Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le gouvernement prépare en catimini une réforme drastique du statut de la (...)

Le gouvernement prépare en catimini une réforme drastique du statut de la fonction publique

Presque 5 millions de Français exercent leur activité dans un des différents domaines de la fonction publique (Etat, collectivité territoriales et secteur hospitalier). L’activité de ces fonctionnaires couvre de très nombreux domaines, de la santé à l’éducation, de la recherche à la sécurité publique, de la gestion financière à la justice. Leur statut les mettait à l’abri d’un certain nombre de pressions de leur employeur, l’Etat, par ailleurs assez mauvais patron. Les agents du secteur public s’accommodaient de la situation, beaucoup étant attachés à leur métier, troquant des progressions de carrière limitées contre une sécurité de l’emploi. Le projet de réforme du gouvernement « relatif à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique » pourrait ouvrir la porte à un licenciement déguisé des fonctionnaires. Explications.

Décrié par les libéraux, le travail des personnels de la fonction publique est indispensable au fonctionnement du pays, à sa cohésion sociale, et fournit de par la mutualisation des coûts un service aussi bon et moins cher pour l’usager que le secteur privé. Il suffit pour se convaincre de cet état de fait de regarder le coût et la qualité de service du secteur ferroviaire au Royaume-Uni. Le même constat existe entre lorsque l’on compare le système de santé français à son homologue américain. Plus près de nous, regardons les coûts annexes apparus lors de la vrai fausse privatisation d’EDF, portant sur des services auparavant gratuits ou peu coûteux, tels la réouverture de ligne, leur vérification, le changement de compteur ou de contrat, sans parler de l’encadrement du coût du kWh, appelé à disparaître.

On l’a compris, le secteur public représente une gêne forte dans une optique libérale, pressée de faire appliquer les recommandations européenne en matière de commerce et de services [1]. La diminution programmée des moyens du secteur public se heurtait jusqu’à présent à un écueil massif, le statut de la fonction publique, limitant la possibilité de limoger les agents de l’Etat, de collectivités territoriales et de l’hospitalier, sauf bien évidemment pour faute grave. Or, d’après Marianne [2], sous couvert d’amélioration de la mobilité et des parcours professionnels des fonctionnaires, le gouvernement prépare tout simplement le licenciement déguisé de fonctionnaires.

L’article 7 de ce projet prévoit qu’un agent qui serait « privé d’affectation par suite d’une suppression ou d’une modification substantielle de son emploi » pourrait bénéficier de mesures d’accompagnement, telles des « actions de formation ou de reconversion professionnelles  ». Celui-ci peut être « conduit à exercer des missions temporaires auprès de services dans une logique d’enrichissement de compétences ou de reconversion ». Jusque-là, rien à redire, le projet semble plutôt profitable aux fonctionnaires. En revanche, le projet prévoit de modifier les articles 44 et suivants de la loi 84-16 du 11 janvier 1984 « portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique de l’Etat » comme suit : « La réorientation professionnelle est la situation dans laquelle peut être placé le fonctionnaire dont l’emploi a été supprimé ou modifié de façon substantielle... La réorientation est prononcée pour une durée maximale de deux ans. Au terme de cette période et à condition que l’administration ait accompli toute diligence utile pour favoriser la réorientation professionnelle du fonctionnaire, celui-ci peut être placé d’office en disponibilité ». Autrement dit, au bout de deux ans, le fonctionnaire pourra se retrouver sans traitement, ce qui constitue une façon déguisée de le congédier et une remise en cause fondamentale du statut de fonctionnaire.

On imagine dès lors facilement toutes les dérives du système. Un magistrat qui résisterait un peu trop aux pressions de sa hiérarchie pourrait voir son poste disparaître, et se proposer une formation pour rejoindre le service juridique d’une administration en Dom-Tom, des policiers trop indépendants pourraient se retrouver dans l’administration pénitentiaire, un secrétaire général de mairie gênant et informé de malversations financières pourrait se voir viré au bout de deux ans, etc. De même quant au sort de l’Education nationale, où les emplois de professeurs sont supprimés par centaines. Pour le moment, ceux-ci sont partiellement protégés par leur statut, mais pour combien de temps encore eux et les autres fonctionnaires sont-ils protégés du risque de précarisation ?

Ce risque de précarisation constitue un moyen puissant de contrôler les velléités revendicatives des salariés et leur liberté de parole. Il s’agit-là, ne nous leurrons pas, d’un des buts principaux de cette réforme. Le texte de loi le reconnaît à demi-mots, lorsqu’il stipule dans son article 9 que « Le statut général et le Code du travail sont modifiés pour prévoir le recours à l’intérim par des organismes publics, qui pourront dans ce cadre pourvoir rapidement des vacances temporaires d’emploi ou faire face à des besoins occasionnels, saisonniers ou à des surcroîts d’activité ». Oui, vous avez bien lu, il s’agit du recours à l’intérim, pas au CDD ! Le texte de loi avoue plus clairement son but de précarisation lorsqu’il stipule que l’article 44 mentionné plus haut pourrait aussi être modifié de la sorte : « L’administration définit avec le fonctionnaire placé en réorientation professionnelle un projet personnalisé d’évolution professionnelle ayant pour objet : 1- de favoriser sa réaffectation sur un emploi correspondant à son grade dans son service ou dans une autre administration ; 2- d’accéder à un autre corps ou cadre d’emplois de niveau au moins équivalent ; 3- d’accéder à un emploi dans le secteur privé ». Bref deux ans après avoir vu son poste supprimé, pour l’agent du secteur public, ce sera « acceptez ce boulot », « revenez en intérim » ou « rejoignez le secteur privé ! ».

Mais-68, c’était il y a quarante ans, non ? Les anniversaires, cela se fête...

[1] Sur le dossier de l’accord général sur le commerce et les services, voir http://fr.wikipedia.org/

http://www.france.attac.org/spip.php?rubrique25

http://www.voltairenet.org/article9298.html

[2] http://www.marianne2.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.51/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • denis84 18 mars 2008 12:31

    Ca m’étonne que lerma n’ai pas encore réagi pour soutenir ce plan de suppression de fonctionnaires !


    • Rage Rage 18 mars 2008 22:40

      Bonsoir,

      La réforme dont vous parlez s’appelle la "RGGP" dont je vous passe le développement.

      S’il s’agit ni plus ni moins que de faire le ménage dans la fonction publique, essentiellement d’Etat puisque l’Etat n’a plus la main sur la territoriale et que l’hospitalière manque cruellement de personnel, il n’empêche pas moins que la fonction publique française souffre de nombreux maux.

      Je suis fonctionnaire - je déteste le terme- et force est de constater que le système touche ses limites.

      Je ne citerai que plusieurs "cruelles" lacunes et autres dysfonctionnements pour simplifier l’ampleur de la réforme sur le fond à envisager :

      - Simplifier le millefeuille administratif en supprimant clairement des échelons type département et en fusionnant les petites communes à l’échelle de l’intercommunalité

      - Cesser de recruter des cadres A+ sur concours type administrateur et énarque : sans terrain, il n’est pas possible de faire et décider lucidement et efficacement. Il faut former des cadres, mais on ne devient pas PDG en réussissant un concours.

      - Repenser de fond en comble les "DRH" et autres directions de service vers un management opérationnel des compétences, sur des "carottes" propres au service et sur des leviers permettant de motiver les troupes.

      - Couper nettement ce qui relève du politique de ce qui relève du technique en coupant sous les DGA l’influence du politique : les chefs doivent être des gens compétents, pas des politiques. Au niveau DGA ça se discute, en dessous, c’est contre-productif.

      - Définir des champs de compétences complets, propres et clairs pour chaque niveau et clarifier le paysage parapublic type "SEM", "associations", offices HLM et "partenaires multiples et variés"

      - Ne pas dépasser un certain "ratio" emploi public/emploi privé pour ne pas faire peser sur les emplois et donc les entreprises tout la charge de l’Administration

      - Réduire considérablement le nombre d’élus en France pour plus de pragmatisme, de responsabilités et d’efficacité.

      - Nommer à la compétence, aux projets réalisés, à la mise à l’essai plutôt qu’à l’incompétence, la médiocrité ou tout simplement au "débarassage d’usage".

      - Etc etc...

      Et oui, il n’y a pas que le point d’indice qui inquiète les fonctionnaires.

      Bosser pour des cons et faire de la merde sans pouvoir le dire, ça aussi, c’est une réalité qu’un nombre incalculable de fonctionnaires vit tous les jours... et croyez moi, on est nombreux à le penser.

       


    • Rage Rage 18 mars 2008 22:43

      J’ajoute : le statut n’est pas le problème.

      Le problème c’est ce que l’on en fait et ce que l’on fait faire aux agents. Le statut, c’est aussi beaucoup d’emmerdes (formation, affectation, cadre d’emploi statique etc...)

      Quant aux CDD de la fonction publique il n’y a pas plus précaires... je n’évoque même pas les vacataires, stagiaires et... emplois fonctionnels dont font partis souvent les DGS.

      Emploi fonctionnel = super salaire = super horaires (70heures mini) = super responsabilités et super précarité.

      Un jour comme dimanche, 20 000 DGS au minimum ont du prendre leurs bagages et envisager le déménagement.

      Sympa. Faut aimer.


    • sardine 18 mars 2008 12:48

      Dans les Echos d’hier à propos de l’article 7 mentionné : "[...]C’est cet article 7, le plus contesté, dont Bercy a proposé une nouvelle rédaction aux syndicats. Il prévoit désormais que les syndicats aient leur mot à dire dans les restructurations en imposant une information des comités techniques paritaires où siègent les syndicats sur les projets de restructuration. Il supprime aussi les deux ans au bout desquels un fonctionnaire qui n’aurait pas pris un nouveau poste pouvait être mis en disponibilité d’office, donc cesser d’être payé. C’était le point le plus controversé du texte. [...]" http://www.lesechos.fr/info/france/4701583.htm


      • imarek imarek 18 mars 2008 13:17

        Sans vouloir polémiquer, n’est-ce pas ce genre de réforme qui a été faite en Suède dans les années 90 et qui a fait diminuer de moitié le nombre de fonctionnaires (de 400000 à 220000 je crois). Les services publics ne sont pas mauvais en Suède il me semble. Mais comparaison n’est pas raison, ce pays n’a que 9 milloins d’habitants, ce qu’ils ont fait n’est pas forcément transposable à la France.


        • Dolores 18 mars 2008 19:19

          En France, on n’a pas de pétrole et on n’a pas non plus d’idées !

          On va donc les chercher chez les voisins ! On pourrait ainsi construire l’école sur le modèle allemand ou anglais, la santé et les retraites sur le modèle américain, la poste sur le modèle suédois etc...

          On pourrait aussi importer quelques hommes politiques de différerents pays qui ont particulièrement réussi à instaurer la précarité générale.


        • Nobody knows me Nobody knows me 19 mars 2008 09:59

          la santé et les retraites sur le modèle américain

          2nd degré  ? Oui ? Ahhhh !!


        • tvargentine.com lerma 18 mars 2008 13:36

          Rien qu’en lisant vos références douteuses (ATTAC) et la presse populiste d’extreme gauche (Marianne) qui d’ailleurs appartient à un groupe de presse de droite ,nous comprenons bien votre partie pris de défendre une conception réductrice de l’économie de marché et de la société

          Oui,la France doit réformer l’administration

          Vous écrivez d’ailleurs le parfait discours du conservatisme "Leur statut les mettait à l’abri d’un certain nombre de pressions de leur employeur"

          "PRESSIONS DE LEUR EMPLOYEUR" cela ne veut rien dire ,car cela s’appelle de la productivité comme des millions de travailleurs la pratique chaque jour sans se plaindre

          La meilleure façon serait de supprimer le statut de fonctionnaire et d’instaurer celui du prestataire et avec les transferts de personnel avec la décentralisation,flexibiliser les procédures d’embauches car de nombreux salariés du privé pourraient venir travailler au sein de ces administrations sans etre obligé de passer le concours x y Z ,niveau 4,escalier c porte A.......

           

           

           

           


          • 5A3N5D 18 mars 2008 14:11

            "flexibiliser les procédures d’embauches car de nombreux salariés du privé pourraient venir travailler au sein de ces administrations sans etre obligé de passer le concours x y Z ,niveau 4,escalier c porte A......."

            Tiens, Lerma cherche du boulot, mais sans passer de concours. Je ne sais pas pourquoi.


          • 5A3N5D 18 mars 2008 14:20

            « Le statut général et le code du travail sont modifiés pour prévoir le recours à l’intérim par des organismes publics, qui pourront dans ce cadre pourvoir rapidement des vacances temporaires d’emploi ou faire face à des besoins occasionnels, saisonniers ou à des surcroîts d’activité »

            A mourir de rire ! 16% des fonctionnaires en France (toutes administrations confondues) sont des "précaires" recrutés à la hâte chaque année pour des besoins oubliés dans les prévisions. Bien sûr, ils sont rarement qualifiés. Ensuite, on s’étonne... 


          • 5A3N5D 18 mars 2008 14:21

            « Le statut général et le code du travail sont modifiés pour prévoir le recours à l’intérim par des organismes publics, qui pourront dans ce cadre pourvoir rapidement des vacances temporaires d’emploi ou faire face à des besoins occasionnels, saisonniers ou à des surcroîts d’activité »

            A mourir de rire ! 16% des fonctionnaires en France (toutes administrations confondues) sont des "précaires" recrutés à la hâte chaque année pour des besoins oubliés dans les prévisions. Bien sûr, ils sont rarement qualifiés et d’ailleurs, ils s’en foutent, étant sur une siège éjectable. Ensuite, on s’étonne... 


          • 5A3N5D 18 mars 2008 14:21

            Oups, pardon pour le doublon.


          • Nobody knows me Nobody knows me 19 mars 2008 09:57

            Lerma je me permet de remettre une phrase culte que vous avez dîte ici.

            Mon povre ami,vous me faites pitié car le métier d’informaticien c’est de savoir faire du copier coller

            Et je réponds : En développement, une des pires choses à faire, c’est du copier-coller. Tous les développeurs vous le diront : risques de reproduire des erreurs, redondance du code, ... et j’en passe.

            On va pas priver tous ces gens d’une bonne tranche de rigolade hein


          • Traroth Traroth 19 mars 2008 11:55

            Qualifier Marianne de "presse d’extrême-gauche", comment dire...

            Pour info, durant la dernière présidentielle, la rédaction soutenait majoritairement Bayrou (comme vous !). Ils sont d’extrême-centre, en fait.


          • Boduacus 24 mars 2008 17:18

            Indécrottable lerma, il nous fait bien rire !


          • ZEN ZEN 18 mars 2008 13:53

            « Le statut général et le code du travail sont modifiés pour prévoir le recours à l’intérim par des organismes publics, qui pourront dans ce cadre pourvoir rapidement des vacances temporaires d’emploi ou faire face à des besoins occasionnels, saisonniers ou à des surcroîts d’activité ». Oui, vous avez bien lu, il s’agit du recours à l’intérim, pas au CDD !"

            La Poste a ouvert la voie...sous l’impulsion première de P.Quilès...Le reste devrait suivre, suivant la logique de précarisation incitée par Bx et applaudie par les puissants lobbies qui lui dictent la marche à suivre..La porte est ouverte aux pires régressions...


            • Bulgroz 18 mars 2008 13:58

              La France cultive les fonctionnaire, on y récolte des impôts.

              La fonction publique appartient à ses fonctionnaires et à ses syndicats.

              Sarkozy, pas touche à la fonction publique !!

              .

               


              • ernst 18 mars 2008 15:15

                Il est à noter que les pays du Nord ont éliminé la moitié de leurs fonctionnaires et s’en portent mieux que nous.

                Et vu les succès mitigés de l’école, ses violences et son manque de résultat (je ne parle pas de l’enseignement qui peut se transmettre par ordinateurs et programmes appropriés ) on pourrait innover et supprimer aussi le métier à trop hauts risques de professeur.

                Vivement la Réforme !...


                • Arnes Arnes 18 mars 2008 15:26

                  Il serait temps ! A l’instar de la Suede et du Canada, notre fonction publique doit etre reformee d’urgence :

                  - Trop nombreuse : meme à l’education nationale où le ratio fonctionnaire par eleve est un des plus eleves, le service educatif est à peine dans la moyenne des pays developpes.

                  - Trop rigide : manque de passerelles entre administrations et entre public / prive.

                  - Recrutement depasse : un concours de bachotage reussi à 20 ans ne vous qualifie pas pour n’importe quel emploi ( voir Outreau) . Remplacer le concours par un tryptique : Connaissances, motivation et qualites humaines neccesaires pour le poste à pourvoir.

                  - Absence de vraie gestion de ressources humaines : Evaluations, formations, promotions ou reclassements.

                  - Vraie culture du service public : le fonctionnaire devrait faciliter la vie des citoyens et l’appreciation des citoyens devrait entrer en compte dans son evaluation.


                  • 5A3N5D 18 mars 2008 16:18

                    @ Arnes,

                    "Vraie culture du service public : le fonctionnaire devrait faciliter la vie des citoyens et l’appreciation des citoyens devrait entrer en compte dans son evaluation."

                    Vous avez mille fois raison : en procédant de la sorte, les pays "nordiques" ont découragé totalement les bonnes volontés. Résultat : il n’y a plus assez d’enseignants ! Marrant, non ?

                    http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=36154

                    Pour l’appréciation des citoyens, il serait intéressant que vous nous disiez si vous êtes compétent pour juger le travail d’un prof, d’un receveur des impôts ou d’un secrétaire général de mairie. Apparemment, oui, mais je demande quand même. 

                     


                  • sobriquet 19 mars 2008 01:09

                    Attention à ne pas tomber dans le piège que le gouvernement nous a déjà maintes fois tendu : on entend souvent dire "Une réforme est nécessaire, il faut donc acccepter CETTE réforme".

                    Ce n’est pas parce qu’une réforme est nécessaire qu’il faut accepter la première réforme venue...


                  • Cheminette 18 mars 2008 16:18

                    Pourquoi opposer le secteur public et le secteur privé, nous sommes tous dans le même bateau et c’est ensemble que nous pouvons agir.


                    • Gilles Gilles 19 mars 2008 09:59

                      "Pourquoi opposer le secteur public et le secteur privé,"

                      C’est porteur politiquement, ça fait un joyeux bouc émissaire responsable de tous les maux (impots, fainéantise, délinquance....)

                      Et rien qu’à lire les Sarko boys de ce site on a compris que ça a marché


                    • chmoll chmoll 18 mars 2008 17:05

                      si l’fonctio n’a plus d’boulot ,ben il aura ça actions de formation ou de reconversion professionnelles

                      comme l’mec au chomage qui a un accompagnement a la recherche d’emploi

                      vu qu’c L’ANPE qui accompagne ses personnes,vaut ètre seul que mal accompagné


                      • impots-utiles.com 18 mars 2008 17:05

                        c’est pour nous rajouter des hauts fonctionnaires qu’ils essaient de gratter l’argent à la base en faisant le vide ??

                        moins de fonction publique mais plus de secretaires d’etat a tout et n’importe quoi ??

                         


                        • Bulgroz 18 mars 2008 18:07

                          La France cultive les fonctionnaires, on y récolte des impôts.

                          La fonction publique appartient à ses fonctionnaires et à ses syndicats.

                          Sarkozy, pas touche à la fonction publique !!


                          • hurlevent 18 mars 2008 19:30

                            N’importe quoi. Aux USA il y a beaucoup moins de fonctionnaires qu’en France comparés à la taille de la population. En pourtant il y a moins de chomage. Comment expliquez vous cela ?


                          • hurlevent 18 mars 2008 21:31

                            "Pourquoi ne prenez vous pas comme exemple les pannes de courant à répétitions aux USA ?"

                            Parce que celles-ci n’ont strictement rien à voir avec les fonctionnaires. Aux USA comme en France, ce ne sont pas les fonctionnaires qui produisent ni distribuent l’électricité.

                             


                          • hurlevent 18 mars 2008 22:09

                            "Excusez le doublon, ne vous noyez pas dans vos contradictions, si notre réseau ne tombe pas aussi souvent en panne c’est peut être aussi parce qu’il n’est pas encore totalement aux mains du privé ?"

                            Vous devriez peut être relire l’article. Il parle du statut des fonctionnaires. Pas de la libéralisation du marché de l’électricité.

                            Aux USA il ne s’agissait pas de la qualité du réseau mais de la puissance totale fournie, qui était insuffisante. Notez qu’il y a eu des problèmes de coupure en Italie, dont le réseau est public, et en Afrique du Sud, public aussi. Si vous ne prenez que les exemples qui vous arrangent...


                          • sobriquet 19 mars 2008 01:13

                            @hurlevent

                            Vous dites : "Et pourtant il y a moins de chomage. Comment expliquez vous cela ?"

                            Et pourtant le temps moyen de travail hebdomadaire aux USA est inférieur à celui de la France. Comment expliquer cela ? Par la multiplication des emplois précaires. Rien à voir avec la fonction publique, donc...


                          • Pehachem 19 mars 2008 04:13

                            @sobriquet

                            "Et pourtant le temps moyen de travail hebdomadaire aux USA est inférieur à celui de la France."

                            Référence, s’il vous plait ?


                          • Nobody knows me Nobody knows me 19 mars 2008 09:52

                            N’importe quoi. Aux USA il y a beaucoup moins de fonctionnaires qu’en France comparés à la taille de la population. En pourtant il y a moins de chomage. Comment expliquez vous cela ?

                            Déjà, j’aimerais bien une source pour la quantité de fonctionnaires par habitant aux USA.

                            Ensuite, oui le chômage est moins élevé aux USA, fait dû à une quantité de petits boulots totalement minables payés 3-4 $ de l’heure (vu la gueule du $ en ce moment, je vous laisse imaginer les fins de mois...).

                            Donc pour l’exemple des USA, on va réfléchir encore un peu avant de se jeter dans le modèle la tête la première.

                            La privatisation de l’énergie est assez risible également. Des coupures de courant dans tous les sens, des factures qui explosent... Que du bonheur. Aaaaaaah la dérèglementation, que c’esst bon !!!


                          • Bof 19 mars 2008 12:17

                            @bodidharma : Je crois que l’exemple edf n’est pas un réel bon exemple. Il suffit de regarder la qualité des fils qui parcourent la France . Il y a plus de vingt ans qu’aucune amélioration n’a été faite et les détériorations par le temps se font voir à l’oeil nu et dans le sol , c’est encore pire puisque des fils électriques arrivent à exploser . Pourtant , avec les centrales nucléaires et la baisse des couts impliqués nous devions moderniser nos lignes électriques. Je ne parle pas du cout de la dépolution impossible du nucléaire.De quoi le privé va -t- il hériter ? Je sais, nous sommes dans un pays ruiné et ne comprends pas que de nombreuses personnes qui se disent fonctionnaires gèrent ce qui n’est plus là . Notre Justice nous a annoncé que nos entreprises nationalisées étaient égarées . Les fonctionnaires qui faisaient la gestion restent du moins la quantité ne diminue pas et l’on apprend ici que des CDD sont employés ! Qu’ont-ils donc à faire dans cette partie précise de la fonction publique ?


                          • sobriquet 19 mars 2008 14:59

                            @pehachem

                            J’ai lu plusieurs documents sur le sujet, qui donnaient des chiffre différents selon le mode de calcul adopté, mais qui s’accordaient sur le fond : la semaine de travail est plus courte aux Etats Unis qu’en France, en raison de la précarité des emplois. Citons par exemple :

                            http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/duree_travail.htm

                             


                          • Fred 22 mars 2008 19:46

                            On a toujours parle de baisse des effectifs dans la fonction publique et mis a part les 3 dernieres annees, les effectifs ont toujours augmente. Avez vous constate une amelioration du service publique ? Je dirais que c’est meme l’inverse qui s’est produit. Le fait que les fonctionnaires soient utiles est une evidence, par contre il arrive un moment ou il faut questionner les frais de fonctionnement ; si avant nous avons reussi a fonctionner avec moins de fonctionnaires on doit pouvoir le refaire maintenant ou alors il va falloir imposer plus et j’avoue que moi je me trouve suffisement impose. Ceux qui trouvent que le nombre de fonctionnaires n’est pas suffisant n’ont qu’a proposer de payer plus d’impots.


                          • Fred 22 mars 2008 19:52

                            "Déjà, j’aimerais bien une source pour la quantité de fonctionnaires par habitant aux USA.

                            Ensuite, oui le chômage est moins élevé aux USA, fait dû à une quantité de petits boulots totalement minables payés 3-4 $ de l’heure (vu la gueule du $ en ce moment, je vous laisse imaginer les fins de mois...).

                            Donc pour l’exemple des USA, on va réfléchir encore un peu avant de se jeter dans le modèle la tête la première.

                            La privatisation de l’énergie est assez risible également. Des coupures de courant dans tous les sens, des factures qui explosent... Que du bonheur. Aaaaaaah la dérèglementation, que c’esst bon !!!"

                            le salaire minimum aux US est de 5.85$ au niveau federal mais de nombreux etats le fixe plus haut http://www.dol.gov/esa/minwage/america.htm Les charges sont moindres qu’en France lors du passage du brut au net surtout pour les faibles salaires.

                            Que le dollar ne vale rien au niveau international influence peu la vie de tous les jours (mis a part pour l’inflation), les produits sont globalement moins chers aux US. Mis a part mon loyer (je vis a Paris) tout etait moins cher quand je vivais a San Francisco.

                            En 5 ans, j’ai eu une coupure de courant (j’en ai eu 1 aussi depuis deux ans a Paris) donc il faut arreter avec les coupures tout le temps. Je prefere payer un peu plus pour l’electricite et moins cher pour TOUT le reste.


                          • Mr Mimose Mr Mimose 18 mars 2008 18:55

                            Petit message à ceux qui veulent tout privatiser :

                            Je vous conseille de choisir un fournisseur d’électricité autre que EDF, mais attention vous pourrez plus revenir au tarif régulé aprés. A savoir beaucoup d’entreprises avait choisi de quitter EDF et ses tarifs régulés, manque de pot leur nouveau fournisseur à augmenté les tarifs, ces entreprises se sont empréssé d’aller pleurer au gouvernement pour revenir au tarif régulé d’EDF (normalement ils ne pouvaient plus), et le gouvernement à ceder sous la pression.

                            En Californie suite aux énormes Black-out, l’état à du intervenir.

                            En Grande-Bretagne l’état à du intervenir pour reprendre en main le réseau ferré.

                            Aux USA t’a interet à avoir de l’argent, si t’as un accident et que t’as pas les moyens d’avoir une couverture sociale, tu peux bien crever sur le parking de l’hopital.

                            On n’a qu’a privatiser l’école aussi, j’éspère que vous aurez assez d’argent pour envoyer vos gosses à l’école, sinon ils n’auront qu’a aller bosser dans les mines dés l’age de 12 ans.

                            Tu me diras y’a déja aujourd’hui des étudiantes qui se prostituent en france pour pouvoir suivre leurs études, si vous avez une fille et que vous avez pas les moyens , elle n’a qu’a venir chez moi, loyer gratuit en échange d’une petite gaterie de temps en temps.

                            Voila, chacun pour sa gueule quoi !


                            • hurlevent 18 mars 2008 19:29

                              "mais attention vous pourrez plus revenir au tarif régulé aprés.".

                              FAUX. Une loi a rendu cela possible.

                              "En Californie suite aux énormes Black-out, l’état à du intervenir."

                              FAUX. L’Etat n’est pas intervenu.

                              "En Grande-Bretagne l’état à du intervenir pour reprendre en main le réseau ferré."

                              Au R-U l’Etat a mal géré le réseau ferré. Il l’a ensuite privatisé. Le privé a reçu un réseau en très mauvais état, il n’y a pas de mystère. L’Etat a alors re-nationalisé le réseau. Mais les compagnies ferroviaires sont, elles, privées.

                              "Aux USA t’a interet à avoir de l’argent, si t’as un accident et que t’as pas les moyens d’avoir une couverture sociale, tu peux bien crever sur le parking de l’hopital."

                              FAUX. Il y a une couverture maladie pour les plus pauvres (medicaid) et une couverture maladie pour les plus agés (medicare). Beaucoup de gens n’ont pas de couverture maladie alors qu’ils ont les revenus suffisants pour le faire. C’est juste un choix. Si vous plaquez les choix totalitaires français sur un pays qui aime la liberté, vous ne comprendrez jamais rien.

                              "On n’a qu’a privatiser l’école aussi, j’éspère que vous aurez assez d’argent pour envoyer vos gosses à l’école, sinon ils n’auront qu’a aller bosser dans les mines dés l’age de 12 ans."

                              Vous êtes aveuglés par votre idéologie. Pourquoi ne pas vous renseigner avant de raconter de telles inepties ?

                               


                            • Mr Mimose Mr Mimose 19 mars 2008 06:45

                               

                              Le nouvel Observateur du 12 février notait quand à lui que les Bettancourt ont reçu en 2003 107,5 millons d’euros de dividendes, soit 300 000 euros par jours.

                              Salaud de fonctionnaires qui touchent eux aussi des fortunes et qui ont un emploi protégé.

                              Salope de caissière qui osent demander 1 euro de plus sur leur ticket-resto.


                            • Mr Mimose Mr Mimose 19 mars 2008 06:52

                               

                               

                              "et agissons dans un esprit solidaire "

                              Entièrement d’accord. Mais pour plus de solidarité, il faudrait peut être plus d’égalité, non ? Et le statut des fonctionnaires n’est pas égal au statut des salariés du privé. J’en sais quelque chose, je suis moi-même cheminot à la SNCF et mon statut est plus protecteur que celui du privé. Mais je n’ai toujours pas compris en quoi ce statut était justifié.

                              Ben tiens, en chine on travaille pour 1 euro par jour, je comprends pas pourquoi en france on est si protégé, on à qu’a payer un ouvrier français comme un chinois.

                               

                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès