Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le droit à la tranquillité

Le droit à la tranquillité

Non, je ne cherche pas un prétexte pour parler de la Coupe du monde et, pour l’instant, de la grisaille et de l’ennui français. J’ai simplement envie, au regard de mon expérience quotidienne qui, le soir, me fait revenir en autobus chez moi, de m’interroger sur le phénomène contemporain de la communication abusive. Celle-ci est également illustrée, si je puis dire, par la retransmission des matchs de football et par les commentaires qui les accompagnent. Je pourrais parler de toutes les chaînes de télévision concernées, mais je m’en tiendrai à TF1 et au trio qui officie.

Dans l’autobus, où les règles élémentaires de politesse ne sont plus respectées - combien de jeunes gens restent sereinement assis devant des personnes âgées debout -, chacun s’enferme dans son petit monde où le portable devient magique pour soi et une plaie pour autrui. Les mêmes qui, dans leur existence, seraient incapables de proférer le moindre mot sur leur univers intime n’hésitent pas, dans cette cohue "solitaire", à parler si fort et à entretenir un inconnu de sujets si privés qu’autrui ne peut qu’en être gêné. C’est un exemple éclairant de cette tendance consistant à multiplier les échanges parce qu’en profondeur, ils ne renvoient plus à quoi que ce soit d’authentique. Lorsqu’on se sert ainsi de son portable, stimulé par la présence des autres à côté de soi, et qu’on leur impose des récits dont l’impudeur ou le dérisoire sont la marque, je ne peux pas croire qu’on ait la prétention de nouer un dialogue. C’est une provocation, l’irruption de la grossièreté dans un monde qui déjà ne la refuse plus par principe, c’est l’illusion d’une communauté qui accomplit un geste commun mais tourné vers ailleurs. J’ai envie, alors, de crier mon droit à la tranquillité, à une solitude à laquelle on offrirait le bénéfice du respect. Nous n’avons pas besoin en permanence de la comédie de la parole, du toc de l’échange et du simulacre de la convivialité. On a le droit, quelques instants, de respirer dans la paix, en s’écoutant soi-même ou en répondant à une envie sincère de dialogue.
Sur TF1, alors que les images nous parlent et qu’elles ont une force infiniment plus impressionnante que le tintamarre sonore et la volubilité ridicule des commentateurs, on nous contraint de subir, au lieu d’avoir le droit de regarder tranquillement et en paix n’importe quelle action de jeu, une profusion de paroles croisées mêlant la périphrase de l’image à des données techniques et à des banalités sur le climat ou la psychologie des joueurs, tout à fait affligeantes et parfois dans un français très approximatif. S’ils savaient comme le téléspectateur qui s’y connaît un peu préfèrerait écouter les images, non seulement les voir mais les entendre parler, de la même manière qu’il aimerait, lors des matchs de tennis et lors des échanges, qu’on ne lui gâte pas la qualité vivante du jeu par des murmures ou des appréciations déplacées.
Devant sa télévision aussi, on a le droit à la tranquillité. Qui a pu ainsi laisser croire, sinon le cours d’une société d’autant plus enivrée de bruit et de relationnel qu’elle a perdu tout sens véritable de l’écoute d’autrui, qu’on a besoin de commentaires et d’apparences ? Et ils se mettent à trois pour nous répéter absurdement une réalité qui parle d’elle-même !
C’est devenu inéluctable, je le crains. Comme on ne se parle plus, on parle au portable. Comme on n’écrit plus, on communique par mails. Comme on ne sait plus regarder et qu’on a la flemme de juger par soi-même, on écoute des commentateurs épuisants.
C’est pour cela que j’aime couper le son et mettre de la musique à la place. Le spectacle n’y perd rien, et l’image m’est restituée dans sa nudité et sa vigueur. Elle dit plus que les malheureux mots dont on nous accable.
Interdiction des portables dans les autobus. Interdiction des commentaires surabondants. Une véritable communication humaine. La paix, la tranquillité et le silence. Ce serait formidable, non ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (67 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Marsupilami (---.---.174.235) 23 juin 2006 11:52

    Ouaf !

    Interdiction des portables partout. Interdiction de la télé. Interdiction de la pub. Etc.

    « Elle est retrouvée - Quoi ? L’éternité. C’est la mer allée avec le Soleil ».

    Houba houba !


    • Gimmygimmycheak (---.---.4.4) 23 juin 2006 12:05

      Si on y perd un peu en coupant le son : l’ambiance.

      Ce qui serait parfait c’est de pouvoir couper uniquement la voix des commentateurs...


      • romG romG 23 juin 2006 12:23

        Gimmygimmycheak a raison : l’ambiance, le son de la balle, les jurons des joueurs ... ont leur importance.

        Nous devrions exiger de disposer de plusieurs voies sélectionnables sur les télévisions de nouvelle génération (avec l’exigence faîte aux chaînes de télévision de faire ce traitement à l’autre bout de l’onde). La technique le permet parfaitement, et ce serait un véritable acte de consomm’action.

        Au lieu de cela, une entreprise comme Philips a commencé à réfléchir à un système, pour équiper ses téléviseurs, empêchant le téléspectateur de zapper pendant la pub ...


      • Philippe (---.---.23.9) 23 juin 2006 12:52

        Tout à fait d’accord, ce serait parfait.


      • (---.---.252.222) 23 juin 2006 14:08

        Merveilleuse idée, pourvoir entendre les joueurs souffler, grogner, frapper la balle et zapper les commentateurs. C’est a faire breveter, cela ferait un carton c’est sûr.

        Le premier téléviseur qui le fait j’achète direct.


      • romG romG 23 juin 2006 14:53

        Malheureusement, il ne s’agit pas seulement du téléviseur mais aussi de l’émetteur qui doit envoyer plusieurs « bandes-son » (tous comme les chaînes du câble qui proposent la version VO des films).


      • nem_ (---.---.91.222) 23 juin 2006 12:52

        Le liberté de chacun s’arrête où commence celle des autres...

        Un veut du silence, du respect... toutes ces valeurs morales qui font que le monde tournerait surement mieux si nous les appliquions tous, d’autres veulent pouvoir être aussi extravertis que possible, afficher leur peu de culture, d’éducation, comment concilier tout ça ?

        Y-a-t’il réellement une solution ? A part vivre chacun dans notre petite bulle, tentant de ne pas être trop victime des débordements des autres...


        • moqueur (---.---.168.211) 23 juin 2006 12:56

          Les « valeurs morales », sont-elles bien des valeurs ? Et sont-elles bien morales ?


        • claude (---.---.255.180) 23 juin 2006 16:18

          à Moqueur

          il n’y a qu’une valeur morale valable : la moquerie


        • Philippe VIGNEAU (---.---.82.132) 23 juin 2006 13:11

          excellent article !

          c’est vrai que les bruits des commentateurs devraient pouvoir etre coupes mais il serait bien de conserver l’ambiance du stade... mais j’ai confiance dans 10 ans les ordinateurs y arriveront !


          • Mamat (---.---.44.3) 23 juin 2006 13:25

            Si on y perd un peu en coupant le son : l’ambiance.

            => J’ai ouïe dire que la BBC avait proposait plusieurs canaux pour les matchs de la coupe du monde : 1 avec les commentaires du « journaliste », et l’autre avec juste l’ambiance dans le stade. Rien n’est perdu ... pour les matchs de foot. Pour le reste ...


            • Gadira (---.---.4.66) 23 juin 2006 13:32

              Il n’y a pas qu’au football que les commentateurs sont assomamnts ; on l’a vu dernièrement à l’Eurovision où beaucoup de gens se sont plaints de ne jamais pouvoir écouter une chanson en entier sans commentaires.

              Cela dit, le mieux est de ne pas avoir de télé.


              • Henry Moreigne Henry Moreigne 23 juin 2006 13:52

                Entiérement d’accord avec vous. Nous sommes à l’ère du paraître et de la superficialité pour ne pas dire de la vacuité. parler pour ne rien dire sinon se prouver qu’on existe et qu’on fait bien partie du même troupeau. Notre instinct grégaire est décidément le plus fort. Beaucoup plus que l’éducation, censée nous en éloigner.


                • Ludovic Charpentier (---.---.68.100) 23 juin 2006 13:57

                  M. Bliger, la solution existe : coupez le son, mettez la radio. Les commentateurs radio donnent beaucoup plus d’explications sur le jeu (normal, vu que les auditeurs ne voient pas ce qui se passe sur le terrain...) que les télévisés qui parlent,il est vrai, de tout et n’importe quoi.


                  • lrnt (---.---.29.83) 23 juin 2006 14:04

                    C’est un bon article qui m’inspire trois réflexions

                    - Les commentateurs sportifs (quelque soit le sport) ne brillent pas par la qualité de leurs commentaires. C’est souvent un flot de parole sans intérêt qui accompagne le bruit de fond. Parfois lors des grandes compétitions la présence d’un « consultant » de luxe permet d’infuser quelques remarques judicieuses. Il m’est arrivé de couper le son de la tele pour écouter le commentaire de la radio. Le résultat est bien meilleur, l’absence d’image oblige le commentateur à être plus « pertinent » dans son discours.

                    - Il y a belle lurette que le respect d’autrui est une notion que le commun des mortels a oublié. Quand ce n’est pas la cigarette qu’on allume dans les espaces non fumeurs, c’est dans le RER Bondé le baladeur à fond accompagné par les ondulation du propriétaire qui suit le rythme des « tsii tsii tsiii » qui débordent de ses oreilles, ou encore avec le progrès qui veut que le portable capte aussi dans le metro, ces demi conversations qui déversent leur contenu sans intérêt dans la foule comme on vide un seau d’immondices dont on veut se défaire. Oui la tranquillité est devenu une denrée précieuse qui devient rare, une espece rare en voie de disparition. A proteger d’urgence.

                    - Avez vous remarqué combien d’émissions de TV prennent l’antenne dans un débordement de cris et d’applaudissements disproportionnés. Que chaque transition est egalement ponctuée de ces hurlements de pseudo satisfation manisfestation d’allegresse completement depassée. Le commentateur est obligé de hausser le ton pour couvrir le brouhaha. Cette sale habitude se generalise et meme quand il n’y a pas de public sur le plateau on nous colle des bruits de fonds enregistrés. Parfois on nous passe plusieurs fois les memes qu’on arrive à reconnaître. C’est une pollution sonore qui nuit de plus en plus à la tranquilité : on pense etre a l’abri en passant des transports en commun à son domicile douillet, en fait l’agression nous rattrappe en passannt pas la petite lucarne. Si philips cherche à nous empecher de zapper pendant les pubs, on pourra toujours eteindre le poste.

                    Laurent A.


                    • Daniel Milan (---.---.168.211) 23 juin 2006 14:12

                      Est-ce une revendication pour les magistrats ? Protéger les « puissants » ?, organiser leur impunité et condamner leurs victimes ?


                      • Cert (---.---.118.56) 23 juin 2006 14:26

                        Vas répandre ta haine islamique ailleurs ; il exixte des forums spéciaux pour ça.


                      • romG romG 23 juin 2006 14:56

                        Bonne illustration de la pollution du droit à la tranquillité (d’une agréable conversation mutuellement consentie).


                      • Hakim I. (---.---.29.92) 23 juin 2006 16:00

                        « C’est un exemple éclairant de cette tendance consistant à multiplier les échanges parce qu’en profondeur, ils ne renvoient plus à quoi que ce soit d’authentique. Lorsqu’on se sert ainsi de son portable, stimulé par la présence des autres à côté de soi, et qu’on leur impose des récits dont l’impudeur ou le dérisoire sont la marque, je ne peux pas croire qu’on ait la prétention de nouer un dialogue. »

                        Je vous plains.

                        Personne ne vous oblige a écouter ces conversations. Si cette personne avait un interlocuteur physique, auriez vous ressenti la même gêne ? Cet article est très « parisien » je trouve. Je dis cela dans le sens où c’est une ambiance assez individualiste où tout le monde se déplace dans le même wagon, mais où tous les croisements de regards sont évités.

                        La peur de se différencier de la foule (du troupeau) fait que l’on doit chacun oublier que l’on existe à partir du moment où nous sommes entourés par des inconnus aussi inexistants. Et dès qu’une personne sort du lot, on se sent gêné, agacé voir révolté de cette existence affichée. Au final, qu’est-ce qui dérange ? C’est le fait que l’on ait en face de nous une personne à l’aise dans ses pompes, qui n’a pas peur de vivre sa vie, et qu’en fait on envie.

                        Je suis né a Paris moi même, j’y ai grandi et vécu 26 ans. J’avais exactement les mêmes réactions que vous lorsqu’un groupe de personnes ou même une discussion au téléphone qui dépassait quelques décibels me fesaient hérisser le poil.

                        Lorsque j’ai déménagé vers la Côte d’Azur, j’ai pris une grosse claque par la vie. J’y prends aussi les transports... Sauf qu’ici, tout le monde parle et rit à voix haute, et la seule personne se trouvant gênée ...c’était moi :O). Ce n’est qu’arrivé ici que j’ai connu la belle sensation procurée par le sourire d’une personne inconnue, hé oui cela existe et ca fait du bien. Même chose dans les restaurants, les marchés, etc... C’est cela l’authenticité monsieur Bilger.

                        (Soit dit en passant, lorsque je vais au « pays » en Afrique du Nord, cette atmosphere est présente mais elle a l’air de couler tellement de source que je ne m’en rends pas vraiment compte.)

                        Les grosses agglomérations déshumanisent les gens, elles s’approprient et les vident de leur existence en les transformant en un troupeau de bétail où la moindre différence les expose à des reactions hostiles. Vous pouvez regarder un documentaire animalier pour vous rendre compte que ce n’est rien d’autre qu’un comportement de survie pour diminuer la probabilité de se faire bouffer par un prédateur.

                        N’en voulez pas aux autres de vivre pleinement leur vie. Apprenez à exister et à aimer vivre monsieur Bilger. Je ne peux que vous conseiller de voyager quelques années dans les pays du sud, et vous comprendrez que la tranquilité que vous recherchez est comparable à la sécurité que recherche un animal élevé en cage refusant sa liberté.

                        Concernant les commentaires sportifs, je suis assez d’accord avec le fond de l’article. L’ambiance du match, les bruits des ballons, des supporters et des joueurs me suffisent amplement. Surtout si c’est pour nous imposer des commentateurs médiocres et populos.


                        • Mathieu (---.---.212.160) 23 juin 2006 16:40

                          « Personne ne vous oblige a écouter ces conversations. Si cette personne avait un interlocuteur physique, auriez vous ressenti la même gêne ? Cet article est très »parisien« je trouve. Je dis cela dans le sens où c’est une ambiance assez individualiste où tout le monde se déplace dans le même wagon, mais où tous les croisements de regards sont évités. »

                          Quand une personne a une conversation d’un niveau sonore plus important que la moyenne (parce qu’il n’entend rien de ce que lui dit son interlocuteur via son téléphone portable) juste à coté de nous, on est bien obligé de subir cette conversation, à moins de se ballader en permannece avec des boules quiès ou parler encore plus fort. Le problème est que généralement les personnes ayant une conversation avec leur téléphone portable, donc avec une personne qui n’est pas là physiquement, se sentent tellement à l’aise qu’elle parlent de leur vie privée (qui en plus est généralement d’un niveau très peu élevé), ce qui est plus rarement le cas avec une personne physiquement présente. Aujourd’hui les personnes pour se convaincre d’exister préférent parler beaucoup pour ne rien dire (et en faire profiter les autres) que moins mais des choses plus intéressantes. Ce n’est pas être individualiste que de penser celà.


                        • Hakim I. (---.---.29.92) 23 juin 2006 16:59

                          « Aujourd’hui les personnes pour se convaincre d’exister préférent parler beaucoup pour ne rien dire (et en faire profiter les autres) que moins mais des choses plus intéressantes »

                          Quelle certitude vous avez de votre propre théorie ! Et je note surtout votre promptitude au jugement de la conversation ou même de la vie des autres.

                          Qu’est-ce qui vous prouve que ces personnes le font pour se sentir exister ? Absolument rien, à part la certitude de votre superiorité à la vie des autres.

                          Un peu de remise en question personnelle ne peut faire de mal a personne. C’est à mon sens la clé de la sagesse et de la tolérance.


                        • Mathieu (---.---.212.160) 23 juin 2006 17:44

                          « Quelle certitude vous avez de votre propre théorie ! Et je note surtout votre promptitude au jugement de la conversation ou même de la vie des autres. »

                          Ce n’est pas une théorie, seulement mon avis. Et je ne parlais que des conversations que j’entends, pas de leur vie que je ne connais aps et que je ne me permettrai pas de juger.

                          « Qu’est-ce qui vous prouve que ces personnes le font pour se sentir exister ? Absolument rien, à part la certitude de votre superiorité à la vie des autres. »

                          Rien ne me le prouve, c’est mon avis après observation de mes semblables. Mais si vous avez une autre théorie, je suis preneur. Quant à la supposée supériorité de ma vie par rapport à celles des autres, vous vos emballez un peu dans vos déductions. Ce n’est pas parce que je critique des individus que je me sens forcément supérieurs à eux.

                          « Un peu de remise en question personnelle ne peut faire de mal a personne. C’est à mon sens la clé de la sagesse et de la tolérance. »

                          Je suis entièrement d’accord, je pratique d’ailleurs sans cesse cette remise en question personnelle, mais concernant ce sujet, elle n’avait pas à intervenir.


                        • nono (---.---.94.25) 23 juin 2006 16:06

                          vous inquietez pas pour la france la coupe du monde s’arrete ce soir...

                          enfin cela commence a me gonfler c’est prise d’otage par les medias par cette operation de communication....

                          le foot c’est un truc de blaireau desole je m’extasie pas derriere des mecs en short qui tapent dans un ballon... chacun c’est centre d’interet moi sa m’interesse pas...


                          • Marsupilami (---.---.50.207) 23 juin 2006 16:23

                            Ouaf !

                            Pour la première fois, je suis d’accord avec un commentaire de Nono. D’ailleurs, tant pis pour mon agnosticisme : je prie de toute mes forces pour une victoire du Togo. Ça calmera un peu les esprits, du moins en France.

                            Houba houba !


                          • parkway (---.---.18.161) 23 juin 2006 16:57

                            marsu, nono ne dit pas que des choses bêtes ! il dit des conneries aussi (lol !)

                            Bon, allez je vais me coucher, ouaf !ouaf !


                          • ka (---.---.30.12) 23 juin 2006 23:03

                            Désolée de te décevoir Marsu mais l’équipe de France a gagné 2 - 0 et est qualifiée pour les huitièmes donc tu n’as pas fini d’entendre parler de foot enfin pour l’instant jusqu’au match contre les espagnols, après on verra.


                          • machinchose (---.---.129.40) 23 juin 2006 16:19

                            je suis un peu dérangé dans cet article par son ton sentencieux. On est à deux doigts du « sales jeunes qui ne respectent plus rien moi d’mon temps bla bla .. » un discours qui est vieux comme le monde. Il y a aussi un petit coté « salauds de pauvres qui hurlent leur conversation en mauvais français dans leur portables »...

                            Ceci dit vous oubliez un élément fondamental : qui vend les portables, qui a interet à déshumaniser, éloigner les gens les uns des autres, les isoler, leur donner l’illusion de la communication quand tout n’est plus que supifercialité...

                             ?

                            vous connaissez probablement l’affaire Standart Oil ? (devenu ESSO)

                            Un magnifique cas d’école : comment des industriels se sont entendus (et ont été condamné) pour détruire une ville pour promouvoir l’automobile et donc le pétrole... (en l’espèce LA)...

                            ça rapporte l’instrumentalisation de ces salopards de jeunes et de pauvres...


                            • parkway (---.---.18.161) 23 juin 2006 16:52

                              Pourquoi se casser la tête à chercher à couper les voix des commentateurs, moi je ne regarde plus la télé et je trouve beaucoup de calme !

                              Qulle idée de regarder la télé ?

                              M’enfin !


                              • machinchose (---.---.129.40) 23 juin 2006 16:56

                                moi je n’ai plus la télé depuis 6 ans et je ne m’en porte pas plus mal... en plus là il s’agit de foot.... je veux dire vous vous plaindriez d’avoir des voisins un peu bruyant au théatre je veux bien mais le coup du « ras le bol des commentateurs débiles sur le foot »... heu... comment dire... c’est toujours pareil... on veut les jeux du cirque on en accepte les à cotés consternants. Comme la FIFA par exemple, ou le salaire des joueur ou le fanatisme... moi je rejette ça... et je ne suis pas surpris par le coté consternant de la plupart des commentateurs. Mëme si à la radio c’est vrai qu’ils sont la plupart du temps bien meilleurs voire carrément bons. comme quoi je ne suis pas obtus.


                              • Marsupilami (---.---.50.207) 23 juin 2006 17:13

                                Ouaf !

                                J’ai pas compris : il y aurait donc des commentateurs de matchs de foot qui ne seraient pas débiles ???

                                N’ayant jamais eu la télé et coupant la radio dès qu’il y a un commentaire footeux, j’avoue l’immensité de mon ignorance en cette matière.

                                Quelqu’un peut-il m’indiquer le nom d’un commentateur de foot intelligent ? Je promets de ne jamais l’écouter.

                                Houba houba !


                              • tho (---.---.248.31) 23 juin 2006 17:34

                                Je sais bien qu’il faut illuster ses articles mais des phrases comme « Dans l’autobus, où les règles élémentaires de politesse ne sont plus respectées - combien de jeunes gens restent sereinement assis devant des personnes âgées debout » me désole. Et pourquoi pas un petit « cette jeunesse ne respecte plus rien », « ils ne savent plus parler français », « ils n »ont pas envie de travailler". Franchement, est ce qu’en l’ecrivant vous ne vous rendez pas compte que c’est une reflexion de « vieux con » qui a oublié que pendant sa propre jeunesse il ne comprenait pas pourquoi ces ainés médisaient ainsi sur son compte.

                                Sinon, trés bon article, merci.


                                • Philippe (---.---.253.89) 23 juin 2006 18:07

                                  Je ne dénonce pas la jeunesse mais certains comportements que d’ailleurs la maturité peut également se voir imputer.Par ailleurs, et sur un plan général, il n’y a pas forcément nostalgie et invocation de décadence dans le fait de tellement respecter la jeunesse q’on exige d’elle le meilleur. Le contraire serait insultant.


                                • fredericKH (---.---.102.41) 23 juin 2006 21:08

                                  « C’est devenu inéluctable, je le crains. Comme on ne se parle plus, on parle au portable. Comme on n’écrit plus, on communique par mails.../...« Une véritable communication humaine. La paix, la tranquillité et le silence. »

                                  > Tout est dit dans ces deux phrases, un article « coup de gueule » sur une déshumanisation programmée. J’apprécie.

                                  > Maintenant la question est : Peut-on encore faire marche (machine) arrière ?

                                  > Pour ma part, la réponse est : Non, c’est trop tard. Une minorité ne peut pas faire une révolution (Aristote paraphrasé)

                                  Merci Philippe.


                                  • Marsupilami (---.---.39.117) 24 juin 2006 20:35

                                    Ouaf !

                                    « Une minorité ne peut faire une révolution ».

                                    Sauf que la minorité bolchevik a imposé sa révolution à la majorité menchevik sans s’occuper de ce que pensait Aristote. Bilan : plus de 70 de dictature communiste.

                                    C’était un simple exemple non-aristotélicien...

                                    Houba houba !


                                  • armand (---.---.135.251) 24 juin 2006 00:08

                                    Très intéressante, cette discussion. Je prends souvent le bus à Paris, moins le métro et, oui, je l’avoue, j’aime être entouré d’inconnus, les regarder, être regardé, entendre leurs conversations, éventuellement échanger des propos sur le temps,etc. C’est le propre d’une sociabilité partagée, du partage d’une zone temporaire, neutre, où on a physiquement affaire à des personnes qui, le plus souvent, ne relèvent pas de notre famille, collègues ou bande de copains. Et je trouve que l’abus du portable met à mal cette neutralité. Comme je l’ai dit à une jeune fille dans un train qui parlait fort dans son téléphone, et qui me rétorquait « on est dans un lieu public » lorsque je lui ai fait des remontrances, « Justement, vous privatisez le lieu public ». Certes, il y a des utilisateurs de portables, le plus souvent jeunes et connaissant bien leur outil, qui parlent vite, efficacement, et on n’entend presque rien. Je ne veux pas paraître sexiste,(oui, je suis contre les femmes, mais tout contre...)mais souvent ce sont des jeunes femmes qui prennent le parcours complet d’une ligne de bus pour leurs conversations interminables. Et il m’arrive parfois de faire remarquer que « ça ne m’intéresse pas vraiment, ce que vous racontez ». Une fois, comme on m’a répondu vertement, j’ai menacé de confisquer le joujou et de le rendre à la descente.(Je sais vivre dangereusement, j’ai eu un échange beaucoup plus vif avec un balèze du Sénat en costume sombre qui beuglait des inepties sur les récentes élections). Interprétation ? Celle qu’on lit et qu’on entend partout : la recherche de l’entre-soi et la méfiance, voire la peur, qu’inspire l’inconnu. Ainsi on reste branché sur sa tribu, sa famille, son chéri, permettant d’envoyer un signal autour : « Vous ne les voyez pas, mais ils sont là, ils me protègent ! » La séduction en prend un coup:plus guère de mystérieuses inconnues avec qui échanger un regard en coin, en deux minutes on sait déjà tout de leur situation de couple !On a longtemps pensé qu’au Moyen Age les gens étaient impudiques et n’étaient pas génés par la nudité, et puis on s’est rendu qu’il s’agissait le plus souvent de nobles qui se déshabillaient, se baignaient, et même copulaient devant des domestiques : ces derniers, pour eux, n’existaient pas en tant qu’êtres humains. J’ai peur que nous assistions à un processus analogue : en dehors de sa tribu, les autres n’existent pas.


                                    • Adolphos (---.---.59.170) 24 juin 2006 01:41

                                      Il faut aussi noter la présence permanente de chansons débiles et autre musique de négre digne du nazisme dans les grande surface et autre magasins, c’est franchement fatiguant. Il parait que « les gens » ne peuvent plus se passer de ce bruit de chiotte permanent. Si encore c’était de la vrai musique, mais non, que des merdes industrielles pour prolos/immigrés !

                                      Bref, interdire ce boucant, voila qui serai bien.

                                      Aussi, limiter le nombre de décibelle dans les cinéma.


                                      • dscheffes (---.---.26.48) 24 juin 2006 04:30

                                        Je conseille au fan de football de regarder un match, s’il en a la possibilité sur une chaine allemande ; je suis persuadé qu’il se rangera alors sans peine à votre avis, car contrairement à la mode française de commenter les matches à 3, les commentateurs allemands sont seuls et laissent par de longs moments de silence le téléspectateur REGARDER.


                                        • joséphine (---.---.181.156) 24 juin 2006 08:45

                                          une chaîne d’information « euronews » propose une chronique : NO COMMENT . A méditer


                                          • Le sondagophobe (---.---.126.57) 24 juin 2006 08:48

                                            Le droit à la tranquillité est un luxe.

                                            On peut le mesurer en regardant le prix des appartements et des maisons.

                                            La musique dans les magasins remplit son role : en nous abrutissant, elle nous pousse à acheter n’importe quoi.

                                            Mais pourquoi ce bruit dans les tranports en commun ? Pourquoi cette musique diffusée par hauts-parleurs ? Pourquoi cette mauvaise conception de la ligne 14 à Paris, par exemple ?

                                            Que veut nous vendre le syndicat des transports ?


                                            • eresse (---.---.120.64) 25 juin 2006 08:46

                                              Pauvre petit parisien, viens vivre dans le sud, tu apprendras aà sourire même dans le bus.

                                              Article qui reflete le « mal etre » d’un pauvre erre qui doit supporter de plus en plus mal sa vie de parisien déshumanisé.

                                              Viens dans le sud et tu t’apercevras que mêmme dans les embouteillages on arrive a plaisanter avec le conducteur d’a coté.

                                              Ceci dit, depuis qu’on est envahis par les nordistes et avec la généralisation des « clims » ca devient de plus en plus rare.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès