Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le don et les français : les affinités électives

Le don et les français : les affinités électives

Certes, le Téléthon, c’est déjà se payer une bonne consience à vil prix pour le reste de l’année, mais c’est surtout assimiler la recherche médicale fondamentale à une sorte de big charity business de bas étage, substituant la charité à la responsabilité collective.
Pour moi qui ait usé mes pantalons dans des labos de recherche, la science en général et la recherche médicale en particulier ne devraient rien avoir à faire avec cet espèce de spectacle grandiloquent et dégoulinant de bons sentiments. Il s’agit là de quelque chose de sérieux qui devrait faire l’objet d’efforts budgétaires considérables et permanents, programmés sur le long terme. Mais voilà encore un secteur dont on a privatisé le fonctionnement imperceptiblement, jusqu’à ce que tout le monde trouve normal qu’une grande messe médiatique serve à financer ça au coup par coup.Et qu’on ne me chante pas la supposé efficience supérieure du privé sur le public, quand on voit les sommes faramineuses qui doivent être dépensées rien qu’en communication et fonctionnement. Qu’on ne me parle pas de l’engagement des labos privés, plus soucieux de développer des médicaments coûteux pour les faux problèmes des très riches consommateurs[1] que de soigner les peuples qui en ont besoin, comme tous ceux qui crèvent du SIDA, faute d’argent ou du palu, parce que leur vie ne vaut même pas les 2€ nécessaires pour les sauver !

Mais voilà, il est plus facile de faire des promesses de don au Téléthon que de se mobiliser pour demander à ce que notre recherche scientifique soit décemment financée par l’argent public, c’est à dire, notre argent !

La charité érigée en mode de gestion de la misère

Il y a presque deux ans, correctement aiguillée par les médias, la foule des généreux donateurs s’est fendue d’un tsunami de dons pour les rescapés d’Asie du Sud-Est. Quel merveilleux élan de générosité dont on n’avait de cesse de chanter les louanges !
Puis, comme prévu, l’intérêt a reflué et malgré quelques petites piqures de rappel, tout le monde s’est bien lavé les mains ensuite de la manière dont ces dons avaient été utilisé et quelle est la proportion d’argent qui a réellement profité à ceux qui en avaient le plus besoin. La catharsis collective avait eu lieu, évacuant les problématiques de fond : sous-développement massif de la région bouffée par le tourisme prédateur des pays riches, problématique de la dette internationale, de la répartition des richesses à l’échelle mondiale qui fait que les coups du sort ont tendance à plutôt tomber sur les pays faiblement développés et à toucher en premier les plus démunis dans les populations exposées.

Et après ce grand élan de solidarité collectif, la traversée du désert humanitaire : rien pour le Darfour, que dalle pour l’ensemble de l’Afrique qui n’en peut plus de crever à nos pieds dans notre indifférence condescendante, pas assez mignons les Pakistanais, pour mériter notre compassion. La lutte contre la misère, la faim et surtout les mécanismes qui les alimentent et dont nous profitons encore assez largement ne devrait pourtant pas passer par la compassion ou la pitié, ne devrait pas être soumise à nos appréciations esthétisantes de la pauvreté qui mérite d’être secourue a contrario de celle que nous écrasons de notre mépris !

Loin de yeux, près du coeur

Qu’il est bon de donner quelques pièces au Téléthon plutôt que de demander une fiscalité spécifique ou une orientation des budgets nationaux vers la recherche médicale. Qu’il est agréable de secourir virtuellement les orphelins de Phuket alors qu’on regarde de travers les petits miséreux de nos périphéries urbaines. Qu’il est facile d’envoyer un chèque aux Restos du Coeur, alors qu’on n’a seulement jamais jeté un regard à celui qui fait la manche en bas de chez soi. Qu’il est confortable de soutenir l’abbé Pierre alors qu’on pétitionne pour ne pas avoir de familles modestes qui s’installent dans le quartier et qu’on applaudit quand des lois écrasent les chômeurs et légitiment la guerre aux plus pauvres.
On vote pour Balkani[2] et on pousse des cris d’horreur devant le mythique RMIste fraudeur. On donne au Téléthon et on pétitionne pour que les enfants différents ne fréquentent pas le même établissement que nos chers petits.

Je crois que le comble de l’indignité charitable avait été atteint lors de l’interview d’un acteur parisien vivant sur l’ïle Saint-Louis, quartier huppé de la capitale, s’il en est.

Il parlait du SDF du quartier, un jeune d’une trentaine d’année qui vivotait sur le parvis de l’église et à qui, de temps à autre, on jetait une petite pièce. L’hiver arriva et ce qui devait arriver arriva  : le clodo mourut de froid. Et là, la larme à l’oeil, l’acteur raconte comment tous les habitants du quartier se sont cotisés pour lui offrir les funérailles d’un prince.
Rien que d’y penser, j’en ai encore la nausée. Le pauvre gars valait plus mort que vivant et tout cet argent dépensé en pure perte, en simple consolidation de l’égo de quelques sinistres figures enrubannées de pognon, aurait pu lui servir à peut-être sortir de la misère de son vivant, à lui sauver la vie, pour le moins ! mais voilà, sur le plateau de France Inter, personne ne releva la monstruosité de la chose, tout le monde félicita l’acteur de sa générosité.

Un peu comme tout le monde s’est félicité de la grande mansuétude du gouvernement qui a décidé, l’année dernière, d’étendre à un mois l’hébergement d’urgence des SDF qui travaillent. Et oui, 1/3 des SDF travaillent. Et tout ce qu’ils gagnent à travailler, c’est 1 mois d’hébergement d’urgence. Et on applaudit bien fort toute cette générosité qui masque la réalité d’un travail qui ne permet même plus de survivre, d’une politiquement du logement qui assoit les profits des plus riches sur la face de ceux qui cherchent à conserver leur dignité.

Aller, haut les coeurs ! Ce soir, on va exhiber ces enfants que le reste de l’année on ne saurait voir, on va se rappeler qu’on peut être aussi grand, bon et généreux et demain, on pourra retourner à nos petites vies médiocres et égoîstes, la conscience tranquille et endormie comme après un “Notre père” et deux “Je vous salue Marie“.

Notes

[1] Il est plus rentable de faire des recherches sur la pillule anti-obésité que sur le palu, qui reste pourtant la première cause de mortalité sur la planète

[2] Lequel a détourné de fortes sommes d’argent public


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (285 votes)




Réagissez à l'article

126 réactions à cet article    


  • (---.---.219.253) 6 décembre 2006 13:38

    ç’est reparti pour un tour,encore 2 jours à nous casser les couilles avec le téléthon...mettez nous des films,merde !!!!!!!!!!!!! pas sur des chaines payantes....


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 décembre 2006 13:40

      Bienvenus chers frères à la cour des miracles, sur le théâtre des bons sentiments, de la mise en scène spectaculaire d’une société qui se montre solidaire comme d’autres en leurs temps se prenaient à paraître devant Dieu en récitant quelques psaumes, puis en versant le denier du culte.

      Le téléthon est arrivé mes biens chers frères, il est temps de verser votre obole pour entretenir la croyance dans la science et surtout, se voir dans ce miroir de la générosité qui depuis des lustres, sert de chirurgie éthique. La Chirurgie éthique, ça vous repeint une âme, ça vous redonne l’humanité, et pour par cher, quelques dizaines d’euro, les rides de vos envies et de vos haines sont évacuées l’instant d’un communion cathodique. On sert la messe et on montre les miracles, peu de chose en vérité, mais il faut y croire. A Lourdes, il suffit d’un cas authentifié et estampillé du Vatican pour accueillir les fidèles pendant des ans. Pour entretenir la foi des fidèles du téléthon, rien de tel que quelques résultats estampillés par les revues scientifiques. Nature et Science, La Mecque du savant qui au moins une fois dans sa vie, se doit d’y publier. Et après, tu viendras à Rio pour le carnaval de décembre, entre Sophie Tavant et Jane Birkin, intronisée sainte Bernadette de Soubirous, celle qui te prend tes sous et qui finance les marchands du temple de la génétique. Pour peu, on va te réparer tes neurones et même tes tympans. La thérapie génique, pour régénérer les tympans, tant malmenés, depuis que Patricia Kaas hante les ondes et nous les casse !

      Vous y croyez à la génétique. C’est votre choix. D’autres sont bouddhistes et quelques-uns se pressent à c’est mon choix pour se faire relooker. Le téléthon, ça vous relooke un pèlerin du corps humain moléculaire, de la réparation génétique. Pas besoin de confessionnal. Faut y croire, même si les résultats ne sont pas aussi bons. Pourtant vous pourriez vous informer mais bon, faut bien que les prêtres de la science puissent se payer les congrès aux Bahamas pour discuter sur leurs échecs. Ca console, le bleu de la mer, et pour peu, on voudrait échouer dans les recherches, et s’échouer sur une mer de sable, pour y voir le visage de l’humanité s’effacer au gré d’une vague, la nouvelle vague de la génétique. A bout de souffle sur la paillasse, le chien crevé qui pour payer sa thèse, hante les nuits de ses expériences et ne s’économise pas à la tache. Faut chercher, cher fantassin, faut produire des miracles et vite sinon, le bas peuple va se lasser et il n’y aura plus personne pour la grande messe de décembre.

      Mes biens chers frères, m’écoutez pas le mécréant que je suis, et continuez de votre générosité, pour financer les miracles et oublier le monde, avec ses souffrances organisées, ses finances mobilisées pour éjecter vos frères parce que les actionnaires ne sont pas satisfaits de la rentabilité... c’est plus important, le généthon, le bricolage miraculeux...

      « L’explication mécanique n’est pas une explication, mais le déplacement du sujet des questions de la compréhensibilité à celui de l’incompréhensibilité, de la lumière de la conscience aux ténèbres de l’inconscient. Car ce que nous appelons mécanique n’este n réalité que l’inconscient où plutôt le privé de la conscience ; il est donc inaccessible à la conscience intellectuelle et à la sensible. La mécanicité n’est pas le domaine des réponses mais le cimetière des questions réelles » (Méditations sur les 22 arcanes majeures du tarot, éditions. Aubiers)

      Bienvenu dans la « Cité des Morts », autrement dit le technocosme décrit par Jan Marejko (éditions L’âge d’homme, Lausanne)

      « les hommes du mythocosme ne sont guère différents de ceux du technocosme : les uns et les autres ne se soumettent au pouvoir que parce qu’ils en attendent des faveurs pour leur vie terrestre »

      « lorsqu’une classe politique dominante se sent menacée dans ses privilèges matériels, elle camoufle le maintien de ces privilèges en service à la nation ou à l’humanité, ou à quelque idée universelle » (toujours du même texte de Marejko)

      Alors mes biens chers frères, donnez au téléthon, même si ça ne fait pas marcher les myopathes, au moins vous aurez soulagé les scientifiques, les stars, les journalistes et les producteurs de ce fardeau des privilèges matériels qui hante leur conscience une fois l’euphorie des dîners en ville et des vacances au paradis évanouie... cela évite de trancher avec l’Histoire !


      • Marsupilami Marsupilami 6 décembre 2006 14:06

        Entièrement d’accord avec Bernard, et je dirais même plus : il faut multiplier les téléthons pour sauver les thons rouges qui sont dans une gêne étique. La charité larmoyante fait toujours recette et occupe opportunément les temps de cerveau disponibles.


      • Marie Pierre (---.---.204.99) 6 décembre 2006 15:20

        Bien dit Bernard. Et une partie du texte de La Vie en live de Dutronc :

        Ah ! le live, le live, le live, C’est fou ce qu’il aime le live Le live, le live Lui il voit sa vie en live

        Quand il voit tous ces gens mourrir de faim Il est navré d’avoir tant d’appétit Quand il voit tous ces gens mendier leur riz Il se dit qu’un peu de sauce leur ferait du bien

        Alors il fait son chèque de trente euros C’est formidable Ca l’ détend

        Ah ! le live, le live, le live,...

        Quand il voit tous ces bébes plein les chariots Tous ces gens qui filent sur les routes de l’exil Il s’en veut de vivre au Trocadéro Prit de remords il se mord le nombril

        Alors il fait son chèque de trente euros C’est formidable Ca l’ détend

        Ah ! le live, le live, le live,...

        ...

        Quand il voit tous ces damnés de la terre Quand il voit tout ces tremblements de terre Il se dit qu’il a vraiment de la chance Et qu’il devrait partir en vacances

        Alors il fait son chèque de mille euros C’est formidable Ca l’ détend


      • ZEN zen 6 décembre 2006 18:04

        Là, Bernard, chapeau !


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 décembre 2006 21:55

        C’est un vieux texte, écrit en 2001. J’hésite un peu à écrire un nouvel article sur le Téléthon, mais j’ai quelques minutions intellectuelles, notamment sur le volet propagande, je me tâte, il faut une décision rapide, m’y coller demain.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 7 décembre 2006 11:15

        Je lance l’Agorathon, juste sur ce commentaire,

        Il s’agit de collecter des dons d’informations sur les textes critiques vis à vis du téléthon en vue de la préparation d’un billet. J’ai déjà Testart, Audin, qui d’autre ?


      • mauvaisens (---.---.24.59) 6 décembre 2006 13:43

        Bonjour,

        Effectivement, c’est la réalité, mais cette messe est aussi un soulagement pour les familles des malades, un espoir, et l’espoir fait vivre.C’est mieux pour les familles de savoir qu’au moins une fois par an on va essayer faire avancer la recherche.(Je suis d’une famille de myopathe)

        Comme tout le monde, on espère que les restau du coeur vont fermer pour cause d’inutilité, qu’au Darfour les interêts de quequ’uns ne priment pas sur les autres, un vaccin contre le virus du sida ect... etc.....Mais n’est-ce pas celà qui est stupide ?

        On fait ce que l’on peut comme dirait le psy.L’Etat ne peut pas tout et nous n’ont plus, on n’est que des humains avec toutes leurs variantes.

        Ps : pourquoi n’être pas resté dans des labos comme bénévole


        • Pas l’oie, pas pris (---.---.79.7) 6 décembre 2006 13:49

          " Il parlait du SDF du quartier, un jeune d’une trentaine d’année qui vivotait sur le parvis de l’église et à qui, de temps à autre, on jetait une petite pièce. L’hiver arriva et ce qui devait arriver arriva : le clodo mourut de froid. Et là, la larme à l’oeil, l’acteur raconte comment tous les habitants du quartier se sont cotisés pour lui offrir les funérailles d’un prince. Rien que d’y penser, j’en ai encore la nausée. Le pauvre gars valait plus mort que vivant et tout cet argent dépensé en pure perte, en simple consolidation de l’égo de quelques sinistres figures enrubannées de pognon, aurait pu lui servir à peut-être sortir de la misère de son vivant, à lui sauver la vie, pour le moins ! mais voilà, sur le plateau de France Inter, personne ne releva la monstruosité de la chose, tout le monde félicita l’acteur de sa générosité."

          Merci pour votre excellent et courageux article, qui aime être dérangé là où ça ne le démange pas ?

          Cela dit la solution n’est pas non plus dans la culpabilisation stérilisante et contre productive...vous en conviendrez aussi j’en suis certaine... !!

          Mettre en évidence la monstruosité du manque de discernement moutonnier (entretenu par la niaiserie et l’intox de certains médias) d’une partie de la population est une démarche nécéssaire....même si bien sûr ça dérange ceux qui préfèrent continuer à ronfler et dormir sur un volcan .. !!


          • (---.---.47.39) 7 décembre 2006 08:49

            Oui, bien sûr, mais notre désoeuvrement qui fait suite à la disparition des sociétés nationalisées tq Le Crédit Lyonnais qui devait être la banque de l’Europe ,sanofi qui était le 1er labo pharmaceutique mondial en 1980 et 1981 tant en invention qu’en fabrication, elf , nos industries metallurgiques qu’on vient de voir lamentablement partir en Inde , donc notre desoeuvrement a comme conséquences directes les prises de positions des Français dans la vie active. Il n’y a plus que deux labo parmaceutiques ,certes importants pour la France mais trop petits au niveau mondial, on a chassé le labo UPSA pour avoir le plaisir de faire payer à sa veuve des frais de successions ,elle était pourtant beaucoup plus compétante pour faire fonctionner un labo de fabrication et de recherches qui decouvre et qui avait découvert des médicts pour le coeur dont les Français doivent se priver !que nos technocrates ruineurs des société industrielles. Le labo de Monsieur Pierre Fabre a mis sur le marché un des meilleurs anticancéreux au monde et seul un laboratoire privé, c’ est à dire où l’on travaille peut inventer . Alors, messieurs, vos commentaires de faiseurs de ruine sont indignes ! Que le peuple Français se remette au travail et la France remontera et nos enfants nous suivront et seront fiers de nous. Il faut entendre parler certains enfants pour comprendre qu’ils n’ont pas du tout envie de prendre en charge la vieillesse de leurs ainés indignes d’eux avec leurs dettes.La recherche est gérée au plus juste ,elle est donc beaucoup trop «  »guidée«  »


          • gem gem 6 décembre 2006 13:50

            Bravo, mais pourquoi vous vous arrêtez en si bon chemin ?

            Après tout, c’est quoi la différence entre le téléthon et une campagne électorale ?

            Et bien la différence, c’est que le téléthon vous demande VOTRE pognon, alors que pendant la campagne électorale on vous demande ... le pognon des autres. Mais sinon, la charité, la misère et les bons sentiments y sont présents tout pareil.

            Et vous n’êtes pas la dernière à ce jeu, à grand coup de palu, de SDF, etc.


            • raoult (---.---.108.234) 6 décembre 2006 16:03

              C’est surtout qu’après les élections on sait qui c’est qui va l’avoir notre pognon : l’élu.


            • wired (---.---.92.11) 6 décembre 2006 13:54

              Le genre d’article qui donne envie de descendre dans la rue et de foutre le feu. S’il n’y avait pas tous ces évènements , ces assocs mais cette société se casserait sans doute la gueule, donc merci beaucoup à ceux qui permettent réllement de la faire tenir encore debout et ainsi laisser s’enrichir ceux qui en ont le moins besoin smiley (Je suis à la limite de la provoc évidemment mais j’assume).


              • clairette (---.---.22.131) 6 décembre 2006 14:08

                @ l’auteur : merci d’exprimer si bien et avec les mots justes ce que je ressens, ainsi que mon entourage devant ce déferlement médiatique ! Rien à ajouter ! vous avez tout dit, et votre écoeurement devant la façon dont sont traités les « sdf »... vous me redonnez un peu de courage pour aller les réconforter au quotidien, avec de petits moyens !


                • reinette (---.---.57.104) 6 décembre 2006 14:11

                  MONOLECTE, cent pour cent avec vous !

                  LA SCIENCE EN GENERAL ET LA RECHERCHE MEDICALE EN PARTICULIER NE DEVRAIENT RIEN AVOIR A FAIRE AVEC CET ESPECE DE SPECTACLE GRANDILOQUENT ET DEGOULINANT DE BONS SENTIMENTS. IL S’AGIT LA DE QUELQUE CHOSE DE SERIEUX QUI DEVRAIT FAIRE L’OBJET D’EFFORTS BUDGETAIRES CONSIDERABLES ET PERMANENTS, PROGRAMMES SUR LE LONG TERME.

                  Reinette


                  • Pete Bondurant Pete Bondurant 6 décembre 2006 14:18

                    Effort budgétaire par-ci, prise en charge par là... l’argent viendra de toute façon des mêmes poches. Et le recours permanent à l’Etat Providence est facile. Lors du téléthon, au moins, on a le choix de donner et combien, ou pas.


                  • morange (---.---.182.105) 6 décembre 2006 14:52

                    complétement d’accord. l’état préléve en moyenne 50% de la richesse produite par un individu. si il n’arrive pas à organiser une solidarité efficace et planifiée avec cet argent c’est qu’il s’agit d’un mauvais gestionnaire. il ne faut pas prétexter le charity bizness pour s’en prendre à toute la solidarité issue de l’initiative privée. la charité show biz n’est vraiment pas ma tasse de thé non plus, mais il existe pleins d’associations qui ne font pas de tapage médiatique et qui contribuent à rendre le monde un peu meilleur. pas besoin d’attendre l’état pour ça. de plus je ne vois pas en quoi la soidarité organisée par l’état tisserait plus de lien social ou serait plus humaine, bien au contraire.


                  • Marie Pierre (---.---.204.99) 6 décembre 2006 15:22

                    Ben Reinette, faut pas hurler comme ça !!!


                  • Pete Bondurant Pete Bondurant 6 décembre 2006 14:15

                    - Peut-on prendre en charge la misère du monde dans son ensemble ?
                    - Peut-on ne rien faire du tout ?

                    Je ne vois en tout cas pas, dans l’absolu, ce qu’il y a de pire à financer la recherche scientifique plutôt que l’aide aux victimes du paludisme, par exemple. Après, c’est une simple question de point de vue, donc pas de quoi se révolter outre mesure.


                    • T.B. T.B. 6 décembre 2006 16:38

                      « Peut-on prendre en charge la misère du monde dans son ensemble ? » Il faut vraiment être d’une prétention sans borne pour envisager les choses sous cet angle. La France c’est un tout petit 1 % de la population mondiale.

                      Occupes-toi d’abord des français SDF qui travaillent sans pouvoir se loger. Essaies de savoir pourquoi nous sommes tombés si bas alors que la France est un pays riche. PIB français / habitant (c’est à dire tous les français de 0 à 120 ans) = 2300 euros par mois. Smig net 950 euros. Smig c’est à dire pas les enfants ou les retraités mais ceux qui bossent et eux ne font pas semblant dans le privé, en plus. « Stages » pour les jeunes bac + 5 = de 0 à 950 euros net. Ya rien qui te choques là.

                      Tu veux éradiquer la misère du monde ? Arrêtes de mettre de l’essence dans ton moteur et de consommer du nucléaire (livraison militaire à domicile des pays comme l’Iran en échange du pétrole ou la Corée du Nord en échange d’une main d’oeuvre même pas payée, contrairement à ce que nous racontent les médias). Consommes une énergie éolienne, solaire et autres sources propres et renouvelables à souhait. Le tout par petite unité de production non relié au réseau et en plus ça te coûtera moins cher, à tous les niveaux. Moins de maladies ou cancer par la dioxine dûs à la pollution.

                      Tu feras alors disparaître les multinationales (comme TOTAL) qui pillent les pays pauvres. Tu les débarrasseras alors de leurs dictateurs mis en place par les pays riches (dont la France). Ils pourront alors vivrent de façon autonome et n’aurons plus besoin de fuir leurs pays et d’envier les habitants des pays riches.


                    • morange (---.---.182.105) 6 décembre 2006 17:39

                      on sort un peu du sujet, mais pour diminuer la misére en Afrique il faudrait effectivement supprimer les despotes soutenus par la france et les despotes locaux corrompus plus ou moins directement par les multinationales. et surtout il faut supprimer la PAC. on subventionne nos agriculteurs pour concurencer et éliminer les produits agricoles africains et en parallele on envoie les surplus de production au titre de la solidarité, ce qui empeche toute structuration ou developpement de l’economie africaine. plus que le telethon, c’est un exemple de solidarite qui n’en est pas une.


                    • Pete Bondurant Pete Bondurant 6 décembre 2006 21:59

                      Merci de vos précieux conseils qui n’ont pas franchement de rapport direct avec ce que je disais.

                      Quant à prendre l’expression « toute la misère du monde » au pied de la lettre, ce serait aussi idiot que si vous vous étiez un peu emporté...


                    • Sz (---.---.192.125) 6 décembre 2006 14:15

                      Je ne pense pas que la charité sous forme de don soit incompatible avec une responsabilité collective organisé par prélévement obligatoire et répartition de bon aloi. J’aurais même tendance à penser que ça peut faire un bon complément.

                      Par ailleurs, j’ai 65 chaines télé et l’adsl 8 méga pour moins de trente euros, si un programme ne me plait pas, je zappe.


                      • (---.---.219.253) 6 décembre 2006 14:35

                        Bande de goujats !!!!!! Vous pourriez donner une « tune » !!!! ç’ est pas la fin du monde,merde !!!!


                        • (---.---.219.253) 6 décembre 2006 14:37

                          Moi,j’ai 200 chaines,et je m’emmerde toujours autant devant ma téloche...et en plus,je paie..faut vraiment être « con »...


                        • Voltaire Voltaire 6 décembre 2006 14:48

                          Ambigüe n’est-ce pas ?

                          D’un côté, cette bonne conscience que l’on se donne, cette mise en scène, ces miévreries...

                          Et de l’autre la douleur des familles, celle des enfants.

                          Le téléthon, ce n’est pas uniquement un soutien à la recherche, c’est aussi un soutien au familles (parce que beaucoup de « gadgets » essentiels pour le confort et le bien-être des malades ne sont pas remboursés, parce que les familles ont besoin d’être écoutées etc...). Mais c’est aussi de l’argent pour de la recherche sur des maladies rares, qu’on ne financerait donc pas autrement, car les budgets sont finis et qu’il faut faire des choix.

                          Reppelez-vous que le telethon a été créé parcequ’il y avait un besoin. Alors, on peut toujours se plaindre qu’il n’y a pas assez d’argent pour ceci ou cela, et que la méthode pour appeler à la générosité est ecoeurante. Mais si ça marche, l’essentiel est là.

                          Aux US, les riches créeent des fondations et donnent lors de galas de charité, en France on fait appel à la générosité de tous. Parce que nous ne voulons pas plus d’impôts. Est-ce si négatif ?


                          • Marie Pierre (---.---.204.99) 6 décembre 2006 15:28

                            Voltaire,

                            Serait-ce nécessaire de payer plus d’impôts ? A la lecture de l’article de Gem sur le Chorus, on rit jaune et on se pose quelques questions.


                          • zozo (---.---.79.1) 6 décembre 2006 16:19

                            à l’usurpateur qui se fait passer pour Voltaire (qui doit se retourner dans sa tombe, c’est certain),

                            « Aux US, les riches créeent des fondations et donnent lors de galas de charité, en France on fait appel à la générosité de tous. Parce que nous ne voulons pas plus d’impôts. Est-ce si négatif ? »

                            Ce qui est tendancieux ce n’est pas l’appel à la générosité de chacun, censé suppléer ou pas les déficiences de l’Etat, car on peut admettre que l’initiative privée, associative ou autre peut avoir ses vertus. Non ce qui provoque ce dégoût, c’est la planification de l’émotion sélective massifiée transformée en machine à fric. Le côté malsain vient de l’instrumentalisation de la compassion, sentiment noble et humain en temps normal. Injecté sur le marché, après lui avoir fait faire son tour de piste dans les arènes du cirque (sous les applaudissements et avec les prestations généreuses de nos « artistes ») la compassion devient un produit mercantile au même titre que la lessive ou les croquettes pour chiens. On peut être sûr que le temps de cerveau disponible utilisé à compatir pour les peines de son voisin ou du SDF en bas de chez soi va s’en trouver diminué d’autant. « J’ai déjà donné, qu’on me foute la paix ».


                          • Monolecte Monolecte 6 décembre 2006 17:49

                            Faut pas tout mélanger. On pourrait s’intéresser, par exemple à la manière dont l’argent publique est prélevé, afin de vérifier la manière dont l’effort est réparti. Déjà, rien que là, on se rend vite compte que c’est loin d’être chacun selon ses moyens, mais c’est plutôt chacun pour sa gueule et si t’es vraiment brindé de thunes, entre l’évasion fiscale et tes avocats fiscalistes, tu réussiras très bien à ne pas filer un fifrelin au Trésor Public. Ensuite, on voit comment l’argent est réparti, et là aussi, on se rend compte que c’est rarement à chacun selon ses besoins... à moins d’admettre que certains ont vraiment de gros gros besoins.

                            D’un côté, on rogne le budget de la recherche fondamentale et souvent publique, parce que non rentable à court terme, de l’autre, on sert, au hasard, 60 milliard d’euros par an en subventions aux entreprises sous prétexte de les aider à créer de l’emploi... Vu les résultats, on aurait mieux fait de filer directos le blé aux chômeurs et c’est des tas de Téléthon pas cons qu’on pourrait se payer chaque année ! http://www.actuchomage.org/modules.php?op=modload&name=News&file=article&sid=1918


                          • Demian West (---.---.125.61) 6 décembre 2006 15:09

                            Comment ne pas sentir l’expression d’une philosophie de vieillards aigris, dans ces critiques si dures à l’encontre de manifestations humanitaires, même si elles sont parcellaires par le fait.

                            Je n’ose bien saisir ce qui ferait dans quelque intelligence — même citationniste des affinités électives goethéennes — ce triste discours qui voudrait qu’un enfant ne guérisse pas tant que d’autres le voudraient. Au fond de vos fonds : Si tel était votre philosophie d’intention : ne donnez pas, soit selon votre convenance, mais n’empêchez pas les autres de donner.

                            Je vois beaucoup de personnes accidentées de la vie sur ce site, par les échecs de la jeunesse ou des errances plus mûries et par l’usure du temps aussi, ce qui les empêche de goûter pleinement au bonheur des autres. Moi, le bonheur d’autrui m’éjouit comme s’il était le mien, et ça suffit à parfournir mon bonheur.

                            Essayez la sagesse plutôt que la grimace qui grince des portes du coeur.

                            Demian West


                            • ... 7 décembre 2006 11:18

                              Demian a bien parlé ( comme toujours) smiley

                              Quand on donne, on donne. Peu importe que cela soit noblement ou pas. Il vaut mieux donner que de réfléchir à comment donner.

                              Je t’aime Demian smiley


                            • Demian West 7 décembre 2006 11:38

                              A IP 80,

                              Je crois bien, tellement j’en suis sûr, bien que je ne sache comment et par quels airs mystérieux ceci serait venu : Que la vie apprend volontiers à ceux qui savent l’écouter : Que si l’on aime vraiment on est toujours aimé en retour, et avant même la main.

                              C’est une bonne nouvelle ! si l’on pratiquait tantôt cette petite chanson-là.

                              Demian West


                            • ... (---.---.31.80) 7 décembre 2006 12:01

                              Oui Demian,

                              Notre conversation et la remarque de Prêtresse m’ont fait brusquement comprendre l’« erreur » que fait l’auteur de cet article.

                              Elle s’imagine que si les gens donnent pour le téléthon, ils n’en auront plus assez pour le pauvre en bas de chez eux ou pour la recherche scientifique.

                              Elle pense que l’argent est une masse fixe qui va bientôt manquer si on l’utilise trop, quand c’est le contraire.

                              Elle ne voit pas les paradoxes apparents suivant :

                              Une personne qui fait beaucoup de chose a toujours du temps à consacrer à chacun.

                              Une personne qui ne donne pas son argent pour une chose n’en a jamais pour une autre.

                              une mère qui a plein d’enfants ne divise jamais son amour entre eux, elle le multiplie : famille nombreuse, famille heureuse.

                              L’amour est comme l’argent et comme le pain des évangiles : Plus on en donne, plus il y en a. smiley


                            • Le Panda Le Panda 6 décembre 2006 15:57

                              Bonjour, à toutes et tous, EVIDEMMENT, c’est de l’escroquerie de bas étage, chers fréres, chéres soeurs ho condisciples repentis venez donner votre obole à ceux que les politicards daignent vous montrer en guise de carte d’ELECTEUR.

                              Le théléthon, est devenu pire que la cour des miracles, il est évident que c’est le jour de la fête des « ILLUMINATIONS » PLUS CONNU sous petit nom de la célébration des lucioles aux fenêtres, c’est toujours le 8 décembre à LYON. Capitale des Gaules. Dit aussi fête de la Vierge Marie, la Cathédrale de Lyon Fourviére fut élevée par « les canuts » suite à l’enrayemment de LA PESTE à LYON. J’ai écrit un « ouvrage » à ce sujet en me basant sur Raoul Follereau, il découvrit le virus de la peste c’est un français !! cocorico !! JE PROFITE DU PRESENT COMMENTAIRE POUR FELICITER, MONOLECTE(effectivement elle prend là son plein sens de poil à gratter et de surplus Bernard Gugué en remet une couche sans amiante c’est une bonne pêche à toutes celles et ceux qui utilisent la misére des autres pour faire fructifier leur compte. Dîtes je peux me permettre une question n’ayant rien à voir avec le sujet ? Comment se fait-il que mes articles soient à présent TOUS refusés et que figure devant le symbole « O » sans les guillemets !! Merci à qui voudra me répondre, car quitte à passer pour un couillon autant que cela soit mon cadeau de noël, vous ne pensez pas merci de lire de tels articles qui eux donnent le véritable sens de ce que nous devenons.

                              Vous pouvez, merci répondre à ma question ici ou sur mon site ou sur ma bal : patrick.juan@pandad.com

                              Bon courage aux fervants de la misére, pendant que d’autres vont à la pêche aux voix.

                              Le Panda

                              Patrick Juan

                              N.B. : Je pense que ce signe veut signifier qu’ils ne veulent plus de mes articles, mais qu’ils n’ont pas le courage de me le dire, je suis ignorant en ce domaine comme en tant d’autres, merci mes fréres et soeurs de bien vouloir me combler cette lacune avant les autres. smiley


                              • Jojo2 (---.---.158.64) 6 décembre 2006 16:01

                                Faire un don est un acte généreux et chacun pense que donner de l’argent ne peut que faire du bien. C’est une vision idyllique. En ce qui concerne la recherche, outre le fait bien souligné que celà ne l’oriente pas forcément dans le bon sens, cet argent peut très bien servir à entretenir la précarité d’une classe de sous-cherheurs post-docs mal rétribués, car en dehors de tout control statutaire. Ils bossent à la paillaisse, pendant que leurs patrons fanfaronnent à la télé...

                                Que celà ne vous empêche pas d’être généreux...


                                • le morange le morange 6 décembre 2006 16:21

                                  et alors, la solution c’est de donner moins ? comme ça il n’y aura plus de chercheur du tout ?

                                  je ne crois pas à cette idée que la solidarité organisée par l’état serait plus efficace et plus juste que celle librement consentie par les individus à travers des associations ou autres. au contraire, cette vision collectiviste tue le lien social et l’esprit de solidarité « je paye mes impots donc ça me dispense d’aller aider le sdf de ma rue, de toute façon c’est à l’état de s’en occuper »


                                • Jojo2 (---.---.158.64) 6 décembre 2006 16:36

                                  Ce n’est pas ce que j’ai écrit.

                                  La recherche pour être efficace doit être planifiée sur le long terme, avec un financement et un personnel assurés. Injecter de façon ponctuelle une quantité importante de fonds dans un secteur particulier est un appel à la gabegie et à l’utilisation de travailleurs précaires puisque la pérennité des ressources n’est pas assurée. Et sous-payés, car c’est mieux d’en avoir deux pour le prix d’un, c’est pas les candidats qui manquent.


                                • Marsupilami Marsupilami 6 décembre 2006 16:06

                                  @ Webmaster

                                  Pas terrible la taille de la police des IP en ce moment...


                                  • reinette (---.---.142.149) 6 décembre 2006 16:12

                                    Bernadette Chirac est sous le coup d’une enquête judiciaire :

                                    Ouverte en 2003 à la suite d’une plainte avec constitution de partie civile de l’actuel maire de Paris, Bertrand Delanoë (PS), l’enquête conduite par le juge Philippe Courroye concerne 14 millions de francs (St 700 euros par jour) dépensés par les époux Chirac, principalement en espèces, pour des achats alimentaires dans leur logement de fonction de l’Hôtel de Ville.

                                    Le juge Courroye a concentré son enquête sur la qualification de « faux en écriture par personnes dépositaires de l’autorité publique ».

                                    EN 1969 LE CHATEAU DES CHIRAC, ACHETE EN CORREZE EST PARTIELLEMENT CLASSE « MONUMENT HISTORIQUE » UN MOIS JOUR POUR JOUR APRES CETTE ACQUISITION. L’ACTION DE BERNADETTE CHIRAC A LA TETE DE L’ « OPERATION PIECES JAUNES » EST EGALEMENT CRITIQUEE, NOTAMMENT POUR DES FRAIS DE FONCTIONNEMENTS A SON PROFIT JUGES EXCESSIFS.

                                    (désolée Marie Pierre)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès