Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le handicap : encore un sujet conjugué au futur conditionnel

Le handicap : encore un sujet conjugué au futur conditionnel

Faudra-t-il un président handicapé pour que les choses changent, on peut se le demander.
La loi de 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, prévoyait un rendez-vous en 2008, c’est fait, le sujet est remonté au rang d’actualité. Quelle belle affaire !
Nos gouvernants justifient leur travail et l’avancée des lois en mettant un sujet à l’ordre du jour, mais cela ne veut pas dire que le problème est résolu ou que des solutions concrètes sont mises en place.
Le sujet des handicapés en est une illustration supplémentaire, mais au-delà de la polémique, c’est de la vie d’une partie des Français dont il est question. Un quotidien couleur "parcours du combattant", autant au sens propre qu’au figuré.

Les bonnes intentions ne suffisent plus, des actes, des faits, du concret s’il vous plaît.
Arrêtons les conférences nationales, les journées du handicap, au même titre que celles du SIDA, du tabac ou de la femme...
Ras-le-bol des belles phrases du genre : "le handicap est une priorité" ou "Une personne handicapée dans une entreprise, dans un collège, ce n’est pas une charge, c’est une chance", comme l’a déclaré Nicolas Sarkozy. Une chance... ? Combien d’handicapés sont salariés de l’Elysée... ?
En France, le taux d’emploi des personnes handicapées dans les entreprises était ainsi de 4,4 % en 2006 dans le privé et de 3,5 % dans la fonction publique.

Le gouvernement "incite", "invite", "convie les entreprises", le Pacte pour l’emploi "vise à permettre" de mieux accompagner vers l’emploi les personnes handicapées... Comment croire qu’il va y avoir du changement avec de tels objectifs affichés et aucune mesure coercitive ?

Une fois ces grandes phrases lancées, nous assistons à une valse du futur. Une réforme de l’allocation adulte handicapé (AAH) qui "doit devenir" un outil d’accompagnement vers l’emploi de ceux qui peuvent travailler. Un bilan professionnel sera réalisé pour toute demande d’AAH, et il sera proposé un contrat d’insertion et d’accompagnement vers l’emploi à tous ceux qui se verront accorder la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé. "Le montant de l’AAH enfin prendra en compte mieux qu’aujourd’hui la capacité ou non à travailler."

Il y a un an déjà...

Nous nous souvenons du débat télévisé entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy, et surtout la colère de Ségolène au sujet des handicapés. Elle reprochait (en partie) la différence des chiffres entre les promesses et les faits.
Nous y sommes bien, le sujet est bien d’actualité. Des intentions, des conjugaisons au futur, mais... les chiffres stagnent.
Des chiffres, il en a encore été question. Chaque fois, la même stratégie. Les annonces sont impressionnantes : 50 000 places nouvelles en 5 ans, un effort de 1,5 milliard d’euros. En attendant, les familles sont contraintes d’aller en Belgique, et cela ne suffit pas pour résorber les listes d’attente (15 000 enfants et 12 000 adultes).

Le ministre de l’Education Xavier Darcos y va de ses annonces, à renforts d’appellations et de sigles : "10 000 élèves handicapés supplémentaires seraient accueillis en milieu ordinaire", et 200 Unités pédagogiques d’intégration (UPI) supplémentaires seraient créées à la rentrée 2008.


Du côté des associations, qu’en pense-t-on ?
Devant ce que le gouvernement appelle un plan (erreur d’appellation, les handicapés sont "restés en plan"), les associations ne peuvent être que déçues. Demander timidement aux entreprises d’embaucher, c’est déjà peu, mais qu’en est-il des handicapés qui ne peuvent travailler ? Elles réclament un "revenu d’existence décent égal au Smic". Ce n’est qu’une solution de remplacement, handicapés ou pas, les gens préfèrent travailler, mais pour ceux qui ont de vraies difficultés, qu’est-il prévu ? Le RMI, parce que la société ne veut pas d’eux ?

La majorité des réactions des associations tournent autour du même aspect de cette conférence : des discours envahis de bonnes intentions et de projections dans le futur, mais aucune mesure concrète, pratique et immédiate. Le gouvernement se dédouane avec des mots fédérateurs, consensuels, mais reste flou quant au calendrier, aux situations extrêmes et à l’attention portée à tous ceux qui ne rentrent pas dans le cadre strict des lois à venir.


Un probléme récurrent dans toutes les strates de la société
Parmi les mesures et les plans annoncés, Nicolas Sarkozy s’est aussi engagé à accélérer les travaux pour les lieux publics accessibles aux handicapés, "un chantier titanesque", qui doit être achevé en 2015. Il a donc demandé aux collectivités territoriales de relayer ce plan.
Il est donc obligatoire pour les mairies de créer une commission à cet effet.
Au dernier conseil municipal d’Orange, il a donc été décidé de voter la création de cette commission qui devra se réunir une fois par an pour suivre l’évolution de ce chantier d’accessibilité des lieux publics aux handicapés.
Bien entendu, la municipalité est dans le texte, le projet a été voté... mais il est vide !
Aux questions d’un membre de l’opposition telles que :

- Quand et comment va être créée cette commission ?

- Qui va en faire partie ?

- Une réunion une fois par an, quelle est son utilité et son efficacité au vu de l’ampleur du chantier ?

- L’opposition pourra-t-elle participer à cette commission ?

- Quels chantiers vont être mis en œuvre ?
A toutes ces questions, aucune réponse concrète n’a été donnée.

Décidément, de la tête de l’Etat à la collectivité territoriale la plus proche des citoyens, les handicapés ont encore des jours sombres devant eux quant à leur "intégration", je dirais plutôt leur acceptation. Des discours, un report de responsabilités, des mots consensuels, des délais à sept ans et plus... C’est chaque jour que les handicapés ont besoin de solutions concrètes, c’est chaque jour et déjà depuis bien longtemps qu’ils devraient faire partie intégrante de la société.
Le fait même qu’un article comme celui-ci existe est une honte, je n’aurais jamais dû avoir à l’écrire. Mais malheureusement, il existe de nombreux sujets qui entrent dans cette caatégorie. Ce n’est pas pour grandir la conscience de nos dirigeants, du local au national.


Alors, à la question première, faudra-t-il un président handicapé pour que les choses changent, la réponse est délicate, car il faudrait qu’il soit aussi chômeur, d’origine étrangère, noir de peau, vivant en banlieue défavorisée ou dans la Creuse, agriculteur, pêcheur, éleveur, routier, ambulancier, enseignant, travailleur pauvre, à la recherche d’un logement, porteur du SIDA, que ce soit une femme....
Alors, la réponse est définitivement NON, il faudrait un président qui serve la France et TOUS les Français, mais là, je crois que je deviens grossier ou utopique.

Dominique LIN
article paru sur Orange Libre Expression


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Belle lurette 12 juin 2008 14:29

    j’ai entendu que les prestations pour les associations qui emploient des handicapés vont être supprimés, est ce vrai ? 

     


    • Dominique LIN Dominique LIN 12 juin 2008 14:41

      A Belle Lurette

      A ce jour, je n’ai rien entendu. Il faut toujours se méfier des effets d’annonces qui aujourd’hui sont en double écho. Le gouvernement pour se dédouaner, dire qu’il bouge, contrattaquer la gauche, ... Les médias qui se roulent dans le sensationnel, l’événementiel, le vendeur d’audience. Difficile de s’y retrouver.

      Plusieurs pistes selon les cas
      - demander aux associations de défense des handicapés
      - Demander au CCAS de votre ville
      - Vérifier dans le Journal Officiel

      Dominique


    • Belle lurette 12 juin 2008 15:11

      après les seniors chomeurs, à présent le gouvernement s’en prend aux handicapés. ça me fait penser à une affiche humoristique pendant la campagne présidentielle du genre la france tous ensemble ...mais sans les pauvres sans les handicapés sans les immigrés sans ... ce n’était que le début de la rigolade


      • odile31 odile31 12 juin 2008 19:07

        Eh, oui, une fois de plus, les personnes en situation de handicap ou de maladies invalidantes se sont encore faites arnaquer ! (J’en fait parti)

        Après les grands espoirs suscités par la loi de 2005, on a eu des décrets d’application plutôt restrictifs et il a fallu se battre pour infléchir une mauvaise tendance. Alors que la prise en charge au quotidien des personnes les plus lourdement handicapées, en situation de dépendance vitale, a pu s’améliorer (en tout cas pour ceux qui connaissaient les textes, étaient aidés, ou particulièrement combatifs), les critères pour l’AAH (Allocation Adulte handicapé) sont devenus plus restrictifs.

        Et ça va empirer : tous ceux nombreux qui ne pourront pas travailler du tout ou trop peu vont finir au RMI ou son équivalent...

        Alors que le mouvement Ni Pauvre, Ni Soumis (composé de plus de 100 assoc nationales) réclame à juste titre un revenu d’existence décent au niveau du smic brut, avec des cotisations, et cumulable avec les revenus du conjoint, Sarko continue à parler de ses 25% d’ugmentation sur 5 ans. Pour un revenu actuellement inférieur de 25% au seuil de pauvreté ...

        En plus, Sarko ment quand il dit avoir revalorisé l’AAH de 5% pour 2008 : il nous prend pour des "cons" qui ne savent pas compter : 1,1% en janvier plus 3,9% en septembre ne feront réellement que 2,4% pour l’année, soit moins que l’inflation. Et pareil pour les titulaires du minimum vieillesse.

        Et puis il y a ceux qui ont travaillé, et ne peuvent plus, comme les pensionnés d’invalidité, ou les titulaires de rentes AT et maladies profesionnelles, dont certains touchent encore moins que l’AAH, et là 0% d’augmentation !

        Quant aux MDPH qui ont remplacées les Cotorep et CDES, d’une manière générale et sauf exception, ça fonctionne comme avant : pas de conseils, pas d’aides, pas d’info, pas de soutien, pas de respect des textes et procédures : la faute souvent au Conseil Généraux qui ne se donnent pas les moyens et à la complexité de la loi et au fait que l’Etat ne s’assure de l’équité de traitement sur tout le territoire. Il faut dire aussi que l’Etat savait ce qu’il faisait en déléguant le dossier et les décisions aux Conseils Généraux et tôt ou tard le financement aux départements...

        Sur l’accessibilité, l’article ci dessus montre bien le problème. Et il y aurait encore beaucoup à dire sur le droit à la scolarité, plus théorique, que réel, etc...

        Et le pire arrive avec le 5e rique, dit risque Xavier Bertrand, qui veut organiser la prise en charge des personnes âgées et handicapées dépendantes, à coup d’assurance privée (pour ceux qui auront les moyens) et de récupération sur le patrimoine (pour ceux qui en ont),et pour les autres, grosso modo , vous pouvez crever.

        Ce qui va constituer un net recul par rapport à la loi de 2005.

        Un conseil, évitez de tomber malade ,de vieillir, d’avoir un accident, etc ...

        Sarko vous dira qu’il vous aime et vous admire mais il vous plantera un poignard dans le dos ... quelle belle France ....

         


        • Dominique LIN Dominique LIN 12 juin 2008 19:20

          On est malheureusement sur le même mode de fonctionnement dans beaucoup de domaines. Mais faire ça sur le dos de personnes qui ne peuvent qu’être prises en charge à cause d’un accident de vie ou d’une inégalité de naissance, c’est petit, ce n’est pas digne.

          Le fameux Grenelle de l’environnement, quelle arnaque, le plan balieues, l’éducation, la justice, ... idem, on annonce des chiffres, des lois à venir, des changements pour demain, mais au bout du compte, restrictions, restrictions !

          travailler plus pour enrichir les autres, nous avons à faire à un simulacre permanent. Les médias relaient l’info comme si c’était du bon pain, mais tout n’est que mensonge, effets médiatiques.

          L’Elysée a augmenté son train de vie, son personnel, le nombre de ministres, le budget a explosé, sans oublier le salaire du petit caporal... et pendant ce temps, la France économise pour mettre un peu d’essence, manger des légumes (5, ils disent), élever les enfants... vivre.

          A quand le refus de tout cela ? 


        • chmoll chmoll 12 juin 2008 19:40

          la multitudes d’assos pour les handicapés, et il i en a,que font elles ? pasque apparament c toujours au point zéro


          • foufouille foufouille 13 juin 2008 11:28

            une asso n’a aucun pouvoir. sauf si elle accepte des hirsch qui la controle


          • Soleil2B Soleil2B 12 juin 2008 21:22

            Ne vous y trompez pas, les handicapés (surtout mentaux) sont bien choyés !

            - Voyez les augmentations de salaires et celles des frais de fonctionnement de Carlito et vous devrez bien en convenir


            • Dominique LIN Dominique LIN 13 juin 2008 13:43

              J’espère que vous n’avez pas d’handicapé mental dan votre famille... auquel cas vous ne diriez pas cela.

              Dès qu’il est majeur, c’est une catastrophe. Je ne sais pas qui est carlito, une asso, un malade ?

              Un cas extrême (si c’est le cas) ne vaut pas pour tous les autres


            • Dominique LIN Dominique LIN 13 juin 2008 13:44

              L’image est bien rapide et ... quelque peu exagérée.


            • Dominique LIN Dominique LIN 14 juin 2008 14:06

              Je ne nie rien du tout, la campagne de pub permanente de Sarko me hérisse au plus haut point. Oui, il a des méthodes qui relèvent du fascimes, oui, il est totalitaire, il fait semblant de consulter et fait voter ce qu’il veut, oui, il manipule les médias, les hommes, les images .....

              Mais, il ne cherche pas à envahir la pologne, la Hongrie, l’Europe, la terre comme Napoléon, Hitler, et autres pantins de l’histoire, il ne cherche pas (pas encore) à exterminer une "race" pour une autre, même si les sans papiers, les gens des cités, du voyage, ... les handicapés, les pauvres, ... ont bien du souci

              Faites un tour sur mon blog Orange LIbre Expression et vous verrez que je dénonce ce genre de méthodes, entre autres avec notre exception nationale, Jacques Bompard, ex FN, ex Devillier et maintenant, facho sans étiquette si ce n’est la sienne.

               


            • orange orange 14 juin 2008 12:13

              En tout qua, je n’aimerai pas me laisser gérer par qui que ce soit. Ce n’est pas parce que l’on a un handicap, ou bien se trouver dans une misère de pauvreté que tous le monde soit permis de nous dire fais ci, fais cela.

              Nous avons une parole à donner, même un muet doit pouvoir s’exprimer par la langue des signes.

               


              • Walter SALENS Walter SALENS 16 juin 2008 15:28

                Bonjour à tous :

                A D.Lin : excellent article

                A Foufouille : v/affirmation sur les asso : un peu léger et Hirsch n’a pas grand chose à y dire

                A Soleil2B : si le soleil brille pour vous, pourquoi ne pas écrire votre article sur les handicapés mentaux "choyés".  Cela m’intéresse.

                Walter Salens

                 


                • Dominique LIN Dominique LIN 16 juin 2008 15:52

                  Merci Walter

                  Au sujet de soleil 2b, il se trouve que j’ai travaillé avec un certain Fernand Deligny qui a passé sa vie à chercher de nouvelles pistes pour éviter de les mettre sous sédatifs 24h/24.

                  Cherchez sur Google Fernand Deligny et vous verrez de quoi je parle. C’est grâce à des gens comme lui que les gouvernements se sont penchés sur les handicapés adultes, alors, que tout aille bien pour eux... je laisse cette appréciation à son auteur, à lui de développer.

                  Il semble que mon article réponde quand même à une certaine réalité puisque des gens du terrain, une assiciation (qui ne fait rien comme disent certains...) l’a reprise en actualité sur son site :

                  La maison de l’autonomie - le portail internet de la gérontologie et du handicap

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès