Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le directeur de prison est une victime

Le directeur de prison est une victime

Emma, la fille du Gang des Barbares a utilisé le même subterfuge qu’elle avait déjà expérimenté sur Ilan Halimi, pour attirer le gardien et le directeur de la prison de Versailles. Et personne n’a rien vu venir une fois encore.

La jeune fille du « Gang des barbares » ! (si l’affaire n’eut pas été si tragique, cela eut été un titre splendide pour un livre de Simenon) rebondit une fois encore, avec l’histoire apparemment folle de ce directeur de prison, tombé raide dingue amoureux d’Emma qui avait appâté Ilan Halimi, ce jeune juif enlevé, torturé puis assassiné à Bagneux en Région Parisienne en 2006.

Ce qui est passionnant dans cette affaire, est que la jeune femme nous éclaire véritablement sur un don que partagent beaucoup de schizophrènes qui ont cette faculté toute particulière de s’emparer de la personnalité de leur victime en leur imposant de l’empathie.

Florent Goncalves, le directeur de la prison, n’a rien vu venir. Comme n’avait rien vu venir, le gardien avant lui. Ils sont tombés malgré eux dans le piège de cette personnalité trouble qui leur a fait faire n’importe quoi, les téléguidant à loisir.

Comme le monde de la psychologie est complètement étranger à la justice, le juge d’instruction a placé le directeur en examen et l'a suspendu de ses fonctions et on peut parier que le Tribunal Correctionnel jugera sévèrement cet « écart ».

C’est crétin car le Directeur et le gardien ont été victimes par le même procédé employé par la jeune femme sur Ilan Halimi avant que celui-ci soit enlevé et tué par d'autres.

Sauf que cette fois-ci, le mobile n’était pas le même. On peut imaginer que la jeune femme cherchait les faveurs du directeur sinon pour s’enfuir, certainement pour devenir une prisonnière d’exception.

Qu’on ne se penche pas sur ce cas d’école pour mieux comprendre comment sont recrutés et comment fonctionnent les appâts, est bien dommage. On se prive certainement de comprendre mieux un des troubles de la personnalité les plus énigmatiques de la psychiatrie.

C’est ce qu’on appelle dans un jargon assez pauvre « faire perdre la tête ».

Ce qui prouve à la marge, que la réponse pénale est bien inadéquate face aux déviances de cette jeune femme, qu’aucune personne de la chaine judiciaire dans cette affaire, n’a pris le soin d’évoquer.


Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

115 réactions à cet article    


  • djanel Le viking- djanel Le viking- 14 janvier 2011 11:04

    article complètement crétin. 

    Je défie donc à l’auteur de nous définir ce qu’est la schizophrénie pour nous prouvez qu’il sait de quoi il parle


    • Massaliote 14 janvier 2011 11:18

      Elle a de l’avenir la femme fatale. « Ils sont tombés malgré eux dans le piège de cette personnalité trouble » Des pigeons, pour ne pas dire... smiley smiley


      • spartacus1 spartacus1 14 janvier 2011 13:40

        Oui, elle a de l’avenir, avec un peu de chance, elle peut devenir « première dame de France » !


      • Massaliote 14 janvier 2011 16:14

        Ou Garde des Sceaux. 2 atouts pour elle : la diversité et une bonne connaissance de « l’inflation ».


      • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 11:43

        JE ne vois pas de victime la dedant.

        C’est juste un imbécile qui ne sait pas se tenir. Il s’agit de déontologie, surtout quand on est directeur d’une prison pour femme !

        Je ne sais pas, j’imagine mal un directeur d’hopital se taper des patiente, ou moi même à mon boulot me taper des clientes...

        Faut arreter deux minutes de le plaindre. Ok il est fort probable que la « emma » en question est certainement pleine de vice et très douée pour obtenir ce qu’elle veut de la gente masculine, mais quand on est directeur d’un établissement pénitencier on doit savoir tenir sa bite !

        Il serait peut être interessant de revois ses responsabilté dans l’affaire Halimi, car elle n’a cessé de dire qu’elle n’imaginait pas le sort qu’allaient lui reserver les « barbares », mais elle m’a l’air d’être très douée pour manipuler les esprits masculins...

        Faudrait faire un film sur cette salope, elle a l’air d’être particulièrement douée !


        • juluch 14 janvier 2011 11:58

          salut King.


          Je suis du même avis !!

          Le dirlo de cette taule doit savoir se contrôler !

          Si il cède aux « charmes » de cette « personne », il peut céder aussi à des pots de vin !!


          A suivre.

        • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 12:05

          Salut Juluch !

          Et oui, dans cette histoire pour moi il est uniquement question de déontologie !

          Même si la « emma » en question, j’aimerai bien la rencontrer...

          Content de voir (mais je le savais déjà) que tu ne fais pas parti du clan des moinseurs systématiques, et que ce n’est pas parce qu’on est pas d’accord sur certains points qu’on ne peut pas l’être sur d’autre !

          Bien à toi !


        • juluch 14 janvier 2011 12:17

          A toi aussi !!


          A bientôt !

        • pigripi pigripi 14 janvier 2011 11:46

          Cette histoire laisse r^éveur sur le professionnalisme et la déontologie des directeurs de prison où l’on sait qu’il se passe des choses atroces qui ne sont pas seulement dûes à la surpopulation et au manque de personnel pénitencier.


          La prison française marche à reculons avec un management des plus archaïques et une finalité imprécise.
          S’il est clair qu’on doit protéger les citoyens contre les criminels violents et dangereux pour autrui pour lesquels l’enfermement s’impose, les autres cas devraient relever d’autres types de sanctions avec une volonté nette de réinsertion.

          Le cas d’Emma est particulier. C’est une pauvre gamine maltraitée dont la beauté a été utilisée par Fofana et sans doute d’autres pour lui faire jouer un rôle qu’une gamine de 17 ans ne pouvait pas contrôler.
          Actuellement, elle a à peine 20 ans et il est trop facile de profiter de sa fragilité, de sa faiblesse et de lui faire porter le chapeau.
          Ya pas photo entre la dérive d’une pauvre gamine et la responsabilité d’un directeur de prison.

          Emma a besoin de protection et de soins, c’est certain, mais pas de protection style maquereau comme celle du directeur de prison et ses acolytes.

          On retrouve dans cet article tous les mythes de la femme tentatrice, fatale, cupide, veuve noire, impure, cause de tous les maux de la terre. Tout ce qui justifie qu’on opprime et discrimine les femmes dans toutes les sociétés du monde.

          Emma est certes une salope qui a une responsabilité individuelle mais n’oublions pas qu’elle a été utilisée par des hommes pour satisfaire leurs ambitions, leurs désirs et projets criminels.

          • Alpo47 Alpo47 14 janvier 2011 11:51

            Oui, bon la « démonstration » de l’auteur est vraiment très , « tirée par les cheveux »...

            Parce ce que, dans de nombreuses professions, on doit aussi avoir un niveau d’ ’ETHIQUE.
            Je suis, également dans des situations de contact humain et de relation d’aide, et d’ailleurs assez récemment, j’ai également vécu une tentative de séduction de la part d’une de mes clientes. C’était vraiment très poussé, suggestif ... tentant, mais j’ai gardé à l’esprit l’éthique de ma profession .
            Je crois qu’il est indispensable de la placer au dessus d’un moment de plaisir. Ce haut fonctionnaire a oublié ces règles et a été corrompu par sa partenaire. Il n’est pas défendable.

            De plus, pour l’homme évolué, c’est le cortex qui décide, pas le cerveau reptilien.


            • pigripi pigripi 14 janvier 2011 11:53

              @king

              Faudrait faire un film sur cette salope, elle a l’air d’être particulièrement douée !
              -------------------------------

              On pourrait faire aussi un film sur tous ces hommes qui se disent victimes des femmes qui les ont « provoqués », « cherchés » et incités à commettre crimes et délits.
              Ils ont l’air d’être particulièrement doués ! ;-((((

              • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 12:10

                Franchement Pigripi,

                J’ai grandi dans un endroit ou le vice est présent partout. Il ne fait pas se laisser impressioner par l’age de cette fille. Des michetonneuses scandaleuses ca existe...

                Et j’ai du mal à m’attendrir pour un fille qui a servi d’appat dans un crime comportant torture et barbarie, et qui après arrive avec son petit cul a obtenir les faveurs d’un gardien de prison.

                Il ne s’agit certainement pas de faiblesse de sa part. Elle sait jouer de ses atouts, et elle aurait pu les utiliser dans d’autres circonstance bien moins glauques.

                Après pour moi le responsable dans cette histoire, comme je le dit c’est uniquement le directeur de prison, qui fait très mal son travail.

                Mais de là à la transformer en victime, faut pas non plus exagerer. Elle a un beau petit cul, elle essaye d’en tirer des benefices quelqu’ils soient, et je pense qu’elle aurait tort de s’en priver. Si le mec est assez con pour tomber dans le paneau...


              • pigripi pigripi 14 janvier 2011 12:02

                Emma a été violée plusieurs fois. A-t-elle été soignée, protégée, prise en charge sérieusement ? Même sa mère ne la protège pas....

                D’origine iranienne, issue d’un mariage forcé, Emma a fui en France avec sa mère et sa soeur après avoir accusé un de ses oncles de l’avoir violée. Arrivée à Aulnay-sous-Bois à l’âge de 11-12 ans, elle se retrouve « dans une sale histoire » et affirme avoir été victime d’un viol collectif, selon Elsa Vigoureux, journaliste au « Nouvel Observateur » et auteur de « L’Affaire du gang des barbares » (Ed. Flammarion). Elle finira par retirer sa plainte sous la pression de sa mère.

                En 2005, l’adolescente âgée de 16 ans croise le chemin de Youssouf Fofana par l’entremise d’une copine d’internat, Tiffen. Le chef du « gang des barbares » a chargé cette dernière de recruter une « fille qui attire les garçons ». Le 17 janvier 2006, Emma se rend dans une boutique de téléphonie mobile parisienne et drague ouvertement le jeune vendeur. Trois jours plus tard, rendez-vous est pris porte d’Orléans. Le piège s’est refermé. Après l’enlèvement, Emma fait part de ses doutes et craintes à Tifenn, qui se charge de l’empêcher de craquer. Finalement, elle ne dira rien.

                Source : Le parisien 13/01 


                • pigripi pigripi 14 janvier 2011 12:06

                  @Calmos

                  Moi ce qui me chagrine le plus dans cette histoire ; c’est que la vamp de banlieue va étre libérée sous peu.....c’est ça le vrai scandale
                  -------------------------------------------
                  Tout dépend du suivi, de la prise en charge à la sortie de prison. Si elle reçoit un encadrement et des soins dignes de ce nom, elle est jeune, il y a possibilité de réhabilitation et de guérison....

                  Il ne reste plus à espérer qu’on ne la lâchera pas dans la nature sans soutien, autant pour sa sécurité à elle que pour celle d’autrui.

                  • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 12:13

                    C’est vrai, que Ilan Halimi, lui des possibilité de guerison a mon avis il risque pas d’en avoir.

                    Il s’agit quand même d’une complice plus qu’active dans un meurtre, sequestration, torture avec acte de barbarie...

                    La pauvre il faut vraiment qu’on l’encadre !


                  • Massaliote 14 janvier 2011 13:26

                    La « pauvre victime » savait que celui qu’elle avait piégé était séquestré et maltraité. Elle n’a rien fait. Un simple coup de fil anonyme ne demande pas beaucoup de courage et aurait tout changé..


                  • pigripi pigripi 14 janvier 2011 12:17

                    Ne perdons pas de vue que le principal responsable de l’épouvantable assassinat d’Ilan Halimi sont Fofana et l’antisémitisme rampant.


                    Il est évident que s’il n’y avait pas eu la fragile Emma, Fofana aurait utilisé une autre gamine...Emma n’a été qu’un pion dans l’atroce projet de Fofana et le soutien de ses complices (une trentaine, quand même !)

                    Emma a une responsabilité certaine dans ce crime mais elle n’est pas au sommet de la hiérarchie des criminels impliqués.

                    De même je trouve anormal que certaines des personnes qui étaient au courant et qui n’ont pas bronché aient été relaxées. Plus de 30 personnes, d’après les enquêteurs, étaient au courant de la séquestration d’Ilan Halimi. Difficile d’imaginer qu’elles se sont toutes tues bâillonnées par la terreur que faisait régner Fofana sur elles. Difficile d’imaginer que, sur 30 personnes aucune n’a eu l’opportunité de passer un coup de fil discret à la police. Facile d’imaginer qu’il y avait un consensus qui reposait sur l’antisémitisme et l’appât du gain.

                    • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 12:51

                      Non pigripi je ne peux pas aller dans ton sens.

                      C’est trop facile de dire "si ca n’avait pas été elle, ce serait quelqu’un d’autre. J’ai des connaissances dealers qui te diront la même choses. Si c’est pas moi qui vend à ce toxico la ce sera un autre alors je prend mon billet et c’est tout.

                      Effectivement ca aurait pu être quelqu’un d’autre mais la c’est elle, et on a beau retourner cette affaire dans tous les sens, elle est complice, plus qu’active parce que ce n’est pas comme si elle avait juste été au courant, elle est donc coupable !


                    • pigripi pigripi 14 janvier 2011 12:20

                      @King

                      Soit vous êtes favorable à la peine de mort et on ne parle plus du sort des criminels et délinquants, soit vous êtes contre et il faut bien envisager le suivi des mêmes criminels.

                      Je n’excuse pas Emma et je le dis clairement. Ne faites pas l’âne pour avoir du son !

                      • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 12:55

                        Je n’arrive pas a avoir d’avis sur la peine de mort.

                        Théoriquement et objectivement je suis contre.

                        Le jour ou on retrouve mon enfant violé, assassiné, il est fort probable que je ne tiendrais pas le même discours, et que tous ceux qui me parleront de clémence j’aurai envie de les taper aussi donc...

                        En revanche, qu’elle soit encadrée je veux bien, mais qu’elle bénéficie d’une réduction de peine ou quelques avantages que ce soit parce qu’un directeur d’etablissement pénitenciare est pas foutu de bien faire son boulot, ca m’agacerai au plus haut point car il ne faut pas oublié ce qu’elle a fait.


                      • epapel epapel 14 janvier 2011 16:45

                        En soi, la peine de mort est une non-peine car une fois exécuté, le condamné est définitivement libéré, la vraie peine c’est l’attente de l’exécution.

                        Le paradoxe c’est que cette attente est également insupportable pour les proches des victimes, tandis qu’après l’exécution ils sont soulagés alors qu’en fait le criminel n’a plus ni souci ni contrainte. 

                        Ce que ne voient pas les gens, c’est que du point de vue de la mort la seule différence entre eux et un condamné, c’est le choix de la date.

                        En réalité la pire des peines, c’est une condamnation à perpétuité sans aucun espoir de sortie. Car c’est l’espoir de s’en sortir qui aide à supporter son sort.

                        Du point de vue des proches de victimes, la pire chose qui puisse arriver, c’est de voir l’assassin recouvrer la liberté, c’est sans doute pour ça qu’ils préfèrent qu’ils soient condamnés à mort.

                        La contre-partie de peine de mort ne peut donc être que la prison à vie. Mieux / on devrait laisser en permanence le choix au condamné de se suicider où D4être euthanasié dans les meilleures conditions ou de continuer sa vie de prisonnier.


                      • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 17:15

                        Je sais que si on fait du mal à mon enfant, la seule punition qui me soulagerai serait qu’on me laisse enfermé avec le criminel pendant un certain temps... Le temps de me soulager justement.
                         
                        C’est peut être incompatible avec la notion de justice dans nos société, mais je pense que dans ce type de cas, le chatiment phisyque violent, la torture infligé directement par la victime serait la seule chose me parait plus que convenable...

                        C’est brutal comme idée, et certainement « barbare » justement, mais qu’est ce que vous voulez...


                      • epapel epapel 14 janvier 2011 19:02

                        Ca tombe bien, ils recrutent en ce moment, en Afrique du Nord.


                      • jack mandon jack mandon 14 janvier 2011 12:21

                        L’auteur

                        La quantité ne fait rien à l’affaire, ce n’est pas parce que l’unanimité des commentaires

                        se distinguent par leur jugement réactifs qu’il faut en déduire que l’article est mauvais.

                        C’est un point de vue sensible condamné par des réactions de peur.

                        Ce fonctionnaire de prison n’a rien vu venir, trop absorbé qu’il était

                        par les belles théories scolaires et la méconnaissance de la psychose.

                        Ce n’est pas un cas isolé, les juges, les enseignants et autres professionnels

                        des relations humaines ont une vision intellectuelle de l’humain et se trompent souvent.

                        Les bavures sont nombreuses à ce niveau de responsabilité.

                        Les maladies psychiatriques nous posent encore beaucoup d’interrogations.


                        • epapel epapel 14 janvier 2011 15:47

                          Le directeur de prison n’est en aucune façon excusable, qu’elle que soit la puissance de séduction et la rouerie de cette femme.

                          Le fait est qu’il n’a pas le droit d’entretenir des relations intimes avec ses prisonnières et qu’il le sait depuis qu’il a choisit son métier.

                          On peut vouloir tout expliquer en recherchant des circonstances atténuantes, mais certainement pas excuser. Sans compter qu’un directeur de prison, ce n’est pas un débutant ni un naïf.

                          Trop absorbé, dites-vous. Je dirais plutôt incapable de contrôler ses pulsions et ses sentiments au point d’être incapable d’en tirer la conséquence nécessaire : demander à être relevé de ses fonctions.


                        • pigripi pigripi 14 janvier 2011 12:22

                          @King


                          Au cas où vous ne l’auriez pas compris, le martyre d’Ilan Halimi a été pour moi le crime le plus atroce, le plus odieux, le plus insupportable, le plus bouleversant, le plus inadmissible, le plus choquant de ces dernières années....

                          • Cogno2 14 janvier 2011 12:51

                            Rien que ça.... eh ben...


                          • wesson wesson 14 janvier 2011 12:23

                            Bonjour l’auteur,

                            bon, résumons. Il est a peu près impensable que le directeur de prison n’ai pas été au courant de tout l’historique de sa pensionnaire, et malgré cette information qui ne peut qu’amener à une prudence accrue, il a tout de même décidé de « sortir » avec sa pensionnaire ... et c’est bien évidemment elle la « salope ». ben voyons. Cette femme a fait ce que ma femme fait régulièrement - user de son charme pour obtenir des faveurs - et ce que la société considère comme parfaitement normal ... et pourquoi ce serait différent dans une prison ? Est-ce que Emma a demandé de la drogue, de tuer un autre détenu, ou quelque chose de fondamentalement illégal ? Pas que je sache, car essayer d’améliorer sa condition sans nuire à celle des autres me parait être quelque chose de parfaitement naturel, que ce soit dans une prison ou dans la vie réelle.

                            Alors à moins que de considérer que dès lors que l’on se trouve en prison il faut faire la gueule tout le temps et cesser d’être charmant(e) si c’est son naturel. Alors à moins que cette Emma n’ai demandé au directeur d’aller buter quelqu’un ou de faire quelque chose de fondamentalement illégal, je ne voit pas ou est le problème, ni à son niveau, ni au niveau du directeur qui est à priori libre de tomber amoureux de qui il veut si ça lui chante.

                            Et d’ailleurs, ne dit-on pas que parfois on trouve les plus beaux diamants dans les gangues les plus repoussantes ?


                            • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 12:58

                              BEn oui, c’est quand même un terrible gachis d’avoir un jolie petit cul, et de ne pas pouvoir en tirer des benefices...

                              Elle a user de ses charmes, auprès d’une des seules personnes auprès de qui elle pouvait le faire.

                              On peut utiliser le terme que l’on veut, salope est certainement très dur a entendre pour certains, en ce qui me concerne je respecte les salopes, et je considère que dans bien des cas ce sont des femmes très intelligentes...


                            • Sachant Sachant 14 janvier 2011 16:03

                              Et qu’est-ce qui vous fait croire que ce n’est pas lui qui a abusé de son ascendant sur elle ?
                              Et se défile comme un môme quand il se fait choper ?

                              Dans une taule, c’est l’administration pénitenciaire qui fait la loi
                              Et ses représentants
                              Pas les taulardes

                              Mais bon, c’est une femme elle est donc a priori salope, pour vous du moins


                            • King Al Batar King Al Batar 14 janvier 2011 17:26

                              PArce qu’à 17 ans, elle a été capable d’aller séduire et donner rdv a un mec qui s’est fait tué dans un crime crapuleux.

                              Parce qu’elle s’est tappé le maton + le directeur de la prison, et parce que visiblement elle a été dénoncée par des anciennes co détenues.

                              Mais après comme je dis, les vrais responsables, les vrais coupables, ce sont quand même le personnel pénitenciaire qui manquent clairement de professionalisme.

                              Elle elle a juste fait ce qu’elle savait faire, pour obtenir ce qu’elle veut, et elle aurait eu tort de s’en priver.

                              Mais bon j’imagine que dans la tete du posteur, ou a mon avis de la posteuse, a qui je repond, c’est forcément de la faute des hommes, et elle elle n’a rien fait c’est sur...


                            • Jonas 14 janvier 2011 12:24

                              Je suis bien d’accord avec le commentaire de djanel le viking...

                              L’auteur a une méconnaissance totale de ce qu’est la schizophrénie, et en plus pose des affirmations peremptoire sur les schizophrènes et les « dons » qu’ils sont sensés partager...
                              Sachez monsieur que les schizophrènes ont au contraire une altération profonde des relations sociales ( dissociation, repli autistique ) les empechant justement de manifester la moindre empathie... difficile alors de manipuler son prochain ou de déclencher de l’empathie chez ce dernier. Sachez aussi que contrairement à la croyance populaire largement répandue par des films à la mode comme Fight Club, la schizophrénie n’a rien ( mais alors rien ) à voir avec les «  doubles personnalités  », comme le suggère votre article.
                              C’est une maladie, une psychose chronique ( qui releve de la psychiatrie, pas de la psychologie comme on peut le retrouver dans votre article ), bien connue et bien documentée, et très éloignée de la définition que vous en faites. On ne devient pas schizophrène pour appâter son prochain, on subis la schizophrénie, et il n’existe pas de traitement curatif.

                              Cette jeune fille est manipulatrice, séductrice, changeante, mais sûrement pas schizophrène... un peu de respect pour les malades, qui ne sont pas des trompeurs et des menteurs mais bien des malades. 

                              Enfin bon, on ne va pas s’étendre davantage, ce n’est pas le sujet initial de l’article...


                              • paul 14 janvier 2011 12:41

                                D’accord avec Jack, ce titre ne pouvait qu’attirer des réactions de condamnation .
                                Je ne suis pas maitre Vergés pour défendre celui qui a failli à son devoir, bla bla bla, mais je
                                plains plutôt ce directeur qui s’est fait prendre comme un gamin et va le payer très cher .


                                • epapel epapel 14 janvier 2011 15:49

                                  Plaignez-le si vous voulez, mais il n’aura que ce qu’il mérite.


                                • Loatse Loatse 14 janvier 2011 12:42

                                  @Philéas

                                  Il semblerait que cette jeune femme fasse partie de ces êtres que l’on nomme manipulateurs pervers naricissiques... Ceux ci, hommes ou femmes sont capables d’avoir une emprise sur les autres en s’engouffrant dans les failles narcissiques de leurs victimes... Failles qu’ils détectent très rapidement...

                                  Certains dont l’égo est solide vont détecter tout de suite la tentative de manipulation, d’autres plus « fragiles » seront happés par les processus de dépersonnalisation...

                                  Le passage « sexe » n’étant qu’un moyen secondaire d’assoir leur pouvoir sur leur victime...

                                  On peut en déduire que le directeur de prison n’était pas apte psychologiquement à résister à la manipulation... Sans doute du coté de la formation, un bilan psychologique du personnel pénitentier devrait être établi ainsi qu’un suivi pour éviter ce genre de problèmes..


                                  • pigripi pigripi 14 janvier 2011 12:45

                                    @wesson

                                    directeur qui est à priori libre de tomber amoureux de qui il veut si ça lui chante.
                                    ---------------------------------------
                                    Non, comme l’a écrit King, un directeur de prison doit savoir tenir sa bite, tout comme toute personne en situation d’autorité qui, par définition, a affaire à des gens en état de sujétion.

                                    Un patron vis à vis de ses employés, un prêtre vis à vis de ses catéchumènes, un prof vis à vis de ses élèves, un médecin vis à vis de ses patients, un président vis à vis de ses citoyens, un maire vis à vis de ses administrés, un flic vis à vis des citoyens, un artiste vis à vis de ses fans, etc.

                                    Question d’éthique, de morale, de déontologie et de civisme.

                                    • epapel epapel 14 janvier 2011 15:51

                                      Et de respect de la loi, car un directeur de prison n’a le droit d’entretenir des relations intimes avec ses prisonniers.


                                    • epapel epapel 14 janvier 2011 15:54

                                      Libre de tomber amoureux de qui il veut, mais pas libre de rester à son poste de directeur de prison quand l’élue de son cœur est détenue dans son établissement.

                                      Libre donc, mais de choisir en la détenue et son poste.


                                    • wesson wesson 14 janvier 2011 21:04

                                      Bonsoir pigripi,

                                      « Un patron vis à vis de ses employés »

                                      on se demande dans quel monde vous vivez ... Des patrons mariés ou tout simplement des supérieurs, chefs de service etc qui se tapent les employées, c’est pas vraiment une rareté, et pas non plus l’affaire de 15 jours dans une carrière.

                                      Si les entreprises étaient des structures à vocation éthiques ou morales, d’une part ça se saurait, d’autre part leur finalité ne serait peut être pas d’accumuler le plus de pognon !


                                    • pigripi pigripi 14 janvier 2011 13:09

                                      @Laotse


                                      Si je suis OK avec votre tableau du pervers narcissique je pense que vous sous-estimez les traumatismes subis par Emma ou Yalda : société iranienne totalitaire, mariage forcé (donc viol à peine pubère), viol par son oncle, déni de la mère, viols à répétition en France.
                                      Une gamine dont l’existence entière a été conditionnée par son vagin. Son expérience de femme a tourné uniquement autour de son sexe physique et social.
                                      Cette fille est une ruine de personne ambulante.

                                      On sait que les victimes de viol ont énormément de difficulté à retrouver leur humanité, que leur existence est détruite à jamais. Alors imaginez celles qui, comme Emma en ont subi plusieurs....

                                      Je n’excuse pas Emma car elle a une responsabilité individuelle.
                                      Toutes les victimes ne deviennent pas des bourreaux, heureusement.

                                      Je pense qu’au regard de son jeune âge et des possibilités de soins existantes, Emma pourrait redevenir une femme, un être humain, une citoyenne responsable.
                                      Je rappelle que la Justice ne l’a pas condamnée à perpétuité et que désormais il appartient à la société tout entière de montrer qu’elle peut rééduquer ses criminels et délinquants.

                                      Je ne parle même pas de pardon. Je suis pragmatique : nous devons tout faire pour que nos concitoyens soient humains et respectueux d’autrui ou alors on supprime tous les criminels, on les enferme à vie, on se venge. On lapide les femmes, on crève les yeux des voyeurs, on coupe les mains des voleurs, on émascule les violeurs, etc.
                                      C’est cela que vous voulez ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès