Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le démographe hors-sol nous mène à la fosse commune

Le démographe hors-sol nous mène à la fosse commune

Je suis d’une autre planète que la vôtre, d’une autre solitude…

Écocentriste exécrant la suprématie de l’animal humain, je n’entends RIEN au discours dangereusement rassurant et hasardement comptable des démographes conventionnels qui se sont manifestés à l’occasion de l’évènement creux du passage au cap des 7 milliards d’humains capricieux, encombrant une planète aux écosystèmes déjà usés jusqu’à la corde. Ces démographes hors-sol me semblent hors-raison. Ils sont pour moi d’effrayants mutants, ni faits de chair, ni faits de sang. Robot sapiens synthétisés par les chiffres et uniformisés par la tenue cravatée d’envoyés spéciaux et sbires du système, ils sont formatés en conséquence.

Leur discours à l’unisson, exclusivement économique, me fait très peur, non seulement par empathie pour les trop nombreuses espèces végétales et animales en déclin, mais aussi pour les gens des pays appauvris par nous et dont l’existence est déjà errance, et enfin pour les enfants otages que nous engendrons à la légère, générations à venir qui auront peu à choisir et beaucoup à souffrir, dont héritage sera constitué des restes de notre scandaleux déshéritement.

Ma planète se veut Vivante, certes humaniste mais aussi biocentriste pour éviter l’anthropocentrisme contre-productif, la pensée est donc un peu rousseauiste et nietzschéenne. C’est trop !

Un tiers de la superficie des terres émergées du globe, soit 4 milliards d’hectares et l’équivalent de la surface forestière est menacé par la désertification, et plus de 250 millions de personnes sont directement affectées par ce problème. 24 milliards de tonnes de sols fertiles disparaissent chaque année.

Je suis infiniment triste de constater que toutes les autres espèces reculent au fur et à mesure que nous avançons, à tel point que les institutions et conventions chargées de veiller aux lambeaux nous rebattent les oreilles avec des listes rouges et de toutes les couleurs. Tu ne peux plus voir un docu animal sans que l’espèce présentée soit désignée comme en voie d’extinction. Cet état des lieux doit être plus qu’affligeant et démoralisateur pour une

jeunesse qui doit préparer son avenir dans une civilisation qui s’est acharnée à détruire le même avenir. Si cela n’affecte pas le commun des mortels, qu’il songe alors que les ressources, pour la plupart sont non-renouvelables puisque répondant à la finitude du monde, sont, elles-aussi, en voie de tarissement. Le goût de la tomate prouve que onsommer de la merde est déjà un acte citoyen.

Je croyais qu’il y avait une course contre la montre entre la détérioration et la préservation, illustrée par des milliers d’exemples, comme celui de l’Indonésie : 25 millions d’humains dont la plupart, asservis, ne peuvent se permettre de « philosopher » sur la déforestation au profit du palmier à huile, pour 5.000 derniers orangs-outans Tout au contraire, le démographe inhumain m’assure que l’Indonésie achève sa transition démographique. Tout en achevant notre frère l’orang.

Le chorus du démographe tapinant pour l’ultralibéralisme est une chanson connue : toujours plus, mais dans le partage et la lutte contre les disparités et les spéculateurs. Des évidences de catéchisme. Pas un mot sur l’égoïsme psychanalytique de l’humain. Pas un mot sur notre lien aux écosystèmes et notre dépendance aux ressources naturelles.

Moi qui croyais que nous étions entrés dans la sixième phase d’extinction massive des espèces, la première due à notre responsabilité parce que c’est la première fois que Gaïa supporte une telle surcharge humaine, plus que prédatrice parce que suréquipée d’un progrès redoutable et corrosif sur un mode de destruction irréversible…

Moi qui croyais qu’il y avait urgence parce que les ressources premières devenaient rares et fragiles…

Moi qui croyais qu’il fallait prendre l’homme éthologiquement tel qu’il était, c’est à dire mauvais et qu’il était devenu oiseux de l’exhorter encore et encore à l’altruisme et au partage, et donc qu’il fallait être pragmatique et moins se reproduire pour assurer à nos progénitures une vie vivable.

Moins procréer non seulement pour une croissance zéro, mais aussi et surtout pour nous réduire à un maximum de 3 milliards à l’horizon 2100, ainsi que nous l’étions en 1960 quand des visionnaires éclairés parce que hommes de terrain prévoyaient déjà le pire.

Le pire : nous y sommes, notre crise est écosystémique et les promesses politiques d’en sortir sont fallacieuses et strictement électorales. Les escrocs qui n’avaient pas vu venir ne peuvent maintenant prétendre énoncer le moyen d’en sortir, ni encore moins la date.

Ce qui est pris n’est plus à prendre. Les Étatsuniens qui roulaient Buick, Plymouth et Cadillac quand j’étais enfant parce que le pétrole ne valait rien mettent aujourd’hui le Nigéria, l’Irak, la Libye et le monde à feu et à sang pour continuer à faire le plein de bagnoles monoplaces.

Attendre la mort des obèses va pendre du temps, ils ont tant dérobé sous toutes les latitudes qu’ils disposent de quelques longueurs d’avance et de quelques remèdes (souvent biopiratés chez les honorables peuples natifs) pour vivre encore plus gros et plus longtemps.
J’ai donc tout faux.

À nos escrocs, l’humanité reconnaissante

Écoutons-les… Notre feuille de route est induite par une sereine et certaine transition démographique. Attendre que ça passe, que ça se tasse, que la procréation lasse. Un jour viendra où tous les couples du monde auront deux salaires pour un seul enfant. Un jour. Le Vatican et le Coran n’y aident pas vraiment…

Entre-temps, gens pauvres, démunis, accaparés par de terribles urgences au quotidien : reproduisez-vous comme des brutes, puis indignez-vous avec Hessel, Ziegler, Joly… Si vos démocraties sont suffisamment avancées pour l’autoriser.

2000 ans de vœux pieux n’ont toujours rien changé. Tu casses un riche et un ex-pauvre prend sa place.

1,5 milliard de gens sont victimes d’une malnutrition par excès au Nord (4000 calories/jour, quelle gastronomie !), autant d’autres qui n’ont pas un dollar par jour souffrent de malnutrition par insuffisance au Sud, dont 900 millions en situation de famine, tous écoréfugiés potentiels dont personne ne veut.
Alors, on me reproche d’être un écologiste urgentiste, un fanatique de l’apocalypse.

Secouristes : avant de mettre le contact de votre ambulance, demandez si le blessé est un démographe. Si oui, prenez votre temps ! Même attitude désinvolte si l’accidenté se nomme Bruckner, Allègre, Ferry ou Rufin. Il faut laisser du temps au temps.

« J'ai beau regarder les hommes, soit avec un regard bienveillant, soit avec le mauvais œil, je les trouve toujours occupés, tous et chacun en particulier, à une même tâche : à faire ce qui est utile à la conservation de l'espèce. Et ce n'est certes pas à cause d'un sentiment d'amour pour cette espèce, mais simplement puisque, en eux, rien n'est plus ancien, plus fort, plus inexorable, plus invincible que cet instinct, - puisque cet instinct est précisément l'essence de notre espèce et de notre troupeau.

Quoique l'on arrive assez rapidement, avec la vue basse dont on est coutumier, à séparer nettement, selon l'usage, à une distance de cinq pas, ses prochains en hommes utiles et nuisibles, bons et méchants, lorsque l'on fait un décompte général, en réfléchissant plus longuement sur l'ensemble, on finit par se méfier de cette épuration et de cette distinction et l'on y renonce complètement.

L'homme le plus nuisible est peut-être encore le plus utile au point de vue de la conservation de l'espèce ; car il entretient chez lui, ou par son influence sur les autres, des instincts sans lesquels l'humanité serait amollie ou corrompue depuis longtemps. La haine, la joie méchante, le désir de rapine et de domination, et tout ce qui, pour le reste, s'appelle le mal cela fait partie de l'extraordinaire économie dans la conservation de l'espèce, une économie coûteuse, prodigue et, en somme, excessivement insensée : - mais qui, cela est prouvé, a conservé jusqu'à présent notre espèce.

Je ne sais plus, mon cher frère en humanité, si, en somme, tu peux vivre au détriment de l'espèce, c'est-à-dire d'une façon « déraisonnable » et « mauvaise » ; ce qui aurait pu nuire à l'espèce s'est peut-être éteint déjà depuis des milliers d'années et fait maintenant partie de ces choses qui, même auprès de Dieu, ne sont plus possibles. Suis tes meilleurs ou tes plus mauvais penchants et, avant tout, va à ta perte ! - dans les deux cas tu seras probablement encore, d'une façon ou d'une autre, le bienfaiteur qui encourage l'humanité, et, à cause de cela, tu pourras avoir tes louangeurs - et de même tes railleurs ! »

Friedrich Nietzsche, livre premier, la Gaya scienza, traduction de l'édition de 1887 par Henri Albert.

Notre modèle
http://www.dailymotion.com/video/xam529_chic-chick-chicken
Le rêve déchu
http://www.dailymotion.com/video/x9xdh9_nietzsche-la-souffrance-et-la-vie
Eh bien ! Dansez maintenant ?http://www.dailymotion.com/video/kJ11hY6IkjKpOepOUT?start=29

Documents joints à cet article

Le démographe hors-sol nous mène à la fosse commune Le démographe hors-sol nous mène à la fosse commune

Moyenne des avis sur cet article :  3.26/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Yvance77 4 novembre 2011 09:05

    Salut,

    Terribles ces photos à la fin lorsque l’on pense sortir de ce texte à peu près en paix...


    • Michel Tarrier Michel Tarrier 4 novembre 2011 14:05

      Et j’ai choisi soft pour ne pas contrarier l’ingestion des 4000 calories du midi... du chômeur nordiste.


    • cathy30 cathy30 4 novembre 2011 09:36

      Monsieur Michel tarrier
      bien à l’aise dans son loft.
      Vraiment ce genre d’article me mets vraiment en colère.
      Il y a quelques temps déjà que la démographie dégringole en cascade sur notre planète.
      Non, nous ne sommes pas 7 milliards d’humains. Et les médias nous racontent que c’est encore les affamés qui font des gosses en veux-tu en voilà. Tout cela est ragoutant, et pendant ce temps là les vendeurs d’armes prospèrent, les banquiers spéculent sur les matières premières, mansanto appauvrit les terres agricoles, les pétroliers pourrissent la mer, des paradis terrestres. Allez laisse aller, c’est une valse.


      • René 03 René 03 4 novembre 2011 10:52

        Mais ou avez-vous vu que la démographie dégringole alors qu’elle ne cesse d’augmenter.


        Avec des gens comme vous les vendeurs d’armes on encore de beaux jours devant eux.
        Car la surpopulation engendre la misère et les guerres ; guerres pour la nourriture, guerre pour l’eau guerre pour un territoire, guerre pour l’énergie.


      • Michel Tarrier Michel Tarrier 4 novembre 2011 14:01

        Moi j’écris que la démo dégringole ? Mais en quelle langue ai-je publié l’inverse de ce que je pense ? Ça devient fort pénible.


      • cathy30 cathy30 4 novembre 2011 14:12

        michel tarrier
        rené 03 me répond, c’est moi qui avance que la population dégringole et cela depuis la seconde guerre mondiale.
        La population s’entasse (surtout dans les bidonvilles) tout simplement alors que les déserts eux s’étendent.


      • Michel Tarrier Michel Tarrier 4 novembre 2011 14:18

        Alors vous voulez peupler les déserts ?


      • cathy30 cathy30 4 novembre 2011 15:23

        Michel tarrier
        prouvez nous que nous sommes 7 milliards sur terre. Chiffre invérifiable.


      • foufouille foufouille 4 novembre 2011 11:28

        "1,5 milliard de gens sont victimes d’une malnutrition par excès au Nord (4000 calories/jour, quelle gastronomie !), autant d’autres qui n’ont pas un dollar par jour souffrent de malnutrition par insuffisance au Sud, dont 900 millions en situation de famine, tous écoréfugiés potentiels dont personne ne veut."

        du n’importe quoi
        rester vivre dans le desert faut etre con comme un eleveur de chevre qui les laisse tout bouffer
        la population de ces pays ne baissent pas


        • joletaxi 4 novembre 2011 11:56

          Je suis d’une autre planète que la vôtre,


          cela ne fait aucun doute...

          • foufouille foufouille 4 novembre 2011 14:16

            son ordi est en feuille morte
            il reves de vivre dans les bois par -20


          • Ariane Walter Ariane Walter 4 novembre 2011 13:38

            Ah ! Michel !
            Ton texte est magnifique !

            bien sûr que tu dis la vérité...dans ton loft sous les étoiles...dans les forêts du Maroc.

            je ne comprends pas les réactions que de telles évidences suscitent. C’est peut-être le nombre d’hommes qui est une tragédie mais le nombre de cons en est une autre et plus grave.
            J’espère pour eux que des lobbies les paient pour venir parader ici...ou que ce sont « des machines à forum », comme il en existe pour soutenir la sacro-sainte croissance qui en fait vivre bcp...et mourir encore plus.

            Tu sais les Cassandre finissent mal et Troie est promise à la mort.
            Mais ce n’est qu’un petit point de l’immense espace.
            La beauté est immortelle.


            • Michel Tarrier Michel Tarrier 4 novembre 2011 14:03

              T’inquiète ma Belle, ils ne lisent même pas, où quand ils lisent ils restent étanches. C’est pourquoi ils votent pour qui ils votent. Beuk !


            • joletaxi 4 novembre 2011 17:03

              l’auteur a raison Ariane, on ne lit plus ses « poulets » indigestes ,longs à mourir d’ennui, et tellement prévisibles car ils racontent toujours les mêmes antiennes.

              Que je sache, toutes les prophéties des Malthus d’opérette se sont toujours révélées fausses, ou démenties par la réalité.
              Par contre, j’ai lu avec stupéfaction votre diatribe sur Mr. Van Rompuy,stupéfaction, car votre jugement à l’emporte pièce, vous êtes une spécialiste du genre,prouve que vous n’y connaissez rien .
              Ce qui me chagrine, c’est que vous me forcez à prendre la défense, d’un membre éminent de l’ex CVP, parti on ne peut plus honnis en belgistan,et dont je ne partage absolument pas la tendance nationaliste.Mr. Van Rompuy est à la tête de l’Europe, parce que ce brave homme n’a pas voulu relever le défi de former un gouvernement en belgique.Il avait été propulsé à cette tâche de formateur, car il s’agit d’un personnage dont la connaissance des dossiers est incontestable, et car c’est probablement un des seuls à qui vous n’accrocherez pas une casserole.Contrairement aux apparences, c’est un homme très cultivé,plutôt capable de rechercher un consensus,honnête, simple, très abordable,contrairement à son acolyte forcé Baroso.
              Il a contre lui d’être effacé, discret,et modeste.... et flamand,une culture méconnue.
              Bref, vous aviez encore une fois tout faux, et en plus cela va me donner des maux d’estomac d’avoir ainsi encensé un membre d’un parti dont je ne partage pas les vues.

            • luluberlu luluberlu 4 novembre 2011 14:17

              Pour ce qui est de la pensée de Nietschze vous vous gourez, il prone une trés suptile fusion avec Tout le Vivant et même le reste, cf par ex, le rapport de Zoroastre avec ses animaux et la végétation de ses iles radieuses.


              • oj 4 novembre 2011 16:41

                egoiste à mon tour, je juge la démographie par les possibilités qui sont offertes a une famille voulant s’installer sur une terre pour y travailler et y vivre :

                - c’est impossible en Europe puisque qu’il n’y a aucune terre libre ;
                tout bout de terrain utilisé ou non, appartient à une entité , collectivité ou particulier.
                A l’extreme un terrain en jachères rapporte de l’argent par subvention a un agriculteur.

                Concernant les Démographes, ils répondent à la question : combien d’humains peut-on entasser sur la planete.

                Il est clair qu’au dela de ce calcul, il faut de demander Dans quelles conditions ; si ce sont celles d’un camps de concentration , alors pas terrible d’autant qu’il semble que la stabilité météo est bouleversée pour les années a venir avec les conséquences sur les récoltes.

                Pourtant l’Homme est face a une contrainte : la necessité de faire croitre le nombre d’humains capables de travailler ensemble pour relever les defis qui sont pour demain sans faire croitre l’ensemble de la population sauf a laisser à son triste sort la partie inadaptée à la mondialisation.


                • foufouille foufouille 4 novembre 2011 19:07

                  adopte des loups
                  quand ils seront trop nombreux, ils te boufferont


                • artam 4 novembre 2011 19:20

                  On ne peut dire mieux, mais ce n’est politiquement pas correct. Et ce politiquement correct n’est qu’hypocrisie, à mon sens.

                  Bonjour à l’auteur et à tous.

                • storm storm 4 novembre 2011 20:34

                  slu,

                  je vais faire mon kalki smiley

                  nous ne sommes rien, qu’une population bactérienne évoluant sur la surface d’un atome de l’univers,

                  cette vérité nous rattrapera tôt ou tard

                  ps : et sinon, c’ets effraynt, je susi moins âgé que vous, Michel, mais j’ai déja vu la population de la planète passer de 5 à 7 milliards d’humains smiley

                  arrêtons les frais (croissance de la population, production démesurée et irrationnelle de biens de consommations, voire services, couteux en énergie) et tout se passera bien

                  plutôt que d’hurler avec les loups (miaou) et dire que nous sommes trop nombreux, je dirais plutôt que ’nous sommes bien assez et que le mode de vie technologiquement assisté est à repenser’ smiley


                  • Michel Tarrier Michel Tarrier 4 novembre 2011 21:43

                    Un seul ouvrage traite de la démographie mise en perspective écologique et pas seulement économique. Toutes les réponses aux questions s’y trouvent et ne peuvent être retranscrites dans un forum !
                    http://www.amazon.fr/Enfants-Tue-Planete-Tarrier-Michel/dp/2360260197


                      • lauraneb 5 novembre 2011 09:10

                        a chaque crise le meme maux : la surpopulation et peu importe l’époque....

                        ainsi il y a ceux qui sont de trop et ceux qui sont suffisants....Sachant que c’est toujours l’autre qui est de trop, qu’il faut être élus pour rester... ainsi meme apres 10000 ans d’histoire, nous esperons toujours etre les élus de Dieu....toujours et encore cette meme guerre.... toujours et encore cette meme idée d’une race qui vaut plus que les autres....

                        toujours et encore cette meme rengaine qu’il faut éliminer ceux qui sont de trop : les arabes, les noirs les chinois, les francs-maçons, les pauvres, les agriculteurs, les moustachus, les pds, l’homme blanc, les petits hommes verts....

                        Et pourquoi pas l’euthanasie des vieux, des retraités, ou l’emasculation des jeunes....Et pourquoi pas l’élaboration de camps de travail obligatoires où on pourrait abuser des autres à les faire crever.... Et apres tout pourquoi pas les femmes ou les technocrates ? Non une meilleure idée : les architectes et les maçons ou encore les démographes......

                        Alors qui sera vraiment l’élu ?

                        cette simple idée nous a toujours conduit aux guerres....et seuls les riches bourgeois n’y participent pas a ces guerres...Par contre c’est beaucoup plus simple pour eux de se partager le gateau une fois la guerre finie....à chaque fois....et à chaque fois vous tombez dans le panneau...

                        c’est puant à en crever....


                        • joletaxi 5 novembre 2011 09:54

                          « Dans un article publié dans la revue North American de Philadelphie, Lord Kelvin, mathématicien et physicien de l’université de Glasgow, constate que notre consommation d’énergies fossiles épuise rapidement les ressources disponibles et estime que notre meilleure solution de rechange réside dans une combinaison d’énergie éolienne, de biocarburants et d’hydroélectricité.  »


                          ce savant est un visionnaire, un sage... sauf qu’il a écrit cela en ...1902.
                          Et depuis malthus, une secte d« élus » nous ressert sans cesse la même rengaine, qui chaque fois se révèle fausse, mais pour eux là n’est pas la question, un jour,dans 100 ans ,dans 1000 ans, dans 10000 ans ils auront raison.
                          Et en attendant, ils se proposent de faire crever une bonne partie de la population.
                          Une vraie bande de charlots, sauf que cela ne fait pas rire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès