

Comment se fait-il que les institutions républicaines ne fonctionnent pas quand il s'agit de remettre l'eau illégalement fermée et qu'elles soient si rapides, expéditives quand il s'agit de retirer un bébé à des parents qui sont si heureux de cette naissance qu'ils accueillent avec affection et attention.

Oui, ils ont besoin d'un logement décent, suffisamment grand mais sont-ils responsables du système ? : il faut attendre des mois et des mois, parfois plus pour obtenir un logement social et comme beaucoup de familles, le couple s'est replié pour prendre ce qu'ils ont trouvé : un studio tout petit loué « à prix d'or »....sans qu'il soit aux normes !

Justice doit leur être rendue.

Madame la Préfète de Seine et Marne doit intervenir immédiatement pour qu'un appartement soit attribué à ce couple !

Si l'eau courante doit être rétablie sans délai dans le studio de ce couple, il faut aujourd'hui empêcher que la décision inqualifiable du propriétaire ne conduise à ce que cette mère et ce père soient séparés de leur bébé.

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (96 votes)




Réagissez à l'article

131 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 2 août 2013 13:36

    il y a toujours des villages, en dehors de melun ?
    ou des petites villes


    • Mr Dupont 2 août 2013 21:16

      Mr Cogno

      Pour une fois je suis d’accord avec vous : Melun est une ville pourrie

      Le seul monument à y voir : c’est sa Centrale pénitentiaire sur l’île St-Etienne , ancien couvent transformé en prison en 1808 ; c’est dire la beauté du bâtiment

      Les visiteurs sont sélectionnés

      Sur les Quartiers-Nord les corbeaux volent sur le dos pour ne pas voir ce qui s’y passe en-dessous

      Je suis d’accord avec vous ; mais n’y revenez pas


    • Mytch40 Mytch40 3 août 2013 14:14

      Belle mentalité...

      T’imagines tu que les proprios sont plus riches que les locataires ?
      Je dénonce fermement ce propriétaire qui a coupé l’eau de ce couple avec enfant.
      J’estime qu’il y a toujours d’autres solutions mais, au fait pourquoi a-t-il fait cela ?
      .

    • jpeg06 4 août 2013 16:33

      ont’ils payé leur loyer ?


    • Algunet 5 août 2013 07:45

      Ces gens ne sont pas des locataires, ce sont des squatters,ils n’ont pas payé un seul loyer depuis qu’ils ont pris le logement il ya un an (ils doivent 6400€ au proprio qui a coupé l’eau il y a peu)... si les faits présentés par TF1 sont justes, ce dont on peut bien-sur légitimement douter.

      Le reste, c’est jouer sur l’empathie des lecteurs en les culpabilisant. 


    • foufouille foufouille 2 août 2013 20:41

      "Ah le vilain propriétaire qui s’est peut être endetté pour avoir ce logement et qui ne peut plus assuré les traites de son crédit et qui va se retrouvé dans la merde doit encore tout donner à celui qui le mette dans la merde.« 

      c’est rarement un loueur de taudis ton »petit" bailleur (sauf en campagne). celui la est très gros


    • foufouille foufouille 2 août 2013 15:02

      soyons bailleur et ne faisons qu’encaisser le loyer


      • luciole luciole 2 août 2013 15:12

        comportement inhumain de la part du propriétaire et comportement irresponsable de la part d’une future mère qui met la vie d’un être en danger par un besoin égoïste de faire un enfant sans avoir stabilisé sa situation avant. Espérons que le petit n’ai pas de séquelles de sa prématurité car tout le monde est responsable la dedans, sauf lui !

        Cela si bien entendu il est né dans ses conditions en raison du manque d’eau ... ce qui reste à vérifier quand même ... 

        • CHALOT CHALOT 2 août 2013 15:50

          Luciole ! Ce sont des personnes responsables comme vous....Ils se sont rencontrés, ils travaillaient tous les deux. Ils ont cherché un logement, c’était le seul disponible, il l’ont pris...Puis c’est l’engrenage : elle perd son travail...Vous savez la crise. Ils n’ont plus qu’un salaire et pas de parents derrière eux.
          Ils ont de la volonté et se défendent avec hardeur. Moi je leur dis « chapeau » et si un petit coup de main solidaire peut les aider, tant mieux.


          • Fergus Fergus 2 août 2013 16:50

            Bonjour, Chalot.

            Merci d’apporter ces précisions. Comment peut-on juger le comportement de personnes dont on ne sait rien du parcours de vie ? Personnellement, cela me laisse pantois à chaque fois.


          • Bracam Bracam 2 août 2013 18:16

            Même sentiment, même nausée à lire tant de mépris, même honte pour ce genre humain auquel je participe, et dans lequel je ne jurerais de rien concernant mon humanité possible. 


          • luciole luciole 2 août 2013 21:37

            ah bon ils ont perdus leurs travail en même temps et ils ont eu un préma car la mère manquait d’eau ... Désolé, je ne crois pas vraiment à cette histoire, je préfère pleurer sur les faits réels... Après c’est sympa d’enjoliver l’histoire et de faire les gens généreux pour se donner bonne conscience .. J’en suis pas désolée.. 


          • Bracam Bracam 2 août 2013 23:08

            Moi non plus, je ne crois à rien. Mais il me semble que cette histoire, réelle, fantasmée, orientée, peut nous faire réfléchir sur nous et l’état du monde. J’espère que vous partagez cette idée, parce que le fond de l’histoire est en fait là.


          • Bernie Bernie 2 août 2013 23:36

            « ah bon, ils ont perdus leurs boulot en même temps » , vous trouvez ça tellement incroyable, ça ne c’est jamais produit dans votre entourage, par ex, des couples qui travaillent dans la même boite. Vous savez c’est même là qu’ils ont fait connaissance. Mais le sort peut être aussi cruel dans des conditions autres. Oui ça peut arriver.

            luciole, c’est pas ces petites bestioles qui brillent la nuit ? Vu l’heure de votre post, le soleil devait pas être couché, car niveau brillance, vous repasserez.


          • luciole luciole 4 août 2013 21:46

            Ce n’est pas aux propriétaires de se sacrifier pour les mauvais payeurs. Il y a des petits propriétaires qui sont dans la merde à cause de ces comportement. L’Etat aurait du se substituer et payer si cela était juste.

            A force de compter des personnes qui ne payent pas leurs loyers, les propriétaires deviennent de plus en plus exigeants pour louer à des jeunes ou des personnes modestes ... La faute à qui ?
            Comme je le disait dans un précédent post, le propriétaire à eu un comportement inhumain ... mais il ne s’agit pas non plus d’applaudir à deux mains ces mauvais payeurs .... 
            C’est le monde à l’envers ....

          • Dolores 5 août 2013 09:57

            « Les jeunes et les personnes modestes » doivent vivre dans la rue ?


          • Mmarvinbear Mmarvinbear 2 août 2013 16:16

            Comment se fait-il que les institutions républicaines ne fonctionnent pas quand il s’agit de remettre l’eau illégalement fermée et qu’elles soient si rapides, expéditives quand il s’agit de retirer un bébé à des parents qui sont si heureux de cette naissance qu’ils accueillent avec affection et attention.


            Parce que l’ Etat est forcé de respecter ses propres procédures dans ses relations avec les propriétaires privés.

            Parce que l’intéret de l’enfant doit primer avant toute autre considération. Le couple a de la chance, ils ne sont pas déchus de leurs droits parentaux et leur enfant aura tout ce dont il a besoin en attendant de retourner chez ses parents.

            • Fergus Fergus 2 août 2013 16:58

              Bonjour, Mmarvinbear.

              Vous avez raison. En l’occurrence, les services sociaux ont bien agi (particulièrement en période de forte chaleur estivale) car il en allait de la santé, et peut être de la vie de l’enfant.

              Séparer un bébé de ses parents n’en est pas moins une violence qui doit être la plus courte possible. Peut-être n’y avait-il pas d’hébergement d’urgence disponible ? Mais rien, à mon avis, n’empêchait le préfet, au motif de la mise en danger de la vie d’autrui, de réquisitionner l’appartement (avec rétablissement immédiat de l’eau courante) durant quelques semaines, le temps de trouver une solution alternative ou un règlement du litige.


            • mouais 2 août 2013 17:07

              Les relations avec les propriétaires : l’Etat pourrait appliquer la loi de 48 non abrogée de réquisition. Mme Duflot ne le fait pas. Pourquoi ?
              Parce que ce gouvernement ne cherche pas l’intéret du peuple, mais celui des banques.

              Pour l’enfant : en principe tant qu’il sera à la maternité il sera soigné. En principe, c’est-à-dire tant qu’on ne supprime pas des lits et des équipements, comme continue à le faire madame Touraine, qui applique sans frémir la loi HPST.
              Plutôt des morts, mais faut pas faire de peine aux ordres des institutions européennes.
              Vivement un gouvernement dans l’intérêt du peuple, bis.


            • Mmarvinbear Mmarvinbear 3 août 2013 07:30

              Les relations avec les propriétaires : l’Etat pourrait appliquer la loi de 48 non abrogée de réquisition. Mme Duflot ne le fait pas. Pourquoi ?


              Parce que la loi de 48 ne concerne que les logements vacants. Ce qui n’est pas le cas ici. L’ Etat n’a pas non plus le droit de « réquisitionner » le logement qui a un propriétaire légitime.

              S’il essayait de le faire, le proprio attaquerait l’ Etat en justice pour spoliation et gagnerait à tout coup.

            • appoline appoline 3 août 2013 12:02

              Mais non, séparer l’enfant des parents n’est pas une violence, quand vous verrez des enfants vivre dans des conditions déplorables, maltraités, vous savez du genre ou les cheveux du gamin vous restent dans les mains tant il a été tabassé. La violence, vous ne la situerez pas du même côté.

              Il y a tant de couples à la dérive, que faire des gosses quand on est dans une situation précaire, relève de l’inconscience.

              Et arrêtez de nous resservir le coup du vilain propriétaire. Si certains n’avaient pas le courage de louer, croyez moi il en faut, zou il y en aurait des locataires sur le tapis

            • spartacus spartacus 2 août 2013 17:11

              Parfois il est bon de voir tous les sons de cloche pour se faire une opinion.


              Pourquoi le propriétaire coupe t-il l’eau ? Parce que lui la paye et qu’elle lui est pas payée. 

              Le « CDAFAL 77 a tout tenté ». 
              As t-il pris en charge la facture d’eau impayée ?
              As t-il acheté de l’eau pour ce couple ?

              Le « CDAEAL » combien il coûte en subvention aux contribuables ?
              Parce qu’avec ce genre de résultat sociaux on peut dire que cette structure ne sert à rien.

              • foufouille foufouille 2 août 2013 17:19

                typique du libertaryen. tout pour les « riches »


              • Blé 2 août 2013 18:41

                @ lg

                Johny, il sue beaucoup - le « Petit » sue beaucoup aussi - qu’ont-ils apporté à la société ?

                Et puis il y a toutes ces femmes et ces hommes qui suent et qui malgré leur travail ne trouvent pas de logement décent. La raison ? C’est simple, le marché, vous savez ce système économique qui fait que plus on est pauvre et plus on doit payer les riches !


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 2 août 2013 19:09

                @lg

                Vous allez vite en besogne en partant du principe que le propriétaire aurait toujours raison.

                C’est toujours pareil avec les conflits proprio/locataire :

                1)Les gens qui sont proprios comme vous partent du principe que c le locataire qui est en faute.
                2)Les gens qui sont locataires partent du principe que c’est le proprio qui est en faute.

                Dans le cas présent même si on a pas tous les éléments du dossier il se trouve que le propriétaire est en tord et il vaut mieux pour lui que le couple n’ai pas les sous pour se payer un bon avocat car il risque gros.

                Pourquoi est-t-il en tord ? Parce qu’il est strictement interdit de couper l’eau de la sorte tout simplement, c’est la loi et ce même si le locataire ne paye pas les charges ou le loyer.
                C’est la loi, il se met en infraction et commet une faute dans l’exécution du contrat dès lors les locataires n’ont plus d’obligation de payer les charges et le loyer !

                Ce propriétaire a des voies de recours et d’ailleurs un avocat n’est même pas nécessaire :

                Il peut s’adresser au tribunal de proximité de son lieu de résidence ou d’exécution du contrat et demander une injonction de payer de la part du juge. Pour cela il devra justifier les charges demandées avec précision et tous les documents nécessaires (factures etc). C’est une procédure rapide qui prend 2 mois maximum et coûte je crois 35 euros de timbres fiscaux.

                Dès lors, il envois l’huissier et le locataire doit payer à moins de contester auquel cas on entre dans la phase contentieuse qui nécessite des avocats.

                Le problème bien souvent c’est que les propriétaires au nom de leur droit de propriété se croient tout permis et ils oublient qu’ils sont liés à leur locataire par un contrat qui leur impose de nombreuses obligations. C’est pas « cet appart est à moi, je fais ce que j’en veux ».
                Alors, on se met à faire n’importe quoi comme couper l’eau et on ne passe pas par les voies judiciaires en bon et due forme et ensuite comme on se met gravement en faute on perd au tribunal et on crie à l’injustice comme quoi la justice protégerais trop les locataires ... ce qui est faux.

                Le problème essentiel est que les propriétaires ne savent pas faire valoir leur droit correctement en conformité avec la justice, ils commettent trop d’erreurs et c’est fatal lors d’une procédure judiciaire.

                Par ex, mon ancien propriétaire sous évaluait volontairement la provision pour charge ce qui est une faute dans l’exécution du contrat. Je suis resté 5 ans au cours desquels il m’a fait 150 euros de rappel de charge. Et là deux ans après mon départ il me réclame 500 euros, je vais le voir (c’est une société) et on refuse de me fournir les justificatifs des charges (nouvelle faute au contrat). Je téléphone je demande des explications et ça tourne à la science fiction des compteurs d’eau mécaniques relevés à distance par des appareils.

                Une association des locataires avait obtenue qu’ils remboursent des charges non récupérables qu’ils avaient prélevé mais on m’explique que je n’y ait pas droit car j’ai quitté l’immeuble etc j’en passe et des meilleure.

                Que devrais-je-faire ? Payer sans broncher ? Ça fait 6 mois et visiblement ils n’ont pas obtenu d’injonction de payer du juge, ben oui faut justifier les charges et quand on est déjà en faute avec la sous-évaluation de la provision ben on est couillé alors après on peut jouer les victimes...

                Maintenant mon nouveau propriétaire refuse de me donner des quittances et refuse de faire les régularisations de charges...

                A vous entendre on croirais que ce sont toujours les propriétaires qui sont victimes.


              • spartacus spartacus 3 août 2013 10:37

                Si on prend un peu de hauteur pour chercher les responsables, la partie visible, le locataire et le propriétaire sont fautifs.

                L’un parce qu’il ne paie pas le loyer, l’autre parce qu’il n’emploie pas la bonne procédure.

                Maintenant, les faits sont là. Les pouvoirs publics, les associations n’ont pas résolut le problème concrètement, et pire, la seule solution trouvée est une médiatisation du problème et une stigmatisation des « visibles » le locataire et le propriétaire.

                Mais les faits sont là, les pouvoirs publics, les associations n’ont pas résolut ce problème simple. 

                En France 50% des aides publiques ne sont pas réclamées. La complexité, l’officialisation du statut de débiteur ou de pauvre montre que l’état n’est pas le bon interlocuteur.

                L’association de Chalot, agit comme un syndicat, elle médiatise et réclame à l’état ou stigmatise un propriétaire qui n’a pas respecté la forme de la loi, mais qui visiblement aux vues de l’insolvabilité du locataire, même en justice n’obtiendra jamais réparation. Il apparaît donc que l’association de Chalot n’arrange rien et ne correspond pas au besoin. Elle utilise l’alibi de la pauvreté. Si c’était une vraie association caritative, son action serait tournée vers les individus et leur générosité. Pas vers l’état.

                En réalité ces gens ont besoin d’une aide directe. Qui soulage à la fois le locataire, qui ne toute façon, à moins de gagner au loto ne pourra jamais payer les loyers de retard, et qui paiera le locataire.

                En réalité il n’existe qu’une forme qui puisse répondre à ce genre de problème. Une fondation caritative. La seule aide qui soient donnée macro économiquement en fonction des réalités, et non de manière aveugle en fonction de critères bureaucratiques. La seule qui n’aide que quand c’est nécessaire et n’enferme pas dans la dépendance.

                Dans cette histoire les vrais coupables sont les pouvoirs public et les associations subventionnées qui ne servent à rien.

              • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 2 août 2013 18:26

                Bel appel au malthusianisme ! On fait des gosses comme on achète une botte de carotte, seulement si on en a besoin. Un seul gosse par couple pour lui assurer les meilleures chances dans la vie. Et tant pis s’il lui manque un frère ou une sœur... On ne fait des gosses que lorsqu’on est sûr qu’ils deviendront énarques ou chirurgien ou... Et si l’on faisait parfois des gosses par accident, ou par amour... Il faut les congeler à la naissance ?

                Il y a de modestes petits propriétaires mais il y a aussi des requins sans âme. On ne peut pas condamner ou approuver comme ça. Il faut s’informer. L’UFAL 77 semble l’avoir fait.

              • HELIOS HELIOS 2 août 2013 20:27

                ... si tous les couples attendaient d’avoir les moyens pour niquer et se reproduire, nous ne serions plus nombreux de nos jours....
                ... quoique, la natalité, je me pose la question de savoir si les petits qui naissent, ne sont pas programmés grace au planning « CAF » !

                Enfin, c’est pas grave, ceux qui viendront apporter leur chance à la France sont deja nés et trainent dans les ruisseaux de Rabat, Alger ou... ailleurs, pas sûr qu’ils connaissent l’eau courante.

                encore un commentaire qui va me faire pousser de « - » !


              • Philv 2 août 2013 19:40

                Il me semble qu’il ne faut pas tout mélanger. Le locataire à un tort, celui de ne pas payer son loyer.

                Vu qu’il ne respecte pas le contrat de bail, le propriétaire doit faire appel à la justice pour rompre le contrat et le cas échéant expulser le locataire. Le locataire même expulsé reste débiteur du propriétaire pour les loyer impayé. Ce n’est qu’une histoire d’argent.
                Le fait que le proprio soit un marchand de sommeil ou quelqu’un qui rame pour rembourser son prêt ne change rien au fait.

                Si le locataire ne payait pas pour des raisons d’insalubrité ou de non conformité du bien loué (ex 16 m2 vs 20m2) il aurait dû iinformer le propriétaire en demandant la rupture du bail sans frais et et/ou une modification du loyer et/ou une mise en conformité du bien quoi qu’il en soit il doit verser le loyer. Il peut éventuellement verser le loyer sur un compte spécifique (contacter un huissier ou avocat) pour faire pression sur le propriétaire, le fait que le loyer soit versé et bloqué attestant de sa bonne foi dans l’exécution de ses obligations contractuelles.
                 
                Couper l’eau pour tenter d’expulser le locataire est une faute du propriétaire, non seulement il ne remplis pas sa part du contrat de bail mais il essaye d’expulser les locataires sans décision judiciaire, en rendant le logement insalubre .
                Dans le cas présent, il me semble que le comportement de justicier du propriétaire à crée un dol important dans le chef du locataire. 
                Si le stress et les conditions de vie insalubres de la mère sont à l’origine de l’accouchement prématuré, il appartient au locataire de demander réparation.
                J’entrevois différents dommages.
                Directs : Les frais médicaux d’une part, un prématuré demande des soins supplémentaires : frais pour les parents et pour la sécu et mutuelle.
                Long terme : L’enfant souffrira il de problèmes physiques ou psychiques que l’on peut relier à la naissance prématurée ?
                Moraux : Le stress de l’accouchement prématuré pour la mère. Le fait de se voir retirer l’enfant .

                Il me semble que le locataire devrait se faire conseiller, il convient d’établir un dossier pour pouvoir établir l’importance du rôle du stress et de l’insalubrité dans l’accouchement avant terme, il faut des expertises médicales des témoignages et le cas échéant les locataire pourraient se porter partie civile afin d’obtenir réparation.
                Idée pratique : 
                Un compteur de passage et un tuyau d’arrosage ne coutent pas cher, il faudrait un voisin compréhensif qui accepte d’être payé (d’avance) pour l’eau consommée. Il suffit de relier le tuyau á un des robinets et les autres robinets seront alimentés 

                 
                  

                • foufouille foufouille 2 août 2013 20:48

                  "


                  Si le locataire ne payait pas pour des raisons d’insalubrité ou de non conformité du bien loué (ex 16 m2 vs 20m2) il aurait dû iinformer le propriétaire en demandant la rupture du bail sans frais et et/ou une modification du loyer et/ou une mise en conformité du bien quoi qu’il en soit il doit verser le loyer.« 
                  le bailleur savait très bien que c’était pas légal, il ne fera donc rien comme tous les marchands de sommeil

                    »Il peut éventuellement verser le loyer sur un compte spécifique (contacter un huissier ou avocat) pour faire pression sur le propriétaire, le fait que le loyer soit versé et bloqué"

                  c’est illégal, il faut passer par un juge et cela prend des années. chez les pros, on loue aussi des merdes. certains huissiers compris


                • Marco07 2 août 2013 19:54

                  Marrant, deuxième article sur le sujet.

                  Les locataires sont en impayés, le propriétaire coupe l’eau.
                  Plusieurs solutions.

                  1/Supplier au propriétaire de remettre l’eau...
                  2/Menacer le propriétaire pour remettre l’eau (via associations & cie)
                  3/Aller chercher de l’eau à côté et tenter d’ameuter un maximum de monde en criant au scandale
                  4/Payer le loyer
                  5/Chercher du travail pour payer le loyer
                  6/Chercher un autre logement (pas facile pour un couple sans revenus)

                  Vos articles plaident pour les solutions 1 2 et 3...

                  Au lieu de préférer la solution 5 qui permettrait au couple de sortir de l’extrême précarité, vous employez toute votre énergie en criant « à l’injustice »... Il est beaucoup plus facile de trouver du travail que de trouver des gens pour vous payer les loyers (si vous avez une combine, faites-moi signe)


                  • HELIOS HELIOS 2 août 2013 20:31

                    ... si c’etait si facile que cela de trouver un boulot pour payer son loyer, ça se saurait !

                    Il y a actuellement plus de 3,2 millions de gens qui cherchent et qui ne trouvent pas.

                    Et sur le fond du probleme, personne ne me fera cropire que les locataires ne souhaitent pas payer loyer et charges. Il y a surement quelques malapris, mais la quasi totalité des locataires souhaite ne pas emmerder le proprio et ne pas etre emmerdé non plus.


                  • foufouille foufouille 2 août 2013 20:49

                    le mec a un boulot mais le 77 est très cher


                  • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 2 août 2013 20:23

                    J’adore tous les donneurs de leçons qui s’expriment sur ce forum : yzonka, fokils et c’est bien fait pour eux na, z’avez qu’ à pas copuler.

                    Il est certain que ce n’est pas à nos zélites bien logées par la collectivité qu’il arriverait telle mésaventure : ma sœur sonnait le gardien dès qu’elle avait une ampoule à changer ce qui lui évitait des frais considérables. Elle s’était fait installer une cuisine haut de gamme et me suggérait de faire faire la même sauf que lui ayant déjà payé la sienne en qualité de contribuable et du coup ne pouvait plus m’en offrir une.

                    Il me semble que contrairement à l’aversion déclarée de certains pour la pauvreté des autres, il faut envisager une société solidaire qui offre un minimum de décence à tout être humain : à ce couple, au bébé, à tous ceux qui sur les cinq continents souffrent de la cupidité et de la rapacité du moindre petit capitaliste qui tape sur les doigts de celui qui fait mine d’y toucher, sans oublier bien sûr pas les grands profiteurs intercontinentaux ....

                    J’ai été bailleur ou locataire, le contrat se passe très bien quand le partenaire est de bonne volonté, il y a toujours des arrangements possible ou alors c’est la justice qui doit trancher.

                    Ceux qui font de la parentalité un acte économique sont vraiment de joyeux zozos, parfaitement conditionnés par les fauteurs de crise et les médias, leur vie doit être drôlement sympa !


                    • Philv 2 août 2013 20:38

                      Le mythe du petit proprio qui loue son bien !

                      Bien que je sois dans ce cas, et que je sois jusqu’a présent chanceux, j’ai conscience du risque .
                      Acheter un bien pour le mettre en location c’est un investissement.
                      Tout investissement comporte un risque mais lorsqu’en plus on ne paye pas le bien cash mais en empruntant ça devient de la spéculation.
                      En bourse lorsqu’on joue sur le marché à terme, une option revient à emprunter de l’argent à taux fixe pour acquérir une valeur boursière.
                      Quand la valeur plonge (car un client de la valeur coté ne paye pas par exemple) le spéculateur, qui était positionné long, perd gros car sa mise ne couvre qu’une petite partie de sa mise réelle (argent emprunté) c’est l’effet de levier.
                      Sur la maison c’est pareil, si le propriétaire tombe sur un locataire problématique et que du coup il ne peut payer sa banque, elle récupère le bien et le met en vente publique l’ex propriétaire peut y laisser des sous.
                      En période de crise avec chômage on ne peut pas vraiment reprocher à quelqu’un de ne pas travailler et le nombre de locataire en défaut augmente, logique. 
                      Logique aussi du coup d’augmenter les loyers qui doivent comporter une prime de risque plus importante...
                      Finalement le proprio qui emprunte pour acheter un bien et le louer est, jusqu’au remboursement final, le Kapo de la banque si l’immobilier monte plus vite que l’inflation, qu’il a bien tenu son rôle et eu de la chance pendant 10-20 ou 30 ans il est récompensé par la plus-value sur le bien. Sinon casse toi pauvre c...
                      Ca peut mettre des gens sûr les nerf et les pousser à commettre des délits 
                      comme couper l’eau.
                      En Belgique même si le compteur appartient à la compagnie de distribution d’eau, le propriétaire est solidaire du paiement des factures d’eau de son locataire. Imaginez si le locataire est un salon lavoir mauvais payeur ... 

                       
                       


                      • Bernie Bernie 2 août 2013 23:28

                        Merci pour ce commentaire en forme de guide du capitaliste pour les nuls.

                        Hé oui, bien souvent on oublie ça. La ritournelle du « la pierre c’est tellement sur », qu’on en oublierait presque que ce n’est rien d’autre que de la spéculation comme vous le dites. On parie que d’autres vont payer pour rembourser le prêt pour qu’ in fine le bien finisse par vous rapporter, mais en attendant, le « proprio » n’est que l’ homme de paille de l’affaire. En fait il n’est propriétaire de rien, ça appartient à la banque, et en plus, il à des devoirs, celui d’assurer l’accès à l’eau courante par exemple.

                        Je souhaite que cette jeune famille puisse sortir au plus vite de cette galère, et surtout retrouver au plus tôt leur enfant


                      • Psyco Psyco 2 août 2013 21:54

                        Bonjour à tous !

                        Je suis la femme de ce couple qui fait tant réagir (positivement et négativement).

                        Lorsque j’ai commencé à lire les diverses réactions j’ai eu une violente nausée et j’ai fini par comprendre que je me devais de donner quelques explications (même si je sais pertinemment que certains continueront à défendre mon pauvre proprio).

                        Tout d’abord pour info : Je suis sortie de la mater hier soir car j’ai accouché prématurément de mon bébé lundi, il reste hospitalisé en néonatalogie ! Bien entendu le stress, le manque de repos, la peur de cette situation ont provoqué cet accouchement ! Et pour les détails intimes nous n’arrivions pas à avoir d’enfants et n’en espérions plus alors cette merveilleuse surprise nous a enchanté même si la situation n’est pas idyllique  !

                        Maintenant je vais préciser la situation :

                        Nous avons dû trouver un logement en urgence l’année dernière et comme mon mari était le seul à avoir un C.D.I. nous ne pouvions pas passer par agence. J’ai bien été travailler dans plusieurs obscures entreprises mais depuis 4 ans c’est la galère. Je suis tombée sur 4 patrons qui ne payent pas ! Et en plus pour aller au boulot il faut dépenser de l’argent et pour mettre au prud’homme il faut d’abord donner 35€ de frais de justice ! (nouvelle loi : si tu veux ton fric va d’abord faire la P... sur le trottoir). Lorsque nous avons emménagé dans ce logement nous avons dû faire un prêt pour tout racheter suite à un vol.

                        Bien entendu nous avons visité ce logement où une magnifique couche de peinture blanche toute fraîche était sur les mûrs ! Oh ! il avait pas l’air très grand mais sans nos meubles, mais 20m²... pourquoi pas ! Nous n’avons pas du tout le compas dans l’œil et combien d’entre vous sont allés visiter un appart avec un mètre ?? Il y avait quelques soucis du genre une fenêtre qui ne ferme pas, un problème de plomberie dans la salle de bain, un problème de porte d’entrée, un problème de clé,.. Mais bon pas de problème nous dit Mme L. la gérante ! On voit ça dans la semaine ! (elle a fait le coup au voisin du dessus aussi !). Rien n’a jamais été fait bien entendu et par la suite le mûr blanc est très vite devenu maculé d’un champignon ! Et oui ils ont mis une grille de vmc mais il n’y a pas de circuit d’extraction d’air dans le bâtiment ! C’est un trompe l’œil ou attrape-couillon si vous voulez ! (on vient d’apprendre que les autres locataires n’ont pas de vmc en fonctionnement, juste une grille). Je précise que même en hiver les fenêtres sont ouvertes plusieurs heures par jour car je ne supporte pas la buée, l’humidité et tout ce que ça entraîne. Et mon mûr je le lessive au moins 1 fois par semaine !

                        Lorsque nous avons commencé a avoir des problèmes financiers, Mme L. nous insulte et nous dit : " si vous êtes trop pauvres cassés vous  ! " ; bien sûr nous avons tous envie d’aller vivre sous les ponts, c’est si pittoresque !! lol ! Je décline et alors mon proprio me téléphone, se présente (M. V), et nous donne r.d.v. dans un bureau qui se loue à l’heure (début du sordide !). Je lui explique que nous avons passé une mauvaise période mais que nous allons reprendre le loyer avec remboursement car j’ai rééquilibré le budget au prix de sacrifices, mais c’est bon. Et je lui dit que par contre j’aimerais également qu’il fasse les travaux prévu depuis le début et nous fournisse le certificat loi carrez (m² habitables) et le certificat énergétique comme prévu par la loi (obligation légale pour toute location, privée ou pas). Là il nous explique tranquillement qu’il " va falloir payer et vite et fermer nos gueules « car il a un double de clé de l’appart et qu’il » peut jouer les kurdes et rentrer en pleine nuit pour nous faire la peau " ! Je reste calme, j’indique à mon mari que l’entretien est terminé, on le salut poliment et on part. Le lendemain , toujours très surprise par cette réaction et ce r.d.v. très bizarre je me rend au greffe du tribunal de commerce pour demander l’extrait K-bis de la SCI. Oh surprise !! Pas de M. V ni de Mme L mais prorio gestionnaire principale M. D et co-gestionnaire Mme L épouse D !!

                        Bon je vais sur societe.com en rentrant et là je trouve la SCI, M. D, et retrouve même M. V car il est co-gérant d’une autre SCI avec mon vrai prorio. Sur societe.com je recherche des infos sur ces 2 hommes : ils ont plusieurs sociétés ouvertes ensembles et également indépendamment, mais toutes ont la même adresse de siège sociale (celle de la SCI de mon immeuble), M. V a même de nombreuses sociétés en liquidation judiciaire (il en ferme une, il en rouvre une !).

                        Là je tente d’avoir des explications avec tout le monde mais bien entendu le vrai proprio se défend de l’être (ça le regarde pas, le faux proprio continue à clamer qu’il est le vrai proprio, et la gestionnaire passe de mandataire à agent immobilier à syndic !) D’ailleurs lorsque je demande sous quelle carte de transaction immobilière travaille Mme L elle me répond qu’elle « n’en a pas et que ça ne me regarde pas » ! Je commence à leur parler de mon enquête et me menacent encore ! je perd mon sang-froid et avec mon mari nous allons à l’ADIL et dans diverses assoc. et on apprend que nous ne pouvons pas mettre nos loyers sous séquestres, il faut prouver qui est responsable, payer un huissier, prendre un avocat (payant) et donner des frais de justice pour saisir le tribunal. Procédure longue et coûteuse dont nous n’avons pas les moyens (la justice est juste pour ceux qui ont les moyens de se l’offrir !) Ah au faite nous ne touchons pas d’APL car le logement n’est pas homologué (on pouvait pas le savoir avant d’en faire la demande et la réponse demande des mois) et comme mon courageux mari se lève le matin pour aller travailler on a le droit à rien de la C.A.F. (on nous a conseiller de rester à la maison sans bosser et faire des gosses à la chaîne pour avoir des aides et un grand logement). Désolé mais on va pas devenir des gros fainéants et profiter du système comme beaucoup ! c’est pas le genre de la maison ! Et pour ma part j’ai bien l’intention de retrouver du travail dès que possible !

                        Du coup on nous conseille de ne plus payer nos loyers car du jour au lendemain notre vrai proprio peut déclarer que notre bail n’est pas un vrai, qu’il ne nous a jamais loué et nous jeter dehors ! Soit, on ne paye plus ! M. V et Mme L débarque un soir et frappe à la porte, ils exigent qu’on quitte les lieux sur le champs et on oublie les loyers (ils sont pas fous ! ils commencent à avoir peur de ce que je remue !). Je dis à mon mari de ne plus parler avec eux car ils ne sont que de la racaille !! Lorsque je veux fermer la porte M. V tente de rentrer dans la maison et la mon brave toutou doux comme un agneau montre les crocs car il a senti la grosse menace pour ses maîtres. Ils partent en invectivant. Je m’en fout à ce moment là car si moi j’ai peur depuis des semaines là eux ils ne sont plus très rassurés non plus  !

                        Ils nous ont envoyés un huissier se présentant de la part de la SCI. Je suis allée le voir dans ses bureaux en lui demandant qui était son client et il me répond la SCI. je lui dit que ça a dû être un nom difficile à porter à l’école ! Rappel de loi, la SCI n’est pas une société comme une autre, et il faut que son représentant (gérant ou mandataire avec présentation du mandat signé par le gérant comportant ses autorisations et carte préfectorales et légales) soit identifié. L’huissier frémi, gesticule et me dit que quand même c’est pas bien et qu’il faut payer sinon... Là j’attends encore qu’ils se décident à saisir un juge. Nous nous n’avons pas les moyens mais que eux le fassent ! j’ai déjà hâte d’y être !

                        Enfin du coup pas de juge de saisi par mon proprio à l’heure actuelle au bout de plusieurs mois d’un bras de fer épuisant ! Et il coupe l’eau ! Mais serait il trop pauvre avec ses innombrables sociétés pour saisir la justice ? Il paye un huissier depuis des mois mais ne peut pas saisir un juge ? A-t-il peur de quelque chose ou y a t’il quelque chose d’illégal qui l’empêche de le faire ?

                        Enfin en tout cas dans mon tort ou pas pour rappelle à tous mes concitoyens :

                        - Art. L210-1 du code de l’environnement modifié par la loi n°2006-1772 du 30 décembre 2006 - art. 1 JORF 31 décembre 2006 : l’eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d’intérêt général. Dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis, l’usage de l’eau appartient à tous et chaque personne physique, pour son alimentation et son hygiène, a le droit d’accéder à l’eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous.

                        - La mairie est passée à la maison pour faire un constat d’indécence (décret n°2002-120 du 30 janv. 2002 relatif aux caractéristiques du logement décent pris pour l’application de l’art. 187 de la loi n°2000-1208 du 13 déc. 2000 relative à la solidarité et au renouvellement urbains. Article 3, alinéa 2 : Une installation d’alimentation en eau potable assurant à l’intérieur du logement la distribution avec une pression et un débit suffisants pour l’utilisation normale de ses locataires ;)

                        - La coupure de l’eau et de l’électricité a été considérée comme une voie de fait (Paris 14ème Chambre : 6.11.81).Le juge de l’exécution est compétent pour toute les contestations qui s’élèvent à l’occasion de l’exécution, quelle soit poursuivie légalement ou non. La difficulté était née en l’espèce à l’occasion de l’exécution de l’ordonnance de référé prononçant l’expulsion (TGI
                         Bobigny : 6.7.93
                        ). source  : Anil.org.

                        - Définition de « Voie de fait » : La « voie de fait » est une notion du droit administratif. Il s’agit d’une action de l’administration réalisée sans droit qui porte matériellement et illégalement une atteinte grave à une liberté fondamentale ou à un droit de propriété. Le droit privé a fait sienne cette notion en sanctionnant l’atteinte violente à une situation légitime faite par toute personne dont l’action ne peut se justifier d’aucune disposition contractuelle, légale ou réglementaire. Indépendamment de préjudices particuliers dont il appartient aux demandeurs de justifier, la seule constatation d’une voie de fait ouvre droit à réparation. (3°chambre civile, 9 septembre 2009, pourvoi : n°08-11154, BICC n°716 du 15 février 2010 et Legifrance). 


                        - Art. 223-1 du code pénal modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 - art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002 : Le fait d’exposer directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures de nature à entraîner une mutilation ou une infirmité permanente par la violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de sécurité ou de prudence imposée par la loi ou le règlement est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende.

                        - Art. 15-3 modifié par Loi n°2004-204 du 9 mars 2004 - art. 207 (V) JORF 10 mars 2004 en vigueur le 31 décembre 2007 : La police judiciaire est tenue de recevoir les plaintes déposées par les victimes d’infractions à la loi pénale et de les transmettre, le cas échéant, au service ou à l’unité de police judiciaire territorialement compétent. Tout dépôt de plainte fait l’objet d’un procès-verbal et donne lieu à la délivrance immédiate d’un récépissé à la victime. Si elle en fait la demande, une copie du procès-verbal lui est immédiatement remise. (pour info j’ai enregistré la conversation lorsque l’officier de police du commissariat de Melun a refusé de prendre mon dépôt de plainte ! Et les forces de d’ordre n’ont pas à discuter de l’aspect civil ou pénal de la plainte. C’est le travail du procureur !)


                        • subliminette subliminette 3 août 2013 09:54

                          Psyco,

                          Bravo pour votre combativité et votre détermination. Ca fait du bien de lire ça !

                          J’espère que tous les donneurs de leçons et autres moralistes de ce site en ont pris plein la gueule.

                          Je souhaite une longue et heureuse vie à votre bébé malgré une arrivée parmi nous un peu difficile


                        • King Al Batar King Al Batar 3 août 2013 12:56

                          Bonjour à vous.
                          Il se trouve que vous n’avez pas de chance dans cette histoire.
                          Et vous n’avez pas de chance non plus, c’est celle que ce soit Chalot qui soit venu rapporté votre histoire sur ce site. Il raconte même pas le tiers du quart des éléments de l’histoire et ensuite il s’étonne que certains (dont j’ai fait partie) tire des conclusions hatives.

                          Moi je suis un ex délinquant de banlieu devenu travailleur et honnete. J’aurais un conseil a vous donner mais je suis sur que ce n’est pas le bon. Néanmoins c’est le mien. Compte tenu des très grande irrégularité de votre contrat, et dans les statuts des proprio. Cerchez absolument a vous barrer, et foutez le feu en partant. Il ne pourra pas se retourner contre vous, car légalement ils étaient en tort depuis le départ. Cela ne résoudra pas le problème mais au moins ils paieront par le feu leur malhonnetteté.

                          Bien à vous et bonne chance.


                        • Mytch40 Mytch40 3 août 2013 14:46

                          Psyco,

                          Bravo à vous trois. Vous méritez certainement plus. Que notre belle société et sa justice fasse son boulot et, que vous obteniez réparation. C’est tout le mal que je vous souhaite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès