Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le jeu de Pékin

Le jeu de Pékin

Vivement 2008

Qu’on en finisse enfin avec ces sempiternelles images d’athlètes chinois remportant des médailles olympiques laflammeenbriquetémouvantes aux larmes avec en surimpression le logo des jeux de 2008 ! D’aussi longtemps que je m’en souvienne, ces images d’un chauvinisme presque naïf, comme la peinture, inondent les ondes. Pékin 2008 ! Pékin 2008 ! Nous sommes les meilleurs. C’est peut-être vrai, mais de toute façon, ce n’est pas là que se situe le message. Ces athlètes dont on nous tarabuste sans cesse les mêmes exploits sont les héros de la propagande pour une Chine forte, nationaliste et surtout unie derrière Pékin.

Je me souviens de ce soir de juillet 2001 où toute la Chine s’est levée les bras en l’air et la larme à l’œil. Enfin une reconnaissance internationale et médiatique, qui devrait mettre un terme à plus d’un siècle de sentiment d’humiliation vis-à-vis des puissances de l’Ouest et du Japon. J’aurais aimé qu’on en reste sur un sentiment d’appartenance et de reconnaissance internationale. Utopiste, va !

Si le sentiment d’inégalité face aux occidentaux est mis en sourdine, la haine contre le Japonais est de bon ton. Il serait antipatriotique de vouloir relativiser les faits et de prendre un peu de distance. La télévision diffuse aussi, sans s’essouffler, films et téléfilms montrant la cruauté des uns et la bravoure, l’intelligence des autres. A la décharge de mes concitoyens, que j’aime, et donc me permets certaines critiques, la position du Japon moderne est réellement négationniste. On ne veut déranger les ancêtres. Juste quelques lignes dans les manuels d’histoire scolaire, chiffres estompés, le Premier ministre peut se rendre en paix chaque année dans un mausolée d’anciens criminels de guerre, les femmes chinoises et coréennes pour le « confort » des soldats n’ont jamais existé.

Il est intéressant de faire le parallèle entre la situation des deux grands perdants de 1945 et la façon dont ils ont géré et gèrent l’après-guerre. La plupart des Chinois, je ne parle pas des intellectuels, n’en sont pas encore au point de pouvoir comparer, relativiser. Leur passé, c’est de l’émotion pure. En parler, en d’autres termes que nationalistes, c’est les blesser. Ceci dit, le Japon a un nouveau Premier ministre qui n’ira certainement pas se recueillir au mausolée du temple de Yasukuni et qui surtout a fait le voyage de Pékin dans la première semaine suivant son élection. Espoir. La Chine est le principale partenaire économique du Japon, et vice versa...

Mais revenons aux jeux, belle victoire, éliminer d’un coup la France, le Japon, le Canada et la Turquie ! Le logo des jeux a tout recouvert, des maisons aux souliers, des cahiers d’écoles aux musées nationaux. A Pékin, devant le Musée de la Révolution, il y a un petit monument décomptant le nombre de jours avant la cérémonie d’ouverture. Ce monument a été inauguré 1417 jours avant les débuts des jeux !
monument_du_d_compte_des_jours
Ce logo, c’est la fierté d’être chinois, un drapeau politiquement et sportivement, bien sûr, correct. Une icône. Maintenant ce sont les mascottes et ces petits animaux, par leur candeur, passent un peu mieux. Le lendemain de leur présentation elles étaient déjà dans les classes de jardins d’enfants !

A la télévision, le « on a gagné, on a gagné » dure depuis cinq ans et (mais comment font-ils ?) a toujours du souffle, nous ne sommes pas très loin des images de propagande de la Chine maoïste. L’effet de la couleur, la musique, le côté clip vidéo en plus.

En faisant quelques recherches, je suis étonné du nombre de sites prônant le boycott des jeux. Je ne suis pas de cet avis, et j’aimerais bien aussi que les Chinois ne voient pas de critiques politiques dans ce que je dis. Je suis content que la Chine ait gagné les jeux, et je suis content d’y vivre. Je ne regarde pas trop la télé, c’est tout. Je ne critique pas non plus le but recherché par cette propagande, c’est-à-dire une Chine forte et surtout unie, derrière un président en jogging. Les grandes puissances occidentales n’usent-elles pas des mêmes ficelles ? Pour qui se dopent les athlètes américains ? Les questions que je me pose sont de cet ordre : comment les Chinois apprécient-ils de revoir sans cesse les mêmes images ? Et à quel point sont-ils conscients du discours sous-jacent ? Autant demander à un catholique fervent s’il n’est pas fatigué de voir l’image du Christ dans les églises.

Après 2008, la lune !


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • ANGELO (---.---.204.252) 13 décembre 2006 13:02

    Bravo Bbristo et merci pour cet excellent article objectif. Nous savons combien l ’ histoire politique chinoise est sacrée et peu de nos amis chinois en France osent en parler ( comme de la question du Tibet ). Mais notre soucis est surtout le couvercle de plomb, qui risque de retomber sur les chinois, après cette bouffée d’ oxygène ,que sont les jeux .


    • bbristo (---.---.104.132) 14 décembre 2006 03:23

      Angelo,

      Merci de votre commentaire, votre intervention révèle la vision internationale sur la politique chinoise de manière plus objective. En effet après six années passées dans ce pays, par assimilation à la vie quotidienne chinoise, j’ai sans doute perdu un peu d’esprit critique européen. C’est donc vu de l’intérieur que je voudrais vous rassurer sur vos craintes qu’une chape de plomb tombe sur la Chine après les Jeux. Depuis que je vis ici je n’ai jamais eu l’impression que la population était étouffée et cela me semble impossible qu’une telle politique revienne avant longtemps ! Vous dites que l’histoire politique de la Chine est sacrée, le terme est fort et juste pour définir l’action et la pérennité du pouvoir depuis plus de 2000 ans. Les dynasties se suivent avec des hauts et des bas et le gouvernement actuel en est le dernier segment. Par contre ce terme n’explique pas pourquoi les Chinois n’aiment pas parler de politique. D’une manière générale ils n’aiment pas parler de ce qui leurs tiennent à cœur et la Chine, bonne ou mauvaise, est ce qui leurs tient le plus à cœur. C’est elle qui est sacré, pas la politique du moment. De plus ils ont peur d’être mal compris. Un étranger peut-il comprendre les Chinois ? Je me pose encore la question. La question du Tibet n’est pas à proprement parler une préoccupation pour les Chinois, si ce n’est qu’ils rêvent tous d’y aller en vacances. Il faut se rappeler qu’à l’époque de l’annexion du Tibet, nous avions aussi nos colonies. L’histoire comparée nous laisse triste mais lucide sur le destin de ce pauvre royaume dont l’un des malheurs est de se trouver à la frontière entre la Chine et L’Inde.


    • Angelo (---.---.205.186) 14 décembre 2006 18:16

      Ni Hao ,merci Bbristo pour votre pertinente réponse.En effet , c’est vrai que : c’est plus l’histoire de la Chine ,que son histoire politique ,qui est sacrée. Nombreux sont les chinois qui sont heurtés que nous nous prononcions sur la politique chinoise au Tibet ,en nous rétorquant qu’ils sont eux, respectueux du point de vue du gouvernement français sur la Corse (qui relève selon eux de la politique intérieur nationale).Mais il est tout aussi vrai que certains ont peur d’apparaître comme de mauvais chinois en critiquant la politique de leur pays . Il y à aussi me semble-t-il un déséquilibre certains d’ informations qui permettraient un échange plus équitable entre eux et les français. Combien de jeunes chinois n’ont appris les événements de Tien-an-men (orthographe douteuse ...)que par leurs échanges avec nos concitoyens !!! Certains dissimulent le passé nationaliste de parents (comme nous aurions honte d’ un aïeul collaborateur sous Vichy) parce que cela aurait encore une incidence sociale dans la Chine de 2006. Quant à la pratique religieuse de certains chinois ele est objectivement surveillée de près ,même en France .


      • bbristo (---.---.104.131) 18 décembre 2006 04:50

        Comment décrire une société, un pays, une entité de plusieurs millions, dizaine, centaines de millions de personnes ? Vais-je écouter la parole du gouvernement ? Ce que me disent les écrivains ? Ou la lire dans les œuvres abstraites des peintres ? Ecouterai-je le chômeur alcoolique, le drogué en manque ? Le vacancier au bord de la mer ? Le journaliste, les associations de pays étrangers ? Et la partie que je vois de mes propres yeux reflète elle le tout ? Comment interpréter ce que je vois ? Ces questions dominent mes observations quotidiennes et par mes études je sais que de parler d’un peuple relève d’une science, l’anthropologie. Ayant quitté l’université depuis longtemps je ne suis pas exactement en mesure ou peut-être n’ai-je pas envie d’appliquer ces froids outils qui permettent de disséquer scientifiquement un groupe d’individus, je n’en reste pas moins conscient de certains principes d’objectivité et trouve moyen de me faire une place parmi les chroniqueurs de ce pays en racontant mon quotidien. Ce qui m’émerveille, m’énerve, me blesse ou m’attire. Je pourrais écrire des textes à sensation mais je les garde pour moi et respecte l’intimité de mes concitoyens. C’est ainsi que j’évolue sur mon blog, par coup de pinceau montrant des facettes qui parfois sont contradictoires mais belle et bien propres à la Chine. Pour l’information pure, il y a beaucoup de sites voici en particulier le lien pour celui d’un ancien journaliste à Libération. http://www.arenes.fr/cinqansenchine/

        C’est un fait mon blog ne va vers aucune direction préétablie et tant pis. Je n’aurais pas dédaigné avoir LA doctrine. Du Haut ou du Bas, de Gauche ou de Droite qui m’aurait absolu de vivre sans la vérité (terrestre.) Pour en revenir à nos amis le Chinois de France, je redirai d’abord qu’il faut se souvenir qu’il est malhonnête de parler de la vie privée et qu’ils vivent une relation intime avec leur pays. Leur éloignement ne peut qu’exacerber leur relation à la mère patrie. Le problème des religions est malheureusement, ici comme ailleurs, lié à la politique. La façon dont le gouvernement actuel regarde les chrétiens ne diffère pas beaucoup de la manière dont il se méfie de Fa Lun Gong. Ces sociétés peuvent renverser une dynastie ! Le mouvement des Turban Jaune ne sera jamais oublié, de part et d’autre de l’institution politique. La crainte du gouvernement ce n’est pas le Christianisme ou les religions en tant que textes sacrés et intelligents. Le danger c’est qu’une doctrine (dans le sens opposé de la liberté de penser) viennent entraver la doctrine du gouvernement. La secte de Fa Lun Gong, qui lorsque l’on lit ses textes n’est rien d’autre qu’un business de marchands du temple (à vous de deviner de quel(s) temple(s) il s’agit) est un bon exemple de la capacité d’engouement des Chinois. Le Christianisme en Chine est aussi très éloigné de l’éthique de notre église, j’ai assisté à des mariages au sein de l’église de personnes divorcées et dans les campagnes les sorciers invoquent le Seigneur, Marie et les saints pour guérir du cancer, contre rémunération. Et Tian An Men ? Etait-ce une maladie, une gangrène qu’il a fallut couper ? Je ne me prononcerai pas ici. Je veux juste mentionner que les amis d’ici mentionnent un nombre de morts plus élevés que les organisations internationales des droits de l’homme. Tout le monde sait. Alors pourquoi faire mine de ne pas savoir ? Parce que « je ne sais pas » veut dire « cela ne vous regarde pas. » Si vraiment je ne savais pas, j’inventerais un autre mensonge pour satisfaire votre curiosité, par politesse. Encore une fois, il faut se lever tôt pour comprendre que peut-être on ne comprendra pas la Chine.

        Amitié

        P.S. : A propos du souvenir de la Chine nationaliste, voir ce site http://english.peopledaily.com.cn/english/200101/09/eng20010109_59936.html


      • Haina (---.---.20.67) 20 décembre 2006 17:49

        L’auteur sauve la mise grace a ses commentaires intelligents. Intelligent sans doute l’est-il lui-meme ?

        Les Jeux Asiatiques n’auraient-ils pas ete mal interpretes ? Ils viennent de se derouler au Quatar smiley

        Je participe moi-meme aux designs des JO de Pekin... Les creations sont certes soumises au jugement des fonctionnaires, mais la plus grande entrave reste celle imposee par le CIO...money money...

        Les heros chinois ne manquent pas et si on cherche bien on trouvera le frere de Chaplin smiley Et puis l’auteur admettra que les haies du 110 metres sont effacees avec une relle beaute !

        vivement 2008


        • bbristo bbristo 21 décembre 2006 05:18

          C’est bien d’avoir parlé des Jeux asiatiques de 2006 et de la performance de Liu Xiang ; pour ceux qui les auraient ratés, pas de problème, je vous promets que CCTV 5, la chaîne sportive nationale diffusera des images des 316 médaillés chinois jusqu’en 2008 !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès